''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le silence [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kendïl Lgoläs



________________

Kendïl Lgoläs
________________


Race : Démon commun-Elfe
Classe : Lame Noire
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyMer 25 Aoû 2010 - 15:21

_ Le silence, une utopie, une chimère ? Je ne l’ai jamais connu, même en ce moment, seul avec toi mon cher dans ma tanière, il n’existe point. Des insectes qui frétilles de vie, le vent qui siffle dans les tunnels, même le bruit de nos propres souffles me dérange… Vois-tu Samaël, mon fidèle compagnon, si je devais avoir un rêve, un but, ce serais de connaître le silence. Malheureusement, tant que je n’aurais pas dompté Azrël et Abaddon, je ne pourrai partir en quête du silence sans ressentir leurs ondes meurtrières.
Je m’étonne encore de ne pas être devenu fou,mon esprit était faible quand je les ai rencontré mais heureusement le leur aussi , mon esprit ne fut pas entièrement dévoré par cette malédiction, elle ne fit que révéler mes cotés les plus sombres et démoniaque, mes lames et moi entretenons à présent un profond respect entre nous. Je ne suis plus dévoré par leur rage qui m'avait consumé il y à bien longtemps, seulement par la soif de pouvoir et de sang… Va Samaël à present, je me demande encore pourquoi tu m’écoute pendant des heures et des heures sans perdre la raison…


Les bruits de pas feutré du félin m’informèrent qu’il avait disparu, guidés par mes yeux verdoyants mais pourtant aveugle, il retrouvait tout le temps le chemin de la sortie… Samaël, mon seul confident, il qui m’écoutait lorsque je divaguais et qui chassait avec moi lorsque la faim me tiraillait. Il était mon seul « amie» si quelqu'un comme moi pouvait se vanter d’avoir des amis.
Je me levais, prenant appuis sur le mur, fouettant l’air de mes deux lames pour retrouver mon équilibre, je me dirigeais vers la sortie. Je connaissais ces tunnel par cœur, ils étaient mon logis, le seul endroit que tout connaissaient mais que personne n’approchaient. Je me guidais à l’aide de mes repère que j’avais taillé dans la roche longtemps avant. Mon estomac grondait, peut-être aurais-je du sortir ma cachette avec Samaël, peut être-pas.
Je voulais chasser en solitaire… Solitaire, voilà ce que j’était, les enfantillage du royaume, des anges et des démon m’importait peu. Seul ma survie, le pouvoir et l'argent m'intéressait, rien d‘autre…
Parlons de l'argent, a quoi me servait t'il puisque je n'en verrais jamais la couleur, des piles de pièces d'or s'entassait dans ma grotte et pourtant je ne l'utilisait jamais. Le simple fait de posséder une des choses que les humains,et autres races, désire le plus me suffisait...
Un des mes "pieds" se posa sur une surface plus molle, de l'herbe, le vent se mit à fouetter mon visage et et le froid à mordre ma peau nue.
Jouissifs, Chaque fois que je sortait je ne pouvais m'empêcher d'éprouver cette sensation de libération....


[hrp]-le felin c'est une panthère donc si vous voulez le buter :p- [hrp]
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyVen 27 Aoû 2010 - 19:29

Un sourire apparut sur ses lèvres quand sa victime sortit enfin de son terrier. Eurybie attendait que la créature se manifeste depuis plusieurs heures, Arphoss l'avait envoyé à sa recherche en lui précisant où il errait. Elle pressa le pas, slalomant à travers les arbres, avant de se mettre définitivement à courir. La grotte était située sur une plate forme quelque peu surélevée et la jeune femme avait fait le choix de rester dans la forêt pour ne pas être à découvert. Son long manteau fouettait les arbres mais la femme perturbait à peine le silence qui régnait.

