''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un échappatoire... [with Chipp Argan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fin Daeron

Le souffle du vent

________________

Fin Daeron
________________


Race : Syrinx-Elfe
Classe : Archer
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Mère nature
Groupe : Solitaire

Âge : Vingt deux ans

Messages : 49

Fiche de Personnage : Le chuchotement de la brise


Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] EmptyDim 7 Oct 2012 - 14:04

[Automne]

L'aube.
L'un des moments que je préfère dans une journée, avec le crépuscule. La couleur des nuages, variant avec celle du soleil, les ombres qui se déplacent sur le sol, se sentiment de mélancolie lorsque le soleil s'éteint et se sentiment de renaissance lorsque qu'il se lève...

Les rayons du soleil, quoi que timides, commençaient à éclairer les alentours. Au fur et à mesure que le soleil montait dans le ciel, le paysage se modifiait, se dessinant de façons différentes, laissant éclater les couleurs vives des feuilles rouges et jaunes des arbres. Les graviers crissaient à chacun de mes pas. Le parfum de l'herbe humide remontait dans mes narines, me rappelant les matins d'automne de mon enfance, lorsque je jouais dans les arbres, me cachant, espérant pouvoir surprendre mon père. Ce qui n'arrivait jamais. Je continuais d'avancer entre les ruines. Le chant des oiseaux berçait mes pas. Je marchais lentement, souplement. Je ne craignais rien. J'étais, pour une fois, extrêmement calme. Je ne portais sur moi que ma dague, dans un fourreau, attaché à ma cuisse gauche, un pantalon noir, plutôt moulant, ainsi qu'un corset noir, ficelé dans le dos, laissant apparaître une bonne partie de mon dos. Je ne savais plus pourquoi j'étais venue ici. Il n'y avait rien, rien d'autres que des ruines, et de la flore.
Jaune, rouge, marron... Les feuilles mortes, humides, crissaient sous mes pas. Les hautes branches des arbres dansaient au rythme du vent, laissant tomber quelques feuilles. Certaines vinrent se nicher dans ma chevelure. D'un geste de la main, je les retirais et les déposais au sol en un petit tas. Je repartis, la démarche souple, zigzaguant entre les arbres, invisible et silencieuse. Parfois, je croisais une biche -en chemin pour rejoindre sa famille ou son troupeau, sans doute- qui s'enfuyait à mon approche. Le chant des oiseaux commençait à s'élever dans les airs, en même temps que les rayons du soleil, timides... Je laissais mon esprit vagabonder vers de plus beaux paysages. Non pas que celui-ci soit horrible, non, mais j'avais dans mes songes l'image d'un paradis de flore aux couleurs éclatantes, aux senteurs frivoles. Le souvenir d'une douce voix chuchotant à mes oreilles les réponses du poète, les réponses du savant. Quelques fois, la sensation d'une main sur mon épaule me faisait frissonner. J'avais le cœur léger, en cette douce matinée d'automne.
Les arbres se faisaient moins nombreux. Des pierres, des pavés, apparaissaient à la cime des arbres, entre les champignons divers et variés, et les racines. Des ruines d'ancien mûrs, sûrement détruit par l'érosion du temps, s'échappaient du sol sur lesquels naissait du lierre, grimpant le long de la pierre blanche...

*Ah oui, c'est pour ça que je suis ici.*

Il y avait, pas loin, d'après ce que j'avais entendus, quelques saules pleureurs. J'avais envie de me reposer, de penser, au calme, près de ma mère. Cela faisait longtemps que je n'avais pas pris le temps de lui parler, de l'écouter... Elle me manquait. Et je me sentais coupable de ne pas lui accorder plus de temps.
Je passais sous un arc, auquel manquait la partie du dessus, je levais la tête, observant chacun des détails de la pierre abîmée, recouverte de lierre. Quelques morceaux tombèrent au sol, faisant fuir un lézard qui se prélassait, sous un rayon de soleil. Je le regardais filer dans un petit trou, caché par des feuilles. Je commençais à fatiguée. Mon ventre me criait qu'il avait besoin d'être remplit et mes jambes qu'elles ne souhaitaient pas faire un pas de plus, je m'asseyais donc sur un petit morceau de mûr, les jambes étirées devant moi, les mains posées derrière moi, la tête lever vers le ciel, observant les oiseaux voler en formation.

