''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Daryl Ausländer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Daryl A.

Invité

________________


________________



MessageSujet: Présentation de Daryl Ausländer   Ven 29 Avr 2011 - 18:11


* * *

Nom : Ausländer
Prénom : Daryl
Rang : Ciseleur pourpre

Âge : Une vingtaine d’années physiquement
Sexe : Masculin

Race : Faux-parleur
Classe : Rôdeur
Métier : Orfèvre
Croyances : X
Groupe : Clans/Solitaire

La Caravane du Soleil. Ce clan est celui qui a recueilli le diable lors de ses premiers jours sur les terres de Feleth. Voyageant toujours vers les contrées plus chaudes, d’où son nom, cette petite communauté de marchands survit avec la chasse et le commerce dans différentes villes et villages. Assez populaire, mais très peu connue, leur absence ne provoqua pas tellement d’émeutes… Après tout, les attaques de bandits sont monnaies courantes non ?



Équipement
Des armes sommaires, fabriquées ou récupérées sur les corps gisants autour de lui après ses absences. Rien de bien singulier donc, une épée basique brisée, un arc en If et des flèches taillées du même bois aux pointes de silex.
Mais quelque chose attirera les regards. Une dague ouvragée, obtenue avant la fuite de son dernier refuge. Des fleurs de lys sur la base de la lame, plus sombres, contrastant avec l'étincelant originel. Son manche d'obsidienne, torsadé de fines rainures blanches, en fait plus un objet de collection auquel il tient plutôt qu’une arme. Et pour cause, c’est le dernier cadeau que lui ont offert ses parents adoptifs.
Une tunique de cuir brûlé pour son torse, marron noirâtre, et des linges verts Véronèse pliés autour des avant-bras. Pour parfaire sa panoplie de vagabond, une cape élimée bleu sombre, tachée par la terre, avec une large capuche.
Plus prosaïquement, il possède, sur sa ceinture ou dans une sacoche, tout un fatras d’outils : petit marteau de plomb, pince, bigorne, ciseau… Et oui, quand on se dit orfèvre, faut le trimballer son matos.
Tout autant que les petites breloques, anneaux, amulettes qu’il fabrique.


Talents de combat
Daryl n’est pas un combattant. Il sait manier l’épée et l’arc mais sans plus de talent que nécessaire, généralement pour la chasse. Il est en somme assez rapide et endurant, indispensable pour traquer ou poursuivre une proie…

Talents de magie : Aucun
Talents divers
Il sait rester discret et attendre pendant des heures, sans faire plus de mouvement qu’un rocher. Mais uniquement lorsqu’il est seul. Également très manuel, il peut faire des merveilles avec peu de choses. D’où son talent pour fabriquer des armes basiques, ou encore des bijoux de toutes factures. Sa bonne vue lui octroie une précision très appréciée.
Pouvoirs particuliers
Étant un Faux-parleur, la phrase qui le fait régresser au rang de bête sanguinaire est « Ne pose pas de questions ». Les personnes qu’il attrape subissent une mort extrêmement douloureuse… Après leur avoir crevé violemment les yeux en leur sautant dessus, il plonge ses mains, ses ongles, ses doigts, ou tout objet tranchant dans la peau de l’infortuné. Une fois ceci fait, il part de la plaie faite en haut du corps et descend jusqu’en bas de celui-ci en déchirant muscles, nerfs et tendons. Autant vous dire que la douleur est insupportable jusqu’à la mort de l’individu. Individu qu’il arrive parfois à tenir en vie plusieurs heures tout en lui crachant répétitivement cette phrase anodine.

