''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 6 Déc 2012 - 16:27

Après la tempête, le gazon est mouillé ...

Heïan s’était adossé contre sa chaise et avait croisé les bras sur son torse alors que le père de Keira lui lança un regard dédaigneux. Il détestait se faire ainsi ridiculiser, mais il devait se mettre à l’évidence que l’opposant s’était bien préparé afin de se sortir de tout ce qui leur pesait dessus depuis près de deux mois. Tout ce que le Capitain lui offrit en réponse fut un sourire en coin. Insulté, Orson détourna le regard en retroussant le côté droit de sa babine. Maintenant, Liam eut droit à son tour de parole et commença :

‘‘ Je…je vous remercie Général Darrow, pour ce que vous avez fait pour moi et ma famille.’’

C’était tout naturel vu la situation. Il fallait dire qu’il en avait vu de toutes les couleurs, mais ce dossier avec quelque chose d’assez... exceptionnel, en plus d’attaquer directement la vie privée d’un de ses subordonnés. Darrow fit alors un clin d’oeil au jeune homme et croisa ses mains sur la table en attendant qu’il prenne la parole. Il était le principal concerné alors il avait le droit de parole.

‘‘ Je ne comprends pas à quoi tu t’attendais, Keira. Je ne comprends pas comment tu as pu faire une chose pareille. Je suis ravi que le mariage n’ait pas lieu. Mais pour l’enfant, je veux qu’il soit élevé dans l’amour et le bonheur. Il ne doit pas pâtir de ton échec. ‘‘

Le père de Liam gardait un oeil sur Keira depuis le départ et il ne manqua pas de voir ce visage ce difformer quelque peu pas un rictus mauvais. L’homme fronça alors les sourcils, se préparant à intervenir si elle tentait d’envoyer un coup en bas de la ceinture à son fils. Celle-ci prit alors la parole et dit, sur un ton arrogant :

‘‘ L’enfant? Qui te dit que je vais le garder? ‘‘

Alors là... Heïan n’en revenait tout simplement pas. Comment un être humain pouvait-il penser de la sorte? Ce qui grandissait en elle n’était pas un objet, mais bien un enfant qui grandirait et apprendrait comme tout le monde. Cet être ne demandait qu’à vivre et grandir normalement. Liam s’emporta aussitôt et ce fut d’ailleurs le seul aussi vif à réagir, car les adultes restèrent littéralement pétrifiés devant la remarque de Keira. S’en suivirent d’un échange tout aussi tranchant entre les deux jeunes adultes qui se poignardaient du regard. La Capitaine regardait son fils avec surprise alors que celui-ci avoua qu’il ne tolèrerait pas que l’enfant soit élevé dans le mépris ou pire, abandonné. S’en suivit d’une altercation concernant la nouvelle flamme de Liam et sur l’éducation de l’enfant à venir. Décidément, cette petite peste était plus que détestable.

Dès qu’il y eut un moment de suspens, le Général en profita pour parler à son tour pour leur faire savoir sur leur droit et sur les conséquences d’une mauvaise décision. Les regards se posèrent en premiers lieux sur la blondinette, car c’était elle qui portait l’enfant après tout, mais aussi celle qui ne le voulait pas. Encore une fois, Keira usait de ses talents de manipulatrice pour attirer le jeune homme dans ses filets, bien qu’il ne se ferait plus aussi facilement avoir maintenant. Celui-ci posa son regard doré sur les Orson et leur demanda alors :

‘‘ Monsieur et madame Orson, allez-vous laisser votre fille abandonner votre premier petit-fils? Ou petite-fille? ‘‘

Mais les concerner ne semblaient pas s’en soucier plus qu’il le fallait. Ils pensaient surtout à eux et leur soirée. Pourquoi s’encombrer d’un problème alors qu’on proposait de le prendre à la naissance? Ils gardèrent donc le silence et la réponse fut claire. Heïan était tout simplement sidéré par un tel comportement venant d’adultes aussi influents dans la sphère bourgeoise de Beolan. Ces individus n’avaient que leur réputation et leur richesse devant les yeux, rien de plus. Tout être humain devait avoir une raison de vivre pour eux et tous les êtres inférieurs ne méritaient pas qu’on leur porte attention. Il était tout simplement dégouté. Suite à cette réponse silencieuse, Liam déclara :

‘‘ Bien. Je prendrais l’enfant à charge dans ce cas. C’est honteux. Ce n’est qu’un enfant! Un bébé! Et il devrait souffrir de vos préjugés? Non. Moi je m’en contre fiche des classes sociales. Il aura une famille et de l’amour. Dès qu’il sera venu au monde, il viendra chez moi. ‘‘

Le chevalier reprit place sur son siège avec calme alors que son père tourna les yeux vers lui. Bien qu’il ne le lui dit pas de vive voix, Heïan était très fier de lui. Fier de savoir que même s’il n’avait pas voulu tout ça, qu’il prendrait cet enfant sous son aile et en prendrait soin pour ne pas qu’il en pâtisse. Et puis, il se doutait que Vaënadiel y était pour quelque chose dans cette décision. Cela expliquait le calme dont faisait preuve Liam en ce moment, car il ne semblait pas nerveux le moins du monde.

‘‘ Bien. Je pense que tout a été dit. Je vais donc prendre congé et j’espère que ce genre de situation ne se reproduira plus. ‘‘

Ainsi, le Général mit fin à la réunion. Heïan se leva à sa suite et lui serra la main, en faisant de même avec Liam. Les Orson eut étaient bien trop insulté et préféraient sortirent le plus rapidement possible de cet endroit infect pour retourner chez eux. Ils avaient été vaincus et ils ne le supportaient pas du tout. Les Kreiss attendirent donc qu’ils quittent les premiers puis les suivirent jusqu’à l’extérieur. Heïan s’était arrêté en bas de l’escalier à 2 marches et fut surpris de la réaction de son fils.

‘‘ Je t’aime papa…merci… ‘‘

Heïan l’entoura de ses bras et souriait tendrement. Qu’est-ce qu’il n’aurait pas fait pour ses enfants... Il aurait été prêt à laisser sa vie pour eux, car sa famille était plus importante que sa propre personne. Et puis, laisser son fils dans un tel merdier, il ne pouvait se le permettre. Il lui ébouriffa alors le dessus de la tête et le prit par les épaules pour l’éloigner de lui tranquillement.

‘‘ Moi aussi je t’aime, fiston. Et puis... c’est tout naturel. Maintenant, file rejoindre ta douce et annoncer la nouvelle à tout le monde. On se revoit ce soir. ‘‘

Le père regarda donc son fils s’éloigner de la caserne avec un sourire de soulagement. Enfin, ils pourraient vivre en paix sans peur de représailles. Moins qu’à l’habitude... il y aurait toujours ceux qui étaient fidèles aux Orson qui leur en voudraient, mais qu’ils aillent se faire voir, tout simplement. Heïan retourna à l’intérieur une fois qu’il fut de nouveau seul et retourna dans son bureau pour clore le dossier qu’il allait ranger soigneusement dans un coffre. Le calvaire était terminé...

Chez Berthan, malgré la nervosité qui grandissait, on riait de bon coeur. Le silence fut lorsqu’ils entendirent une porte s’ouvrir et qu’un domestique escorta Liam jusqu’au salon où ils étaient tous assis. Melley fut la première à se précipiter vers lui et ensuite ce fut Elayne, suivirent des vieux. Vaënadiel resta en retrait et attendit patiemment que son tour vienne. Elle eut droit au meilleur, comprenant qu’il avait remporté la manche face à Keira par ce seul baiser. Bien sûr, Berthan ne put se retenir de passer un commentaire en voyant ce petit geste d’amour de la part de son neveu alors que Serra et Naëlyah ricanaient doucement derrière. Il y avait longtemps que le vieil oncle n’avait pas eu ce loisir, alors ce n’était certainement pas aujourd’hui qu’il s’en priverait. Non?

Leur corps se détachant quelque peu, la jeune nordique lui souria et garda ses bras autour de sa taille alors que tous furent invités à se rassoir. Le duo ne tarda pas à les rejoindre alors que les regards se posaient sur le jeune homme. Ils attendaient, mais avec une impatience palpable.

‘‘ Le mariage n’aura pas lieu. Eirika, une ‘amie’ de Keira a témoigné en dernière minute contre elle. Elle connaissait toute du complot. Par contre…Keira veut abandonner l’enfant. Pour elle il ne servait qu’à m’avoir et rien d’autre. Maintenant qu’elle a perdu la partie, il est encombrant. ‘‘

En-encombrant? Un si petit être encombrant? Mais comment pouvaient-ils penser de la sorte avant même que l’enfant ne soit au monde? Melley voulut intervenir, mais Liam continua pour apaiser la situation alors que Vaë serrait la main de son amant dans la sienne.

‘‘ J’ai décidé de le garder et de l’élever moi-même. Je… je ne peux pas imaginer qu’il soit laissé à son compte. Il n’a pas demandé tout ça et au droit de vivre normalement. Et… je pense qu’il aura plus d’affection ici qu’avec sa ‘mère’. ‘‘

La jeune femme à la chevelure de neige poussa un long et profond soupir de soulagement. Ce n’était pas son enfant, mais elle avait senti un poids s’enlever de ses épaules par le fait même que Keira ne commencerait pas à harceler Liam pour voir l’enfant. Et comme elle le lui avait dit quelques jours plutôt, Liam ne serait pas seul à l’élever. Elle serait là pour l’épauler et en prendre soin comme s’il avait été à eux. Lorsque le regard doré de son loup se posa sur elle, Vaënadiel ne put s’empêcher de lui sourire doucement et accota son front dans son cou, serrant sa main dans la sienne un peu plus fort.

‘‘ Je suis fière de toi Liam. ‘‘

‘‘ Nous sommes tous fiers de toi, mon grand. Tu as montré à cette gourde que tu étais un homme honnête et mature pour ton âge. Très mature d’ailleurs... je suis surpris! ‘‘

Berthan se mangea un coussin par la tête de sa femme et un fou rire éclata chez les membres de la famille. Ils restèrent jusqu’à la fin de l’après-midi puis la famille s’en retourna à la villa, car Heïan devait être sur le point de rentrer. Au repas du soir, on sortit le champagne et bien entendu, Vaë ne put se retenir d’abuser de la boisson et ses joues devenaient rouges d’un seul coup. D’ailleurs, elle demanda :

‘‘ C’est normal que vous tournez tous très rapidement? ‘‘

‘‘ Je crois que la petite à bu trop rapidement... ‘‘ Dit-il d’un sourire amusé.