*Ah... Ça faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas éloignée de la ville et des gens... Tiens, quel bel oiseau!*


Dernière édition par Fin Daeron le Ven 25 Jan 2013 - 12:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chipp Argan



________________

Chipp Argan
________________


Race : Humain ?
Classe : Lame Noire
Métier : Mercenaire et Chasseur de Démons
Croyances : Lui-même
Groupe : Confrérie des Ombres

Âge : Environ 27 ans

Messages : 20

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Re: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] EmptyMar 9 Oct 2012 - 22:14

Les Ruines d’Ascelnoth.
Le soleil matinal dardait ses pâles rayons à travers le feuillage dru des saules pleureurs. La brise s’était levée également, accompagnant la ronde de l’astre du jour qui commençait. Soulevant légèrement la terre de la clairière, faisant siffler l’air ambiant, trembler l’herbe empreinte de la rosée, le vent s’engouffra à travers les ruines, créant un hurlement sonore effrayant, donnant au lieu une atmosphère presque morbide. Contrastée par la poésie des lueurs orangées mouvantes du soleil éclairant les ruines et la végétation alentours. La nature était calme, délicate, et semblait en paix.

Troublés par un raclement de gorge soudain, quelques oiseaux aux milles et une couleur s’envolèrent à travers le ciel, leurs ailes virevoltant dans le bleu du plafond bleuté. La silhouette se redressa lentement, sous couvert d’une cache de branchages. Maugréant un peu, elle resta immobile une seconde, assise, avant de se lever en étirant ses bras avant de les ramener sous sa cape, laissant une impression fantomatique derrière lui alors qu’il se mit à marcher en direction des ruines à proprement parlé. Il glissa à travers les pans de murs détruits et le reste des bâtiments d’antan qui s’élevaient ici des décennies auparavant.

Après quelques minutes de marche, la silhouette parvint devant un petit monticule de terre dans lequel un morceau de bois était planté. S’agenouillant, une main jaillit du néant de la cape, pour se poser sur la tombe.

« Je suis venu vous voir. Ca fait un moment. C’est toujours aussi calme, par ici. Agréable, n’est-ce pas ?... »

Elle resta ici un moment, rendant hommage au souvenir de son mentor, lorsque ses sourcils, sous sa capuche, se froncèrent. Elle se releva presque d’un bond, et tourna la tête en tendant l’oreille. Il y avait quelque chose, ici. Quelque chose, ou quelqu’un, qui troublait la sérénité des lieux. Et la silhouette détestait ça. Cet endroit était celui qu’elle considérait le plus comme une maison, un refuge. Plus que tous les endroits où il était passé. Et que quelqu’un ose s’aventurer ici ne lui plaisait pas. Saisissant la garde de son épée courte à sa ceinture, il se mit à courir, silencieux, en direction de ce qu’il avait perçu.

S’arrêtant à bonne distance, se camouflant dans les ombres, protégé du soleil, il observa les saules pleureurs. Et, surtout, la jeune femme - car s’en était une, indéniablement. - qui s’en approchait en marchant et en promenant son regard sur le ciel et le paysage.

Un silhouette svelte. Séduisante, délicate et gracieuse. Il se déplaça un peu, afin de poser ses yeux rougeoyants sur son visage, pour voir s’il la reconnaissait. Elle avait les traits fins, sensuels, tentant. Un nez minuscule, mignon en un sens, des lèvres pulpeuses, pâles, deux yeux en amande d’un bleu sidérant. Belle, simplement. Et sa longue chevelure cascadant sur ses épaules, à travers laquelle transparaissaient ses oreilles taillées en pointe. Une elfe ?! Ca expliquait la grande beauté de la jeune femme. Elle avait l’air agile, vive. Et la cambrure de son dos. Si Chipp ne connaissait pas l’amour, le désir ne lui était pas inconnu, et elle était ô combien désirable...

