''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Sam 10 Déc 2011 - 3:17

*Je vais mourir de froid…*

Peinant à mettre un pied devant l’autre, Naira avançait avec difficulté dans la neige qui lui arrivait à la taille. Le contact de de la poudreuse fraichement tombée contre ses jambes nues avait complètement engourdi ces dernières et seul l’instinct de survie lui permettait encore de mettre un pied devant l’autre. Elle pleurait de douleur mais le vent glacial, comme s’il voulait l’achever, gelait ses larmes avant même qu’elles ne puissent tomber.

Voulant visiter une ville dont on lui avait vanté les mérites, la demoiselle avait entreprit la traversée des montagnes, inconsciente du danger que représentait un tel périple. Elle n’avait jamais vu de neige avant et bien que peu surprise par son apparence dont on lui avait souvent parlée, Naira n’aurait jamais pensé qu’elle puisse être aussi froide.

Comme une lueur d’espoir, une flamme sembla vaciller dans le blizzard, à quelques mètres d’elle. La musicienne eu peur de commencer à perdre ses esprits mais quand elle la vie à nouveau trembler, elle fut saisie d’un second souffle et se mit à accélérer. Une torche plantée au milieu de nulle part défiait le vent, tendant ses mains vers cette dernière, la jeune elfe soupira de plaisir à la vague de chaleur qui l’irrigua. Un second braséro identique était planté à quelques mètres de là et intriguée, Naira s’en approcha, avant d’en voir un autre encore un peu plus loin.

Espérant qu’elle était par chance tombée sur un chemin fait volontairement pour aider les voyageurs perdus, elle oublia la douleur et leva au mieux ses jambes pour essayer de courir. Quelques torches plus loin, son frêle corps se retrouva au pied d’une immense palissade en bois. Qu’importe qui vivait ici, il accepterait peut être de l’aider, elle n’avait d’autres choix que d’essayer. Tambourinant à la porte qui se trouvait à quelques mètres sur sa droite, elle entendit cette dernière s’ouvrir après qu’une silhouette se soit penchée du haut des murailles. Entrant en trombe, elle percuta un géant de plus de deux mètres qui la rattrapa avant qu’elle ne tombe, les yeux écarquillée à la vue de la minuscule enfant qui se présentait devant lui.

D’une traite, Naira lui expliqua son histoire, que le garde ne semblait croire qu’à moitié. Les gens d’ici étaient surement superstitieux et le colosse avait du mal à avaler l'idée qu’elle ait pu arriver jusqu’ici par ce temps. Peut-être qu’il la prenait pour une espionne ou une sorcière ? Alors qu’elle grelotait, il l’assaillait de question, tentant de confirmer ses doutes. La jeune femme remarqua que ce qu’elle avait pris pour un petit camp était en fait une petite ville de montagne où, vu la météo capricieuse, personne ne mettait le nez dehors. Personne, excepté un homme, qu’elle n’avait jamais vu, qui venait de sortir d’un bâtiment. Tentant le tout pour le tout, elle lui jeta un regard suppliant pour attirer son attention, priant pour qu’il lui vienne en aide. Depuis qu’elle vagabondait dans le monde des hommes, Naira avait compris que son air d’enfant était un atout non négligeable pour se sortir d’un mauvais pas. Son ventre gronda soudain, elle se rappela qu’elle n’avait rien avalé depuis presque une journée, trop occupé par sa marche puis surprise par la tempête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Dim 11 Déc 2011 - 2:43

Ledha plissa des yeux et remonta le col en fourrure de son manteau. La neige craquait sous ses pas dans un bruit satisfaisant. A un moment, il s'arrêta et piétina le sol, appréciant ce "crac-crac" rassurant. Le froid giflait son visage mais ne semblait pas le gêner plus que cela. Au contraire,il réveillait Ledha.

Là ou il avait grandi, dans les plaines nordiques, les vent glacés étaient monnaie courante. Certes, la neige était inexistante, mais il connaissait le froid. Dans les terres désolées de la dynastie Borolev, les températures dépassaient rarement les 7 degrés. De plus, l'atmosphère perpétuellement humide, donnant des pluies glacées régulières, ajouté à cela qu'il n'y avait que 4 à 5 heures de soleil par jour, avait donné des gens à la peau relativement pâle, et au caractère sombre.

Ledha. Dans le langage primitif de son clan, cela voulait dire "soleil". Sa mère l'avait nommé ainsi car il n'avait pas pleuré à sa naissance. Il avait rit, souriant à tout le monde comme un bienheureux d'arriver enfin dans le monde. Son caractère doux et aimable, tranchant avec un comportement assez psychotique du reste de sa famille, correspondait parfaitement avec son prénom. Sa mère l'avait bien choisi.

Planté au milieu de la rue principale de la petite ville minière de Byurg, Ledha repensa à ses terres de naissances. Il n'y avait plus pensé depuis si longtemps. Après qu'il ait tué sa famille et quitté ce qui était le territoire familial, les nombreux châteaux devaient sûrement tomber en ruine. Les habitants des communautés, sous domination des Borolev, étaient sûrement en train de prospérer. Il se souvint de leurs "adieux" quand il avait quitté ces terres. Il était un Borolev, un hémomancien notoire,il avait tué certains de leurs femmes, enfants ou cousins. Il auraient pu l'attaquer. Mais en quittant ce qui lui "revenait" de droit et en tuant sa famille,il leur avait donné la liberté, de manière plus rapide que n'importe quelle rébellion.

Il avait passé le pont qui servait de frontière sous les regards de centaines de personnes. Une vague d'applaudissements colossale, mais sans chaleur et sans vivats. Il n'avait alors pas plus d'une vingtaine d'années.

* Pourquoi je repense à cela ? Est ce la trentaine qui approche qui me fait revenir là dessus ? *

Il secoua la tête, ses yeux glacés fixant les alentours. Il croisa le regard lointain d'une jeune fille, une gamine qui parlait au garde de la porte. Il marcha vers eux. Emmitouflé dans son manteau, il progressa de manière facile, utilisant son fauchard comme bâton pour avancer.

" Allons, il y a un problème ? " demanda t-il d'une voix chaude.

" Toi, l'étranger, tu ferme ta gueule. " répondit le garde d'un air cassant. Ledha se renfrogna, mais l'insulte glissa sur lui. Il fixa ses yeux bleus dans ceux de la petite fille. Il aborda un air étonné. Que pouvais bien faire une petite fille aussi jeune et fragile par ici, en plein hiver ? Il regarda quelques instants les jambes nues de la petite fille. Elles devait sûrement êtres douces, comme du satin et... il secoua la tête de droite a gauche en fermant les yeux d'un air énervé.

" Cette petite est sur le point de succomber d'une hypothermie. Vous ne voudriez pas être responsable de sa mort. "

" Une hypoterquoi ? " demanda le garde d'un air paniqué.

Ledha s'approcha de la nouvelle arrivant qu'il gratifia d'un sourire paternel. Il posa sa main sur son épaule et l'attira vers lui, lui faisant franchir la porte.

" Elle a besoin de se réchauffer près d'un bon feu d'auberge. Ou de forge. " Le garde les laissa entrer. Au fond, c'était un brave type, malpoli, méfiant et prenant son rôle trop à cœur, certes. Il laissa sa main sur l'épaule de la jeune fille, prête à la soutenir en cas de coup dur.


Dernière édition par Ledha Borolev le Lun 12 Déc 2011 - 2:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 12 Déc 2011 - 2:20

Si le fait de voir s’approcher l’étranger lui avait redonnée espoir, la réponse agressive du garde eu le mérite de la surprendre. Apparemment, l’homme n’était pas d’ici mais était-ce une raison pour parler de la sorte ? Malgré le fait qu’elle commençait à s’habituer aux humains, leur langage fleurit restait quelque chose qu’elle n’arrivait pas à comprendre. En fait, Naira ne voyait surtout pas l’intérêt de s’exprimer de façon vulgaire, surtout aussi gratuitement.

L’arrivant fronça légèrement les sourcils mais ne sembla pas relever l’insulte. Rien que ce détail le différenciait énormément de la quasi-totalité des hommes qu’elle avait rencontrée jusqu’alors, prêt à se sauter à la gorge pour montre leur semblant de virilité. Il préféra la manière fine et écrasa intellectuellement le garde qui la laissa entrer sous sa garde. Attiré par l’humain, elle se laissa guider, de toute façon, elle n’aurait pas eu la force de résister dans le cas où le suivre lui aurait déplu. Elle hocha la tête pour remercier l’étranger, ses oreilles toujours masquée par sa capuche, puis lui emboita le pas quand il l’invita à le suivre avec un sourire.

Plus elle progressait, plus Naira s’accrochait au manteau de son sauveur, jusqu’à s’affaler complètement dessus. C’était uniquement le fait que ce dernier, en avançant vers l’auberge, l’entraine derrière lui, qui permettait encore à la jeune elfe d’avancer. Il en prit rapidement conscience et passa un bras autour des épaules de la musicienne, la portant en partie, sans vraiment forcer vu sa carrure et le poids plume de sa protégée.

Ils arrivèrent devant un bâtiment un peu plus grand que la moyenne et l’humain poussa la porte, leurs permettant à tous les deux d’entrer. A peine à l’intérieur, Naira constata que l’endroit était remplit de géant, du moins, ils l’étaient pour elle. Si l’étranger qui l’avait gracieusement aidé était déjà un colosse pour elle, il faisait pourtant maigre à côté des habitants des lieux dont le plus petit devait dépasser le mètre quatre-vingt-dix. La fumée des pipes et les vapeurs d'hydromel qui flottaient dans la bâtisse lui montèrent à la tête et ses jambes refusèrent de la porter plus longtemps. Elle s’écroula dans les bras de son protecteur qui la portait complètement à présent. Encore sous le contrecoup du changement d’air et de température, elle attira son chevalier près de son visage pour murmurer :

« Je crois que c’est déjà un miracle que je sois restée aussi longtemps debout. Merci beaucoup de votre aide monsieur, mes parents m’ont appelée Naira. »

Elle lui posa un petit baiser sur la joue et le gratifia d’un faible sourire, le plus charmant qu’elle pouvait offrir dans son état.

