''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 26 Déc 2012 - 0:50

" Extrait de note n°69.

... À vrai dire, qu'est-ce qui différencie le bien du mal ? Pourquoi cette action serait-elle mauvaise et pourquoi cette action serait-elle bonne ? Bien sûr, il faut prendre en compte les pertes et les bénéfices, l'intention de nuire ou de bien faire mais, dans le fond, ce n'est qu'une question de point de vue. Les démons, qui étaient les premiers à apparaître, n'étaient-ils pas mauvais ? Pourtant ils n'avaient pas conscience de leur mal car pour eux, le mal était bien et le bien était un étranger alors de ce point de vue, pourquoi dire qu'ils sont des êtres mauvais puisqu'ils pensaient bien faire ? Personnellement, on m'a toujours considéré comme quelqu'un de mauvais mais, pourtant, inexplicablement, j'ai toujours pensé que j'étais quelqu'un de bien ... "

[...]
" À la panse repue ", voilà un nom bien évocateur, tant au sujet de l'établissement qu'au sujet de ceux qui fréquentaient cette auberge, ou plutôt, ce lieu de débauche et de dépravation. Quoi que quelque part également comparable à une arène, les bagarres n'étaient pas une chose rare ici et il arrivait souvent qu'elles dégénèrent. Alekseï n'était pas vraiment un habitué des lieux mais, il se rendait ici dès qu'il avait un peu d'argent à gaspiller. Boire était pour lui une activité d'une haute importance, il y avait tellement de problèmes dans ce monde que le meilleur moyen de les résoudre, c'était encore de les oublier. Bien sûr, Rytchkine ne portait pas les soucis du monde entier sur ses épaules mais, ses propres peines étaient déjà bien suffisantes pour faire l'effort de boire jusqu'à en rouler sous les tables. Ce soir-là, heureusement, il avait décidé de rester sobre. En effet, il n'était pas vraiment venu pour boire mais plutôt, pour chasser.

Mais que pouvait-il bien chasser dans une auberge pareille ? La réponse était très simple, des femmes. Mais, pas n'importe quelle coureuse de remparts, non, il était exigeant et il prenait son temps. Il fallait repérer la proie, l'approcher discrètement, poser le piège et la faire tomber dedans, après quoi, elle serait entièrement à sa merci. C'était tout un art et comme tout art qui se respecte, cela nécessitait du temps et des efforts. Assis en retrait, les pieds sur la table et la bouteille en main, il observait son entourage, balayant la salle de son regard froid. L'envie, l'envie de la chair et des plaisirs qui y étaient associés se lisaient clairement dans ses yeux débordant de folie. Un subtile mélange de passion, de haine et de rigidité. Certes, son regard était très expressif mais, au fond, c'était une pierre froide et solide, une pierre en quête de distraction.

Malheureusement pour lui, cette nuit-là, il n'y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Quelques chétives donzelles et femmes d'expériences, mais absolument rien de ce qu'il recherchait. Non, tout ceci le blasait, c'était toujours les mêmes attitudes, toujours les mêmes formes et les mêmes mots. Cette facilité était lassante, il lui fallait quelque chose de nouveau, quelque chose de particulièrement chaud et dangereux, quelque chose qui satisferait sa soif jusqu'à la dernière goutte mais ... Il n'y avait rien de tout cela, ce n'était que banalité et conventions. Après une longue recherche, il finit par abandonner. Se rasseyant normalement et posant ses deux coudes sur la table, il soupira tout en s'enfilant le verre qu'il venait de remplir.

- ... Adyril me manque.

Finalement, il allait peut-être passer sa soirée à boire jusqu'à en rouler sous les tables. C'était l'esprit absorbé par ses souvenirs que l'heure défila lentement jusqu'à sonner les douze coups de minuit. Une heure relativement avancée et pourtant, l'activité de l'auberge ne diminuait pas, au contraire même, elle n'allait qu'en grandissant. La bouteille était finie depuis longtemps mais pourtant, sa tête n'en était pas tournée. Il fallait croire que même l'alcool n'était pas suffisant pour satisfaire ses envies d'ivresse. Il se redressa et, se frottant les yeux, il s'apprêtait à partir quand la porte de l'établissement s'ouvrit une fois de plus. Un autre client, rien de bien inhabituel excepté qu'il s'agissait d'une femme. Plus par réflexe que par curiosité, Alekseï tourna la tête et quelle ne fut pas sa surprise.

Une femme toute droite sortie de ses meilleurs fantasmes ! Une peau qui paraîtrait de glace, un teint parfaitement blanc. Des yeux légèrement en amande, noirs comme le jais, de longs cils recourbés et ornés par des sourcils bruns, fins et bien taillés. Un petit nez fin et droit surplombant une bouche appétissante, aussi rouge que le sang et révélant des dents aussi blanches que la neige. Une longue chevelure couleur ébène qui encadrait un visage à la fois paisible et torturé. Une silhouette qu'on croirait tout droit sorti d'un rêve, une poitrine généreuse et parfaitement galbée laissant entrevoir une minceur sculpturale. Une chute de reins à en donner le vertige et des fesses rebondies faisant place à de longues jambes qui vous en feraient perdre la vue.

Rytchkine avait la bouche bée, une créature de rêve ! Si provocante, si agressive, si parfaite ... Une chance qui n'arrive qu'une seule fois dans la vie d'un homme, une chance qu'il ne fallait surtout pas laisser passer ! Mais alors que, les concurrents levaient déjà le regard, Alekseï les prit de court et fut le premier à se lever pour accoster cette magnifique jeune femme. Se recoiffant de quelques coups de mains, il afficha un sourire assez maladroit et, tout en lui faisant la révérence, entreprit de l'amener à sa table.

- Bien le bonsoir Mademoiselle. Je me demande ce qu'une aussi jolie dame que vous peut venir faire dans un établissement d'hommes aussi malfamé que celui-ci ! Il est rare de voir une aussi sublime créature rôder dans les parages sans une bonne raison, raison que j'aimerai bien évidemment découvrir, sous votre consentement bien sûr.

Il marqua un court silence, la regardant droit dans les yeux. Son regard ... Il avait quelque chose d'assez particuliers mais, Alekseï ne parvenait pas à savoir de quoi. Il reprit presque aussitôt.

- Oh mais, pardonnez mon manque de politesse ! Vous devez être assoiffée et vos jambes ne doivent demander qu'à se reposer un peu. Puis-je vous inviter à ma table ? Je vous offrirai toute votre consommation avec le plus grand des plaisirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 26 Déc 2012 - 16:09

C'était encore une magnifique soirée à Madorass, bon sang, je venais tout le temps ici, c'était éblouissant! Qu'allais-je donc bien pouvoir faire ce soir? Et bien la réponse était déjà toute trouvée! Direction la Panse Repue! Bon, je dois l'admettre, c'est endroit avait beau être le meilleur bistrot de Madorass, c'était tout de même légèrement beauf. Les bagarres, les ivrognes, mais après tout, c'était sans doute ça qui faisait le charme de cette taverne. Bref, je m'égare!
Je me postai alors à l'entrée de la taverne, pris une grande inspiration, et dans un sourire de réjouissement, pénétrai à l'intérieur de l'établissement. Lorsque j'eus franchis les portes, j'usai de mon don d'empathie afin de sonder l'esprit de tous ceux qui s'y trouvaient afin de savoir si oui ou non je courrais un quelconque risque à être ici ce soir, et à ma grande surprise, l'ambiance était vive et chaleureuse. L'alcool coulait à flot et les rires se faisaient entendre jusqu'à l'entrée où je me trouvais. Une bonne soirée en perspective donc. J'ôtai alors ma capuche et entrepris de me rendre jusqu'au comptoir et débuter moi aussi ma petite soirée. C'est alors que sur ma route, quelqu'un semblait s'adresser à moi, je me retournai donc afin de voir mon interlocuteur:

- Bien le bonsoir Mademoiselle. Je me demande ce qu'une aussi jolie dame que vous peut venir faire dans un établissement d'hommes aussi malfamé que celui-ci ! Il est rare de voir une aussi sublime créature rôder dans les parages sans une bonne raison, raison que j'aimerai bien évidemment découvrir, sous votre consentement bien sûr. Alors se dressait devant moi un homme relativement grand, environ une tête et demi de plus que moi, bien bâti en sommes, plutôt bel homme. Je le fixai alors et hésitai à me servir de ma magie afin de savoir quelle était la nature de cet individu, mais à quoi bon... Comment pouvais-je profiter pleinement de ma soirée si je devais me méfier de chaque inconnu? Alors, sans attendre de réponse de ma part, l'inconnu reprit:

- Oh mais, pardonnez mon manque de politesse ! Vous devez être assoiffée et vos jambes ne doivent demander qu'à se reposer un peu. Puis-je vous inviter à ma table ? Je vous offrirai toute votre consommation avec le plus grand des plaisirs. Par tous les saints! Un homme bien élevé! J'en eu le souffle coupé, je décidai donc de me prendre au jeu, et de passer la soirée en la compagnie de ce cher inconnu.

- Bonsoir, je vous en prie, n'exagérez rien. Dis-je en sentant mes joues devenir rouge pivoine. - Eh bien, cette offre est si généreuse de votre part, je ne saurais la refuser. Nous allâmes donc nous installer à la table de ce mystérieux jeune homme. En gentleman, il m'aida à m'installer puis vint s'asseoir en face de moi, nous nous regardâmes longuement, puis le tavernier vint à notre table dans le but de prendre notre commande.
- Je prendrais ce que vous avez de plus fort s'il vous plait. Dis-je tout en fixant l'homme du regard d'un air provocateur. - Allons mon cher, voyons voir ce que vous valez! Rétorquais-je amusée. Je voulais voir jusqu'où l'homme pouvait bien aller. Une fois les commandes prise, j'ôtai entièrement ma cape, laissant ainsi découvrir la robe fendue aux cuisses ainsi que le très plongeant décolleté que je portai.
Alors grâce à mes dons, je fis monter la température de la pièce, faisant naître en chaque individu présent un désir qui jusqu'à maintenant était plus ou moins caché au fond de leurs coeurs.
- Ceci dit, je ne voudrais pas paraître impolie, mais à qui ai-je l'honneur? Je ne lâchai pas l'homme du regard, je le trouvais vraiment beau, je pouvais sentir la jalousie de certaines femmes présentes dans la taverne, alors je me retournai et fixai l'une d'elle qui était littéralement en train de me tuer du regard. L'homme l’aperçu aussi. J'en fus d'autant plus amusée.

- Hmm, c'est assez gênant. Dis-je avec un faux sourire au coin des lèvre et en baissant la tête. - Vous semblez très apprécié ici cher monsieur. J'attendais maintenant que mon mystérieux étranger m'en dise un peu plus sur lui, non pas que l’anonymat me dérangeait, mais tout de même, si je devais passer la soirée avec lui, autant que j'en sache un peu, ça ne rendrait les choses que plus agréables.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 26 Déc 2012 - 19:42

- Bonsoir, je vous en prie, n'exagérez rien.

