''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Dim 5 Déc 2010 - 21:07

Le jour se levait sur Feleth. L'astre jour grimpait avec langueur dans le firmament. Pas un nuage en vue, un ciel azur à perte de vue et une douce brise venaient agréer ce beau début de journée. Tout semblait parfait. Les paysans allaient aux champs, les abeilles faisaient le miel, les oiseaux emplissaient l'air de chants joyeux. Il faisait chaud et la saison était particulièrement agréable. La mer venait caresser les hautes falaises de l'Est, telle une amante venant rendre visite à sa moitié. La terre accueillait avec plaisir les doux baisers des vagues blanchies d'écume. Les mouettes riaient, les poissons sautaient, chacun se saluait à sa façon. La nature était belle en cette faste matinée. C'est ce qu'on appelle le calme avant la tempête...

Au sommet d'une haute falaise, à la frontière même entre terre et mer, l'air devint trouble. Comme s'il était fait de tissu invisible et que ce tissu commençait à se froisser. Comme si la lumière se tordait de douleur en un point donné, échappant à toute loi naturelle. Un bruit strident, d'abord inaudible puis de plus en plus aigu, se fit entendre à mesure que le « froissement » s'amplifiait. Les mouettes se turent devant ce son agressant et les poissons plongèrent devant l'air torturé. La nature devint silencieuse, en suspens, attendant avec angoisse ce qui allait advenir. Ce phénomène si particulier ne pouvait signifier qu'une chose. Une faille d'entre-les-mondes en formation. Celles d'Adiryl étaient souvent bien moins terribles et au contraire apaisantes. Celles du Vein au contraire...produisaient le même effet qu'actuellement. Un habitant du monde d'en-dessus était en chemin pour Feleth...

Le phénomène s'amplifia encore, devenant insupportable. Le son était suraigu, déchirant n'importe quel tympan, l'air en mouvement se tordait sur lui-même comme une bête enragée. La lumière n'avait aucune logique. Le tout atteint son paroxysme. La faille s'ouvrit ! Toute lueur disparut dans un rayon de deux mètres. Un véritable trou noir venait de prendre forme au sommet de la falaise. Les flammes éternelles du Vein passaient au-travers. Une sombre silhouette s'en détacha lentement, ne semblant pas souffrir de la chaleur. Elle était vêtue d'une longue tunique noire, dissimulant le haut de son crâne chauve. Abrahel était de retour !

Le démon chassa la faille dimensionnelle d'un simple geste de la main. Ce genre de faille existait déjà à l'état naturel et était passive. Il fallait bien les connaître pour les trouver et les activer. Abrahel était un expert en magie noire, ces secrets n'en étaient plus pour lui. Là où était apparu le trou noir ne subsistait plus qu'un cercle de terre morte et brûlée. Le Vein venait de lécher de ses flammes les pieds de Feleth. Abrahel s'assit sur le cercle de sol stérile et y traça avec son propre sang un cercle de pouvoir. Le cercle, déjà de configuration complexe, était agrémenter de multiples autres symboles démoniaques. Le démon, assit en tailleur, se concentra. Ces derniers temps, il n'avait cesser de repousser les limites du possible avec des expériences compliquées et longues, nécessitant une énergie colossale. Il allait recommencer aujourd'hui. Un pari fou, mais qui, s'il aboutissait, pouvait largement contribuer à l'invasion de Feleth et à la destruction de l'humanité. Abrahel pouvait maintenant commencer, complétement concentré. Le rituel allait demander un temps fou, une demi-journée sûrement, sinon plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Lun 6 Déc 2010 - 19:20

