''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] _
MessageSujet: Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]   Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] EmptyLun 1 Sep 2014 - 19:22

[Hrp : ce rp se déroulera en trois parties majeures, chacune décomposée en trois petites parties, ne vous étonnez donc pas si la première "sous partie" ne se déroule pas vraiment dans l'aile de l'Ombre! ou n'est pas écrite comme d'habitude! ( et ne parle en soit même pas de Darion) ]

- Réveille toi!

...

- Réveille toi!

...

- Allez debout fainéant! L'eau va te réveiller!
- POUAH! Mais ça va pas?

Brrr... Je me souviens encore de la morsure de l'eau glacée... Fichue capitaine... Il n'était même pas six heures qu'il fallait que je me lève? C'était vraiment n'importe quoi de travailler dans l'armée du royaume. Gloire, fortune et honneur... Tu parles, depuis que je m'étais enrôlé, je n'avais connu que routine, tâches ingrates et rondes bidons dans un pauvre village de l'est en attendant un type pour une "vraie" mission. T'parles d'un honneur... On avait même pas le droit d'aller se divertir à l'auberge avec les putains. Pourtant il y en avait des bien mignonnes.

Enfin... J'étais un garde, j'imagine que ça impliquait de ne pas pouvoir faire ce que je voulais... Sinon j'aurais tenté les capes blanches. Et puis finalement, ce n'était pas si mal comme poste. C'était un hameau calme, pas de brigands, pas de créatures étranges comme racontaient certains à la caserne, et pas trop de concurrence masculine dans la garde du village.

Il était neuf heures lorsque j'avais terminé mes divers entraînements et que j'entamais la ronde au nord du village. Je ne comprenais franchement pas pourquoi le seigneur du coin avait envoyé des hommes tels que nous ici... Nous étions limite de trop et les paysans eux-même n'appréciaient que moyennement notre présence en ces lieux. Lorsque je questionnais l'un des jeunes fermiers, ce dernier me répondit que notre apparition et nos rondes n'allaient attirer que des ennuis, "qu'IL" nous surveillait et attendait juste d'avoir faim.
Je crus d'abord à un vampire, comme j'en avais déjà rencontré lors d'une de mes affectation aux plateaux de lunes, ce qui en soit ne m'effrayait pas vraiment, ils ne nous avaient alors pas posé de réels problèmes. Je n'avais jamais été aussi loin de la vérité...
Je continuais de marcher sur les petites barricades qui nous servaient de "murailles", regardant l'horizon. Thomas, un de mes compagnons me salua, entamant à son tour la ronde. Quittant la bâtisse, j'allais en direction de l'auberge afin d'entendre les derniers ragots lorsque Thomas m'appela, au loin, arrivait un homme.

Plissant les yeux et soulevant la visière de mon casque, j'observais le nouveau venu. Il s'agissait d'un type assez grand, visiblement assez vieux, portant une longue cape grise. De là où nous étions, nous n’apercevions alors pas complètement son visage, aussi Thomas hurla les sommations de rigueur, car le village était en effet fermé à tous visiteurs en attendant l'arrivée d'un héros bien précis.
Le type étira un large sourire le long de sa barbe lorsque Thomas lança la deuxième sommation, bandant son arc. Nous étions tous en position à présent, et personnellement, j'avais la main agrippée au pommeau de mon épée, comme si cette dernière ne voulait pas quitter mon arme. La sueur glissait le long de mon dos alors que l’adrénaline affluait dans mon corps. Nous étions prêts.
Lorsque Thomas ouvrit la bouche pour lancer la dernière sommation, l'homme qui avançait leva sa main droite, et une icône de lumière s'éleva de cette dernière. Elle se déplaça avant de finalement former une épée entourée d'un halo lumineux.

Mes mains se décrispèrent, alors que tous les autres gardes baissaient leurs armes. Le héros que nous attendions était enfin arrivé sur place, notre véritable mission allait peut-être enfin commencer.