‘‘ J’ai bien peur que papa ait raison! ‘‘ Ajouta Elayne en riant.

Vaënadiel se mit aussi à rire et on la força à boire de l’eau le restant de la soirée. Elle commençait à reprendre ses couleurs naturelles et sa tête tournait beaucoup moins qu’au départ. En fin de soirée, la druidesse monta à l’étage, accompagnée de Liam et la fit entrer dans la chambre. Mais celle-ci restait plantée devant l’entrée et semblait réfléchir. Une grosse envie la parcourait. Était-ce les effets du champagne? Bref, elle n’en savait rien, mais elle tourna les yeux vivement vers Liam qui semblait confus de recevoir un tel regard de sa part. Il lui demanda ce qui n’allait pas et d’un coup, elle s’élança vers lui en rugissant et le plaqua brusquement au sol. Au moins, sa chute avait été amortie par l’épais tapis au sol. À quatre pattes au dessus de lui, Vaë le regardait avec un étrange sourire, ses longs cheveux lui chatouillant le visage. Sauf qu’elle fit un faux mouvement en voulant s’avancer et son genou droit écrasa ses parties intimes. La druidesse le vit grimacer puis se tordre de douleur. Maudite maladresse! Elle lui avait fait mal et grimace même avec lui.

‘‘ Oh! Je suis désolée! Liam, je suis vraiment désolée! Je ne voulais pas je... désolée! ‘‘

Elle ne savait pas quoi faire. Ses mains allaient se poser à cet endroit, mais elle se ravisa et approcha son visage du sien, inquiet.

‘‘ Tu vas bien, ça va? ‘‘

Celui-ci ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et d’une voix étouffée, mais il lui confirmait que oui. Rassurée, la jeune femme lui fit un sourire et déposa un baiser sur ses lèvres, se faisant même un petit peu plus entreprenante. Ne quittant toujours pas sa bouche, ses doigts se mirent à déboutonner sa chemise alors qu’elle se retrouvait en califourchon sur son bas ventre. Ses mains se mirent alors à glisser doucement de son ventre jusqu’à son torse et ses épaules alors que sa bouche bifurqua pour se poser sur sa mâchoire et tracer son chemin jusqu’à son oreille qu’elle ne put se retenir de mordiller. Elle murmura...

‘‘ Bis bobo? ‘‘

Son visage revint au dessus du sien alors qu’il semblait indécis et surpris à la fois. Il ne semblait pas non plus comprendre ce qu’elle voulait dire par là. Un sourire malicieux se dessina sur les lèvres rosées de la jeune femme, visage éclairé seulement par la lune qui brillait au-delà de la fenêtre, et celles-ci se reposèrent sur la bouche de son amant avant de se mettre à descendre délicatement le long de son corps. Ses mains elles, descendaient aussi, mais plus rapidement que ses lèvres qui effleuraient à peine sa peau chaude. Son pantalon fut alors ouvert et le descendit à peine, déposant un baiser juste en haut de son intimité, sur son bas ventre, puis remonta à la même vitesse.

‘‘ Tu te sens mieux maintenant? ‘‘ Susura t-elle de sa voix douce et mielleuse, sentant que son homme avait du mal à se contenir.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 6 Déc 2012 - 19:09


Le reste de l'après-midi se passa dans la joie et la bonne humeur. Tous riaient, heureux que ce soit finit avec cette histoire. Liam se sentait bien plus léger, malgré le nouveau poids sur ses épaules. Un poids qui n'existait pas encore mais qui s'installerait dès que l'enfant serait là. Il n'avait que vingt ans et allait devenir père. Ses escapades pour découvrir le monde étaient closes dorénavant et puis…il avait Vaë. Elle était là et il ne serait jamais seul. D'ailleurs, il songea même à lui demander si elle ne voulait pas inviter son frère et Elsah à venir les voir à Beolan un jour. Ce serait…amusant.

En fin d'après-midi, ils prirent congé, devant être de retour chez eux pour accueillir Heïan. Le repas fût des plus festifs, l'alcool coulant sans grande modération. D'ailleurs, les premiers effets se firent ressentir sur Vaë qui leur demanda, les joues drôlement rouges :

-C’est normal que vous tournez tous très rapidement?

Liam la regarda alors que son père établissait le diagnostic et que sa sœur confirmait en riant. Sa rose avait les yeux brillants et les joues rouges, ce qui le choquait par rapport à d'habitude, puisqu'il avait prit le pli de voir sa peau blanche comme ses cheveux.
Elle resta au régime eau le restant de la soirée et une fois cette dernière bien avancée, Liam l'emmena à l'étage pour se reposer après cette journée riche en émotion.
Il la conduisit jusque dans leur chambre et il referma la porte soigneusement avant de se tourner vers Vaë qui restait plantée au milieu de la pièce. Il pencha la tête de côté, s'inquiétant. Elle se tourna vers lui, lui lançant un regard…étrange et il lui demanda si quelque chose n'allait pas, lorsqu'elle se mit à…rugir ??

Oui oui ! Elle rugit violemment en sautant sur lui. Sous la surprise, il s'affala au sol, son dos rencontrant le tapis de la chambre. Il écarquillait les yeux alors qu'elle apparaissait au-dessus de lui, ses longs cheveux dégringolant sur son visage, un sourire bien étrange aux lèvres. Liam sentait son corps réagir et…enfin…il décida de la laisser faire, lorsqu'elle se mit en mouvement, sauf que…l'un de ses genoux vint malencontreusement heurter ses parties intimes, le faisant grimacer et se plier en deux. Comme ça faisait mal ! Même si elle ne l'avait pas fait exprès, la douleur était là !

- Oh! Je suis désolée! Liam, je suis vraiment désolée! Je ne voulais pas je... désolée!

Il voulut lui répondre, mais il n'avait pas encore le souffle nécessaire à cela. Il vit le visage de sa rose se rapprocher du sien et l'entendit :

-Tu vas bien, ça va?

Il hocha de la tête et ajouta d'une voix étouffée que ça allait. La douleur refluait et de toute manière il l'oublia bien vite lorsque Vaë posa ses lèvres sur les siennes, dans un baiser fougueux. Il sentit ces douces mains glisser et ouvrir la chemise qu'il portait, et il sentit aussitôt les frissons le parcourir de bas en haut et de droite à gauche tandis qu'elle remontait, caressant son ventre, son torse, ses épaules, toujours à califourchon sur son ventre, toujours en l'embrassant. Liam avait mis ses mains sur sa taille, ne faisant rien de plus que la caresser par-dessus le haut qu'elle avait. Il la laissait faire de lui tout ce qu'elle voulait, même écraser ses parties intimes. Qui sait, c'était peut-être une vengeance ?! N'importe quoi…

Elle quitta sa bouche pour aller vers sa mâchoire puis son oreille, qu'elle mordilla en murmurant :

-Bis bobo?

Il haussa les sourcils, le visage de Vaë réapparaissant au-dessus de lui. Bis…bobo ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Il n'avait jamais entendu ce terme-là…
Tout ce qu'elle lui offrit en réponse fût un sourire des plus malicieux, éclairé par la lune, sa lumière jouant dans ses cheveux de neige. Elle plaqua sa bouche contre la sienne, reprenant ses baisers qu'elle continua de lui prodiguer le long de son corps, effleurant à peine sa peau. Liam était parcouru de frissons affreux. Une envie grandissait en lui, un feu le brûlait de l'intérieur tant il la désirait. Elle semblait être prête à reprendre, à oublier Keira et tout ce qu'il s'était passé.

Les lèvres de Vaë effleuraient toujours sa peau alors que ses mains ouvraient son pantalon, le descendant d'un coup. Liam redressa légèrement la tête, juste à temps pour la voir déposer un baiser juste au-dessus de ce qui faisait de lui un homme et remonter pour lui susurrer :

-Tu te sens mieux maintenant?

L'envie était plus forte que jamais. Il sourit et répondit du même timbre de voix enjôleur :

-Je vais merveilleusement bien…

Puis il l'attira à lui et l'embrassa, ses mains se resserrant autour de sa taille, passant sous son haut, le relevant. Il se détacha juste assez pour lui retirer le vêtement qu'il lança dans la pièce, la mettant à moitié nue. La lune éclairait son buste, son magnifique buste, et ses mains s'emparèrent de sa poitrine en douceur alors qu'elle bougeait des hanches sur lui, attisant le brasier de son désir. Et, sans crier gare, il l'agrippa à la taille et se releva, sentant ses fines jambes entourer sa taille et ses bras son cou. Tout en l'embrassant, il se dirigea vers le lit sur lequel il l'allongea délicatement avant de retirer son pantalon qu'elle avait ouvert et sa chemise.
Elle embrassait son torse, caressait ses cheveux alors que lui effleurait son ventre de ses lèvres, plus frissonnant que jamais. Lentement, il lui retira son pantalon, la mettant en sous-vêtement, tout comme lui l'était. Déjà essoufflé, Liam s'allongea sur elle, poings de chaque côté de sa tête et lui dit :

-Ma rose…je t'aime tant…

Elle avait ce regard brillant, ce sourire aux lèvres et elle entreprit de lui enlever le dernier bout de tissu qui le couvrait, lui-même faisant le geste pour elle. Nus, allongés, ils se regardèrent longuement en se caressant, l'envie plus forte que jamais chez l'un comme chez l'autre. C'était comme le point final à leurs malheurs…un nouveau pardon, une nouvelle chance…

Elle écarta alors ses jambes, entourant son bassin, et il s'approcha, délicatement, encore plus doux que la première fois. Elle se mordait la lèvre et gémissait faiblement, mais souriait. Il l'embrassait, la serrant contre lui, continuant ses mouvements du bassin. Elle griffait son dos lorsque le plaisir devenait insupportable, ne pouvant pas le hurler au risque de réveiller ses parents et sa sœur.

En sueur, ils y passèrent une bonne partie de la nuit, se bousculant, Vaë prenant le dessus d'un air coquin, Liam se laissant faire. Ils ne faisaient plus qu'un, un seul être, à jamais. Eux, c'était éternel…

Le lendemain, ils ne se réveillèrent qu'au milieu de la matinée, bon d'accord, à midi roohh ! Bref, ils se réveillèrent grâce à l'église de Beolan sonnait les douze coups de midi. Vaë était collée à lui et souriait, comblée. Elle leva les yeux vers lui et il caressa sa joue avant de l'embrasser tendrement. Les mots n'étaient pas nécessaires…

Se tirant hors du lit, ils allèrent se doucher, et cette fois ce fût Liam qui joua avec elle, ne faisant rien de plus que caresser son corps fin et merveilleux, mais qui suffit à lui donner du plaisir…

En descendant, ils s'installèrent pour manger tranquillement, les regards de Melley et Heïan posés sur eux. Liam les regarda en fronçant les sourcils et ses parents détournèrent le regard d'un coup, s'entreregardant en pouffant de rire. Liam se sentit gêné sur le coup. Son père verrait…dès qu'ils seraient seuls…il verrait…Liam lui ferait mordre la poussière ! Et ne se priverait pas de le traiter de chochotte !