< De http://feleth.superforum.fr/t347-intervention-divinepv-mirage


Tandis qu'Abrahel continuait son rituel, une autre apparition se fit mais celle-ci fut beaucoup plus rapide. Il eut une explosion de lumière et d'ombres. Celle-ci n'eut pas le temps de durer car la lumière se mit à former une sphère et disparut rapidement, laissant l'ombre seule mais cette dernière finit par se dissiper. Tout cela n'avait duré qu'une seconde. Une chose était sûre, c'est qu'elle n'était pas habituel, rien que par le faite que le lumière et l'ombre s'allient le prouvait.
Un silhouette surgit alors de cet étrange brasier intemporel, enfin "surgir", "tomba" serait plus exact. Effectivement, l'explosion obscure et lumineuse était arrivée à quelques décamètres du sol. Quand Néro tomba de se brasier, il eut la chance d'avoir le pied juste à l'endroit où se trouvait le bout de la falaise.
Ce choc manqua de lui tordre la cheville et il s'effondra vers le reste de la falaise. En tombant, il brisa le cercle de sang qu'avait instauré Abrahel autour de lui. Néro, un premier temps, ne comprit pas où il était. Il regarda autour de lui et s'aperçut du type étrange qui se trouvait devant lui.
Le faux-parleur se mit à genoux mais le mal était fait, une partie du cercle de sang était effacé. Il se frotta un moment la tête, à la fois gêné et désolé envers l'homme en robe noire. Il se releva et disant :

"Oh ,je suis désolé, je suis tombé et... enfin, je suis vraiment désolé de vous avoir dérangé, je ne l'ai pas fait exprès."

Après quoi, il entreprit d'essayer d'enlever la terre qui s'était installé sur lui. Malheureusement pour lui, il ne réussit pas vraiment. C'est avec une grimace dépité qu'il décida de reporter son attention sur la personne qu'il avait dérangé.
Elle était recouverte d'une robe à capuche du même noir brillant que les plumes de corbeau. Son corps, ou du moins la partie que Néro avait vue était recouverte de symboles rouges. Le jeune faux-parleur se dit qu'il devait surement faire face à une personne sombre, il en avait déjà vu. À cette pensée, Néro se mit à sourire et tendit sa main vers sa nouvelle rencontre pour l'aider à se relever si elle le voulait.

_________________


Dernière édition par Néro Elem le Sam 23 Juin 2012 - 2:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mar 7 Déc 2010 - 9:35

Étrangement, le ciel commençait à se couvrir à l'horizon. Un mur de brume se dressait au loin, encore à bonne distance de la côte. Le soleil continuait sa course céleste, mais il ne faisait aucun doute qu'il se ferait rattraper par la tempête en approche. Car oui, une tempête, des plus violentes, se dirigeait vers le continent. Tous les signes avant coureur étaient réunis : matinée dégagée, par un nuage, la mer lisse comme un miroir, un silence de plomb. L'atmosphère en suspens, en attente, humide. Et soudain, une petite brise, la mer se plisse imperceptiblement. La distinction entre l'océan et le ciel est visible : le banc de brume se leve et derrière lui, la tempête furieuse, les nuées infinies, inépuisables, le tonnerre, puissant fauve invincible, les lames d'eau monstrueuse à tête de dragon. Toutes ces abominations se ruaient droit sur Feleth.

C'était le genre de temps qu'Abrahel attendait avec impatience. Il aimait le chaos dans l'ordre établi : toutes ces forces inépuisables et destructrices qui bientôt, l'entoureraient, le cerneraient, tournoieraient autour de lui, comme ces âmes qui le hantent jour et nuit, qui le pénètrent, s'insinuent, se faufilent, parasites impalpables, folie mouvante, insectes putrides, dévoreurs d'esprit, engloutisseurs de conscience ! Abrahel était plongé dans sa propre démence. Les esprits le tourmentaient, mais l'aidaient aussi à accomplir son rituel. Le démon était en transe, coupé du monde des vivants, coupé de toute lucidité. Son corps était présent, son esprit était ailleurs. L'intégralité de ses marques corporelles était illuminé d'une lueur glaciale. Toute l'énergie d'Abrahel était concentrée dans son sortilège. La tempête approchait...

Mais rien ne se déroule jamais comme on le prévoit. À quelques mètres seulement d'où était arrivé Abrahel par la faille, une explosion de lumière et d'ombre apparut du néant. La secousse ne dura qu'une seconde et le démon ne la remarqua même pas, tant son état de transe était profond. Un jeune elfe tomba de la faille nouvellement ouverte et atterrit en plein sur le cercle de pouvoir, alors illuminé, lui aussi, d'une sombre lueur rouge. Mais le gamin avait brisé le symbole nécromant en se réceptionnant et le sortilège fut ainsi dissipé, n'ayant plus aucun point d'appui pour être poursuivit. La lueur rougeâtre s'éteignit, ainsi que les marques corporelles du démon. C'était fini. Abrahel ouvrit les yeux...