Ikaryon Lightblade était arrivé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] _
MessageSujet: Re: Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]   Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] EmptyMer 3 Sep 2014 - 22:55

** Quelques mois plus tôt **

Une douleur affreuse tiraillait les bras d'Ikaryon, alors qu'il se réveillait sur un lit de paille. Les quelques hommes qui servait encore le manipulateur de lumière étaient blessés, terrifiés, et épuisés. Le père de l'Ombre n'avait plus vraiment de moyen de lutter contre les forces armées de son fils, ces dernières étaient devenues bien trop fortes, bien trop nombreuses, pour que les combattants sous ses ordres puissent faire quoi que ce soit. Chaque villages sauvés par ses hommes se faisaient ensuite entièrement raser par l'Ordre du Crépuscule.

C'était comme si son fils voulait le punir, lui et les villageois, pour lui avoir résisté. Son fils... Darion... Le héros se sentait au fond de lui coupable pour ce qu'il se passait, pour toutes ces vies qui étaient sacrifiées... S'il n'avait pas quitté son foyer et abandonné sa famille, s'il n'avait pas combattu les éclats, peut-être que son fils ne serait pas devenu ce qu'il est aujourd'hui... Tant de questions se bousculaient dans le crâne d'Ikaryon, alors que la douleur à ses bras recommençait. Enlevant ses bandages, il observa dans un miroir l'étendue des dégâts.
Depuis qu'il avait affronté son fils, ses bras avaient eu bien du mal à se soigner. De multiples traces noires, mélangeant brûlures et magie des ombres, parcouraient ses muscles et sa peau. Le moindre mouvement était douloureux. Heureusement, Darion n'avait pas essayé de le corrompre mais bien de le tuer, si son fils aurait lancé sur lui sa malédiction, alors Ikaryon n'aurait eu aucune chance. Quelles étaient ses chances d'ailleurs? Son fils était bien plus puissant que lui, et il savait qu'à chaque jour qui passait l'Ombre devenait plus forte. Ikaryon avait beau être l'un des meilleurs manieurs de lumière, face à son enfant, il n'était rien.

La matinée passa ainsi, Ikaryon ressassant le passé et craignant son avenir, lui qui refusait de cesser le combat. Il quitta sa tente au début d'après-midi, son armure de cuir enfilée et sa longue cape tombant dans son dos. L'homme se gratta la barbe en observant le campement précaire que sa troupe avait installé la veille. Ils allaient devoir agir vite, même si l'un des mages masquait leur présence, Darion allait surement trouver un moyen de les localiser, et à ce moment... Ils ne feraient pas le poids s'ils n'étaient pas préparés. Comment s'en prendre à l'Ordre cependant? Frapper un membre est égal à secouer la ruche, et cette ruche était incroyablement redoutable... Au fond de lui, malgré le dégoût qu'il éprouvait pour les actions de son fils et de ses compagnons, Ikaryon ne pouvait s'empêcher d'admirer la force que déployait son fils, et les résultats incroyables qu'ils avaient obtenus. Ils étaient l'un des groupes les plus craints sur cette terre, et certains seigneurs s'alliaient même délibérément juste pour éviter conflits et autres massacres, reconnaissant l'Ordre comme une force royale et légitime. Il vit alors Tobi s'approcher de lui en courant, le jeune archer semblait prêt à cracher ses poumons.

- Seigneur... ils sont... arrivés.
- Bien. Reprenez votre souffle et allez boire un coup, je vais les rejoindre.

Ikaryon se dirigea vers l'entrée du campement. Là, se tenait deux hommes en armure. L'un était plutôt petit, aux cheveux roux et à la barbe longue. Il avait également un air menaçant, et dégageait une aura sanguinaire. L'autre au contraire, était assez grand et possédait une chevelure d'ébène. Il avait quand à lui une aura quasi inexistante et semblait incroyablement calme. Le porteur de lumière les salua de manière formelle, enlevant sa capuche pour révéler ses cheveux poivres et sels ainsi que son visage.

