''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Clause Vaneslander



________________

avatar
________________


Race : Syrinx-Seirdan
Classe : ex-Invocateur
Métier : Chasseur de vampire
Croyances : Lui même
Groupe : L'ordre du Sang Clair

Âge : 126 ans

Messages : 186


MessageSujet: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Sam 20 Nov 2010 - 23:39

* * *

Personnage


Nom : Van Gantz
Prénom : Clause
Rang : • The Invoker •

Âge : 126 ans
Sexe : masculin

Race : Syrinx-elfe
Classe : invocateur
Métier : chasseur de prime
Croyances : aucunes
Groupe : ordre du sang clair

Équipement : Un grand manteau
Talents de combat : maniement de l'épée. Il l'utilise soit pour se battre aux côtés d'une créature soit pour débuter un combat si il ne voit pas l'utilité d'invoquer. Son niveau dépasse celui d'un simple escrimeur mais est loin d'atteindre celui d'un maître des lames.
Talents de magie : magie rudimentaire et invocations
Talents divers : la cicatrice de son côté de Syrinx s'active parfois, lui donnant une sensation de double personnalité. Celle-ci se situe sur la poitrine, au niveau du ventricule gauche du coeur. Bonne connaissance dans la nature de par le sang de ses parents.

Pouvoirs particuliers :
• magie rudimentaire : C'est une magie basée essentiellement sur les éléments. Ce sont des sors qui visent uniquement à déformer l'élément pour qu'il devienne un moyen offensif ou défensif. Elle peut s'apparenter à de la magie élémentaire, bien qu'il n'ait aucun contrôle sur le feu.
• invocation : Il possède deux types d'invocations : le pacte et la porte.

- le pacte : C'est un lien psychique qui relie l'invocateur à l'invocation. L'invocateur ne peut avoir qu'un maximum de trois pactes. Et Clause n'en a pour l'instant que deux. Libra, son épée. Et Virgo : c'est une sphère composée de terre qui se refermer sur l'invocateur pour le protéger. Clause étant de sang Syrinx, cela lui permet aussi de se régénérer (l'invocation est longue et couteuse en mana).
- la porte : invocation aléatoire suivant la dose de mana fournie à la porte. Plus on donne, plus la créature sera puissante. A ses risques et périls donc. Il existe le même principe pour les armes mais Clause ne l'emploie jamais, n'utilisant que son épée.

Apparence physique :
A première vue, jeune. c'est la première chose que l'on en retire, et la seule chose qui nous reste en esprit. La deuxième chose sera son regard, perdu dans un vide étrange. Hormis cela, ses traits sont plutôt fins, quelques coupures par-ci par là, sous une coiffure brune, tout comme ses yeux (quoi qu'ils paraissent plus souvent noirs).Sa taille est la même que les jeunes de son âge. Tout comme son poids. Souvent habillé d'une longue cape, pour dissimuler son épée, il semble juste être un vagabond banal et perdu...

De près, Clause aura le physique normal d'un être anormal : un être ayant subit un entrainement extrême depuis son plus jeune âge. Bien que peu musclé, il se base sur une certaine agilité. En temps de bataille, il est difficile d'en venir à bout, car plus rapide et plus agile il peut facilement prendre l'avantage surtout au corps à corps. Et lorsqu'on le regarde dans les yeux ont à l'impression de vivre son passé et tout ce qu'il a endurcit pour arriver à ces fins, il dégage un regard sombre et déchu par les êtres qui étaient trop curieux à son goût. L'expression pouvant le caractériser le mieux est : l'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme... Citation qui révèle parfaitement que l'esprit de Clause est tel que tuer est devenu non pas une passion mais quasiment anodin; et ses victimes ne sont plus là pour dire que lors des combats, il laisse apparaître un léger sourire.


Caractère, personnalité :
Clause a probablement été un jour compatissant, vous observant avec des yeux naïfs et un grand sourire aux lèvres, heureux de se trouver ici, en face de vous. Probablement un jour... Mais très vite, il prit connaissance du fait que les sentiments étaient synonymes de faiblesse. Dès qu'il se décida à faire preuve d'un quelconque sentiment positif envers une personne ou un événement, il remarqua que l'erreur était grande, trop grande. Chacun de ses faux pas, chacune de ses blessures, chacune de ses erreurs furent provoqués par des envolées de son esprit vers ce qu'il aurait dû bannir depuis si longtemps...