A la fin du repas, Heïan s'en alla pour la dernière journée de travail avant un week-end de repos bien mérité et Melley accompagna Elayne en cours, ayant quelques achats à faire. Liam y serait aussi allé, mais Vaë était avec lui et il ne voulait pas qu'elle le surprenne en train d'acheter un nouveau collier et une bague de fiançailles. Non, il irait avec son père le lendemain. Lui saurait le conseiller et le guider, même s'il rirait de lui avant de le faire.

Restés seuls, Liam entraîna Vaë dans le bois, profitant de cette belle journée avant l'arrivée de l'hiver et s'assit sur le banc, Meeko les rejoignant automatiquement.
Il serrait la main de Vaë qui inspirait le bon air des arbres. Les oiseaux sifflaient, on n'aurait pas cru que la ville était juste à côté.

-Merci encore Vaë. Pour…m'aider pour l'enfant. J'ai tellement peur de ne pas réussir à lui donner de l'amour en sachant…le contexte de son conception…

Il regarda Vaë, lui offrant un sourire faible et inquiet. Comme son père à l'époque, il avait peur de ne pas être à la hauteur, surtout que cet enfant…n'était pas désiré, n'ayant pas la bonne mère…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Jeu 6 Déc 2012 - 22:16

Complot père/fils

‘‘ Je vais merveilleusement bien… ‘‘

La jeune femme lui souriait tendrement alors que son amant en faisait de même, entourant sa taille pour l’attirer contre lui. Il l’embrassait avec fougue, ses mains chaudes se faufilant sous le tissu qui la couvraient et montaient le long de son dos. Elle frémissait sous ce contact, sous ces caresses qu’elle n’avait plus senties depuis un bon bout de temps, la chair de poule se formant à la base de son fessier. Le chemisier qu’elle portait se retrouva bien rapidement loin sur le plancher alors que le jeune homme prenait possession de sa poitrine avec une grande douceur. La druidesse s’avança encore un peu et se colla davantage à lui jusqu’à ce qu’il agrippe sa taille et se relève. Vaë ne le lâcha pas pour autant, prenant ses jambes pour restées accrochées à son bassin et ses bras s’accrochant à son cou. Elle sentit le matelas sous son dos et se laissa déposée pendant qu’il se débarrassait de ce qui devenait encombrant. Ses doigts se promenaient dans ses cheveux alors que les lèvres de son homme descendaient sur sa peau, la chair de poule se formant la surface de chacune des parties de corps. Son propre pantalon lui fut enlevé et lancé lui aussi au sol. Le souffle-court, Liam colla son ventre contre le sien, se sentant devenir encore plus fébrile.

‘‘ Ma rose…je t’aime tant… ‘‘

Sa voix était si douce à ses oreilles et si sensuelle qu’elle ne put se retenir davantage. Ses mains frêles glissèrent de ses omoplates, parcoururent son dos et s’arrêtèrent sur sa taille pour le débarrasser de ce qui les empêchait d’aller plus loin. Liam en faisait de même pour la jeune femme qui ne pouvait que lui sourire et lui voler un baiser. Ses mains agrippèrent son fessier ferme l’espace d’une seconde puis remontèrent jusqu’à ses cheveux dans un geste lent, très lent. Lui aussi frissonnait autant qu’elle si ce n’était plus... Elle lui accordait sa deuxième en s’offrait à lui de nouveau, mais c’était aussi son cadeau personnel afin de le féliciter pour ce qui c’était produit aujourd’hui. Après tout ce stress, il avait bien droit à une petite gâterie. Elle comme lui avait attendu un bon moment que la confiance se réinstalle et maintenant tout allait pour le mieux.

Ses genoux s’éloignèrent l’un de l’autre et ses jambes entourèrent alors que le bassin de son amant qui s’unit à elle avec douceur. Vaënadiel ferma les yeux, souriait en se mordant la lèvre inférieure et ne put retenir un léger gémissement de plaisir, penchant la tête légèrement vers l’arrière et courbant le dos. Ils y passèrent plusieurs heures, se redécouvrant tranquillement profitant de la chaleur et de l’amour de l’autre jusqu’à que le summun de leur passion atteigne sa limite. Le pauvre Liam en avait des marques d’ongle au niveau des bras, du dos et de la taille et Vaë avait fait son possible pour rester muette.

Le soleil était déjà à son zénith lorsque les cloches de la cathédrale de Beolan sonnèrent les douze coups de midi. Vaënadiel ouvrait les yeux avec difficulté et n’osa pas bouger de sa zone de confort. Elle était si bien au chaud, contre son homme. Ses paupières se refermèrent d’elles-mêmes pendant un moment, un sourire se formant sur ses lèvres. Ses souvenirs de leur nuit lui revenaient en tête et elles en frisent avant de lever la tête et de croise le regard fauve de Liam qui lui caressait la joue avec tendresse, posant ses lèvres sur les siennes pour lui souhaiter le bonjour. D’un commun accord, jugeant qu’ils étaient dans leur lit depuis un long moment, les jeunes gens se dirigèrent vers la salle de bain. Vaë s’était glissé la première sous l’eau et Liam avait collé son ventre contre son dos, entourant sa taille de ses bras. Du bout des doigts, il caressait son corps, effleurant à peine sa peau pendant que ses lèvres embrassaient son cou. Elle frissonnait sous chaque geste, chaque baiser qu’il lui donnait... c’était un vrai supplice et ils n’avaient pas le temps puisqu’ils devaient descendre rejoindre ses parents et sa soeur en bas. Se retournant alors vers lui, la druidesse l’embrassa avec fougue et commença à le nettoyer, lui en faisant de même. Elle devait se retenir... elle devait se retenir!

Bien évidemment, ils ne manquèrent pas le regard que Melley et Heïan leur jetaient avant de se mettre à rire. Vaë se mit à rougir et prit place à table sous le regard amusé d’Elayne qui lui toucha la main afin de la rassurer. Les domestiques leur apportèrent alors leur couvert et la druidesse mangea avec appétit, commençant avec ses mains pour ensuite prendre les ustensiles. Elle s’excusa une dizaine de fois d’affiler avant de terminer son assiette. Le repas terminé, Heïan dut les quitter pour se rendre au quartier général et ensuite Melley quitta la villa avec Elayne. Liam se retrouva donc seul avec elle. Dehors, il faisait beau et le temps était juste assez chaud pour être confortable. Le chevalier l’entraîna donc avec lui dans le boisé et ils prirent place sur le banc le plus éloigné de la demeure et de la vue sur la ville. Inspirant à plein poumon, Vaënadiel se délecta de l’odeur des arbres et des plantes tout en écoutant le chant des oiseaux qui sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles.

‘‘ Merci encore Vaë. Pour…m’aider pour l’enfant. J’ai tellement peur de ne pas réussir à lui donner de l’amour en sachant… le contexte de sa conception… ‘‘

Liam semblait inquiet et elle comprenait parfaitement son sentiment, mais il n’avait pas à avoir peur. Peut-être que l’enfant n’avait pas été créer sur la base de véritables sentiments, sauf qu’elle savait que son homme serait un bon père. Caressant sa joue gauche d’une main, Vaënadiel lui rendit un sourire. Elle était calme et détendit et rien ne l’inquiétait.

‘‘ Pour l’instant, ne t’en fais pas, Liam. Cet enfant, une fois qu’il naîtra, sera heureux et comble comme moi je le suis avec toi. Cet enfant viendra peut-être d’une autre femme, mais il aura une grande partie de toi aussi. Comme je t’ai dit, je le prendrai comme s’il était le mien. Laisse le temps faire son oeuvre et tu verras, tout viendra naturellement. Et puis... je serai là, tu le sais. Tu ne seras pas seul dans cette épreuve. ‘‘

Elle posa délicatement ses mains sur son visage et approcha le sien pour déposer un baiser sur ses lèvres puis sur son front avant de plonger son regard aqua dans le sien.

‘‘ Je t’aime, Liam. Je t’aime, je t’aime, je t’aime... ! ‘‘

Puis elle l’embrassa de nouveau et l’enjamba de manière à être assise en califourchon sur lui, ses jambes de chaque côté de ses hanches. D’un sourire, elle lui caressa les cheveux et se souvint d’une chose. Détournant le regard vers le bas de son corps, Vaë fouilla dans sa poche pour en sortir le pendentif qu’il lui avait offert et le mit entre leur visage.

‘‘ Je l’ai trouvé la journée où je t’ai revu dans la montagne, accroché à une branche... Je suis désolée pour ça. Je n’ai pas voulu le briser, mais ce fut impulsif et une foule d’émotions me traversait ce jour-là. Je l’ai donc... lancé contre le mur. ‘‘

Vaënadiel souriait tristement et laissa Liam le lui prendre pour le remettre autour de son cou. Elle camoufla alors son visage dans le cou de l’homme et y déposa un baiser pour ensuite murmurer :

‘‘ Même si je ne l’avais pas avec moi, tu étais toujours là... au plus profond de mes pensées. À chaque jour, chaque minute... ‘‘

Elle ferma alors les yeux et entoura le cou de Liam de ses bras, flattant légèrement sa nuque dans un mouvement de va-et-vien avec ses doigts. Ainsi, ils restèrent jusqu’à ce que le père de Liam vienne hurler dans le jardin. Melley était à ses côtés.

‘‘ Hey le jeune! Magne-toi! Ton vieux père veut te voler à ta douce avant le repas du soir! ‘‘

Vaënadiel se dégagea et ricana doucement alors que ses doigts se croisèrent dans ceux de son amant. Meeko les suivait et ils retournèrent au manoir. Avant que les hommes ne partent, les femmes volèrent un baiser à leur homme et ils se regardèrent tous respectivement avant de se mettre à rire de la situation. Elles les regardèrent donc s’éloigner doucement, alors que Melley entraînait Vaë vers le salon. Il fallait d’ailleurs qu’elle demande si elle ne pouvait pas se rendre utile et aussi savoir comment apporter ces étranges pièces dorées à la maison pour aider Liam.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 0:07


Vaë le regarda, sans la moindre inquiétude dans le regard, bien au contraire. Elle caressa sa joue d'une main, en disant :

-Pour l’instant, ne t’en fais pas, Liam. Cet enfant, une fois qu’il naîtra, sera heureux et comble comme moi je le suis avec toi. Cet enfant viendra peut-être d’une autre femme, mais il aura une grande partie de toi aussi. Comme je t’ai dit, je le prendrai comme s’il était le mien. Laisse le temps faire son oeuvre et tu verras, tout viendra naturellement. Et puis... je serai là, tu le sais. Tu ne seras pas seul dans cette épreuve.