« Et de quel prénom les parents d’un homme aussi gentil que vous ont t’ils décidés de la gratifier ? »

Son ventre gronda, lui rappelant qu’elle n’avait pas mangée depuis trop longtemps vu les faibles réserves naturelles qu’elle avait. Rougissant un peu, gênée, elle baissa les yeux en se massant le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 12 Déc 2011 - 3:41

Tandis qu'ils progressaient lentement sur la neige, Ledha couva du regard sa petite protégée. Elle semblait tellement fragile qu'il était persuadé de pouvoir la briser en la serrant trop fort, ce qui expliquait ses multiples précautions. Même en s'appuyant sur lui, elle ne pesait rien. La chaleur de l'auberge fouetta le visage de Ledha lorsqu'il ouvrit la porte. Presque tout le monde se retourna pour le regarder d'un air énervé signifiant "ferme la porte avant de faire entrer toute la neige". Après avoir fermé la porte et quelques instants, il vit que tous les hommes, de solides montagnards bien charpentés, regardaient surtout la petite fille, dont les jambes étaient presque entièrement découvertes. Il enleva son propre manteau et la recouvrit avec.

Elle s'écroula contre lui et lui murmura des remerciements en l'embrassant sur la joue devant tout le monde, tout sourire, bien que semblant très fatiguée. Une heure de plus dehors et elle serait sans doute morte. L'auberge, bien qu'étant en pierre, était doublée de bois, ce qui donnait une atmosphère bien plus chaleureuse à l'intérieur. Un grand feu retenu par un foyer de pierre dure trônait au milieu de la pièce, de plus de 60 mètres carrés. Des bancs étaient disposés autour de l'âtre, sur lesquels plusieurs personnes étaient assises. En tout, il devait y avoir une quinzaine de personnes, certaines au comptoir, d'autres accoudées à des petites tables rondes pour manger. Presque uniquement des hommes. Ces derniers regardaient Naira tandis que les deux femmes regardaient Ledha.

L'hémomancien rendit son sourire à Naira. Elle était très mignonne pour son âge. Elle lui rappellait un peu Thallis.

« Et de quel prénom les parents d’un homme aussi gentil que vous ont t’ils décidés de la gratifier ? »

Il allait lui répondre, mais le ventre de la petite l'interrompit. Elle baissa les yeux en rougissant. Craquant. L'entourant de son manteau, il l'amena doucement, comme une malade, vers le grand feu central afin qu'elle se réchauffe. Il lui dit doucement, à son oreille.

" Restez ici, j'amène de quoi nourrir ce ventre. "

Il déposa son fauchard sur le comptoir, et un petit garcon prit l'arme pour la ranger derrière. Les armes étaient en effet interdites dans l'auberge. Puis, il chercha du regard la la serveuse de la taverne, qui, professionnelle, s'était déjà dirigée vers lui, avec de l'alcool. Il fronça les sourcils.

" Merci, mais c'est la petite qui a besoin de manger et de boire, pas moi. "

" C'est pour elle. " Il prit une mine interloquée.

" De l'alcool ? Elle n'a même pas 14 ans ! " dit-il de bonne foi.

" Et alors ? Ça va la réchauffer aussi sûrement que le feu. Je vous amène de la venaison chaude. "

La remerciant en inclinant légèrement la tête, il revint vers Cette Naïra et lui donna le verre en grès, remplit d'alcool de couleur jaune pisse.

" C'est pour toi. Et pour répondre à ta question, je m'appelle Ledha. Qu'est ce qu'une petite fille comme toi fait ici, toute seule en pleine montagne et vêtue comme ça ? " dit-il d'un air intrigué, tout en se ménageant une petite place proche d'elle.


Dernière édition par Ledha Borolev le Lun 12 Déc 2011 - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 12 Déc 2011 - 4:19

Alors qu'elle se laissait guider jusqu'au feu central, Naira remarqua que de nombreux regards étaient braqués et sur elle. Elle remercia muettement l’inconnu de l’avoir recouvert de son manteau qui en plus de lui tenir chaud, cachait la quasi-totalité de son corps et trainait même un peu par terre. Quand il la laissa pour rejoindre le comptoir, elle se sentit gênée qu’on s’occupe ainsi d’elle. La jeune elfe trouverait bien un moyen de le remercier plus tard et puis dans son état, cette aide était plus que bienvenue.

La musicienne n’osait pas le quitter des yeux. Elle se sentait écrasée par les colosses qui partageaient la salle avec eux et l’étranger était le seul point de repère qu’elle s’était trouvée à des kilomètres à la ronde. Patiemment, Naira attendit qu’il s’arrange avec la serveuse et la rejoigne. Elle tendit le bras pour attraper le verre quand il arriva à son niveau, puis se décala un peu pour lui faire une place quand il tenta de s’asseoir.

« Merci. Je viens de l’Ouest, je traversais les montagnes pour rejoindre Faillaise, on m’en a beaucoup parlé, alors je voulais y aller. Je ne connais pas du tout la région et je n’aurais jamais cru que traverser les montagnes seule et sans réserves était si dangereux… Sans le chemin de torche qui borde la route, je pense que je me serais définitivement perdu dans ce blizzard. Et… Je n’ai rien d’autre à me mettre, je ne savais pas qu’il ferait aussi froid ici, c’est pour ça que je n’ai que cette tenue. »

Elle fit un nouveau petit sourire gêné et bu une gorgée de la boisson, qui lui brula la gorge. A ce moment-là, Naira aurait été capable de dire exactement où se trouvait la boisson dans son estomac. Faire la difficile n’aurait pas été polie et à défaut d’être à son goût, l’alcool apaisait la douleur qu’elle ressentait, l’anesthésiant légèrement. A sa grimace, il était pourtant facile, malgré ses efforts, de constater qu’elle n’appréciait pas du tout l’alcool. La serveuse ne tarda pas, surement y avait-il déjà plusieurs tranches sur le feu. L’assiette fumante fût posée sur les genoux de la chétive jeune fille qui se força, malgré son malaise, à gémir un remerciement à peu près formulé. Glissant ses mains hors du manteau par l’ouverture, les manches étant bien trop longues et lourdes pour elle, la jeune elfe attrapa un bout brulant et le porta à sa bouche avant d’y croquer à pleine dent. Soupirant d’aise alors qu’elle mâchait.

« Ça fait plusieurs semaines que je n’avais pas pu manger de viande. »

Elle disait ça simplement, pour meubler la conversation et tenter d’oublier le fait que les mineurs lui jetaient encore des regards fréquents. Baissant la voix, elle demanda :

« Vous connaissez les gens d’ici ? Il y aurait une famille qui pourrait m’héberger pour la nuit ? Je ne me sens pas la force de gagner de quoi me payer une chambre. »

Naira n'aimait pas l'idée de demander un service à quelqu’un qu’elle ne connaissait que depuis quelques minutes mais dans le fond, elle n’avait pas vraiment le choix : passer la nuit dehors lui serait fatal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mar 13 Déc 2011 - 1:17

Bon, apparemment, elle n'aimait pas l'alcool. Chose peu surprenante étant donné son âge supposé. Il la laissa se restaurer. Il ne prit aucune commande, ayant déja mangé à sa faim. En tout cas, aller à Faillaise... ce evait être une petite curieuse. L’intérêt de cette ville était son architecture à couper le souffle, et pas grand chose d'autre. Le genre de ville à voir une fois dans sa vie, mais ennuyante à mourir. Il réfléchit, passant un doigt songeur dans sa barbe de 2 jours. L'ouest... il ne connaissait pas de village là bas. D'ou venait-elle ? En tout cas, elle semblait errer depuis longtemps. Pas de viande depuis des semaines... elle ne le savait pas, mais ne pas manger de viande présentait d'énorme risques.

« Vous connaissez
les gens d’ici ? Il y aurait une famille qui pourrait m’héberger pour la
nuit ? Je ne me sens pas la force de gagner de quoi me payer une
chambre. »

Il sourit d'un air peiné, tendant ses mains vers le feu à un mètre d'eux pour les réchauffer.

" Non, je suis ici depuis avant-hier seulement. Je ne pense pas rester plus d'une semaine à vrai dire. Le maire de cette ville m'a proposé un travail, et je loge à l'auberge, comme tous les visiteurs. "

En effet, si Ledha était au départ arrivé ici uniquement pour que cette ville serve d'étape, son métier d'archiviste avait attiré l'attention du dirigeant de la ville, qui avait requis son aide afin de déchiffrer de vieux ouvrages abordant l'histoire de la fondation de cette dernière. Byurg était construite sur un énorme réseau de grottes, de mines et de catacombes très anciennes, et nul ne savait ce qui se trouvait en dessous. Les Byurgiens étaient travailleurs et rustres, mais peu courageux, et se fichaient éperdument de leur histoire. Triste.

Il lui parla de manière plus basse.

" Je peux te payer une chambre si tu veux, mais tu devrais savoir qu'il n'est pas très malin de se balader sans un peu d'argent pour payer le gîte. "

Il regarda autour de lui. Les mineurs avaient peu à peu repris leurs activités habituelles, même si certains fixaient Naïra d'un air sans équivoque.

" Tu peux toujours demander à ces mineurs, mais j'ai peur qu'il te faudra leur faire certaines... faveurs pour qu'ils acceptent. "

Cela ne sembla pas mettre Ledha de mauvaise humeur. Au contraire, la prévisibilité des hommes le faisait rire. Il demande un verre d'alcool qu'il but de bon cœur.

" Tu n'as clairement pas le physique pour travailler dans les mines, et au vu de tes petits doigts, tu n'es pas une artisane. "


Il vit que le bout de ces derniers étaient légèrement différends. Une petite bosse au centre de chacun d'entre eux. Les marques d'une personne ayant joué des instruments à vent. A contrario, pas de rides ou de traces indiquant une travailleuse. Il osa poser une main sur ces épaules.

" A moins d'accepter mon aide ou de pouvoir apporter quelque chose d'utile à l'aubergiste, tu vas devoir passer dans le lit de ces messieurs. Bienvenue dans le monde extérieur. "

Il se risqua à cette phrase avec ce qu'il savait d'elle. Elle venait de L'Ouest d'ici, terres ô combien sauvages, ne semblait avoir que peu de connaissances générales, comme le prouvait son accoutrement alors qu'elle se trouvait en pleine montagne et semblait totalement perdue. Il se risqua à une autre question.

" Tu es bien jeune. Ou sont tes parents ? "


Dernière édition par Ledha Borolev le Mar 13 Déc 2011 - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mar 13 Déc 2011 - 6:54

Naira hocha simplement la tête quand il lui expliqua qu’en vérité, il était aussi étranger qu’elle au village et ne connaissait personne à part le maire. Ils avaient encore un autre point commun, ni l’un ni l’autre ne comptait rester ici bien longtemps…

La jeune elfe étudia la proposition suivante puis fronça les sourcils lorsqu’il parla des mineurs. La musicienne confirma ensuite ce qu’elle avait remarquée plus tôt, il n’était pas comme la plupart des gens et devait surement être surement un professeur ou un érudit. Les yeux de Ledha étudiaient la jeune femme, comme si il avait besoin de comprendre pourquoi elle était là et il devinait beaucoup de choses justes en la regardant. En plus d’être curieux, il était fin d’esprit.