Oh bien sûr, il aura connu l'amour de temps en temps, qu'il soit donné par ses proches, ou sa famille ... Mais il a une fâcheuse habitude à se retrouver seul, qu'il le souhaite ou non. De ces mauvaises expériences, la compagnie humaine ne l'attire plus. Non seulement pour lui, ne souhaitant plus s'attacher à ce qu'il perdra forcément, mais également pour les autres, persuadé qu'il porte la mort là où il se trouve.
Il s'en résulte une attitude froide, taciturne et solitaire, de pair avec sa nature de mercenaire. Sa vie est finalement résumée à un seul objectif : il vit pour se battre, et se battre est sa vie. Tout son être, et le peu de cœur qu'il puisse posséder se trouve d'ailleurs dans ce domaine.
Hormis la bataille, Clause est une personne dure à fréquenter. Cynique, acerbe, acide, moqueur, c'est la seule personnalité que les personnes les plus proches de lui aient pu retirer de cet être torturé. Peut être parce que montrer cette facette de sa personne aux autres est un moyen de se retirer toute culpabilité si ces derniers sont assez ... fous pour rester avec lui ...

Comme il se plait à le dire lui-même, sa seule compagne est son épée. Morceau de fer taillé en lame, seule capable de représenter ce que ressent Clause...?


Histoire :
Monde du milieu, champ de bataille.

"C'est encore un apprenti, mais un apprenti qui a fait ses preuves. Il manie avec une facilité déconcertante une épée aiguisé, et la peur n'est point en sa connaissance monsieur !"

"Certes. Seulement, nous ne cherchons pas une mascotte, ni un gamin pleurnichard, mais notre élément principal en première ligne. Nous ne pouvons prendre le risque d'accepter une telle aberration sans grande réputation."

"Mais, mon général..."

"Et vous savez à quel point la réputation est primordiale. Les batailles abandonnées avant leur début, rien qu'à l'annonce d'un nom. Que lui, qui fuira, qui sera effrayé, quelles plaintes entendrons nous à l'évocation de ce ..."

"Clause, mon général... Clause Van Gantz."

"Oui, voila, cet... ce Clause ? Les seules réactions seront les rires exagérés de nos ennemis lorsqu'ils seront en connaissance de sa place dans notre armée."


Monde du milieu, Terres reculées, Berceau de la Bataille.

-"Cette bataille dure depuis trop longtemps déjà, envoyez le gamin en première ligne !"

Un jeune homme dissimulé sous une cape fit sa sortie par l'une des portes de la base. Il semblait calme et confiant, voyant la fumée dégagée par le rude combat quelques kilomètres plus loin. Un homme, venant de là bas, arriva en courant, annonçant la dépêche du Boss toute gorge déployée.

"Clause ! Hep ! C'est à toi, tu t'es assez reposé, tu dois maintenant faire ton apparition. Prend ton épée, je vais te chercher un cheval !"

Clause n'eut le temps que d'adresser un sourire enfantin au messager avant que celui-ci ne parte vers le hangar contenant les véhicules de bataille. Quelques dizaines de minutes après, Clause arriva à hauteur du général de l'escouade. Il s'arrêta à ses cotés, et patienta en silence le temps que son supérieur daigne lui reporter son attention. Au bout d'un court instant, l'homme adopta un ton très solennel et s'adressa au jeune garçon.

"Ah, Clause, mon garçon ... Te voila donc...J'ai toute confiance en toi, je te laisse faire ton travail. Cependant, fait attention, j'ai eu vent que leur première ligne serait un être puissant ..."

"Ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis votre honneur et celui de l'escouade dans cette première ligne et je ne vous trahirai jamais. Quel que soit mon sort à la fin de ce combat, je serai à votre service jusqu'au bout."

"Oh, je ne m'inquiète pas pour toi, mais pour eux ..."

