''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans les abîmes du monde [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyVen 29 Juil 2011 - 15:08

Après de longues années à errer dans les bois, isolé de la cruauté humaine et de ses pulsions dévastatrices, l'albinos s'arrêta de méditer sur le monde en arrivant au pied d'une grotte. Il n'avait encore jamais mis les pieds dans un tel endroit, à ce qu'il paraît, dénué de nature. Comment une création de la nature elle-même pouvait se trouver vide de flore? Même le Vein, endroit le plus malsain qu'il connaisse, n'échappait pas à cette loi universelle que la nature inflige comme un fléau bienfaiteur.
Dans tous les cas il voulait en avoir le cœur net! Il s'avança donc d'un pas déterminé vers l'entrée mais au moment de faire le premier pas dans ce lieu sinistre, il sentit toute l'énergie que la nature lui apportait s'évaporer. Il hésita un instant avant de faire un deuxième pas vers les entrailles de la terre, puis posa son second pied sur le sol sur et froid de la pierre. Quelque chose devait clocher avec cette grotte, il n'était pas normal qu'il se sente aussi éloigné de la forêt alors qu'il ne venait que de passer l'entrée...
Il posa doucement la main sur la roche sombre et, au bon de quelques minutes, des faibles craquellements se firent entendre émanant de l'intérieur de la roche. Une légère fissure apparût enfin entre les doigts du prince Syrinx et plusieurs petites racines, une tige et deux feuilles à peine naissante en sortir. Il retira sa main en soupirant de soulagement. Cependant, il n'aurait pas cru plus dur de faire traverser du lierre à travers une paroi rocheuse que de réduire en décombres un bâtiment entier en pleine ville avec ce même lierre. Et pourtant!
Plus déterminé que jamais, il s'élança dans les profondeurs de la grotte afin de trouver quel phénomène lui opposait autant de résistance quant à l'exercice de ses dons.
Tout était effectivement sombre et inhospitalier à l'intérieur. Le silence faisait entendre ses revendications bien que certainement gêné par la résonance incessante des pas du démon sur les plaques rocheuses. Ses pupilles étaient tellement dilatées de par l'absence totale de lumière qu'on ne pouvait plus voir la couleur écarlate de son iris. Tout était si vide, si calme. Ce manque de vie, angoissait légèrement Aikanaro. Il aurait volontiers percé la grotte de touts les côtés pour y faire entrer soleil, faune et flore, s'il ne respectait pas autant les décisions de l'entité qui lui a permis de vivre, la nature. Cependant, il fallait remédier à l'obscurité! Il dégaina Frostlightning, et la brandit devant lui. Peu à peu, les runes qui paraissaient inexistante, s'allumèrent fébrilement d'une lueur glacée. Ce faible éclairage laissa place à une lumière beaucoup plus intense qui lui permit de mettre une image sur ce silence.
A son grand étonnement, le couloir de la caverne était beaucoup plus large que ce qu'il imaginait. Le plafond, qui culminait à une dizaine de mètres au dessus de sa tête, était sculpté très finement malgré l'usure dû à l'âge et l'humidité. N'ayant aucune connaissance en art humain ou autre, l'albinos n'y prêta qu'une attention médiocre.
De longues heures de marches s'en suivirent à travers différents tunnels menant toujours plus profond. Une odeur de souffre flottait de plus en plus à mesure qu'il pénétrait dans les abîmes de la grotte. Cette marche l'épuisait de plus en plus, le manque d'air frais, l'activation des runes de son épée, tous ces facteurs amplifiaient les effets de son sang malade. Mais la découverte qu'il allait faire en valait largement la peine.
Il arriva enfin au bout d'un de ces immenses tunnels mais celui-ci déboucha non pas sur un carrefour comme il se doutait mais sur une place gigantesque. La grandeur des lieux était telle que la faible lumière qui éclairait amplement les tunnels ne suffisaient pas pour voir à plus de cinq mètres. Il prit sur lui et s'efforça d'amplifier la lumière que produisaient les runes. Ainsi s'offrait devant lui le spectacle d'une ancienne ville abandonnée aux confins de la terre. Il semblait évident qu'une œuvre dans un tel lieu fut celle de gobelins mais le Syrinx n'en savait rien et restait perplexe devant les possibles conditions de vie des anciens habitants. Pour lui, il n'était guère surprenant qu'ils aient fui cet endroit depuis des lustres...
Bien que le silence ne dise le contraire, les frémissements des lames du démon étaient la preuve de la présence de quelqu'un, ou quelque chose, de vivant!
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptySam 30 Juil 2011 - 22:31

Le marbre, qui recouvrait la grand place, n'était jamais apparut aussi doux aux yeux de la démone. Impossible d'établir exactement le temps qu'elle avait passé allongé sur ce sol. En ouvrant ses yeux elle ne vit rien de plus que l'obscurité qui s'offrait déjà à elle dans ses songes. Où était-elle? Comment était-elle arrivé là? Impossible pour le moment d'établir un lien de cause à effet. Elle plissa les yeux afin d’apercevoir au mieux les formes qui se dessinaient dans l'obscurité mais elle ne pu que deviner l'état des ruines qui l'entouraient. Soudain un bruit bien distinct brisa le silence. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un, s’avançait vers elle.

Tant bien que mal elle se redressa sur des jambes tremblantes, affaiblies par son inactivité prolongé. Elle ne pouvait pas rester ainsi, sa vie en dépendait; comment survivre dans un environnement aussi mystérieux que celui qui s'offrait à elle? Elle s’avança à tâton, s'appuyant le plus possible contre les murs en attendant de pouvoir retrouver la pleine possession de ses gambettes. Les bruits de pas s'intensifièrent au même rythme qu'une lueur, de plus en plus vive, qui s'élevait à quelques rues de là.

Arrivée à une intersection elle put enfin apercevoir clairement un autre être vivant en ces lieux. Elle protégea ses yeux derrière sa main qu'elle tendit en direction de la silhouette, à peine avaient-ils eut le temps de s'habituer à 'obscurité qu'il étaient agressés par une lumière intense.


- Qui êtes-vous?

Demanda la démone d'une voix cristalline. Sa peau, pâle comme la lune, semblait scintiller à la lueur que provoquait la "torche" de l'inconnu. Il pouvait enfin la voir. Elle s'était tenu au mur d'une ruelle qui débouchait sur l'entrée de la grotte. Nue comme un vers, il avait le plaisir de l'observer dans le plus simple appareil. Ses longs cheveux bleu retombaient en cascade le long de son cou et leurs pointes cachait la poitrine de Lilyanna. Ses yeux, globuleux et injecté de sang, commençaient à s'habituer progressivement à l'intensité de la lumière tandis que ses lèvres s'écartaient légèrement pour laisser apparaître les crocs de la tigresse. Elle balaya rapidement du regard les environs... Il se trouvaient dans une sorte de citée perdu dans les profondeurs de la terre. De plus, quelque chose de bien plus menaçant paraissait tapis dans l'ombre. Une chose était certaine, il ne fallait pas rester ici.
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptySam 30 Juil 2011 - 23:43

L'albinos continua à avancer droit devant lui. Le frémissement de ses lames se faisait de plus en plus intense. Bien que le Syrinx était a l'affut du moindre mouvement suspect qui donnerait raison à l'agitation des lames, il s'intriguait également de cette endroit fabuleux et de son histoire.
Soudain, une ombre sortit d'un coin de rue devant lui. Surpris, il dégaina Stormbringer et, réveillant les runes flamboyantes de cette dernière, se posta en défensif jusqu'à pouvoir apercevoir correctement l'apparition.

- "Qui êtes-vous?", s'exclama la forme qui semblait vouloir se protéger de la lumière tant qu'elle pouvait.

Le démon atténua l'éclairage des runes qui l'aveuglait autant que la forme sombre. Il distingua enfin la lueur des yeux de l'être, une démone... puis il examina le reste de la femme, elle était nue. De ce constat, il détourna instinctivement la tête sur le côté; habitude qu'il avait prise sur Feleth après s'être fait courser par quelques furies dévêtues et naïves qui ne s'attendaient pas à voir un homme parcourir les forêts de la sorte. Malgré cela, il maintenait ses lames devant lui, paré au moindre assaut hostile.

- "Je ne prénomme Aikanaro, je voyage en ces cavernes par pure curiosité. Pardonnez moi si je vous fais offense en ces lieux, je passerai mon chemin si tel était le cas...".

Sa voix était plus atténuée qu'à son habitude. En effet, ses lames continuaient de s’agiter d'excitations et il profitait du détournement de sa tête pour scruter l'intérieur sombre des maisons de pierre dénuées de portes. Aikanaro sourit alors d'un large sourire diabolique. Ses lames avaient soif, et il venait de comprendre pour qui elles frémissaient!
Il se retourna brutalement, faisant siffler ses lames dans un tourbillon de lumière. Il découpa ainsi un gobelin qui s'apprêtait à montrer toute l'hospitalité de son peuple. Le monstre vint s'écraser lourdement au sol en poussant un cri qui résonna pendant de longues minutes à travers l’obscurité. Le démon, quant à lui, tituba quelque peu après l'attaque, épuisé par tant de marche et par la faiblesse de son corps. Se rattrapant à une brèche d'une paroi proche, il se retint de tomber, se redressa et planta ses lames dans le corps mutilé de la bestiole, puisant les derniers soubresauts de son âme qui allait nourrir les épées et requinquer légèrement l'albinos.
Calmées, le prince Syrinx reprit le contrôle sur les lames et brandit l'une d'elle vers l'endroit où se trouvait la démone.


- "A toi...", la voix du démon se faisait plus forte et plus tranchante, ne sachant pas s'il tenait en joue une ennemie ou une personne dont seul le destin était responsable de sa présence ici.
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyLun 1 Aoû 2011 - 11:24

Ses yeux s’étaient habitués à la lumière, ou alors était-ce parceque l’inconnu en avait diminué l’intensité, en tout cas elle put enfin apercevoir plus précisément la personne qui se tenait à quelques pas d’elle. De longs cheveux blanc, des yeux sombres, une armure imposante et, à son grand étonnement, ce n’était pas des torches mais des épées qu’il tenait dans ses mains. L’aura qui s’émmanait de cet homme venait tout droit des terres du Vein. Il ne restait donc plus qu’une seule question: était-il responsable de sa présence ici ou non. Dans tous les cas il ne pouvait être qu’un ennemi, Même entre eux les démons se font tres rarement des cadeaux, seul l’intensité des relations entre eux rend leurs rencontres dangereuses ou non.

Il se présenta apres avoir détourné son regard du corps dénudé de la demoiselle. Depuis quand les démons sont gênés face à un peu de peau? Elle fronca les sourcils; d’après ses dires ils n’étaient réunis en ces lieux que par pur hasard, même lui ne savait pas exactement où ils se trouvaient. La tournure que prennait les choses ne lui plaisait pas du tout et ça n’allait pas en s’arrengeant.

Une ombre chargea Aikanaro par derrière. Ce dernier eut tout de même le reflex de le trancher à vif avant de l’achever sauvagement à grand coup d’épée. Lilyanna put observer les derniers souffles de vie de la créature se faire aspirer par ces lames. Le démon avait donc là un avantage non négligeable sur la demoiselle s’ils devaient s’affronter en duel au corps à corps. Il ne s’agissait là que d’un premier problème ; en effet la chose qui s’était lancé, avec furie, sur son bourreau était un gobelin et ces créatures n’ont pas pour habitude de se promener seule dans les montagnes.

En concentrant son ennergie sur les alentours elle se rendit compte d’une chose bien plus effrayante que ces maudites lame mangeuses d’âme, ils grouillaient en nombre autour d’eux, préparant l’offensive, tapis dans l’ombre de la caverne. Des gobelins par centaine ! Ils étaient encerclé, même le chemin qui menait en dehors de ces lieux semblait assaillis par ces sales insectes purulants. Aikanaro s’en était-il rendu compte?