Ses joues rougissaient à vue d'oeil, c'était un bon signe et Alekseï s'en réjouissait déjà.

- Eh bien, cette offre est si généreuse de votre part, je ne saurais la refuser.

Gagné, elle avait accepté ! C'était le premier pas vers la réalisation de son objectif. Finalement, la soirée n'était pas encore perdue. Ce fut avec une pointe d'excitation que Rytchkine l'emmena à sa table et, pour se parfaire dans son rôle, il l'aida à s'y asseoir avant de s'installer en face d'elle. Il eut un long moment où ils s'échangèrent le regard, se fixant dans les yeux sans dire un mot avant que le tavernier ne vienne leur demander la commande. Contre toute attente, cette jeune demoiselle demanda ce qu'il y avait de plus fort et, tout en fixant Alekseï, elle rétorqua assez amusée :

- Allons mon cher, voyons voir ce que vous valez !

Rytchkine lui sourît en retour, pas d'un sourire niais mais plutôt, d'un sourire tout aussi provocateur que le regard de cette ravissante femme. Il commanda sa boisson favorite, de la vodka. Le tavernier repartis, elle retira sa cape, laissant ainsi découvrir une robe qui, sans trop pencher le regard, semblait fendue aux cuisses. Mais comment remarquer ce détail lorsque les yeux se perdent dans ce décolleté fort plongeant. Voilà un geste fort peu ordinaire ... Oui, ce n'était pas une femme ordinaire. Ces formes provocantes, cette poitrine agressive ... Alekseï sentait ce désir monter en lui sans qu'il ne puisse le réprimander, sa raison perdait le contrôle peu à peu, comment résister face à une telle tentation ! Le regard piégé et les idées tourmentées, il sentait son corps se réchauffer rapidement, jusqu'à ce que la sueur recouvre son front. Sa respiration devenait bruyante et son coeur accélérait la cadence.

- Ceci dit, je ne voudrais pas paraître impolie, mais à qui ai-je l'honneur ?

À l'entente de cette phrase, il retrouva brutalement ses esprits. Regardant son interlocutrice dans les yeux, quelque peu sonné, il ouvrit la bouche mais ne répondit pas tout de suite. Il semblait troublé, tout était parti aussi vite que c'était arrivé ... Il se redressa et s'essuya le front. Il observa instinctivement le reste de la salle. Tant de regards tournés vers eux, des hommes et des femmes, cela n'avait rien de rassurant. On aurait même dit que tout ceci ne leur plaisait guère. Pour Alekseï, ça lui était bien égal, il avait déjà trouvé son bonheur, plus la peine de se soucier de son entourage. Il s'apprêtait à répondre quand elle reprit la parole.

- Hum, c'est assez gênant. Vous semblez très apprécié ici cher monsieur.

Très apprécié ? Elle devait sûrement faire référence à ceux et celles qui les regardaient.

- C'est possible Mademoiselle mais, vous l'être sûrement bien plus que moi et c'est fort compréhensible. Pour répondre à votre première question, je m'appelle Alekseï Rytchkine et je ne suis qu'un nom parmi les noms. Si cela peut aussi vous être utile, j'ai vingt-sept ans et ... Et ...

Il n'arrivait pas à terminer sa phrase, son regard s'étant un peu trop baissé, ses instincts recommençaient à s’exciter. Il secoua alors sa tête et recoiffa ses cheveux en arrière.

- Hum, pardonnez-moi, c'est qu'il fait très chaud ici. Je disais donc que je suis ce que l'on peut appeler un scientifique. Mes connaissances s'étendent à à peu près toutes les sciences existantes. Cela dit, les temps sont durs pour nous et bien peu de gens sont enclins à nous écouter, le progrès s'est toujours fait à la sueur des uns, pour les profits des autres. Mais je ne vais pas vous ennuyer avec ça, pour ce soir, disons que je suis un homme sans passé et sans identité. Ce monde est si décomposé ... Oublier de temps en temps que l'on y appartient ne fait pas de mal, ou du moins, pas beaucoup de mal.

Le tavernier apporta alors les boissons demandées. Alekseï attendit que ce dernier reparte pour servir la jeune dame puis, se servir à son tour. Enfilant son verre d'un seul trait, il resta un long moment silencieux, à examiner du regard les moindres courbes de son invitée. C'était bien plus fort que lui, il ne pouvait pas faire autrement. Mais, plus il regardait, plus il sentait cette envie monter en lui. Il devait se reprendre et vite car la situation pourrait rapidement lui échapper, n'oublions pas que la femme qui se tenait devant lui était loin d'être innocente et pure. L'odeur de la chair et de la ruse, c'était ça son parfum !

- Voyez-vous, je m'apprêtais à partir quand je vous ai vus arriver et croyez-le ou non, votre simple vision m'a convaincu de rester encore un peu. Je suis un homme habitué à la solitude et votre compagnie m'était irrésistible. Comment dire ... Même si j'avais quelques prédispositions, c'est quelque chose de soudain et de fort. Quelque chose dont je n'ai pas l'habitude, une facette de moi-même que je ne connaissais pas encore, il faut croire. J'ai déjà souligné à quel point votre personne était remarquable, mais j'étais loin de me douter qu'elle me ferait autant d'effet sur moi. Il n'en tient plus de mes instincts que de ma raison. Ne le prenez pas mal mais, c'est presque comme si je vous désirais ... C'est à croire que vous usez de quelques sortilèges !

Dit-il sur un ton de plaisanterie avant de boire de nouveau. Cela dit, il semblait étonner de sa propre phrase.

- Quelques sortilèges ...

Marmonna-t-il entre deux gorgées. Il releva subitement les yeux vers la jeune femme.

- Je viens de me rendre compte que je ne connais même pas votre nom. Parlez-moi de vous et de la raison de votre venue ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 26 Déc 2012 - 23:26

Je fus très amusée de voir que mon petit tour avait fais son effet, il était déjà en sueur! Je n'avais jamais ressentis autant d'excitation chez un homme, et si je l'avais connu plus tôt je pense que... M'enfin, ce n'était pas l'ordre du jour. Alors mon très cher inconnu daigna enfin se présenter.

- C'est possible Mademoiselle mais, vous l'être sûrement bien plus que moi et c'est fort compréhensible. Pour répondre à votre première question, je m'appelle Alekseï Rytchkine et je ne suis qu'un nom parmi les noms. Si cela peut aussi vous être utile, j'ai vingt-sept ans et ... Et ... Il ne finit pas sa phrase, je sentais son désir remonter à la surface, tel un animal il dut faire un effort considérable sur lui même pour ne pas littéralement me sauter dessus, c'était très amusant, ma soirée promettait d'être pleine de surprise.

- Hum, pardonnez-moi, c'est qu'il fait très chaud ici. Je disais donc que je suis ce que l'on peut appeler un scientifique. Mes connaissances s'étendent à à peu près toutes les sciences existantes. Cela dit, les temps sont durs pour nous et bien peu de gens sont enclins à nous écouter, le progrès s'est toujours fait à la sueur des uns, pour les profits des autres. Mais je ne vais pas vous ennuyer avec ça, pour ce soir, disons que je suis un homme sans passé et sans identité. Ce monde est si décomposé ... Oublier de temps en temps que l'on y appartient ne fait pas de mal, ou du moins, pas beaucoup de mal. Dit-il en s'essuyant le front du revers de la main. Il était donc scientifique, intéressant, d'autant plus que s'il disait vrai, il avait l'air d'en savoir beaucoup sur à peu près tout. Très bien, il ferait donc un parfait allié pour mes petites recherches personnelles.
Alors le tavernier vint nous apporter nos boissons et nous bûmes nos verres d'un coup sec. Je feins une petite grimace puis revins à ce fameux Alekseï, mais je sentais qu'il se méfiait. Non, je ne pouvais pas être repérée à moins qu'il soit lui même un sorcier, ce que j'aurais déjà sentis depuis longtemps. Il fallait qu'il ignore ma vraie nature, je ne me sentais en sécurité que lorsque je me trouvais face à des gens qui pensaient que j'étais une simple humaine, car oui il faut le dire, les sorcières qui plus est démone n'étaient pas véritablement appréciées ici.

- Voyez-vous, je m'apprêtais à partir quand je vous ai vus arriver et croyez-le ou non, votre simple vision m'a convaincu de rester encore un peu. Je suis un homme habitué à la solitude et votre compagnie m'était irrésistible. Comment dire ... Même si j'avais quelques prédispositions, c'est quelque chose de soudain et de fort. Quelque chose dont je n'ai pas l'habitude, une facette de moi-même que je ne connaissais pas encore, il faut croire. J'ai déjà souligné à quel point votre personne était remarquable, mais j'étais loin de me douter qu'elle me ferait autant d'effet sur moi. Il n'en tient plus de mes instincts que de ma raison. Ne le prenez pas mal mais, c'est presque comme si je vous désirais ... C'est à croire que vous usez de quelques sortilèges ! J'avais visé juste, il se doutait de quelque chose, je pouvais encore sentir son désir, mais quelque chose d'autre prenait place en lui, un nouveau sentiment, de la crainte mêlée à de la haine. Je décidai alors qu'il fallait que je lise en lui, à l'instant présent j'avais légèrement honte d'user de mes talents sur une personne qui pouvait être simplement gentille et normale. Car après tout, des gens normaux je n'en avais pas beaucoup rencontré, voir jamais d'ailleurs...
Alors, sans qu'il ne s’aperçoive de rien, la magie opéra. Je sentais beaucoup de souffrance, de pertes mais avant tout, une aversion totale pour ce qui était démons et magie noire. Rien de bien étonnant, mais à ce moment là, je vis aussi des meurtres, des sorciers tous tués sans aucune pitié, des mages noirs, des démons qui tombaient sous les coups d'épée. Mon dieu, j'étais en présence d'un tueur de sorcier usant de la magie noire. Il fallait absolument que je m'en aille d'ici si je ne voulais pas être la prochaine.

- Je viens de me rendre compte que je ne connais même pas votre nom. Parlez-moi de vous et de la raison de votre venue ici. Dit-il, mais je mis quelques secondes avant de reprendre mes esprits.

- Hmm, je m'appelle Khara. Oh vous savez, il n'y a pas grand chose à dire sur moi, j'ai dû m'élever je viens d'un petit village au nord de Madorass dont vous devez surement ignorer le nom, mais c'est sans importance. Quant à ma venue ici, et bien disons que... Que j'effectue quelques recherches sur les sorcières noires, vous savez, ces vilaines femmes dotées de magie obscure, et bien je viens ici afin de trouver quelques bouquin à la bibliothèque de la ville qui pourraient m'aider. Alors dites-moi monsieur Rytchkine, que pensez-vous de tout ça? La magie noires, les sorcières et toutes ces choses? Dis-je en continuant de jouer de mes charmes afin de noyer le poisson. Alors j’interpellai à nouveau le tavernier et lui commandai deux vodka.