" Ramène-le moi vivant. "

Arphoss avait bien été clair, mais plus la jeune femme s'approchait, plus elle comprenait la lourde tâche qui lui était confiée. Là, devant elle, se dressait la créature imposante et redoutable qu'elle était censée apprivoiser. Ce démon d'un nouveau genre avait suscité l'intérêt de son seigneur et Eurybie, passant alors au second plan, se sentait personnellement impliquée dans sa chasse.
Il veut ma mort.
Il ne fallait rien laisser paraître ; sans ralentir sa course elle arriva à quelques mètre du monstre puis stoppa net. La créature était bien plus grande et massive qu'elle, mais il était clair que cela devait bien la ralentir dans ses mouvements ou dans sa course, par rapport à l'aisance qu'avait la femme grâce à son corps léger. Elle fit trois pas et préférant mettre l'offensive de côté, elle agit comme à son habitude, en passant par une approche pacifiste et théâtrale qui l'aidait dans ses tâches. Elle posa lentement un pied à terre et baissa la tête, afin de glorifier sa victime d'un respect hypocrite, restant aux aguets du moindre bruit.

[ désolée pas beaucoup d'inspi aujourd'hui mais je pense que ça va venir une fois que je serais dans le bain! ]
Revenir en haut Aller en bas

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyVen 27 Aoû 2010 - 23:19

    Un mince soupir brisa le silence et un vent vigoureux froissa les feuilles. Idryss pressa le pas et se heurta à une solide pierre sur son chemin. Elle bascula vers l'avant, déséquilibrer, mais quelque chose s'agrippa à son bras pour éviter la chute. La vampire profita de ce geste pour se redresser, toisant du regard un de ses gardes qui l'avait aidé. C'était un squelette animé par la puissance d'Idryss, ses os étaient délicatement nettoyés et demeurait aussi blanc que le lait. Des inscriptions étranges et d'une encore vermeille parcourait les fémurs et le crâne. Et une aura sombre l'entourait.

    Elle hocha la tête comme signe de reconnaissance et continua sa marche. Idryss était entourée de deux gardes du corps. Deux gardes personnels qu'elle alimentait continuellement en énergie. Et c'était ses meilleurs atouts. L'un était un soldat rapide, solide et précis. L'autre était spécialisé dans la magie. Idryss avait gravé dans les os quelques incantations utiles pour le combat. Mais Idryss n'avait pas l'intention de s'en servir... A moins qu'elle croise quelques gêneurs.

    Pour l'heure, Idryss se contentait de poursuivre de très loin une autre vampire. Mais Idryss ne voulait pas qu'on remarque sa présence. C'était avant tout un travail d'espionnage. C'est pourquoi, elle finit par s'arrêtait. Elle ré-invoqua ses deux soldats, qui laissèrent place à deux osselets en os qu'elle glissa dans sa sacoche. Et elle grimpa en haut d'un arbre. Grâce à un corbeau qu'elle avait envouté, en plongeant dans l'esprit de celui-ci, elle pouvait le contrôler et utiliser les yeux de celui-ci pour regarder la scène et même interagir à travers lui.

    Mais cette technique l'empêcher d'effectuer toute autre action. En effet, sa présence en ces lieux n'avait qu'un but : informer Aphross de l'avancement de la mission d'Eurybie. Idryss ne connaissait pas cette femme. Elle ne savait pas ce qu'elle valait. Elle voulait voir ses qualités. L'oiseau qu'elle contrôla survola les arbres avant de se poser non-loin d'Eurybie et d'une autre personne.


[Bon euuh... j'espère que mon post vous conviens '___' ]
Revenir en haut Aller en bas

Kendïl Lgoläs



________________

Kendïl Lgoläs
________________


Race : Démon commun-Elfe
Classe : Lame Noire
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 12:20

Une odeur de sang mêlé à de la putréfaction agressa mes narines, mon corps frémit à l'idée de devoir me battre. Un vampire... Je frappai sur le sol avec l'un de mes sabot, affronter un vampire avait l'air très intéressant et le plaisir d'entendre ses cris de souffrance raviverai ma soif de sang. Mes lames partageaient le même avis que moi et l'exprimait clairement dans mon esprit...

_"TUE LE,TUE LE, TUE LE,TUE LE,TUE LE,TUE LE,TUE LE,TUE LE!!!"
_"Je veut l'entendre agoniser!!"
_ "Du calme... Vous m'empêchez de me concentrer!! Il faut que je réfléchisse, cette odeur de putréfaction est anormal."
_"Peut importe!! Tue le!!"


Je tranchais l'air de mes lames pour mettre fin à la discussion, Ce corps était-il seulement dédié à une bataille sans fin? D'un brusque mouvement, je déployais mes ailes et m'élevais d'un dizaines de pied. Ce vampire n'était pas la par hasard, je sentait les pulsion meurtrière émanant de son âme, il ferait un bon repas. Une aura de confiance vibrait autour de lui, me prenait-il pour un débutant? Le vent claqua une nouvelle fois sur ma peau nue et dans un accès de colère j'apostrophais la créature.