Il lui sourit alors qu'elle déposait ses fines mains sur son visage, se rapprochant pour l'embrasser, remontant sur son front, plongeant dans son regard.

-Je t’aime, Liam. Je t’aime, je t’aime, je t’aime... !

Chaque mot réchauffait son cœur. Chaque mot était un pieu qui liait leur amour et qui solidifiait cette seconde chance. Puis, elle passa une jambe par-dessus les siennes, se retrouvant assise sur ses genoux. Il mit ses mains dans son dos pour éviter qu'elle ne tombe et elle lui caressa les cheveux avant de baisser la tête. Liam fronça légèrement les sourcils, ayant tout de suite peur pour rien, mais elle sortit quelque chose de sa poche. Elle se redressa, suspendant entre eux le cœur de l'océan, à moitié brisé, à moitié refait.

-Je l’ai trouvé la journée où je t’ai revu dans la montagne, accroché à une branche... Je suis désolée pour ça. Je n’ai pas voulu le briser, mais ce fut impulsif et une foule d’émotions me traversait ce jour-là. Je l’ai donc... lancé contre le mur.

Liam déglutit alors qu'elle souriait d'un air triste. Il…ne lui en voulait pas pour cet accès de fureur. C'était normal après ce qu'il avait fait. Il agrippa la chaîne entre ses mains et le lui passa au cou, refermant le collier correctement. Une fois fait, elle resta nichée dans son cou, y déposant un doux baiser en murmurant :

-Même si je ne l’avais pas avec moi, tu étais toujours là... au plus profond de mes pensées. À chaque jour, chaque minute...

Pour lui aussi elle avait été là à chaque instant, en lui. Il n'avait cessé de penser à elle à partir du moment ou il avait recouvré ses esprits.
Elle entoura son cou de ses bras, caressant sa nuque dans un mouvement de va-et-vient. Liam aurait pu rester ainsi des heures durant, bercé par sa rose, enivré par son odeur, apaisé par la nature environnante, mais son père fît irruption en criant :

-Hey le jeune! Magne-toi! Ton vieux père veut te voler à ta douce avant le repas du soir!

Liam et Vaë se détachèrent l'un de l'autre, croisant leurs doigts ensemble, regardant Melley et Heïan qui étaient postés non loin. Qu'est-ce que son père voulait ? D'un côté, Liam s'en fichait, celui lui permettrait de demander pour…enfin…pour ce qu'il voulait faire quoi. Ils rentrèrent donc au manoir et avant que les deux hommes s'en aillent, leurs femmes respectives leur volèrent un baiser en simultané. L'image était cocasse…
Liam suivit donc son paternel dans la rue et après quelques minutes de marche silencieuse il demanda :

-Pourquoi…voulais-tu me voir ?

Son père ne lui répondit pas immédiatement. Il entoura ses épaules d'un bras en souriant étrangement, ne le regardant pas.

-Eh bien…

Là il eut droit à un coup d'œil pour la suite :

-C'est inscrit dans ton front. Rends-toi à l'évidence petit cachottier ! Tu veux lui offrir quelque chose non ? Un père ça le devine ça ... malgré que moi c'était ton parrain Berthan. Enfin ... bref.

Liam se sentit rougir légèrement. Son père avait deviné. Alors autant y aller jusqu'au bout non ?
Ils continuaient d'avancer et arrivaient prêt du marché lorsque Liam rouvrit la bouche :

-Je…oui…je voudrais remplacer le bijou qu'elle a…cassé lorsque je l'ai trahie et …je…

Il inspira et murmura à toute vitesse, comme s'il espérait qu'il n'entende pas :

-Je voudrais la demander en mariage…

Heïan écoutait son fils attentivement alors qu'il semblait gêné de parler de ce qu'il avait en tête. Lorsqu'il murmura rapidement, le père faillit ne pas comprendre, mais il lui flanqua une claque dans le dos. Sur le coup, Liam eut le souffle coupé mais réussit à sourire légèrement.

- HA ! Je savais ! C'est ... si mignon. C'est mieux, sinon quelqu'un pourrait te la voler. Enfin, ça m'étonnerait, mais bon.

Ils étaient arrivés à destination et Heïan guida son fils jusque devant les étals de bijoux. Il y en avait trop…comment allait-il faire pour choisir ? Pour savoir lequel correspondait le mieux à Vaë ? Il tilta cependant sur une bague argentée, sertie de petites pierres bleues comme ses yeux. Sans détacher son regard du bijou, gêné, Liam rouvrit la bouche :

-Papa…comment on fait ? Comment dois-je m'y prendre ?

Liam releva juste le visage pour observer son père qui fronçait les sourcils pour répliquer :

- Comment on fait quoi ? Tu sors ta bourse et tu paies comme tout le monde une fois que tu sais ce que tu veux. Ce n'est pas si compliqué non ?

Liam regarda son père, abasourdi avant de répliquer :

-Mais…oui je sais ça ! Je parlais de…la demande…

Heïan ne put répondre de suite que le marchand s'était avancé. Liam lui montra la bague qu'il enveloppa dans un écrin, lui annonçant le prix. Liam sortit sa bourse et le paya, prenant son achat et le rangeant dans sa poche. Ils s'éloignèrent, cherchant le deuxième stand qui intéressait le jeune homme.

-Ah ... ahem ... pardon. Bah, ça vient naturellement, Liam. Tu le sauras par toi-même quand ce sera le temps et comment tu la feras. C'est quelque chose qui diffère entre chaque personne. Pour ta mère, je lui ai fait ma demande sur le toit de notre maison, un soir où on voyait des aurores boréales dans le ciel.

Liam regarda son père, réfléchissant. Sur le toit ? Cela avait dû être merveilleux…le savoir par lui-même ? Cela ne l'aidait pas…au contraire il paniquait encore plus. Et s'il n'y arrivait pas ? Et s'il mélangeait tout ? S'arrêtant devant l'étal, Liam n'avait pas cessé d'y penser.

-Mais…et si je n'y arrive pas ? Et si je ne vois pas quand c'est le moment ? Et si je ne trouve pas comment faire ? Si elle refuse ou ne comprend pas ?

Il regarda son père après cette flopée de questions, le suppliant du regard. Son père était sa bouée qui le maintenait à la surface. Rien que l'affaire Keira était un exemple. Sans lui, Liam se serait noyé.

-Calme toi un peu, ça ira je t'assure. Ça vient tout seul. J'étais aussi nerveux que toi à ton âge ... euh non. Attends ... j'étais plus vieux que toi. Bref on s'en fiche.

Liam sourit un peu. Oui il était jeune mais même. Vaë et lui, ce serait à vie. Le soldat soupira alors, posant une main sur l'épaule de son fils en terminant :

-Tu crois sérieusement qu'elle refusera ? Peut-être qu'elle ne comprendra pas, mais tu seras là. Il faut se dire qu'elle n'est pas habituée à nos coutumes encore ...

Liam acquiesça. Oui, elle n'était pas habituée et risquait de faire les gros yeux. Bah, peut-être que lui ne serait pas mieux le jour ou il devrait ce plier aux coutumes de son peuple. Il reporta son attention sur l'étal et aperçut un collier en forme de flocon de neige. Automatiquement, il sut que c'était celui-là. Il le montra au vendeur et paya, rangeant l'étui contre la bague.

Ils firent alors demi-tour pour se rendre chez eux, mais Liam avait encore l'une ou l'autre question, sachant qu'il pouvait se confier à son père :

-Pour…pour l'enfant…il…il faudra que je trouve un toit et un travail…tu…n'aurais pas une idée d'emploi pour moi ?

Son père réfléchit de longues secondes avant de déclarer :

-Ta mère aurait bien besoin d'aide à la boutique. Montre-moi tes mains.

Liam lui tendit une main, qu'il prit et observa sous toutes les coutures avant de donner son verdict implacable :

-Tu as les doigts aussi fins ... que moi. Alors non.

Liam sourit. Non ses doigts n'étaient pas faits pour la couture. Lui il savait se battre et défendre les autres…

- Il y a toujours de la place pour des nouvelles recrues à Beolan. Si le coeur t'en dit.

De la place…parmi la garde ? Sous les ordres de son père ? Pourquoi pas après tout…au moins il se rendrait utile et Heïan n'avait pas été déçu du poste, sauf pour…

-D'accord…je veux bien intégrer les rangs à une condition…

Il laissa le suspens planer, souriant étrangement et termina :

-Je ne veux pas partir comme tu l'as fait et disparaître trois années durant !

Il observait la réaction de son père qui semblait pour le moins confus avant de dire :

-Mais qu'est-ce que tu me racontes là ? Comme si j'allais te laisser partir. Je ne voudrais pas qu'une telle chose arrive. Tu as trouvé une perle, alors prends en grand soin.

-Je n'y manquerais pas papa. Merci. Tu es le meilleur père qui soit.

Laissant le rouge monter aux joues de son père, Liam l'entraîna vers leur demeure. Il stressait, mais son père avait raison. Il le sentirait, lorsque l'occasion serait venue. Il fallait juste qu'il garde les bijoux sur lui pour ne pas la manquer.
En rentrant, ils découvrirent les jeunes femmes en pleine discussion au salon. Vaë semblait s'être très bien accommodée de cette façon de vivre et rayonnait à nouveau. La table était prête, il ne manquait plus que les hommes. Souriants, ils allèrent vers elles qui se levaient pour s'installer à table. Les domestiques mettaient tout en place et Liam mangea tranquillement, imaginant toutes sortes de scénario possible pour lui offrir le collier tout comme pour sa demande. Il avait donc la tête ailleurs et fût surpris lorsqu'on s'adressa à lui. Il s'attira les regards interrogateurs, mais ne répondit rien. Seul son père pouvait comprendre et sans doute le dirait-il à sa mère une fois seuls…

Le collier, il le lui offrirait…sans doute un soir, dans leur chambre, à la faveur de la lumière lunaire. Sa demande, il la voyait plus dans le bois derrière la maison…mais il verrait déjà…le moment se présenterait et il devrait juste s'en saisir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 3:04

Complot père/fils, part.2

Heïan se retrouva enfin seul avec son fils, marchant silencieusement dans la rue. Cependant, il savait très bien que son fils se demandait la raison du pourquoi son père l’avait enlevé à sa douce. Il était son père tout de même et qui de mieux qu’un père pour connaître sa progéniture? Ah! Le silence se brisa après quelques minutes de marche, le Capitaine dessinant un sourire en coin sur ses lèvres. Liam le regarda puis demanda enfin :

‘‘ Pourquoi… voulais-tu me voir? ‘‘

Bien entendu, Heïan garda le silence pour le rendre un peu plus nerveux. D’un geste lent, il entoura les épaules de son fils d’un bras et le colla contre lui en le secouant faiblement. Il eut un sourire que Liam eut de la difficulté à cerner.