- Cette fois-ci, c'est ma tournée. Dis-je en le fixant de manière provocante et sensuelle.
S'il devait avoir une altercation, je voulais être sure d'avoir l'avantage, et tueur de sorcière ou non, je l'aurai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 27 Déc 2012 - 15:45



- Hmm, je m'appelle Khara. Oh vous savez, il n'y a pas grand chose à dire sur moi, j'ai dû m'élever je viens d'un petit village au nord de Madorass dont vous devez surement ignorer le nom, mais c'est sans importance. Quant à ma venue ici, et bien disons que... Que j'effectue quelques recherches sur les sorcières noires, vous savez, ces vilaines femmes dotées de magie obscure, et bien je viens ici afin de trouver quelques bouquin à la bibliothèque de la ville qui pourraient m'aider. Alors dites-moi monsieur Rytchkine, que pensez-vous de tout ça ? La magie noires, les sorcières et toutes ces choses ?

Ah, cette dénommée Khara effectuait des recherches sur la magie noire, comme c'était intéressant ! Sur le coup, Rytchkine oublia complètement le physique de la jeune femme, se concentrant avec un air troublé sur ce qu'elle venait de lui dire. Il n'était pas rare de croiser des adeptes de la magie noire mais, des personnes qui s'y intéressaient sans se mouiller, c'était une toute autre histoire. En plus, il s'agissait d'une femme, chose d'autant plus rare. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien trouver à la magie noire pour effectuer des recherches dessus ? Et puis, si elle voulait se rendre à la bibliothèque, pourquoi avoir fait un détour par l'auberge ? Quelque peu absorbé par ses pensées, il ne répondit pas à sa question, enfin, pas tout de suite. Il ne fallut une fois de plus que l'intervention du tavernier pour qu'il retrouve ses esprits.

- La magie noire, vous dites ? Euh …

Il marqua un silence, ou plutôt, en temps d'hésitation. Il fallait être prudent, il ne la connaissait pas et ce qu'il pensait de la magie noire lui valait en général beaucoup d'ennuis, rien ne disait qu'elle comprendrait ce qu'il tenterait de lui expliquer. Il réfléchissait à la réponse qu'il allait lui donner quand quelque chose vint le perturber, de nouveau. Pourquoi cette femme lui faisait-elle autant d'effet ? C'était vraiment un mystère ! Dès que son regard croisait le sien, son animosité revenait au galop ! Un excès de testostérone surement, mais pourquoi avec elle ? Il en avait connu des femmes, beaucoup même, mais jamais il n'avait ressentit autant d'envie ! Quoi que, il fallait reconnaître que celle qui était assise en face de lui n'était pas une femme ordinaire, peut-être même n'avait-il jamais vu pareille beauté.

'' Saute lui dessus ! Saute lui dessus !!! Tu vas la démolir comme un animal et la faire jouir jusqu'à ce qu'à ce qu'elle en crache ses poumons ! ''

Cette phrase et d'autres bien semblables quoi que bien plus primitives, retentissaient dans sa tête, à son plus grand étonnement. Son cœur battait si fort que sa jugulaire en devenait clairement visible. La respiration haletante et le corps couvert de sueur, il la regardait dans les yeux. Il était à deux doigts de céder, de renverser la table et de se jeter sur elle, pour faire tout ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Mais Alekseï était un homme de raison, si l'on pouvait dire, et il n'était pas question pour lui de perdre le contrôle maintenant, quitte à employer les grands moyens.

- Veuillez m'excuser, je dois m'absenter un petit instant mais, n'ayez crainte, je reviens tout de suite.

Dit-il en attrapant son verre vide. Il se leva brusquement et courut vers la sortie. Dehors, la température était glaciale mais, l'eau des abreuvoirs n'était gelée qu'en surface. Se précipitant vers l'un d'entre eux, il donna un coup de poing sur la fine couche de glace afin de la briser puis, il plongea son verre dans l'eau glacée et renversa son contenu sur ses bijoux de famille. L'effet fut immédiat …

- Ahhhhhh ...

Soupira-t-il avec soulagement, tout en affichant un sourire mou.

- C'est bon, t'es calmé ?

À qui s'adressait-il ? Surement pas aux chevaux ... Son office terminée, il retourna à l'intérieur de l'auberge et rejoint Khara.

- Désolé. Hum ... Donc pour répondre à votre question, il faut se dire que sorcières, sortilèges, créatures maléfiques, démons et ténèbres relèvent tous de la magie noire et, la magie noire, ce que j'en pense, c'est très simple.

Dit-il en dégainant doucement ses deux épées et en les posant sur la table, devant la jeune femme, tout en affichant un large sourire, presque moqueur. Il observait son regard, plus par fascination que par interrogation mais, le compliment à ce sujet qui se présentait à lui et qu'il s'apprêtait à laisser sortir fut bien vite effacé par l'étonnement. Son regard ... On aurait dit qu'elle n'avait pas beaucoup apprécié sa réponse, il y avait même de la crainte, subtilement certes, mais Alekseï avait assez d'expérience en la matière pour le voir. Il fut alors pris d'un effroyable doute et, il se pencha sur la table.

- On dirait que ces deux épées vous incommodent. Auriez-vous peur que de part leurs tranchants, elle viennent abimer ce corps et cette beauté que je qualifierai de ... Démoniaque ?

Dit-il en ricanant. Non, il n'était sûr de rien mais, cette menace camouflée sous une plaisanterie noire pourrait fort bien le conforter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 27 Déc 2012 - 17:46

- La magie noire, vous dites ? Euh … Il ne su quoi répondre sur le moment, cela ne faisait que confirmer ce que j'avais vu plus tôt dans son esprit, cet homme était dangereux et il fallait à tout prix que je trouve une parade afin de me sortir de la.

- Veuillez m'excuser, je dois m'absenter un petit instant mais, n'ayez crainte, je reviens tout de suite. Par tous les dieux merci! Enfin je pouvais me mettre à penser sans que je ne fus épiée par ce tueur.

- Mais je vous en prie, je ne compte pas bouger d'ici soyez sans craintes. Alors il se leva, et sortit de la taverne en hâte. Enfin, ce n'était pas trop tôt! Bon, maintenant il fallait réfléchir. Comme je le disais toujours, la meilleure défense c'était l'attaque, il fallait donc que je passe l'envie à cet assassin de me sauter dessus et de m'égorger sur place, mais comment? Hmm après quelques secondes de réflexion, j'eus l'idée du millénaire, il fallait simplement que j'attende que celui-ci revienne. Je commandai alors une autre liqueur de cerise et attendais fermement le retour de mon très beau monsieur Rytchkine.
Alors il revint dans la taverne et s'assit à notre table, il était trempé au niveau de la tête et du bas ventre, je ne pus m'empêcher de sourire.

- Désolé. Hum ... Donc pour répondre à votre question, il faut se dire que sorcières, sortilèges, créatures maléfiques, démons et ténèbres relèvent tous de la magie noire et, la magie noire, ce que j'en pense, c'est très simple. Dit-il platement en dégainant deux épée et en les posant sur la table. Effectivement je ne m'étais absolument pas trompée. Je me demandai combien de démons il avait déjà tué avec ces deux lames et quoi qu'il en soit et malgré mon évidente attirance vers cet individu, il était dangereux et je ne devais pas prendre les choses à la légère avec lui. Alors je levai un sourcil et déglutinai silencieusement. Seulement aussi discrète que j'eus pu être, celui-ci remarqua ma gêne et ne se priva pas pour me la faire remarquer

- On dirait que ces deux épées vous incommodent. Auriez-vous peur que de part leurs tranchants, elle viennent abimer ce corps et cette beauté que je qualifierai de ... Démoniaque ? Dit-il en ricanant très bien, maintenant les choses sérieuses commençaient et la moindre erreur de calcul pouvait me coûter la vie. Seulement, je décidai de me jeter à l'eau.

- Vous paradez bien monsieur Rytchkine, seulement vous ne m'effrayez pas, savez-vous pourquoi? Dis-je simplement en attenant quelque réponse de la part de mon interlocuteur. Il se contenta simplement d'archer un sourcil en guise de Non pourquoi? ce à quoi je répondis sur le ton de la menace.

- Parce que je suis une sorcière et que je pourrais vous tuer maintenant sans que personne ne s’aperçoive de rien. Alors un conseil, rangez vos jouets et foutez-moi la paix, je ne voudrais pas abîmer un si beau visage. Dis en caressant sa joue de ma main glacée.

- Maintenant si vous permettez, je vais monter me coucher. Bonne soirée. Dis-je sur le ton du mépris cette fois-ci. J'avais mis le tueur en garde et s'il tentait quoi que ce soit, je n'hésiterais pas à le clouer sur place. Un homme avertit en valait deux, à lui maintenant de prendre la bonne décision.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 27 Déc 2012 - 18:34

- Vous paradez bien monsieur Rytchkine, seulement vous ne m'effrayez pas, savez-vous pourquoi ?

Tiens tiens, elle se sentait réellement menacée. Il avait donc eu raison de se douter d'elle. Cela dit, sa réponse l'interpella quand même. Elle n'avait pas peur de lui ? Pourtant, elle en avait toutes les raisons, Alekseï n'était plus à son coup d'essai. Il leva un sourcil, en signe d'interrogation.

- Parce que je suis une sorcière et que je pourrais vous tuer maintenant sans que personne ne s'aperçoive de rien. Alors un conseil, rangez vos jouets et foutez-moi la paix, je ne voudrais pas abîmer un si beau visage.

Continua-t-elle en lui caressant la joue avec sa main qui, à sa grande surprise, était froide. Quel délicat geste, elle ne faisait que le provoquer davantage. Mais, désormais, il n'était plus question de " s'amuser ".

- Maintenant si vous permettez, je vais monter me coucher. Bonne soirée.

Son ton avait radicalement changé. Rytchkine mit sa bouche en cul de poule tout en inspirant, comme pour lui dire " fais-moi peur " puis, il ricana. Sans ajouter un mot de plus, il attrapa ses deux épées et les rangea. Ensuite, il remplit son verre et enfila tout son contenu en une seule fois. Il le posa sur la table et, se léchant les babines, il prit un ton moqueur.

- Mais, je vous en prie ma belle. Je vous remercie de votre délicieuse compagnie et je vous souhaite également une bonne soirée, j'espère que vous vous endormirez vite et bien ... Et que vous ne vous réveillerez jamais.

Son sourire, comme à son habitude, était très large. Non, sa petite menace ne lui faisait pas plus peur que cela pour la simple et bonne raison que si ses pouvoirs étaient à la hauteur de ses prétentions, elle ne prendrait pas la fuite en invoquant un motif aussi pitoyable. Alekseï se tut ensuite, se contentant de finir sa bouteille en silence, sans prêter plus d'attention que cela à la sorcière. Enfin, la sorcière, la démone serait plus approprié. Cela expliquerait bien des choses et à commencer par son charme irrésistible et les envies ardentes dont il était victime. Par ailleurs, un physique aussi parfait que celui-ci n'existe pas sur Feleth, ou alors, il serait bien trop rare pour être laissé en libre circulation. Non, seule une démone peut être dotée de pareils atouts naturellement et sans pour autant prendre des risques.