Fronçant les sourcils, le maudit s’avança derrière elle. D’un pas vif, mais discret et silencieux, il parvint à quelques mètres d’elle avant de s’arrêter. Elle observait les arbres. Que venait-elle faire ici ? Une ennemie de la Confrérie ? Une ennemie personnelle ? Quelqu’un de son ancienne vie ? Qu’est-ce qui pouvait amener une personne à venir dans ces ruines désertes sans une raison précise. Il ne savait pas si ses ennemis connaissaient l’existence de ce lieu, et l’importance qu’il avait pour lui - et sérieusement, il en doutait - mais les réseaux d’informations avaient cessé d’appartenir exclusivement à la Confrérie, et parfois, certains points de la vie d’un homme apparaissait au grand jour alors même qu’ils étaient les secrets les mieux gardés.

Dégainant son arme, dans un tintement de métal mélodique qui résonna dans la clairière, il s’avança de quelques pas encore, rompant le calme tout relatif de l’endroit. Et sa voix, grave et vibrante, s’éleva par-delà la capuche noire qui ne montrait que deux yeux écarlates qui se plongeraient dans le regard de la jeune femme quand elle se retournerait.

« Qui êtes-vous, et que faites-vous ici ? »

Sa main jaillit de la cape, l’épée pointée vers la demoiselle. Et il reprit, d’un ton froid.

« Vous n’avez droit qu’à une réponse. Si c’est la mauvaise, je vous dis adieu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fin Daeron

Le souffle du vent

________________

Fin Daeron
________________


Race : Syrinx-Elfe
Classe : Archer
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Mère nature
Groupe : Solitaire

Âge : Vingt deux ans

Messages : 49

Fiche de Personnage : Le chuchotement de la brise


Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Re: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] EmptySam 13 Oct 2012 - 13:28

Un bruit métallique me sortit de ma rêverie, aussi rapidement que si j'avais été frappée par la foudre. J'avais baissé ma garde, une erreur que je ne me pardonnerais pas. J'avais eu tord de penser qu'un tel lieu serait désert.

"Qui êtes vous, et que faites vous ici?"

Instinctivement, je portais ma main à ma dague, la dégainais, me retournant avec vivacité et plantais mon regard dans celui de mon attaquant. L'homme pointais sur moi une épée, le regard menaçant, rouge... Des mèches brunes tombait sur son visage, ce qui ne me laissais pas le plaisir de voir le visage de celui qui osait me défier, me déranger, alors que je souhaitais être seule, débarrassée de tous ses gens, bruyants et idiots. La cape avait une carrure athlétique, plus grande de plusieurs centimètres. Je devais lever la tête pour le regarder dans les yeux. Qu'est ce qu'il pouvait bien faire ici? Qui étais t-il? Je devais réfléchir rapidement, ne pas faire de mauvais pas, pour ne pas risquer le combat.

"Vous n'avez droit qu'à une réponse. Si c'est la mauvaise, je vous dis adieu."

Je fronçais les sourcils, et me redressais lentement, en gardant ma garde. Sa posture m'invitait à penser qu'il devait être entraîné au combat, sa taille ne m'avantageait pas, et mon arme, malgré que je sois plutôt doué en combat rapproché, était ridiculement petite. J'avais très peu de chance face à lui. Je ne pouvais compté que sur mon agilité et ma rapidité, hors, je n'avais aucune idée des compétences de celui-ci dans ses domaines là. Je devais donc rester calme, et opter pour la discussion, plutôt que le combat.