- Tobias, Joris, je suis heureux de vous voir ici. Je suppose que vous acceptez mon offre?
- Ce n'est pas comme si nous avions vraiment le choix... L'Ombre et l'Ordre ont détruit une bonne partie de Béolan avant de repartir en se moquant des Béols qui tentaient de survivre face aux démons et aux clans... Nous devons passer à l'action, notre inaction a déjà coûté trop de vie.
- Parfait. Cependant, il n'y aura pas de retour possible en arrière, et le conseil avait été clair sur le fait que vous deviez rester inactif dans ce conflit. Une fois l'opération lancée, vous devrez en assumer les conséquences.
- Nous le ferons Lightblade, n'ayez crainte. Nous sommes bien plus familier avec le conseil de l'Aube sanguine que vous. Et nous ne pouvons laisser d'autres innocents souffrir ainsi.
- Entendu, alors venez, je vais vous expliquer ce que j'attend de vous, veilleurs de sang.

*** Aujourd'hui ***

Ikaryon avançait vers les gardes du village de Jobralfar avec un sourire certain. Ces hommes étaient prêts à se battre, même contre quelqu'un d'extrêmement puissant. Ils n'allaient jouer qu'un petit rôle dans tout ce qui se passerait par la suite, mais ils le joueraient parfaitement, il en était certain.
Se faisant saluer par les hommes qu'il croisait, le héros s'avança vers l'un des gardes qui contrairement aux autres, avaient gardé ses mains sur ses armes, même s'il semblait détendu. Cet homme était surement celui qui aurait le plus de chances de survie dans le futur conflit, car il allait falloir se méfier de tout ce que les yeux voyaient.

- Notre ennemi manipulera nos cœurs, soldat, mais n'aie crainte, je suis bel et bien Ikaryon. Quel est ton nom?
- Je... Je m'appelle Rorik. C'est un honneur seigneur.
- Hahaha, ne sois pas intimidé mon garçon, cela fait bien longtemps que j'ai renoncé à mes titres de noblesse, et lorsque l'acier frappera et que le sang coulera, c'est moi, qui sera honoré de me battre à vos côtés.
- Nous ne sommes que des gardes pourtant, pas des capes blanches...
- Au diable les serviteurs du roi. Vous êtes bien plus expérimentés que, chacun de vous a déjà affronté des créatures de la nuit, ou bien diverses anomalies de la nature et de la magie. Lorsque le combat arrivera, vos cœurs ne flancheront pas en voyant les atrocités que nos ennemis nous enverront. D"où viens-tu Rorik?
- De Béolan, j'étais présent lorsque l'Ordre a attaqué...
- Bien, tu as donc le feu de la vengeance en toi et bien plus d'expérience que les autres, utilise cette passion et cet évènement a bon escient lorsque tout débutera.
- Mais... Quand tout cela débutera-t-il? Je veux dire, comment ferons-nous pour tout déclencher, pour qu'il vienne? Nous ne savons même pas à quoi il ressemble.
- Crois-moi, ils nous as déjà trouvé et est surement en route. Dès que j'ai franchi ce village il en a été averti, ses pouvoirs s'étendent jusque là, il a dut ressentir mon aura magique. Il nous reste, d'après mes calculs, deux jours. Si tu as de la famille écris leur une lettre, ce sera peut être notre dernier combat.

Il tapota l'épaule du jeune homme en ricanant, se dirigeant vers la capitaine de la garde. Il expliqua à cette dernière les divers plans d'actions qu'il fallait mettre en place.
Le premier jour, tous les préparatifs furent achevés, et le deuxième jour... Il attendirent longuement, la peur au ventre, attendant que le loup ne se décide à attaquer.

Alors que le soleil entamait doucement sa course vers l'horizon, les cloches sonnèrent, faisant sortir Ikaryon de ses pensées mélancoliques. Juste à quelques kilomètres du village, se tenaient quelques hommes vêtus de noirs et de violet. A quelques kilomètres d'eux se trouvait un énorme nuage noire qui recouvrait le ciel. Jusqu'à ce qu'enfin ils comprennent...

L’adrénaline s'empara du corps du manieur de lumière qui dégaina sa lame et ordonna de se mettre en position. Peu de temps après, un cri strident parvint jusqu'à l'enceinte du village, forçant les hommes à mettre la main aux oreilles, alors qu'un énorme pouvoir s'abattait sur les murs et le sol, faisant trembler ces derniers. Une fois le cri passé, les gardes et Ikaryon observèrent ce qui se tenait en face d'eux. Là... A quelques mètres...