_ Que me veut tu, créature de la nuit? Mon or, ma vie? A moins que tu ne sois au service d'un autre chien? Même vagabonder n'est pas permis sur mes terres!! Tu n'es pas prêt!!!

Je ne pouvais lui laisser le temps de porter la première attaque, ma soif de sang était à son apogée, je devais frapper maintenant. La magie sombre qui avait fait de moi ce que je suis aujourd'hui s'activa une fois encore. Je levais une main et invoquais le cataclysme...

[pas d'inspi et j'ai lu la demande de partenariat de arcaëlle :s"
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 17:11

[ Très bon post Idryss! C'est chouette que tu nous aies rejoint! ]

La tension était palpable. Eurybie était restée silencieuse et dans la même posture. Elle n'avait pas peur, mais il fallait avouer que ce démon avait un physique plutôt impressionnant. Un chaleur submergeait la femme ; une sorte de crainte inconnue mêlée à l'adrénaline du combat et de cette situation qu'elle connaissait pourtant bien. Le vent la calmait et lui faisait garder ses idées claires. Alors d'une voix bien dosée en féminité, douce mais ferme, elle continuait sa mascarade sans aucun faux pas.

- Je suis désolée d'avoir franchi vos terres. Beaucoup de démons parlent de votre arrivée chez nous c'est pourquoi j'ai eu l'insouciance de venir vous trouver pour assouvir ma curiosité. Je m'appelle Ania Doval, je vis ici depuis bien longtemps, mais je n'ai jamais entendu une histoire pareille à la votre, et je suis absolument fascinée par votre parcours.

Mensonges.

Elle disait cela avec une aisance et une confiance absolue, personne n'aurait pu douter de l'authenticité de ses paroles. Bien qu'elles étaient un mélange de mensonges et d'un peu de vérité. Tandis qu'elle parlait, elle s'était silencieusement levée et avancée vers la créature. Mais le regard de celle-ci resta fixe, et elle comprit enfin ce que son maître lui avait dit. " Ta force sera ta discrétion. "
Elle faillit pousser un soupir de soulagement, comprenant enfin qu'elle avait une chance contre lui. Elle passa une main dans ses cheveux afin de les dégager de ses yeux, avant de tâter ses bottines desquelles elle sortit ses deux dagues aiguisées avec un silence inouï. Et puis elle s'approcha de plus en plus du monstre, ses armes prêtes au combat...
Revenir en haut Aller en bas

Kendïl Lgoläs



________________

Kendïl Lgoläs
________________


Race : Démon commun-Elfe
Classe : Lame Noire
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 18:08


_ Je suis désolée d'avoir franchi vos terres. Beaucoup de démons parlent de votre arrivée chez nous c'est pourquoi j'ai eu l'insouciance de venir vous trouver pour assouvir ma curiosité. Je m'appelle Ania Doval, je vis ici depuis bien longtemps, mais je n'ai jamais entendu une histoire pareille à la votre, et je suis absolument fascinée par votre parcours.
_"MENSONGE,ELLE MENT!!!TUE-LA!!LAISSE NOUS L'ENTENDRE AGONISER"
_"Je sais, chaque mots que cette créature crache est un mensonge... Je regrette parfois d'être aveugle, j'aimerais voir son sang couler"


J'arrêtais d'incanter mon cataclysme, le buveur de sang voulais avec moi? Eh bien il jouerai! Pensait-il que je n'était qu'une simple masse de muscle? j'était un elfe autrefois, l'avait-il oublié si il connaissait mon histoire? J'apparaissais au sol, utilisant mon agilité d'assassin, et j'apostrophai une nouvelle fois le vampire.

_Vois-tu vampire, je ne te crois pas. Le simple fais que tu mentionne mon parcours et mon histoire prouve que tu ne me connais pas. Déjà par le simple fait de mon existence, le Vein ne me connais pas. je vie dans cette grotte depuis des centaines d'années vois-tu et pas un seul chien de ton espèce ou d'une autre n'est venu me déranger!! Mais vampire, puisque tu as osé te jouer de moi et t'introduire sur mes terres je pense que la mort te conviendras.