Elle se leva et s'en alla. Cela dit, il n'attendit pas qu'elle quitte complètement la pièce pour se lever à son tour. Enfilant son dernier verre, il donna un magnifique coup de pied à la table et, saisissant une dague, il la lança dans sa direction. Cette dernière frôla sa tête et vint se planter dans le mur. Maintenant qu'il avait son intention, les choses sérieuses pouvaient commencer. Il attrapa ses deux épées et, laissant l'une baissée et l'autre pointée vers Khara, il dit :

- Tu vois cette épée, Démone ? Bientôt ton sang coulera dessus. Ça fait longtemps que je veux une tête d'animal sur le mur de ma chambre ! Quant à ton si joli corps, une fois empaillé, il fera un parfait mannequin pour porter mon armure !

Il croisa ensuite le fer et courut vers elle à folle vitesse. Il fit un bond et, levant ses lames, il comptait profiter de sa descente pour lui couper la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 27 Déc 2012 - 19:13

- Mais, je vous en prie ma belle. Je vous remercie de votre délicieuse compagnie et je vous souhaite également une bonne soirée, j'espère que vous vous endormirez vite et bien ... Et que vous ne vous réveillerez jamais. Mon dieu que c'était bas, je trouvais ça très aimable à lui qu'il me souhaite une bonne soirée, cependant, quant au fait que je ne me réveille pas, il devrait se méfier, simplement se méfier. Alors il continua de boire sa bouteille sans prêter attention à ma présence. Bien! Si lui non plus ne lançait pas d'offensive, c'est qu'il n'était pas si fort que ça. Soit! Je me levai et entrepris de monter dans une chambre afin de me reposer.
Et en un éclair, j'entendis que quelqu'un donnait un coup dans une table et à peine avais-je eu le temps de me retourner qu'une dague frôla mon crâne et vint se planter dans un mur un peu plus loin. Alors l'attention dans l'auberge vint se porter sur nous. Comme je l'avais prévu, mon agresseur ne pouvait être autre que ce primate avec qui j'avais naïvement passé la soirée.
Il dégaina à nouveau ses deux épées, une vers le sol et l'autre pointée sur moi.

- Tu vois cette épée, Démone ? Bientôt ton sang coulera dessus. Ça fait longtemps que je veux une tête d'animal sur le mur de ma chambre ! Quant à ton si joli corps, une fois empaillé, il fera un parfait mannequin pour porter mon armure! Bon très bien, je ne comptais pas faire d'esclandre ce soir, mais comment refuser une si gentille invitation.

- Tu parles tu parles, mais je ne vois pas ton armure l'assassin! Alors sans attendre, il se rua sur moi, sauta dans les air et brandit son épée dans ma direction. Il comptait surement me décapiter dans sa descente, un coup relativement classique chez les guerriers et autres tueurs, très bien, qu'il en soit ainsi.
Alors lorsqu'il entama sa descente, j'usai de mes pouvoir et refilai un anévrisme, ce qui eu pour effet de le faire tomber net devant moi, se tordant de douleur. Alors il n'avait plus aucune prise sur ses deux épées et j'en profitai pour aller récupérer la dague qui était plantée dans le mur juste derrière moi, sans pour autant lâcher mon emprise sur Alekseï. Pauvre garçon, mais quels genre de sorcier avait-il tué avant? Il pensait que j'étais une débutante en la matière et dans un sens, cela me donnait l'avantage. Une fois que j'eus saisis la dague, je revins vers le corps de mon adversaire, le visage déformé par la douleur.

- Hmm, que vais-je faire de toi. Tuer un si bel homme, cela serait du gâchis! Non, laisse moi te dire une chose. Tu peux t'en prendre à qui tu veux ici, mais pas à moi. Tu as fais une grave erreur en m'agressant et je vais te le faire payer, mais ne t'en fais pas, tu ne mourra pas, ça serait bien trop doux et rapide à mon gout. Dis-je avec un rire malsain au coin des lèvres. Alors je m'accroupis devant lui, sachant pertinemment que je ne risquais rien et lui annonçai gracieusement ce que je m'apprêtai à lui faire ressentir.

- Tu as tué pas mal de démons pas vrai? As-tu la moindre idée de ce que ça pourrait te faire si tu entendais tous leurs cris de douleur et si tu ressentais toi-même leurs souffrances? Alors mon rire s'évapora, et lorsqu'il sembla comprendre ce qui allait lui arriver, il écarquilla les yeux et à ce moment précis, je fis naître en lui tous les maux qu'il avait infligé à ses victimes, il pouvait alors entendre tous leur cris de douleur et ressentir toutes leurs souffrances et à en voir comment il se tordait sur le sol, il devait en avoir tué beaucoup.
Je fis durer le plaisir quelques minutes, tous le monde dans la taverne était pris d'horreur et n'osait dire quoi que ce soit. Alors je me laissai et décidai d'en finir.

- Bon, s'en est assez, j'en ai fini avec toi maintenant. Dis-je en déposant un baiser sur ses lèvres humides. Et en guise de petit souvenir, je pris la dague et l'enfonçai violemment dans la clavicule afin qu'il se rappelle de ne pas s'en prendre à moi la prochaine fois. Enfin, usant une dernière fois de mes talents, du revers de la main je l'envoyai valdinguer à travers la pièce, il trouva alors sa chute contre les étagères remplies de bouteilles d'alcools sur lesquelles il vint s'écraser lourdement.

Alors je remis ma cape et ma capuche, pris une bouteille de scotch au passage et sortis de la taverne en quête d'un abris pour la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 27 Déc 2012 - 22:21

Foudroyante ... Il n'y avait pas de meilleur qualificatif pour désigner cette vive et soudaine douleur qu'il avait ressenti au moment où il allait porter son coup. Une douleur brutale, profonde et insupportable. Peut-être qu'il n'était pas blessé physiquement mais, son esprit était en proie à la torture. Son attaque échouée, il s'écrasa lamentablement au sol, se tenant la tête et se tordant comme un asticot. Il n'hurlait pas mais, c'était atrocement fort. C'était l'oeuvre de la magie noire, une raison de plus pour la détruire. Même si complètement immobilisé par cette souffrance mentale, il vit Khara s'approcher du mur et retirer la dague qu'il lui avait précédemment envoyé. Elle prenait son temps pour l'extraire, sûre d'elle et de sa proche victoire, quelle bien mauvaise situation ! Tout ceci était allé très vite, comment les choses avaient-elles pu se retourner contre lui aussi facilement ? Ses lèvres bougèrent mais aucune voix ne retentit, jamais il ne la supplierait d'arrêter !

- Hmm, que vais-je faire de toi. Tuer un si bel homme, cela serait du gâchis ! Non, laisse moi te dire une chose. Tu peux t'en prendre à qui tu veux ici, mais pas à moi. Tu as fais une grave erreur en m'agressant et je vais te le faire payer, mais ne t'en fais pas, tu ne mourra pas, ça serait bien trop doux et rapide à mon gout.

Dit-il avant de s'accroupir près de lui. Même dans la souffrance, il ne put s'empêcher de relever sa grâce ... Quel démonisme !

- Tu as tué pas mal de démons pas vrai ? As-tu la moindre idée de ce que ça pourrait te faire si tu entendais tous leurs cris de douleur et si tu ressentais toi-même leurs souffrances ?

Alekseï ne comprit pas tout de suite le sens de sa phrase, pensant dans un premier temps qu'il s'agissait simplement d'un avertissement mais, la réalité était toute autre, il s'agissait bel et bien d'une menace qu'elle s'apprêtait à mettre en exécution ! Son si beau sourire s'en alla, laissant place au sadisme. Rytchkine n'osait pas imaginer ce qu'il s'apprêtait à endurer, des démons, il en avait tué beaucoup et même beaucoup trop pour tous se souvenir d'eux. Mais, il se souvenait de la mort atroce qu'il leur affligeait, de l'effrois qui était visible sur leurs visages et surtout, de leurs cris ...

Tout ceci lui remonta à la tête, si vite et si fort ... Il n'y avait pas de mots pour exprimer ce qu'il ressentait. Tant de douleur, tant de terreur et tant de haine. Jamais, même dans ses pires cauchemars, il n'aurait ressenti pareille souffrance. Il se bouchait les oreilles pour ne plus rien entendre mais, cela n'y changeait rien. Ses yeux vitreux étaient tournés vers le vide, en proie à la terreur et à l'abomination. Il se recroquevillait sur lui-même, tremblant et dégoulinant de sueurs froides. Sa respiration était saccadée, personne n'osait intervenir et personne ne savait non plus ce qu'il pouvait bien voir et entendre. Cet enfer ne dura que quelques minutes, mais cela lui parut être une éternité !

- Arrête-ça ...

Marmonnait-il, la voix tremblante. Même sa fierté et sa haine légendaire de la magie noire ne furent pas suffisantes pour le retenir. Même le pire des démons n'aurait pas mérité un tel châtiment. Toute la monstruosité de son propre être défilait devant lui, quel spectacle abominable.

- Bon, s'en est assez, j'en ai fini avec toi maintenant.

Et tout s'arrêta. Alekseï s'étala au sol, sur le dos, complètement paralysé par ce qu'il venait de vivre. Il respirait lentement, regardant se dresser au-dessus de lui ce visage magnifique. Elle l'avait détruit sans avoir même levé le petit doigt, il avait très mal mesuré ses forces. Voilà ce qu'il se passe lorsque l'on s'expose à la magie noire sans une bonne protection. Quoi que, ça aurait pu être pire. Elle déposa un baiser sur ses lèvres mais, malheureusement, il n'était pas en état de le savourer. Il ne s'en était même pas rendu compte, complètement absorbé parce qu'il s'était passé à l'instant. Mais, si la douceur de son geste n'avait pas suffit à le ramener à réalité, la violence du second y parvint. Elle planta la dague dans sa clavicule, avec force et brutalité, lui ouvrant la chair et brisant l'os.

Rytchkine s'écria, il avait déjà encaissé une trop forte douleur pour en contenir une seconde. Elle se releva et se servit de ses pouvoirs pour le projeter violemment contre une armoire remplie de bouteilles d'alcool. Le bois ne résista pas au choque et nombre d'entre elles lui tombèrent sur la tête. Enfoncé dans les débris, il la vit cependant ramasser une bouteille et remettre sa cape avant de quitter l'auberge comme si de rien n'était. Personne ne la retint et, lorsqu'elle fut partie, les regards se tournèrent vers lui. Il resta un moment inerte puis, il retira la dague de son épaule.

- Voilà une sacrée blessure.

