''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fearghas Forrester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fearghas Forrester



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Fearghas Forrester   Mer 18 Juil 2012 - 16:24

* * *

Personnage

Nom : Forrester
Prénom : Fearghas
Rang : Vieux chnoque

Âge : 75 ans
Sexe : Mâle

Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Ne croit en aucune religion.
Groupe : Royaume

Équipement : Fearghas n'a jamais été un homme attiré par la matière, bien que sa fortune ne soit plus à prouver. Aussi ne possède-t-il que peu d'équipements. Il n'a à son actif qu'un simple bâton de marche, un sac à dos et bien sur, une baguette magique ainsi que la traditionnelle robe et le chapeau à pointe des magiciens. Il a récemment ajouté un grimoire à son actif où sont écrites de nombreuses recettes de drogues, de médicaments, de baumes et autres mixtures, mais aussi de sortilèges, d'incantations et d'enchantements car, du fait de la vieillesse, il a tendance à les oublier.

Talents de combat physique : Forrester ne dispose d'aucun talents de combat physique. Peut-être était-il avant en mesure de se battre mais aujourd'hui son corps décrépit ne lui permet plus la moindre forme de combat physique.

Talents de magie : Ayant suivis des études approfondies en matière de magie blanche, aussi bien dans le monde du milieu que dans le monde du dessus, et ayant aussi eut l'occasion d'éxercer durant tout sa vie, Fearghas manie avec aisance l'élément de la lumière. Il le contrôle dans sa totalité et son entière diversité sans qu'une seule virgule ne lui échappe ... Sauf bien lorsqu'il est atteint d'un trou de mémoire.

Talents divers : En plus d'être un archimage vétéran et un alchimiste ingénieux, il est aussi un formidable médecin et un apothicaire respectable. Quelque part, ces sciences allaient de paire à son chemin puisque orienté depuis le début vers le soin et la bénédiction mais la chance n'était pas donnée à tout le monde d'avoir un ange en guise de professeur.

Pouvoirs particuliers : Il n'a pas de pouvoir en particuliers.

Apparence physique : Physiquement parlant, Fearghas n'a rien d'un homme extraordinaire. Il est moyen de taille, maigre et blanc de peau bien que cette dernière soit usée et ramollie. Son front et son visage sont fortement ridés, ses yeux sont noisettes, son nez est en patate et ses cheveux sont longs et blancs. Ils étaient autrefois bruns mais le temps les a décoloré. Sa barbe est aussi très longue et sa moustache est touffue, ses pattes sont garnies et descendent jusqu'à ses joues et il n'a pas de signes distinctifs en particulier si ce ne sont quelques marques et cicatrices du passé.

Caractère, personnalité : Psychologiquement parlant, Forrester est un homme complet. Digne de son statut d'archimage, de sa science et de son expérience, c'est un homme, tendre, bon et respectueux. Il ne connait pas la haine mais connait en revanche la désolation. Sa morale est sans pareils et son intégrité est totale. Énumérer la qualité de son esprit point par point prendrait trop de temps, mais cependant, Fearghas n'est pas un homme parfait. Il est aussi très têtu, grognon et assez bavard.

Histoire : C'est durant la nuit d'un jour d'hivers que Fearghas naquis en la ville de Madorass. Enfant d'une mère guérisseuse et d'un père ensorceleur, ils lui apportèrent, et cela dès sa naissance, beaucoup d'affection et de protection bien que son père était souvent absent, du fait de ses nombreuses campagnes. Sa mère prodiguait des soins en échange de quelques pièces d'Or et son géniteur avait une rente régulière du fait de ses services militaires, par conséquent, il ne connu pas une enfance désireuse mais ne connu pas non plus une enfance aisée. Nous dirons qu'il avait juste ce qu'il lui fallait, sans excès. FForrester était un enfant sage et discipliné, reconnaissant envers ses parents qui s'occupaient bien de lui et de son éducation qu'ils voulaient parfaite, au point qu'ils s'occupèrent eux-même de son apprentissage. Ils lui apprirent à lire et à écrire, à s'exprimer et même à compter en plus de toutes les diverses et nombreuses connaissances de base nécessaires à la survie en ce monde. Forrester était un garçon qui ne ressemblait en rien à ses semblables à son âge. Il les trouvait idiots, ne jouait jamais avec eux et ne parlait d'ailleurs que très peu de lui-même, choses qui inquiétaient ses parents. C'est vrai qu'il avait bu leur enseignement et qu'il semblait doué pour la magie au vu des quelques sortilèges qu'ils lui avaient appris et qu'il maitrisait déjà mieux qu'eux mais, était-ce un bon signe ? Sa maman en doutait, pensant alors qu'elle avait peut-être raté quelque chose avec son fils, bien que ce dernier lui assurait ne manquer de rien lorsqu'elle le questionnait.