Son retour à la conscience fut amer et désagréable. Il était en colère, très très en colère... Quelqu'un avait osé l'interrompre dans un rituel hautement risqué et compliqué. Qui que ce put être, il n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Le démon n'avait pas bougé d'un pouce, seuls ses yeux jugeaient avec haine la personne en face de lui : un petit elfe insignifiant, le plus jeune qu'il eut vu de sa vie. Une innocence juvénile se dessinait sur son visage d'ange. Abrahel était sidéré. Comment ce gamin avait pu passé ses défenses installées au préalable ? En effet, Abrahel avait placé dans un certain périmètre autour du cercle de pouvoir, des serviteurs morts-vivants qui devaient le protéger d'une attaque physique lorsqu'il serait en transe et donc incapable de se défendre si un ennemi approchait. Mais cet enfant (à première vue) était là, devant lui, sans une égratignure. Le démon vérifia mentalement ses défenses. Non, aucun morts-vivants n'avait été détruit. Une seule hypothèse à cela : l'elfe avait emprunté une faille dimensionnelle, la même qu'Abrahel avait ouverte quelques minutes auparavant. Le démon devait se débarrasser de ce gêneur. Déjà, les serviteurs mort-vivants revenaient pour lui porter assistance, au cas ou. Mais ils étaient relativement éloignés et ils leurs faudraient plusieurs minutes pour rejoindre leur maître...

Le jeune inconnu semblait confus et ne se rendait pas compte de ce qu'il venait de faire par accident. Le démon était dans une colère noire et il devait faire appel à toute sa volonté pour ne pas tuer ce garnement. Il n'oubliait pas qu'il était totalement vulnérable au corps-à-corps et sans ses serviteurs, il était une proie facile pour le premier épéiste venu. De plus, les capacités de l'elfe étaient inconnues, danger d'autant plus grand. Il devait avoir quelques notions de magie pour avoir pu emprunté une faille, mais ses faculté guerrière demeuraient un mystère. Abrahel avait peur, oui osons le dire, il avait peur. Il n'était jamais à l'aise quand il était à proximité d'un inconnu ou d'un ennemi. Il avait pris l'habitude de se caché derrière ses esclaves réanimés, à l'abri de toute intrusion. Tout contact physique le répugnait et quand le garçon lui tendit la main pour l'aider à se relever, le démon la dédaigna. Il se releva par ses propres moyens et toisa de haut le jeune elfe. Il rabattit lentement sa capuche pour dévoilé tout son crâne chauve, lui aussi couvert de marques. Ses yeux, d'un noir d'encre profond, sans pupille, sans cornée, deux trous de ténèbres, deux gouffres insondables, méprisaient cet petit insecte. Abrahel demanda d'une voix froide, dénuée d'émotions, cassante et sifflante :

« Qui êtes-vous ?! Que venez-vous faire ici ?! Votre présence m'est intolérable ! »

La peur et la colère combinées donnent naissance à la haine. Abrahel était haineux en cet instant. Il haïssait plus que tout, ce vaurien qui avait osé l'approcher d'aussi près, qui avait osé l'interrompre. Les âmes étaient excitées : elles tournaient toujours plus vite autour du démon, prises de folie, comme des vautours qui allaient assisté à un spectacle macabre. La tempête rattrapa l'astre jour et le monde fut plongé dans la pénombre. Elle n'était plus qu'à quelques lieues de la côte. Au loin, la mer était blanche d'écume. Les éléments étaient déchainés !