Au moment ou il demanda à Lilyanna de se présenter, un gobelin attaqua la démone par le flanc. Elle tomba à terre tandis que son agresseur, à califourchon sur elle, empoignait sa dague pour la lui planter droit dans le cœur. Elle sortit ses crocs et grogna férocement contre cette satané bestiole. Elle se recroquvilla, tant bien que mal, sur elle-même afin de le repousser à coup de pied. La chose s’envola dans les airs et s’écrasa contre un ancien mur de pierre. Non contente de l’avoir juste assomé elle se redressa, prit appui sur ses jambes et bondit sur sa victime avant de lui planter les crocs dans la jugulaire. Un nouveau rugissement se fit entendre tandis que la proie s’éteignait dans un soubresaut. Du sang sortit en masse de ses lèvres et les dernières bulles d’airs qui s’étaient introduitent dans ses poumons provoquèrent un bruit dégoutant. Doucement elle ressortit ses petites cenotes de la chaire putréfiante du gobelin et cracha vulgairement la masse de sang qui s’était infiltré dans sa bouche.

Elle s’approcha de l’autre protagoniste tout en observant fixément l’endroit par lequel était arrivé son agresseur et, sans répondre à la queston qu’il venait de lui poser, lui dit.


- Je ne pense pas que nous ayons une chance de s’en sortir séparement.

Bien qu’il paraissait entraîné au combat, la masse d’ennemis qui affluait vers eux aurait vite fait de faire pencher la balance en sa défaveur. Elle garda néanmoins une certaine distance de sécurité entre eux afin de pouvoir anticiper le moindre mouvement haustère de sa part.

- Qu’en dites vous ?

Ajouta-t-elle d’une voix qui se voulait plus amusé que précedement


- Et si on se dégourdissait un peu?!

Le ton était lancé. A deux ils avaient une chance de s’en sortir, et puis dégommer du gobelin se révelait être une activité assez amusante lorsque le combat était équitable.

Ce fut cette fois-ci une dizaine de gobelin qui appararuent de part et d’autre de la petite place sur laquelle se dressaient nos deux démons. Quel choix allait faire Aikanaro ?

Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyLun 1 Aoû 2011 - 14:49

- "Je ne pense pas que nous ayons une chance de s’en sortir séparément... Qu’en dites vous ?
Et si on se dégourdissait un peu?!
"

L'albinos fixa longuement la démone de son regard intense, la dévisageant sans le moindre tact. Peu importe la tournure que prendraient les choses, il était bien trop faible pour affronter la démone avant les gobelins... Le choix stratégique s'imposait de lui même.
Le Syrinx se mit en place. Ne pouvant avoir recourt à la nature, il allait devoir faire le travail "à l'ancienne".
Les runes des deux lames commencèrent à briller d'une lumière aveuglante, les symboles impies et divins semblaient danser au rythme des ondes lumineuses. L'aura du démon s'amplifiait de seconde en seconde.
L'éclat rougeâtre de ses yeux laissait place à un voile sombre unifiant pupille, iris et rétine tels les eaux déchaînées du Vein. Un sourire malsain orna ses lèvres blanches, preuve que lui et ses lames ne faisaient plus qu'un.
Soudain, son aura arriva au paroxysme et éclata en un torrent de puissance insoutenable. Il resta quelques instants parfaitement immobile, comme figé, ses longs cheveux laiteux portés par les valses d'énergie qui parcouraient son corps.
Les gobelins s'avançaient vers eux, indifférents des émanations d'aura venant de l'albinos, tant ils se sentaient en confiance par leur supériorité numérique évidente.
Les hordes immondes s'ameutaient peu à peu en haut des maisons de roches, admirant le spectacle qu'allaient donnés leurs frères, quelques étages plus bas. Les monstres arrivaient de tous les côtés, encerclant le couple de démons. Le silence pesant se faisait sentir et ajoutait aux grognements d'excitations des gobelins un suspense presque insoutenable.
La tension était à son comble lorsque qu'un gobelin, beaucoup plus gros que la moyenne, bouscula les autres jusqu'à se retrouver face aux deux intrus. Il dévisagea d'abord la démone puis se retourna vers le Syrinx toujours immobile, ce même sourire ancré dans sa chair. La puanteur de la bête ne semblait pas faire réagir Aikanaro. Agacé par l'impassibilité de l'albinos, le gobelin recula d'un pas avant de lancer ses griffes en direction du visage de son adversaire.
En un temps qui paraissait infaisable, le prince Syrinx resserra son emprise sur les épées maudites et se retrouva derrière la créature toutes lames écartées. La tête et le bras de l'agresseur furent séparés du corps initial dans une gerbe de sang noir et poisseux. Les traits du gobelin s'étaient figés dans une expression de terreur incomparable, car à côté de l'endroit où son âme allait, le Vein aurait été une meilleure option encore...
Voyant le corps de leur champion s'écrouler lourdement sur le sol froid, les légions gobelines se ruèrent vers les étrangers dans un vacarme de grognements et de rage. Alors commença du côté de l'albinos une danse de lames et de lumière runique à travers les effusions de sang gobelins qui tombaient par paquets dans des rugissements de profonde agonie. L'obscurité rendait le ballet presque poétique de par les lueurs, qui s'amplifiaient à chaque fois qu'un gobelin soumettait son âme aux tourments éternels des lames assoiffées, et de par les mouvements fluides, rapides et parfaitement maîtrisés du démon. Aucun gobelin ne réussissait à le toucher. Devenu presque incontrôlable emporté par l'ivresse du sang, des âmes et surtout la volonté de destruction des deux épées réunies.
Il ne prenait même pas le temps de voir si la démone l'avait abandonné, ou était morte, ou continuait à se battre. Peu lui importait, seulement boire le plus d'âmes possible afin de contenter ses armes, laissant sur son passage un tas informe de chair et de sang ignoble.
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyLun 1 Aoû 2011 - 22:19

Le regard fixe, la démone attendait la réponse de son, peut-être futur, partenaire en restant sur ses gardes. Les gobelins ne cessaient de s’ameuter en nombre autour de leur tout petit riquiqui duo de rien du tout. Hmmm finalement il allait être un peu plus difficile de survivre dans ces conditions. Elle sentit croître l’aura démoniaque de l’albinos à une vitesse phénoménale, de plus le halo de lumière qui s’émanait de ses armes semblait y être directement lié. Elles étaient donc encore plus dangereuse que ce qu’avait pensé la démone. Ce mystère aura sa part d’attention un peu plus tard, pour le moment il était vital de se concentrer sur ces satanés créatures, au moins une chose était sûr, ils allaient faire équipe le temps de massacrer quelques centaines de gobelin. Avec un peu de chance cela lui permettrait d’analyser plus précisément les points forts ainsi que les points faibles de l’autre protagoniste.

Elle n’observa que du coin de l’œil ce qui était en train de se dérouler du coté du démon car elle aussi avait sa part du travail. Lorsqu’Aikanaro acheva le guerrier gobelin, elle esquissa un sourir des plus sombres, laissant ainsi apparaitre ses longues canines aux yeux de l’ennemis. Eux s’entassaient en nombre devant la démone, la bave qui s’écoulait le long de leurs lèvres putrides témoignait de l’excitation qui enivrait leurs corps.

D’un bond elle s’engouffra dans la horde d’ennemi qui lui faisait face. Impossible de discerner précisément ce qui se produisit par la suite, des griffes qui transperçaient une poitrine pour en extraire le cœur encore battant sous une gerbe de sang, des crocs qui tranchèrent les jugulaires une à une. Elle s’empara même des dagues de des ennemis afin de les planter directement dans le crane de leurs compères. Chacune de ses actions étaient précise et fatal, le tout rythmé par ses grognement bestiaux, les griffes qui fendaient l’air, les cris de souffrance des victimes ainsi que le bruit sourd que provoquait inévitablement le fracas des corps inertes sur le sol de la grotte. C’était un éclair blanc et bleu qui transpercait la foule, ne laissant derrière lui qu’un amas de cadavre démembré. Elle arrachait les bras, tranchait les têtes bref tout n’était que bestialité et follie.

L’ennemi n’était cependant pas décontenancé par cette furie que rien ne semblait pouvoir arrêter. Leur surnombre ferait pencher la balance de leur coté et puis de toutes façon un gobelin c’est bête, alors une centaine de plus ou une centaine de moins… Peu importait les sacrifices tant que la victoire leur pendait au nez. Elle eut également droit à l’attaque de gobelin plus gros et plus fort que la moyenne, et malgré les blessures qu’on lui infligeait elle ne se stopperait que dans la mort. Du sang s’écoulait lentement des différentes entailles que lui avait provoqué la foule, il n’y en avait pas en masse, mais suffisamment pour rappeler à l’ennemie que tout comme eux elle était faite de chair et de sans et que, par conclusion, elle n’était pas immortel.

Les vagues d’attaquant semblaient redoubler d’ampleur et il ne serait bientôt plus possible pour la demoiselle de compter sur sa vivacité pour éviter les coups fatals portés par l’ennemi. Elle invoqua donc le pouvoir des ombres afin que s’élève, tout autour d’elle, une épaisse brume noir. La vision nocturne des gobelin ne pouvait percer cette épaisse purée de poid et, une fois pris dans ces filets maudit, ils se faisaient arracher le cœur, démanteler, ou transpercer la cervelle par la créature qui se cachait dedans. Cela permis à Lilyanna de reprendre l’avantage sur l’ennemi car la fumé n’avait aucun effet sur elle. Ses instincts de féline lui permettaient de ressentir et discerner les êtres vivants présent dans cet épais nuage et donc d’avoir une longueur d’avance sur eux. Il fallait, cependant, trouver une autre solution au plus vite car elle ne garderait pas l’avantage bien longtemps.

Face à une telle force de frappe elle ne pouvait s’en sortir qu’en utilisant ce pouvoir, mais… l’utiliser aussi tôt serait de la folie, de plus il fallait qu’elle puisse compter sur la coopération de l’albinos pour qu’il la défende pendant le temps d’incantation. Elle regarda à nouveau dans sa direction afin de voir comment il s’en sortait. Apparemment plutôt bien ! Rien ne semblait l’atteindre, comme si ses lames se battaient aux cotés de leur maître, comme si elles étaient elles-même pourvu d’une âme, changeant ainsi la donne. il n’était pas tout seul, ils étaient trois à combattre là-bas. De plus son aura avait changé, celle du démon semblait avoir perdu en stabilité, comme si celle des épées prenaient le contrôle sur ce corps. Lilyanna s’émerveillait devant tant de folie, cette rage, la bestialité avec laquelle ces épées tranchaient les chaires et broyait les os. Un spectacle divin, jouissif. Une atroce douleur dans les cotes la ramena à son propre combat. Un gobelin avait, semble-t-il réussis à se frayer un chemin dans l’épaisse couche de brume qui entourait la demoiselle. Son rire démoniaque s’éleva dans les aires lorsqu’il se rendit compte qui venait de trouver sa cible, même plus, qu’il venait de la toucher. Prise d’une rage incontrôlable elle grogna férocement sur le pauvre petit gobelin avant de lui arracher les membres à main nu.

Elle reprit de plus belle en s’élançant à nouveau dans la foule, toujours couverte par cet épais nuage noir. Heureusement qu’elle pouvait s’aider de la magie, sans quoi elle n’aurait pas donner chère de sa peau. Elle n’était pas faite pour un tel combat au corps à corps, surtout face à des ennemies armés jusqu’aux dents, c’était comme jeter une panthère dans une serre remplis de chasseur. Certe l’animal allait faire énormément de dégât, mais à un moment ou un autre elle ne pourrait esquiver tous les coups et succomberait sous le poids du nombre

Elle n’avait pas le choix, il lui fallait utiliser cette arme


- J’ai un moyen de les éliminer en plus grand nombre

Lanca-t-elle à celui qui n’était plus vraiment maître de ses actes

- Mais il me faut une forte concentration.

Elle s’interrompit juste le temps de planter ses crocs dans la gorge d’un ennemi puis reprit apres lui avoir déchirer tout ce qui était resté accroché à ses quenottes.

- Je ne pourrais ni me battre, ni me défendre ! Seras-tu toujours mon allié ?

Cette question supposait donc une protection total de la part de l’albinos.
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyMer 3 Aoû 2011 - 1:19

La Pourrie avait un don pour s'attirer des problèmes. Ce don rendait sa vie palpitante, intense et passionnante. Mais parfois, il s'avérait que ce don devenait une malédiction. Voilà comment elle se retrouvait à traîner deux cadavres de plus de soixante kilos chacun, le visage peint de sang, le corps rouge de sang. Elle jurait parce que ses plaies la tiraillaient, elle jurait encore plus parce que ces deux corps étaient lourds, elle jurait parce que l'Alliance était à ses trousses... Comment s'était-elle retrouvée dans une pareille situation?