À l'âge de ses huit ans, et devant l’achèvement évident et plutôt précoce de son apprentissage, ils décidèrent de l'envoyer à la tour des mages de Beolan afin de suivre un apprentissage soutenue de la magie. Il n'était pas d'accord pour quitter ses parents car bien trop attaché à eux, mais il n'avait pas le choix et ce fut avec beaucoup de difficultés qu'il s'y résigna. Là-bas, il fut rapidement pris en charge. Nous entendons pas par-là qu'ils s'occupèrent bien de lui mais que, remarquant son don pour la magie, ils le forcèrent à travailler bien plus que les autres en lui imposant souvent des heures supplémentaires ou des travaux de nuit afin que ce dernier apprenne à exploiter son potentiel au maximum.

Cela dit, il n'excella réellement que dans une seule magie et il n'apprit donc qu'à maîtriser un seul et unique élément, celui de la lumière. Quand on y repensait, c'était peu étonnant. Son père pratiquait la magie guerrière et sa mère, la magie curative. Entre tendresse et brutalité, la lumière était le résultat logique d'un tel mélange. Il passa exactement dix années à la tour des mages, dix années durant lesquelles il ne revit pas ses parents et dix années durant lesquelles ses pensées étaient tournées vers eux.

Mais il obtint finalement son diplôme de maitre de la lumière et il revint aussitôt auprès d'eux. Hélas, il ne les retrouva pas, ou du moins, pas totalement. Sa mère était toujours vivante, mais son père était mort depuis déjà cinq ans. Effondré, il voulu savoir pourquoi est-ce qu'elle ne l'avait pas mis au courant et elle lui avait répondu que c'était pour le préserver, qu'il était encore trop jeune pour apprendre la nouvelle et que cela risquait de compromettre sa réussite. Fearghas aimait son père et sa douleur à ce moment était sans pareils. Il pleura beaucoup et le chagrin subsista pendant plus d'un an. Il resta aux côtés de génitrice, alors trop âgée pour travailler davantage, et s'occupa d'elle avec tout autant d'attention et d'affection que lorsqu'elle s'était occupée de lui quand il était enfant.

Madame Forrester mourut finalement, laissant comme héritage à son fils une somme confortable s'élevant à la hauteur de dix-milles pièces d'Or. Sa peine fut doublée mais le temps cicatrisa sa blessure. Gravant la mémoire de ses parents dans la sienne et logeant leurs âmes dans son cœur, il entreprit un long périple au travers de toutes les terres du royaume alors sous le régime démocrate. Il fit la connaissance diverses peuplades et cultures, rencontra une grande diversité de créatures bien souvent hostiles mais quelques fois amicales et il exerça ses talents de maitre de la lumière aussi bien pour combattre que pour soigner, apprenant un peu plus chaque jour à maitriser cette si noble magie. Il acquis beaucoup de sciences, se perfectionna dans la médecine, la conception de médicaments et même dans l'alchimie. Beaucoup de livres furent dévorés, beaucoup de cultures furent assimilées mais, plus il en apprenait et plus sa faim s’agrandissait mais, il le savait bien, science sans conscience n'est que ruine de l'âme ...

Fearghas était alors âgé de quarante-cinq ans lorsqu'il tomba amoureux d'une femme qu'il épousa et avec laquelle il eut un enfant. Malheureusement, cette dernière ne supportait pas beaucoup la vie de nomade que menait son mari et elle le quitta pour se remarier avec un autre homme, emportant son enfant avec elle. Certes ce ne fut pas facile pour lui d'accepter ça mais, c'était elle ou la science. Le chois était vite fait mais il ne coupa pas les ponts avec son fils pour autant. Il venait le visiter régulièrement, même s'il se demandait comment un garçon aussi idiot pouvait être son enfant !