L'avant était si différent de là où il se trouvait quelques temps auparavant au coté de son général... Ici, le sol était rouge, et les hommes à terre, quelques fois éloignées de plusieurs dizaines de mètres. Ici était son nouvel univers. Clause annonça brièvement sa présence à ses compagnons de bataille, et continua vers les ennemie, la lame sortie en avant, son cheval courant à vive allure en hennissant.

S'il avait su que cette bataille serait le plus grand tournant de sa vie...

C'était désormais commencé. Clause plantait son arme dans chaque homme de l'armée ennemie.
Alors que Clause continuait de décimer ses adversaires, un homme, immense, imposant, un monstre d'acier de deux bons mètres, une énorme hache à la main, arriva en face de lui, tuant les hommes de sa propre escouade. Quel homme pouvait prendre plaisir à tuer même ses frères de bataille, quel monstre... C'était donc lui, leur première ligne ...

Le combat fut long et rude, mais ce fut un exemple de combat. l'affrontement entre le jeune garçon et le monstre d'acier dura peut être plusieurs heures, mais la fatigue était également un ennemi à terrasser. Les massacres annexes entre les deux familles finirent par se stopper, chacun observant le plus puissant membre de sa famille se mesurer à l'autre.
Clause arrivait à éviter tous les coups, lenteur de son ennemi oblige. Jusqu'à ce qu'un coup de traître intervint dans la bataille et empoigna le général quelques mètres plus loin. Clause hurla, avant de planter son épée dans le cœur du monstre d'acier qui riait de toute sa voix. Son rire s'arrêta... La bataille s'arrêta...

Le jeune garçon se précipita vers son chef, étalé à terre, nageant dans son propre sang souillé par le temps. Ce fut les premières et dernières larmes que Clause laissa couler le long de son visage angélique, sa main dans celle de l'homme.


************************************************

Un corps était adossée à un arbre au tronc imposant et grossier, perforé par quelques coups et repeint d'une nouvelle sève vermeille. Ce corps, humain, donc, était adossé contre cette colonne morbide, jambes tendues en avant, lame plantée dans le sol, mains sur le pommeau, tête baissée. Sa seule armure était cette épée, d'un fer parfaitement métallique à l'origine, mais désormais tellement rouge... Sa tête se redressa, comme si c'était sa dernière volonté, laissant apparaitre le reflet du terrain face à lui : noir, dans ce regard, celui du condamné qui se sait battu mais avec tellement de détermination ... Au loin, sous cette aube claire, le fer mouvant reflétait cette lueur naissante d'un astre sur la mort. Certains cris paraissaient jusque là. Lui n'avait pas crié, il s'était juste écroulé à terre, tout comme son épée. S'endormir là, avec sa seule compagne, yeux face à lame, aurait été son destin s'il n'avait vu cette noirceur réverbérer dans le miroir de son épée. Il avait pu se trainer jusqu'à cette souche et se relever, comme pour gouter au symbole de la vie une dernière fois. Une esquisse de sourire fit alors son apparition sur son visage, si léger et espiègle, un enfant qui en console un autre, un doux euphémisme ... Les ennemis se retirèrent, du moins, le peu qu'il restait. La centaine de fuyards passait par la plaine de l'arbre mort, sans faire attention au garçon désormais assis, épée sur épaule, sourire affiché. Les vainqueurs les suivaient, pour montrer encore plus leur victoire, jetant en l'air armes et objets.


Monde du milieu, quelque part.

Âme coincée, sans époque, sans domaine, mais en attente désormais, en attente..
Un noir infini, depuis tellement longtemps...
Enfin ! Enfin !!! Une brèche de lumière venait d'apparaitre. Peut importe ce que c'était, c'était du changement. Cependant, le changement fut radical. Une douleur envahi ce qu'il y avait à envahir de Clause. Il ne cria pas. Il ne le ferait pas. La douleur augmentait, mais la sensation de mal être diminuait. Mais quel mal de chien ! La douleur était peut être même plus forte que la mort elle même. Soudain, la douleur se retira. Il faisait toujours cette nuit infinie, mais sous ses pieds se trouvait une immense marque brillante, aveuglante. Il se trouvait debout sur elle, son épée à la main. Il était là, sans l'être. En fait, il ne savait pas où il était.. Clause eu l'impression de tomber dans le vide, longtemps, pendant des heures, des jours peut être. Et quelle sensation désagréable que celle de cette chute libre dans l'inconnu. Enfin terminée ?? Il était arrivé, toujours debout, et toujours dans la nuit. Mais une nuit si différente, pas cette nuit éternelle qui faisait sa mort, non, pas cette nuit qu'on ne veut pas forcément quitter, pas cette nuit à laquelle il était habitué. La lumière fit son apparition soudainement. Le soleil s'était levé. Mais où était-il ?