‘‘ Eh bien… ’’ Commença t-il en jetant ensuite un coup d’oeil vers celui-ci. ‘‘ C’est inscrit dans ton front. Rends-toi à l’évidence petit cachottier! Tu veux lui offrir quelque chose non? Un père, ça le devine ça... malgré que moi c’était ton parrain Berthan. Enfin... bref. ‘‘

Les joues de Liam s’étaient légèrement empourprées; il avait misé juste. C’était quand même évident. Ils continuèrent alors leur chemin à un rythme régulier, l’endroit se faisant de plus en plus bondé par les citoyens. Le marché était en vue, peut-être à une quinzaine de mètres devant eux, tout au plus et Liam se décida à continuer.

‘‘ Je… oui… je voudrais remplacer le bijou qu’elle a… cassé lorsque je l’ai trahie et… je… ‘‘ Dit-il, inspirant ensuite profondément. ‘‘ Je voudrais la demander en mariage… ‘‘

Heïan avait l’oreille plus qu’attentive et marchait en regardant devant lui, les mains dans les poches de son pantalon. Les dernières paroles furent dites tellement vite et d’un timbre de voix plus basse, qu’un peu plus et il ne comprenait rien. L’homme mit quelques secondes à analyser l’information et un sourire se forma de nouveau sur son visage. Son bras vola dans les airs et sa main claqua le dos de son fils avec une force qu’il n’avait pas su modérée à temps. Liam en eut le souffle coupé. Il s’écria alors :

‘‘ HA! Je savais! C’est... si mignon. C’est mieux, sinon quelqu’un pourrait te la voler. Enfin, ça m’étonnerait, mais bon. ‘‘

Il ne disait pas ça parce que Vaënadiel était un laideron, non loin de ça, car elle était d’une beauté naturelle incroyable, c’était seulement parce qu’elle lui était attachée par un lien similaire à celui qui le tenait à Melley. Les deux hommes arrivèrent finalement à la foire et ils durent avancer tranquillement au travers de toute cette foule, cherchant un étal en particulier. Le paternel avait pris les devants, son fils le suivant aux pas et Liam ne surent plus où il devait arrêter ses yeux. Il y avait des joyaux, des perles, et des bijoux de toutes les sortes. Heïan attendait patiemment à ses côtés arrêtant ses yeux là où son fils regardait avec un brin d’hésitation.

‘‘ Papa… comment on fait? Comment dois-je m’y prendre? ‘‘

Le regard doré de Liam se posa sur lui alors qu’il fut pris de confusion. Le bijou était là, juste devant lui. Il n’avait qu’à le prendre ou prévenir le marchand ensuite il serait à lui, non? Décidément, il ne comprenait pas. Heïan dit alors :

‘‘ Comment on fait quoi? Tu sors ta bourse et tu paies comme tout le monde une fois que tu sais ce que tu veux. Ce n’est pas si compliqué non? ‘‘

Ce n’était pas ça... juste à voir l’air se trouvant sur le visage de Liam, Heïan sut qu’il était complètement dans le champ. La fatigue ne devait pas l’aider à réfléchir clairement non plus, mais il tenait tout de même à être présent dans cette étape de la vie de son fils.

‘‘ Mais… oui je sais ça! Je parlais de… la demande… ‘‘

Oh... la demande. Comment pouvait-il répondre à sa question alors que dans son cas, tout était venu naturellement? Enfin, pas tant que ça parce que sa mère y avait été pour quelque chose. Il avait seulement profité de l’occasion lorsqu’elle s’était présentée pour attirer sa douce à l’extérieur en un froid soir d’automne. Le marchand s’approcha, empêchant Heïan de répondre à son fils sur la marche à suivre, même s’il n’y en avait pas. Le joaillier enveloppa alors le bijou avec soin pendant que Liam cherchait sa bourse pour payer et rangea ensuite le tout dans sa poche. Ils remercièrent l’homme d’un sourire puis s’éloignèrent pour aller vers leur prochaine destination. Le paternenel en profita alors pour répondre.

‘‘ Ah ... ahem ... pardon. Bah, ça vient naturellement, Liam. Tu le sauras, par toi-même quand ce sera le temps et comment tu la feras. C’est quelque chose qui diffère entre chaque personne. Pour ta mère, je lui ai fait ma demande sur le toit de notre maison, un soir où on voyait des aurores boréales dans le ciel. ‘‘

Il le sentait un peu plus paniqué et nerveux tout à coup. Il comprenait et c’était une réaction tout à fait normale, mais tout comme lui, il verrait qu’au final, c’était bien plus petit qu’on ne pouvait le croire. Lorsque son fils se serait lancé, il se sentirait léger comme une plume. Mais les questions qu’il redoutait allaient être posées dans les secondes à venir alors qu’ils s’arrêtaient devant l’autre kiosque...

‘‘ Mais… et si je n’y arrive pas? Et si je ne vois pas quand c’est le moment? Et si je ne trouve pas comment faire ? Si elle refuse ou ne comprend pas ? ‘‘

Aïe ... son cerveau avait une sévère entorse en ce moment et il dut rembobiner le fil de question afin de pouvoir y répondre dans l’ordre et surtout avec des phrases qui avaient du sens. Ça ne pouvait pas être plus pire que le soir où il avait demandé à Melley de rester avec lui à Beolan et où il avait mélangé tous les mots d’une seule phrase. Ce qu’il avait pu être gêné cette fois-là! Il s’en souvenait comme si c’était hier... Se voulant rassurant, Heïan lui sourit et répondit d’un ton calme.

‘‘ Calme-toi un peu, ça ira je t’assure. Ça vient tout seul. J’étais aussi nerveux que toi à ton âge ... euh non. Attends... j’étais plus vieux que toi. Bref, on s’en fiche. ‘‘

Le voilà qui souriait, même si la nervosité se voyait dans ses yeux. Heïan soupira et posa une main sur l’épaule de Liam. Vaënadiel était une femme extrêmement patiente et très peu de femmes auraient attendu aussi longtemps après un homme et lui aurait encore moins laissé une deuxième chance après l’adultère, bien que c’était un coup monté. Le paternel était persuadé que l’occasion se présenterait, car ils étaient souvent seuls tous les deux. Il lui suffisait de trouver le bon endroit et surtout le bon moment.

‘‘ Tu crois sérieusement qu’elle refusera? Peut-être qu’elle ne comprendra pas, mais tu seras là. Il faut se dire qu’elle n’est pas habituée à nos coutumes encore... ‘‘

Son fils répondit d’un seul signe de tête et il trouva son deuxième présent qu’il rangea à son tour. Ils quittèrent alors la foire pour retourner en direction de la villa. Heïan avait tourné son regard violacé en direction de son fils qui semblait régurgiter d’autres questions. Alors, il attendit qu’il veuille bien ouvrir la bouche afin de peut-être pouvoir y répondre.

‘‘ Pour… pour l’enfant… il… il faudra que je trouve un toit et un travail… tu… n’aurais pas une idée d’emploi pour moi? ‘‘

C’était une sacrée bonne question. Concernant le toit, Liam et Vaënadiel pouvaient toujours résider à la maison le temps d’accumuler suffisamment d’argent pour pouvoir se construire une petite propriété. Il les voyait mal dans une immense villa tous les deux... surtout dans le quartier bourgeois. Peut-être une petite maison en bordure de la ville ou en campagne? Enfin bref, ça c’était un truc qui les regardait eux et pas lui. Pour ce qui était du travail, Heïan avait une petite idée, mais voulut tourner autour du pot et surtout le taquiner.

‘‘ Ta mère aurait bien besoin d’aide à la boutique. Montre-moi tes mains. ‘‘

Liam s’exécuta et il lui montra l’une de ses mains. Le soldat la prit et l’examina dans tous les angles possibles puis le lâcha enfin, reportant son regard vers l’avant avec sérieux.

‘‘ Tu as les doigts aussi fins... que moi. Alors non. ‘‘

Non, les doigts d’Heïan étaient bien loin d’être longs et fins. Elles étaient plutôt endommagées par le maniement des armes et la vieillesse qui le prenait au fil des années. Il ne se faisait plus tout jeune malheureusement. Du coin de l’oeil, le paternel vit son fils sourire et il en fit de même, ricanant légèrement. Il lui devait quand même une réponse après tout.

‘‘ Il y a toujours de la place pour des nouvelles recrues à Beolan. Si le coeur t’en dit. ‘‘

Depuis son jeune âge, Liam faisait preuve d’une grande adresse dans l’art du maniement des armes, particulièrement à l’épée. Il était vif et alerte comme lui à l’époque. Alors, avoir un nouveau membre parmi ses hommes ne ferait pas de tort. Son entrainement était pratiquement achevé après tout et l’élève surpassait déjà le maître dans bien des domaines.

‘‘ D’accord…, je veux bien intégrer les rangs à une condition… ‘‘

À une condition? Mais qu’est-ce qu’il allait lui sortir là, ce jeune? Heïan tourna la tête vers lui en arquant un sourcil, attendant que le jeune homme n’achève sa phrase. Il laissa durer un moment alors que son père attendait toujours.

‘‘ Je ne veux pas partir comme tu l’as fait et disparaître trois années durant! ‘‘

Quoi?! Le Capitaine fut confus, à un point tel qu’il leva une main sur sa nuque pour la masser sous l’effet de l’embêtement. Il n’allait quand même pas envoyer son fils sur des missions extérieures à Beolan. Et puis, la fois où il avait disparu était tout simplement due à une erreur de sa part qui lui avait couté la vie de quelques hommes et les trois premières années de la vie de ses enfants. Il rétorqua alors :

‘‘ Mais qu’est-ce que tu me racontes là ? Comme si j’allais te laisser partir. Je ne voudrais pas qu’une telle chose arrive. Tu as trouvé une perle, alors prends-en grand soin. ‘‘

‘‘ Je n’y manquerais pas papa. Merci. Tu es le meilleur père qui soit. ‘‘

Gêné, Heïan se sentit rougir légèrement. Ce compliment lui faisait un énorme velours et de la part de son fils il ne pouvait espéré mieux. Lui qui croyait qu’il serait un mauvais père avant même que ses petits monstres ne voient le jour. Finalement, il avait été choyé et avait les enfants les plus adorables qui soient. Cette fois, ce fut Liam qui entoura les épaules de son père d’un bras, l’entraînant jusqu’à la maison. Vaë, Elayne et Melley discutaient calmement dans le salon et se levèrent lorsque les hommes arrivèrent. La druidesse alla accueillir Liam en déposant un baiser sur ses lèvres et se colla contre lui en lui souriant.

