''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le sacrifice de l'Ombre [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


Le sacrifice de l'Ombre [Solo] _
MessageSujet: Le sacrifice de l'Ombre [Solo]   Le sacrifice de l'Ombre [Solo] EmptyJeu 30 Jan 2014 - 17:50

Un torrent de pensées, des images affreuses, un sentiment étouffant et puis enfin, le silence.

Darion avançait, calme et mélancolique, dans ce nouveau monde qui s'offrait à lui. Cet objet qu'il avait ressenti dans le marché noir des Remparts Nocturnes, il savait ce qui l'attendait si il imprégnait sa magie à l'intérieur. Il savait qu'il allait être transporté dans le Vein, qu'il allait découvrir ce monde qu'il avait rêvé en souvenir, mais jamais réellement exploré. Le monde primordial, le lieu où sa magie était née.

Tout en ce lieu était insonore, même les pas de l'Ombre ne brisait cette absence de son. A ses côtés, marchait Drael'Nar, elle aussi silencieuse. Ils n'étaient pas venu ici en vain, mais bien à la recherche de quelque chose. La clé que Darion possédait, cet artefact d'un autre temps qui lui avait été confié par les anciens camarade de Drael'Nar, devait ici trouver la serrure correspondante. Peut-être quand ce lieu, reposait l'objet le plus convoité par le régent du crépuscule, peut-être qu'en ce lieu, résidait son cœur...

Tout en Darion lui donnait envie de repartir, comme si son instinct voulait qu'il retourne à Cœur-Ébène, et reste dans cet espèce de statut quo qui avait vu le jour. L'Ordre se portait en effet à merveille, et les nouvelles recrues se faisaient toujours plus nombreuses, surtout depuis les événements de Béolan, où leur réputation avait énormément grandie.
Mais l'Ombre n'aimait pas les choses stables, enfin, il ne voulait pas en rester à de simples formalités, ces simples réunions avec les différents seigneurs qui désiraient obtenir plus de puissance et de richesses. Non, il voulait également se retrouver, évoluer, et savoir le réel but de son existence. Depuis le retour de Drael'Nar et la cabale de l'Exécuteur, de nombreuses questions avaient été résolues, mais malheureusement, cela avait engendré bien d'autres questions aux réponses plus dures à obtenir. Que signifiait le fait d'être le premier-né? Que désiraient réellement la secte des éclats? Que se passera-t-il lorsqu'il retrouvera son cœur?
Ces réponses, Darion comptait bien les avoir ici, dans le Vein.

La démone qui l’accompagnait laissait son regard voguer au loin, comme si elle savait ce qui les attendait tous les deux. A chaque fois qu'il avait voulu obtenir des réponses en questionnant cette dernière, elle s'était toujours montrée évasive, et visiblement marquée. La malédiction qui l'avait frappée par le passé était encore aujourd'hui présente, et cela l'affectait encore. Malgré la volonté de l'Ombre de l'en soigner, de l'en protéger, il n'avait jamais put rien faire, à chaque fois qu'il avait tenté quelque chose, la magie s'était retournée contre lui, ou contre un pauvre assombri qui traînait dans le coin. Au bout du centième décès, Darion avait décidé de changer de méthode, et de se consacrer à la recherche afin de trouver un moyen de la libérer de ce qui l'avait emprisonnée. Il avait obtenu une réponse, une seule bride de solution au problème de sa bien aimée. Cette dernière n'était pas sous sa vraie forme, la corne qui la cernait était un moyen pour son corps d'exprimer son malaise. Le fait que l'âme de la démone soit ancrée dans la faux était également responsable de cette transformation, bien que cela, elle l'ait voulue lorsqu'elle fut frappée par la malédiction de la secte. Une partie de son âme lui fut arraché et stocké dans le cristal, l'autre, elle la dissipa dans sa faux pour se préserver. Darion l'avait déjà libérée en réunissant les deux fragments de son être, mais son corps était encore captif de ce mal qui l'a rongeait.

Sortant de ses pensées lorsqu'il aperçut un petit arbre solitaire, le régent du crépuscule fit signe à Drael'Nar afin de lui indiquer le végétal. Le regard triste de cette dernière confirma ce que pensait l'Ombre. Brisant le silence ambiant, il déclara.