[HRP : Juste une petite précision : la tempête n'a rien à voir avec le rituel d'Abrahel. Son sortilège avait un tout autre but ^^ La tempête n'est qu'un effet naturel ici.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mar 7 Déc 2010 - 18:31

L'étrange personne ignora entièrement son aide et se releva seul. Néro eut un moment peur pour lui car il paraissait maigre et faible et le faux-parleur ne voulait pas qu'il tombe et se fasse mal. Un fois que l'homme se fut relevé, il souleva sa capuche. Il avait de grands yeux noirs qui lui donnait un air sombre.
De nombreux tatouage recouvraient également son visage. L'enfant crut en reconnaitre quelques uns que lui avait appris son père avant que celui-ci ne fut tué. Ce qui revenait le plus sur le visage de ce démon était son air torturé. Néro se demanda un moment comment il pourrait l'aider. Il n'aimait pas que les gens souffrent.
L'homme ouvrit sa bouche, on avait presque l'impression que sa mâchoire allait se détachée du reste de son corps mais il parla tout de même, il parla d'une voix sifflante qui donnait l'impression que c'était une momie qui parlait :

"Qui êtes-vous ?! Que venez-vous faire ici ?! Votre présence m'est intolérable !"

Avant que Néro ne puisse répondre la tempête les rattrapa tous les deux. C'est vrai que le faux-parleur avait déjà remarqué qu'e sa présence les tempête semblait venir plus rapidement. Quoi qu'il en soit dès que le Soleil fut caché, toutes les ombres se mirent à soupirer d'aise. Cela redonna un peu de confiance à l'enfant car avec cette obscurité, il aurait presque les pleins pouvoirs.
Néro eut un sourire dans l'ombre et demanda à l'obscurité d'entrer en lui pour lui permettre de voir. Ce faisant, les yeux de Néro devinrent entièrement noirs et il put voir dans l'obscurité encore mieux que quand il le faisait le jour. Néro sourit et dit à son interlocuteur :

"Je suis désolé de vous avoir embêté de quelque manière que ce soit. Je suis arrivé ici, sans le vouloir, par... par un moyen de transport magique très particulier"

Il pouvait difficilement lui expliquer qu'il avait employé un télé transporteur temporel différent de tous les portails qui existaient, qu'ils mènent au Vein ou à Feleth. Le vue par les ombres permit à Néro de lire certaines runes et ce qu'il lut ne l'attira pas vraiment. Cela parlait de mort, de maladie et d’autres choses pas très réjouissantes. Le faux-parleur chercha alors des morts-vivants de son regard d'ombre car l'homme qui lui faisait face était surement un nécromancien. Il vit un cadavre se faire démanteler par le vent puissant.
L'enfant se souvint alors qu'il se trouvait presqu'à l'extrémité d'une falaise en pleine tempête. Il dépassa l'homme en tirant celui-ci par le bras pour l'écarter du danger. Comme pour faire écho à son action, une partie de la falaise qui se trouvait près d'eux se brisa. Néro eut un sourire en re-regardant l'étrange personnage, puis il se souvient qu'il n'avait pas répondu à son autre question et il se présenta :

"Je m'appelle Néro Elem, au faite. Sinon, je suis désolé de vous gêner ainsi mais mine de rien c'est peut-être mieux car, sans moi, vous auriez risqué de subir le même sort que votre pantin."

_________________


Dernière édition par Néro Elem le Sam 23 Juin 2012 - 1:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mer 8 Déc 2010 - 21:05

La tempête les avaient bel et bien rattrapé. Elle était violente, extrêmement violente. Plus violente que ne l'avait prévu Abrahel. Il avait pourtant sondé l'horizon quelques heures auparavant grâce à ses facultés magiques pour prévoir la puissance de la tempête et cette dernière ne devait pas être aussi forte. Un événement imprévu avait dû l'amplifier. Mais Abrahel ne se préoccupait pas de ce changement. Le jeune inconnu le déstabilisait déjà bien assez. Nous l'avons déjà dit, le démon ne supportait pas la proximité d'un autre être-vivant. Les morts lui étaient plus commodes : ils n'était pas imprévisibles. Les vivants sont capables de tout sans prévenir, le danger est partout dans la vie ! La mort est paisible...