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? passage minimum tous les 2 jours

Comment avez-vous découvert le forum ? grâce à Sam Loyd

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? glauque mais apparemment c'est le but ^^



Test-RP

Tic, tac, tic, tac. Les aiguilles noires dessinent le cadran et tournent, tournent inexorablement. Onze heure approche, les couleurs du crépuscule se forment à travers de la vallée. Nous sommes en 750,l dans une contrée lointaine de l'ouest du monde du milieu, une modeste demeure surplombe le paysage du haut de son pic acéré, tel un croc déchirant la voûte céleste. L'obscurité entourait la maison et très vite le crépuscule lunaire prit le dessus. Régnant sur le champs d'étoile, la faucille d'argent illuminait les environs de sa lueur sinistre repoussant les passants de s'aventurer dans ce coin aux mauvaises réputations. Pendant que les chants nocturnes composaient le prélude de la nuit, un étrange évènement allait se produire dans la sombre demeure. Une famille composée d'un Syrinx, de sa femme au sang elfique et de leur fils passait une soirée pour le moins paisible lorsque des clappements de sabot se fit entendre par delà des murs. Le père jeta un rapide coup d'œil par la fenêtre et comprit vite que les hommes en noirs qui approchaient venaient pour lui et sa famille.


~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Le couple était d'humbles marchands de route, vendant divers outils, potions et bric à brac. Mais le commerce ne marchait pas toujours comme ils le souhaitaient et ils décidèrent d'investir dans le marché noir et faire place au troc. Au début ils ne le faisaient que rarement et contre pas grand chose, mais au fil du temps le couple déployait leurs ailes noires et finissaient par pactiser avec l'ennemi pour de lourdes sommes d'argent. Ils devinrent connus dans le monde du marché noir pour leur méthode "peu communes" et malheureusement pour eux les rumeurs ne tournaient pas toujours en leur faveur. A jouer avec le feu, les deux marchands se brûlèrent les ailes et employèrent les grands moyens; ils dissimulèrent leur fortune et incendièrent la villa qu'ils s'étaient procurés, effaçant toutes trace de leur vie passée. Ils s'installèrent avec leur fils, qui n'avait qu'à peine trois ans, dans cette modeste demeure perdue au fin fond de la vallée. Ils n'espéraient qu'une chose c'est qu'ils soient oubliés de la grande cité et que personne ne vienne fourrer son nez (ou son museau) trop près de chez eux. Un an s'écoula ainsi, mais il n'a fallu qu'une année aux forces de l'ordre du monde du milieu pour analyser les faits et localiser la racine de ces crimes.

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Le père empoigna son fils par la taille et le déposa dans la pièce la plus proche, n'étant autre que la cuisine. Il ferma la porte au nez de son protégé et lança la clef dans la bouche de la cheminée qui embrassait le bois de ses lèvres enflammées. La mère joignit ses mains à celles de son mari et tremblait de peur sur le sort que ces hommes allaient leur réserver. Les chevaux hennirent et les cavaliers descendirent de leur monture avant de frapper brusquement contre la porte en bois. Bien que celle-ci était épaisse avec une armature en métal, elle n'allait pas faire long feu face à eux et comme prédit l'entrée céda sous les coups des hommes en noir qui pénétrèrent dans la maison, les armes à la main. Le père avança, tête baissée, signe qu'il acceptait la défaite et était près à obtenir la punition qui lui était due. Le chef de la troupe fit quelques pas dans sa direction et leva son épée au plafond avant de la rabattre sur le cou du père, décapitant la victime d'une traite. La femme poussa un hurlement en voyant la tête et le corps de son mari retomber lourdement sur le sol, laissant le sang se déverser du cadavre. Clause sursauta en entendant sa mère crier et s'empressa de porter ses mains sur la poignée, essayant désespérément d'ouvrir la porte. Les claquements de la poignée attirèrent l'attention du capitaine qui posa une main dessus. La femme tremblait de peur rien qu'à imaginer l'horreur si ils trouvaient son fils, elle saisis la pelle à cendre et frappa de toute ses forces sur la tête du capitaine. L'un des subordonnés de l'homme se jeta sur l'elfe et lui porta un coup mortel dans le cœur et laissa sa victime s'étaler aux côtés de son défunt mari.