- C'est là, n'est-ce pas?
- Oui... Tu sais, nous pouvons encore partir, revenir chez nous.
- Tu sais que je ne partirais pas sans ce que je suis venu chercher.
- Et que veux-tu réellement? Ton cœur?
- Mon âme... Cette dernière a disparu dans le tumulte de souvenirs qui m'étreignent constamment. Je me perds dans des souvenirs qui ne sont pas les miens mais que je possèdent, je me perds dans une mélancolie qui m'étouffe à chaque respiration, je me perds dans mon humanité.

Elle ne répondit rien, elle savait au fond d'elle qu'ils étaient obligés de subir cette épreuve, elle savait que son amour ne survivrait pas malgré son immortalité à ce manque de but, à ce manque d'intérêt pour la vie. Si sa vie ne s'achèverait pas, son âme elle, se briserait si il ne trouvait pas réponse à ses questions, s'il ne retrouvait pas son cœur, quoi qu'il en fasse.
S'avançant seule, elle alla jusqu'à l'arbuste, et posa sa main dessus. Fermant les yeux, elle récita des paroles inconnues du régent du crépuscule. Une fois sa phrase achevée, une lumière rouge se mit à briller à la pointe de l'arbre, tranchant nettement avec le manque de couleur environnant. Finalement, la lumière vacilla et une serrure fit son apparition. Revenant auprès de son amour, la démone le fixa quelques instants dans les yeux, passant sa main contre sa joue.

- A partir d'ici, tu es maître de mon destin, je t'accompagnerais où tu iras, même si tu nous entraînes tous deux dans les abysses.

Il l'embrassa en retour, comme pour la remercier de l'avoir à ses côtés, et il avança à son tour en direction de la serrure qui venait d'apparaître. Une fois arrivé au niveau de cette dernière, Darion s'empara de la clé de la cabale, et l'enfonça dans l'ouverture. Un bruit sourd transperça alors le silence, et un gigantesque portail noir fit son apparition. Empoignant la main de Drael'Nar, le régent du crépuscule entra à l'intérieur, et la suite fut... Étrange.

Un lieu sombre, tout de noir et de blanc les accueillit. Aucun mur, aucune structure autour d'eux, seulement... Le vide. En face du duo, se trouvait un trône, unique bâtisse de ce qui ressemblait à un monde décharné. Sur ce siège, se trouvait un homme, ou tout du moins quelque chose d’humanoïde.

- Qui ose, troubler mon sommeil?

La voix de cet être trembla dans le vide et frappa Darion qui eut du mal à ne pas tituber. La force qui emplissait ce personnage était incroyable, à tel point que l'Ombre n'arrivait même pas à cerner l'étendue de sa puissance. Drael'Nar quand à elle, se pressa contre son dos, tremblante. C'était la première fois que le régent du crépuscule la voyait ainsi, elle avait toujours été sûre d'elle mais cette fois, elle semblait effrayée, comme un chien battu.
En face d'eux, la créature s'était levée, et les surplombait de sa hauteur. Le visage de cet être était étrange, une partie était humaine et l'autre partie... Décharnée, sans peau ni muscle. L'armure d'ébène qui le cernait était incroyable, et de nombreux pans de fourrures la parsemaient, comme des arabesques cérémoniels sur un mur de temple. Le casque de la créature enfin, était forgée dans ce qui semblait être de l'os, et représentait un crâne de dragon.

Spoiler:
 

- Vous... Qui êtes vous? Je sens en vous un fragment de ma puissance...

A nouveau, sa voix trembla dans les airs, cette fois, Darion ressenti son estomac se nouer sous le poids des mots de l'être, et pour la première fois de son existence, le régent du crépuscule avait l'impression d'être face à un dieu. Reprenant son souffle, l'Ombre déclara.

- Je suis Darion Sombrelame... Je viens récupérer ce qui m'appartient et ce qu'on m'a volé.
- Darion... Ah oui... Je vois qui tu es... Celui qui porte le premier cristal... HAHAHA... Ainsi c'était donc ça l'aura de chienne que je sentais autour de toi, tu es venue avec elle n'est-ce pas? Avec la manieuse de faux... Drael'Nar... Enfin tu me reviens...

D'un geste de la main, une énorme vague de magie s'élança contre Darion, qui eut à peine le temps de se protéger derrière son pouvoir.