C'était au crépuscule. La jolie Morteury partait en chasse et elle avait eu une idée de génie ; partir à la recherche des randonneurs un peu trop aventuriers. Il n'y avait pas grand monde dans les montagnes ; elles abritaient quelques villages qui réunissait tout au plus cinq baraques miteuses, des rongeurs ou des biches, mais surtout des hommes qui voulaient prendre l'air. Rien de mieux, rien de plus discret, rien de plus facile et rien de plus lâche. Elle pouvait traquer un petit groupe afin de les prendre par surprise, leur arracher la gorge et profiter de ce festin en bonne solitaire qu'elle était.

Il commençait à faire nuit quand elle sauta sur ces deux égarés ; un couple. Deux bons vivants qui n'imaginaient même pas qu'autant d'horreurs pouvaient les entourer. Une dague dans le cœur de l'homme, la nuque brisée de la femme et l'affaire était faîte ; la Pourrie pouvait se satisfaire. Mais il faut dire qu'elle n'avait pas prévu la ruse de l'Alliance : des membres s'amusaient à suivre les hommes qui partaient vers l'inconnu, imitant les vampires dans le but de les trouver. Il n'était pas rare d'entendre des disparitions en pleine forêt ou en pleine montagne... Que pensiez-vous du devenir de ces hommes? Vidés et abandonnés, là s'achevait leur vie éphémère. Et l'Alliance l'avait bien compris.

La Pourrie n'avait pas encore planté son arme dans le thorax du quarantenaire qu'une flèche lui avait transpercé la peau, tandis que d'autres jaillissaient autour d'elle, maladroites. Son cri avait percé le silence, provocant l'envol de plusieurs corbeaux. Il n'en avait pas fallu plus pour l'alarmer et elle décida de traîner les corps, quitte à être ralentie : hors de question de repartir sans un morceau de chair. Bien que ce choix ne soit pas des plus simples qui s'offraient à elle, la nuit était de son côté et cela lui suffisait pour échapper aux chiens de l'Alliance. Que le jeu commence...

Grâce à son endurance et sa force vampirique elle tenait les deux humains morts par le col, les faisant rebondir sans difficultés sur les bosses et les rochers. Des flèches se perdaient dans les arbres, dans son dos, mais elle ne réagissait plus : il fallait absolument qu'elle soit discrète... Guidée par un quart de lune, elle slalomait entre les arbres, tandis que son sang déferlaient le long des flèches plantées dans sa peau, à travers son long manteau noir. Bientôt elle se rendit compte qu'elle ne pouvait continuer ainsi éternellement ; elle abandonna le corps le plus lourd en le lançant quelques mètres sur les côtés pour détourner ses bourreaux. Elle prit l'autre corps sur son épaule, accélérant son allure, montant en altitude. Un trou noir se présentait devant elle : une grotte.

La Pourrie exténuée fut rassurée ; elle pouvait se cacher dans l'ombre et reprendre ses forces, sans qu'on aie le courage de venir la déranger. Elle jeta le cadavre au sol, essoufflée. Sa mains osseuse parcourra son dos avant d'empoigner une première flèche et de la retirer brutalement ; le bruit de sa chair arrachée raisonna dans la grotte, suivie de son gémissement. Elle répéta la scène deux fois encore, avant de récupérer les pieds de son repas pour le trainer à même le sol. L'entraînant ainsi dans l'obscurité d'une grotte qui n'osait pas l'effrayer... Mais des sons peu rassurants commençaient à parvenir à l'oreille fine de la Pourrie qui soupira silencieusement ; elle avait vraiment le don pour s'attirer des problèmes...
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyMer 3 Aoû 2011 - 3:26

Le démon continuait son massacre, imperturbable dans sa soif d'âmes et de sang. Ses lames se promenaient aisément à travers la chair de ces pathétiques gobelins qui pensaient pouvoir ne serait-ce que le blesser, lui, le prince Syrinx. D'autant plus qu'il était hors de question pour lui de mourir si loin de la nature qu'il chérissait tant!
Chaque âme absorbée amplifiait sa rage, lui permettant de découper encore plus de ces sales et ignobles monstres qui préférés fuir la nature plutôt que de succomber aux miracles qu'elle offrait.
Soudain, il attendit l'appel d'une voix différente des grognements de souffrances qui bourdonnaient à ses oreilles. Une voix plus... féminine. Il se rappela d'un coup de la démone, présent avec et tentant de repousser l'assaut à sa manière. Dans sa furie dévastatrice, il l'avait complétement oublié, emporté comme qui dirait dans la danse et les effusions de sang.

- "J’ai un moyen de les éliminer en plus grand nombre... Mais il me faut une forte concentration. Je ne pourrais ni me battre, ni me défendre! Seras-tu toujours mon allié ?", entendit-il au loin parmi le vacarme incessant de la tuerie qu'il engendrait autour de lui.

Un brin de lucidité permit à l'albinos de se dire que s'il voulait rester vivant, et ne pas se retrouver laisser pour mort victorieux au milieu d'un champ de bataille loin de sa forêt, il fallait qu'ils en terminent avec cette infection purulente qu'était les gobelins!
Dans un dernier tourbillon de lumière intense, il acheva toutes les bestioles présentes autour de lui, lui permettant ainsi de s'extirper de la horde puante qui l'assaillait. Il fondit sur la démone et de sa lame transperçât le petit crâne d'un gobelin qui semblait trop heureux d'espérer porter un coup à cette fille du Vein. Il plongea son regard cramoisi recouvert de cet épais voile sombre dans les yeux de la démone. Cette dernière semblait avoir reçu quelques blessures, mais rien qui ne pourrait encore handicaper réellement.


- "Dans ce cas, c'est parti... Faites moi le plaisir de renvoyer ces abominations dans l'endroit où elles n'auraient jamais du sortir!".

La voix du Syrinx semblait amusée, et il gardait sur son visage ce sourire permanent à mi-chemin entre le plaisir et la folie. Il allait donc devoir couvrir son coéquipière hors de portée de ces vils créatures.
Il concentra en premier lieu son aura et envoya une décharge d'énergie autour de lui, repoussant l'intégralité des gobelins à proximité afin de marquer son périmètre de sécurité. Puis il lâcha, Frostlightning, la divine lame aux runes d'un bleu cristallin semblable aux glaces éternelles parsemant les hauts sommets des Massifs des Cieux d'Adiryl. L'épée runique arrêta sa chute quelques centimètres après s'être faite lâcher par l'albinos. Elle resta ainsi en suspension et contourna en un éclair la collègue de bataille d'Aikanaro. Ce dernier conserva la lame démoniaque aux runes d'un rouge sanglant et se prépara à reprendre le combat, tout en repoussant les tentatives audacieuses des gobelins qui voudraient s'en prendre à sa protégée.
Les gobelins, ne sachant trop que faire devant une épée sans porteur, restèrent à contempler l'arme entourée d'un halo bleuté. Voyant que les monstres ne prendraient pas de décision avant la nouvelle lune, il déclencha la reprise des hostilités en attrapant de sa main gauche le cou fin d'un de ses adversaires avant de l'empaler sur la lame qu'il tenait en main droite. La bête ne put retenir un crachat de sang noir qui trancha la blancheur presque immaculée de la peau de l'albinos.
Rendu impatient par cet entracte inattendu, le démon ne put s’empêcher de s'enfoncer dans les rangs gobelins afin d'en décimer le plus possible avant la fin inéluctable qu'aller causer la sorcière. Bien que sa folie l'emportait, il tachait de conserver une attention minime sur ses flancs, au cas où d'éventuels ennemis plus intelligents que la moyenne n'auraient la fâcheuse idée de s'en prendre à elle.
Le prince Syrinx était parfaitement dans son type de combat de prédilection: des vagues infinies d'adversaires faciles à tuer, dans un endroit bien plus étroit qu'un champ de bataille mais amplement plus large qu'une vulgaire couloir sans possibilité de mouvements. Chaque coup qu'il portait lui permettait d'absorber assez d'âmes pour compenser l'énergie nécessaire au coup. S'il ne connaissait pas la faim, ni la soif, un combat de ce genre pourrait durer une éternité sans que l'albinos n'encaisse le moindre coup de la part de ses adversaires et sans qu'il ne souffre d'aucun signe de fatigue.
Frostlightning, quant à elle, virevoltait frénétiquement dans théâtre de lumière bleu. Embauchant les gobelins qui ne savaient même pas comment faire pour blesser une lame qui se mouvait sans porteur...
Le combat en devenait presque lassant, il était temps d'en finir!
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyMer 3 Aoû 2011 - 19:35

Elle observa l’albinos un court instant. Le pouvoir de ces épées paraissait de plus en plus menaçant ; voilà que maintenant elle pouvait se battre sans guerrier pour mener la danse. Aikanaro était l’adversaire type que la démone ne pouvait se permettre de combattre, fort heureusement, en cet instant bien précis, il était de son coté. Le sort qu’elle s’apprêtait à lancer allait lui couter énormément d’énergie, mais peu importe le prix à payer lorsque l’issus de la bataille peut être victorieuse.

Lorsque le moment fut propice, elle ferma les yeux, donnant ainsi toute sa confiance à con camarade d’infortune. Elle se plongea dans une concentration absolue, ignorant totalement le vacarme du combat qui faisait rage tout autour d’elle. Plus rien ne devait l’atteindre, rien excepter les flux de magie qui s’écoulaient tout autour d’eux. Les failles qui reliaient les deux mondes à celui du milieu servaient de lieux de passage à ces ondes, nécessaires à toutes formes de sorcellerie, car si le don de magie, en soi, utilise l’énergie vitale de son propriétaire, il lui permet également de modeler les fluctuations d’énergie qui l’entourent. Plus sa concentration s’intensifiait, plus le tumulte du combat se fondait au silence, jusqu’à atteindre l’ataraxie. C’est alors qu’elle aperçut, dans l’obscurité la plus totale, une petite boule de lumière qui glissait, ci et là, laissant derrière elle une trainée de poussière étincelante. Cela ne suffisait pas il lui en fallait beaucoup plus.

Au dehors la bataille faisait rage mais Aikanaro s’en sortait plus que bien, il tranchait à la pelle, mutilait sans pitié et volait la vie à tout ceux qui essayait de prendre la sienne. Un guerrier digne du Vein ! Seulement Lilyanna ne pouvait s’en rendre compte, bien trop occupé à regrouper l’énergie nécessaire à son incantation. Une nouvelle petite boule de lumière était apparut, une bleu cette fois-ci. A son tour elle virevolta dans le néant, traçant dans les airs des fils vaporeux de lumières, ce fut, par la suite, une multitude d’onde qui envahirent les abysses entourant l’esprit de la démone. Plus elles s’entrecroisaient, plus elles construisaient une reproduction presque parfaite des évènements qui se déroulaient dans la grotte. Les orques, représentés par de grosses tâches, difformes et fumeuses, s’amassaient en nombre dans cet univers nébuleux, et là, au milieu de la scène, s’élevait une aura bien plus effrayante : Aikanaro. Ses épées possédaient leurs propres âmes, il n’y avait plus aucun doute là-dessus car elles-mêmes étaient entourées d’un halo monstrueux et bien distinct de celui du démon. Physiquement ses yeux étaient resté fermés et son corps parfaitement immobile. Maintenant qu’elle était capable de ressentir le moindre être vivant aux alentours, il lui fallait invoquer les ondes démoniaques du Vein. A nouveau elle se plongea dans une concentration absolue, il lui fallait ressentir les flux de magie qui s’écoulaient de la faille la plus proche.