Lorsqu’il posa sa question finale, elle esquissa un sourire triste et ses yeux se ternirent un peu. Jusqu’ici, elle avait tout fait pour éviter de penser à ses racines, espérant qu’elle pourrait un jour y retourner d'où elle venait. Les elfes étaient certes protégés des affres du temps mais son escapade dans le blizzard lui avait fait comprendre qu’à défaut de mourir de vieillesse, elle pourrait tout à fait succomber pour des centaines d’autres raisons.

Naira laissa quelques secondes passer puis répondit enfin :

« J’ai dû quitter mon village, mes parents vivent encore là-bas et j’espère que je pourrais les revoir un jour… Vous avez vu juste pour presque tout, je survie en dansant et en jouant de la musique, ce qui me suffit en général à gagner assez d’argent pour dormir une nuit à l’auberge et acheter de quoi manger et boire jusqu’au village suivant. Quant aux vices des hommes, mon mentor m’avait parlé longuement de ceux de votre race, je sais à quoi m’attendre. »

La demoiselle se forca à sourire et levant une main jusqu’à son visage, elle retira légèrement son capuchon, juste pour permettre à Ledha de voir quelques secondes l’une de ses oreilles avant de le remettre en place.

« La seule chose que vous avez mal jugé, c’est mon âge, j’ai plus de vingt années derrière moi. »

Naira n’aimait en général pas dévoiler sa nature, les humains n’étant pas toujours habitués à côtoyer des elfes. Elle sentait cependant que quelqu’un comme lui serait à peine surpris d’en rencontrer un même s’il n’en avait jamais eu l’occasion auparavant. Nullement gênée par la main sur son épaule, elle s’emmitoufla à nouveau dans le manteau de Ledha, pensive, puis continua, quelques secondes après :

« Je n’ai en effet pas vraiment d’autres choix que d’accepter votre aide. A votre allure, votre façon de parler et d’étudier ce qui vous entoure, je suppose que vous êtes une sorte d’érudit et que le travail qu’on vous a proposé ici se rapporte à votre statut. Si vous me payez une chambre, je vous aiderais, je sais lire et écrire. Avec un peu de chance, nous pourrons partir plus vite d’ici… »

L’invitation était indirecte mais après être parti de la ville minière, Naira espérait bien pouvoir faire un peu de route avec l’humain. En plus d’être rassurant, il devait savoir se repérer beaucoup mieux qu’elle et sa dernière escapade seule dans les montagnes l’avait un peu refroidie. Même s’ils n’allaient pas dans la même direction, elle le suivrait le temps de quitter les hauteurs. La jeune elfe avait l’éternité devant elle et Faillaise pouvait attendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mer 14 Déc 2011 - 0:27

« J’ai dû quitter
mon village, mes parents vivent encore là-bas et j’espère que je
pourrais les revoir un jour… Vous avez vu juste pour presque tout, je
survie en dansant et en jouant de la musique, ce qui me suffit en
général à gagner assez d’argent pour dormir une nuit à l’auberge et
acheter de quoi manger et boire jusqu’au village suivant. Quant aux
vices des hommes, mon mentor m’avait parlé longuement de ceux de votre
race, je sais à quoi m’attendre. »

Oh, une elfe. Original. Ceux qu'on appelait les oreilles pointues ne se baladaient guère en montagne. En tout cas, sa nature elfique expliquait sans doute l'attrait que tous les hommes de la pièce avaient pour elle. Il reporta son verre à ses lèvres.

« La seule chose que vous avez mal jugé, c’est mon âge, j’ai plus de vingt années derrière moi. »

èLedha recracha instantanément dans un "PFRRRRRRRRRRRTH " ce qu'il buvait devant lui, c'est à dire... sur le foyer, qui s'enflamma d'un seul coup, faisant reculer presque tout le monde, dont Ledha, qui se renversa en arrière et tomba du banc. Naïra ignora superbement l'agitation qui se fit, emmitouflée dans le manteau de Ledha, pensive.

« Je n’ai en effet
pas vraiment d’autres choix que d’accepter votre aide. A votre allure,
votre façon de parler et d’étudier ce qui vous entoure, je suppose que
vous êtes une sorte d’érudit et que le travail qu’on vous a proposé ici
se rapporte à votre statut. Si vous me payez une chambre, je vous
aiderais, je sais lire et écrire. Avec un peu de chance, nous pourrons
partir plus vite d’ici… »

Ledha resta silencieux un certain moment. Elle se retourna vers lui pour voir qu'il était en train d'essuyer son menton qui dégoulinait de bière. Il s'excusa en manquant de rire. Il scruta ses yeux, réfléchissant à ce qu'il pourrait lui trouver comme travail. Qu'il ne la paye pas pour rien.

Il savait lire, écrire, se défendre tout seul, largement, et ne craignait pas les énigmes. A quoi lui serait-elle utile ?

Il la contempla quelques instants, l'examinant de haut en bas. Elle était jeune, sans défense. Fragile et naïve, encore méconnaissant des dangers de ce monde, malgré son mentor. Il était comme ça avant. Même après avoir tué l'intégralité de sa famille, il était vulnérable face à l'inconnu. Il se mit à sourire.

" C'est entendu. Je vais t'aider. Premièrement, te louer une bonne chambre pour toi toute seule. Deuxièmement, te trouver des vêtements qui ne mettront pas en rut tous les hommes que tu croisera. Et troisièmement, tu va m'assister. Je vais pouvoir t'apprendre quelques petites choses. "

Il se pencha et lui chuchota au creux de l'oreille.

" Si tu sait utiliser la magie ou que tu le désire, je pourrais également t'apprendre. " dit-il d'un ton de confidence.

Il se leva du banc et présenta son avant bras à Naïra, l'invitant à se lever elle aussi. Elle accepta et lui prit le bras tandis qu'il l'amenait vers le comptoir. La jeune femme, puisqu'elle avait plus de 20 ans, avait encore de la peine à marcher. Elle avait besoin d'une bonne sieste. Il s'adressa à la patronne de l'auberge, une femme entre deux âges, le regard vif, belle... il y a 10 ans. Ledha désigna Naïra de la tête.

" Une chambre pour la demoiselle. Il vous en reste une je crois. "

" En effet. C'est vous qui payez je présume ? " demanda t-elle d'un ton si chaleureux que la température sembla monter, alors qu'elle lançait un sourire à émouvoir un parpaing à Naïra.

" Vous présumez bien. " répondit Ledha en versant le tiers du contenu de sa bourse sur le bois, provoquant un tintement qui ne perturba même pas les mineurs: la ville possédait une mine d'or, et même s'ils n'étaient pas plein aux sas, chaque personne de cette ville vivait suffisament confortablement pour ne pas rouler des yeux à chaque bruit de pièce.

" Vous connaissez l'auberge, yeux bleus, alors je vous laisse lui montrer la chambre. " dit-elle en désignant l'étage au dessus.


Dernière édition par Ledha Borolev le Ven 16 Déc 2011 - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mer 14 Déc 2011 - 2:34

A peine avait-elle fini sa phrase qu’elle regarda Ledha en train de nettoyer son menton. Fatiguée et dans ses pensées, la jeune femme avait dû rater quelque chose, visiblement rien de grave, aussi elle le gratifia d’un petit sourire lorsqu’il s’excusa. Il sembla réfléchir quelques instants, étudiant surement la proposition précédente, puis il accepta, lui offrant même beaucoup plus qu’elle n’aurait pu le penser, puisque des nouveaux vêtements allaient lui être achetés.

L'érudit lui parla ensuite de magie et même s’il ne put le voir car il se leva, les yeux de Naira s’illuminèrent. Peut-être qu’elle tenait enfin quelqu’un qui pourrait l’aider ! Au bout de quelques mois d’errance seulement, c’était une vraie chance ou alors le destin lui souriait ce coup-ci. Elle prit le bras de Ledha et le suivit jusqu’au comptoir, assistant muettement à l’échange entre l’homme et la tenancière.

Entrainant son protecteur vers les marches qui montaient à l’étage, Naira l’attira près d'elle pour lui chuchoter à l’oreille :

« Moi j’ai ma chambre pour moi toute seule mais vous vous risquez d’avoir de la visite cette nuit ! Elle vous a littéralement dévoré des yeux ! »

Esquissant un petit sourire, la jeune elfe se laissa ensuite guider jusqu’à l’entrée de la pièce où elle passerait la nuit puis regardant à droite et à gauche, elle vérifia qu’ils étaient bien seuls.

« Pour votre offre concernant la magie… J’accepte avec plaisir ! Je cherchais justement quelqu’un capable de m’aider, la raison pour laquelle j’ai dû quitter mon village, c’est que je ne maitrise pas mes pouvoirs et que je peux être dangereuse pour mon entourage. »

Faisant un petit sourire gêné, elle joua avec l’une de ses mèches de cheveux dorée, fixant Ledha. Dans son village, on ne parlait que peu de ses pouvoirs, la plupart des siens n’étant absolument pas capable de lancer le moindre sort. Naira espérait pourtant que l’érudit, à défaut de maitriser la même magie qu’elle, pourrait au moins l’aider à la comprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Ven 16 Déc 2011 - 1:22

« Moi j’ai ma
chambre pour moi toute seule mais vous vous risquez d’avoir de la visite
cette nuit ! Elle vous a littéralement dévoré des yeux ! »

Ledha se mit à sourire d'un air triste. Avec sa petite bouille, il lui aurait presque ébouriffée les cheveux sous sa capuche, mais il devait désormais prendre conscience qu'il était avec une femme et non une petite fille.

" Je ne suis pas un homme à femmes malheureusement. Elle partent toujours avant de passer à l'action. "

Il l'invita à la suivre et ils montèrent les escaliers, passant devant de nombreuses portes avant qu'ils s'arrêtent devant celle tout au fond du couloir. Avant qu'il ouvre la porte, Naïra avait repris la parole.

« Pour votre offre
concernant la magie… J’accepte avec plaisir ! Je cherchais justement
quelqu’un capable de m’aider, la raison pour laquelle j’ai dû quitter
mon village, c’est que je ne maitrise pas mes pouvoirs et que je peux
être dangereuse pour mon entourage. »

Nouveau sourire de Ledha. Il répondit d'une voix chantante, afin de la rassurer. La belle semblait être assez timide d'une certaine manière.