- Intéressant... On voit que tu es le porteur de mon pouvoir petit...
- Votre pouvoir?
- Ainsi, tu ignores tout de moi n'est-ce pas? Je suis Orfol, le cristal originel. C'est moi qui est l'auteur de ce qui fut implanté en toi, ce fragment de ma puissance qu'on m'a retiré autrefois et qu'on a dispersé au travers les vents... Ce fragment de pouvoir qui est en toi, il était autrefois mien, sous la forme d'une lame, qui s'appelait Nihil, l'épée du néant. Cette lame... J'en tirais une force incroyable, mais la chienne qui se trouve cachée derrière toi m'en priva, elle brisa ma lame à l'aide de son pouvoir et de sa faux, alors que je l'avais façonnée... Ceux qui t'ont implanté ce cristal, qui est en vérité le fragment qui possède le plus de pouvoir de mon ancienne arme, cherchent à réunir grâce à toi tous les autres morceaux d'épée, afin de me permettre de quitter ce plan où je suis prisonnier, afin que je puisse dévorer les mondes...

Darion ne bougeait pas, en l'espace de quelques instants, on lui avait tout révélé. Ainsi, depuis le début on avait cherché à le manipuler, mais, et Drael'Nar... Il n'avait pas le souvenir qu'elle ait vécu autant de choses, elle, la première éclat... La première... Chasseuse. Sentant qu'il se posait des questions, elle déclara d'une voix tremblante.

- Je... Je sais que ça fait beaucoup d'un coup... Je vais te dire ma véritable nature, qui je suis et comment je suis apparue... Autrefois, j'étais une démone lambda, qui tomba sous le charme d'Orfol... Mais ma vie s'acheva, et plutôt que de me laisser mourir et disparaître, il utilisa son pouvoir afin de me transposer dans une magie étrange juste avant mon dernier souffle, une magie tirée du Vein. Je fus transformée, mon âme fusionna avec la magie primordiale et je naquis en tant que Drael'Nar. Seulement, mes pensées et mes souvenirs disparurent avec ma "résurrection" et j'étais une tout autre personne, qui assistait à la monté en puissance de quelque chose qui ne me plaisait pas et qui se disait mon mari. A mesure qu'il utilisait son pouvoir, je développais une haine envers la magie, c'est ainsi que ma force se développa et se matérialisa dans ma faux. Lorsque j'estima que je devais prendre mon envol, je brisa sa lame et dispersa les fragments en Feleth, la plupart vinrent d'une grotte perdue, les autres furent cachés. Seulement, la secte qui le vénérait me traqua et lorsqu'ils mirent la main sur moi et que mes compagnons m'abandonnèrent, ils décidèrent de m'implanter l'un des fragments, afin de me punir de ma trahison envers Orfol. C'est ce que tu vois sur mon crâne, la corne que je porte, est ce dit fragment, et le cristal que tu possèdes lui, est le fragment primordial, celui qui détient l'essence même de Nihil.
- Exactement Drael'Nar... Et tu paieras de ma main cette trahison, la secte fut trop clémente à ton égard. Mais avant cela, une question me trotte dans la tête, toi Darion, qu'es-tu venu chercher, pourquoi te jeter ainsi dans ma gueule? Pourquoi venir à ta propre fin?
- Mon cœur... Il est ici n'est-ce pas?

Orfol adopta un air perplexe, il ne semblait pas comprendre pourquoi Darion venait récupérer quelque chose d'aussi stupide. Ouvrant une petite boite qu'il lança au régent, il déclara.

- Le voici, idiot.

Au moment où il toucha la boite, Darion sentit une chaleur l'envahir, la partie humaine qui lui avait tant manqué rentrait à nouveau en lui, mais étrangement, son pouvoir semblait s'abaisser de nouveau. Avant même qu'il ne relève la tête, Orfol était juste devant lui, et le balaya d'un coup de main, l'envoyant valsé sur quelques mètres.

- Abruti... Retrouver son cœur afin de regagner son humanité? Et c'est de toi que cette garce est amoureuse? Lorsque j'en aurais fini avec elle, crois moi que tu vas souffrir... TU n'es pas digne de ma puissance, tu n'es pas digne de vivre... Tu es faible Darion, et nous, les occultes, devons être forts. Maintenant regarde, regarde le prix à payer pour me trahir.