Vint finalement un jour où il rencontra un ange. Au début, il ne savait pas qu'il en était un mais ce dernier l'avait captivé car cet homme très âgé était particulièrement instruit mais aussi, il était doté d'une sagesse sans limites. Ils sympathisèrent rapidement et ne se séparèrent plus pendant un long moment. Fearghas fit son périple avec lui et apprit finalement qui il était, lorsque ce dernier jugea bon de le lui révéler. C'était pour lui un test et tout allait se jouer maintenant. Fearghas le cru aussitôt sans pour autant exprimer un sentiment en particuliers, si ce n'était la joie. Cet ange fut surpris, il ne demandait pas de preuves et ne le regardait pas d'un air diffèrent, il semblait juste heureux … Étrange pour un être Humain. Quoi qu'il en soit, il ne s'était pas trompé. Il lui révéla par ailleurs qu'il était descendu dans le monde du milieu à le recherche d'un disciple qu'il n'avait pas trouvé dans le monde du dessus et à qu'il pourrait confier le lourd trésor qu'il avait récolté. Ce ne fut qu''après plus de trois-cents ans de quête qu'ill l'avait enfin trouvé.

Cet ange était un archimage connu et respecté de son monde, sa magie était d'une puissance que seul son savoir égalait mais hélas, il se faisait très vieux et la mort l'attendait. Il l’emmena donc dans le monde du dessus et il y séjourna plus de dix ans. Il apprit là-bas ce qu'aucun livre n'avait pu lui apprendre, il observa ce qu'aucun paysage n'avait pu lui offrir et il connu ce qu'aucune personne n'avait pu connaître. Tant de sciences, tant de beauté et tant de richesse ! Mais Fearghas y trouva avant tout la sagesse qu'il était venu chercher. Son maitre lui apprit tout ce qu'il savait et bientôt, l'élève le dépassa, comme il avait dépassé ses parents autrefois. Il mourut finalement, l'esprit apaisé. Sa science et sa conscience n'étaient pas perdues et il savait qu'il les avait placées entre de bonnes mains.

Désormais archimage, c'est avec regret qu'il retournait dans le monde du milieu. À vrai dire, il y avait été forcé car il n'avait pas le droit de résider dans le monde du dessus, n'étant pas un ange, mais il avait cependant le droit de s'y rendre. Il revint malgré tout s'installer à Beolan où l'on lui proposa un confortable poste de professeur à la tour des mages. Posant ses quartiers là-bas, il mit fin à son périple et se contenta de transmettre son savoir, sa sagesse et son expérience du mieux qu'il le pouvait et à ceux qui le méritaient. Gagnant un haut salaire pour un travail et un cadre de vie qui ne nécessitait que peu de dépenses, il s'enrichit vite et en vingt ans, il se constitua une petite fortune s'élevant à la hauteur de deux-cents-milles pièce d'Or. Rajoutons à cela les nombreux objets de valeurs et matières précieuses qu'il avait récolté durant son périple, le moins que l'on pouvait dire, c'est qu'il ne manquait pas d'argent. Mais en vingt ans aussi, ces terres natales changèrent beaucoup. La démocratie connu un mouvement révolutionnaire et bientôt, il n'existait plus. À la place, il y avait un régime tyrannique imposé par un homme répondant au nom de Kaull Hendenmark. Pour lui, c'était la fin d'un âge d'Or. Mais, il ne s'en soucia guère plus que cela. Certes, beaucoup de gens allaient maintenant souffrir, mais que pouvait-il y faire ? Aussi complète soit sa science et aussi puissante soit sa magie, un homme seul ne peut rien faire contre des millions d'individus. Et puis il était trop vieux pour prendre part à des gamineries comme la rébellion …

