''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Miya Silialuna

Ange Perdue

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Archimage Éthérée
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Ange

Âge : 20 ans

Messages : 48


MessageSujet: Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]   Mer 9 Jan 2019 - 16:57


             La nuit était paisible comme jamais : un très léger vent faisant doucement bruisser les feuillages des arbres en contrebas, le hululement lointain et régulier d'un hibou, un sifflement métallique imperceptible, tout cela instaurait une ambiance hors du temps : le chant de la nature endormie. De fins nuages allaient et venaient, dansant lentement avec la pleine lune, masquant ses doux rayons avant de les laisser envelopper Beolan toute entière. Perchée sur la plus haute flèche de la tour des mages, une jeune femme ailée contemplait ce beau spectacle, assise sur une étroite corniche. Ses longs et fins cheveux d'argent volaient au gré du vent, brillant légèrement quand la lueur lunaire venait se poser sur elle. Sa lyre dorée à la main, posée sur ses genoux, elle restait immobile, profitant du vent frais de la nuit caressant sa peau et traverser ses ailes blanches déployées.
Pendant des heures dans ce silence, elle se remémora tout ce qui l'avait amené ici, dans cette ville ...

L’entraînement avec l'archimage Antonidas dura quatre ans. Quatre longues années où il lui a fallu braver la peur d'être démasquée, contenir un désir grandissant de vengeance et réprimer l'émergence d'un nouvel aspect de sa personnalité : la violence. Après une année entière à rester dans l'ombre de la tour pour s'entraîner, elle parvint à dissimuler ses ailes grâce à sa magie, distordant la lumière pour les rendre invisibles. Cependant ils restaient tangibles, ce qui lui valu d'être plusieurs fois touchée par mégarde par des étudiants dans la tour ou par des individus passant trop près de son dos, lors des grandes foules. Durant toute sa vie dans le monde du milieu, on ne cessait de lui répéter qu'il était dangereux pour elle d'être trouvée ou de se dévoiler, instaurant une peur de l'inconnu en elle. Ce sentiment ne disparaissait pas, mais elle avait appris
à le maîtriser grâce aux enseignements d'Antonidas.
En deux ans elle grandit suffisamment pour se faire passer pour une jeune humaine, bien que ses cheveux et sa beauté attiraient trop souvent les badauds ... ... ...

Deux ans auparavant ...

La populace était grouillante, un vrai bourdonnement de paroles mélangées et de cris étouffés par d'autre cris. Miya avait grand peine à ne pas se faire heurter par des inconnus un peu trop pressé et tentait d'esquiver les contacts dans la mesure du possible. Elle revoyait souvent l'homme du port, celui qui l'avait guidé avec la musicienne le jour de son arrivée dans cette ville bouillonnante de vie. Mais aujourd'hui, elle n'était pas là pour le voir, mais acheter un onguent pour soigner son maître, blessé lors de l'entraînement avec elle.
Ses progrès en magie étaient indéniable, sa volonté inébranlable de retrouver ses parents disparus lui donnait des ailes pour s'améliorer tout les jours, parfois même la nuit. Cependant, de rare accès de chagrin ou de colère faisait naitre en elle des surplus de magie qu'elle ne maîtrisait pas. Imprévisibles et souvent impressionnants, Antonidas arrivait toujours à les contenir avec sa magie protectrice, mais pas cette fois. Si fulgurant et puissant qu'il n'eut le temps de réagir. Chaque instants de cet accident étaient gravé dans la mémoire de l'ange, et elle repassait en boucle le moment où une déferlante de magie lui faucha la jambe, ne manquant pas de le faire tomber assez violemment à la renverse. Antonidas n'était pas croulant, loin de là, mais le poids de l'âge se fit tout de même sentir dans sa chute et quelques blessures en résultait. Déterminée à le soigner sans utiliser de magie, elle avait donc décidé de descendre dans la ville pour trouver de quoi soulager sa douleur et soigner ses blessures.

C'est sur le chemin du retour que cela arriva.