Darion Sombrelame, accompagné par quelques membres de l'Ordre, leur lançait un sourire provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] _
MessageSujet: Re: Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]   Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] EmptyMar 7 Oct 2014 - 2:04

Tout n'est que gris en ce monde. Rien n'est tout blanc ou tout noir. Même la pire des ombres, peut avoir sa part de lumière...

- Darion? Tu es déjà levé mon amour?

L'Ombre se tourna, quittant le live qu'il étudiait quelques minutes plus tôt. Face à lui, se tenait Drael'Nar qui revêtait l'une des nombreuses robes de chambres qu'ils avaient récupérés dans un fort conquis par l'Ordre. Darion esquissa un sourire en se levant et en embrassant son aimée, avant d'aller ouvrir un petit corps et sortir une petite poupée faites de fils d'or brodées et de fils d'argents.

- Tu sais bien que je ne dors plus depuis pas mal de temps, je laisse juste mon esprit vaguer aux nombreuses vies qui se transvasent en moi et j'avais à faire... Dis moi Drael, l'immortalité... Comment l'as-tu vécu lors de tes premiers siècles, lorsque tu étais encore aux côtés d'Orfol?
- Je... Ce n'était pas évident, il ne me laissait pas vraiment vivre, bien que mon cœur ne pouvait cesser de battre...
- C'est bien ce que je pensais... Que fait-il que nous soyons "vivants", que nous aspirons à des choses qui nous illuminent, nous permettre de savourer les minutes qui s'écoulent dans ce long sablier qui, pour nous, n'arrêtera jamais de verser son contenu? Orfol représente notre plus grande menace, bien plus encore que le royaume ou ses vulgaires rebelles et cités-états. Il m'a fournit un but, et pourtant, je me demande encore si je pourrais un jour donner cette poupe que tu as tissé à notre futur enfant.

Il observa son aimée toucher son ventre en souriant timidement. S'approchant d'elle tout en déployant ses ailes qui étaient apparues, il plaqua son front contre celui de la démone.

- Tu devrais rester autant que possible à Cœur-Ébène. Je ne voudrais pas qu'il t'arrive du mal.
- Oh arrête, je suis tout aussi capable qu'avant, ma grossesse n'est encore qu'à son début.
- Ce n'étais pas une question. Tu resteras ici. Carl est actuellement en train de travailler sur de nouvelles créatures et je dois me rendre chez lui afin d'observer son chef-d'oeuvre, il semblait relativement enthousiaste dans la lettre qu'il m'a fait parvenir, et tu sais que Carl est rarement... Enthousiaste. Et puis il faut également que je m....

Une douleur effroyable s'empara alors du dirigeant alors, tandis qu'il se pliait en deux, tordu par la douleur. Drael'Nar le regarda avec effroi en hurlant son nom. Il posa genoux à terre, alors que ses vêtements se consumaient petit à petit sous un feu étrange. Les multiples marques de lumières, autrefois présente uniquement sur son bras droit étaient étendues à tout son dos, et formaient maintenant le symbole de sa famille, le symbole des Lightblade.

- Mon... Père... Il... Cette enflure est réapparue.

Drael'Nar tenta de le prendre dans ses bras et d'utiliser son pouvoir afin de neutraliser la magie de lumière qui s'écoulait dans les veines de son époux, mais rien y faisait, ce n'était pas une magie commune, et elle était incapable d'aider l'Ombre. Ce dernier se mit à ricaner après quelques longues minutes de souffrance, se relevant par la même occasion. Les traces sur son corps viraient d'un jeune vif à un orange crépusculaire. Son épouse le regardait, au départ légèrement inquiète avant de comprendre finalement qu'il avait pris le contrôle de cette lumière en lui.

- Quelle... Charmante invitation que mon père vient de m'envoyer... Je ne pensais pas que sa magie serait aussi forte... Actuellement, il se trouve à quelques lieux d'ici, aux limites d'une châtellenie qui ne s'est pas encore soumise à nous, et qui a sûrement dut faire appel à lui afin de ne pas se faire réduire en cendres.