Apparence physique
Nos actes se rejettent sur notre physique. Et ce n’est que trop vrai. Grand dadet qu’il est, Daryl est assez menu, fragile, androgyne au regard noir. Son nez aquilin et la cicatrice sur son sourcil droit lui donne un air farouche qu’il n’assume pas du tout. Suave, élancé, fin, il a ce côté romantique et mystérieux des hommes qui, catogan au vent, vous récite des vers. Mais là c’est surfait. Sa peau pâle contraste avec le noir de ses cheveux et sourcils. Ses yeux marron tirent parfois sur le vert au soleil. Une émeraude de vie dans ce corps fuyant. Corps, d’ailleurs, très peu fourni par la pilosité, pratiquement imberbe dirons-nous. Pas très viril le gaillard.
Caractère, personnalité
Et non il n’est pas bien viril ce garçon. Daryl est un associable accompli, il évite le contact humain systématiquement s’il n’y est pas forcé. Très peu loquace, il ne maîtrise pas le verbe à son aise, éviter de parler d’ailleurs l’arrangerait. Regard fuyant, le stress lui vient facilement et il ne lève que très rarement un mot au-dessus de l’autre. Sa soumission le pousse parfois à la violence pour fuir, ne sachant bien contrôler ses émotions. Les discours qui durent et qui s’enlisent peuvent le mettre hors de lui, et ne sachant plus quoi faire, il fuira les armes à la main. Il est pourtant très réfléchi. Avant de sortir chaque phrase, et surtout pendant qu’il essaye de l’exprimer il balbutiera la plupart du temps. Jamais sûr de lui, il essaiera d’évaluer toutes les hypothèses sans jamais en trouver une valable. Ainsi, lorsqu’il commencera son dialogue, ses heures de réflexion n’auront servit à rien puisque tout essaiera de sortir en même temps. C’est pour cela qu’il a choisi le silence comme meilleur ami. Si ce n’est pas triste.
Pourtant il s’y plaît bien. Souvent rêveur, il ne fait pas toujours très attention à ce qu’il se passe autour de lui. Il se laisse aller, arpenter son esprit. C’est ainsi qu’il trouve des idées, qu’il se sent bien. Pour autant qu’il le sache, il ne se réveillera que grâce à un choc pour dire si sa torpeur est profonde.
Mais lorsqu’il voyage il n’y a pas plus paranoïaque que lui. Daryl ne se sent « libre » que lorsqu’il est dans son état de torpeur psychédélique. À la moindre chose qui demande son attention il s’y fixera autant que tout ce qu’il y a autour. Il fera tout son possible pour que rien, absolument rien ne lui échappe. Une ombre, quelqu’un qui s’approche, qui parle, qui le regarde. Il n’écoutera donc pas forcément son interlocuteur, trop affairé qu’il sera à vouloir tout cartographier. Sentant le danger partout, il se retournera et son cœur battra la chamade au moindre bruit.
C’est également la raison pourquoi il préfèrera les espaces confinés, petits, voire clos. Sur des plaines, de trop grandes étendues où son regard, perçant s’il en est, ne peut tout voir en un seul coup d’œil le rendra nerveux. Il veut tout cartographier, repérer. Être un « radar » humain en quelque sorte. Les surprises et les choses imprévus ne sont pas vraiment sa tasse de thé.



* * *

Histoire
Je suis là.
Oui, je suis bel et bien là. Mais depuis combien de temps ? Et où exactement ? Il fait sombre, tout est informe, rien de tangible ne s’offre à moi, moi qui ne suis qu’imaginaire. Cela fait peut être quelques jours, quelques années… Que j’arpente ces décors flous de souterrains, de grottes, de ruelles sombres où rien je ne voyais. Mais j’entendais. J’entendais des rires, des pleurs, des cris, des soupirs et des histoires.
Tiens ? Quelque chose s’ouvre. Une lumière m’éblouit et m’attrape si fortement que j’en ai un haut-le-cœur. La première envie que j’ai eu en arrivant dans ce monde fut de m’ouvrir le ventre. Tout ce que j’avais en moi me criait de sortir et me ligotait tout entier.
C’est stable.
À plat ventre sur le sol, je fis ma première rencontre avec des pavés. Ceux-ci étaient humides, la pluie était tombée récemment et comme s’ils en avaient assez eux aussi de ce contact inhabituel, je sentis comme des aiguilles me transpercer de toutes parts. C’était ce qu’on appelait avoir froid, et j’étais entièrement nu. Heureusement, la ruelle était vide.
Elle était.