Située non loin de l’entrée de la grotte, cette « porte » qui donnait sur le monde du dessous, allait lui procurer toute l’énergie dont elle aurait besoin. Eurybie Pourrie, une vampire qui venait de trouver refuge dans l’ouverture de la grotte, passa à quelques mètre à peine de ce lieu de passage. En plus des « sons peu rassurants » qu’il lui était donné d’entendre, elle put ressentir un vent glaciale s’engouffrer dans les profondeurs de la montagne. Ces ondes terrifiantes marquaient la présence du Vein en ces lieux. Lilyanna les percevaient tel des vagues de brume noir qui pénétraient son terrain de jeu à une vitesse épouvantable. Et lorsqu’elle eurent atteint les profondeurs des grottes, un rugissement tonitruant s’éleva dans les airs. La créature du Morh’Oan ! Ses yeux s’ouvrirent dans l’instant et un symbole démoniaque se dessina sur le front de la demoiselle. Un amas de petite flamme noir apparut sur le bras d’un gobelin qui essaya de les faire disparaitre en les étouffant, mais rien n’y faisait, plus il tentait de s’en débarrasser plus elles s’intensifiaient, rongeant ainsi la peau qui protégeait sa chaire, brulant directement toute vie qui s’écoulait dans ce corps hideux. La créature hurla à en glacer le sang de ses camarades, un mal invisible le dévorait de l’intérieur et plus les flammes noirs aspirait son énergie, plus il se transformait en un amas de chaire cadavérique jusqu’à sombrer dans la mort la plus atroce. L’attention des gobelins se fixa instantanément sur la démone dont les yeux semblaient bruler de ces mêmes flammes mangeuses de vie. A peine eurent-t-ils l’intention d’exterminer la dite demoiselle qu’ils furent atteint du même mal que leur congénère.

Plus les flammes dévoraient les âmes plus elles s’intensifiaient, se jetant voracement sur les victimes que lui désignait Lilyanna. Cette dernière continuait de voir les fluctuations d’énergies qui l’entouraient, faisant ainsi abstraction de toutes barrières physiques qui pouvait se dresser devant ce regard dévastateur. Pas même les murs ne protègeraient les gobelins du fléau qui s’abattait sur eux. Face à ce destin seul la mort les attendait, enfin… ils pouvaient toujours espérer fuir. Elle prit soin d’épargner Aikanaro ainsi que ses épées. Son corps tout entier s’était mis à vibrer sous les forces démoniaques du Vein et ses cheveux virevoltaient autour d’elle au rythme de ces ondes. Une perle écarlate s’écoula le long de sa joue, tançant une rivière pourpre sur sa peau si pâle. Des larmes de sang se déversaient de ses yeux, preuve que ce pouvoir avait également un prix à payer. Plus les flammes se répartissaient dans l’immensité de la grotte plus il lui était difficile de les contrôler. Elle serra les dents tandis que son corps tremblait sous le poids de l’effort. Elle ne pouvait se permettre d’arrêter maintenant, il fallait tous les exterminer. Le temps lui permis de venir à bout de la masse de gobelin qui s’étaient ameuté dans ces ruines, et ce ne fut que lorsqu’elle put s’assurer qu’ils étaient ou mort ou en pleine fuite désespéré, qu’elle referma les yeux, relâchant ainsi toute concentration. Toutes les flammes noirs s’éteignirent aussitôt et un amas d’énergie se concentra dans le corps de Lilyanna jusqu’à s’en détacher violement, provoquant une onde de choc qui bouscula avec brutalité l’albinos, seul survivant du massacre de la créature du Morh’Oan. La vampire, qui s’avançait en ces lieux put également la ressentir. Lilyanna s’effondra sur le sol, cracha une gerbe de sang dans un spasme incontrôlé puis s’immobilisa. Elle n’était pas morte, enfin presque. Détruire autant de vie lui avait couté une telle somme d’énergie qu’il lui faudrait surement un bon moment avant de pouvoir se mouvoir à nouveau. Il était évident qu’un peu de chaire fraiche accélèrerait le processus, encore fallait-il pouvoir l’avaler. La démone gisait nue, face contre terre, le souffle faible et la mine pâle.
Revenir en haut Aller en bas

Samir Kranel



________________

Samir Kranel
________________


Race : Seirdan
Classe : Lame noire
Métier : Combattant
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Âge : 33 ans

Messages : 37


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyJeu 4 Aoû 2011 - 5:16

[HRP: Samir ou le démon qui arrivait à la bourre... allé allé, vous avez bien encore des ressources pour Samir et Eurybie... Wink /Hrp]

Ce fut un fabuleux barbecue, feu de la saint Jean, feu de cheminée géant et j'en passe, un endroit rêvé pour les suicidaires, le genre d'endroit à visiter pour un moine spécialiste de la magie blanche, un genre de gars persuadé que l'amour et la paix c'est l'avenir de Feleth, que la raison vaut mieux que la rage, que la guérison est plus sage que la mort, que donner la vie est plus agréable que de croquer un nouveau né, le genre de gars qui vous énerve vite avec ses discours en taverne alors que vous picolez tranquillement ce que les humains appellent de l'alcool.

Nan vraiment Samir d'habitude préfère s'attaquer à des molosses, un groupe de paysans, un démon surpuissant, nan ça c'est la vie d'un combattant cherchant à relever les défis les plus périlleux. Tuer un moine rien d'amusant, sauf que celui là il l'avait bien saoulé, encore plus que la bière du tavernier, soit, il fallait maintenant mettre fin à la frustration, Samir tendit la main vers le cureton et lui appliqua cette marque invisible et indécelable qui ornait ses pouvoirs, "la marque de mort", utilisable seulement que quand il touche le pommeau de son épée, c'est donc ce qu'il fit. Grâce à ce sort, Samir pouvait ressentir la présence de sa cible partout dans le monde présent pendant une demi journée, le religieux semblait à sa merci.

Celui ci s'en alla un peu avant la fermeture, peu louable pour un messager de dieu de s'adonner à une boulasse devant ses enfants, mais ce qui attira le plus les clients, ce fut l'accoutrement du démon. Le tavernier avait raison, un typer colossal recouvert de plate avec une épée dotée d'une aura bleu marine plus grande qu'un bambin de dix ans, ça fait louche, et encore il ne remarqua pas le visage pâle doté de yeux verts de son client caché dans l'ombre. C'est au départ de sa proie que Samir se leva enfilant son casque, sans payer évidement, il ne connaissait rien à l'argent, chez les démons on paye pas, et quel humain oserait se mettre en travers d'un morceau atteignant presque les deux mètres?

Samir sortit et aperçut son gibier chancelant jusqu'à son église, il remarqua les clients de l'échoppe pointer leurs nez spectateurs curieux, allait-il aussi être obligé de les pourfendre, car ça aussi ça le gavait, mais chaque chose en son temps. Il appela d'une voix grave et énergique son chouchou de la soirée en retirant sa lame, celui ci se retourna et eut un incroyable réflexe, Samir n'était pas encore à sa portée que le gusse osa disparaitre. Le démon se trouva bête et jubila d'avoir utilisé sa "marque de mort". Il se retourna hésitant vers la taverne, et décida de les épargner pour ce soir.

Dans la grotte, à quelques mètres des démons déjà présent, le syrinx et la sorcière eurent l'agréable surprise de voir apparaître un petit humain tout mignon à croquer, comme ça, instantanément, pas de fumée, ou de flou, rien, l'entrée basique sans aucune classe, humaine quoi. Celui ci aperçut les deux êtres maléfiques et comprit en les voyant qu'il n'était pas forcément le bienvenu, marmonnant le plus doucement possible ces quelques mots:
-Bordel, qu'est-ce que je fous là?

C'est qu'en plus d'être alcoolique, mauvais dans l'art de la téléportation, notre curé n'était pas un exemple dans l'art de la poésie. Punition oblige, Samir apparut derrière lui, cette fois ci avec une mise en scène quelques peu plus formelle, une pointe de fumée verte prenant soudainement de l'ampleur et matérialisant Samir; sans même apercevoir immédiatement ses compère du vein il trancha la tête du curé et la rattrapa de la main gauche par les cheveux avant même qu'elle touche le sol..
-Trophée pathétique mais soulageant!

Il remarqua après qu'il était dans une atmosphère des plus sombres, il ne voyait pas à plus de cinq mètres, ça sentait simplement la grillade. Samir se demanda d'où provenait cet éclaircissement des lieux lui ayant permis de tuer son petit moine sans ratage. Il aperçut alors les deux bourreaux, l'une apparemment dormait, l'autre était allongé non loin d'elle, mais que faisaient ils là, et d'ailleurs là, c'était où? Son sort de téléportation encore indisponible il allait devoir faire connaissance, dans la vie ou encore mieux dans la mort, car il semblait possible que les deux êtres soient entrain de donner leur dernier souffle. Il lui restait un tout petit panel de sorts au cas ou les deux purificateurs de gobelins confirmés voudraient jouer à "tues moi si tu peux", cela dit, il lui en manquait plein, donc il fallait mieux jouer, à "me cherches pas et je te touche pas" en attendant que sa puissance soit à nouveau totalement disponible. Il opta alors pour garder la bouche fermée, se pointant une tête à la main, Kreïne son épée dans la droite, le corps de l'abruti idéaliste décapité gisant à ses pieds.


Dernière édition par Samir Kranel le Jeu 4 Aoû 2011 - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyJeu 4 Aoû 2011 - 20:37

Bien qu'elle soit méfiante, la Pourrie avait continué son chemin ; elle n'avait pas peur du noir, ni des cadavres, ni du sang. Elle voulait juste trouver un endroit pour échapper à l'Alliance, se disant qu'elle improviserait par la suite. Passant sa main libre dans ses longs cheveux blonds pour se détendre, la vampire ne fit surprise de sentir un vent glacial et puant passer derrière son dos. Cette odeur de putréfaction, ce frisson furtif, cette froideur métallique... Le Vein? Eurybie se surprit à se sentir dans le Vein ; elle se demanda un instant si elle ne rêvait pas. Peut être qu'elle rêvait que le Vein envahissait Feleth. Quelle éclate.

Un grognement puissant et rauque résonna dans les profondeurs de la grotte, là. La Morteury comprit qu'elle ne rêvait pas et qu'elle pourrait regretter de rester dans cette grotte inhabituelle. Pourtant ce vent qui avait traversé l'air avait installé l'ambiance du Vein qui la mettait à l'aise : elle se sentait chez elle. Elle sentait presque les yeux d'Arphoss derrière son dos, la guettant, amusé par sa bouffonne. Il faut dire qu'Eurybie l'avait toujours amusé, peut être parce qu'elle ressemblait à une vulgaire humaine. Ou parce qu'elle n'avait aucune fierté. Peut être parce qu'elle était le déchet des anges, celui des hommes et le déchet des démons, aussi. C'était la lie de l'Humanité et elle adorait cette sensation, elle aimait qu'on lui crache dessus, elle s'amusait à susciter autant de réactions vives alors qu'elle n'était que cette simplette Eurybie Pourrie, fille du Venill.

Après s'être arrêtée un instant pour tendre l'oreille et sentir les différentes odeurs de mort mélangées, elle continua sa marche dans la joie et la bonne humeur : entre les cris et les rugissements, les échos et le son de ce corps qu'elle trimbalait qui rebondissait sur le sol rocheux. La pénombre avait envahit les lieux et grâce à ses atouts vampiriques la démone pouvait mieux voir qu'un humain banal, mais elle n'avait pas été gâtée de ce côté là et voyait tout de même relativement mal. C'était bien simple : dans ce genre de situations la Pourrie se fiait à ses autres sens qui étaient beaucoup plus développés : notamment l'odorat et l'ouïe. Elle entendait l’écho de ses pas sur le sol, sentait les odeurs de sang frai qui devenaient de plus en plus intenses et cela lui suffisait pour s'imaginer une scène très similaire à la réalité. Cela aurait pu gêner bien d'autres créatures, mais la Pourrie avait l'habitude de vivre trois jours dans le noir, elle n'était plus impressionnée par cette impression de cécité.

Soudain, la grotte paru trembler. Ou est-ce plutôt l'air qui tremblait? En tout cas c'était loin d'être un phénomène naturel. De la magie, de la magie puissante à vous arracher les tripes. Fantastique, elle aimait les spectacles et les tours de passe passe... Elle chancela mais s'appuya sur les jambes de la morte devenues raides et rigides comme du bois, évitant ainsi de valser au sol. Un fin sourire s'étira sur son visage salit par le sang ; la masochiste voulait plus que jamais trouver qui était l'auteur d'autant de transformations physiques. Elle continua sa marche et une source de lumière apparu enfin à ses yeux habitués à l'obscurité ; elle n'en pouvait plus de tirer ce corps et accéléra l'allure, prise d'excitation. Ses bottines faisaient un bruit non négligeable ; elles claquaient sur le sol dans un rythme régulier et imperturbable.