‘‘ Tu m’as manqué ... ‘‘ Murmura t-elle alors qu’on commençait à s’attabler pour le repas du soir.

Pendant qu’ils mangeaient, Vaënadiel ne manqua pas de voir l’air absent de Liam et commençait à s’inquiéter. Celui-ci ne semblait pas écouter le moins du monde les conversations qui se disaient autour de la table. Levant les yeux, elle regarda d’abord Elayne, Melley puis s’arrêta sur Heïan qui la rassura silencieusement. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres pendant qu’elle glissait sa main jusqu’à l’avant-bras de son amant pour le sortir de ses songes. Celui-ci lui souria et ils sortirent alors de table. Heïan s’installa au salon avec sa douce comme toujours, Elayne allant les rejoindre en se couchant sur le coussin, qui appartenait jadis à Akira, pour ses leçons et révisions. Le jeune couple lui, alla s’isoler dans leur chambre pour profiter de leur tranquilité et du feu qui crépitait doucement dans le foyer. Ils s’y installèrent, Liam assise derrière elle et qui l’entourait de ses bras sous une épaisse couverture de laine. Ses yeux se fermèrent, profitant de cette étreinte et des baisers sur sa nuque.

‘‘ Tu avais l’air pensif au repas... tout va bien? ‘‘ Demanda t-elle.

Après un moment, elle se détacha de lui et prit ses mains pour l’inciter à se relever, laissant ainsi la couverture tomber au sol. Meeko en profita pour s’y camoufler, car elle était chaude. La druidesse l’entraîna alors dans la salle de bain et fit couler de l’eau dans la baignoire, y arrivant seule.

‘‘ Peux-tu m’aider à laver ma crinière? ‘‘

Elle ne vit aucune objection dans son regard, mais bien un sourire doux se dessiner sur ses lèvres où elle déposa un baiser avant de se dévêtir d’elle-même. Enjambant la baignoire, Vaë se laissa glisser dans l’eau et profita de cette sensation de bien-être en soupirant. Son amoureux se plaça juste derrière elle et versa de l’eau sur sa tête à quelques reprises avant de pouvoir masser son épaisse chevelure. Pendant que Liam la menait vers le stade végétatif en lui offrant ce massage de tête, Vaë prit la jambe de celui-ci qu’elle colla contre elle, déposant un baiser sur son genou droit.

‘‘ J’ai parlé avec ta mère pendant ton absence et celle de ton père ... ‘‘

Vaënadiel ne poursuivit pas immédiatement sa phrase et attendit qu’il finisse de rincer ses cheveux de ses mains avant de continuer. Pivotant vers lui, elle lui souria tendrement, caressant sa joue.

‘‘ Je veux me rendre utile si nous restons ici, je veux contribuer aux achats sauf que... je ne savais pas ce que je pourrais faire. Elle m’a donc demandé si j’avais un talent quelconque. Hormis celui avec les animaux, je ne crois pas qu’il y en ait d’autres... Je me demandais si, tu ne pouvais pas me conseiller, Liam. ‘‘

Elle sentit alors son regard inquiet et devina ce qui lui traversait l’esprit. Les paroles de son frère lui revenaient aussi en tête.

‘‘ Ne t’en fais pas pour moi. Je sais me servir d’un arc, mais... il faudrait que tu poursuives tes leçons en ce qui concerne les poignards, juste au cas où, car je frappe aussi fort qu’un moustique qui s’écrase contre une feuille. ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 14:04


Après le repas, ils remontèrent dans leur chambre, laissant ses parents et sa sœur s’installer devant la cheminée du salon comme à l’accoutumée. En haut, ils s’installèrent devant la cheminée, Liam se plaçant derrière elle et la serrant de ses bras, tous deux emmitouflés dans une couverture. Le feu crépitait et le chevalier ne pouvait s’empêcher de déposer de doux baisers dans le cou de sa rose. Mon dieu…qu’est-ce qu’il pouvait l’aimer, et encore plus maintenant. Il avait bien conscience que peu de femmes lui auraient redonné une chance après ce qu’il avait fait. Après une tromperie et encore pire avec l’enfant. Il en avait conscience et rien que pour ça il lui était infiniment reconnaissant et rien que pour ça il allait tout faire pour la combler. Pour qu’elle soit la plus heureuse de toutes les femmes.

-Tu avais l’air pensif au repas... tout va bien?

La question le prit au dépourvu. Effectivement, il avait été pensif, mais tout allait bien. Cependant, il ne pouvait pas lui répondre au risque de se dénoncer par inadvertance…il voulait que tout soit fait dans la surprise totale. Le collier, il le ferait dès ce soir, il le sentait. La demande par contre…
Au bout d’un moment, elle se releva et prit ses mains dans les siennes, l’incitant à se relever. Il s’exécuta, laissant la couverture aux bons soins de Meeko, et la suivit jusque dans la salle de bains, ou elle fît couler de l’eau chaude dans la baignoire. Liam sourit en repensant au fait que c’était la première chose qu’elle avait apprise en descendant des montagnes : faire couler un bain.

-Peux-tu m’aider à laver ma crinière?

Laver sa crinière ? Liam n’avait rien contre au contraire. Laver ses merveilleux cheveux de neige lui faisait plaisir. Il lui sourit pour toute réponse, récoltant ainsi un doux baiser avant qu’elle ne se déshabille et ne rentre dans la baignoire.
Il se dévêtit alors qu’elle soupirait d’aise et la rejoignit, se plaçant derrière elle, une jambe de chaque côté de la jeune femme. Lentement, il mouilla sa tête, versant de l’eau qui coulait le long de ses cheveux. Une fois fait, il commença à savonner, massant son cuir chevelu lentement et délicatement. Il la sentait parfaitement détendue, et il aurait juré qu’elle était capable de s’endormir là, de suite, mais elle agrippa sa jambe, la collant à elle et déposant un baiser sur son genou.

-J’ai parlé avec ta mère pendant ton absence et celle de ton père ...

Liam haussa les sourcils tout en commençant à rincer ses cheveux qui brillaient et sentaient merveilleusement bon. De quoi lui avait-elle parlé ? Bien sûr cela ne le regardait pas, c’était sans doute des affaires de femmes, mais il était curieux. Trop curieux par moment. Elle patienta jusqu’à ce qu’il ait finit le rinçage, pivotant vers lui et caressant sa joue. Il plongea ses yeux dans les siens, écoutant les mots qui sortaient avec sa voix de miel :

-Je veux me rendre utile si nous restons ici, je veux contribuer aux achats sauf que... je ne savais pas ce que je pourrais faire. Elle m’a donc demandé si j’avais un talent quelconque. Hormis celui avec les animaux, je ne crois pas qu’il y en ait d’autres... Je me demandais si, tu ne pouvais pas me conseiller, Liam.

Il s’inquiéta tout de suite, repensant à Ephraïm. Ce rendre utile ? Elle faisait déjà tellement en apprenant sa culture et surtout en lui donnant une autre chance…elle n’avait besoin de rien faire de plus que de sourire et rire pour être « utile ». Mais Liam était sûr qu’il y avait d’autres talents chez elle, des talents cachés qui ne demandaient qu’à être éveillés.

Sentant son regard un peu inquiet, elle termina :

-Ne t’en fais pas pour moi. Je sais me servir d’un arc, mais... il faudrait que tu poursuives tes leçons en ce qui concerne les poignards, juste au cas où, car je frappe aussi fort qu’un moustique qui s’écrase contre une feuille.

Il posa sa main mouillée sur la joue de sa rose, lui souriant légèrement. Oui il continuerait à lui apprendre à se défendre. Parce que le jour ou il irait travailler chez son père, il serait obligé de la laisser seule pour la journée, malgré sa mère, puisqu’Elayne étudiait. Et Vaë aimait bien être seule de temps en temps. Il lui apprendrait les bases et la munirait d’un fin couteau qui ne devrait jamais la quitter si elle sortait. Concernant son emploi…

-Mon père a dit que ma mère aurait besoin d’aide à la boutique.

Elle pencha la tête, intriguée, et il poursuivit :

-C’est une boutique de couture. Ma mère a un don avec la couture apparemment et c’est ma marraine qui l’a embauchée. Maintenant c’est ma mère qui dirige puisque Serra n’y travaille plus tous les jours. Et…

Il lui prit une main, la caressant du pouce, l’observant.

-Tu as les doigts fins et longs. Demande à ma mère…elle pourrait t’apprendre les bases. Et si jamais…je réfléchirais. Et au pire, tu n’auras pas besoin de travailler, je me débrouillerais pour l’argent d’accord ? Tu ne connais pas ce mode de vie et il te faut du temps pour apprendre alors…

Si jamais elle n’était pas prise pour la couture, il réfléchirait. Mais il ne souhaitait pas qu’elle se retrouve à un poste inconnu, avec des gens inconnus d’elle. Il serait nettement plus rassuré si Melley la prenait sous son aile…c’est pour ça que si jamais, elle resterait à la maison et apprendrait le mode de vie d’en bas…en plus…dès que l’enfant serait là, il allait falloir s’en occuper…ça aussi il devrait le lui imposer alors qu’elle n’était pas la mère, même si elle était d’accord pour faire comme si c’était le cas. Les remords ne cesseraient jamais de l’enquiquiner, et ce serait pire avec la croissance du bébé. Encore pire s’il avait les traits de sa mère et non les siens. Il secoua la tête pour chasser ses pensées qui le dégoûtaient de lui-même et se concentra sur sa rose. Sa rose qui était également…autre chose, qu’elle découvrirait dans pas longtemps.