- Oh mon dieu ! Mais qu'est ce que vous faites ainsi ? Vous êtes trempé... jeta soudain une voix criarde.

Tétanisé, je ne sus pas d’où venait ce son. Jusqu’à ce qu’un lourd manteau vienne s’écraser sur mes épaules et que des mains se voulant rassurantes me le boutonnaient. Enfin, je prenais conscience de mon corps. Une enveloppe molle, chaude, douce et si fragile. J’empoignais le vêtement chaud comme un cocon.
C’était une femme qui m’adressa le premier regard et les premières paroles de mon existence. Après m’avoir demandé où j’habitais elle se rendit vite compte que je n'avais pas de foyer. Elle me demanda comment je m’appelais. Je n’en avais pas non plus, de nom.
Une chevelure blonde platine illuminait son visage rosé et fin. Elle s’appelait Hilda. Hilda Ausländer.
Et elle fut la première à me nommer.

La vie de nomade était fatigante, mais on ne s’y ennuyait jamais. La Caravane du Soleil m’accepta avec force de fête et de chants. Je faisais maintenant parti de la famille Ausländer, malgré le fait de mon âge. Enfin, nous avons jugé que j'avais 20 ans lorsqu'ils m'ont recueilli. Un couple qui n’attendait qu’une descendance. Ce que je me suis permit de leur offrir en remerciement de m'avoir sauvé de l'oubli, en les aidants, ils avaient bien besoin de bras.

Pendant 3 belles années.

Pendant 3 ans j’appris, aux côtés de Ménard mon père, les rudiments de la chasse et à utiliser mes mains comme de véritables outils créateurs. La preuve en est que je me découvrit une passion pour le travail minutieux des pierres précieuses et métaux qui en faisait leur monture.
Je travailla à ce que mes parents adoptifs soit fier de moi. En somme, une vie simple, heureuse et normale. Mais ce serait une impression fausse. D’où est-ce que je venais réellement ? Qui étais-je ? Ces questions ne me torturèrent que récemment, avant j’acceptai ma condition sans plus de cérémonie, le bonheur étant au rendez-vous.

Mais vous connaissez le Destin, il a bien pris soin de me laisser une surprise. Surprise que j’ai oublié. Ce serait tellement ennuyeux autrement.

Le soleil sera bientôt à son zénith. Lançant ses rayons à tout va, réchauffant, brûlant, accélérant la putréfaction de corps qui redeviendront bientôt grouillants de vie. La caravane avait perdu tout son éclat, toute sa cohésion. Les toiles volaient au gré du vent exhibant leurs entailles, projetant des ombres fantomatiques sur la chair déchirée. Lacérés, rayant les corps de stries rouges suppurantes de la noirceur et un liquide bientôt jaunâtre. Tous les visages arboraient la même expression. Non celle de la terreur, mais celle de la surprise, du dégoût. Seuls les chevaux de leurs yeux vitreux semblaient vouloir fuir. Une horreur sans nom s’étendait sur ce camp qui n’abritait plus qu’un seul être vivant. Le seul étranger de la compagnie à qui l’on allait fêter sa « vingtième-troisième année » …

Je ne peux plus bouger, je ne veux plus bouger, quelle horreur. C’est pas possible, non, ce n’est pas possible… Qu’est ce qu’il s’est passé ? J’ai mal… Mon front saigne et… je vois rouge d’un œil… “ Il serra la dague forgée par son père et décorée par sa mère contre lui ” Ce n’est pas possible qu’est ce qu’il s’est passé, je ne me… Souviens de rien ?
Ma mémoire est brouillée. Mon père s’approche avec ma mère, tous deux souriants, un long coffret en bois dans les bras.