Ce fut certainement la raison pour laquelle le protagoniste se retourna vers elle quant elle fut assez proche pour être visible. Elle fut éblouie par tant de lumière sans pour autant regarder d'où elle provenait, et plissa ses yeux décorés de larges cernes, un léger rictus sur les lèvres. Elle s'approcha encore plus de l'homme sans lui accorder un seul regard, découvrant que le sol était recouvert par des corps inertes de gobelins. Elle marchait dessus sans pudeur, craquant les os, écrabouillant les restes de chair visqueuse dans un bruit écœurant qui paraissait l'amuser tant elle le reproduisait. Puis, ayant atteint une certaine proximité avec ce dernier, elle lâcha les pieds de son cadavre qui était peint du sang des gobelins à force de traîner dedans. La vampire se laissa à son tour tomber lourdement au sol ses longues jambes écartées, ne prêtant toujours pas d'attention aux deux solitaires, elle y accueilli son repas :

- Salut chérie!

Ses crocs percèrent violemment la chair. Une provocation?
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyJeu 4 Aoû 2011 - 23:15

Pendant que le démon continuait son massacre sanglant, il sentait que la démone canalisait une énergie très puissante. Sans y faire trop attention pour ne pas se déconcentrer il se prépara au choc qu'une telle décharge de magie allait entrainer. Soudain, le sort se produisit, enflammant les gobelins et se propageant tel un brasier dévorant goulument une forêt de conifères. Les lames et l'albinos furent impressionnés de la rapidité et l'efficacité du sort, le Vein pouvait être fier de l'une de ses filles une fois de plus! Mais ce qu'il n'avait pas complétement prévu, c'était le retour de l'attaque. Une fois l'extermination accomplie, la démone rompit le maléfice entrainant l'éclatement d'une violente explosion d'énergie. Le Syrinx savait qu'il y en aurait une, mais de cette violence... certainement pas.
Aikanaro fut ainsi propulsé contre un mur dans un vacarme de pierres brisées et d'os craquant. Il retomba au sol, complétement sortit de son état d'excitation qui lui avait permis de résister autant pendant le combat. Allongé sur le sol froid, vidé de toute son énergie vitale par les épées runiques et brisé par ce dernier choque, il tenta malgré tout de se relever en poussant de sa main droite, qui avait lâché Stormbringer, sur la roche.
Sa détermination ne manquait pas, mais sa faiblesse était trop grande. Une violente douleur lui fit cracher quelques gerbes de sang. Voyant qu'il n'arriverait pas à se relever, il profita de sa position pour admirer le carnage de la demoiselle du Vein. Elle fit honneur à ce combat. Il posa ensuite les yeux la concerné, gisant elle aussi au milieu du sang et des monceaux de cadavres de gobelins. Il était certain qu'elle était vivante, ses lames pouvaient sentir son aura faible, mais encore présente. Puis une deuxième vague de douleur eut raison du prince Syrinx. Dans son épuisement, le rouge de ses yeux pâlir comme à chaque fois qu'il sortait d'une de ses folies meurtrières auxquelles les lames étaient étroitement liées.
La main qui le retenait glissa alors, le faisant sombrer dans un profond comas qu'il connaissait bien. Lors de ses comas, l'esprit de l'albinos se partageait en trois: une part dans chaque lame et une restant dans son corps afin qu'il puisse y retourner par la suite. Il ne pouvait ni agir, ni se soustraire à cette règle. Bien que la fusionne avec ses armes se soient interrompu plus brusquement qu'il ne l'avait prédit, cela n'était pas suffisant pour briser entièrement l'osmose qui les habitait. Ainsi, les lames avaient pénétrée le démon lors du combat, ainsi il devait en retour partager le "corps" des lames démoniaque et divine.
Ses lames virent se rejoindre au dessus du corps inerte du Syrinx et se plantèrent de part et d'autre de lui comme elles le firent pour la toute première fois dans le Vein, juste avant sa naissance. Il pouvait ainsi sentir et ressentir les mêmes choses qu'elles mais sans pouvoir influer ni sur leurs décisions, ni sur leurs actions.
C'est alors qu'il sentit un individu arriver. Un faible halo d'énergie semblait émaner de lui ce qui laissait penser qu'il s'était téléporté. L'aura de l'être n'était cependant pas très intense: un humain sans doute. Il ne connaissait pas tellement d'autres races pour passer trop de temps à la réflexion de toute façon. Puis vint un second personnage avec une aura beaucoup plus forte. Il ôta l'aura de l'humain quelques secondes après son arrivée. Il avait dû le tuer... certainement une traque de démon, car étant donné que les énergies provenant du nouvel arrivant étaient communes au Vein, cela ne pouvait être qu'un démon. Il semblait puissant et posséder un compagnon sur son flanc. Surement une épée du Vein comme sa Stormbringer mais certainement aussi belliqueuse et animée des mêmes ambitions destructrices que sa grande sœur. Car Stormbringer et Frostlightning étaient encore plus vieilles que le vieux Syrinx, et en tant que telles, elles étaient démon et divinité à part entière aussi puissante l'une que l'autre.
Une troisième personne arriva après. A croire que cette ancienne grotte était plus un lieu de rencontre qu'un repaire à gobelins... Elle aussi possédait une puissante aura mais légèrement différente de celle du démon précédent. Elle semblait fatiguée et ralentit par quelque chose.
Les armes ne bougeaient pas, ne prêtant que peu d'attention aux nouveaux visiteurs. Qu'allaient-ils faire? Elles s'en foutaient, si elles décelaient un temps soit peu de mouvement vers elles, elles anéantiraient tout, sinon elles attendraient la lente guérison de leur porteur.

Le corps de l'albinos gisait paisiblement sur le sol dur et glacial, du sang coulait de sa bouche aux lèvres blanches, et ses yeux restaient ouverts mais d'un rouge livide, presque délavé. Seul chose qui signalait qu'il était encore en vie était son souffle, faible mais régulier, car son aura était perdu entre celles des lames runiques. Son esprit, quant à lui, ne souffrait que peu des blessures grâce au fait qu'il était partagé dans trois entités distinctes. Son corps s'auto-réparé patiemment et naturellement.
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyVen 5 Aoû 2011 - 21:32

[HRP: je paaaasse! Etant donné que je ne suis ni un dieu, ni une fervente adepte du grosbillisme je me vois obligé de ne rien faire du tout à part baver de fatigue sur ce merveilleux sol. Trop facile, je tue des milliers de gobelin et pouf je récupère en 30 secondes top chrono. Bref, je redeviendrais active au prochain tour.
Hey on note le sérieux du personnage!!! Je fais mes cinq lignes Wink ]



Immobile, allongé sur ce sol tel un cadavre, la démone récupérait, lentement mais surement. Plongé dans l’obscurité de ses songes, Lilyanna entendait, au loin, des voix s’élever dans le silence. Elle ne pouvait ni les reconnaitre ni les comprendre mais une chose était sûr : elle n’était plus la seule démone, avec Aikanaro, à s’être égaré dans cette grotte. L’endroit était donc devenu dangereux ; impossible de savoir dans quel état se trouvait son compagnon ou même plus, impossible de savoir s’ils faisaient toujours équipe maintenant que le plus gros de la menace avait été décimé. Utilisé ce sort lui avait couté énormément d’énergie, fort heureusement elle y avait survécut ; mais pour combien de temps encore ? Il lui fallait récupérer des forces au plus vite, pour ce faire une seule solution : manger.

Elle concentra le peu d’énergie qu’elle avait réussis à amasser afin de s’extraire au mieux de cet état comateux mais pour l’instant cela restait insuffisant. Soudain une odeur, familière et enivrante se glissa dans ses narines : celle du sang. Il y avait du sang frais à quelques pas de là. Il le lui fallait !

Revenir en haut Aller en bas

Samir Kranel



________________

Samir Kranel
________________


Race : Seirdan
Classe : Lame noire
Métier : Combattant
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Âge : 33 ans

Messages : 37


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyVen 5 Aoû 2011 - 23:52

C'était bien deux démons, ambiance sublime, corps calcinés, femme nue allongée au sol, une créature bizarre avec des cheveux longs blancs, couché sur le ventre, un guerrier sans doute, deux lames plantées de chaque côté de lui, maléfique sans doute. C'étaient des lames noires tout comme la sienne. Soit ce rigolo était extrêmement puissant, soit ses armes devait lui pomper rapidement son énergie, en tout cas c'était un crétin, se doter d'armes tel que celles là et finir dans un trou comme ça. Bon Samir y était aussi d'accord, mais il allait vite trouver une solution pour se barrer!

Il scruta en effet les lieux, il ne pouvait rien en tirer il ne voyait rien, Kreïne aurait pu l'aider, mais il préférait garder l’énergie de sa lame pour des choses plus intéressantes. Il fit un pas en poussant le cadavre du moine, il s'avança le crâne de celui ci toujours en main vers un gobelin découpé et brulé en le poussant du pieds afin de le mettre sur le dos. Il examina la carcasse fraichement tué, il sentait la chaleur émanant des corps concluant qu'il venait de se produire quelques chose ici. Un sort de masse avait agis, des corps jonchaient le sol partout, du moins à la distance visible. Il allait faire un pas vers les deux endormis lorsqu'il vit arriver une vampire, à sa tronche on la reconnaissait de suite.

Elle était complètement timbrée, la veille il avait tué un berger avec son chien, enfin il avait épargné le chien mais pas le berger, là c'était une vampire avec son cadavre qui s'affichait comme ça. Elle montait sur les gobelins et s'amusait après avoir lâché son jouet cadavérique à faire craquer les os des gobelins exécutés. Bon Samir n'avait pas tellement d'humour, peu de choses le faisait marrer, mais là, voir une pauvre démon de rang inférieur faire sa gourgandine, qu'elle différence avec une humaine bourrée? Elles se valaient autant et lui procuraient toutes deux autant de pitié, seul la mort pouvait les délivrer de leur condition invivable; Invivable, du moins, ce qu'il en pensait.

Le Seïrdan l'observait relâchant son rictus. Sans parler, une chose l'interpella soudainement. Il savait qu'il s'émanait d'ici une grande puissance, lequel de ces trois démons était l'auteur de tout ce massacre? Une fois qu'il l'aurait trouvé celui ci porterait glorieusement la marque de mort du combattant. Un être aussi puissant se devait de combattre Samir jusqu'à la mort. Mais pas avant qu'il aie retrouvé toutes ses forces. et que Kreine soit prête à nouveau lui offrir toute l'étendue de ses pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptySam 6 Aoû 2011 - 21:03

Le sang qui coulait dans sa gorge bruyamment paraissait résonner dans la grotte. Chaque gorgée lui procurait un plaisir intense ; elle s'était fatiguée à la traque, puis à la fuite, pour finir par être fatiguée par le poids de ce pour quoi elle s'était tant battue. Et enfin, enfin, elle recevait une récompense pour son travail acharné. Quand sa soif fut assouvie, elle releva la tête d'un geste lent, la bouche dégoulinante de sang. Elle fixa le seïrdan en face d'elle tout en baladant ses doigts le long de ses lèvres ; elle y recueillait le sang perdu avant de les mettre en bouche. Elle observa ses cheveux clairs et son allure impénétrable, ses yeux translucides et elle savait déjà qu'elle avait à faire à un seïrdan.

Puis son regard se posa sur la tête qui balançait entre les phalanges de l'inhumain, amusée, elle la regarda se mouver dans les airs. Elle paraissait rigide et les yeux étaient semi-ouverts : comme si le moine avait eu les yeux ouverts au moment de sa mort, puis que ses paupières s'étaient naturellement abaissées sous le poids de l'attraction de ce balancement. Mignon. La Pourrie s'intéressa finalement à l'environnement ; elle se releva en abandonnant le cadavre blâme à terre, avant d'observer les gobelins au sol. Quelques fois, elle en ramassait les cadavres pour les regarder et les sentir, avant de les jeter trois mètres plus loin comme des jouets devenus inintéressants.