"Depuis quand attaquons nous les femmes, venues se détendre dans un lieu calme et propice à cela? Que faites vous ici? Pourquoi me menacez vous? Je ne vous ai point mis en danger, que je sache, et je n'ai pas cherché à vous attaquez non plus!"

Je rangeais ma dague dans mon fourreau, le visage neutre, et reculais d'un pas. J'écartais légèrement mes bras de mon corps pour lui montrer que je ne comptais pas me battre. Néanmoins, tous les muscles de mon corps restaient tendus, prête à m'enfuir si le besoin se faisait sentir. Il y avait beaucoup d'arbre, je n'aurais donc pas de mal à le semé si je parvenais à grimper sur l'un d'eux avant qu'il ne m'attrape. Mais ne soyons pas pessimistes, il n'y avait pas réellement de raison pour que nous en arrivions à ce point là, du moins, je l'espérais. J'étais ici pour me recueillir, et non pour me battre, de plus, cela serait irrespectueux envers ma mère, et cet homme pourrait très bien endommager l'écorce des arbres avec son arme. Je doutais que la flore est autant d'importance pour lui que pour moi. Je posais une main sur ma hanche, et grattais mon omoplate de l'autre, en la passant par dessus mon épaule droite. J'attendais sa réaction, espérant fortement qu'elle ne serait pas trop mauvaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chipp Argan



________________

Chipp Argan
________________


Race : Humain ?
Classe : Lame Noire
Métier : Mercenaire et Chasseur de Démons
Croyances : Lui-même
Groupe : Confrérie des Ombres

Âge : Environ 27 ans

Messages : 20

Fiche de Personnage : Lien vers la fiche


Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Re: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] EmptyMar 27 Nov 2012 - 23:48

Toujours une main posée sur la garde de son arme, l’ombre observait la jeune femme. Elle était inquiète. Elle suintait la peur, mais il lui accordait un crédit certain : elle restait calme. Elle ne tremblait pas, et son regard perçant le fixait d’un air inquisiteur. En voyant son visage avec plus de netteté et de précision, il eut un coup au coeur. Elle était sublime. Il secoua la tête légèrement, peu enclin à s’épancher dans un moment pareil. La brise s’était arrêtée, comme si la course de la terre s’était suspendue pour cette rencontre. Chipp n’était pas inquiet. Et il le fut encore moins lorsqu’elle répondit à sa question. Elle n’était pas là pour se battre, et tout son langage corporel abondait en ce sens. Elle était là en paix. Perdue, peut-être. Ou juste attirée par la beauté naturelle de l’endroit, là où l’homme avait autrefois été un maître, et où les anciens vestiges n’étaient plus que ruines enracinées. La nature avait repris ses droits. C’était sûrement ça, le plus beau ici. Quand il ne resterait plus des hommes que des souvenirs diaphanes et éphémères, la nature serait toujours là pour certifier de leur passage. Elle était immuable, éternelle.

Le jeune homme lâcha la garde de son arme. Il posa les mains de part et d’autres de sa capuche, ôtant le néant pour révéler son visage. Et ses yeux rouges. Son regard, qui se ficha dans celui de la jeune femme, de la jeune elfe. Une beauté opaline. Une silhouette presque évanescente. Il avança d’un pas, sans un mot. Mais, contrairement à avant, son attitude n’avait plus rien de menaçante. Il émanait juste de lui un charisme certain, un apaisement au-delà de la compréhension humaine. Peut-être que n’en étant pas une, d’humaine, elle comprendrait instantanément qu’il ne comptait plus la tuer. Parce qu’elle avait bien répondu. Parce qu’elle n’était pas ici pour lui. Et que, comme lui, elle semblait avoir trouver ici un havre de paix pour un repos tout sauf illusoire.

Il continuait de la regarder dans les yeux. Avant d’ouvrir la bouche, laissant sa douce voix grave s’élever au milieu des lambeaux de civilisation disparue.