- Daryl, ceci est un présent de ta mère et moi. Tu as 20 ans maintenant... Et tu n'as pas changé depuis le jour où nous t'avons trouvé si ce n'est que tu es plus rayonnant. Il sourit avec affection. Nous t'offrons cette lame qui symbolise le fruit de notre passion et de notre amour. Puisse-t-elle te porter bonheur et refléter le soleil jusqu’au bout de tes jours.
Il me tendit le coffret que j'ouvris avec un regard pétillant.
- Elle est… Magnifique… Mais comment… ?
Ma mère me coupa
- Prends là. Ne pose pas de questions… Joyeux anniversaire Daryl. Dit-elle d’un ton chaleureux.

Ne pose pas de questions…
Tout devint noir.

La dague était ruisselante, mais illuminait le visage du Faux-parleur avec le reflet devenu rouge de la lune. Après avoir enterré les corps de ses faux parents et mis le feu au reste, Daryl empoigna un des derniers chevaux restants et parti au galop. Il voyagea ainsi pendant 1 ou deux ans, et la même scène s’était reproduite là où il semblait rester trop longtemps, là où il devenait trop connu… Le jeune homme ne comprenait pas qu’il était la cause de ces massacres, il ne voulait pas le croire. Il se sentait maudit, quelque chose le poursuivait, et le faisait souffrir inlassablement… Pourquoi était-il si différent des autres ? Il ne vieillissait pas, le temps passait mais rien sur lui ne changeais...
La lueur de ses travaux était son seul rêve.

Se taillera-t-il un monde imaginaire ? Un monde tout aussi fixe que lui, prisonnier de son apparence ?



***


En ce qui vous concerne


À quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Au minimum deux fois par semaines… Au minimum…

Comment avez-vous découvert le forum ? Les taupes site.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Très uniforme, il s’harmonise parfaitement… Bien que ce soit difficile de « rigoler » dans ce genre de décors... MUAHAHAHAH !... Désolé.


***


Test-RP

Il fait frais, le vent rabat ma capuche en arrière et découvre mon visage ébloui par le soleil. Mes yeux se ferment légèrement le temps de filtrer l’afflux de lumière pour me découvrir une magnifique vallée. Les grandes plaines. Les champs se balançaient et reflétaient l’énergie de l’astre par vague, une mer végétale qui s’étendait sur des kilomètres. Des kilomètres à couvrir du regard. Sans rien voir.
Il y avait très peu de bosquets où je pourrais m’abriter, je devrais faire avec.
Ma monture entama la descente des collines et m’emmena tranquillement vers le premier village qui pointait son nez hors de ce plat monotone.

“ Juste quelques heures… Ce sera juste quelques heures à passer… Tout ira bien ”

Je vais essayer de vendre mes créations, le gibier risque de se faire plus rare et plus maigre sur ces plaines et je devrais me ravitailler en conséquence. Une autre épée également. La mienne ne coupe plus, elle écrase.
Descendu de la colline, je rabattis ma capuche avant d’entrer. C’était une petite bourgade sans grande prétention. Sûrement un point de passage pour les Clans qui sillonnent la contrée. Les chaumières qui la composait étaient toutes construites de pierres de taille. Grossières, la glaise qui par endroit comblait les ouvertures montrait bien que les architectes ne sont pas légion par ici. Néanmoins elles devaient être confortables.

La terre crissait sous les sabots. Je descendis de mon cheval pour marcher à ses côtés, histoire de me fondre un peu plus dans la masse. Ne pas trop me faire remarquer.
La population avait l’air plutôt joyeuse, il devait faire bon vivre ici. Les paysans revenaient faux à l’épaule et leurs carrioles pleines pour remplir les granges. Des roulottes criait la douceur de leurs tissus et les dames s’amoncelaient autour.
Une épaisse fumée s’élevait de l’antre de la forge du village. Pour la rejoindre je traversa la petite place qui devait rassembler tout les commerces, et m’enfonça dans la chaleur de celle-ci. Un visage buriné surmonté d’une carcasse épaisse me toisa en retirant ses gants de cuir tanné.

- Et beh on est perdu ? C’est qu’t’as pas l’air d’ici en plus… On rentre pas dans mon atelier comme à l’auberge ! Qu’est ce que tu veux ?