Abrahel avait les yeux fixé sur l'elfe, prêt à réagir à la moindre agression. Il n'avait pas confiance. Il ne fait confiance à personne. Un événement attira néanmoins son attention : les yeux du jeune inconnu devinrent aussi noirs que les siens. Étrange... Abrahel se concentra et capta les flux magiques. Incroyable ! Dès que l'obscurité avait gagné la terre, l'énergie sombre sembla se faire absorbé par le garçon. Une seule explication à cela : l'inconnu était un démon ! La méfiance d'Abrahel n'en fut que décuplée. Les démons n'était pas aussi aimables et compatissants. Ce garnement ne pouvait que se moquer de lui ! Abrahel, névrosé comme il était, croyait toujours que le monde lui en voulait. Pour lui, même si une personne semblait gentille et attentionnée, elle avait derrière l'esprit de lui nuire. La tempête redoubla de puissance. Ce n'était pas normal...

Enfin les serviteurs morts-vivants revenaient ! Ils allaient pouvoir à nouveau le protéger. Ce garçon, aussi puissant qu'il soit, ne pouvait pas faire le poids contre cette petite armée personnelle. Mais le temps semblait vouloir mettre son grain de sel, un très gros grain... Une lame de vent d'une puissance inimaginable souffla. Abrahel fut presque jeté au sol, mais la rafale était passé à quelques dizaines de mètre, pile sur le groupe de cadavres réanimés... Les pauvres marionnettes ne purent même pas lutter. Elles s'envolèrent et entrèrent en collision avec des arbres, détruits, démembrés. Abrahel n'avait plus aucune défense. Son teint devint encore plus pâle qu'il ne l'était déjà. Il déglutit avec difficulté...

Mais le démon ne pu faire un geste que le jeune garçon lui empoigna le bras fermement et le tira avec vigueur. Abrahel en fut tétaniser. Il était persuadé que l'elfe en voulait à sa vie et qu'il l'attaquait. Une peur sans nom inspira le nécomancien. Cela faisait des années qu'il n'avait touché une peau vivante, entière, douce. Cela lui fit l'effet d'une piqure, d'une violence rare, d'une brûlure ardente ! Abrahel n'entendit pas le grondement dans son dos, ni le tremblement qui l'accompagna, tant il était choqué par se contact. Ce n'est qu'après quelques secondes de blocage qu'il réagit enfin et se retourna lentement pour voir la falaise effondrée. Un vide béant d'une trentaine de mètres se déroulait juste à ses talons. Il s'en était fallut de peu. Le démon avait encore pâlit. Ses sombres marques corporelles n'en ressortaient que plus.

Abrahel pencha la tête au-dessus du gouffre, contemplant la face de la falaise écroulée et mise ainsi à nu. Et là, image cauchemardesque pour un esprit simple : une immense griffe osseuse à trois doigts dépassait de la roche, suspendue au-dessus de la mer. La tempête avait arraché un bout de la falaise et avait ainsi découvert se qui s'y cachait : le cadavre d'une créature gigantesque, enfouie dans la roche. Seule sa patte était maintenant visible. Le reste du corps restait caché sous terre. Voilà ce que le nécromancien avait voulu réanimé...

Abrahel se retourna. Il était en état de choc : le contact avec le garçon, le sauvetage, la griffe. Personne ne l'avait jamais sauvé. Pourquoi ce gamin l'avait fait ? Pour le tourmenter encore plus sans doute. Oui, il n'était pas net. Quelle perfidie, la pire de toute : l'ironie. L'elfe se jouait de lui, se moquait. Attirer de la compassion pour mieux la détruire après ! Baiser une main pour mieux la mordre, caresser pour mieux étrangler, sourire pour mieux torturer... Abrahel sembla se ressaisir quelque peu. Le choc avait chassé la peur. Seules restaient la colère et la haine.

« Qu'est-ce que tu me veux démon ?! Je ne t'ai rien demandé ! Pourquoi es-tu si gentil, pourquoi es-tu si compatissant ? Ah l'ironie, le sarcasme, est la pire chose dont est capable un démon ! Cruel ! Tu es cruel petit fou ! Puis d'un ton accablé, triste et totalement absent : Pourquoi tant de haine contre le pauvre Abrahel ? Pourquoi tant de tourmente ? Arrêtez ! Laissez-moi en paix ô âmes défuntes. Partez ! Partez ! Arrêtez de tourner, de tourner tant... Vous me hantez... Vous me faites du mal... »