Le petit sachet en papier contenant les médicaments en main, elle remontait la rue bondée en direction de la tour des mages. Beaucoup trop fréquentée pour ne pas se faire bousculer de partout, elle décida d'emprunter une ruelle adjacente. Beolan n'était pas mal fréquentée, la quasi-totalité des personnes vivant dans cette ville vivait dans le respect des règles de vie, peu de vol, encore moins d’agression, mais ... le risque zéro n'existe pas. Entre des maisons, à l'abri du soleil, elle avançait vers la tour d'un pas rapide, scrutant les lieux autour d'elle.

"Alors te revoilà, non-humaine. Dis-moi ...


Miya fit volte-face et derrière elle se trouvait une silhouette encapuchonnée à la voix d'outre-tombe familière. Elle ne pouvait concevoir qu'un individu s'était glissé derrière elle aussi près et aussi silencieusement sans qu'elle le perçoive, mais c'était arrivé et il ne fallait pas tergiverser. Sans même prendre une inspiration et dissipant sa magie de camouflage, Miya s'envola à toute vitesse mais quelque chose avait attrapé sa cheville. Déséquilibrée, elle tomba à plat ventre en limitant les dégâts avec ses bras et avant que son assaillant puisse faire quoique ce soit, elle se retourna et frappa des mains. Un *BANG* assourdissant couplé d'une lumière dorée aveuglante fit desserrer la prise sur sa cheville et lui donna assez de temps pour repartir de plus belle, ne laissant derrière elle qu'une volute de poussière en train de retomber. L'individu, immobile, marmonnait.

- Tu as bien progressé ..."


Haletante, elle s'était arrêté au bout d'une rue, à nouveau camouflé ses ailes avec difficulté, et avait continué pour finalement reprendre son souffle devant la tour ... ...

Ce jour restait indéniablement gravé dans sa mémoire comme étant le pire et le plus effrayant pendant son séjour à Beolan. Miya ouvrit les yeux, contempla encore la ville plongée dans la lueur pâle de la lune, profita d'une dernière brise marine, avant de se relever et de sauter dans le vide. Déployant ses ailes, elle fit un cercle autour de l'édifice et, doucement, s'approcha de sa fenêtre.
Assis sur son lit, Antonidas, tenant un petit sac en papier dans les mains. Il savait.

" Alors c'est le jour. Le jour de ton départ.



Une certaine mélancolie se dégageait de sa voix, rendant le choix de l'ange plus difficile encore.

- Il faut bien. Je n'ai que trop tardé.


- Ne confonds pas préparation et perte de temps jeune fille. Le jour où tu es arrivé ici tu avais envie de partir directement chercher tes parents. Maintenant ...


- Je ne suis toujours pas prête.


- Mais tu peux te défendre maintenant, tu peux vivre hors de ces murs. N'oublie jamais tout ce que je t'ai appris. Cela sera la base de ton futur apprentissage. Tu vas partir, en apprendre plus sur le monde, faire des rencontres, bonnes comme mauvaises ... un tout qui fera de toi une guerrière ... comme ta mère.




Cette révélation choqua Miya. Toujours debout, elle regarda fixement Antonidas qui lui aussi, la regardait. Ses yeux ne mentaient pas, il ne mentaient jamais. Sa mère à donc été une guerrière au service de son monde. Jamais il ne l'avait mentionné, durant toute les discussion qu'ils ont pu avoir, la guerre était toujours associée à son père. Miya avait toujours pensé qu'elle était différente de son père, plus proche de sa mère. Cela n'a jamais été aussi vrai qu'en cet instant. Elle avait des dons pour la guerre qu'elle ne soupçonnait pas. Pas avant cette phrase, qui répondait à un nombre incalculable de questions. Pourquoi était-elle si douée en magie alors que d'autre étudiant, même pas forcément humain avait un mal fou ? Pourquoi, malgré son manque de force et de connaissance en combat rapproché, elle se débrouillait mieux que l'Archimage lui même ? Pourquoi ces accès de colère la rendait plus forte ? Pourquoi ... pourquoi est-ce qu'elle aimait ça ? Son enfance avait été commandé, dirigé pour qu'elle n'ait pas à se battre. Sa gentillesse était naturelle chez elle, mais grandissait lentement, malgré la répression, un désir de se battre. Ce désir n'était motivé que par la volonté de retrouver ses parents ... ou de les venger.
Elle n'ajouta rien de plus alors Antonidas en profita pour fouiller dans sa robe de mage et sortit un parchemin.