Levant la main au ciel et serrant mon poing j'incantais le Cataclysme, d'un ton sifflant je laissais échapper ces quelques parôles "J'en appel à la puissance de ces terres, Soyez le Bras armé de ma colère... QUE LE CATACLYSME SE DÉCHAINE!!". Écartant mes doigts je lâchais mon sort, laissant la vague d'énergie se diriger vers mon ennemis.

_"Ça ne suffira pas... " songeai-je...

Sortant mes lames de leur fourreau je me mis en position de combat...


[ aujourd'hui pas d'inspi]
Revenir en haut Aller en bas

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 18:55



    Un croassement se mêla à la conversation des deux individus. L'oiseau noir agita bruyamment les ailes d'un air excité et s'envola une fois encore pour prendre du recul. Idryss avait tout entendu. Elle ne perdait aucune miette de la conversation. Et il se trouve qu'elle a attisé la colère du démon avec ses balivernes. La situation devenait un peu plus intéressante et Idryss était aux premières loges pour assister à ce combat. Mais hors de question d'intervenir personnellement. Elle était juste là pour informer. Elle était les yeux d'Aphross en quelque sorte. Même si celle-ci était au bord de l'échec, Idryss ne bougera pas de son poste.

    Le démon semblait assez redoutable face à la vampire au physique frêle. Avait-elle une chance face à ce démon coléreux ? Mais les apparences sont trompeuses après tout, attendons donc avant de rendre le verdict précipitamment. Avant toutes choses, Idryss voulut glisser un mot à celle-ci. L'oiseau se déplaça pour s'approcher de la jeune femme. Grâce au corbeau, cet intermédiaire, elle se concentra sur l'environnement et transmit son message.

    "Il serait dommage que la Mort passe aujourd'hui... Tachez de rester en vie..."

    C
    'était une voix étrange, déformée par le vent, le bruissement des ailes qui s'adressa à la jeune femme. Un ton cependant malicieux qui se répandait dans les lieux, tel un venin. Mais rien qui ne trahissait son identité. Satisfaite, le corbeau s'envola alors pour être hors de porter et continua de se comporter comme un stupide volatile.


Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 20:16

Et merde.

La jeune femme s'arrêta pendant que le démon parlait, et puis elle renonça à son jeu. Il devait avoir des capacités remarquables pour ne pas tomber dans son jeu... Peut être que c'était parce-qu'il ne la voyait pas. Elle resta sur ces gardes. Tout en écoutant la créature parler. Son visage s'était durcit, le corps en tension, le regard haineux et méprisant.

- ...Mais vampire, puisque tu as osé te jouer de moi et t'introduire sur mes terres je pense que la mort te conviendras.

Elle éclata de rire. Eurybie était si lâche, agissait si indignement, que jamais la mort ne réussissait à s'infiltrer en elle. Elle trouvait toujours un moyen, dans le pire des cas, de s'échapper comme un pauvre rat. Elle n'était pas Pourrie pour rien. Mais pour le moment, sa proie l'attendait devant elle. Elle s'apprêta alors à foncer sur la créature mais un volatile qui s'arrêta pile devant son nez intrigua son intérêt. Et comme ça, l'espace de cinq secondes, elle eu l'impression de délirer et d'entendre le vent parler. Ou peut être était-ce le corbeau? M'enfin dans les deux cas, c'était assez grave.

- Il serait dommage que la Mort passe aujourd'hui... Tachez de rester en vie...

Était-ce un message d'Arphoss? Mais même si il venait de quelqu'un d'autre... Eurybie fit la moue. Elle n'allait pas se laisser vaincue. Elle était toujours sous estimée, mais son mental l'avait fait arriver ici, au Vein, et ce n'était pas un hasard si Arphoss l'avait choisie pour un des leurs.

- J'en appel à la puissance de ces terres, Soyez le Bras armé de ma colère... QUE LE CATACLYSME SE DÉCHAINE!!