Le démon avait dit ces mots sans directement s'adresser à Néro. Il avait un air d'une grande tristesse et torturé. Des larmes coulaient le long de ses joues pâles. Tout le monde l'accablait. Il était le martyre universel, celui qui endure tous les maux de la terre. Pauvre, pauvre Abrahel... Le démon était recroquevillé sur lui-même, pitoyable, dépité. Ses excès émotifs étaient imprévisibles. Très lunatique, il passait de la colère, à la haine, à la peur, à la tristesse, jamais au désespoir. Abrahel n'était plus qu'une loque en pleur, totalement déstabilisé par le jeune inconnu : le rituel rompu, le geste amical, le contact physique, le sauvetage, l'amitié. Tout cela était de trop...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mer 15 Déc 2010 - 16:51

L'homme semblait pétrifié, comme s'il avait vu un fantôme, bien que dans son cas ça ne devait pas faire grand chose. Il se pencha en avant. Néro crut qu'il allait sauter pour une raison que seul connaissait son cerveau fou. Il s'apprêtait à le rattraper quand il vit cette main qui dépassait de la falaise. Si la chose auquel elle appartenait s'était réveillé la falaise aurait été détruite avec toutes les personnes qui étaient dessus. Cette créature était trop proche du bas de la falaise. Heureusement qu'elle était morte sinon elle aurait pu tout détruire par simple caprice. Le nécromancien se retourna alors vers l'elfe. Il semblait en état de choc vu la pâleur de sa peau. Le pauvre ne devait pas se sentir bien. Il avait échappé de peu à la mort. Les sentiments devaient se bousculer en lui. Il révéla alors l'étendue de son tourment :

"Qu'est-ce que tu me veux démon ?! Je ne t'ai rien demandé ! Pourquoi es-tu si gentil, pourquoi es-tu si compatissant ? Ah l'ironie, le sarcasme, est la pire chose dont est capable un démon ! Cruel ! Tu es cruel petit fou !"

Ces paroles étaient dur à supporter pour Néro, il vacilla un moment mais tint bon. En lui se bousculait les souvenirs, des souvenirs douloureux. Pourquoi tout le monde disait qu'il était un démon ? Il n'avait rien fait ! Pourquoi faudrait-il être mauvais ? Pourquoi devrait-il l'être ? Pourquoi toutes ces reproches ? Qu'avait-il fait pour que ce soit ainsi ? Les larmes montèrent aux yeux du jeune faux-parleur. La plainte du nécromancien avait presque finit en pleur et en gémissements :

"Pourquoi tant de haine contre le pauvre Abrahel ? Pourquoi tant de tourmente ? Arrêtez ! Laissez-moi en paix ô âmes défuntes. Partez ! Partez ! Arrêtez de tourner, de tourner tant... Vous me hantez... Vous me faites du mal... "

La torture des paroles d'âmes ? Etait-ce cette douleur que ce pauvre homme subissait ? Néro n'arrivait pas à l'imaginer. Lui il avait toujours entendu les chants lugubres des ombres et pourtant cela ne le tourmentait pas ainsi. Le jeune faux-parleur ne voyait pas les âmes mais les imaginait comme d'horrible créature presque morte mais pas entièrement qui gémissait leurs douleurs. L'enfant se sentait le besoin et le devoir de la soulager. Il laissa les ombres s'exprimer par sa voix. Bientôt une sombre voix qui paraissait être l'écho de millier de voix sortit de sa gorge. Néro ne le savait mais la voix des ombres était ressemblait à celle des morts. La voix des ombres se mit alors à résonner à plusieurs endroits comme si d'autre voix se joignait au chant. Bientôt la puissance du chant des ombres dépassa les gémissements des morts et donna l'impression à tout ce qui se trouvait aux alentours qu'une bulle intemporelle s'était formée autour d'eux.
Néro s'approchait de l'homme dans cet étrange bulle d'obscurité qui s'était crée autour d'eux. Il avait l'impression de s'être séparé de lui-même, d'en avoir oublié une partie, là-bas. Il s'approcha près de l'homme et lui murmura d'une voix sûre :

"Ne pleurez pas, tous vos soucis se sont envolés. Vous êtes libre de votre esprit désormais."