Et puis, à soixante-quinze ans, son corps décrépis ne lui permettait plus de gambader comme avant et aussi ne sortait-il presque jamais de la tour, s'enfermant alors dans une profonde solitude. Certes, Lola, une sorte de fée qu'il avait rencontré au pays des anges et qui l'avait suivis dans le monde du milieu, lui tenait bien compagnie et essayait de lui remonter le moral avec son sens de l'humour et sa joie intarissable, certes il exerçait encore un bon nombre de ses talents et certes les visites régulières de sa petite fille lui permettait de se distraire et de garder le sourire, mais son passé de voyageur lui manquait. Et par ailleurs, son '' crétin de fils '', comme il l'appelait souvent, n'avait pas voulu acquérir sa science, préférant devenir un commerçant, la condamnant alors à disparaître avec lui. Tout ceci le déprimait et l'ennuyait même. Mais un jour, et à force de lire des livres à son sujet, il s'éprit du mythe de l'élixir de longue vie. Passionné par ce dernier et voyant là une formidable chance de pouvoir sauvegarder son savoir mais surtout de pouvoir reprendre ses expéditions, il se fixa comme nouvel objectif de percer à jour le secret de sa fabrication. Il avait d'ailleurs déjà entamé les recherches et savait qu'un très ancien alchimiste du nom de Alchim Helighet y avait déjà travaillé. Il serait intéressant, pour commencer, de remettre la main sur ses études mais, où sont-elles ?

En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Autant que je le peux, c'est à dire tous les jours sauf absence.

Comment avez-vous découvert le forum ? Grâce à un proche.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? C'est très sombre tout ça, c'est peu rassurant. Mais dans l'ensemble, ça ne pique pas les yeux. D'ailleurs j'aime beaucoup les citations.

Test-RP
 

Le feu était allumé dans la cheminé et il dévorait en silence les quelques bûches qui lui servait de repas. Enfin, presque en silence puisque ce dernier était parfois troublé par ses quelques sursauts. La pièce était plutôt grande et la lumière était tamisée. Il y avait un grand et large tapis rouge sur plancher et dessus étaient posés deux fauteuils larges et profonds tournés face-à-face.

Enfoncé dans le sien, pipe à la bouche, Fearghas observait sa belle-fille assise en face sans prononcer un mot. L'odeur qui s'émanait de sa pipe était exquise mais elle n'était pas toxique puisqu'il s'agissait d'une plante médicinale que l'archimage fumait pour calmer sa toux. Sa petite fille était sur ses genoux et elle jouait en silence avec sa barbe, s'amusant à se faire une fausse moustache ou des faux cheveux blancs.

Il était tard, la nuit était tombée et l'ont pouvait entendre la pluie faire rage dehors. Agata avait fait le trajet de Venill vers Beolan pour voir son beau père. Cela lui avait pris deux semaines et elle avait du préparer le voyage plus d'un mois à l'avance. Pourquoi ? C'était la question que se posait Forrester en l'observant. Certes, sa bouche était silencieuse mais pas son esprit. D’ordinaire, c'était son fils qui lui ramenait sa petite-fille et qui venait aussi la chercher après, mais pas sa femme. Une femme blonde d'ailleurs, au visage assez sérieux mais aux traits assez affinés. Une femme digne en quelque sorte, pas une de ces femelles soumises et sottes que l'on retrouvait à chaque coin de rue. Une femme qui malgré son fort caractère et sa droiture n'enthousiasmait guère le vieillard qui voyait surtout en elle une femme froide et orgueilleuse.

Elle n'osait pas parler elle aussi, apparemment, le vieil homme semblait l’impressionner. S'agissait-il de respect ou avait-elle peur de quelque chose ? À moins que ce qu'elle ne veuille lui dire ne soit pas très facile à dire justement ? Forrester prit enfin la parole.

- Comment vous portez-vous Madame ?
- Très bien, je vous remercie. Et vous ?
- Mal ... Mais ça n'a plus beaucoup d'importance à mon âge.


Elle ne répondit pas, elle se contenta de baisser légèrement la tête.

- Et que me vaut l'honneur de votre visite ?
- Et bien, vous manquiez à Eireen, elle voulait absolument vous voir. Et puis, je pense qu'elle devait aussi vous manquer, voilà déjà six mois que vous ne vous êtes pas vu. Je vous l'ai donc rapporté moi-même, mon mari étant absent pour des raisons commerciales.
- Et alors ? Il ne pouvait pas revenir et me la ramener ? Le voyage de Venill jusqu'à Beolan est très incommodant, quel goujat est-il de vous avoir laissé l'entreprendre seule !
- Ne lui en voulait pas, il ne pouvait vraiment pas revenir, cette caravane était très importante pour lui et pour sa carrière !
- Où est-il partis exactement ?
- Il a pris la mer depuis les côtes de l'est, il partit pour établir un commerce éphémère en terres lointaines, il sera de retour d'ici un an ou deux je pense.
- Quel imbécile !
- Pourquoi dites-vous ça ?
- Mais que peut lui importer la richesse ? Ne suis-je pas déjà assez riche comme ça pour qu'il cherche à amasser plus d'argent ?
- C'est qu'il n'a pas envie de vivre à vos dépends, de se sentir entretenu par charité. Et puis il veut travailler pour gagner sa vie.
- C'est absurde ! À quoi cette fortune me sert-elle si je ne peux entretenir mon fils avec ?!