Ou du moins, c'est ce qu'il laissait prétendre jusqu'à aujourd'hui. Elle observa le corbeau repartir, avant de sentir un énorme coup en plein ventre. Elle fut violemment projetée six mètres plus loin, jusqu'à ce qu'un large arbre l'empêche de continuer son cheminement engendré par le sort du monstre. Son dos buta dedans, faisant résonner un bruit sourd dans la forêt. Si elle avait été humaine, ses vertèbres seraient gaiement éparpillés en pièces détachées sur le sol. Mais elle se contenta de glisser le long de l'arbre avant de se retrouver à quatre pattes à terre. La jeune femme se mit à tousser et recracha quelque chose qui ressemblait bien à du sang... Sa grimace de douleur fut accompagnée par un dégoût profond et elle toussa de plus belle, déversant un liquide vermeille sur l'herbe humide. Elle s'essuya la bouche, et se releva tout en se tordant de douleur et en toussant perpétuellement, afin de simuler qu'elle était toujours à terre. Sa douleur était toujours présente, mais diminuait tandis que les secondes passaient, grâce à la nature qui lui offrait une régénération des cellules rapide. Elle se courba pour prendre un petit flacon dans sa poche, rempli de liquide translucide.

Elle en versa minutieusement mais rapidement sur ses armes, avant de jeter le flacon à terre. Et puis, tenant chaque dague bien fermement, elle s'élança vers le monstre. Elle courut plus difficilement que d'habitude à cause du vent dont l'ampleur augmentait mais dès qu'elle fut assez proche de la bête, elle lui planta sa dague empoisonnée du côté du cœur, prit appui sur cette dernière pour passer finalement au dessus de son épaule et d'arriver sur son dos tout en retirant son couteau afin de planter les deux dagues simultanément dans le dos de son adversaire. Son coup final fut de retirer brutalement ses dagues afin d'entendre la bête gémir, et de lui donner une impulsion avec ses jambes avant de retomber à terre.
Revenir en haut Aller en bas

Kendïl Lgoläs



________________

Kendïl Lgoläs
________________


Race : Démon commun-Elfe
Classe : Lame Noire
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Messages : 10

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptySam 28 Aoû 2010 - 22:00

Ma bouche se tordit quand le vampire planta ses lames dans mon corps, je ne fut sauvés que par l'épaisseur de ma peau. Reculant d'un pas je pressait ma main contre ma plaie quand une violente douleur m'assailli. Brulant de souffrance je me re-avançais de quelques pas, je passai ma main devant moi et attrapais la créature de la nuit par le cou. J'enfonçais mes ongles dans son coup jusqu'à faire perler quelques gouttes de sang et commençais à absorber sa vie. Lorsque je ne sentis plus de douleur en moi je lui lâchai le coup pour la prendre par le visage, Dégainant Abaddon de mon autre main et lui tranchai une partie du ventre avant de la jeter dans les airs. Une fois debout je dégainais Azrël et me préparait au combat. Frappant d'un sabot contre le sol pour me propulser je m'envolais d'une vingtaine de pied dans les airs.

_ Je pense, Vampire, que la victoire est mienne. Tu as peut-être sus résister au cataclysme mais tu ne pourras contrer Azrêl et Abaddon. Si tu connaissais vraiment mon histoire tu aurais sus que ce sont des lames maudites absorbant une partie de l'énergie de l'adversaire à chaque blessure. Et vue l'entaille que je viens de te faire, tu as perdue une grande partie de ton énergie. Soumet-toi et j'abrègerai tes souffrances, rebelle-toi et je te ferai hurler à la mort.

Je poussais un rugissement bestiale avant de partir sur un rire sans joie. La partie était gagnée d'avance, seul un imprévue aurait pu mettre fin à tout cela, mais rien à l'horizon. Chargeant une réplique miniature d'un cataclysme dans main droite je le lançait sur un oiseau dont l'odeur de sang m'irritait les narines....
Revenir en haut Aller en bas

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyDim 29 Aoû 2010 - 14:09



    Une lumière noire envahit son esprit et une douleur fulgurante rongea son âme. Idryss arrêta net tout contact avec le corbeau. Il était mort. Il ne restait plus qu'un amas de plumes et de chair brulée à l'endroit où il était. Une odeur de mort flottait dans l'air. La jeune vampire se laissa tomber sur le sol, légèrement assommée par l'attaque qu'elle avait reçu indirectement. Elle avait perdu son intermédiaire et le temps d'en trouver un autre, le combat continuait. Fallait-il rester ici et attendre que la Faucheuse vienne cueillir l'âme du perdant ? Ou rejoindre le combat ?