Darion ne réussirait plus à bouger, son corps ne répondait pas, comme si son pouvoir était anéanti. Son cœur quand à lui battait doucement, à ses côtés. Drael'Nar tenta de courir vers lui mais Orfol s'empara d'elle et la souleva sans effort, sous les yeux inquiets de l'Ombre qui était impuissant.
Le démon ricana doucement, tandis qu'il posait sa main sur la corne de Drael, et d'un coup sec, ce dernier l'arracha de la démone, la faisant hurler à la mort devant Darion qui ressentait la peine de cette dernière et se relevait doucement, ses muscles et ses os lui faisant un mal atroce.

- Lâche-là!!! Ordure!!! Ne la touche pas!!!

Orfol se tourna alors vers lui et le toisa.

- Allons, maintenant ton cœur ne te préoccupe plus? Tu étais venu pour ça n'est-ce pas? Pourquoi te soucier de cette femme, elle n'est rien de plus qu'une arme pour toi n'est-ce pas? Un moyen de parvenir à tes fins? Sa vie ne devrait pas t'intéresser plus que ça.
- Elle n'est pas qu'une arme... Elle est ce que j'aime... Elle est la raison pour laquelle je ne veux détruire ce monde qu'est Feleth...
- Raison de plus pour la tuer alors.

*CRAC*

Le temps sembla alors se distordre devant l'Ombre qui assista à des événements qui le choquèrent bien plus qu'il ne l'aurait pensé. Orfol resserra sa main, et un bruit d'os écrasés se fit entendre, suivi du cri étranglé de Drael'Nar, qui cracha ensuite une gerbe de sang sur le sol blanc. Le pouvoir de Darion se matérialisa alors en une flèche noire qui s'élança en direction d'Orfol qui la fit disparaître instantanément.

- Ton pouvoir, proviens de mon être pauvre imbécile... Que comptes-tu faire contre moi avec?

Il resserra ensuite encore un peu plus son emprise sur la démone, qui cracha de nouveau une gerbe de sang cette fois-ci dans un gargarisme sanglant. Darion baissa alors la tête, se mordant les lèvres avec une telle force que du sang coula le long de son visage.

- Alors je devrais utiliser autre chose... Mon sang va finalement me servir...

Les marques sur son bras s'illuminèrent alors, tandis qu'un javelot de lumière se formait dans sa main.

- Je t'ai déjà dit... Peu importe qui tu es... De la lâcher!

Lançant son sort, le pique lumineux fila à une vitesse phénoménale, traversant le poignet d'Orfol sans qu'il ne puisse rien faire. La main de ce dernier lâcha la démone tandis qu'il hurlait. Utilisant ses liens d'ombres, Darion attira Drael'Nar jusqu'à lui. Mais alors que du sang s'écoulait du bras du grand démon, un javelot noir quitta son autre main, et traversa l'abdomen du régent du crépuscule, comme une ironie du destin, comme pour lui rappeler qu'ombres et lumières n'étaient que des jumelles ennemies. S'effondrant sur le sol, alors que son pouvoir ne le régénérait pas, probablement à cause d'Orfol, il posa son regard sur sa bien aimée, qui l'observa en retour, leurs regards, se croisèrent alors.

Spoiler:
 

- Da... Dar... Darion...

Une larme coula des yeux de la démone, qui semblait maintenant incroyablement humaine. Rampant jusqu'à elle, Darion attrapa sa main et lui sourit.

- Je ne vais pas te perdre tu m'entends...
- Hurg... Je... Je suis si désolée... Arhg... Tout est... De ma... Faute...
- Ne dis pas ça mon amour... Je n'avais aucun but, aucune raisons de vivre... A travers le cristal, à travers toi, j'ai trouvé un but à mon existence... Le monde doit être corrompu, les ténèbres doivent le dominer... La lumière aveugle les mortels, mais sans toi, je crains qu'elle ne me brûle les ailes...

Les larmes coulaient maintenant sur les joues de l'ombre alors qu'il sentait la vie de son amour s'échapper peu à peu. Derrière eux, Orfol marchait doucement, les dominant tous deux.

- Comme c'est émouvant... Et dire que j'ai cru que tu étais digne de ma force l'espace d'un instant porteur de lumière... Tu n'es qu'un furoncle sur mon passage, un insecte qui se doit d'être écrasé...

Le démon lança alors son poing en leur direction, cherchant à les écraser sous sa force. Darion revit alors tous les souvenirs de son épouse, et tous les moments qu'il avait passé à ses côtés.

- Non.