" La plupart des mages débutants veulent apprendre à contrôler leurs pouvoirs pour éviter de se blesser eux-même. Toi, tu penses d'abord aux autres. C'est une bonne attitude. "

Il ouvrit la porte, lui permettant de voir sa chambre. Un grand lit, une armoire, une table de chevet, une chaise, c'était plutôt cossu à vrai dire. Elle fit quelques pas dans la chambre, comme étonnée. Elle se retourna vers Ledha, qui désigna du pouce le bout du couloir.

" Je suis tout au bout. Étant donné ton état, tu ferais mieux d'aller dormir et te reposer. Je serais dans la salle commune le lendemain normalement, mais j'aime bien paresser au lit, donc n’hésite pas à toquer pour me réveiller. "

Il se mit à bailler.

" Évite juste de toquer trop fort, les portes ne peuvent pas êtres verrouillées ici. Donc attention aux visites nocturnes. "

Il fit une légère révérence dans un mouvement d'habitué et ferma la porte doucement, avant de marcher vers sa chambre. Une fois la porte refermée, il se laissa tomber mollement sur le lit, la tête dans l'oreiller, en lâchant un "grumbl" de plaisir. Après quelques minutes prostrées ainsi, il ouvrit son sac qui reposait sous le lit et en sortit un livre. Relié de noir, utilisant de la peau humaine en lieu et place de parchemin, des runes de sang dessus. Un langage que comprenait Ledha. Après tout, c'était de la magie noire... dans ce tome se trouvait une explication presque complète et exhaustive de la magie du sang. Le livre n'avais, étrangement, aucun titre. Il s'assit sur le lit, dos au mur.Il lut la page 154 en articulant muettement, puis la tourna. La page suivante était vide.

Il enleva son gant droit et mordit son index, faisant perler un peu de sang. Il réfléchit quelques instants.

Puis, il écrivit la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Ven 16 Déc 2011 - 2:47

La jeune elfe gratifia Ledha d’un petit sourire quand il la complimenta sur son comportement. Quand il ouvrit la porte, elle fut surprise de voir le luxe qu’offrait l’auberge en comparaison à celles qu’elle fréquentait la plupart du temps. Voir le lit lui donna une soudaine envie de se jeter dedans mais Naira préfère se retenir même si elle était sûre que son protecteur ne lui en aurait pas tenu rigueur.

Un hochement de tête ponctua la phrase suivante de l’érudit, lui faisant comprendre qu’elle viendrait en effet toquer s’il trainait de trop mais son visage se décomposa dès que Ledha eu fermé la porte pour rejoindre sa propre chambre. Si elle ne pouvait pas fermer, vu l’effet qu’elle avait eu sur la foule de l’auberge d’après son professeur occasionnel et sachant que les soulards devait surement être au courant, il y avait en effet de très fortes chance que quelqu’un tente d’entrer.

Pensive, elle regarda la pièce, puis une idée sembla lui traverser l’esprit. Cherchant dans ses poches, elle récupéra une pièce d’or et la posa en équilibre sur la poignée, de cette façon, si quelqu’un abaissait cette dernière, le bruit suffirait à l’alerter. Se dénudant complètement, elle étendit ses vêtements dans l’armoire en la laissant ouverte, pour qu’ils puissent évacuer l’eau qu’ils avaient accumulés quand la neige et le gel avait fondu après leur entrée dans l’auberge, sous l’effet de la chaleur. Se glissant dans le lit, elle soupira d’aise, vu l’état des draps et des couvertures, ils devaient être presque neufs, une sacrée chance quand on a dormi dans des auberges en préférant garder ses vêtements, dans le doute. Alors que Naira terminait sa réflexion, elle sombra dans le sommeil.

Le soleil avait disparu moins d’une petite heure après, terminant de plonger la chambre et l’auberge dans le noir complet. Perdue dans ses rêves, la demoiselle fut réveillée en sursaut par le bruit de la pièce d’or claquant sur le sol et des chuchotements ressemblant à des jurons, surement à cause du son précédent. Attrapant la flute qui était posée sur sa table de chevet, elle la serra contre sa poitrine, tirant par la même occasion les draps pour tenter de se rassurer. Le bois du sol craquant sous le poids des personnes qui étaient entrées, Naira pouvait sans problème suivre leurs déplacements et comme elle s’en doutait, ils ne venaient pas pour lui piquer ses affaires.

Une lumière apparue soudainement, aveuglant la jeune elfe prise par surprise qui sentit qu’on lui mettait une main devant la bouche. Ses yeux s’habituèrent rapidement à la nouvelle luminosité créée par la lanterne qui lui permit d’aviser deux des géants qui trainaient dans la salle commune un peu plus tôt. Complètement affolée, elle ne pensait plus qu’à une chose, que cette immonde main s’éloigne de sa bouche et de son nez.

Un nouveau craquement résonna dans la pièce, bien plus conséquent que les bruits de pas des deux humains, comme si le sol devait soudain supporter un poids non négligeable. Une voix résonna dans la pièce, forte, grave, puissante et visiblement, celui qui parlait ne semblait pas se soucier du sommeil des gens qui dormaient autour.

« Vous venez de faire une grave erreur... »

Si Naira tremblait de peur, elle faisait pâle figure à côté des deux montagnard qui au lieu de profiter tranquillement de leur proie, éclairait de leur bougie un mur de pierre qui trônait au milieu de la pièce. Remontant un peu leur source de lumière, les deux soulards virent un visage dur surmonter d’une crête se dessiner. Culminant à plus de deux mètres cinquante, cette dernière aurait surement fendu le plafond s’il n’était pas aussi haut car fait pour laisser place aux plus grands parmi les gens du coin.

Golem de Pierre:
 
Soudain soulevés du sol par le col, les humains hurlaient de terreur, sous le regard perdu d’une Naira inconsciente qu’elle était responsable de l’apparition de la créature. Ces derniers furent secoués comme des pruniers et l’un d’entre eux fut projeter avec violence vers le mur à l’opposé du lit, traversant la porte qui s’ouvrit à la volée. Le second ne fut pas vraiment plus chanceux puisqu’après avoir reçu une claque qui le sonna, il emporta avec lui la fenêtre pour s’écraser lourdement sur le toit en paille de l’écurie, passant à travers ce dernier pour s’écraser dans un abreuvoir, causant la panique chez les bêtes qui se mirent à hennirent.

Pliant les genoux, le golem de pierre approcha son visage de celui de la jeune elfe terrifiée et il dit d’une voix rassurante.

« Ne craint rien, créatrice, tant que je serais à tes côtés, personne ne posera la main sur toi. »

Des bruits commencèrent à se faire entendre dans l’auberge et dans les maisons alentours, les habitants ayant étés réveillés par le boucan causé quelques secondes plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 19 Déc 2011 - 1:46

Ledha termina l'écriture du chapitre et poussa le soupir de soulagement venant après le dur travail accompli. Satisfait, il déposa le livre sur sa table de chevet, et commença à se déshabiller, balançant ses vêtements avec adresse sur le dossier de la chaise, ne gardant que son pantalon en toile. Il regarda par la fenêtre. C'était une belle nuit, tranquille et calme. Son regard glissa sur l'écurie. Il put y voir un homme voler et passer à travers le toit du bâtiment, causant un bruit hennissements effrayés. Il ria; Jolie distraction. Puis, il se coula dans son lit. Un homme volant par la fenêtre pour s'écraser sur un toit en contrebas, pas mal. C'était vraiment drô...

Il ouvrit les yeux.

Une milliseconde plus tard, il envoyait valser la couverture et sautait de son lit. Il ouvrit la porte d'un coup de pied et se propulsa hors de sa chambre, percutant l'homme de la chambre d'en face qui faisait de même. Ils s'excusèrent tous les deux, se regardèrent, puis portèrent leur attention sur l'endroit qui était la source de ce bruit. La chambre de Naïra. Deux hommes entrèrent dedans, inquiet du bruit, disant "il faut secourir la petite !"

Il sortirent de la chambre. Le premier en hurlant et en courant à toutes jambes, le second en étant projeté avec force dans le couloir, y glissant dans un bruit de serpillère. Ledha dit à l'homme à ses côtés de s'occuper des bléssés. Il piqua un sprint dans le couloir, et entra dans la chambre de Naïra, inquiet.

" Naïra, tu vas bien ? Qu'est ce qui... "

Avant même qu'il finisse sa phrase, un poing de roche colossal le frôla, détruisant une partie du mur de la chambre. Il esquiva avec brio d'autres coups, et leva les bras, mains vides, montrant qu'il n'a pas d'armes. Une invocation. Il n'y avait pas d'autre explication quand à la présence d'un élémentaire dans une chambre d'auberge.

" Je suis un ami ! " dit-il. Son ton n'était pas seulement celui d'une personne craignant pour sa vie et se justifiant, mais surtout de quelqu'un qui donnait un ordre. Le golem sembla se calmer. Il regarda du coin de l'oeil Naïra. Prostrée dans son lit, les épaules nues, elle tenait entre ses petites mains une flûte qui dépassait de la couverture qu'elle utilisait pour se cacher. Elle semblait, elle était perdue et terrifiée. Normal. Il se retourna vers le golem.

" Calme toi, s'il te plaît. "

Il se dirigea doooucement vers Naïra, parvenant à capter son regard. Il lui chuchota des paroles douces et réconfortantes. Un homme essaya de glisser sa tête pour voir la scène. Le golem le regarda. Il regarda le golem. Le golem le regarde. Il regarde le golem. Le golem le regarde. Il s'éloigna dans le couloir.
Ledha s'agenouilla et monta sur le lit, et prit Naïra par les épaules, doucement, avec des gestes lents, comme lorsqu'il était avec Tallis lorsqu'elle était bébé.

" Tu es en sécurité. Dissipe ton gardien. Tu n'a rien à craindre. "


Dernière édition par Ledha Borolev le Ven 23 Déc 2011 - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 19 Déc 2011 - 2:16

Enroulée dans les draps pour cacher sa nudité, Naira avait fermé les yeux en fredonnant pour se rassurer, comme en transe, alors que le golem se tournait d’un coup vers la porte, éjectant un malheureux qui avait tenté une entrée un peu précipitée dans la pièce et collant la peur de sa vie à un second. Une autre personne tenta sa chance et bien que la jeune elfe n’arrivait pas vraiment à saisir ce qu’il se passait autour d’elle, l’évocation de son prénom ne lui échappa pas.

" Je suis un ami ! "

*Ledha !*

Cette fois ci, la voix de l’érudit avait atteint l’esprit perdu de la jeune elfe, affectant ainsi son gardien qui cessa net les hostilités, comme s’il savait que le mage était un allié. Naira se laissa bercer par les paroles de son protecteur et pourtant, quand il évoqua l’idée de faire disparaitre le golem, elle sembla frémir. Avec peine, elle murmura :

« Je ne sais pas comment faire, il est apparu d’un coup, il m’a dit que personne ne me ferait de mal tant qu’il serait-là, je ne veux pas qu’il parte, j’ai besoin de lui. »


Elle se lova contre Ledha, partiellement dénudée et trop sous le choc pour se rendre compte qu’elle était appuyée contre le torse nu de l’humain. Le golem quant à lui, regardait tour à tour la porte et le couple, aux aguets, prêt à attaquer au moindre signe de danger.