- J'ai quelque chose à te remettre. Une dernière chose. Cette partition m'a été donné par Pandora juste avant qu'elle aille en Adiryl. Elle t'était destiné en réalité.

Miya regardait le parchemin avec plus d'attention. C'était écrit et dessiné à la main. La partition était étonnement compliquée et sur le coup, Miya ne savait pas trop comment elle pourrait jouer ça à la lyre. L'archimage la coupa dans sa réflexion.

- Ces notes ont quelque chose de particulier, je l'ai vu tout de suite. Mais je n'arrive pas, même avec toute l'aide du monde, à savoir ce que c'est. C'est un présent, offert par Pandora, pour toi. Je ne peux donc le garder, mais fais attention en la jouant. Je ne saurai dire quels effets cette mélodie pourrait produire mais une chose est sure, elle produira quelque chose.

Elle s'approcha d'Antonidas et l'étreignit.

- Merci pour tout.

L'archimage posa sa main sur l'arrière de sa tête et lui prodigua d'un ton calme son dernier conseil :

- Par dessus tout Miya ... sois prudente.

L'ange était effrayée à l'idée de quitter son mentor mais il le fallait. Elle peut perfectionner sa magie ici, mais pas son aptitude au combat. Il fallait qu'elle change de maître. Instinctivement, elle repensa à l'elfe qu'elle avait croisé dans le bosquet il y a de cela des années, elle n'avait pas oublié l'épée et le bouclier qu'il portait dans son dos. Elle se remémora son visage, et se donna comme premier objectif de le retrouver.

- Je le serai. Je vous le promet ...

S'étant relevée pour lui répondre, elle fondit silencieusement en larme après avoir enfoncé une dernière fois sa tête dans la cape de l'archimage.
Elle se releva, prit son unique bagage préalablement préparé et s'avança vers la fenêtre, illuminée par la lune.

- Merci encore, fit-elle avec un sourire, des larmes encore visibles sur ses joues blanches, merci pour tout."



Sans un mot de plus, elle se retourna, prit appui sur le rebord et sauta.

Sa direction était inconnue mais son objectif bien précis : elle voulait retrouver l'elfe du bosquet. D'autant qu'il lui avait dit aimer voyager, il en saura peut être plus sur les démons, et petit à petit, elle trouvera des indices concernant ses parents.

La nuit déclinait pour laisser place à l'aube. La luminosité augmentait progressivement et la ville se réveillait.

Miya était habillée de la même façon que quand elle et Pandora avaient accosté la première fois : sous sa cape d'hiver avec capuche, elle portait sa fine robe blanche de satin tissée par sa mère, son petit sac de cuir en bandoulière, caché sous la cape, contenant sa lyre et la partition que lui a remis Pandora et aussi la petite sacoche noire ébène que lui avait offerte Antonidas, où il y avait les bijoux de sa mère.

Miya savait que certains navires partent et d'autres arrivent très tôt le matin, elle se dirigea donc vers le port mais quelque chose la fit s'arrêter net. Un chat noir était en train de la dévisager, immobile ... trop longtemps immobile, la regardant droit dans les yeux comme s'il sondait son âme. Mal à l'aise, Miya dû se forcer pour briser le lien et continuer sa route mais elle s'arrêta presque aussitôt : c'était un homme cette fois. Avec son bâton vibrant de magie, il n'était pas difficile de deviner ce qu'était l'individu. Ses intentions par contre, Miya ne pouvait pas du tout savoir. Elle n'était pas rassurée, mais ne sentait pas non plus de danger imminent. Une impasse. Une impasse dans un silence assourdissant.