« C’est chez moi, ici. Ce qui s’en approche le plus. »

Il s’avança encore, parvenant juste en face d’elle. Continuant de la fixer, sans jamais détourner son envoûtant regard écarlate. Un petit sourire, si rare en ces temps, éclaira son visage. Il fit encore quelques pas, passant à côté d’elle en tournant la tête, avant de détourner les yeux pour fixer l’arbre juste derrière. Une main s’échappa de sa cape, et elle se posa sur l’écorce.

« Vous avez trouvé les saules pleureurs. Vous êtes dans un endroit unique. Ici repose un ami à moi. Un maître. J’ai cru que vous vouliez le profaner. Ou que vous étiez là pour moi, pour m’éliminer. Je ne baisse jamais ma garde. Mais excusez-moi de vous avoir effrayer. »

Il caressa l’arbre une seconde, avant de se retourner pour la regarder à nouveau. Il ne savait pas ce qu’elle était venue faire ici, réellement. Se reposer, certes... Mais pourquoi précisément ici ? Les ruines d’Ascelnoth n’étaient pas vraiment sur les routes les plus usitées. Il haussa un sourcil d’interrogation, son sourire ayant disparu pour ne laisser qu’un visage neutre. Son masque habituel. Ni effrayant, ni menaçant, ni heureux. Juste un masque d’indifférence calme.

« Et vous ? Pourquoi vos pas vous ont-ils conduit ici ? Il y a parfois des maraudeurs dans le coin. C’est dangereux. »

À peine eut-il prononcer ces mots, qu’il se tendit. Un bruit inhabituel venait de briser la quiétude des lieux. Il fronça les sourcils, dégainant cette fois son arme sans prévenir. Mais pas pour menacer la jeune femme.

« Il y a quelqu’un ici. Quelqu’un qui ne devrait pas y être. Faites attention. »

Au moment où il parla, il se rendit compte qu’elle était sûrement déjà au courant. Les elfes avaient une ouïe bien plus développée que les humains, et il n’était que ça après tout. Essayant de repérer l’endroit d’où venait les rumeurs se rapprochant, il s’avança pour se poser à côté de son obligée.

« Restez près de moi. Ils ont l’air nombreux. Et je ne veux pas que cet endroit soit souillé du sang d’une innocente... »

Il lui adressa un sourire. Un sourire, cette fois, de réconfort et de confiance. Factice, évidemment, car il ne souriait jamais, ou peu, mais il espérait qu’elle ne s’inquièterait pas outre mesure grâce à lui. Sans la consulter, il attrapa les doigts de la jeune femme de sa main libre, avant de l’attirer à l’ombre des saules, se cachant à la vue du seul passage menant à ce lieu. Les ruines étaient trop hautes pour être escalader, et il n’y avait que par là où il était arrivé que des intrus pourraient venir. Et ils étaient cachés à leur vue. Il inspira longuement, avant de se tourner vers elle.

« Nous aurons peut-être devoir nous battre. J’espère que vous savez vous battre un minimum. Et si vous n’avez pas d’armes, j’ai une dague pour vous... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fin Daeron

Le souffle du vent

________________

Fin Daeron
________________


Race : Syrinx-Elfe
Classe : Archer
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Mère nature
Groupe : Solitaire

Âge : Vingt deux ans

Messages : 49

Fiche de Personnage : Le chuchotement de la brise


Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Re: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] EmptySam 26 Jan 2013 - 10:44

J'observais l'homme alors qu'il me parlait. Au fil des minutes, son attitude montrait qu'il ne se méfiait absolument pas de moi. Ce qui en soit était une bonne chose, car je n'avais vraiment pas envie de me battre, pas ici en tout cas et pas maintenant. Il parlait toujours, mais j'avais depuis quelques minutes cessé de l'écouter. Des bruits suspects avaient attiré mon attention. Il ne s'en rendit apparemment compte que lorsqu'il les entendus aussi. Il dégaina son arme et se rapprocha de moi, comme pour me protéger. Cependant, je ne répondis rien et le laissait faire, m'emportant avec lui derrière le saule. Il est vrai que je n'avais sur moi qu'une dague, plutôt courte, ce qui me forcerais à me battre en corps à corps si le besoin se faisait sentir. J'aurais sûrement du garder mon arc...