Soupira-t-il à voix basse et en serrant les dents. Il rangea la courte lame dans son étuis puis, attrapa une bouteille au hasard, à l'aide de son bras valide. Il se servit de ses dents pour ôter le bouchon puis, il entama sa descente. S'il avait raté celle de son saut, il ne raterait pas celle-ci. Un long moment s'écoula avant qu'il ne décide de se relever. Les jambes encore tremblantes, il s'en alla récupérer ses épées et déposa une assez grosse bourse sur le comptoir.

- Excusez-moi mon brave, où pourrais-je trouver un dispensaire ?

Le tavernier lui donna les indications demandées et Alekseï s'en alla à son tour. L'établissement n'était pas très loin d'ici et il eut bien fait de le rejoindre en moins d'une heure d'errance dans les ruelles sombres de la capitale. Là-bas, il fut reçu par un médecin qui lui prodigua des soins très rudimentaires. Sa curiosité le poussa à lui demander comment il s'était fait une pareille blessure, chose à laquelle Rytchkine répondu par :

- Vous savez ce que c'est les femmes ...

De part sa nature d'élu, ses capacités physiques étaient supérieures à celles d'un humain ordinaire et il aurait bien vite fait de guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mar 19 Mar 2013 - 22:21

- Bon sang, j'ai eu chaud au derrière! Pensai-je tout en m'éloignant de la taverne à grands pas. C'était vraiment bizarre, j'avais clairement pu lire en lui qu'il avait tuer de puissants démons à moult reprises, ceci-dit, je ne l'avais pas trouvé réellement coriace lors de notre affrontement. Il faut dire que lorsqu'on est en proie à un méchant anévrisme, il est clair qu'on ne peut pas faire grand chose. L'idée me faisait sourire, j'avais donné une bonne leçon à un tueur de démons prétentieux et très imbu de sa personne!
Devais-je rester à Madorass? Devais-je fuir et laisser ma recherche de la vie simple et sans embûches derrière moi pour retourner dans le Vein? Je ne savais vraiment pas quoi faire... Mais avais-je réellement le choix? Pouvais-je me payer de luxe de rester ici et vivre dans la crainte qu'un jour il trouve un moyen de me faire brûler sur la place publique? Ou pire encore... J'en arrivais presque à regretter de m'être aventurée dans cette taverne ce soir. M'enfin! J'étais vivante, je l'avais bien calmé, que demander de plus? J'entrai donc dans le cimetière le plus proche, pénétrai dans un imposant caveaux, m'y enfermai, verrouillant la porte de celui-ci grâce à un puissant sortilège de protection et y passai le restant de la nuit à méditer et reprendre des forces. Car après tout, je sentais que j'allais avoir des nouvelles du délicieux Alekseï plus vite que je ne le voudrais.

Je sentais déjà les rayons du soleils traverser les pierres de la sépulture se poser sur ma peau. Le jour s'était levé sur Madorass. Je sortis alors de ma cachette et inspirai l'air frais du matin à plein poumons. C'était calme, les oiseaux chantaient, le marché s'installait non loin de là et le clocher retentit annonçant l'heure aux habitants déjà éveillés. J'adorai le matin, tout semblait si paisible et si serein, cela n'existait pas dans le Vein.
Je me rendis alors sur la place où les commerçants exposaient fièrement leurs produits. Je fis l'acquisition de quelques plantes et de quelques morceaux de parchemins, mais je restai quand même là, à arpenter les différents stands, admirant toute la fraîcheur et la candeur dont étaient remplis les habitants de Madorass lorsque c'était le matin.

A midi, j'allai m'installer dans un petit restaurant où j'avais l'habitude d'aller lorsque je venais dans la grande ville. C'était petit, situé dans une petite rue, tenu par une petite famille. C'était beau, c'était calme, c'était tout ce dont je rêvai au quotidien. Et malheureusement, tout ce que je n'aurai jamais. Tout en savourant mon petit plat, je m'imaginais que ma famille était ici, avec moi. Je m'imaginais que nous étions en train de rire tous ensemble, que nous nous racontions tous nos souvenirs, nos rêves... Alors je sortis de ma transe et allai payer le gérant du petit restaurant, le complimentant sur son extraordinaire nourriture, lui donnant bien plus que ce que valait le repas.
L'après midi et la soirée, je les passai dans l'immense bibliothèque de Madorass. J'en profitai pour mettre à jour mon grimoire, écrivant de nouveaux sortilèges que j'avais moi-même inventés, à lire de nombreux livres relatant de magnifiques histoires d'amour dans lesquelles des preux chevaliers allaient sauver des princesses prisonnières de leurs donjons... C'est ça que je voulais. Oui c'est vrai, j'étais un démon de par ma nature, mais après tout, n'y avait-il pas de "bons" et de "mauvais" démons? Après tout, je ne tuais personne par plaisir, je ne faisais qu'assurer ma propre sécurité. Pourquoi personne n'était enclin à comprendre ça? M'enfin, il était vrai que l'homme avait peur de ce qu'il ne comprenait pas. Et pour cette seule explication, preuve d'une grande simplicité d'esprit, je ne lui en voulais pas.
Le soir venu, je retournai dans mon cimetière et y passai la nuit. Le lendemain, se fit la même journée, simple, sans déconvenues.

Dans la nuit du troisième jour après l'altercation avec ce tueur de démon, je décidai de me rendre dans la magnifique cathédrale de Madorass. J'adorais l'architecture de ce bâtiment, et malgré mon aversion pour la stupide religion des humains, je trouvais admirable que sous le simple prétexte de la foi, l'homme pouvait construire des choses totalement splendides. Je pénétrai alors à l'intérieur du saint lieu, arpentant les allées avec respect et admiration. Comme quoi, et contre toute croyance populaire, les démons pouvaient tout à fait pénétrer dans l'enceinte des églises, cathédrales et autres lieux de foi... Je me demande bien qui avait pu inventer de telles bêtises.
Seulement, un léger détail vint me contrarier.

Il n'y avait pas un seul signe de vie dans la cathédrale. Les prêtres n'étaient-ils pas sensés veiller jour et nuit pour leur dieu? Je trouvais maintenant l'endroit inquiétant à souhait et désirais par dessus tout quitter la bâtisse sans plus attendre. C'est alors que déchirant le silence, une flèche vint à la vitesse de l'éclair se planter dans mon omoplate! Je poussai alors un cri de douleur et me retournai brusquement. Et contre toute attente, je cru percevoir l'imposante et dangereusement sexy carrure d'Alekseï que j'avais mis KO trois jours auparavant.

- Encore toi?! Je crois que tu n'as pas bien compris la leçon! Je vais donc devoir te redonner une bonne correction! Tu me supplieras de t'épargner une fois cet affrontement terminé! Dis-je sur un ton profondément contrarié. Alors je voulus répéter ce que je lui fis lors de notre altercation dans la taverne, au fur et à mesure qu'il avançait vers moi, je me concentrais afin de lui refiler un douloureux anévrisme. Mais à ma grande surprise, rien ne se produisit. Bon sang ce n'est pas possible! Pourquoi est-ce que ça ne marche pas?! Alors je sondai son esprit, rien à nouveau. Qu'est ce qu'il m'arrive?!
- Qu'est-ce que tu m'as fais?! Reste où tu es minable! Dis-je d'une voix fébrile. Je reculai au fur et à mesure qu'il avançait, mais mes muscles semblaient m'abandonner. Cette flèche! Elle était forcément empoisonnée... Quoi de plus efficace pour affaiblir une sorcière sans l'approcher?
Alors je tombai à terre, je visage crispé par la peur et la frustration. Qu'allait-il faire de moi? Après tout, il serait logique qu'il me tue, vu la manière dont je l'avais traité trois jours auparavant. Je dois bien avouer qu'à ce moment là, j'eus peur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 20 Mar 2013 - 0:55

" Cette petite démone ne perd rien à attendre. "

C'est ce que Alekseï s'était dit en sortant de chez le dispensaire. Elle lui avait dit qu'elle était venue ici pour trouver des livres à la bibliothèque, à propos de sorcières et autres créatures du mal, c'était par là qu'il fallait commencer pour retrouver sa trace. La retrouver et la suivre discrètement, jusqu'à ce que cette dernière rejoigne sa tanière. À partir de là, il ne lui resterait plus qu'à la piéger, extraire sa magie, et la tuer ! Oh ... Peut-être qu'il avait oublié une étape, après tout, pour une démone, elle n'était pas si mal que ça, voir même, presque parfaite, alors pourquoi s'en priver ? Elle lui devait bien ça !

Il s'en alla, disparaissant dans les ruelles de Madorass dans l'objectif de trouver un abris qui lui épargnerait les regards indiscrets. Une alcôve, une sombre impasse ou même un dessous de pont, tout ferait l'affaire. Il trouva finalement son bonheur dans un sous-sol abandonné. Là-bas, il passa la nuit à préparer sa revanche. Il avait un antimagique sur lui mais, c'était une des premières précautions qu'il prenait lorsqu'il s'aventurait hors de son laboratoire, mais, cela ne suffirait pas à immobiliser la sorcière, seulement à la priver de ses pouvoirs pendant un certain temps. Il lui faudrait le coupler à un puissant anesthésiant, substance qu'il ne possédait pas mais, qu'il pourrait se procurer chez les trafiquants de drogue. Le plan, quant à lui, était très simple. En étudiant son parcours, il se ferait une idée de ses habitudes et de ses envies, ce qui lui permettrait d'anticiper ses futurs déplacements, même si avec une bonne marge d'erreur. Ceci fait, il ne lui resterait qu'à se cacher au bon endroit et à frapper au bon moment. Pas question d'affronter cette sorcière en face, elle le vaincrait comme elle l'avait fait à l'auberge, mais, à distance et dans le dos, il avait toutes ses chances. Une fois le remède appliqué, elle serait toute a lui. Il imaginait déjà les souffrances qu'il allait lui affliger ainsi que la mort lente, douloureuse et humiliante qui attendait cette démone. Un sourire malsain aux lèvres, il se réjouissait déjà, cela ne ferait qu'une victime de plus à son compte.

Il passa la nuit ici, il n'avait que difficilement trouvé le sommeil, sa clavicule le faisait encore souffrir. Au matin, il quitta sa planque et se rendit aussitôt à la bibliothèque. Il arriva là-bas bien avant tout le monde et s'installa dans un coin reculé, très reculé, un livre choisit au hasard posé sur son visage, comme pour faire croire qu'il dormait. Le temps passa lentement, très lentement. Les gens venaient et s'en allaient mais, cette Khara n'était pas encore en vue. Alekseï en avait marre d'attendre, cela ne rendrait la mort de la sorcière que plus douloureuse. Pour passer le temps, il entreprit de lire le livre qu'il avait prit et, le moins que l'on puisse dire, c'est que ce qui y était écrit l’intéressait fortement. Ce livre comptait la légende d'un médaillon aux pouvoirs de destruction quasi illimités. Aucune magie ne pouvait lui résister, pas plus que le plus solide des alliages. Un médaillon caché par les hommes il y a longtemps de cela, bien évidemment mais, qui n'aurait pas encore été trouvé. Gardé par une créature immonde, au fin fond de la plus dangereuse des routes ...