Comm:
 


Dernière édition par Miya Silialuna le Jeu 17 Jan 2019 - 2:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wiryan D.Monrian

Scribe Arcanique

________________

avatar
________________


Race : Démon commun / chat
Classe : Mage noir
Métier : Libraire
Croyances : Athé
Groupe : Beolan

Âge : 3e vie sur 9

Messages : 51

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]   Dim 13 Jan 2019 - 13:30

Wyrian réajusta sa position. Le soleil était couché depuis tellement longtemps qu'il ne tarderait probablement pas à pointer son nez rayonnant à l'horizon. Pour autant, la torpeur qui suit la course de la lune et de ses étoiles était encore bien présente dans les rues de Béolan. Quelques échoppes seulement commençait à s'activer, et peut-être quelques soulards émergeait vaguement de leurs bouteilles quelques part sur les bords du port.
Du reste, le ciel était toujours autant drapé de bleu sombre, et seul le vent passait tranquillement dans la rue.

Le chat était vautré sur un banc de bois, qui ne lui appartenait nullement mais dont le propriétaire n'éavait pas encore quitté son lit. Devant une petite masure qui ne lui rappelait rien, le sorcier s'était laissé tombé sur le siège il y a maintenant une longue poignée de minutes et avait refusé d'en bouger, même pour aller chercher le confort de sa chambre.

Sa nuit avait été épouvantable. Il avait reçu au crépuscule du jour précédant un chargement de livres plus ou moins légaux, et s'était avéré incapable de les maîtriser tous. L'un d'eux avait échappé sa vigilance et s'était glissé dans la rue, répandant des cauchemars d'un noir huileux à chaque fenêtre qui passait. Rien de très dangereux, dans l'absolu, mais traquer le grimoire avait été un calvaire incroyable.
Une fois la chose scellé, Wyrian s'était accordé une petite ballade sur les toits de la ville au clair de lune.

Il avait été prit en chasse par un phénix.

Le chat ferma les yeux et soupira, cherchant vaguement à rassembler les force nécessaire pour se remettre sur ses pattes et retourner (magiquement ou non) jusqu'à sa librairie. On aurait pu croire que Béolan, après quelques années, toute ville de Magiciens qu'elle soit, parvienne à ses limites. Le félin ouvrit à nouveau ses yeux couleurs émeraudes, relevant la tête, prêt à partir.

Et son regard fatigué tomba sur une silhouette parfaitement incongrue. Devant lui, à quelques pas, se tenait une jeune femme, drapée de blanc. La lumière des étoiles semblait irréellement s'accrocher à sa cape et sa robe, la nimbant d'un très fine aura d'ivoire. Le chat cligna des yeux. Il n'y avait pas que ça.
Il inspira, cherchant à collecter toutes les informations que ses 6 sens voulaient bien lui donner.
Elle radiait d'une légère magie, comme un rayon de lumière filtrant au travers de deux lourds rideaux.

-Drôle de soirée, pour s'aventurer dans la rue vêtue comme une reine des glaces.

Le chat avait lâché sa remarque sur un ton parfaitement badin, légèrement sarcastique. Son intérêt était soudainement piqué au vif, et il fallait admettre que sa fatigue émoussait remarquablement son sens de l'indifférence.

-Vous partez en voyage ?

On ne parle pas à un spectre comme ça, en aurait dit d'autre. Mais le sorcier n'avait pas tellement froid aux yeux. Il n'était, après tout, qu'un chat noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hanks Le Coriace



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Ensorceleur
Groupe : Rebelle

Âge : 30

Messages : 29

Fiche de Personnage : Ma fiche personnage


MessageSujet: Re: Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]   Mar 15 Jan 2019 - 23:40

C’est un mois qu’il aura fallut à Hanks pour atteindre Beolan depuis la cité de Venill. Le voyage fut long et mouvementé,  mais  avec la compensation d’avoir retrouvé l’usage de sa cheville.  Grâce à la bienfaitrice guérisseuse qu’il avait rencontré peut avant son départ, il pouvait désormais marcher, courir et sauter comme un lapin sans s’aider de son bâton.
 
Enrichit par le voyage, le jeune ensorceleur se tenait sur la place du marché perdu dans ses pensées composées de nostalgie et de culpabilité.  Retrouva ses esprits et  farfouilla ses poches à la recherche de l’objet de sa quête et en tira une amulette en or orné d’un symbole et referma la main dessus.
 