Soudain, elle trouva enfin quelque chose qui parut la fasciner ; entre les dépouilles sales et ensanglantées des gobelins un corps plus élancé et plus propre s'en détachait. Eurybie s'approcha, lentement, admirant cette chair aussi claire que la sienne mais qui émanait une certaine luminosité contrairement à sa peau de Pourrie. Une fois qu'elle eu atteint son niveau elle se baissa silencieusement, accroupie, avant de poser ses mains sur les épaules de la démone pour la retourner. De ses mains froides et osseuses elle ôta quelques mèches sombres du visage cristallin afin de mieux l'observer. Et tandis qu'elle passait ses doigts sur le visage de cette curieuse démone dénudée, elle sursauta quand une main agrippa son poignet et quand de grands yeux sombres s'ouvrirent sous son nez.
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyDim 7 Aoû 2011 - 22:26

[HRP] Ben les amis moi mon Aika il comate, et il en a pour quelques temps je pense xD donc je laisse mon tour et j'ai un peu déjà tout décrit ce qu'Aika ressentait précédemment donc je m'abstiens d'écrire mais si vous y tenez je pourrai toujours faire un petit paragraphe ^^ [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyLun 8 Aoû 2011 - 9:26

Une odeur de sang éveilla ses sens, quelque chose lui caressait le visage… Elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait tout autour d’elle mais une chose était sûr : il y avait du sang frais pas très loin. Lorsqu’elle comprit que quelque chose, ou plutôt quelqu’un s’était penché au dessus de son corps, inerte, et qu’en plus c’était cette chose qui lui caressait le visage, elle s’inquiéta. De vagues souvenir s’immiscèrent dans ses pensées, des flashs qui retraçaient les derniers événements majeurs qui avaient marqué la démone. Une immense cité plongée dans l’obscurité d’une grotte, un démon aux cheveux blanc et à l’armure imposante, des épées à l’aura menaçante… Un gobelin… non plusieurs, attendez-voir… Des milliers de gobelin qui se faufilaient entre les ruelles de la cité abandonné ! Tous se ruèrent sur elle.

Ses yeux s’ouvrirent aussitôt et sa main empoigna fermement ce qui était en train de frôler sa peau. Si un misérable gobelin pensait pouvoir avoir main basse sur la démone aussi facilement il se trompait. Sans réellement regardé cette chose elle grogna instinctivement, montrant ainsi sa belle rangée de canine acérée à l’ennemie, puis sauta d’un bond sur sa victime. La plaquant à terre elle inversa la donne, c’était maintenant elle qui se tenait au dessus de sa proie. Tout s’était passé tellement vite que ceux qui observaient la scène n’avait pus voir qu’un éclair blanc et bleu bondir sur le vampire juste après qu’un rugissement ait retentit dans le silence de la grotte. A califourchon sur la Pourie, Lilyanna s’apprêtait à lui arracher un bout de gorge mais elle fut stoppé net dans son élan, un vertige venait de lui faire perdre ses moyens. En reprenant ses esprits elle se rendit compte que la chose qu’elle venait de prendre dans ses filets était loin d’être un gobelin repoussant. La peau qui recouvrait le corps de sa victime était si lisse et si pâle, aucun pustule ne venait troubler ces lignes filiformes, pas même une armure ne protégeait cette femme. En humant son odeur elle put vaguement reconnaître celle des vampires mais la chose sentait tout de même le gobelin carbonisé. Ce n’était pas une surprise puisque lorsqu’elle l’avait plaqué au sol, le sang des gobelins qui le recouvraient était venu souiller la peau et les cheveux d’Eurybie.

Quelques secondes plus tard, après s’être rendu compte qu’elle n’était pas directement en danger, elle s’éloigna rapidement du vampire afin d’observer, plus largement, les lieux. Une autre créature se tenait debout au milieu des cadavres. Son instinct de chasseuse reprit le dessus, en observant l’inconnu elle aperçût la tête qu’il tenait fermement à la main. Le sang qui s’en écoulait était encore frais, son odorat en était sûr. Si tel était le cas, le corps du défunt traînait certainement dans les parages. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle retrouva le cavalier sans tête, par chance personne ne semblait garder la nourriture ! A nouveau avec une rapidité fascinante, elle bondit, guidée par une faim sans limite, sur ce gros « poulet » et l’agrippa fermement tout en lui arrachant un énorme bout de chair. Elle l’engloutit avec une facilité déconcertante et recula lentement, traînant le corps avec elle, s’éloignant des deux protagonistes au cas où l’un d’entre eux voulait récupérer son casse croûte. Elle ne s’arrêta pas de le manger pour autant, sa respiration haletante était saccadée par moment, lorsqu’elle avalait goulument. Manger était devenu sa priorité ! Elle ne se souvenait que de certain passage de la bataille qu’elle avait mené en ce lieu, mais, aucun doute là-dessus, elle avait du combattre avec une telle rage que ses réserves d’énergies en avait été vidé. Rien de mieux qu’un peu de chair fraiche pour se requinquer. Le sang de sa victime lui recouvrait les mains et le contour des lèvres.

Elle restait sur ses gardes et, en avalant un nouveau morceau de chair fraiche, elle analysa plus en détail l’endroit où ils se trouvaient. L’homme aux cheveux blanc était allongé un peu plus loin sur le sol, le vampire à qui elle s’en était prise se remettait de ses émotions et la créature qui tenait toujours fermement la tête de son soupé était entouré d’une aura démoniaque. Au moins ils avaient tous un point commun : Ils étaient tous les enfants du Vein. C’est alors qu’un détail plutôt important sauta aux yeux de la démone. Le sol, tout entier, était recouvert de cadavre de gobelin encore fumant, l’immensité de la grotte regorgeait de cadavre carbonisé. Cette odeur lui était si familière… Elle se rappela alors la suite de la bataille, Aikanaro et ses épées qui mutilaient sauvagement les lignes ennemies pendant qu’elle utilisait ce sort… Tout s’expliquait enfin, tout redevenait clair. Elle s’était sûrement évanouie après avoir fait usage de ce don du Vein. Par chance rien ni personne n’avait mit fin à ses jours pendant ce trou noir. L’autre démon, qui s’était battu à ses cotés, semblait lui aussi s’être trouvé à bout de force. Ses deux épées s’étaient planté de part et d’autre de sa dépouille et Lilyanna pouvait le sentir d’ici, il était toujours en vie. Il subsistait néanmoins une inconnu dans l’équation : les deux nouveau arrivants. Qui étaient-ils et que faisaient-ils en ce lieux?

Lorsqu’elle eut calmé sa faim, elle se redressa, dévoilant ainsi son corps nu, maculé de sang, à ses interlocuteurs.


- Qui êtes-vous ?

Sa voix glaciale était, pour le moins, agressive. Toujours en position de défense, la demoiselle restait coute que coute sur ses gardes, s’approchant discrètement de son compagnon d’arme. Elle laissait derrière elle un amas de chaire déchiqueté qui, on avait peine à le croire, formait autrefois un humain.
Revenir en haut Aller en bas

Samir Kranel



________________

Samir Kranel
________________


Race : Seirdan
Classe : Lame noire
Métier : Combattant
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Âge : 33 ans

Messages : 37


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyLun 8 Aoû 2011 - 11:13

Faut pas se mentir, Samir était bel et bien un démon mais il avait des goûts pour certaines choses, entre autre les formes féminines, démons, races de feleth, mais pas les anges, ils puaient la bonté à deux kilomètres. Toujours est-il qu'ici, dire que Samir n'aurait pas voulu voir ces deux donzelles de races inférieure se battre sous la pluie dans un terrain de boue serait totalement faux. La vampire le dégoutait, cette race était une sorte de déchet Veinique que Samir ne pouvait confondre, il avait eu l'habitude d'en torturer, leur faire cracher toute leur lâcheté, et à la façon dont elle s'était faite retourner par l'autre était d'un pathétique, il s'en demandait même comment ils parvenaient à vivre ainsi. C'en venait presque honteux de les abattre sans leur laisser une chance de se suicider afin qu'ils retrouvent un minimum d'honneur.

Par contre l'autre, nue, Samir ne la lâchait pas du regard. Il avait une pulsion émanant du plus profond de ses tripes. De qu'elle façon: Après lui avoir cassé les membres, arraché la tête, noyée, écrasé chaque os, il avait absolument envi de se sentir près d'elle, en elle profitant de chaque millimètre de sa peau délicieuse, de son parfum obscure, de ses lèvres violettes, ses yeux sombres sertissant un visage des plus fins. Samir ressentit un frisson parcourir son corps, et c'est à ce moment qu'elle se jeta sur le cadavre, "son cadavre", il allait riposter en hurlant quand son désir le calma.
"Manges, je ne veux en pleine forme!" Pensa-t-il.

Il tourna son visage sur la vampire et lui jeta la tête violemment afin qu'elle frappe le corps de la pourrie avec puissance.
-Casses toi avec ça de suite!

Il lui laissait une chance de se barrer si elle voulait pas voir Samir lui bourrer dans le tas. Ils étaient quatre, un duel serait des plus risqués, et même s'il en sortait vainqueur ses chances d'en finir épuisé étaient probable, fatigué donc en proie aux spectateurs. Voilà que sa douce posa une question, elle demandait qui ils étaient, Samir se mit à sourire en l'observant de son regard pervers, ne lâchant pas des yeux ce petit corps si puissant, il en avait presque la bave qui coulait au bord des lèvres.

Il fit un pas, juste un pour observer la réaction de celle là, craintive ou pas? Il ne voulait qu'une chose, la toucher, l'approcher, le faite qu'il y ait du monde l'empêchait de prendre des risques, il tenait son épée dans une main et comptait sur Kreïne pour l'avertir des intentions malsaines d'un agresseur quelconque afin de conserver ce coup d'avance, un coup qui pourrait le sauver, et pourquoi pas prendre l'avantage.

Il fit un deuxième pas puis un autre, ne s'arrêtant plus, d'une lenteur extrême, un regard vers la vampire, puis Lilyanna, la vampire, Lilyanna, ses pupilles ne cessaient de danser d'une extrémité à l'autre de ses yeux. Toujours en s'approchant de la belle, serrant encore plus fort le pommeau de Kreïne de la main droite. Il tendit sa main gauche couverte de son armure en plaque alors à un mètre de Lilyanna.
-Suis moi, tu vas apprendre à me connaître!

Il parlait pas beaucoup le Samir, il était plus à l'aise pour mettre des grands coups d'épée à travers le crâne. Cela avait souvent pour effet de ne pas rassurer l'adversaire qui ne savait que penser de ce colosse de presque deux mètres au regard de Seïrdan, cette race bien connue pour leur amour du sang et l'aptitude inégalée au combat.
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyJeu 11 Aoû 2011 - 1:13

La démone se jeta sur elle, et Eurybie ne pu s'empêcher de sourire. Elle aimait les surprises et l'adrénaline qu'elles provoquaient en elle. Elle grognait et la Pourrie voyait ses crocs au moins tout aussi menaçants que les siens, voir plus, mais elle souriait comme une débile tandis que la démone la chevauchait. Elle la regarda et une odeur insoutenable de peau carbonisée devenait de plus en plus intense ; faut dire qu'elle avait le droit avec un tête à tête particulier avec des gobelins brûlés au cinquième degrés. Il suffisait qu'elle tourne la tête pour tomber nez à nez avec une tête d'un de ces derniers, complètement noire.

Puis l'étrange créature la sentit quelques secondes avant de partir comme elle était venue : rapide et vive. Sacré démone. Eurybie se releva sur ses coudes, couchée parmi les cadavres, se rendant compte qu'elle aurait pu être à la place du moine. Effectivement, la Vanberg avait trouvé ce qu'elle cherchait : un corps de moine, tout frai, tout beau. L'ayant trainé quelques mètres plus loin elle s'était mise à lui arracher la peau sans plus attendre ; le sang coulait, la peau se déchirait et la Morteury se dit qu'elle avait eu de la chance d'être épargnée et d'être assez dégueulasse pour ne pas être goûtée. Elle fut apaisée par cet argument et expira longuement avant de s'abandonner à la contemplation de la curieuse créature.

-Casses toi avec ça de suite!