    Idryss préféra la première solution. Il valait mieux attendre sagement que cet affrontement prenne fin. Ce n'était pas sa mission. Elle fit quelques pas en rond et finit par sortir un rouleau de parchemin qu'elle déroula délicatement. Mais le papier était vierge. C'est alors qu'elle sortit une grande plume noire, dont la pointe était très bien taillée. Elle n'avait pas besoin d'encre et commença à griffonner sur le parchemin un grand cercle accompagnée de figures étranges et des brides d'incantations. Soudainement, Idryss lâcha le travail qu'elle effectuait et s'avança de plus en plus vers le combat. Mais après quelques mètres, elle s'arrêta nette et ne fit plus rien.
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyDim 29 Aoû 2010 - 15:35

Un cri de souffrance perça le silence et effraya les corbeaux qui étaient perchés à proximité de la grotte. Un envol de croassements s'installa alors que la jeune femme jurait, se tordant de douleur au sol. Elle ne savait plus ce qui lui avait fait le plus mal, les griffes qui s'étaient plantées lentement dans son cou, son ventre où sa tenue misérablement déchirée laissait apparaître une entaille profonde et douloureuse, ou ce dernier coup où son corps s'était littéralement brisé. Des larmes de sang apparurent au coin de ses yeux tant la torture était insupportable. Elle se redressa tout en serrant ses dents et fouilla dans ses poches. Elle en sortit du verre brisé avec lequel elle se coupa de plus belle. Elle fourra sa main pleine de sang au creux de sa poitrine, avant de sortir deux fioles, cette fois-ci remplies d'un rouge vermeille. Elle les bu d'une traite et sa main cessa instantanément de saigner. Elle se leva rapidement, encore vacillante, et essuya sa main humide sur sa veste. Elle ramassa ses deux dagues qui avaient atterri quelques centimètres plus loin. Elle sortit un couteau coincé dans sa ceinture et visa la bête dans les airs. Ses entraînements avaient portés leur fruit. La lame s'enfonça dans le crâne de ce dernier. Il poussa quelque chose qui ressemblait à un gémissement. Elle ressortit encore un couteau du même endroit, avant de l'envoyer cette fois-ci dans son cou. Mais le monstre fut plus rapide ; il évita le couteau malgré ses vacillements dus à l'attaque précédente qui avait certainement touché le cerveau. De son autre main, la jeune femme tenait son ventre, comme si elle craignait que ses boyaux se vident sur le sol, grimaçant de douleur. Mais sa haine était plus forte que cette simple douleur physique. C'est ce que son Dieu des Songes lui inspirait, vider son esprit pour oublier les choses matérielles, s'entraîner à vivre avec la douleur. Je n'ai pas mal, mon esprit n'est pas mon corps. Bien que ce fut plus facile à dire, cela l'aidait plutôt bien et elle reprit sa posture de combat. Elle hurla :

- Redescends donc comme quelqu'un de loyal et arrête de t'envoler en stupide volatile, ordure!

A présent, Arphoss n'était plus dans son esprit, elle en oubliait complètement sa mission, sa soif de vengeance était plus forte que tout. Ce monstre avait essayé de la tuer, il fallait qu'il disparaisse. La bête redescendit bruyamment, déstabilisée. Avant qu'elle n'ait pu faire le moindre mouvement, Eurybie était déjà en train de courir vers elle. Et puis, haineuse, elle déversa sa colère sur ce corps épais mais affaibli, elle planta une dague dans son ventre, la retira, planta l'autre, sentant l'odeur de sang frai envahir l'air. Assez proche du monstre pour ne pas le louper, elle plongea sa dague dans le coeur de celui-ci, avec une force qui lui permis de transpercer son dos. Elle ressortit tout aussi brutalement sa dague, sur laquelle était plantée le coeur encore chaud du monstre. Celui-ci tomba définitivement sur le sol, émettant un léger tremblement. La jeune femme lécha l'organe avant de le fourrer dans sa poche. Elle resta quelque secondes à observer le paysage qui était devenu sanglant ; le sang pourpre colorait une bonne partie de la colline et continuait de s'écouler lentement vers la forêt... Elle allait avoir des problèmes auprès d'Arphoss, mais elle avait été vengée. Des corbeaux commençaient à apparaître en troupe dans le ciel, prêts à dévorer cette carcasse fraîche.
Revenir en haut Aller en bas