Agata semblait gênée.

- N'avez-vous pas cherché à lui faire entendre raison ?
- Le convaincre de profiter de l'argent de son père ? Pour qui me prenez-vous et que penserez les gens de moi ? Ils me prendront pour une femme intéressée !
- Mais qu'importe ce que les gens penseraient de vous ma fille ! Me suis-je soucier de ce que les gens pensaient de moi quand j'ai refusé de prendre part à la rébellion ?
- Oui mais vous vous n'avez plus à faire vos preuves, moi si.
- Vous êtes têtue ! Comme mon crétin de fils !
- Mais vous aussi. C'est de famille apparemment.
- J'espère que ma petite Eireen ne le sera pas et qu'elle saura entendre raison quand il le faudra. Si au moins je peux reconnaître quelque chose à mon fils, c'est de m'avoir donné un tel enfant.
- Je vous remercie mais je ne vous cache pas que je m'inquiète pour elle. Elle ne parle que lorsqu'on lui adresse la parole, elle ne demande rien, elle joue toute seule et elle m'a constamment l'air triste.
- Il n'y aucune raison de s'inquiéter. J'étais exactement comme elle à son âge … Croyez-moi, cet enfant aura un riche et long avenir.


Dit-il en la chatouillant.

- Alors ? Pépé il t'a manqué tant que ça ?
- Ah oui papy !
- C'est bien mais toi aussi tu m'as manqué, tu le savais ça ?
- C'est vrai ?
- Oui, même que je me demandais quand est-ce que tu allais venir me rendre une petite visite !
- Je voulais venir avant mais maman ne pouvait pas, il y avait les plantes à couper dans le jardin.
- Ah oui les plantes … Et elles étaient toutes belles et toutes dorées, comme les années précédentes ?
- Ah non, elles étaient toute marrons et toutes fanées cette fois-ci ! Même que maman elle était en colère quand elle a vu ça. C'est vrai que c'était pas beau à voir, ça m'a rendu triste ...


Il releva la tête vers sa mère qui semblait assez contrariée aux derniers dires de sa fille.

- Votre récolte s'est mal passée ?
- Hum … Eireen, je t'avais demandé de te taire !
- Inutile de la gronder, je m'en doutais que quelque chose n'allait pas ! Qu'est-ce qu'il s'est passé avec la récolte ?
- … L'exploitation a été envahie par des mouche des Hesse … Elles ont ravagés la plantation sans même que nous puissions faire quelque chose. Elles étaient trop nombreuses et trop voraces.
- Je vois, et pourquoi mon débile de fils n'a même pas pris la peine de me prévenir ?
- Parce qu'il n'est pas au courant. Et je n'ai pas tenu à vous en parler parce que …
- Oui ?
- Parce que je n'osais pas … J'ai ma fierté.
- Ah d'accord … Et votre fierté vous dicte de survivre sans argent ? Puisque je suppose qu'en l’absence de votre mari, vous n'avez pas d'autres sources de revenus ?
- Nous avons fais quelques économies les années précédentes.
- Mais cela ne sera pas suffisant. Et puis même, vous seriez contraint de vous serrer la ceinture, vous ne mangeriez plus à votre faim et vous renonceriez à beaucoup de vos besoins pour satisfaire vos priorités.
- Et alors ? Si c'est mon choix ?
- Et que faites-vous de votre fille ?
- … Ma fille malheureusement … Je ne suis pas la seule victime.
- Bien sur … Je n'aime pas ça, vous le savez ?
- … Je m'en doute.


Fearghas se redressa.

- Eireen, s'il te plait, peux-tu descendre de mes genoux un moment ? Je dois me lever.
- Oui papy.