Le poing d'Orfol fut alors stoppé, une énorme vague de magie bloquant sa main. Une magie mêlée d'ombres et de flèches de lumières. Se relevant doucement, Darion portait son cœur dans la main gauche, tandis qu'une gerbe de flèches lumineuses quittaient sa paume droite, et venaient se ficher dans le bras du mastodonte.

- Non, je refuse que tu me la prennes.

Orfol tituba sous la force phénoménale qui émanait de Darion, la corne de Drael'Nar, qui lui avait été arrachée tomba aux pieds du régent du crépuscule, qui s'en empara, la mettant en main droite. Levant la corne en l'air, s’apprêtant à l'abattre sur son propre cœur, il fut arrêté par Orfol qui déclara.

- Sais-tu ce que tu t'apprêtes à faire? Tu n'as aucune idée de ce que contient ma magie! Si tu te sacrifies, tu m'offres ton âme! Comme mon épouse l'avait fait autrefois! Tu perdras ton humanité à jamais!

Un rire sinistre, coupé par des crachats de sang noir s'échappa de la gorge de Darion qui fixa son amour qui était au sol, larmoyante, puis le démon.

- Elle est mon humanité.

Sa main s'abattit alors sur son cœur, plantant l'organe avec la corne. Darion se tordit alors de douleur tandis qu'en lui, quelque chose disparaissait. Orfol le regardait, ne bougeant plus. Des ailes noires sortirent du dos de l'Ombre qui laissa tomber sur le sol son organe, qui brûlait doucement, consommé par des flammes noires. Ne prêtant guère attention au démon, Darion avança en direction de Drael'Nar qui ne bougeait plus. Soulevant son corps qui lui semblait incroyablement léger, le régent du crépuscule insuffla en elle sa magie, réparant ses os et ses tissus. Haletante, elle le fixait, telle une poupée de porcelaine.

- Pourquoi as-tu fait ça? Tu es condamné à la damnation éternelle, comme moi... Jamais tu ne redeviendras humain... Jamais tu ne pourras espérer la tranquillité...
- Tant que tu es à mes côtés, tout ira bien... Quand au monde... Laissons le temps choisir le chemin qu'il souhaite prendre.

Orfol ricana doucement, observant les deux protagonistes.

- Ainsi le destin est vraiment ironique... Celle qui m'a trahie par le passé, a réussi à me donner la plus grande chance de retour...
- Ne te méprends pas, Orfol.
- Pardon?
- Je ne te laisserais pas dévorer Feleth... Je ne souhaite pas détruire le monde. Je souhaite le dominer. L'Ordre dirigera Feleth, nous régnerons tels des dieux. Cela pourra me prendre une éternité, mais je m'en moque. Après tout, mon âme vient d'être maudite par ta personne n'est-ce pas? Par ce fait, le temps ne représente plus une gêne.

Se détournant du démon, Darion utilisa la clé, ouvrant de nouveau le portail, qui allait le ramener chez lui, à Cœur-Ébène.

- Alors va, Darion Sombrelame, va forger ton destin. La secte réunira les autres fragments pour moi, et quand il ne me manquera que le tien, alors le destin te rattrapera, et nous nous affronterons de nouveau. Cette fois, je vous tuerais, toi et cette catin que tu tiens dans tes bras.

Darion ne prêta pas attention aux dires du démon et emprunta le portail, quittant cette mystérieuse région et retournant à Cœur-ébène, où ses assombris l'accueillirent inquiets en voyant qu'il était couvert de sang et que Drael'Nar semblait mal en point. Les chassant d'un geste de la main, Darion déclara.

- Elle va bien et moi aussi. Que personne ne nous dérange, je me retire dans mes appartements.

Au fond de son être, l'Ombre avait changé, son âme s'était mêlée à celle d'Orfol... Quelque chose de noir et sombre était maintenant éveillé en lui... Quelque chose de puissant. Drael'Nar était maintenant libérée et totalement sienne, il avait sacrifié ce qu'il avait de plus précieux pour elle, et elle s'était sacrifiée pour lui. Rien ne pouvait plus les stopper. Carl, Stilgar, Vektor, et tous les autres assombris et corrompus, tous allaient maintenant montrer au monde, ce qui signifiait le désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le sacrifice de l'Ombre [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Le Vein, le monde du dessous :: Lac des âmes perdues :: Falaises d'obsidienne-