"Nous allons peut-être devoir nous battre. J'espère que vous savez vous battre un minimum. Et si vous n'avez pas d'arme, j'ai une dague pour vous..." dit-il toujours aux aguets.

Pour toute réponse, j'attrapais ma dague, la fit tournoyer dans ma main avant de la saisir fermement. D'ici, nous ne voyions pas grand chose, et quand l'intrus arriverait, nous ne pourrions pas très bien l'observer sous peine de se faire repérer. Une tête qui dépasse d'un tronc n'est pas discret, alors deux... Je lançais un regard à l'homme, lui indiquant le sommet du saule. Les branches étaient assez fines et fragiles, mais je n'étais pas très lourde, et j'avais l'habitude des arbres. Je grimpais donc, silencieuse, le plus haut possible et me postais accroupie, prête à bondir en cas de problème. Les pas de l'inconnu résonnèrent plus près, mais je ne pouvais toujours pas le voir. Il ne devait pas être grand, le bruit était presque inexistant. Ou alors, il faisait preuve d'une très grande discrétion. Si c'était le cas, il y avait deux solutions: soit il respectait beaucoup les lieux et ne voulait pas troubler le calme ambiant, soit il venait pour nous ou pour l'homme derrière l'arbre. Dans ce cas-ci, nous étions plutôt dans une belle crotte. Si c'était le cas, j’empêcherais les deux inconnus de faire couler le sang et de blesser cet arbre. J'étais venue ici pour m'excuser au près de ma mère, non pour lui offrir un combat sanglant qui ne manquerait de l'y mêler malgré moi.

"Je vois ses jambes." chuchotais-je de mon perchoir.

J'hésitais toujours sur ce qu'il fallait faire. Peut-être pourrais-je descendre et simplement faire comme si de rien n'était. A près tout, je n'avais pas grand chose à me reprocher ses temps-ci, surtout dans le coin. Je ne dis pas que je ne devrais pas rester sur mes gardes mais quand même...

*Pourquoi faut-il toujours que ça tombe sur moi...*

L'homme, toujours en position d'attaque ni dit mot. Il était trop concentré sur sa cible. En me retournant de nouveau vers le passage, je pu apercevoir le torse de la menace, puis ses épaules, et enfin son visage. J'étouffais un rire. Son visage était quelque peu... Rassurant. Il ne paraissait pas méchant et ne mesurait pas plus d'un mètre cinquante. Un peu potelé voir même grassouillet, le personnage avait l'air d'un bon vieil ami rencontré dans une taverne, cuvant sa bière. Néanmoins, je ne me fis pas trop à son apparence physique. Les démons ne se baladait pas en ses lieux -je l'aurais sentis- mais des hommes sans fois, rusés et fourbes,eux, étaient présent absolument partout.
Je ne fis rien. Il avait l'air de chercher quelque chose ou quelqu'un, il se tournait et se retournait dans tous les sens, non pas comme s'il était traqué mais plutôt comme s'il traquait. En regardant avec plus d'attention on pouvait voir sur ses lèvres un sourire carnassier. Sa langue n'avait de cesse de passer et repasser sur ses lèvres. Il n'avait en faite rien de bon ivrogne social et amusant. Cet homme était sale. Sans doute autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Discrète, je lançais un regard à mon interlocuteur, attendant de savoir ce qu'il pensait être bon de faire. J'avais certes ma petite idée personnelle sur la chose, mais peut-être ne lui plairait-elle pas autant qu'à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Un échappatoire... [with Chipp Argan] _
MessageSujet: Re: Un échappatoire... [with Chipp Argan]   Un échappatoire... [with Chipp Argan] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un échappatoire... [with Chipp Argan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Ruines et crypte-