Et la petite fille s’exécuta aussitôt. Il se dirigea alors vers un coffre plutôt massif qui était déposé en dessous d'une fenêtre. Se baissant en s'aidant de sa canne, il sortit une clé de sa barbe et déverrouilla le cadenas avant d'ouvrir le coffre mais Agata compris tout de suite ce qu'il voulait faire.

- Je ne suis pas d'accord !
- Disons … deux-milles pièces d'Or ?
- Je vous ais dis que je n'étais pas d'accord !
- Trois-milles ?
- Je ne veux pas de votre argent, je ne suis pas venue pour ça !
- Quatre-milles ?
- Mais arrêtez enfin !
- Cinq-milles ! C'est une bonne somme ça cinq-milles pièces ?
- De toutes les façons, je ne les prendrais pas !


Elle pu l'entendre l'éclat des pièces d'Or qui s'entrechoquaient entre elles mais elle put aussi le voir remplir une sorte de grosse bourse et en apprécier le poids. Il se releva ensuite, un sac à la main.

- Vous les prendrais que vous le vouliez ou non.
- Et qu'est-ce qui m'y obligera ?
- Moi et votre fille aussi. Si ce n'est pas pour vous que vous le faites, faites le pour elle.
- Je refuse.
- Vous refusez ? Vous osez refuser cela à votre Fille ?
- … Là n'est pas le problème. Je n'ai juste pas envie qu'on sache que j'ai pris votre argent.
- Franchement, je ne comprend pas cette mentalité ! Rien ne vous oblige d'aller le crier sur les toits !
- Non c'est non, je ne changerai pas d'avis.
- Dans ce cas, prenez-le et remboursez-moi après !
- Oh je vous connais, merci. Vous ne reprendrez jamais ce que vous m'avez donné.
- Vous ne voulez pas ?
- Non !
- Très bien, dans ce cas vous resterez ici, vous et votre fille, jusqu'à ce que votre mari revienne.
- Logées, nourries et blanchies ? Attendez, si j'ai refusé votre argent, ce n'est pas pour m'incruster chez vous et à vos dépends. Et puis j'ai une exploitation à faire tourner.
- Comment allez-vous faire sans votre mari ? Vous la feriez tourner seule ? Vous laboureriez la terre avec vos mains de femme ? Je refuse de vous laisser vous esquinter la santé pour ça !
- Et depuis quand vous souciez-vous de ma santé ? M’apprécieriez-vous soudainement ?
- Non ... Mais vous êtes une femme quand même.
- ... Avez-vous une meilleure solution ?
- Oui, laissez-moi votre fille ici, le temps que votre mari revienne et prenez cet argent avec vous. Vous vous payerez une main d'oeuvre qui s'en occupera pour vous !
- Mais vous ne comprenez pas Monsieur ou quoi ? J'ai dis non !
- Soit vous prenez cet argent, soit vous restez ici. Décidez-vous vite où je déciderai pour vous.


Elle ricana.

- Et vous allez faire comment pour décider pour moi ?

Fearghas sortit sa baguette de la poche intérieur de sa robe et se gratta la patte droite avec la pointe. Elle résorba soudainement son sourire et blanchit même. Agate n'aimait pas la magie et si ce n'était pas pour son mari, jamais elle n'aurait pris la peine de connaître son père et l'aurait donc considéré comme une personne à éviter. Seulement, la menace de la magie l'a fis réfléchir.

- … Entendu, mais dans ce cas, je ne veux rien vous devoir.
- Votre fierté exacerbée vous perdra un jour ! Et puis si vous ne voulez rien me devoir, laissez-moi votre petite fille quelques temps de plus, disons, un mois ou deux, le temps de faire du ménage chez vous et de remettre en fonction votre exploitation.
- …
- Un problème ?
- … Non non.
- Alors prenez cet argent !


Dit-il en lui tendant le sac à l'apparence garnie. Elle hésita un instant mais elle s'en empara enfin.

- … Je ne vais pas m'éterniser ici davantage. Je vous remercie monsieur et puis, je dis au revoir parce que je pense qu'on se reverra bientôt.
- Au revoir Madame et bon voyage !


Agate s'approcha de sa fille et l'embrassa sur le front.