Vivement, il avait tourné son visage intriguant vers elle avant de lui jeter la tête du religieux d'une puissance volontaire... La Pourrie d'un geste de main dévia la tête qui se dirigeait sur elle d'une vitesse rare sur Feleth, le contact de sa main sur la chair dure provoqua un bruit plat et net. Une giclée de sang lui salit le visage, tandis que la tête s'écrasa trois mètres plus loin, semblable à une pastèque bien mûre. Ordure. Elle lui sourit à pleines dents. Les seïrdan se sentaient au dessus de tout ; ils pensaient qu'ils valaient mieux que les vampires parce qu'ils faisaient partie d'une minorité. Un clan fermé qui leur donnait l'illusion d'être une espèce d'élite. Une douce illusion ; ils étaient forts mais si peu lucides. Leur narcissisme les menait tous vers un seul et même endroit : leur propre tombe où ils pourriraient comme les autres.

La vampire regardait l'homme sans laisser paraître sa haine ou son dégoût, non, elle se montrait flattée qu'il lui attache de l'importance et cela peu importe de quelle façon. La démone demanda à qui elle avait à faire. Eurybie ne répondit pas, pourquoi aurait-elle du lui dire d'ailleurs? Sa tête se pencha spontanément sur le côté et elle se demanda un moment si cela pouvait jouer, qu'elle se présente comme Eurybie la putain ou Sophie la vierge. Pourrie ou Morteury... Y avait-il des gens qui s'attardaient sur ces détails?

Les hommes étaient répugnants ; le seïrdan regardait la créature du Vein comme si elle eu été un objet ou un plat savoureux. Ses yeux étaient semblables à ceux des bambins qui découvrent un ciel bleu pour la première fois ; émerveillés, curieux, le contemplant sans pudeur ni modération. Puis il regarda à nouveau Eurybie, avant de regarder la démone et il reposa encore son regard sur elle. La vampire le fixait, le visage ensanglanté, complètement neutre et dénué d'émotions. C'est qu'elle aurait fait une bonne joueuse de cartes.

- Suis moi, tu vas apprendre à me connaître!

La Pourrie applaudit. Ses longues mains fines donnaient l'impression que ses phalanges allaient se décrocher d'un moment à un autre. Elle s'était relevée et ses longs cheveux descendaient en cascade le long de son visage creusé, fluides. Elle s'approcha de quelques mètres en traversant la prairie des petits corps inertes. Sa voix éraillée comme si elle eu une épidémie perça à son tour le silence :

- C'est qu'il serait presque charmant avec ce filet de bave! Tu es ridicule, seïrdan, tu n'es même pas capable d’honorer ta propre race et tu pues l'orgueil...

Elle s'approcha un peu plus, du côté de la démone, avant de donner un violent coup de pied dans la main que l'homme tendait à Lilyanna. Elle fixait toujours le seïrdan, intérieurement hors d'elle et visiblement sereine mais haineuse. Peu importait qu'elle en souffre, peu importait qu'il la coupe ; c'était un besoin, elle devait le provoquer pour faire sortir sa colère comme il faisait sortir la sienne.

- On t'apprend pas la courtoisie dans ta famille? Les femmes ne sont pas faîtes pour recevoir des ordres. Mais peut être que tu ne sais faire que ça? Aboyer et te battre, en gentil chien de garde...
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyJeu 11 Aoû 2011 - 22:53

L'albinos continuait d'agoniser sur le sol, ne sentant qu'à peine la fraicheur du parterre rocheux. Son corps meurtrit se soigner lentement comme à chaque fois, son cœur battant faiblement, se ménageant après l'effort intense qu'il dû faire lors du dernier combat. Son esprit, cependant, suivait toute la scène à travers ses lames runiques. Chaque variation dans les différentes aura lui permettait à l'aide de ses armes de mettre une idée sur les actions des personnes l'entourant. D'un côté, curiosité, surprise, défense, excitation, réflexe, dégout, opposition; d'un autre, calme, sursaut, réflexe, faim, prudence, attention; et enfin analyse, intérêt, dégout, re-intérêt, pulsion.
Mais il était temps, bien que son corps ne se soit pas complétement remis, qu'il retourne en intégralité dans son être d'origine. Le corps du démon fut pris d'un léger sursaut, puis d'une toux forte lui faisant cracher le restant de sang qui était resté dans sa bouche. Il ouvrit doucement ses yeux en amande pour prendre conscience et mettre des images sur les différentes scènes jouaient pendant qu'il était "dans" les lames. Ses yeux rubis se posèrent d'abord sur ce qui semblait être une vampire, à l'odeur, et qui semblait être en pleine altercation avec le démon masculin. Ce dernier restait pour l'instant debout à côté d'elle, mais venait tout juste de lever les yeux de la fille du Vein qui l'avait accompagné en combat précédemment. Quant à elle, elle mangeait le lus vite possible, se rapprochant de lui par petite distance. Qu'espérait-elle? Il était faible, si les deux nouveaux arrivant se battaient pour savoir qui aller commencer à satisfaire ses plaisirs il ne pourrait pas grand chose... Mais il sentait bien que la vampire n'en avait pas après sa compagne d'arme mais plutôt après le démon aux pulsions animales.
Puis le Syrinx prit appuis sur sa lame divine afin de s'adosser au mur de pierre, et au moins faire face au cas où. Bien sûr, son souffle était court, son visage ensanglanté, ses yeux fatigué, sa bouche sèche, ses membres lourds et douloureux. Mais malgré tout cela, il ne se laisserait pas abattre comme un vulgaire être n'attendant que cela. S'il fallait qu'il périsse, seul le mérite de son adversaire ferait pencher la balance. Et son l'honneur l’incitait même à mourir de par ses vicieuses lames que par celle de son opposant!
Il leva une main gantée de son armure sombre et la pose doucement sur l'épaule de la goinfre qui continuait son repas imperturbable et dans un souffle faible mais distinct sortit un "bien joué", avant de laisser retomber sa main au sol, trop épuisé pour gaspiller ses dernières ressources dans ce genre de futilités.
Sa tête lui tournait, il ne pouvait compter que sur les réflexes éventuels de ses pires ennemies. Il était loin de sa forêt, il avait besoin d'air, de respirer le pollen, d'humer le doux parfums des fleurs et des arbres, sentir la pluie ruisseler sur son visage blême et caressé par la fraicheur vivifiante du vent. Il ferma un instant ses yeux cramoisis en imaginant tout ça. Une brève expression de bonheur parcourue ses traits fins.
Un craquement sourd se fit attendre au plafond de la ville souterraine, situé à plusieurs dizaines de mètres au dessus d'eux. L'albinos sursauta, sortant de ses songes brutalement. Il ne s'en doutait pas, mais l'appel de la nature est plus fort que la plus résistante des roches quand il s'agit de son champion. En effet, le craquement était celui d'une large brèche d'où quelques racines commençaient à peine à poindre. Elle le rappelait à elle car il en avait besoin pour survivre. Malheureusement, l'obscurité intense des lieux empêchait les êtres "ordinaires" de voir ce qui se tramait au dessus d'eux.
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyVen 12 Aoû 2011 - 19:59

Aucun d’entre eux ne daigna répondre à sa question, d’un autre coté elle s’en fichait quelques peu. Ses forces la regagnaient progressivement et le sang frais qui l’avait nourrit précédemment accélérait le processus. Elle s’immobilisa lorsque le Seirdan fit un pas vers elle, toujours en position de défense, prête à bondir sur cet ennemi potentiel.

La tête que tenait fermement l’inconnu s’élança droit sur la vampire, cette dernière l’écarta de sa course avec une facilité déconcertante, l’égarant parmi les cadavres qui jonchaient déjà le sol. Le Seirdan étalait, avec fierté, tout l’orgueil dont il pouvait faire preuve ; chose qui, semble-t-il, amusa Eurybie. Le regard de Samir se posait successivement sur elle et Lilyanna mais ses pas le conduisaient tout droit vers la démone. Il lui tendit la main et lui fit une proposition qui se voulait… intéressante ? Attrayante ? Sérieuse ! Son visage, impassible, ne laissa transparaître aucune émotion, même si intérieurement elle méprisait le caractère hautain de la chose. Il voulait qu’elle apprenne à le connaitre ? Encore fallait-il qu’elle lui porte ne serait-ce qu’une once d’intérêt pour cela et c’était loin d’être le cas. Lui, en revanche, semblait charmé par les courbes généreuses qu’offrait le corps de Lilyanna, chose qui l’amusa discrètement. Elle esquissa un sourire sombre tout en plongeant son regard dans celui du démon, le jeu allait devenir amusant. Elle infiltra dans son esprit une idée, simple conception de ce que pouvait représenter leur rencontre en des lieux plus intimes. Doucement cette idée devint un songe dans lequel ses mains de guerrier caressaient les formes de la démone. C’était comme si son subconscient lui révélait ses intentions les plus intimes ; impossible pour le démon de comprendre la supercherie de la chose. Tout ceci n’était qu’une foule d’illusion que Lilyanna semait dans l’esprit de Samir afin de faire grandir le désir qui l’animait déjà auparavant. Les illusions s’intensifièrent, toujours présente dans le subconscient du démon tel des flashs de ce qu’il aimerait faire plus que tout. Il ressentait son corps collé contre le sien, la chaleur qui pouvait l’enivrer en de telles circonstances, le plaisir qu’elle saurait lui faire ressentir, la violence de leurs ébats…

A ce moment précis, Eurybie entra en scène telle une féministe aguerrit, défendant avec ferveur les droits de la femme. Elle s’injuriait devant le machisme du Seïrdan et n’hésita pas à lui montrer sa détermination en écartant voilement sa main de son chemin. Elle fit couler sur lui une pluie de mot plus méprisant les uns que les autres, visant à montrer à son congénère du Vein qu’il y avait là bien d’autre moyen de courtiser une dame. Sacré petite vampire que voila. Lilyanna esquissa un nouveau sourire avant de reporter son attention sur Aikanaro. Ce dernier s’était relevé discrètement et semblait intrigué par quelque chose au dessus d’eux. Avant de s’approcher de ce dernier, elle adressa à Samir un regard plus que provocateur puis disparut de son champ de vision en cachant ce corps qu’il désirait tant derrière celui de la Pourrie.


- Je te présente nos deux nouveaux invités

Lanca-t-elle au Syrinx

- Doudeldi et Doudelda

Ajouta-t-elle dans un murmure amusé, uniquement destiné à son « ancien » compagnon d’arme.



HRP
Spoiler:
 


Dernière édition par Lilyanna Vanberg le Sam 13 Aoû 2011 - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Samir Kranel



________________

Samir Kranel
________________


Race : Seirdan
Classe : Lame noire
Métier : Combattant
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Âge : 33 ans

Messages : 37


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyVen 12 Aoû 2011 - 20:43

Envoûté, de l’excitation, la sorcière devenait irrésistible, plus il la regardait plus il avait envi de se sentir en elle, même morte, quoique il s'imagina ces choses qu'une femme rends à son amant par amour. Il ne l'avait jamais connu, comment faire l'amour à une donzelle sans l'avoir presque tué, sans lui casser la nuque en lui tirant les cheveux comme un sauvage, ne pas lui briser le poignet en ne maitrisant plus ses gestes sous la jouissance ultime? Pourquoi avait il envi de douceur? Pourquoi ne pensait-il plus qu'à ça?

Keïrne informa soudainement l'intention d'Eurybie contre lui de taper sa main et il l'écarta avant même qu'elle le touche. Le Seirdan était excité, énervé, une fureur provenant du plus profond de ses désirs, s'il venait que pour une raison ou une autre cette femelle lui échappe il tuerait, il tuerait sans cesse, violerait sans ne plus jamais s'arrêter, jusqu'à ce que cent femmes lui demandent pardon acceptant d'être responsable de cet échec. L'aura de Keirne s'intensifia, pour la première fois ce n'était pas une blessure qui le rendait frénétique, mais un sentiment de désir mélangé à cet affront de la plus sordide des races, une vampire avait osé le défier.

Samir se recula et les plus empathiques auraient pu ressentir le sentiment qui grattait les entrailles de Samir comme le diable du bout de l'ongle, le Seirdan était fou et se mit en position de combat.
-C'est toi ou moi, l'un de nous deux va périr ici!