Ils finirent de se laver et se séchèrent en s’embrassant, se caressant lentement. Le regard aquatique de Vaë brillait et son sourire illuminait la pièce. Lorsqu’ils furent prêts, Liam sortit deux secondes avant elle et chercha rapidement l’étui avec le collier. Il le fourra dans sa poche de chemise alors qu’elle arrivait et il lui prit une main, l’attirant jusqu’à la fenêtre. Elle se laissa guider et il lui fît signe de s’asseoir sur le rebord, prenant place à ses côtés. Il lui montra le paysage d’un geste de la main en disant d’une voix basse et lente :

-Imagine que d’ici un mois tout sera recouvert de neige…

Il la laissa imaginer et se leva, allant derrière elle. Lentement, il écarta les cheveux qui camouflaient sa nuque et agrippa la chaîne du cœur de l’océan, l’ouvrant délicatement. Elle fût surprise mais il lui enlevait déjà le collier, le posant de côté.

-De tous les flocons de neige, il n’y en a qu’un seul qui jamais ne fondera au soleil…

Il sortit l’étui, prit la chaîne, la lui passa au cou et referma en murmurant :

-Toi.

Il garda ses mains sur ses épaules, la laissant regarder le collier qui pendait à son cou, bien assez long pour qu'elle le voie sans se tordre le cou. Elle ne disait rien, sans doute émue. Qu'est-ce que ce serait lors de sa demande ? Il descendit ses mains le long de sa taille, s'y arrêtant, posant son menton sur son épaule gauche et murmura :

-Tu es mon flocon de neige et ma rose…tu es ma lumière dans les ténèbres et tu es ma joie dans le malheur…sans toi…sans toi je ne serais rien du tout…je n'ai été que l'ombre de moi-même durant tout ce temps ou nous étions séparés…

Seule elle et la nuit entendaient ses paroles. Et la nuit était aussi muette qu'une tombe, les étoiles y veillant au grain.


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 17:28

Le flocon qui ne fondra jamais ...

Liam posa une main sur sa joue, sur laquelle se porta la sienne afin de croiser leurs doigts les unes entre les autres. Un sourire illuminait ce regard fauve qui avait retrouvé sa brillance. Réfléchissant un moment, il finit par lui dire :

‘‘ Mon père a dit que ma mère aurait besoin d’aide à la boutique. ‘‘

À la... boutique? Pendant l’après-midi, Vaënadiel n’avait pas pensé demander à Melley ce qu’elle exerçait comme profession, trop occupée à l’écouter et à répondre à ses questions. Elles cherchaient ce qu’elles pouvaient faire pour la druidesse sans qu’elle se retrouve dans une foule d’étrangers aux mauvaises intentions. La nordique était si naïve qu’elle pouvait se faire berner n’importe quand. Elle avait encore beaucoup à apprendre sur ce monde qui lui était encore inconnu, malgré tout le temps qu’elle y avait passé en présence de Liam.

‘‘ C’est une boutique de couture. Ma mère a un don avec la couture apparemment et c’est ma marraine qui l’a embauchée. Maintenant c’est ma mère qui dirige puisque Serra n’y travaille plus tous les jours. Et… ‘‘

Son homme prit possession de sa main qui touchait la sienne et il la caressa doucement du pouce, ses yeux observant attentivement chacun de ses doigts.

‘‘ Tu as les doigts fins et longs. Demande à ma mère… elle pourrait t’apprendre les bases. Et si jamais… je réfléchirai. Et au pire, tu n’auras pas besoin de travailler, je me débrouillerais pour l’argent d’accord? Tu ne connais pas ce mode de vie et il te faut du temps pour apprendre alors… ‘‘

‘‘ Liam... ‘‘

Elle se sentait comme une profiteuse qui abusait de la générosité des autres, même si la plupart du temps il s’agissait de cadeau ou de vêtements puisqu’elle n’en avait encore que très peu. Enfin... Vaë avait appris à vivre de rien et à profiter de ce qu’on lui donnait. Les biens matériels lui importaient que très peu, tant qu’elle était entourée de gens qu’elle aimait et tant que Liam était là. Elle était heureuse ainsi, mais voulait mettre la main à la pâte dans la mesure du possible. Et puis pour la couture, elle doutait fortement être douée pour ça. Au village, Elsah avait déjà essayé de lui apprendre à confectionner des vêtements en fourrure et elle avait trouvé le moyen de se piquer et de faire saigner du nez son doigt. Vaënadiel baissa alors légèrement les yeux et continua, d’un air un peu découragé :

‘‘ Je suis aussi maladroite dans les travaux manuels que sur mes jambes... je risque de me coudre les mains ensemble ou que ta mère soit cousue à un de ses vêtements... ‘‘ Dit-elle, marquant une courte pause afin de le regarder de nouveau. ‘‘ Le seul talent que j’ai, auquel je viens de me rappeler, concerne les plantes. Peut-être l’herboriste voudra-t-elle de moi? ‘‘

Il fallait y réfléchir avant de prendre une décision, car la jeune femme ne voulait tout de même pas inquiéter inutilement Liam avec son désir de l’aider au niveau monétaire. S’il préférait qu’elle prenne plus de temps pour s’habituer au mode de vie d’ici, elle le ferait et serait patiente.

Après ce petit échange, ils se nettoyèrent puis se glissèrent hors de l’eau qui commençait à devenir tiède et dénuée de mousse. Liam l’enroula dans une serviette et la sécha, lui volant des baisers alors que la jeune femme entourait sa taille pour caresser son dos doucement. Vaë lui souriait, si heureuse de se retrouver enfin, et ce, grâce à la présence de son loup. Cependant, il la laissa terminer d’enfiler une chemise qu’elle lui avait volée avant de venir le rejoindre. Délicatement, Liam prit sa main et l’invita à le suivre jusqu’à la fenêtre où elle s’asseya docilement, celui-ci l’imitant en prenant place à ses côtés. Ses yeux aqua se posèrent vers lui puis l’extérieur. La vue de la fenêtre donnait sur le jardin arrière et le boisé, illuminé seulement par la lumière de la lune. Cela la fit sourire doucement, alors qu’elle écoutait la voix de son loup qui était si douce. Elle imagina la neige recouvrir ce lieu; ce serait tout simplement magnifique... La druidesse ne remarqua aucunement l’absence de Liam qui s’était levé pour s’installer derrière elle. D’une main, il repoussa doucement ses cheveux alors qu’un frisson lui traversait le dos et elle ferma les yeux. Cependant, ils s’ouvrirent d’un seul coup lorsqu’elle sentit qu’il lui enlevait le pendentif en forme de coeur du cou. Que faisait-il? Le bijou reconstitué fut déposé sur le rebord de la fenêtre alors que Liam continuait.

‘‘ De tous les flocons de neige, il n’y en a qu’un seul qui jamais ne fondera au soleil… ‘‘

Comment pouvait-il savoir qu’un seul flocon ne fonderait pas? Cependant, elle effaça ce questionnement de son esprit lorsqu’elle vit un étui et quelque chose qui brillait se pendre à son cou.

‘‘ Toi. ‘‘

Vaënadiel se figea par la surprise, mais aussi parce qu’elle était émue et sentait les larmes montées à ses yeux. Son coeur s’accélérait par ce seul geste, ces seules paroles qui la touchaient énormément. Il était si attentionné à son égard... Une main se posa sur le pendentif en pierre translucide où se trouvaient quelques lueurs bleutées et l’admira un long moment. Ses yeux se fermèrent alors, sentant les mains de son amoureux descendre contre sa taille. Le menton de celui-ci s’accota sur son épaule et elle ne put que coller sa joue contre sa tête et lever une main pour caresser ses cheveux doucement.

‘‘ Tu es mon flocon de neige et ma rose… tu es ma lumière dans les ténèbres et tu es ma joie dans le malheur… sans toi…sans toi je ne serais rien du tout… je n’ai été que l’ombre de moi-même durant tout ce temps ou nous étions séparés… ‘‘

Ces dernières paroles étaient si belles que Vaë ne put retenir ses larmes de couler et elle se sentit commencer à trembler légèrement. Lentement, elle se tourna vers Liam et lui offrit le plus merveilleux des sourires avant d’entourer son cou de ses bras. Elle l’embrassa avec passion puis le regarda, Liam essuyant ses larmes.

‘‘ Je ne sais pas quoi dire... mis à part que je t’aime. Je t’aime tellement... je suis folle de toi, Liam. ‘‘

Et sans le prévenir, elle entoura son bassin de ses jambes nues pour ne plus le lâcher. Ses yeux ne faisaient que regarder les siens alors que son sourire ne voulait pas disparaitre de ses lèvres. Le jeune homme la trimbala et ils s’étendirent sur le lit, se bécotant délicatement et ne faisant que se caresser. Vaënadiel faufila alors son visage au creux de son cou et ferma les yeux pour s’endormir, profitant du dos parfum de son amant. Lorsque les premiers rayons du soleil se levèrent pour franchir la fenêtre, la druidesse se réveilla la première et admira la beauté de cet homme qui partageait son lit. D’un doigt qui effleurait à peine sa peau, elle traça le contour de sa mâchoire, glissa sur son menton puis caressa ses lèvres délicatement. Un sourire se dessinait sur celles-ci, faisant ricaner doucement la druidesse avant qu’elle ne se fasse emprisonner par son homme qui la bombardait de baiser partout. Elle riait aux éclats, car il la chatouillait en même temps et frissonnait par la même occasion.

‘‘ A-Arrête! Arrrrrrête! Ça chatouille! Ça chatouuuuuuuille! ‘‘

Vaë bougeait comme une truite dans les bras de Liam qui riait et le seul moyen qu’elle trouva pour se raidir et calmer ces sensations fut d’enrouler ses jambes autour de lui et ses bras autour de ses épaules. Sauf que cela ne fonctionna pas très longtemps. Liam était bien plus fort qu’elle et le supplice recommencèrent jusqu’à ce qu’elle finisse par en pleurer de rire. Le chevalier la laissa enfin respirer, déposant un baiser long et savoureux dont elle se délecta.

‘‘ Bon matin, eïl farkhas (mon loup) ... ‘‘ Murmura t-elle, essoufflée.

La jeune femme lui vola un autre baiser puis ils durent se tirer hors du lit pour se débarbouiller et se changer. Ils allèrent rejoindre les autres dans la salle à manger et ils allèrent digérer le tout en allant prendre une petite marche en ville. Comme Heïan avait congé cette journée-là, la famille en profita donc pour faire la visite complète de la cité de Beolan à Vaënadiel. Bien entendu, elle était aussi émerveillée qu’au premier jour. En après-midi, ils allèrent casser la croute en ville puis se rendre au lac dans lequel la druidesse trouva le moyen de tomber.