" Aux pouvoirs de destruction quasi illimités ? "

Il y avait un schéma de ce médaillon dans le livre et, à bien l'examiner, Rytchkine comprit que la magie que cet objet utilisait n'était autre que de la magie noire " pure ", seule force capable de se détruire elle-même. Une magie noire après laquelle il courrait, encore et encore, et qu'il n'avait jamais retrouvé. Comment laisser passer une piste pareille ?! Il passa le reste de sa journée à étudier en détail le livre, à décortiquer son contenu pour en extraire le plus d'informations possibles. Il ne vit même plus le temps passé et ne retourna à la réalité que lorsque son regard croisa la personne de Khara. Heureusement, elle ne l'avait pas vu. Il s'empressa de se remettre dans sa position initiale, la suivant discrètement du regard. Elle était enfin entrée, elle en ressortirait forcément, chose qu'elle fit bien assez vite. Alekseï la laissa le devancer puis, il se mit à la suivre, discrètement. Elle l'amena jusque dans un cimetière où elle semblait avoir élu domicile. Le scientifique releva sa cachette et s'en alla au marché noir, s'enquérir de ce qu'il avait besoin pour mener à bien sa vengeance. Un marché noir qui ne dormait jamais et, qui était même plus actif la nuit que le jour. Un marché noir qu'il connaissait à merveille. Il trouva rapidement ce qu'il cherchait et s'en retourna ensuite à sa cachette, préparer le remède.

Le lendemain, il se rendit très tôt au cimetière et vit Khara en ressortir. C'était une nouvelle journée de piste, une journée qui s’annonça longue et fatigante mais, très fructueuse. Cette femme, ou plutôt, cette démone aimait la vie humaine, la culture, la bonne nourriture et le savoir. Quel édifice serait-elle susceptible d'aller visiter prochainement ? La cathédrale bien évidemment ! Sanctuaire du mensonge et de l'hérésie mais, merveille d'architecture. Elle ne pourrait pas la manquer, tôt ou tard, elle s'y rendrait ! Le lendemain, ce fut la même chose, à la différence près qu'il cherchait cette fois-ci à anticiper ses actions. Lorsqu'il se rendit compte qu'elle se dirigeait enfin vers la cathédrale, il prit un raccourci et, au pas de course, il s'y rendit avant elle. Fort heureusement, ce soir là, il n'y avait qu'un seul prêtre, un prêtre qu'il ne fut difficile à soudoyer pour qu'il déserte son lieu de travail plus tôt que prévu. Il se cacha et attendit patiemment que sa proie ne se jette dans ses filets, tapis dans l'ombre.

Elle était là, elle s'avançait, elle observait et elle contemplait. Rytchkine prépara sa flèche, imbibant sa pointe du remède qu'il avait fabriqué. Elle se fit encore plus proche, il banda son arc, lentement, délicatement. Finalement, elle fut prise d’inquiétude. Pas une âme qui vive dans un lieu censé être en perpétuelle activité ... Elle fit demi-tour, lui exposant son dos.

- Erreur, ma belle !

Il décocha le projectile en direction de son omoplate. Elle la transperça et la contamina. Rytchkine sortit alors de sa cachette, arc à la main et sourire aux lèvres. Il s'approchait d'elle, lentement mais surement, il avait tout son temps désormais.

- Encore toi ?! Je crois que tu n'as pas bien compris la leçon! Je vais donc devoir te redonner une bonne correction ! Tu me supplieras de t'épargner une fois cet affrontement terminé !

Mais il resta de marbre, continuant d'avancer vers elle. Sa voix était frappante, elle était en colère. Elle se concentra mais, rien ne se produit. Alekseï ricana. L'antimagique faisait effet, l'anesthésiant ne tarderait pas non plus à se manifester. Son coeur accéléra la cadence, il allait presque en rire, c'était trop beau pour être vrai.

- Qu'est-ce que tu m'as fais ?! Reste où tu es minable !

Plus il avançait, plus elle reculait. Ah, la peur ... Elle fléchit puis, elle tomba à terre, immobile. Alekseï s'installa à califourchon.

- Oh oui ... Je déteste les démons, je les hais plus que tu ne pourras jamais l'imaginer et, je n'ai pas beaucoup aimé la façon dont tu m'as quitté ce soir-là à l'auberge, ce n'est pas vraiment ce que j'espérais de toi.

Il lui attrape le menton et tourna sa tête sur les deux côtés. Il la remit ensuite de face et commença à lui " masser le visage " à l'aide de ses deux pouces. En réalité, il examinait sa structure nerveuse pour déterminer où se trouvaient les points de concentration, des parties légèrement plus dures que d'autres. Cela lui prit peut-être cinq minutes, si ce n'est plus. Après cela, il sortit une longue et fine aiguille de sa manche.

- Je ne pourrais peut-être pas te faire souffrir comme tu m'as fait souffrir mais, je peux néanmoins m'en rapprocher.

Il planta la pointe de l'aiguille pile entre ses deux yeux et observa sa réaction. Pas de crispation, elle était paralysée, mais, la lueur de ses yeux avait changé. Elle souffrait, cela se lisait. En stimulant ces points sensibles, il provoquait une puissante douleur généralisée sur la partie de son corps relié à cet amas nerveux. Ses mains, ses bras, ses jambes, son torse et même sa tête, tout y passé, lentement, difficilement. Il lui fallut moins d'une minute pour faire le tour mais, il s'amusait tellement qu'il le fit plusieurs fois de suite. Au bout du cinquième tour, il s'arrêta et rangea l'aiguille. Le sang perlait sur son visage, là où il l'avait piqué. Il la regarda dans les yeux puis, il passa sa main derrière sa tête et l'embrassa. Lorsqu'il eut finit, il redressa son dos.

- Tu vois, démone, j'avais prévu de grandes choses pour toi, des choses horribles, des choses atroces. J'avais prévu de te profaner, j'avais prévu de te démembrer, j'avais prévu t’immoler et d'emporter ta jolie petite tête brune avec moi, en guise de souvenir mais ... Non. Non non, ça ne serait pas juste en fin de compte, tu m'as laissé la vie sauve alors que tu avais le pouvoir de me l'enlever, je t'épargnerai pour cette fois-ci mais, si jamais je venais à te recroiser, sache que je mettrais mes menaces à exécution. Ceci dit, j'ai besoin de toi.

Il sortit le livre de son sac et l'ouvrit à la page qui contenait le schéma.

- Puisque tu n'as rien d'autre à faire que de m'écouter, je vais te parler de ce médaillon. Une force de destruction inégalée, une puissance que rien n'arrête, pas même la magie noire. Tu sais quoi ? Ce médaillon m'intéresse, il contient quelque chose que je recherche depuis très longtemps, depuis même trop longtemps pour que je puisse passer à côté. Seulement ... À défaut de pouvoir le détruire, il a été caché et défendu. Le livre ne donne pas d'indications précises quant à où il se trouve ni même comment le trouvé mais, il mentionne clairement le nom de son écrivain et il s'avère que cet écrivain à un fils qui est toujours en vie. Tu vas me demander pourquoi est-ce que j'ai besoin de ton aide ? Et bien, pour la simple et bonne raison que deux, c'est toujours mieux que un. Et puis, t'as magie noire est fascinante, elle axe sur l'esprit des gens, tes services pourraient m'être d'une très grande utilité. Si tu acceptes de partager cette aventure avec moi, sache que, sur mon honneur, ta vie ne sera plus en danger, ta sécurité sera ma priorité et tes désirs, mes buts ... Le temps de retrouver le médaillon, après quoi je te propose de régler nos comptes par un duel à mort. Si tu refuses, en revanche, et bien je m'en irais ...

Il se pencha à son oreille.

- Mais je prendrais d'abord ce qui me revient de droit.

Dit-il en le lui chuchotant.

- Tu es encore en mesure de cligner des yeux, un battement de paupière pour oui, deux pour non. Choisis vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 20 Mar 2013 - 15:05

Je n'étais maintenant plus maître de mon corps, et je détestais ça. Je vis son petit rire narquois, il se croyait déjà vainqueur! Enfin après tout, à cet instant précis, il n'était pas tout à fait perdant... Une fois que je fus sur le dos, sans pouvoir me mouvoir, je sentis son lourd corps se poser à califourchon sur le mien. Hmm, s'il n'avait pas été aussi hostile à ma nature, les rôles seraient sans doute inversé! Alors devant sa mine satisfaite, je ne fis plus rien, et fis le maximum pour faire taire mes émotions afin de seulement paraître tel une statue de sel.

- Oh oui ... Je déteste les démons, je les hais plus que tu ne pourras jamais l'imaginer et, je n'ai pas beaucoup aimé la façon dont tu m'as quitté ce soir-là à l'auberge, ce n'est pas vraiment ce que j'espérais de toi. Espèce de mammifère primitif! Ne pouvais-je m'empêcher de penser. Vu sous cet angle, il ne m'attirait plus du tout!
- Je ne pourrais peut-être pas te faire souffrir comme tu m'as fait souffrir mais, je peux néanmoins m'en rapprocher. Evidemment qu'il ne pouvait pas, ceci-dit, je n'avais pas réellement envie de voir ce dont il était capable. Mais bon, il était sans doute absurde qu'il ne fasse pas souffrir un minimum, compte tenu de la raclée qu'il avait prise l'autre soir. Je fis alors tout mon possible pour me préparer tant bien que mal à ce qui allait suivre. Alors il sortit une sorte d'aiguille de sa manche et la planta sèchement entre mes deux yeux. Bon sang c'était horrible! Je ne pouvais rien faire, ça faisait mal! J'avais envie de hurler, de crier et de le supplier d'arrêter ça! Mais j'étais bien trop fière, je devais me résoudre à subir ce châtiment. Et puis de toute façon, ce n'est pas comme si j'avais eu le choix. Puis, au bout de quelques très longues minutes, il s'arrêta et retira l'aiguille de mon visage. Alors il releva le visage et déposa un long baiser sur mes lèvres souillées de mon propre sang.