_________________


Dernière édition par Néro Elem le Sam 23 Juin 2012 - 2:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Narrateur

PNJ

________________

avatar
________________


Race : Qui sait ?
Messages : 37

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mer 16 Fév 2011 - 16:40

[Intervention demandé par Néro Elem]


Le vent commença a soufflait avec rage.. Que se passait-il?
La terre se mis a tremblait, les deux protagoniste n'avais aucun moment d'échapper a ce changement climat brutal, la pluie se mis a tomber drue.. Pourquoi le temps venait-il ainsi de changer?


Un bruit sourd de craquement, la terre s'ouvrit en deux, séparent les deux protagoniste.. Le Vein.. Voulait-il récupérer ce qu'il lui appartenait?
Aucune idée.. Une Aura noir sortit de la brèche, une aura ayant la forme d'une main, elle saisit Abrahel et l'entraine avec lui dans les entrailles de la terre.

Un nouveau tremblement, une grognement.. La pluie s'arrêta, le vent s'apaisa... La Terre repris sa place initial... Étrange...

Quoi qu'il en soit. Abrahel avait disparut laissant Néro seul..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   Mer 16 Fév 2011 - 17:16

La tempête commença à s'intensifier. Que se passait-il ? Elle devrait pourtant commencer à partir. Ce n'était pas normal, il se passait quelque chose. Il fallait faire quelque chose. Tout allait s'écrouler. La terre se mit à trembler. C'était pire qu'avant que le morceau de falaise ne tombe. La pluie tomba. Elle semblait différente. Elle reflétait l'obscurité, décrivant ainsi d'étranges arc-en-ciel d'ombre, d'absence de couleur. Un grand bruit résonna. La terre s'ouvrait. Pourquoi ? Comment ? Le craquement s'intensifia. Le morceau de la falaise où se trouvait Néro resta étrangement au dessus du sol. L'obscurité qui sortait de cette parfois le retenait au dessus de la mer. Une main fait de cette même matière commença à sorti de l'immense faille. Le jeune sorcier eut beau essayer de la retenir ; cette main n'était pas faite d'obscurité, elle était faite de Mal à l'état pur, de cruauté et d'atrocité. Le faux-parleur ne pouvait rien faire, mais il pouvait essayer. Il se dirigea droit vers la faille dans l'intention de passer au dessus et d'aider Abrahel, qui semblait abandonné de tout. L'horrible main saisit le nécromancien. Elle n'allait tout de même pas... Il fallait que ça s'arrête. Il fallait que tout finisse au plus vite. Il fallait surtout sauver l'homme. Cette main devait être celle du Vein et des démons. Il reconnaissait cette froideur et ce malheur qui l'envahissait. Ceux-ci voulait garder la main mise sur leurs créatures. Néro avait aidé, sauvé le sans-âme, il lui avait retrouvé une âme. Cela ne plaisait pas à ses soit-disant maîtres. La main se mit à rentrer dans la faille.

"Non !"

Non, il ne fallait pas que ça arrive. Ce nécromancien n'avait pas tant souffert pour se retrouver sans rien. Il fallait que ça s'arrête. Il devait retrouver son ancienne vie, son ancienne vie où il était heureux. Tout ne pouvait pas finir comme ça. L'enfant d'ombre trébucha. Abrahel disparut dans les profondeurs. L'appeleur de pluie, ne songea même pas à se relever. Il avait échouer. Le malheureux était perdu. En un craquement sec, la terre se referma. Une ligne noire et brulée marquait l'ouverture qui s'était ouverte. Le morceau de falaise qui avait été détaché par le tremblement ne fut plus retenu. La falaise sombra et avec Néro tomba. Il eut la présence d'esprit de se précipité vers la roche stable mais n'eut le temps que d'atteindre une grotte, celle où se trouvait le cadavre du monstre. Des traces de sang en témoignaient. La cadavre avait du sombre lui aussi. Au fond de la caverne se trouvait un couloir étroit où un enfant pouvait à peine passer. Le sorcier s'y engagea, espérant pouvoir trouver une sortie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux démons : le Sans-Âme et l'Innocent [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Côtes de l'est :: Falaises rocheuses-