- Euh… Je voudrais remplacer ma… Mon… Bout de métal là… Est-ce que… ?
- T’fatigue pas, la boutique c’par là. T’t’rouvras pas d’meilleures armes qu’ici ! J’sais pas c’que t’as fait avec la tienne mais tu verras jamais une de mes miennes comme ça !
- Ah ! Merci ! Bonne journée, au revoir !

Je suis sorti comme un voleur et rasa le mur vers la direction indiquée. Pourquoi est-ce que c’est si difficile de parler ? Pourquoi ça me met toujours aussi mal à l’aise…


Dernière édition par Daryl Ausländer le Lun 2 Mai 2011 - 20:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   Ven 29 Avr 2011 - 19:14


Bonjour Daryl ^^,

Je me présente tout d'abord, je suis Meryle Nightlander administratrice forum, vampire de mon etat et chef de clan. Mais là n'est pas la question, parlons plutôt de toi.

En éspérant que tu ais bien lu le réglement bien sur, je te souhaite la bienvenue sur Les Terres de Feleth !
Je vois que ta fiche est terminée et d'ailleurs très interressante, nous avons peu de faux parleur et j'aime beaucoup la phrase clé. Cependant pour ce qui est du groupe, je ne peux pas te mettre dans les clans, etant donné que celui auquel tu appartenais à trépassé (dans ce que tu en dis). Je te mettrais donc dans les solitaires si tu n'y vois pas d'inconvénients.
Pour le reste je pense qu'il serait interressant de développer un peu plus la psychologie de ton personnage. Pour le reste tout me semble correct.
Ta fiche est bien prise en compte, pas d'inquiétude, je te donnerai ma réponse ainsi que ma validation au plus vite après ces quelques modofications si tu veux bien t'y coller ^^.

Merci de ta compréhension.

Ce sera tout pour aujourd'hui, je te laisse à la méditation et merci encore pour ton inscription. !

KAAAMBAAANWAAAA A LA REVOYANCE !!! lol

Meryle Nightlander.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daryl A.

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   Ven 29 Avr 2011 - 19:31

OMAGAWD UN VAMPIRE !...

Enchanté Meryle ! Merci beaucoup pour l'accueil.

Je suis un bon élève, j'ai tout lu avec avidité !
Oui, en effet, quand j'ai vu cette classe l'idée m'a plut énormément. En ce qui concerne le groupe pas de souci, c'est pour ça que j'ai mis les deux, ne sachant pas si le fait d'avoir détruit ce qui restait du clan me permettait quand même d'appartenir à ce groupe...

Pour la psychologie, je vais m'arranger pour mieux cerner mon personnage afin que la fiche soit complète et prête à la validation.

...Et puis kanbanwa pareil.
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   Ven 29 Avr 2011 - 19:37

Très bien très bien ! Parfait, dans ce cas j'attend avec impatience la modification de ta fiche, préviens moi dès que ce sera fait. =)
N'hésite pas pour d'autres renseignements au cas ou !

A très très bientôt ! KAMBANWA !!

(magnifique BJD *O*)

Meryle Nighlander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Daryl A.

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   Sam 30 Avr 2011 - 0:29

Modification terminée.

S'il y a quoi que ce soit d'autres, ou que c'est encore trop flou ou court par endroit je suis prêt à réparer ça.

BJD ?... Ah c'est des poupées... J'aurais appris un nouveau mot au moins. Merci !
En espérant que les nouvelles précisions apportée soient suffisante pour une validation (x_o)

Bonne nuit !
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   Sam 30 Avr 2011 - 3:05

Et bien après relecture il me semble que tout soit bon et merci beaucoup pour ta coopération ! ^^ ! J'aime beaucoup ton personnage alors je te souhaite donc la bienvenu Daryl et bonne chance parmis nos Felethiens adorés ...

PAR LA FORCE DU GNUF JE TE VALIIIIIDE !!!!!! >O<


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Présentation de Daryl Ausländer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Présentation de Daryl Ausländer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-