Avançant rapidement vers une armoire, Darion enfila à la va-vite une tunique brodée, ainsi que son armure de combat. Il ne la portait jamais sauf lors des champs de batailles, mais contre son père, il pouvait faire une exception. Drael'Nar avança vers lui mais il mit sa main en opposition.

- Non, tu restes ici, et tu t'occupes des cérémonies, et des choses habituelles. La magie de mon père est bien trop forte pour toi, et surtout, il peut te blesser avec, il n'est pas comme nos ennemis habituels. Et peu m'importe que tu n'aimes pas l'idée de me laisser l'affronter seul. Il en sera ainsi, et dans le pire des cas, tu sais que je pourrais toujours t'invoquer.
- Mais.. mon amour...
- N'aie crainte. Tu sais bien que je ne peux pas quitter ce monde aussi facilement. Et puis, je n'ai pas encore vu les créatures de Carl, il serait dommage de ne pas voir ça n'est-ce pas.

Elle le fusilla du regard.

- Oh et oui, je n'aie point vu notre enfant également.

Il posa un baiser sur ses lèvres écarlates avant de sourire doucement tandis qu'un nuage noir l'enveloppait doucement.

- Je serais revenu avant le coucher du soleil, et avant que tu n'ais dit "carnage".

Il disparut ensuite entièrement, laissant sa femme seule. Celle-ci esquissa un doux sourire avant de toucher son ventre et murmurer.

- Carnage...
*
* *

Le crépuscule était naissant lorsque Darion, et les quelques membres qui l'accompagnaient parvinrent au village gardé par Ikaryon. Le nuage noir qui planait au dessus d'eux avait fait son rôle et les avaient avertis. Aussi Darion le dissipa-t-il d'un léger mouvement de main. Il n'y avait que trois assombris qui accompagnaient l'Ombre. Yvan, Vulcan et Tristia. Darion n'avait pas eu le temps d'en convier d'autres, et n'avait de toutes façons pas envie de perdre plus de temps. Tristia écarta alors les bras et cria, répandant un fragment de son pouvoir sur les barricades du village qui tinrent bon malgré tout. La magie protégeait ce lieu.
S'avançant doucement vers la village, une flèche se planta aux pieds du régent du crépuscule en signe d'avertissement, la voix de son père résonna alors aux travers de la plaine qui séparait le paternel de son fils.

- N'avance pas plus Ombre! Ces terres ne t'appartiennent pas! Elles ne céderont pas à l'Ordre du Crépuscule!
- HAHAHAHA, allons, tu joues les défenseurs maintenant? Toi que j'ai brisé par le passé pense pouvoir lutter ne serait-ce qu'un peu contre moi? Ce village ne m’intéresse pas, je comptais le réduire en cendres. Je suis ici pour toi Ikaryon Lightblade, je suis ici afin d'avoir ta tête.
- Et qu'est-ce qui te fait penser que je vais te la donner, et non pas prendre la tienne?
- Tu as déjà échoué une première fois, juste avant de fuir la queue entre les jambes, tu ne feras pas mieux cette fois.
- Haha, mon fils, voila ce qui fait la différence entre nous. Entre un maître et l'apprenti. Le maître a échoué bien plus de fois que l'élève n'a jamais essayé. C'est loin d'être la première fois que je m'en prends à l'Ordre, à toi. En revanche, ce n'est que la deuxième fois que tu me confrontes, mes hommes et moi. D'ailleurs, tu nous as sous-estimé, vous n'êtes que quatre, nous sommes un bataillon de gardes derrière les murs de ce village. Et il ne s'agit pas de simples buveurs de laits, mais des meilleurs que le comté pouvait nous fournir! Les capes blanches ne sont rien en comparaison, je crois d'ailleurs plus en ces hommes qu'eux même ne croient en eux!

Darion éclata alors de rire, esquissant un geste de la main qui fit se mouvoir les ombres de tout ceux dans le village, les quittant ensuite pour rejoindre la position de Darion et des membres de l'escorte de l'Ombre.