Le nombre de personne dans le couloir amplifia soudainement et l’équivalent de la milice fit son irruption dans l’auberge. Quand la patronne vit l’état du mur, de la porte et de la fenêtre, ses yeux devinrent ronds comme des billes. Personne n’osait entrer se frotter au golem et pourtant, tous désiraient entrer pour des raisons différentes. Plus les secondes passaient, plus Naira prenait conscience de la gravité de ses actions précédentes, aussi involontaires soient elles.

En plus d’avoir blessée deux habitants du village, si avec chance, celui ayant rendu une visite forcée aux chevaux ne s’était pas tué en tombant, la jeune elfe avait aussi détruite du mobilier et même un pan de mur, par lequel regardait d’ailleurs tous les curieux. Rien n’assurait à la jeune femme que Ledha serait capable de la tirer de ce mauvais pas et son instinct lui disait qu’on de l’expulser du village…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Ven 23 Déc 2011 - 1:07

" Par mes aieux, il s'est passé quoi ici ?! " demanda un des clients de l'auberge. Une bonne dizaine d'entre eux, ainsi que la patronne de l'établissement, regardaient par le mur, Ledha tenant de manière protectrice Naïra dans ses bras. Elle regarda Ledha et plissa les yeux.

" Dites, il est arrivé quoi à votre dos ? "

Ledha regarda rapidement son torse nu, et comprit son erreur. Ses blessures, ses cicatrices, ses coupures, ses balafres, les traces de ses rituels, tout était visible. Il réagit rapidement. Dans un geste ample, tel un héros enfilant sa cape, il prit les draps et les entoura autour de lui, s'improvisant une toge très élégante. Il y eut même un applaudissement.

" Excusez moi, je ne voulais pas choquer. " dit-il d'un air légèrement vantard, fier de sa prestation. Il vit que les regards s'étaient dirigés vers Naïra, qui se trouvait cette fois nue sans protection. Une fois encore il réagit rapidement, soulevant en l'air les vêtements de cette dernière, qui se trouvaient sur le sol, grâce à son pied. Il les rattrapa au vol, lui lançant sa jupe au niveau de ses jambes et son haut sur sa poitrine.

" Nous ne voulions pas choquer. "

" VOUS AVEZ TOUT DÉTRUIT ? "

Ledha ferma les yeux tandis que ses cheveux partaient en arrière. Il essaya de se justifier.

" Il reste les murs... "


Comme pour l'emmerder, le mur extérieur s'effondra. Ledha lui lança un regard à faire frémir le plus solide des rochers. La patronne s’avança vers lui, l'hémomancien restant digne dans sa toge tandis que Naïra peinait à se faire oublier des regards lubriques. Son golem se plaça devant les clients, qui regardèrent illico ailleurs. Les yeux bleus de Ledha fixèrent ceux de la patronne. Elle désigna Naïra du doigt.

" Elle se casse d'ici. Et avant que vous ne parlez, yeux bleus, je m'en cogne que ce soit une magicienne. Elle se casse, point. "

" Il y a moyen de négocier ? " dit-il, frissonnant à cause du froid ambiant.

" A moins que vous partagiez ma couche durant une semaine, non. "


" Et votre mari ? " demanda un Ledha faussement choqué.

" Qu'il aille au diable, avec cette gamine. "

Ledha fronça les sourcils et réfléchit quelques instants. Si Naïra était lâchée ainsi dans le froid, elle y passerait à coup sûr.Il pointa la patronne de l'index, tout en gardant le point fermé, dans un grand sourire ravageur.

" La petite dort dans ma chambre, et je reste en bas. J'ai payé ma chambre, vous pouvez pas me dégager, et je loge pas de personnes supplémentaires vu qu'il n'y aura que Naïra ! "

Elle resta interdit. Il s'approcha d'elle, lui chuchotant afin que nulle oreille humaine ne puisse l'entendre.

" Et je suis prêt à partager ce que vous pensez, mais durant une nuit. Mais s'il vous plait, ne laissez pas cette petite crever dans le froid car elle ne maîtrise pas ses pouvoirs. "

" Car vous pouvez l'aider ? Vous êtes mage peut-être ? "

Ledha ouvrit la paume de sa main, et une petit flamme en jaillit. Il se mit à sourire, faisant un clin d'oeil à Naïra, tandis qu'il débitait un mensonge.

" J'ai été professeur à l'académie d'Alnazubizar. Je maîtrise les bases de la plupart des magies, et je peux facilement aider les apprentis à corriger leurs petits défauts. "

Comme pour appuyer ses propos, les flammes devinrent de petites étincelles de foudre, avant de devenir quelques lueurs lumineuses. Des sorts de base. Même si Ledha était un nécromancien, la magie restait la magie, et utiliser des sorts mineurs, même élémentaires, ne lui posait aucune difficulté. Quand à Alnazubizar, il y avait effectivement une académie de mages, mais la ville se trouvait à plus de 1200 kilomètres, et jamais la gérante de l'auberge n'irait vérifier. Les meilleurs mensonges sont ceux qui sont impossibles de vérifier....

De mauvais cœur, la gérante accepta. Elle fit signe à Naïra de se rhabiller, et envoya dans leurs chambres les clients, après les avoir réquisitionnés pour dresser le lit contre le mur intérieur détruit, afin d'empêcher l'air glacé d'envahir l'auberge. Ledha, lui, avait filé dans sa chambre pour se rhabiller, les yeux cernés. Quelle nuit ! Il se dépêcha se prendre son sac, ne préférant même pas imaginer la catastrophe si Naïra ouvrait son contenu, s'habilla, et descendit en bas. Il croisa Naïra dans le couloir.


Dernière édition par Ledha Borolev le Mar 27 Déc 2011 - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Ven 23 Déc 2011 - 13:35

Naira s’en voulait énormément. Le torse et le dos de son maitre avait été dévoilés et vu le reflexe qu’il eut, ce n’était pas vraiment quelque chose qui l’arrangeait. Quand elle se retrouva nue, la demoiselle devint aussi rouge qu’une tomate, cachant son intimité et sa poitrine comme elle le pouvait avec ses mains. La musicienne rattrapa sa tenue quand Ledha la lui envoya et s’y agrippa comme si sa vie en dépendait. Bien qu’elle fût encore nue de dos, au moins les clients ne pouvaient plus la regarder avec des yeux de cerfs en rut…

Dans un autre contexte, la jeune elfe aurait surement rit à la réponse de son protecteur, surtout quand le mur décida par un vilain coup du sort de le contredire mais tellement honteuse et gênée, elle essayait surtout de se faire oublier. Réagissant à l’appel inconscient de sa maitresse, l’énorme colosse de roche s’interposa entre les curieux et le trio, laissant donc la tenancière avec les deux étrangers.

Naira n’interpréta pas toute la suite mais ce qui resta bien marqué dans son esprit, c’est que Ledha prenait sur lui et allait payer pour les dégâts qu’ELLE avait causé, lui sauvant une seconde fois la vie… Sortant de sa rêverie, l’elfe avisa l’érudit en train de se justifier à l’aide de petits sorts simples et baissa les yeux lorsqu’il lui adressa un clin d’œil.

La demoiselle s’exécuta machinalement quand on lui demanda de se rhabiller, son golem venant de lui-même lui servir de paravent, décourageant les curieux aussi efficacement que si Naira avait été une vielle femme de quatre-vingt-dix ans. Elle quitta la pièce quand les clients la condamnèrent et elle croisa finalement le sorcier dans le couloir. A voix basse, elle lui lança en continuant d’avancer, pour ne pas lui laisser le loisir de répondre.

« Je vous présentes toutes mes excuses, j’espère que je n’ai tué personne et que vous ne m’en voudrez pas trop… »

Le golem la suivant au pas en baissant la tête pour ne pas arracher le plafond, l’érudit n’aurait de toute façon pas pu répondre puisque le bloc de pierre se trouvait déjà entre eux deux.

Fermant derrière elle la porte du mage, Naira regarda le golem disparaitre lentement dans une myriade d’étincelles colorées, la laissant à nouveau seule. Se glissant dans le lit de son protecteur, elle s’enroula dans les draps et s’endormit presque aussitôt. La demoiselle ne craignait pas qu’on ne a dérange à nouveau, personne ne pouvait savoir que son immense gardien n’était plus présent, en revanche, elle attendait avec impatience l’arrivée du soleil, demain, elle avait une dette à régler.

La musicienne se leva d’un bond quand elle devina, à la position du soleil, qu’il devait être pas loin de dix heures du matin. Déjà habillée, elle passa simplement une main dans ses cheveux pour les remettre en ordre, prit se flute en main et quitta la chambre avant de descendre les marches pour gagner la salle commune. Tout le monde la regarda quand elle fit irruption dans la pièce, certains se souvenant de son corps dévoilé la veille avec un sourire, d’autres l’accusant d’avoir blessée deux des leurs. Ils oubliaient qu’elle avait failli se faire violer, il fallait croire. Balayant la pièce du regard, elle essaya de trouver Ledha…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 2 Jan 2012 - 19:47

Ledha se sentit bouger. Il ouvrit un oeil torve tandis qu'un des clients de l'auberge le poussait légèrement du coude en lui désignant de la tête la silhouette fine de Naïra. Ledha le remercia dans un grognement étouffé, avant de lâcher un bâillement immense. Il n'avait que très peu dormi de la nuit, et il ne se sentait pas au mieux de sa forme. Naïra n'eut aucun problème à le remarquer et avança vers lui. Elle semblait de très bonne humeur malgré les événements d'hier, d'autant que la plupart des gens s'écartaient désormais sur son passage. Elle lui demanda si il avait bien dormi. Tu parles. Trois gus avaient chantés avant même que l'aube ne se pointe, et ils dormaient désormais affalés sur une table, couvés par le regard protecteur de la tavernière. Ledha demanda quelle heure il était. 10 heures. Arf. Il parvint à se lever péniblement, remettant ses cheveux en ordre. Après un rapide petit déjeuner, il enjoigna Naïra à le suivre.

Sortis de l'auberge, ils poussèrent un soupir de soulagement, le vent glacial ayant disparu pour laisser place à une neige douce et paresseuse. Ledha avait emmené son fauchard avec lui, s'appuyant sur ce dernier pour marcher avec plus d'assurance. Il éternua une fois.