Le capitaine porta une main hésitante sur sa blessure et regarda furieusement le peu de sang couler sur sa peau. Lui le capitaine de la section défense du monde du milieu, se faire blesser par une femme son honneur allait en prendre un coup si un de ses hommes en parlait dans son rapport. Son attention revint sur la poignée qui cessa de bouger. Intrigué par cela, il ordonna l'enfoncement de cette porte, ce qui fut aussitôt fait. La cuisine était aussi sombre qu'un four à pain et un sinistre silence y régnait. Le chef envoya un subordonné rentrer dans l'obscurité pour y allumer une torche. Le désigné s'exécuta malgré la peur qui s'imprégnait en lui à l'idée de faire un pas dans cet endroit lugubre. La flamme de la torche éclaira la pièce de sa lueur dansante et le capitaine pénétra à son tour avec deux de ses hommes. Ils inspectèrent le lieu et n'y trouvèrent rien de vivant à leurs yeux. Au moment de faire demi-tour un grincement se fit entendre et le jeune Clause déboula d'un placard et sauta sur un des hommes en lui poignardant la gorge avec un long couteau. L'homme poussa un cri étouffé dans le sang qui giclait et s'effondra à terre sous les yeux de ses camarades

Le garçon voulu recommencer son coup mais la capitaine réagit avant et l'assomma du pommeau de son épée. Les hommes en noirs quittèrent la maison en emportant l'enfant endormi. Arrivée dans la capitale, la troupe partit faire son rapport de mission, laissant le capitaine s'occuper du sort du gamin. Le gradé continua la route sur son cheval et rendit visite à un vieil ami, maître d'une guilde. Il lui fournit le jeune garçon en lui expliquant son action dans la cuisine. Le maître semblait intéressé par un tel sujet et accepta de prendre cet enfant sous son bras. Durant cinq longues années Clause suivait l'enseignement du maître de la guilde, sur les méthodes d'assassinat et techniques de combats. Sentant le moment arriver le vieil ami du capitaine intensifia l'apprentissage, forgeant le caractère et le physique du garçon alors âgé d'une dizaine d'années. Puis le jour J arriva et ce fut la première mission du jeune garçon. Certains étaient stupéfaits qu'un gamin puisse partir à une chasse aux vampires, mais ce que le maître avait vu en Clause, ne régnait qu'en lui. Une rage de tuer, une véritable fureur de sang, mais surtout un visage aux allures angéliques et innocentes. Ce n'était pas du sang qui coulait dans ses veines, c'était la rivière de la vengeance. Haine et rage se mélangeaient à l'idée d'affronter ces sang-froids. Clause ne désirait qu'une chose à présent, assouvir sa colère contre les assassins de ses parents.



* * *


Dernière édition par Clause Van Gantz le Dim 21 Nov 2010 - 17:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Dim 21 Nov 2010 - 0:30

Bonsoir Clause !