Tenant son épée double le prévenant des intensions contre lui à chaque seconde, recouvert de son armure en plaque et haut de son mètre quatre vingt dix, il se tenait près à attaquer, Keirne n'avait pas encore son énergie au total, Samir frappa quelques cadavres et l'épée jouissait de cette violence contre la chair se rechargeant. Le seirdan ne lâchait pas la vampire des yeux, il n'avait plus sa téléportation de disponible, ni sa marque de mort, si elle s'échappait il la perdait!

Samir hurla d'une force à en faire trembler la caverne!
-Au nom de mon clan, de tous les Kranels, tu vas mourir vampire! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Samir pouvait laisser deux mètres entre lui et la sang froid tout en espérant touche Eurybie du bout de sa lame dangereusement. Il profiterait de cet écart pour agir en fonction des intentions transmises par Keirne de façon instinctive. Il sonna la charge, cherchant d'abord à mutiler pour combattre plus favorablement, frénétiquement. Il ne pensait plus à Lilyana
Revenir en haut Aller en bas

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptySam 13 Aoû 2011 - 15:16

Un grondement retentit, comme si un ciel au dessus de la grotte préparait un orage. Eurybie leva son visage vers le haut plafond sombre dont on ne voyait pas le bout, mais fut rapidement amenée à garder son nez en face de celui des protagonistes ; le seïrdan avait esquivé son coup, comme s'il avait été informé de ce qu'elle prévoyait de faire. La Morteury trouva ça étrange qu'on puisse la trouver prévisible et se dit que cet homme devait avoir un pouvoir spécial. Elle jura intérieurement. Mais voilà que la démone s'était relevée pour se placer juste derrière la Pourrie :

- Je te présente nos deux nouveaux invités, Doudeldi et Doudelda.

C'est qu'en plus d'être malsainement belle, elle était drôle. Eurybie aurait souri en temps normal mais elle était trop occupée à regarder à qui la démone parlait. Un homme s'était relevé, un homme dont elle n'avait même pas calculée la présence. Grosse erreur de sa part, énorme erreur de ne pas avoir été plus prudente. La Morteury s'auto-sermonna, contrariée. Son regard froid posé sur lui, elle examinait avec attention ces deux prunelles vermeilles, en contraste à une chevelure pure. Ce lieu abritait définitivement un beau trio de démons plus impressionnants les uns que les autres, elle se serait presque sentie... Humaine?

Mais voilà que le seïrdan lui aboyait dessus, le regard haineux et le corps en tension, il l'a menaçait. Il allait la tuer, Eurybie le voyait, il imaginait déjà la façon dont il écraserait sa nuque avant d'arracher sa tête et de la porter comme un trophée sur le bout de son arme. Elle était forte, mais il l'était plus et elle le savait. Il commençait à planter son épée dans les cadavres de gobelins ; son arme était enchantée. Pourtant il ne cessait de la fixer, tandis qu'elle regardait son arme percer la chair dans les morts, avant de le regarder à nouveau. Peu à peu, sa haine se dissipait pour laisser place à sa lâcheté :

-Au nom de mon clan, de tous les Kranels, tu vas mourir vampire! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Son cri résonna dans la grotte, un appel à la mort qui n'impressionnait pas la vampire. Non, ce qui l'impressionnait était cette épée un peu trop bizarre dont elle ne connaissait pas les pouvoirs, qui était pointée sur elle, mais elle sentait qu'il fallait mieux s'y tenir à carreaux. Elle pensa à ses deux dagues minables. Merde. Voilà qu'il lui fonçait dessus, d'une vitesse vampirique elle se déplaça mais reçu un coup de lame dans la hanche. Elle jura encore intérieurement tandis qu'une adrénaline l'envahissait. Elle vit volte face et se rappela que la démone était derrière elle. Elle espéra un instant qu'en se décalant, le seïrdan l'avait touchée elle aussi, l'entraînant dans le combat. Si elle n'était pas en duel elle pourrait s'en sortir... Avec de la volonté? Elle sorti deux dagues dorées qui étaient attachées à son ceinturon, elle avait au moins le don d'être ambidextre. Elle en pointa une sur le seïrdan, s'approchant de lui, avec un sourire :

- Tu te caches derrière ton épée seïrdan...

Voilà qu'elle fonçait droit sur lui, lui envoyant un coup de la main droite avant de faire de roulade pour se trouver derrière lui et d'essayer de lui donner un autre coup dans le dos. Qui ne risque rien n'a rien et la Pourrie avait bien envie de se défouler...
Revenir en haut Aller en bas

Aikanaro Myrrhyn

Prince Syrinx

________________

Aikanaro Myrrhyn
________________


Race : Syrinx
Classe : Lame Noire
Métier : Aucun
Croyances : La Nature dans tout ce qu'elle représente
Groupe : Solitaire

Âge : La vingtaine d'apparence mais la légende voudrait qu'il ait toujours connu les trois mondes

Messages : 201

Fiche de Personnage : L’avènement des Syrinx


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyDim 14 Aoû 2011 - 17:43

La démone lui parla, mais sa voix se perdit dans les méandres de sa fatigue. Ses épées runiques lui transmettaient les tensions qui se produisaient autour de lui: un combat s'annonçait. Sa vision se troublait au rythme des ténèbres qui lui faisaient front. Il glissa lentement sa main sur les poignets de ses armes, sentant sous son épais gants de plaques noires la dureté du manche de ces dernières. Puis il referma son étreinte sur elles, serrant le plus qu'il pouvait comme s'il se raccrocher à ça pour garder un semblant de lucidité et ne pas repartir dans un coma profond.
Les runes scintillaient et dansaient sur le plat des lames, frémissant du désir de combattre et de gagner d'autres âmes afin d'agrandir leur puissance. Cependant aucunes d'elles ne bougeaient. Il était bien trop dangereux de lancer leur porteur dans un combat aussi imprévisible avec aussi peu de moyen. Quelques gouttes de sueur perlèrent sur son front pâle, symbole de toute la détermination qu'il mettait en œuvre pour rester conscient. Ses lèvres de la même couleur blême étaient plus sèches que le plus aride des déserts. Qu'est-ce qu'il aurait donné pour pouvoir faire pousser une juteuse pastèque gorgée d'eau...
Pendant que ses désirs de nature continuaient de grandir inlassablement, un autre bruit sourd de craquellement se fit attendre au dessus d'eux. Cette fois, quelques cailloux se détachèrent de la roche initiale qui les entourait pour tomber sur le sol dans un faible roulis lorsqu'ils percutèrent les chaumières taillées à même la pierre. Un léger nuage de poussière de gravât et de terre vint se poser sur la scène comme un voile de soie délicat mais néanmoins gênant.
De larges racines sortaient déjà de la fente qui se transformait en immense crevasse. Les racines se collaient aux parois telles des pinces écartant de plus en plus la faille tandis que d'autres pendaient lamentablement dans le vide qui les séparait des êtres en bas. Le démon sentait à présent leurs présences, se rapprochant. Elles étaient là pour lui, et il remerciait la nature d'être aussi généreuse envers lui. Elle avait entendu ses appels inconscient à travers des centaines de mètres de profondeur de pierre et de terre.
Un sourire se traça, léger, sur le visage fin et livide du prince Syrinx. Une certaine euphorie s'animait en lui à chaque fois qu'il retrouvait la puissance de la nature envahir son âme et l'aider à maintenir les instincts destructeurs de ses lames maléfiques. Tout ce qu'il pouvait faire cependant c'est attendre son arrivée en essayant de ne pas se mêler au conflit. Cela ne le regardait pas, même s'il avait une fâcheuse tendance à protéger ses compagnons d'armes. Certainement qu'il ne laisserait pas derrière lui la démone si les choses se déroulaient mal. Quant à la vampire, elle avait du courage, certes, mais cela ne suffirait pas à la sauver. Elle aura besoin de ruses et d'intelligence.
Pour l'instant, son rôle était passif, il analysait la situation. Son esprit stratégique qui lui permettait de dominer les nombreux combats qu'il avait mené sur les champs de bataille était à l’œuvre. Sa folie vengeresse avait laissé place à sa longue expérience du monde, soutenue par le pouvoir immense de la nature pénétrant dans l'enceinte de la ville souterraine.
Revenir en haut Aller en bas

Lilyanna Vanberg



________________

Lilyanna Vanberg
________________


Race : Demon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 402

Messages : 15


Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] EmptyMar 16 Aoû 2011 - 12:13

La tournure que prenaient les choses n’était absolument pas du gout de la démone. Samir s’était engagé dans un combat avec la vampire et Aikanaro luttait pour tenir debout. La mine blafarde, il rassemblait le peu de force qu’il lui restait pour maintenir un semblant de garde. Etant resté derrière Eurybie, elle due se reculer rapidement lorsque le démon lança la charge. D’un bond, elle esquiva l’attaque qui ne lui était pas destiné avant de se retrouver à quelques pas de la scène. Elle était dans l’incapacité d’affronter de nouveaux ennemis et ce quel qu’il soit, toujours trop affaiblis par sa précédente attaque. La respiration haletante, elle observa attentivement les deux autres protagonistes, prête à esquiver à nouveau. C’est alors que quelque chose de minuscule lui tapota le cuir chevelu avant de se glisser par terre tel de petits cailloux… Un instant, c’était bel et bien des petits cailloux ! Ils furent suivi par des congénères un peu plus gros et Lilyanna du se décaler pour éviter de se faire marteler le crane. Elle secoua son visage afin de faire tomber la poussière qui s’y était installé, avant de relever son petit nez vers le plafond de la grotte. C’est alors qu’elle comprit l’intérêt qu’Aikanaro avait porté plus tôt à ces parois de granite : D’immenses racines creusaient la roche, se frayant un chemin parmi les entrailles de la terre, cherchant à rejoindre à tout prix quelque chose. Un grondement se fit entendre, suivi de près par de nouvelles chute de pierre toujours plus imposante les unes que les autres. Ca s’annonçait mal, elle ne connaissait pas grand choses aux plantes ni à l’architecture mais les tremblements que pouvaient ressentir nos 4 protagonistes provenait de la roche qui cédait sous la force et la détermination grandissante de ces plantes à les rejoindre. Piégé au cœur d’une montagne, dans un endroit qui pouvait s’effondrer à tout moment? Mais bien sûr, elle allait patienter bien sagement dans son coin que les deux moustiques arrêtent de se chamailler et pourquoi pas prendre un thé en attendant que le ciel lui tombe sur la tête! Il fallait fuir, c’était sa priorité. Impossible pour elle de créer un lien entre Aikanaro et ces satanés plantes verte, elle ne pouvait connaitre toute l’étendu de ses pouvoirs.

Une évidence s’imposa à elle, il y avait, non loin de ce lieu, un passage qui menait vers le Vein, c’était son unique chance de survis si la grotte s’effondrait. Elle avait prit connaissance de cette « porte » lorsqu’elle avait fait venir à elle la puissance nécessaire à l’éradication de l’armée de gobelin. Son attention se porta ensuite sur Aikanaro, elle n’allait pas le laisser derrière elle, elle lui en devait une. Elle s’étonna de voir que ce dernier n’était plus aussi mal en point que précédemment, sa mine pâle avait laissé place à un visage enthousiaste et plus aucun tremblement ne parcourait son corps. Comment était-ce possible? Il ne s’était ni nourrit, ni reposé et pourtant il recouvrait ses forces à la vitesse grand V. Y avait-il un rapport entre ce miracle curatif et l’arrivé fortuite des végétaux? Une nouvelle chute de pierre rappela à notre démone qu’une seconde de plus en ce lieu était une chance de survis en moins.


- Je ne compte pas m'éterniser, si nos chemins doivent se séparer ici, sache qu’ils se recroiseront.

Sur ces mots elle fit volte face et s’élança vers la sortie tel une panthère. Aikanaro avait le choix : la suivre ou rester dans cet endroit rendu bruyant par le tumulte du combat ainsi que le roulement des pierres. D’une manière assez déplaisante il lui était difficile de quitter les lieux, les deux derniers arrivant lui bloquaient le passage sans s’en rendre compte, trop préoccupé par leur querelle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Dans les abîmes du monde [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Dans les abîmes du monde [LIBRE]   Dans les abîmes du monde [LIBRE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les abîmes du monde [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Grottes-