- Tu t'en vas maman ?
- Oui mais je reviens bientôt, ne t'inquiètes pas ma chérie. En attendant, n'hésite à taquiner ton grand-père, il adore ça !
- Tu peux compter sur moi !
- Pas trop quand même hein ...


Agate s'en alla finalement et Fearghas retourna s'asseoir, laissant alors Eireen rejouer avec sa barbe pendant qu'il terminait sa pipe. Le diner allait bientôt être servis après quoi il pourrait se reposer un peu. Il avait beaucoup de travail demain et notamment, les examens de ses élèves.
* * *


Dernière édition par Fearghas Forrester le Jeu 19 Juil 2012 - 23:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Fearghas Forrester   Jeu 19 Juil 2012 - 11:17

Bonjour Fearghas, et bienvenue sur Feleth, parce que même si nous nous étions déjà parlé dans les "questions-suggestions", je remarque que je n'avais aucunement souhaité la bienvenue. Honte à moi.

J'ai vraiment apprécié l'histoire ainsi que le test-RP, ce personnage me plait énormément, et le style d'écriture qui va avec est très fluide et facile à lire. Bravo pour le travail fourni, ainsi que la volonté évidente d'intégrer chaque mot dans le contexte de Feleth, ce qui, au final, donne une atmosphère très construite et vraiment agréable, particulièrement dans le test-RP.

Inutile de s'attarder sur les 3 lignes et demi de caractère au lieu de 4... Ça serait ridicule de chipoter là dessus à la vue de la longueur de l'histoire et du test-RP, d'autant que l'on comprend tout à fait le caractère du personnage avec ces 3 lignes et demi. Bref, j'accepte.

Petit détail de contexte qui me dérange pour l'histoire, avant d'en venir à un détail un peu plus gros qui, je l'espère, ne nécessitera pas trop de changement. Alors, ce détail est débile vu que nous ne l'avons vraiment précisé... Nulle part dans le contexte, en réalité. Mais vu qu'il ne s'agit que d'une phrase à modifier je ne crois pas que ça soit gênant. Je m'excuse de ce manque de précision, en réalité je m'étais promis de le signaler dans le contexte, puis j'ai oublié.
Les démons, depuis la nuit des temps, depuis la naissance du Peintre et du Violoniste, ne parlent qu'une seule langue, celle que parlent le Peintre et le Violoniste. A la suite, les anges ayant succédé aux démons, parlent également cette langue, et les humains, orques, elfes etc, ne parlent également que cette langue, descendant eux-aussi des démons.
Le langage et la magie semblent étroitement lié, un mystère plane ainsi, sur les trois mondes, en ce qui concerne l'origine de cette parole. Car le Peintre et le Violoniste, à peine apparu, savaient parler.
De même, le premier lieu du Vein ayant vu le jour sont les Couloirs souterrains de l’avilissement, et les démons qui caractérisent ces couloirs sont les célèbres Parleurs. Ne répétant qu'une seule phrase, sans logique, depuis leur apparition jusqu'à leur disparition, dans cette langue unique.

Ainsi, je te demande de modifier cette phrase, alors que Fearghas débute son errance après la mort de sa mère : "Il acquis beaucoup de sciences, se perfectionna dans la médecine, la conception de médicaments et même dans l'alchimie. Beaucoup de livres furent dévorés, beaucoup de langues furent assimilées"

Après ce détail technique, venons-en à.. un peu plus grave.

Kaull Hendenmark, actuel Roi, n'a, d'après la chronologie, pris le pouvoir que 4 ans avant le temps actuel. C'est à dire quand Fearghas avait 71 ans et non 55.. En revanche, le "mouvement Kaull Hendenmark" tel que je le nomme, c'est à dire le moment ou ce dernier commença à avoir de l'influence et à terroriser commença 10 ans avant l'heure actuelle, donc quand Fearghas avait 65 ans. J'espère que ce détail pourra aider à rectifier la petite erreur.. J'espère que cela ne va pas tout chambouler.