Vu qu'il est tard, je vais t'épargner toutes les formalités et attaquer directement ta fiche.
*sors les couteaux, la petite serviette et se lèche les babines*

    C'est une bonne fiche dans l'ensemble. Je n'ai presque pas vu de fautes, bravo et elle se lit facilement. Ton personnage est intéressant.
    L'histoire est vague, mais sur le principe ca me pose pas plus de problèmes que ca et le fait que ce soit raconté par des récits In RP rend le tout agréable a lire. Vu l'age de Clause, on va pas lui demander de faire un roman de sa vie. Ça nous permettra d'en apprendre plus sur ton personnage au fil du RP.
    Par contre, ce qui me gène c'est que tu ne fais aucune mention de tes capacités d'invocateurs ou de tes sorts. J'aimerais bien savoir quelles genres de créatures tu maitrises et que tu détailles les sorts que peut utiliser ton perso (au moins que tu dises quelles sortes de sorts). Ensuite, je lis dans tes talents de combat que tu utilises un style au corps-a-corps, alors que dans ton histoire, ton personnage utilises une épée. C'est pas très logique. Puis, tu ne parles pas trop non plus de l'ordre du sang clair. A ce que j'ai compris dans le dernier paragraphe de ton test RP, tu prétends au post de chef de la guilde de l'ordre du sang clair. On a déjà un chef de guilde. De plus, c'est une guilde contre les vampires, des sortes de fanatiques. Faudrait au moins sous-entendre que ton perso déteste les suceurs de sang alors. Mais sinon, si t'es motivé rien ne t'empêche de faire ta guilde. Dernier gros point qui me chiffonne : Pourquoi un Syrinx ? Dans le monde du milieu c'est peu probable. Qu'un Syrinx et une elfe s'unissent, pourquoi pas ? Mais j'aimerais que dans ce cas ce point soit explicité un tout petit peu : explique au moins que le père est passé du Vein a Feleth et qu'il a décidé de prendre pour compagne une elfe. Toutefois, si ton père est un Syrinx il ne vivra pas dans une villa et il ne la fera pas bruler : Les Syrinx ont peur du feu et vu qu'ils aiment la nature, tout le tralala, m'est d'avis que ta famille vivra plutôt dans la foret en mode hommes de cro-magnon, hippies \o/
    Puis, alors la ce sont de grosses questions de mongoles mais : C'est qui Elysio ? L'ancien nom de Clause ? Et aussi.... J'ai pas compris la fin de ton histoire lD C'est le commencement de ton RP sur Feleth ? Ce sera continué dans ton arrivée ?


Voila. Si tu n'as pas suivi le fil de ma pensée ou que j'ai rien compris, n'hésite pas a me reprendre. J'attends que tu explicites un peu ce que je t'ai demandé avant de te valider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Clause Vaneslander



________________

avatar
________________


Race : Syrinx-Seirdan
Classe : ex-Invocateur
Métier : Chasseur de vampire
Croyances : Lui même
Groupe : L'ordre du Sang Clair

Âge : 126 ans

Messages : 186


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Dim 21 Nov 2010 - 11:36

Alors je vais répondre point par point, même si la plupart sont justifié par le fait qu'il était tard et que j'avais la flemme ^^"

"aucune mention de tes capacités d'invocateurs ou de tes sorts" : j'ai déjà commencé à réfléchir et une question m'est venue : vous précisez qu'il y a un nombre limité de créature (et de temps suivant la créature je suppose aussi), donc à combien d'invocations suis-je autorisé ?
Pour les sorts, ça sera du niveau de base mais je les marquerai pour que ce soit clair et écrit gris sur noir ^^

"tu utilises un style au corps-a-corps, alors que dans ton histoire, ton personnage utilises une épée" : ne peut on pas avoir plusieurs méthodes d'attaque ? ^^ Sinon je préciserai dans ce cas dans quel cas il utilise son arme ou bien son style (ou alors je modifie ce style de combat pour être adaptable à l'épée)

"tu ne parles pas trop non plus de l'ordre du sang clair" : je voulais rajouter le fait que je haïssais les vampires (vu qu'ils ont décimé ma famille) mais j'ai totalement oublié de le mettre, honte à moi ! Et pour le fait d'être le chef de la guilde, oui je pensais devenir l'héritier mais j'ai ensuite remarqué qu'il y avait déjà un chef. Je modifierai donc cette partie.

"Pourquoi un Syrinx ?" : Parce que c'est une race qui m'a attiré, du fait qu'ils possèdent une marque qui scelle leur destin.