Idryss Leeverwen



________________

Idryss Leeverwen
________________


Race : Vampire
Classe : Necromancienne
Métier : Prêtresse du Dieu du Sang
Croyances : Dieu du Sang et de la Guerre
Groupe : Demon

Âge : 327 ans

Messages : 23

Histoire de Personnage : 1. Un soir dans les ruelles de madorass
2. Souvenirs tortueux
3. Le silence
__________________________________



Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyDim 29 Aoû 2010 - 18:27



    Idryss ne put s'empêcher de frissonner. Bien qu'elle avait l'habitude, la Mort venait de passer une fois encore à la rencontre d'une âme perdue. Oui, ce sentiment étrange, ce vent glacial qui glissait sur sa peau. La Faucheuse est passée, les oiseaux se sont éparpillés. Une masse sombre a éclaté au-dessus d'elle, des plumes et des croassements se sont déchainés. Idryss ferma les yeux pour écouter cette funeste mélodie, il était temps de rencontrer l'heureux vainqueur. Elle fit quelques pas en arrière et ramassa ses affaires. Elle avança d'un air pénible vers l'évènement. Le vent jouait dans ses cheveux. C'est alors qu'Idryss fit son apparition, en chair et en os. Son visage était noyé sous les draps de sa cape, encadré par une opulente chevelure, seuls ses yeux semblaient être épargnés, tant l'intensité contrastait avec la pâleur de ses joues. Elle fit une vague révérence et regarda Eurybie d'un air malicieux.

    "Un geste de trop... Il vous aurez tuer..."

    Elle détourna les yeux vers le massacre, clignant les paupières surprises.

    "Quel dommage de ne pas avoir réussi la mission... Aphross sera furieux... Je dois l'informer de votre échec, malheureusement... Mort il est inutile... Juste bon à se faire dévorer par les charognards... Je ne vois même pas l'intérêt pour moi..."

    Elle esquiva un bref sourire. Idryss sortit de sa sacoche le parchemin et le jeta devant elle. C'est alors qu'elle prononça une bref incantation et que le parchemin se consuma peu à peu sans laisser de trace derrière lui. Le message était envoyé. Satisfaite, elle referma sa sacoche et sans attendre une réaction de celle-ci, elle quitta doucement les lieux, son rapport était terminé.
Revenir en haut Aller en bas

Taris Danemort



________________

Taris Danemort
________________


Race : Seïrdan
Classe : Modeleur
Métier : Eliminateur
Croyances : Aucune
Groupe : Démons

Âge : 135

Messages : 11

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] EmptyLun 6 Sep 2010 - 12:11

[i]Taris se baladait dans les Canyons. De temps à autres, il levait les yeux de son bouquin pour admirer les falaises, polies par le vent chaud incessant qui parcourait ce Canyon. Il dirigeait son regard vers un morceau de falaise qui s'était détaché, quand il aperçut l'entrée d'une Grotte. Poussé par sa curiosité, il ne put s'empêcher d'aller voir. Il marcha dans un tunnel sombre et étroit, rouspéta un bon coup, et débouché sur une pièce circulaire. Il vit des personnes, qui apparemment, ne l'avaient pas vu. Il décida de s'approcher, mais, l'une des personnes se retourna. D'un geste vif, elle lui lençit un couteau en direction de la tête. Dans un réflexe qui lui sauva la vie, Taris tendit son bras, lui fit prendre la forme d'un bouclier ornée, et stoppa le couteau dans sa course. D'un geste rapide, il fit un bond spectaculaire, sous les yeux ébahis des occupants de la salle, et se retrouva derriere la femme. Il lui encercla le cou, et commença à le lui lacérer. Elle sortit rapidement une dague, et la planta a plusieurs reprises dans le ventre de Taris. Celui-ci lâcha prise, s'écarta de quelques pas, et contempla son ventre.

-Hun...Je ne pensais...Hun...Pas finir comme...Hun...Ca.

Il tendit son bras, lui fit prendre une forme de longue tentacule parsemée de lames, et, dans un élan d'énergie, frappa la femme violemment sur la hanche. Puis il s'effondra au sol. Il vit un dernière fois le Vein, et tomba en poussière, qui s'envola, balayée par le vent.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Le silence [Libre] _
MessageSujet: Re: Le silence [Libre]   Le silence [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le silence [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Grottes-