Durant son voyage, comme sur un coup du destin, il se retrouva sur les lieux d’une embuscade dont la cible était un coche de transport de passagers. Alors qu’il marchait en forêt Hanks assista à la scène.  Les assaillants hurlaient à la gloire de Kaull Hendenmark. Ces derniers avaient le dessus sur l’escorte et les passagers qui formaient un cercle défensif unis dans un effort désespéré de résistance. Ils tombaient un à un.
 
Il y avait aussi des archers
 
Bien caché, Hanks observa, calcula ses chances et décida d’intervenir. Il déballa son bâton et commença à incanter en silence. Il tandis la main en direction du groupe d’archers ennemis et en fit sortir une rafale de cailloux qui, lancé à pleine vitesse les percuta violement, brisant les membres fendant les crânes, malgré leurs protections  
 
Les autres brigands le remarquèrent et le chargèrent .Leur équipement étonna Hanks car ils étaient solidement protégés de gambisons, de mailles et de plaques et il en déduisit qu’ils n’étaient pas des brigands ordinaires mais plutôt des nostalgiques de l’ancien régime.
Point de protection contre la magie cependant, Hanks en vint à bout à l’aide d’un puissant jet de Flammes, qui les fit cuir vifs dans leurs armures dont les métaux étaient porté au rouge.
 
Il laissa les cadavres derrière lui alla s’en querir de l’état des passagers. Ils étaient tous mort sauf une personne encore agonisante. Un riche bourgeois dont il recueillît les derniers mots. Il lui demanda d’annoncer son trépas à sa femme et lui donna une amulette qu’il devait lui remettre. L’homme rendit l’âme
Hanks examina l’amulette et la rangea dans une poche puis il remarqua la bourse généreuse que l’homme avait à la ceinture et la compara au sienne bien vide.  Tous d’abord il eu honte de ses pensée mais hésita, puis l’ouvrit et faillit faire un malaise en voyant autant d’or. Il se retrouva face à un choix cornélien car il en allait de sa survie.
 
_ La nécessité fait loi
 
Finalement, il ne prit que quelque pièce d’or qui constituaient en soit une vrai fortune, puis des pièces d’argents, plus communes et cacha le reste du magot de l’homme et  les richesses  des autres passagers et des brigands en les enterrant.
 
Il signala l’incident aux autorités du village le plus proches et reprit sa route pour se retrouver à la situation présente : Beolan la cité des mages.
 
Beolan est importante symboliquement pour lui, car il y fit ses études du temps de Kaull et ces année furent difficile pour lui
Il fut humilié le jour du concours ou il devait gagner le titre de Compagnon mais ou il avait échoué de justesse. Le régime de Kaull sans pitié pour les faibles l’envoya avec les autres malheureux de force  comme piétaille dans son armée, avec les conséquences qui en suivirent.
 
Théoriquement, pour les mages de Beolan, il était fort probablement considéré comme mort.
 
Hanks rangea l’amulette, inspira un bon coup et dit à voix haute
_ Non Beolan ! Je ne suis pas mort. J’ai survécu  au régime de Kaull et je suis revenu.
 
Il se sentit prit par une monté d’assurance lui et retira l’emballage de toile de son bâton et l’exhiba à la vue de tous : un magnifique objet composé de cinq couleurs symboliques des cinq éléments : l’eau, le feu, l’air, la terre, la foudre. Ces Couleurs s’enroulaient autour de l’objet en formant une spirale, orné de gravures et de divers symbole et terminé par une pointe en métal au niveau du sol.  
Ici il n’avait pas à se cacher, c’était sa récompense, par son parcours hors des institutions.
 
Les passants lui prêtèrent attention quelques secondes et passèrent leur chemin, attitude probablement due au fait de vivre dans la Cité de la Magie.
Une voix familière retenti dans sa tête il y reconnu la voix du faune son guide spirituel qui veillait sur lui depuis son enfance:
*Ce que tu voit n'est pas réel.*


Aussitôt les silhouettes des spectres acteurs anonyme du passé de la cité disparurent  laissant la place du marché déserte, ou presque...
 