"C'est qui Elysio ?" : Oui je voulais renommer mon personnage suite à son entrée dans la guilde mais j'ai changé d'avis en cours de route et j'ai du oublié d'en retirer un ^^"

voila, est-ce que j'ai répondu à tout ? =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Dim 21 Nov 2010 - 15:19

Alors pour ton style de combat, la classe invocateur est de type magique, donc ca m'embête un peu que tu maitrises deux formes de combats physiques. Si tu souhaites rester invocateur, choisis entre l'épée ou le Raishuken.
Sinon tu peux faire ta propre classe.
Par contre, t'as quand même pas mal de pouvoirs : sorts + invocations + épée + corps a corps. Je trouve que ca fait beaucoup, mais si tu te limites au niveau des invocations et des sorts ca peut passer. Donc au niveau des invocations, Violoniste m'a dit qu'il y a pas de limites, tant que tu invoques pas 50 000 monstres en même temps. Fais en sorte que ca te prenne de l'énergie, pour pas rendre ton personnage surpuissant. Après combien de temps ? Faut voir en fonction de la puissance de l'invocation et si tu décides de rester invocateur ou non. Si tu restes invocateur, tu auras logiquement plus de facilité a invoquer des monstres et a utiliser des sorts que si tu fais une classe polyvalente. Pour les sorts, je vois pas tellement ce que tu veux dire par "sorts basiques" donc si tu pouvais détailler dans ta fiche.
Enfin je te laisse faire tes choix, je suppose que tu es assez grand pour pas tomber dans le grosbillisme.

Pour la guilde, je n'ai jamais rencontré le meneur de la guilde. Une guerre de succession pourrait être intéressante. Après faut voir si les autres administrateurs sont d'accord. Oublie pas de mentionner ta haine des vampires.

Pour la race Syrinx, pas de problèmes. Modifie juste ce que je t'ai dit : Si ton père est Syrinx on fait pas cramer la villa et tout Very Happy Et je pense que ton personnage devrait aussi avoir un peu peur du feu.

Et la fin de ton histoire ? Ce sera explicité dans tes débuts de RP ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Clause Vaneslander



________________

avatar
________________


Race : Syrinx-Seirdan
Classe : ex-Invocateur
Métier : Chasseur de vampire
Croyances : Lui même
Groupe : L'ordre du Sang Clair

Âge : 126 ans

Messages : 186


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Dim 21 Nov 2010 - 16:53

finish !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Dim 21 Nov 2010 - 17:18

Bon bin tout est bon.
*Sors le tampon de la victoire et *BAM* l'applique sur le dossier de l'invocateur*


Bon travail bogoss, plus qu'une validation et tu pourras jouer Cool
Rofl et remonte ce pantalon pas besoin de me montrer tes fesses O_O
Pas mal ton système d'invocation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Clause Vaneslander



________________

avatar
________________


Race : Syrinx-Seirdan
Classe : ex-Invocateur
Métier : Chasseur de vampire
Croyances : Lui même
Groupe : L'ordre du Sang Clair

Âge : 126 ans

Messages : 186


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Jeu 25 Nov 2010 - 10:11

un petit up ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   Lun 29 Nov 2010 - 20:42

On en a déjà parlé sur la CB et entre membres.
Vu que ça fait un moment que tu attends et qu'en ce moment c'est un peu le bazar chez les administrateurs du forum, je vais exceptionnellement passer outre le règlement et te valider.
Étant donné qu'on ne sait pas trop quand les autres administrateurs reviendront et quand ils auront le temps de s'occuper de ta fiche, que tu es un membre qui m'a l'air présent et motivé je pense que c'est la meilleure chose à faire.

A l'intention des autres membres, je peux comprendre que cette décision peut vous sembler injuste. Ainsi, si vous avez des réclamations à me faire je reste joignable via ma messagerie privée.

Voilà, voilà.
Réservé à Oncle Shu Voilà le Gnuf de la victoire !



Et le tampon de la double-validation.
T'as intérêt à être un membre exemplaire mon Cloclo, hein ô_ô Je veux de suite que tu nous pondes des RPs grandioses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-