" Il y a un magasin à quelques maisons d'ici. Je crois qu'ils auront de beaux vêtements en fourrure pour toi. Prends ce qui te plaît, mais dans la limite de mon argent. Ensuite, nous nous concentrerons sur le travail qui m'a été donné, et tu m'assisteras. "

Sur le trajet, il décida de lui révéler quel serait le programme.

" Cette ville a été construite il y a des centaines d'années dans des grottes creusées à même la montagne. Les technologies évoluant et la population grandissant, les habitants ont peu à peu finit par se développer à l'extérieur. Il reste toutefois un immense réseau de grottes, certaines scellées, d'autres s'étant écroulées, et ainsi de suite. "

Sa main droite s'animait durant son discours.

" Je suis archiviste. Ma tâche, ici, est d'explorer une partie du réseau qui a été remis à jour, afin de mettre la main sur des documents qui permettraient à cette communauté de comprendre un trou de 200 ans dans leur histoire. "

Il fit une pause.

" Enfin, ca, c'est un travail de scribouillard. Le plus dangereux est qu'il y a une ombre maléfique dans ces ruines, et aucun des mineurs n'est taillé contre la magie. Je peux me défendre, mais étant donné que tes pouvoirs dépassent largement les miens, tu sera très utile pour m'assister. J'ai juste besoin d'un renseignement... "

Il se tourna vers elle

" As tu déja affrontée des morts-vivants ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Sam 7 Jan 2012 - 1:27

Naira esquissa un sourire à la vue de Ledha. Revoir son protecteur la rassurait et elle se sentit un peu plus confiante malgré tous les regards braqués sur elle. Rejoignant l’humain, elle s’assit à ses côtés, mangeant en silence pour le laisser se réveiller un peu mieux. Voyant sa tête, la jeune elfe se demanda s’il arriverait à tenir jusqu’au soir sans s’écrouler. Elle lui emboita le pas lorsqu’ils quittèrent la taverne et tendit une oreille attentive quand il se mit à parler.

L’érudit lui expliqua en quoi allait consister le travail qu’on lui avait confié. Le début semblait plutôt simple, faire un peu d’archéologie, jusqu’à ce qu’il parle de l’ombre maléfique qui hanterait les lieux, lui posant ensuite une question qu’elle ne comprit pas.

*Des morts vivants…*


Naira, malgré ses efforts, n’arrivait pas à comprendre comment quelqu’un pouvait être mort et vivant en même temps. Elle n’avait vu personne mourir excepté son ancien professeur et il n’était plus vivant, ça, elle en était sûre ! Sourcils froncés, elle resta pensive pendant de longues secondes avant de hocher négativement la tête.

« Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par mort vivant… C’est une race ? Comme les elfes et les hommes ? »


Ledha esquissa un léger sourire avant de l’inviter à entrer dans le magasin qui était à seulement quelques mètres, lui lançant alors qu’il ouvrait la porte que l’explication attendrait un peu puisque ce n’était pas facile à comprendre.

Telle une enfant dans un magasin de jouet, les yeux de Naira s’illuminèrent à la vue de toutes les tenues qui agrémentaient les murs de la boutique. Elle se rappela que c’était Ledha qui lui offrait la tenue et s’intéressa d’abords aux ensembles les moins couteux. Il la poussa à prendre quelque chose de tout de même assez chaud, quitte à payer un peu plus. La demoiselle se décida finalement pour une chemise longue et épaisse, un pantalon et un gilet en cuir recouverts de laine à l’intérieur et pour compléter l’ensemble, elle s’habilla aussi d’une paire de gants et d’une épaisse cape d’hiver aux tons sombres. N’aimant pas l’idée de tout se faire payer, la jeune femme participa, réglant une partie de la note. Quand ils furent dehors, elle sentit une nette différence, le froid ne l’atteignait presque plus, elle rabattit la capuche de la cape sur sa tête.

Même si elle s’était habillée un peu à la garçonne, la musicienne restait une charmante demoiselle, bien que nettement moins aguicheuse maintenant que ses cuisses et ses bras n’était plus découverts. Une fois dehors, elle reprit la discussion :

« J’ai réfléchis pendant que je regardais les tenues, on ne peut pas être mort et vivant à la fois, alors il doit s’agir d’une race qui vit dans les souterrains, comment peut-on les vaincre ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Jeu 26 Jan 2012 - 1:05

« J’ai réfléchis pendant que je regardais les tenues, on ne peut pas être mort et vivant à la fois, alors il doit s’agir d’une race qui vit dans les souterrains, comment peut-on les vaincre ? »

Il lui répondit en souriant, se plaçant derrière elle pour replacer le col de son manteau.

" En effet, personne ne peut être mort et vivant. Ce terme est utilisé pour désigner des gens morts, qui, avec le coup de pouce d'un nécromancien en général, reviennent à un simulacre de vie. Ils peuvent bouger, agir, mais sans la moindre capacité de penser, de réfléchir, de s'adapter, ou de parler. La plupart du temps, ils sont entièrement liés à la volonté de leur maître, ou ne sont debout que dans un seul but, comme protéger un endroit. "

Elle le regarda bizarrement. Elle n'avait donc jamais vue un squelette ? Ni le moindre mort ? Pendant quelques instants, il regretta de comprendre qu'en l'accompagnant, elle allait sûrement vivre les moments les plus pénibles de sa courte vie. Mais il fallait bien passer par là. Et il n'y avait pas beaucoup de meilleurs guides que Ledha pour évoluer dans le domaine des morts. Il lui tapota les omoplates à travers le manteau.

" Nous sommes fait à partir d'un squelette. La magie noire permet d'animer ce dernier une fois que nous sommes morts. Ensuite, il existe des variantes... les zombis sont des organismes techniquement vivants, les liches sont encore conscientes de ce qu'elles étaient et ce qu'elles sont... mais dans l'ensemble, leur seule action est d'essayer de tuer les vivants. C'est pourquoi il te faudra faire très attention, car étant donné ton petit corps fragile, tu te fera tuer en quelques instants. "

Ils reprirent leur marche, les gens s'écartant devant eux, certains connaissant le travail de Ledha, et se méfiant des magiciens, même s'il ne leur avait même pas montré l'ombre de ses pouvoirs. Ils se dirigeaient vers les mines.

" Il y a plusieurs moyens de lutter contre les morts-vivants. La plus basique, c'est de les tuer, avec des armes. Ils restent en général fragiles, et n'ont que rarement les capacités physiques de leur vivant. Malheureusement, ca ne suffit pas toujours. Les zombis, par exemple, sont très coriaces et résistants. La seconde solution, c'est la magie. La magie blanche est en général la plus efficace, mais les pratiquants sont rares. Le feu est également assez utile. Enfin, il y a un autre moyen: attaquer la magie à la source, donc détruire celui qui a animé les morts-vivants, ou le lien qui relie ces derniers à leur maître. "

Il lui fit un clin d'oeil.

" Ca, je sais le faire, et je te l'apprendrais. Manipuler la magie elle-même, à la source, n'est pas facile, mais pour toi, ça ne posera pas la moindre difficultés. En fait, après presque une trentaine d'années d'existence, tu es la sûrement l'être avec le plus de potentiel magique que j'ai rencontré. Tu as fait apparaître un golem en quelques instants sans même te maîtriser, juste par instinct. La plupart des magiciens sont incapables d'en créer un, et encore moins de le maitriser, même en s'y mettant à plusieurs. "

Ils arrivèrent devant les mines. Désertes. Les mineurs n'osaient plus y entrer à cause du récent éboulement qui avait mis à jour certains couloirs secrets qui avaient vomis leurs lot de morts-vivants. Bilant: une petite demi-douzaine de morts. Il aurait été bien pire si la milice et leur capitaine n'avait pas réagit promptement et de manière exemplaire. Il n'y avait en fait qu'une quinzaine de gardes, qui les laissèrent passer. Entrainant Naïra à sa suite, ils entrèrent dans la mine. L'hémomancien alluma une torche, avançant prudemment, la lumière donnant une silhouette étrange à son ombre, diffuse et floue, au lieue d'avoir des contours nets, tandis que la lame de son fauchard semblait plus aiguisée que jamais. Il se retourna vers Naïra et lui sourit, ses tatouages semblant bouger à cause des effets de lumières, ses yeux plongeant dans les siens.

" Mais avant d'apprendre à maitriser quelque chose ou le neutraliser, il faut le rencontrer et le connaître. Reste près de moi et fait bien attention. Nous arriverons bientôt en zone dangereuse. "

Ils marchèrent de longues minutes. Ledha semblait connaître le chemin assez bien, même s'il se trompa de couloir une fois. Puis, ils passèrent par une entrée plus petite, et les murs de la mine anarchique laissèrent place à des murs ancients, mais "propres", fait de pierres et de briques, avec de grossiers dessins sur un sol anciennement pavé et couvert de poussière. L'air était lourd, au point que respirer devint legèrement plus pénible. La torche s'éteignit.

" Merde."

Bruits de frottements. La lumière revint, Ledha tenant au creux de sa main droite levée au dessus de lui de petites flammes magiques afin d'éclairer le tout. Seul son visage et la lame de son fauchard apparaissaient clairement. Car la lumière de ses flammes étaient faibles.

Il faut dire que le coeur de ces flammes était noir comme la nuit et qu'elles étaient violettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Dim 29 Jan 2012 - 1:44

Un immense sourire illumina le visage de la musicienne quand elle entendit Ledha confirmer sa théorie mais plus l’humain continuait sa nouvelle explication, plus l’air qu’arborait la demoiselle ressemblait à un mélange entre incompréhension et dégout. Déplacer des cadavres ? Il fallait vraiment être tordu pour faire ça, elle imagina pendant quelques instants son défunt maitre, si paisible dans son sommeil lorsqu’il perdit la vie, se déplacer et attaquer les gens comme un monstre. Un frisson lui parcouru l’échine et elle du réprimer un violent haut le cœur.

Le travail n’allait pas juste être de fouiller du papier. L’elfe et l’archiviste allait devoir s’enfoncer sous la terre et se battre contre des créatures qu’elle avait du mal à appréhender et qui en plus, risquait fort de la tuer. Naira tendit l’oreille quand il expliqua comment les vaincre, elle ne comptait pas rejoindre son maitre tout de suite, il lui restait beaucoup de choses à découvrir avant de s’endormir à son tour. La jeune femme élimina d’office l’utilisation d’arme, au mieux, elle pouvait donner quelques coups de dagues et son instinct lui souffla que l’efficacité de cette technique allait donner des résultats très mitigés.