- Rectification, vous êtes un bataillon, nous sommes quatre de plus. J'ai vécu de nombreuses vies père, tu sembles l'oublier.

La bataille s'engagea ensuite, les ombres se muant en sbires qui se jetèrent contre les murs du village, une première volée de flèche les balayant et renvoyant à l'état d'ombres immobiles. Vulcan grogna et après avoir pris position, s'élança en avant d'un bon furieux, se muant en une espèce de créature de flammes qui lorsqu'elle atteignit le sol le fissura violemment.
Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] Satan--1

De la faille formée par le bond de la bête s'élança une violente colonne de feu qui entoura les barricades avant de les faire voler en éclat, ainsi que quelques gardes avec. Tristia s'élança à son tour, frôlant le sol de son épée, formant une couche de cristaux qui s'élancèrent et s'empalèrent contre des murs, certains hommes d'Ikaryon servant d'intermédiaires. Darion claqua de nouveau des doigts, faisant réapparaitre divers sbires d'ombres qui après un cri strident s'élancèrent de nouveau contre le village, cette fois en entamant réellement la bataille. Yvan quand à lui avançait doucement en marchant parmi le chaos ambiant, son air blasé et effroyablement serein sur le visage.

Ikaryon se jeta alors en direction de son fils, une puissante lame emplie de lumière à la main. Darion esquiva le premier coup, et répliqua avec divers liens d'ombres que l'arme de son père balaya d'un coup de taille. Une larme bénie, merveilleux. Ricanant en sentant le défi arriver, l'Ombre invoqua une lame aussi noire que la nuit à partir de deux sbires qui venaient de se faire taillader. De multiples faisceaux de lumières parcouraient la lame noire, créant une aura crépusculaire bien spécifique, la même que celle qui courrait le long du bras et du dos du Régent du Crépuscule.

- Et bien, que dirais-tu de ça père, un bon vieux combat singulier entre toi et moi? Juste nos épées et nos techniques? Rien d'autre.
- Entendu fils, si tu gagnes, tu auras ma vie, si je l'emporte sur toi tu..
- Ça n'arrivera pas.

Il n'attendit pas d'autres mots et se jeta sur son père, entamant une danse funeste. Les cris, les râles, les flammes crépitantes et autres insultes se faisaient entendre dans ce village qui abritait l'espace d'un temps toute la rage de l'aube contre le crépuscule. Plus qu'un combat ordinaire entre père et fils, il s'agissait là d'une véritable lutte éternelle. La rage était présente entre les deux combattants qui enchaînaient bottes et frappes d'estocs.

Tout se passait très vite, en dehors du combat entre les deux leaders, le reste n'était que chaos, cris, massacres et agonies. L'Ordre avait clairement le dessus, même si quelques gardes réussissaient à tenir tête à Vulcan et aux autres. Malheureusement, ça se terminait trop souvent par Vulcan justement, qui tenait leurs têtes... Très vite, la cinquantaine de soldats passa à une vingtaine, puis une dizaine... Il ne restait que treize soldats lorsque tout ce scella.

Darion, après une ultime parade, donna un violent coup sur la base de l'épée de son père avant de remonter le long de la lame, ne visant pas ainsi son père mais bien l'arme. Cette dernière vola en éclat, propulsant Ikaryon contre le sol. L'instant d'après, Darion le dominait de sa hauteur avant de préparer son arme.

- C'est la fin père, adieu. Je ne vous ai jamais connu et le peu que je vous ai vu, vous avez tenté de m'abattre. Maintenant, rejoignez mère dans le néant.

Il lança son coup, en direction direct du cou du porteur de lumière avant que les lèvres de ce dernier ne bougent et émettent un son. Quelques mots qui stoppèrent net les mouvements de l'Ombre et de ses troupes. Quelques mots qui sauvèrent la vie d'un pauvre survivant...

- Je sais comment vaincre Orfol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] _
MessageSujet: Re: Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]   Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Au nom du père... [Première partie de l'Aube sanguine.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Grottes :: Le Rempart Nocturne :: L'Aile de l'Ombre-