Son regard se posa sur une fine silhouette féminine qui se tenait devant lui. Sa chevelure blanche flottait au vent comme sa robe blanche. Cette personne lui semblait familière mais rien ne lui revenait. Mais il percevait son aura blanche également.  Le devançant, un chat noir sauta d’un banc s’interposa et lui parla. Lui aussi dégageait une aura.
 
_ Pas de doute !déclara Hanks, Je suis bien dans la ville des magiciens. J’ai vu beaucoup d’animaux mais je n’ai jamais fait la conversation avec un chat.
Légèrement intimidé ne sachant que dire il hésita un moment puis lui vint une idée.
_ Vous auriez l’heure s’il vous plait ?
 

Hors jeu Nota Bene:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Miya Silialuna

Ange Perdue

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Archimage Éthérée
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Ange

Âge : 20 ans

Messages : 48


MessageSujet: Re: Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]   Jeu 17 Jan 2019 - 2:31

"Drôle de soirée, pour s'aventurer dans la rue vêtue comme une reine des glaces.

C'était un beau mélange. Un beau mélange de sensations et d'émotions. Miya était surprise, effrayée ... et effroyablement curieuse. Un chat qui parle ? Non, ça n'était pas naturel. En quatre ans d'étude secrète dans la tour de Béolan, Miya eut le temps d'en apprendre plus sur le Monde du Milieu. Approfondissant les maigres connaissances que lui avait apporté ses parents adoptifs : jamais il n'y avait mention de chats avec le don de parole. Jamais. Et cette certitude mena Miya à la seule conclusion logique dans son esprit. Un démon. Un âpre mélange cette fois, de crainte et de haine mais même après rapide analyse, sa curiosité n'avait pas tarit.

-Vous partez en voyage ?


Comment un démon pouvait avoir une forme aussi banale qu'un chat noir ? Miya se posait trop de questions en même temps, et au lieu de trop réfléchir, elle balbutia d'une toute petite voix à peine audible :

- Euh ... je ...

Tout s'était officiellement embrouillé dans sa tête. Elle aurait juré que tout les démons étaient malfaisants. Mais d'un coup, elle se méfia. Cela pourrait très bien être un démon sous forme de chat qui attendrit ses proies par son apparence avant de leur faire du mal. Une voix interrompit le début de son raisonnement, la figeant sur place.


- Vous auriez l'heure s'il vous plait ?

La question était tellement banale, qu'elle fit se retourner Miya et le chat noir en même temps. L'homme s'était approché, son bâton à la main, d'un air hésitant. Miya eut la confirmation, maintenant l'individu plus près, qu'il était bel et bien magicien. Son bâton vibrait de magie, était coloré contrairement à celui des mages de la tour. Cette question fut si surprenante que Miya en avait presque oublié la présence du chat-démon à côté d'elle.
Elle devait agir, un démon ne devait pas entraver sa route dès le début. Miya calcula rapidement que si elle prenait appuis sur un des pavés qui dépassait un peu trop de la route, elle pourrait avoir un élan suffisant pour échapper à ces deux individus. Aucune animosité ne se dégageait d'eux, mais l'ange n'avait pas confiance. Ils étaient trop ... "normaux".
Profitant du silence provoqué par la question candide du magicien, elle prit appui sur un pavé, comme elle avait prévu et partit à toute vitesse. Vingt centimètres plus loin, un autre pavé dépassant de la voirie la fit trébucher à plat ventre, lâchant par réflexe le sac contenant sa lyre, les bijoux et la partition. Tout était étalé par terre à cause de l'élan.

Miya le savait, si le démon et le mage lui voulaient du mal, elle était fichue. Elle repensa brièvement à Antonidas, qui
lui avait dit d'être prudente dix minutes avant. Sous la surprise de l'action, l'homme resta immobile mais le chat s'avança vers l'ange, encore étalée par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Trois destins, deux rencontres ... [RP Miya, Hanks, Wiryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-