*Feu et magie blanche… J’ai de la chance, on dirait…*


Les créatures que Naira arrivait le mieux à appeler de son propre chef étaient Lili et des feu follets, heureux hasard. Continuant à suivre l’archiviste, elle guettait le moindre bruit, anxieuse. Personne, l’endroit était parfaitement désert hormis une dizaine de garde qui semblait savoir que deux étrangers allaient passer. Maintenant qu’ils étaient vraiment seul, la jeune femme se colla contre Ledha, grelotant alors qu’elle n’avait pas froid. L’humain avait certes une apparence un peu intimidante dans cet espace mais n’ayant eu pour l’instant aucune raison de se défier de lui, la musicienne tenait fermement la main de l’érudit dans les siennes, comme si c’était son seul contact avec la réalité. Ne pas voir à plus de quelques mètres la mettait mal à l’aise, ayant passé sa vie dans des espaces ouverts, elle n’était pas dans son élément.

Le décor soudain différent donna l’impression à Naira d’avoir pénétré dans un sanctuaire d’un autre temps. Peut-être que les morts étaient les anciens habitants dans lieux qui voulaient juste protéger leurs secrets ? Avant qu’elle ne puisse faire part de son impression à Ledha, la torche rendit l’âme sans crier gare et ils se retrouvèrent dans le noir total. Ayant perdu la main de l’humain qui en avait besoin, elle s’agrippa au manteau, soupirant d’aise quand la lumière, aussi curieuse soit-elle, refit son apparition.

« Loué soit le soleil, je déteste les soute- C’EST QUOI CETTE HORREUR ?? »

Vision de Naira:
 

Ayant à peine tourné la tête, Naira se trouva nez à nez avec une créature humanoïde décharnée, tendant une main visqueuse qui atteignait presque son visage. Les yeux blanc et vitreux, la gueule garni de dents acérés, elle ne savait pas à quel famille de mort vivant dont avait parlé l’érudit appartenait la créature mais la réaction de la demoiselle ne se fit pas attendre. Prit de panique, elle repoussa la main d’un large revers de bras avant de lui envoyer un violent coup de pied dans l’entrejambe, technique qu’elle avait apprise et qui marchait très bien avec les humains mais qui n’eut aucun effet ici. La créature tendit à nouveau le bras, plus rapidement cette fois et lui attrapa les cheveux, faisant tomber la capuche et dévoilant son visage apeuré. Aux bruits qu’elle entendait, il n’y avait pas qu’un seul de ces monstres dans le couloir, Ledha risquait donc de ne pas pouvoir l’aider dans l’immédiat.

Le sentiment d’être condamnée et seule eu l’effet d’une douche froide et elle retrouva soudain sa lucidité. La bête la soulevait maintenant, tenant toujours l’abondante chevelure blonde dans sa main flétrie. Braquant son regard sur le faciès de la créature, Naira répéta en boucle, de plus en plus fort, hurlant presque au final sous l’effet de la douleur alors qu’on la tirait sans ménagement par les cheveux.

« Brûle. Brûle. Brûle. Brûle ! Brûle !! BRÛLE !!! »

La tête du monstre explosa dans une déflagration de flammes, son corps tombant en arrière, sa main lâchant la musicienne. Incapable de se réceptionner, la jeune elfe tomba à genou, sanglotante. Jamais de toute sa vie elle n’avait eu aussi peur et elle tremblait à présent de tous ses membres, le visage de la créature gravé à vie dans sa mémoire. Le feu finissait de consommer le mort vivant, comme s’il voulait le faire disparaitre de la surface de la terre, à l’instar de la jeune femme qui voulait l’effacer de son esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mar 7 Fév 2012 - 22:18

Ledha avait été surpris. Encore une fois. Il avait vraiment besoin de faire des progrès à ce niveau là. Même le Capitaine lui avait fait la remarque. Et les cris des morts-vivants avaient été recouverts par le hurlement de terreur de Naïra, trainée par un de leurs adversaires, tandis que deux sautaient sur Ledha, qui pris son arme en main.

Loin, au nord, les Borolev avaient été obligés, afin d'asseoir leur domination, de combattre. Rapidement, ils s'étaient tous forgés un style propre, et même si Ledha jurait, au fond de lui-même, ne rien avoir en commun avec sa famille, il fallait reconnaître une chose: Il se battait comme un Borolev. Adeptes de la lance, la hallebarde, et des armes d'hast, ils avaient privilégiés un style extrêmement rigoureux, martial et sans pitié, mais également souple. L'un des oncles de Ledha lui avait confié, il y a longtemps, que les gens appelaient les Borolev les "danseurs de guerre". Tourbillonnants au milieu de leurs ennemis, virevoltant, et fauchant les gens.

Ledha, en se concentrant sur l'étude de la magie, avait perdu une bonne partie de ses talents guerriers. Il était incapable de faire des sauts perilleux en plein combat, ou de tourner tel un derviche. Mais il savait faire une chose. Faisant tourbillonner son fauchard à toute vitesse, il frappa brusquement un squelette, le pulvérisant sur le coup à cause de la violence dû à la force centrifuge. Il se débarrassa sans trop de peine de ses adversaires, avant de sentir une intense chaleur derrière lui. Il se retourna, et vit Naira s'effondrer, traumatisée, tandis que tout ce qui avait le malheur de se trouver autour d'elle se faisait carboniser. Il parvint à accrocher son regard, et hurla d'une voix autoritaire.

" NAIRA ! "

Il vit que d'autres morts-vivants s'approchaient d'elle tandis que les flammes se dissipaient. Ces derniers étaient fait de chair et de sang, et pas seulement d'un squelette comme les adversaires de Ledha. Il enleva son manteau d'un grand geste du bras et l'envoya sur Naïra, la recouvrant de ce dernier, comme pour lui servir de protection. Il sauta par dessus elle, son ombre se dessinant sur les murs, à cause des flammèches qui restaient encore, agonisantes. Il atterrit sur un tas de cendre, et le combat s'engagea. Le combat fut court, mais brutal. Ne pouvant pas reculer pour mettre de la distance, étant forcé de protéger Naïra, Ledha ne put éviter ou bloquer tous les coups, et une épée grossièrement taillée et recouverte de rouille s’enfonça de plusieurs centimètres dans son torse. Il riposta d'un geste rageur, repoussant son adversaire tandis que son sang coulait.

D'autres arrivaient. Il porta la main à sa blessure. Plus le moment de cacher ou de se battre a moitié. Une vague d’énergie obscure, mais invisible pour une personne normale émana de lui, recouvrit les morts vivants, et, quelques instants après, ces derniers se désarticulèrent et s'effondrèrent au sol. Morts pour de bon.

Ledha s'accroupit près de la boule que formait une Naïra encore sanglotante dans son manteau. Comme pour consoler une petite fille, il la serra contre lui à travers la fourrure, ignorant sa blessure guère sérieuse pour un hémomancien.

" Calme toi. "

Il ne se rendait pas compte que sa peau sentait legèrement le brûlé a force de trop s'approcher d'elle.


Dernière édition par Ledha Borolev le Dim 12 Fév 2012 - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Dim 12 Fév 2012 - 7:31

En état de choc, Naira n’était pas capable de comprendre ce qui se passait autour d’elle. Le combat et le reproche de Ledha ne furent qu’en arrière-plan dans son esprit, quelque chose la recouvrait, masquant l’odeur de la mort par le viril parfum de l’humain. Dans des circonstances différentes, la musicienne aurait pu profiter de ce confort et de cette protection rassurante mais encore trop secouée, elle commençait à délirer intérieurement.

*J’ai peur, j’ai peur, j’ai peur, j’ai failli mourir, la puanteur de la mort.*


Elle était hantée par l’image de son maitre attaquant les gens après sa mort et aussi décharné que la créature. Sans le manteau du sorcier pour lui épargner les horribles effluves de l’endroit, elle aurait surement rendu son petit déjeuner.

Comment s’en sortir ? Comment repousser ces monstres qui rendaient comiques ceux qui avaient hantés les pires cauchemars de la petite elfe ? Elle se mit à répéter à voix basse les mots de Ledha, une dizaine de fois :

« Le feu est également assez utile. Le feu est également assez utile. Le feu est également assez utile…»

Un incendie, pour les réduire tous en cendre, comme celui dont il ne restait maintenant plus aucune trace. Mais comment pourrait-elle échapper aux flammes ? Elle avait peur de mourir brûlée… Des ailes ! Bien sûr ! Il fallait qu’elle vole, pour échapper aux monstres et les laisser se consumer, hors d’atteinte des leurs horribles mains puantes…

Malgré la douceur dont faisait preuve l’hémomancien qui venait de finir son combat, il arrivait trop tard pour rattraper la jeune femme complètement perdu dans son inconscient, submergée par sa propre magie qu’elle invoquait sans même s'en rendre compte. La surprise dû être intacte pour l’humain, malgré son érudition et ses connaissances très larges. Ce qu’il serrait dans ses bras disparu soudain, il n’y avait plus rien de palpable sous le manteau et au même moment, une forme rougeoyante traversa ce dernier pour se redresser, regardant l’humain de son mètre cinquante
Naira:
 

Hormis la silhouette, la créature qui faisait face à Ledha n’avait rien en commun avec la jeune fille qu’il avait avec lui un peu plus tôt. Faites de flammes dorées pures et pourvu de larges d’ailes qu’elle tendit comme pour s’étirer, l’élémentaire était nue mais ses contours étaient flous, inconstants, comme si elle brulait de l’intérieur et que son corps se déformais légèrement de façon régulière, à l’instar d’une flamme vacillante. Ses yeux, portails d’or irradiants de lumière, fixait le mage sans aucune émotion. Bien que dépourvue de bouche, la créature s’exprima avec la voix de Naira.

« Nous sommes ravis de faire votre connaissance, Ledha. J'espère que nous nous sommes éloignées assez tôt pour ne pas abîmer votre précieux manteau, nous nous en voudrions énormément.»

Sous le vêtement qui avait protégé un peu plus tôt la demoiselle, plus aucune trace de sa présence, hormis ses affaires répandus par terre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Dim 12 Fév 2012 - 19:33

Ledha s'éloigna légèrement de la forme ailée et enflammée qui le regardait de haut. Il plissa les yeux, et s'éloigna. La chaleur était grande. Il recula de quelques pas, prenant avec lui son manteau et les vêtements que portait Naïra avant de disparaître. Ses yeux bleus cherchèrent les yeux de l'ange de feu, et fixa les deux flammèches sensées les représenter.

« Nous sommes ravis de faire votre connaissance, Ledha. J'espère que nous nous sommes éloignées assez tôt pour ne pas abîmer votre précieux manteau, nous nous en voudrions énormément.»