- Tu vois, démone, j'avais prévu de grandes choses pour toi, des choses horribles, des choses atroces. J'avais prévu de te profaner, j'avais prévu de te démembrer, j'avais prévu t’immoler et d'emporter ta jolie petite tête brune avec moi, en guise de souvenir mais ... Non. Non non, ça ne serait pas juste en fin de compte, tu m'as laissé la vie sauve alors que tu avais le pouvoir de me l'enlever, je t'épargnerai pour cette fois-ci mais, si jamais je venais à te recroiser, sache que je mettrais mes menaces à exécution. Ceci dit, j'ai besoin de toi. Et ça continuait, à quoi pourrais-je bien lui servir? Je savais maintenant qu'il éprouvait une révulsion totale envers ma race, le simple fait qu'il ne me tue pas sur le champ témoignait d'un grand intérêt envers ma personne, mais qu'est-ce que cela pouvait bien être? Alors il sortit un vieux bouquin de sa besace.
- Puisque tu n'as rien d'autre à faire que de m'écouter, je vais te parler de ce médaillon. Une force de destruction inégalée, une puissance que rien n'arrête, pas même la magie noire. Tu sais quoi ? Ce médaillon m'intéresse, il contient quelque chose que je recherche depuis très longtemps, depuis même trop longtemps pour que je puisse passer à côté. Seulement ... À défaut de pouvoir le détruire, il a été caché et défendu. Le livre ne donne pas d'indications précises quant à où il se trouve ni même comment le trouvé mais, il mentionne clairement le nom de son écrivain et il s'avère que cet écrivain à un fils qui est toujours en vie. Tu vas me demander pourquoi est-ce que j'ai besoin de ton aide ? Et bien, pour la simple et bonne raison que deux, c'est toujours mieux que un. Et puis, t'as magie noire est fascinante, elle axe sur l'esprit des gens, tes services pourraient m'être d'une très grande utilité. Si tu acceptes de partager cette aventure avec moi, sache que, sur mon honneur, ta vie ne sera plus en danger, ta sécurité sera ma priorité et tes désirs, mes buts ... Le temps de retrouver le médaillon, après quoi je te propose de régler nos comptes par un duel à mort. Si tu refuses, en revanche, et bien je m'en irais ... Quoi?! Il voulait se servir de mes dons afin de trouver un objet magique? Hmm, si ce qu'il disait était vrai, ledit objet être doté d'un immense pouvoir magique si la magie noire elle-même ne pouvait pas le détruire. J'eus jadis entendu qu'il existait une sorte de médaillon qu'une très vieille sorcière avait confectionnée, et d'après la légende, à la mort de la sorcière, des prêtres tentèrent par tous les moyens de détruire ce médaillon, en vain. Alors ils entreprirent de le cacher, mais où? Un objet d'une telle valeur ne devait pas se trouver dans une vieille commode ou bien au fond d'un tiroir...
- Mais je prendrais d'abord ce qui me revient de droit. Dit-il en se penchant sur mon oreille. Bon sang, dans cette position la, il me flanquait la chair de poule. Mais comment être sûre que ce n'était pas du bluff? Mais, j'avais beau analyser la situation sous tous les angles, il avait forcément besoin d'une sorcière pour trouver un objet magique. Lorsque des mages dissimulent un talisman par le biais de la magie, il fallait obligatoirement que ça soit une sorcière pour lever les scellés apposés sur cet objet... Nul ne pouvait rompre un tel enchantement s'il n'était pas lui même doté de magie.

- Tu es encore en mesure de cligner des yeux, un battement de paupière pour oui, deux pour non. Choisis vite. Bon, très bien, j'allais me résoudre à chercher cet objet avec lui. Puis si je me souviens bien, je n'avais pas lu en lui que du mal et de la cruauté, mais aussi un homme autrefois bon et loyal. A vrai dire, j'aurais préféré rencontrer cet homme là. M'enfin l'heure n'était pas à la réflexion, je clignait alors une fois des yeux. Il desserra son étreinte, se posant lourdement au sol à mes côtés.

Au bout d'une quinzaine de minutes passées dans le silence où il parcourait ce fameux bouquin, je pris le contrôle à nouveaux sur mes membres. Je me redressai tant bien que mal, et après avoir manqué quelques fois de retomber à terre, je parvins à m'asseoir correctement. Mes pouvoirs revenant lentement à moi, je ne sus quoi dire. Alekseï était plongé dans son ouvrage sans prêter attention à moi, il fallait briser le silence, mais comment? D'un côté, j'éprouvais de la peine pour cet être tortué et en quête d'une chose qu'il n'atteindra probablement jamais, mais d'un autre coté, il ne m'inspirait que de la crainte.
- Je m'excuse. Me contentai-je de lui dire platement et aussi sincèrement que possible. Après tout c'est vrai, je voulais vivre une vie paisible entourée de ceux que j'aimais, mais où que j'aille, je provoquais la mort et la destruction. Comment pouvais-je en vouloir à quelqu'un dont le passe temps favoris était de tuer les gens comme moi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 20 Mar 2013 - 18:00

Un battement de paupière, sa décision était positive. Rytchkine s'en réjouissait, sourire aux lèvres.

- Tu as fait le choix de la raison.

N'ayant plus de raison d'immobiliser la sorcière, il se dégagea sur le côté et laissa l'effet du remède se dissiper sans intervenir davantage. Pour faire passer le temps, il retourna à la lecture du livre, faisant comme s'il ne s'était rien passé. Il s'écoula un quart d'heure de plus, à son grand étonnement d'ailleurs puisque la mixture n'était pas censée faire effet aussi longtemps. Elle retrouvait peu à peu sa mobilité, et probablement aussi, l'usage de sa magie. Elle se releva tant bien que mal, même si elle tomba à plusieurs reprises, ses jambes étaient encore engourdies apparemment. Elle finit par s'asseoir et le silence s'installa. Alekseï ne disait rien, il lisait, et elle ne disait rien non plus. Peut-être qu'elle avait du mal à comprendre ce qu'il venait de se passer, ou peut-être qu'elle ne savait vraiment pas quoi dire.

- Je m'excuse.

Finit-elle par lui dire, le ton on ne plus naturel. Voilà qui troubla sa lecture. Elle était ... Désolée ? Ou alors, il avait mal entendu. Une démone lui présentait ses excuses alors que c'est lui qui l'avait agressé ? Ça n'avait aucun sens ! Il releva la tête, la regardant, les sourcils quelque peu froncés et le regard interrogateur.

- Qu'est-ce qui ne va pas avec vous ? Vous vous excusez de quoi exactement ? D'avoir été ma victime ? Non mais, c'est quoi ces manières, depuis quand c'est l'agressé qui s'excuse ? C'est plus à moi de vous présenter les miennes pour ce que je vous ai fait, s'il existe des excuses suffisantes pour vous faire oublier ce que je vous ai affligé ! J'aurai tout entendu, décidément ...

Il retourna ensuite à sa lecture mais, il ne parvenait pas à trouver la concentration. Il se referma finalement le bouquin et le glissa dans son sac. Ses gestes étaient nerveux, on aurait dit qu'il était contrarié.

- Des excuses ... Ça ne se fait pas de me parler comme ça ! C'est ... C'est comme si je disais que vous êtes un " ange ", on ne peut pas simplement dire une chose pareille à une démone, c'est contre toute logique !

Le bagage refermé, il soupira un grand coup puis, se calme. Un court moment de silence puis, il se leva.

- Notre alliance est conclue. Elle est temporaire mais, elle prend effet dès maintenant et jusqu'à la réalisation de notre objectif en commun. Donc, cela veut dire que nous ne devons mettre nos différents de côtés et oeuvrer main ... Dans la main.

Dit-il en lui tendant la sienne, pour l'aider à se relever. Ceci fait, il lui déposa un baiser dessus ... Il ne ratait pas l'occasion d'établir un contact physique avec elle, c'était à croire qu'il n'avait que très rarement ressentit autant de désir envers une femme. Fort heureusement pour elle, sa nature de démone calmait ses hardeurs, peut-être pas complètement mais, en bonne partie déjà. Quoi que, tôt ou tard ... Le regard accroché à sa poitrine, il voulait parler mais, il ne trouvait pas ses mots, se contentant d'hésiter et de soupirer.

" Hey ! "

Il se ressaisit brutalement, secouant la tête.

" Ah bah quand même ! C'est qu'elle t'en fait de l'effet ! "
" Euh ... Non, ça n'a rien à voir avec ça ! J'étais en train de réfléchir. "
" Ah ouais ? Et à quoi ? "
" Une question de physique quantique, est-il possible d'être mort et vivant à la fois ? "
" Te moque pas de moi, j'habite dans ta tête je te rappelle. "
" Ah oui ... Ah oui, merde. "
" Tu penses qu'à ça décidément ! Je commence à comprendre d'où il vient Bob, tiens ! "
" Qu'est-ce qu'il y a " Bob " ? T'as un problème ? "
" C'est pas le moment de chercher les embrouilles ! Laissez-moi terminer avec Khara ! "
" Non mais, attend, il me traite d'obsédé et c'est moi le fautif ?! "
" Je n'ai pas dit que tu étais fautif ! "
" Bah si ! Il est carrément fautif à ne penser qu'à des choses aussi basses ! "
" Oh hé ta gueule ! C'est pas parce que Mônsieur est chaste et pur que tout le monde doit être comme lui ! "
" Ca veut dire quoi ça ? "
" Euh, les gars ... "
" Que t'es qu'une bite molle ! "
" Je suis un être complet et indépendant de ses envies et de ses pulsions bestiales ! C'est moi qui fait la loi, pas mes instincts ! Mais ça, forcément, tu es trop primitif pour le comprendre, animal ! "
" Oh les gars ! "
" Toi ta gueule ! "

" Pareil ! "

Il sourit maladroitement à Khara.

- Hum ... J'en ai pour deux secondes.

Et alors que " Vaillant " et " Bob " se disputaient dans son esprit, il s'en alla à l'arrière de la cathédrale, se fracasser le crâne contre le pierre dure. Quatre ou cinq coups suffirent pour calmer ses deux personnalités un peu trop intrusives. Il revint ensuite près de la sorcière, l'air de rien.

- Ensemble donc. Vous n'avez rien à craindre de moi et j'espère ne rien avoir à craindre de vous. Maintenant, il va falloir nous rendre à Venill, c'est là-bas que vit " Carl Mug ", le fils de " Albert Mug ", ce qui a écrit le livre. C'est un médecin et j'ai déjà eu besoin de ses services par le passé. C'est quelqu'un de fort honnête, très impliqué dans sa profession. Il refusera surement de nous dire ce qu'il sait au sujet du médaillon et c'est précisément là que vos pouvoirs vont entrer en jeu. Croyez bien que si votre seul physique pouvait suffire à le faire parler, je vous aurai proposé d'user de vos charmes mais, cet homme n'aime pas beaucoup les femmes ... Si vous voyez ce que je veux dire.

Il ramassa ensuite le sac et passa l'épaulière.

- Mon laboratoire est proche de notre route, j'aurai besoin de récupérer mon armement, ce qui impliquera un léger détour. Ne vous inquiétez pas, ça sera l'affaire que d'une journée de plus. Mais, si cela vous incommode, vous pouvez aussi aller à Venill pour obtenir les informations et je vous rejoindrais après. C'est comme vous voulez en fait, qu'est-ce qui vous arrange le plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Khara Parker



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcière.
Métier : Équivalent actuel d'un Psychanalyste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : 22 ans.