Voilà ! Sinon je n'ai absolument rien d'autre à dire, visiblement ton projet de "chef de clan" et de rébellion ont été abandonnés, ça n'est sans doute pas plus mal vu la qualité de ce personnage ! En tout cas tu auras ma validation dès que ces petites modifications seront faites !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fearghas Forrester



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Re: Fearghas Forrester   Jeu 19 Juil 2012 - 14:26

Bonjour Le Violoniste,

Avant tout, je tiens à te remercier pour les compliments et pour ton accueil, franchement c'est encourageant des administrateurs qui ne font pas que critiquer, les sadiques. T-T

Ensuite, je te remercie aussi d'avoir pris le temps et la peine de lire ma fiche et sache que j'ai procédé aux changements que tu m'as demandé. J'espère qu'elle sera plus aux normes cette fois-ci. Pour l'histoire du clan, j'ai abandonné l'idée pour deux raisons, la première étant que je me suis rendu compte qu'il y avait déjà beaucoup de différents clans existants alors bon, j'allais pas en rajouter un autre, et la seconde étant que je trouvais le personnage assez pourrave dans le fond. Ca n'a pas de rapports avec tes réponses qui étaient complètes mais ... Bon je préfère l'archimage quoi. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Fearghas Forrester   Jeu 19 Juil 2012 - 15:04

J'ai relu les passages en question et tout me semble bon maintenant ! Pas de souci !
C'est normal de soutenir les membres je trouve, nous ne sommes pas là pour faire une guerre, c'est un forum d'écriture où les gens partagent leur imaginaire. Je trouverai ça stupide de se comporter en grand bourreau !

BREF !

En somme, tout n'est qu'une question de chose due, et redue, vous comprenez. Le monde ne tourne que dans ce sens là, il ne tourne pas dans deux sens à la fois, non, c'est passé, présent, futur, bien que nous ne vivions qu'au présent. Et c'est pour cela que le devoir, le devoir qui plane sur les têtes des gens qui ne sont, pas, décapités, vu qu'ils ont des têtes, ou alors on considère la tête de la personne comme l'entité même de son être et ainsi on pourrait dire, "qui plane sur les têtes des gens" sans préciser qu'ils n'ont pas à être décapités, enfin, certains, certains qui se PRÉTENDENT philosophes même si je trouve ça tout à fait intolérable de nos jours que de petits merdaillons comme eux se pensent "penseurs", certains petits merdeux comme ça disent qu'on ne peut pas nommer "gens" des êtres morts et qu'à partir du moment, par conséquent, où l'on disait "gens", on sous entend qu'ils ne sont pas décapités mais ALORS LA, je voudrais mettre un énorme Bémol à ces propos sauvages et démunis de raison, parce que lorsque l'on est décapité, hein, il y a quand même, je pense, un instant pendant lequel on vit encore avant de mourir, alors il ne faut pas faire de généralités aussi stupides tant que nous n'avons rien vérifié. Bien. Donc, je disais que le devoir est important et cela l'est également pour les chèvres, n'est-ce pas, et donc je voulais accomplir mon devoir... sauf que, j'ai brièvement oublié, ce que c'était.. bien, dans ce cas je vais continuer le cours, et si vous avez des question n'hésitez pas à les poser, bien entendu, car je suis là pour ça, n'est-ce pas encore c'est une question de devoir en tant qu'homme non décapité, tout bêtement, à travers l'humanisme de mes actes.. *continue de parler tout seul pendant une heure (oui parce qu'il est bel et bien seul), ne se rappelle pas du devoir qu'il devait accomplir, et se barre*
(ceci veut dire que je te valide, plus qu'une deuxième validation et tu pourras remplir ton profil et RP ! Youhouu !)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Fearghas Forrester   Ven 20 Juil 2012 - 19:05

Bien le bonjour Fearghas !

J'ai beaucoup apprécié ta fiche, que ce soit dans sa simplicité autant que dans sa richesse, tu arrives à mêler les deux avec aisance, c'est pas donné à tout le monde !

Je n'ai vu aucun écart au contexte ni aucune maladresse quelle qu'elle soit, le passage du Viovio a du corriger les rares erreurs !
Il y a néanmoins quelques petites fautes d'inattention (verbe accordé avec un "s" à la troisième personne, ou bien un mot manquant dans une phrase) mais rien qui ne puisse gêner la lecture, ni rien qui ne puisse être éliminé en une petite relecture ! ^^

Bref, je te valide sans plus tarder, je te souhaite un bon RP parmi nous, et n'oublie pas de remplir ton profil !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Fearghas Forrester   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fearghas Forrester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-