Il regarda son manteau fumant, et s'exprima avec une pointe de tristesse dans la voix.

" Bah. De toute façon, il réchauffera mieux ainsi. " Du manteau s'élevait une odeur de brûlé. Par contre, les vêtements de Naïra étaient dans un état impeccable. Ledha éructa et cracha du sang par terre, sa blessure toujours présente. Il haussa un sourcil. Et prit le temps de réfléchir à ses paroles. Naïra avait déjà invoquée un élémentaire de roche, sans faire exprès. Ici, elle semblait s'être... incarnée dans une entité élémentaire, et intelligente. Mieux fallait ne pas déraper ou dire de bêtise. Finir carboniser n'entrait pas dans les plans de Ledha.

" Nous ? Vous êtes donc plusieurs, c'est cela ?"

Silence de son interlocutrice, dont les ailes battaient toujours.

" Je ne parle pas à Naïra n'est ce pas ? Est-elle l'une de ces entités que vous désignez ? Est-elle seulement consciente ? A t-elle disparue ? Êtes vous autre chose ? Je ne vous connais pas. Quel est votre nom ? "

Il fronca les sourcils, et fit signe à l'ange de le suivre. Comme toujours, le dernier des Borolev réagissait avec flegme. Ses jambes et son corps tremblaient toujours, gorgés d’adrénaline. Le mangecoeur vira quelques os de ses pieds. Il transpirait à cause de la chaleur. Ils arrivèrent dans une pièce assez grande.

" Bien, c'est mieux ici. "

Il posa son manteau sur le sol, avant d'y déposer les vêtements de Naïra. S'agenouillant lentement, il commença à les plier avec soin, et les enroula ensuite dans le manteau, afin de les protéger. Il espérait que Naïra réapparaitrait pour les utiliser. La voir disparaître à jamais pour devenir un ange de flammes ne l'enchantait guère. Il se retourna vers l'ange en question.

" Vous me connaissez peut-être, mais je ne sais rien de vous. Je veux savoir ce qu'est devenue Naïra. Et que vous la rameniez, si possible. Elle a encore de longues décennies devant elles, et surtout, une personne aussi puissante a besoin d'être canalisée. Votre simple présence place cette petite parmis les dix êtres les plus puissants des trois mondes. "

Il ne surestimait pas ses paroles. Et encore, parmi les 10, Naïra était sacrément bien placée. De ceux qu'il connaissait, en fouillant dans sa mémoire, il ne trouvait que cinq personnes plus puissantes. Sikorsky Van Piersen, qui était décédé. Tyrias Marchemonde. La cape blanche nommée Erwan. Lui-même, Ledha Borolev. Et bien entendu... Le Capitaine.

Un frisson parcourut l'échine de Ledha.


Dernière édition par Ledha Borolev le Dim 12 Fév 2012 - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Dim 12 Fév 2012 - 20:44

Les yeux de la créature restaient de marbre mais on pu lire la contrariété sur son visage quand Ledha lui fit comprendre que le manteau avait souffert de son contact pourtant succinct. Il y avait en revanche un avantage à la présence de l'élémentaire, plus aucune torche n'était nécessaire. L'inquiétude passa quelques instants sur ses traits quand l'hémomancien cracha du sang mais le voir tenir debout sans difficulté sembla l'apaiser rapidement.

Lorsque l'avalanche de questions tomba, l'ange n'eut pas le temps de répondre qu'elle emboîtait déjà le pas de l'humain qui était visiblement désireux de changer d'endroit. Elle regarda sans bouger le mage plier avec soin les affaires de la petite elfe, un sourire difficile à deviner à cause de son absence de lèvre sur le visage. Patiente, l'invocation attendit qu'il eut fini, puis s'exprima à nouveau. Prenant un air qui rappelait un peu la demoiselle qu'elle avait remplacée, la créature tenta d'expliquer:

« Nous ne savons de vous que ce que vous nous avez appris. Nous...»


L'esprit enflammé semblait avoir du mal à trouver ses mots mais lança finalement.

« Nous ne savons pas ce que nous sommes. En quelques sortes, Naira sans vraiment l'être. Nous sommes sa création et son essence en même temps. Nous la remplaçons mais nous sommes elle...»


Un nouveau petit silence, puis l'ange reprit.

« Nous sommes trop terrifiées pour l'instant, nous avons besoin de repos, alors nous vous suivrons à notre place. Nous sommes vraiment très gênées pour votre manteau.»


Malgré le manque de clarté de la créature qui semblait incapable de se définir elle-même, on pouvait comprendre que Naira était encore bien présente au cœur des flammes mais qu'elle était encore trop perdue pour reprendre sa place pour le moment. Tendant lentement une main vers le couloir opposé de celui d'où ils venaient, l'invocation invita à continuer:

« Nous ne connaissons pas le chemin, à vous de prendre la tête et... Merci de prendre soin de nos affaires.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ledha Borolev

Le Mangecoeur

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Hemomancien
Métier : Archiviste
Messages : 105


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Lun 13 Fév 2012 - 19:16

Ledha posa ses mains sur ses hanches, tapotant du pied sur le sol, commentant d'un air ironique.

" Ben voyons... je continue comme si de rien n'était, pas de problème. "

Secouant la tête d'un air dépité, il se rangea à la raison. De toute façon, il ne pouvait rien faire, si ce n'est continuer. Il soupira.

" Bon, ben... soyez attentive, au cas ou Naïra refait surface. " Il se gratta la tête. Pourquoi les choses se compliquaient toujours ainsi ? Il rajouta

" Et pas de magie hein ? "

Toujours cette absence d'expression... c'en était frustrant. Il ne fit aucun commentaire, et repris la route, tenant son fauchard d'une main, et de l'autre, les vêtements de Naïra enroulés dans son manteau à lui. Il n'y avait plus de morts vivants. Du moins, pas un signe, même pas une odeur. Ils continuaient de descendre encore.

" Je passe ma vie dans des souterrains..." commenta t-il tout haut. Il s'immobilisa quelques instants. Le sol tremblait. Un éboulement. Le sol trembla, et l'hémomancien essaya désespérément de rester debout. Un craquement se fit entendre. Il hurla.

" ATTENTION ! "

Pourquoi les choses se compliquaient toujours ainsi ?

Le plafond au dessus de lui trembla puis s'écroula, sans raison apparente. Il y en avait une. Les mouvements des plaques tectoniques, et Ledha, dans sa chance habituelle, était au mauvais endroit, au mauvais moments. Des tonnes de roches s'effondrèrent sur le couloir. Il ne regarda pas comment se débrouillerait l'ange. Il se concentra sur une chose plus immédiate et importante. La roche qui s'effondra sur lui.

Dans un immense fracas, la roche pulvérisa le sol, le tonnerre et le chaos s'invitèrent sous la terre. De longs instants après, le calme était revenu. De Ledha, rien ne subsistait. Sous les rochers, du sang s'écoula, goutte par goutte, devalant la pente du couloir dans une mince rigole. Le sang fit une petite flaque, qui devint mare, et, petit à petit, une forme distincte s'éleva dans les airs, une créature composée de sang.

Indemne, bien que ses vêtements fusses déchirés, Ledha Borolev réapparu. Il était difficile de se débarrasser de lui. Et un simple éboulement ne représentait guère de danger pour l'hémomancien. De son avant bras, du sang coulait, vestige des tortures rapides qu'il s'était infligé afin de lancer son sort. Il regarda autour de lui.

" Naïra ? "

Sa voix était inquiète. Il toussa afin d'écarter la poussière qui relevait son corps reconstitué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Naira Al'Ewynn



________________

avatar
________________


Race : Elfe
Classe : Invocatrice
Métier : Musicienne & Danseuse itinérante
Messages : 108


MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   Mer 22 Fév 2012 - 12:20

L'ange hochait la tête à chacune des indications ou questions de Ledha, gardant l'air parfaitement neutre qu'elle arborait depuis son apparition. Fixant le dos du mage, la créature le suivait sans signe de fatigue apparente, se contentant d'avaler les mètres sans faire de commentaires. Soudain, le sol trembla et la terre sembla imploser autour d'eux. L'invocation étendit au plus large ses ailes pour compenser les vibrations, puis se donna un puissant élan pour se jeter en arrière. Un second battement d'aile l'écarta de la zone à risque mais un tunnel n'étant pas le ciel, elle s'effondra lourdement sur le dos, heurtant une paroi. Assise contre un mur, une main tendu en avant alors que l'humain se faisait écraser par plusieurs tonnes de roche, l'ange hurla avec la voix de Naira:

"LEDHA!"

Des larmes inondèrent ce qui servait d'yeux à la malheureuse créature, persuadée sur le moment que le mage avait péri dans l'éboulement. Le tunnel avait dû s’effondrer sur au moins vingt mètre et il devait y avoir plusieurs tonnes de roches entre eux deux, s'il avait survécu, par un quelconque miracle...

*Il est puissant, il s'en sortira! Trouvons un autre chemin pour le rejoindre!*

La créature hocha la tête, pourtant seule dans le tunnel. Elles furent tenter de creuser à grand renfort de magie mais secouer un morceau de roche aussi instable revenait à du suicide pur et simple. Tournant les talons, l'invocation de feu retourna au dernier croisement, avant de regarder d'un air sceptique les deux autres choix qui s'offrait à elle.

*Prenons le chemin qui semble le plus difficile... On cache les choses importantes dans les lieux difficiles d'accès.*


Le nouveau tunnel était bien plus étroit, tellement que l'ange du rapidement replier au maximum ses ailes et même baisser un peu la tête. Un humain normal comme Ledha devrait se plier en deux pour passer dans ce genre de tunnel, nota-t-elle. De plus, il ne semblait pas effondré, à quoi pouvait bien servir un passage aussi petit... D'un coup, plus rien ne la portait, sans s'en rendre compte, elle avait dépassé les limites du vide. Déployant ses ailes pour éviter de chuter, elle regarda l'eau en dessous d'elle, puis se posa sur la petite presqu'île qui trônait au milieu de la pièce aux proportions colossales qu'elle avait atteinte. Seul autre sortie de l'étrange caverne, une immense entrée, qui rejoignait le perchoir de l'invocation via une large bande de terre.

*Non, pas la seule...*

Une autre entrée de taille humaine, faisait face à la première, la créature ne comprenait pas l'utilité de la pièce...

Sans signe annonciateur, toutes les torches qui bordaient la parcelle de terre s'allumèrent et un pas lourd se fit entendre, résonnant dans la pièce.

*Pourquoi ça tombe toujours sur moi...*



Dernière édition par Naira Al'Ewynn le Lun 27 Fév 2012 - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Pics neigeux-