Messages : 45

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Mer 20 Mar 2013 - 18:51

Ce Alekseï était décidément très bizarre. Lorsqu'il eut fermé son bouquin, il me contempla avec une mine interdite, comme s'il n'avait pas compris ce que je venais de lui dire. Il se mit alors à marmonner tout un tas de choses complètement incompréhensible dans sa barbe. Bon sang, il est dérangé ou bien?
- Des excuses ... Ça ne se fait pas de me parler comme ça ! C'est ... C'est comme si je disais que vous êtes un " ange ", on ne peut pas simplement dire une chose pareille à une démone, c'est contre toute logique! Ok, apparemment, ce type ne faisait donc aucune distinction entre un 'mauvais' démon, et un démon 'neutre'. Personnellement, je ne me considérais pas vraiment comme neutre, mais je ne m'amusais pas non plus à répandre le mal partout où j'allais. Il fallait que je tâche de lui montrer cela. Seulement, au moment où j'allais lui donner la preuve que je n'étais pas foncièrement mauvaise, il reprit de plus belle.

- Notre alliance est conclue. Elle est temporaire mais, elle prend effet dès maintenant et jusqu'à la réalisation de notre objectif en commun. Donc, cela veut dire que nous ne devons mettre nos différents de côtés et oeuvrer main ... Dans la main. Ça alors, il a eu du mal à la sortir celle la. Alors, au moment où je voulus prendre la parole, il semblait ce passer quelque chose en son fort intérieur, il prit sa tête entre ses mains et la secoua. Et bien voyez-vous ça, je m'apprêtais à partir à la recherche d'un talisman aux pouvoirs extraordinaires, sachant au passage que je mettais ma vie en danger avec un parfait malade mental? Voila qui était rassurant.
- Hum ... J'en ai pour deux secondes. A vrai dire, je dus faire preuve d'un incroyable self controle pour ne pas céder à la panique. Alors j'attendais. Au bout de quelques minutes, il revint frais et dispo et enchaîna de nouveau.

- Ensemble donc. Vous n'avez rien à craindre de moi et j'espère ne rien avoir à craindre de vous. Maintenant, il va falloir nous rendre à Venill, c'est là-bas que vit " Carl Mug ", le fils de " Albert Mug ", ce qui a écrit le livre. C'est un médecin et j'ai déjà eu besoin de ses services par le passé. C'est quelqu'un de fort honnête, très impliqué dans sa profession. Il refusera surement de nous dire ce qu'il sait au sujet du médaillon et c'est précisément là que vos pouvoirs vont entrer en jeu. Croyez bien que si votre seul physique pouvait suffire à le faire parler, je vous aurai proposé d'user de vos charmes mais, cet homme n'aime pas beaucoup les femmes ... Si vous voyez ce que je veux dire. Bien, en plus d'être un malade mental, il pensait qu'il pourrait me traiter comme une prostituée. Vraiment de mieux en mieux! Il semblait nerveux, je ne savais pas pourquoi, et très sincèrement, à cet instant précis je ne voulais rien savoir. Alors, avant même que je pus à nouveau ouvrir ma bouche, il continua.

- Mon laboratoire est proche de notre route, j'aurai besoin de récupérer mon armement, ce qui impliquera un léger détour. Ne vous inquiétez pas, ça sera l'affaire que d'une journée de plus. Mais, si cela vous incommode, vous pouvez aussi aller à Venill pour obtenir les informations et je vous rejoindrais après. C'est comme vous voulez en fait, qu'est-ce qui vous arrange le plus ? J'en avais assez! Alors je décidai de le stopper une bonne fois pour toute.
A peine avait-il terminé sa phrase, je plaçais mon index sur ses lèvres afin de lui faire signe de se taire. Il régnait maintenant un grand silence dans la cathédrale.

- Je me suis seulement excusé de vous avoir si brutalement attaqué l'autre soir. Est-il si difficile pour vous de comprendre qu'un démon n'ait pas forcément envie de tout détruire sur son passage? Dis-je sur un ton calme et serein, usant à la fois de mes dons pour le calmer intérieurement. Il sembla vouloir marmonner autre chose, je le stoppai net à nouveau.
- Avant que je vous suive, il est essentiel que vous compreniez que je ne suis pas le mal en personne. Voyez par vous même. Dis-je en plaçant mes paumes sur ses tempes. Alors je me concentrai et cette fois-ci, au lieu de le plonger dans une atroce souffrance, je lui montrais simplement quelques bribes de mon passé. Il pouvait alors assister au meurtre de mon père comme s'il y était, il pouvait ressentir le chagrin que j'avais éprouvé lorsque ma mère fut enlevée et toute la souffrance que j'eus à endurer pendant tout ce temps.
Alors avant que ces souvenirs ne soient trop durs pour moi, je coupai toute connexion.

- Vous voyez, moi aussi j'ai un coeur qui bat, et malheureusement, on ne choisit pas sa nature. Dis-je plus sur le ton de la tristesse. Maintenant, il en ferait ce qu'il voudrait, ce n'était plus de mon ressort. Il fallait nous mettre en route et le plus tôt serait le mieux.

- Si ça ne vous embête pas, j'aimerais venir avec vous. A vrai dire, je n'ai nul part où aller donc, si vous n'êtes pas contre un peu de compagnie, cela m'arrangerait et qui sait, peut-être qu'en chemin vous vous rendrez compte que finalement, vous n'êtes pas un parfait idiot! Dis en lui donnant un léger coup de poing sur le pectoral. Alors je me retournai et entrepris de sortir de la cathédrale et priant pour que tout ce passe pour le mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   Jeu 21 Mar 2013 - 17:20

Il eut en guise de réponse un geste de la part de Khara, pour lui faire signe de se taire, chose qu'il fit. Il fallait reconnaître qu'il ne lui avait pas vraiment laissé le temps de parler.

- Je me suis seulement excusé de vous avoir si brutalement attaqué l'autre soir. Est-il si difficile pour vous de comprendre qu'un démon n'ait pas forcément envie de tout détruire sur son passage ?

Qu'un démon n'ait pas forcément envie de tout détruire, en soit, ce n'était pas impossible mais, s'il ne détruisait pas tout, cela ne voulait pas dire qu'il ne détruirait rien. La voix de cette démone était calme, sereine même ... Un peu trop d'ailleurs puisque il se sentait lui aussi apaisé, chose qui n'aurait normalement pas lieu d'être. Peut-être usait-elle de sa magie contre lui, une fois de plus, ou que c'était simplement lui-même qui se jouait un tour, c'était possible. Quoi qu'il en soit, son agressivité s'était envolée et la sorcière auquel il faisait ne semblait pas non plus trop hostile, voir même pas du tout. Aurait-elle déjà oublié leur altercation ? Ah oui, elle s'était excusée pour ça ... Forcément. Rytchkine voulu lui répondre mais, elle ne lui en laissa pas le temps.

- Avant que je vous suive, il est essentiel que vous compreniez que je ne suis pas le mal en personne. Voyez par vous même.

Et comment allait-il faire pour le voir, là, maintenant ? Question stupide quand on se trouve face à une démone très axée sur l'esprit des gens. Elle plaça les paumes de ses mains sur ses deux tempes et se concentra, dirait-on. Sans qu'il ne sache vraiment comment, son esprit fut envahie d'images, de bruits et de sensations. Un homme mort, une femme enlevée, de la solitude, beaucoup de tristesse ... Son visage se crispa, ça faisait mal ! Elle retira ses mains peu après. Son passé, c'était des images de son passé à elle qu'elle lui avait montré ... Un passé qui n'était pas très beau à voir, il restait à savoir si, cependant, tout ceci était bien vrai et si ce n'était pas simplement une machination de sa part pour qu'il baisse sa garde.

- Vous voyez, moi aussi j'ai un coeur qui bat, et malheureusement, on ne choisit pas sa nature.

Sa voix était triste ... Qu'espérait-elle ? Qu'il se prenne de pitié pour elle et qu'il oublie sa nature démoniaque ? Non, certainement pas. Elle n'était pas la seule à avoir souffert dans ce monde et des gens avaient connu une vie bien plus médiocre et personne n'avait de compassion pour eux, alors non, ce n'était quelques souvenirs malheureux qui le ferait changer d'avis aussi vite. Une démone est une démone, c'est tout.

- Si ça ne vous embête pas, j'aimerais venir avec vous. A vrai dire, je n'ai nul part où aller donc, si vous n'êtes pas contre un peu de compagnie, cela m'arrangerait et qui sait, peut-être qu'en chemin vous vous rendrez compte que finalement, vous n'êtes pas un parfait idiot !

Dit-elle en lui donnant un léger coup de poing sur son pectoral. Il regarda instinctivement sa main. Elle se retourna ensuite, comme pour quitter les lieux mais, ce n'était pas encore terminé. Alekseï l’interpella.

- Hum ... J'ai dit " Sécurité et collaboration ", je n'ai pas dit " complicité ", alors, à l'avenir, évitez ce genre de gestes avec moi. Ensuite, oui vous ressentez les choses, comme pour tout le monde, oui vous avez eu un triste et regrettable passé, comme pour pas mal de monde aussi, et oui on ne choisit pas sa nature, alors assumez vos origines démoniaques et ne cherchez pas à me faire changer d'avis, c'est vain et je sais pertinemment que cela ne vous importe que peu de toutes les façons. Economisez votre salive.

Il la rejoint ensuite et prit un ton qui se voulait bien plus ... Amical.

- Et pour vous répondre, votre compagnie me sera des plus délicieuses, pourquoi la refuser ? Quant à mon idiotie, il n'en tient qu'à vous de me montrer le chemin, si bien évidemment, vous tenez à m'éclairer de votre brillante intelligence.

Dit-il en souriant. De la provocation ? Surement pas, il était sincère, pourquoi ne pourrait-il pas apprendre d'une démone ? Ils quittèrent ensuite la cathédrale et se rendirent jusqu'aux portes de la villes, là où les gardes, après une rapide fouille, acceptèrent de les laisser franchir l'enceinte. Madorass derrière eux, le " voyage " pouvait commencer.

- Chez moi, c'est en pleine jungle. C'est humide, c'est froid, c'est silencieux et c'est au fond d'une caverne. D'accord, le paysage est pas mal mais, vous aurez vite fait de l'oublier une fois à l'intérieur, ça sera une bonne occasion de voir si votre coeur battra toujours à cet instant. Oh, bien sûr, pas mal de vos semblables y ont trouvé la mort là-bas en servant la science bien malgré eux. Les pauvres, ils ne savent pas quel honneur leur a été fait. J'espère que vous apprécierez votre chance, Khara, au moins, vous ne passerez pas sur la table de dissection ... Enfin, je pense, parce que, après, peut-être que vous auriez envie de jouer un peu, et de perdre un bon morceau de vous au passage ?

Dit-il en ricanant. Là, c'était de la provocation ... Quoi que, personne ne savait de quoi il était capable, pas même la sublime créature qu'était cette sorcière.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Liaison dangeureuse [PV : Khara Parker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: À la panse repue-