Eh oui... il y avait cette vilaine racine qui la regardait d’un air menaçant depuis leur arrivée. La druidesse se promenait dans les environs tranquillement lorsque son pied s’y accrocha. La racine voulut rire diaboliquement, mais cette capacité ne lui avait pas été donnée à la création de ce monde. La jeune perdit donc l’équilibre et recula, recula et recula encore jusqu’à ce qu’elle sombre dans l’eau pour en ressortir le visage camouflé derrière une cascade de cheveux blancs. On l’avait aidé à en sortir et tous ne purent que rire de cette situation, même la druidesse qui commençait à grelotter. La racine avait perdu la guerre...

Liam, en homme galant, l’avait accompagné derrière les arbres afin qu’elle enlève ces vêtements pour les tordre et les laisser sécher au soleil, lui donnant sa chemise en attendant. Vaë le remerciant d’un baiser langoureux et retournèrent parmi la famille. Une heure plus tard, les vêtements secs et Liam n’étant plus torse nu au plus grand malheur de sa rose, la famille retourna à la villa après une journée... bien arrosée. Le repas fut tout aussi animé, se terminant à guerre de pain entre le père et le fils, alors que Vaë en attrapa un au vol pour le manger comme une gloutonne. Surpris, ils éclatèrent de rire pendant que la jeune femme se questionnait, les joues plus que rondes, il fallait s’en dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 18:20


Lentement, Vaë se retourna vers lui, les yeux brillants de larmes et un immense sourire aux lèvres. Le plus beau qu'il n'ait jamais vu d'ailleurs. Elle passa ses bras autour de son cou et l'embrassa passionnément. Liam savoura ce baiser comme jamais. Lorsqu'elle se détacha, elle le regarda et il essuya tendrement les larmes qui coulaient sur ses joues.

- Je ne sais pas quoi dire... mis à part que je t’aime. Je t’aime tellement... je suis folle de toi, Liam.

Liam lui sourit, écarquillant les yeux lorsqu'elle passa ses jambes autour de sa taille. Elle avait toujours le sourire aux lèvres et le serrait pour que jamais plus il ne s'en aille. Entourant la jeune femme, il la transporta ainsi jusqu'à leur lit, ou il l'allongea tendrement, l'embrassant et la caressant, tout simplement.

Couchés, elle se blottit contre lui, sa tête se faufilant dans son cou. Liam la regarda s'endormir, le collier en forme de flocon brillant sur sa poitrine. Il était heureux de lui avoir offert ce soir. D'ailleurs, il cherchait une idée pour sa demande…c'est alors que Meeko vint se coincer entre eux, se roulant en boule pour roupiller à son tour. Meeko…bien sûr ! Une idée germait dans son esprit, mais il lui faudrait un peu de temps. La rangeant dans son esprit, Liam ferma les yeux, rejoignant sa douce dans le pays des songes.

Au matin, il fût réveillé par…un doigt. Un doigt qui parcourait lentement son visage, passant sur sa mâchoire, sur ses lèvres, les effleurant à peine. Liam attendit le bon moment puis l'emprisonna brusquement dans ses bras, ouvrant les yeux pour croiser son regard surpris. Il la tenait contre lui et l'embrassait partout, mais alors vraiment partout, tant est si bien qu'elle riait aux larmes en suppliant :

-A-Arrête! Arrrrrrête! Ça chatouille! Ça chatouuuuuuuille!

Dans ses bras, elle bougeait, tentait de se faufiler pour échapper à cette douce torture, mais Liam souriait en voyant ses efforts et continuait. Elle le serra à son tour, attachant ses bras et ses jambes autour de lui. Mais cela n'empêcha pas le chevalier de poursuivre…étant plus fort qu'elle, sa tentative était vaine. Il reprit, la mettant au supplice absolu des baisers chatouilleux, jusqu'à ce qu'elle soit en pleurs et se tiennent les côtes. Alors seulement il la laissa respirer, s'écartant d'elle après un long et savoureux baiser, souriant.

-Bon matin, eïl farkhas ...

Il sourit et lui rendit son baiser à son tour, avant de s'extirper du lit et d'aller se changer pour pouvoir manger. A table, ils décidèrent d'aller se promener tous en famille, Heïan étant en congé et pouvant profiter de ces deux jours de repos avec les siens. En plus, cela leur permettrait de faire visiter la ville à Vaë de fond en comble.

Ils s'exécutèrent donc, tous souriants et heureux. Heïan tenait sa femme par la main, Liam et Vaë de même. Seule Elayne était seule, mais Liam lui agrippa sa main avec la sienne, celle qui était encore libre, et la serra comme ils avaient l'habitude de le faire étant plus jeune pour se donner du courage. Elayne lui sourit et reporta son attention sur la jeune nordique qui était émerveillée de tout ce qu'elle voyait. Elle posait des questions auxquelles ils se faisaient une joie de répondre et son sourire n'avait pas quitté ses lèvres d'une semelle. Liam quant à lui n'espérait qu'une chose : ne pas croiser Keira. Traînant toujours en ville, les chances étaient grandes…

Aussi à chaque fois qu'ils croisaient une blonde, son cœur faisait un bond, se calmant dès qu'il comprenait que ce n'était pas elle. Ils mangèrent tranquillement sur une terrasse, profitant des derniers jours de soleil, et Liam…ne but rien. Il se méfiait trop à présent et déclara qu'il boirait une fois de retour.

Et, pour profiter de cette belle journée au maximum, ils se rendirent au lac. Liam se souvenait de ce lac ou ils avaient appris à nager avec leur père. C'était un endroit magnifique et il s'y était souvent rendu, plus jeune, lors des coups durs ou des coups de déprime, pour se ressourcer. C'était son petit paradis. Mais maintenant, son paradis se nommait Vaë. Le lac l'était également, mais bien moins puissant que sa rose. Ou son flocon. Flocon qui trébucha sur une vilaine racine, la seule qui dépassait du sol d'ailleurs, et recula, tant et si bien qu'elle se retrouva dans l'eau, ressortant à moitié trempée, les cheveux collant au visage. Liam et les siens s'étaient précipités pour l'aider à se redresser avant de rire aux éclats, la jeune femme se joignant bien vite à eux.

L'entraînant à l'écart, Liam fît barrage de son corps pour qu'elle puisse se dévêtir, tordre ses vêtements, les mettre à sécher au sol et réenfiler sa chemise qu'il lui tendait. Il se retrouvait à présent torse nu, mais cela n'était pas grave. C'était un homme après tout, il n'avait rien à montrer, mis à part des cicatrices. Elle le remercia d'un long baiser et ils retournèrent s'asseoir avec sa famille qui écarquilla les yeux en voyant les marques de coup sur son torse et son dos. Cependant…Liam n'entra pas dans les détails et ne dit rien. Seule Elayne connaissait une partie de l'histoire, Vaë la lui ayant racontée. Ni sa mère ni son père n'étaient au courant pour le drame qui s'était abattu sur la famille de sa rose, et encore moins de son séjour en prison qui lui avait valut ses marques, tout comme celle de sa jambe qu'ils avaient tout de même tenté de brûler !

Ils rirent une heure de plus avant que les vêtements soient complètement secs, et Liam se rhabilla, camouflant Vaë. Une fois fait, ils retournèrent chez eux, le ventre grognant.
Et le repas fût…joyeux. Heïan n'arrêtait pas de taquiner son fils, tant est si bien que ce dernier lui lança un bout de pain qu'il rattrapa. Et ainsi débuta la guerre des pains ! Guerre sanglante qui causa la perte…d'un pain, attrapé par Vaë qui l'engloutit tout rond, sous les yeux écarquillés des convives. Ceux-ci se mirent à rire, vite rejoints par la tueuse de pain qui ressemblait pour l'heure plus à hamster qu'à un véritable tueur…Jamais Liam n'avait été aussi heureux…

De son côté, Keira fulminait toujours. Elle ne sortait pratiquement plus, sauf pour les cours. Cela allait faire trois mois qu'elle était enceinte et son ventre grossissait. Mais non de dieu que c'était laid ! Elle se trouvait repoussante et se disait que l'enfant devait se dépêcher de naître pour qu'elle retrouve sa beauté et que personne ne la supplante en cours. C'était elle, la reine du bal ! Elle qui avait une file d'hommes à ses pieds ! Hommes stupides…elle n'en avait désiré qu'un. Tout aussi idiot que le reste de sa famille. Au lieu de vivre avec elle et son "bébé", comme il le disait, dans un cadre riche et merveilleux, l'argent coulant à flot, non il préférait vivre avec une sauvage qui ne savait même pas manger élégamment. S'il voulait gâcher sa jeunesse avec le môme, qu'il fasse. Keira n'allait pas tout foutre en l'air à cause de ça. Elle l'aurait fait, si Liam était resté. Mais vu qu'il avait soi-disant gagné, elle n'en avait que faire. Elle accoucherait et lui déposerait le gosse devant sa porte. Ou du moins un domestique. C'était bien trop loin à pied (pauv'choute T.T). Elle s'éloigna du miroir, barrant un jour de plus sur son calendrier, ce disant que, dans quelques mois, cet horrible ventre serait un souvenir, tout comme ce qui poussait à l'intérieur…

Chez les Kreiss, tout allait pour le mieux. Le lendemain, Liam envoya Vaë chez sa grand-mère, herboriste, pour qu'elle voie si la jeune femme pouvait lui être utile. En fait…Liam en profita pour débuter son projet. Il se rendit dans le bois, accompagné du raton-laveur, et ils y passèrent deux heures. Deux heures laborieuses, mais qui portèrent leurs fruits, puisque l'animal avait assimilé une partie. Quelques jours ainsi et ce serait bon. Sauf que Liam stressait déjà et avait peur que tout rate et qu'il se ridiculise…
En revenant, Vaë n'était toujours pas là, mais sa mère était en train de coudre au salon, son père la déconcentrant en l'embrassant dans le cou. Ses parents s'aimaient comme au premier jour après…plus de vingt années de mariage. S'aimaient comme avant, si ce n'est plus encore. Une boule serra sa gorge lorsqu'il vit leurs rides, l'âge se marquant nettement sur eux. Un jour, ils ne seraient plus là. Un jour, lui et Elayne se retrouveraient seuls, sans leurs parents, parrain, marraine, grand-mère. Que feraient-ils ? Liam n'imaginait même pas que ces parents disparaissent.

Enfin, il secoua la tête, chassant ses drôles de pensées qui n'avaient pas lieu d'être pour l'heure, et s'approcha, s'asseyant en face d'eux, les forçant à s'arrêter. Liam sourit à son père et sa mère qui commença :

-Alors mon grand, qu'as-tu fait dans le bois ?

Son père haussa les sourcils à toute vitesse, comme s'il sous-entendait quelque chose, et Liam se sentit rougir en disant :

-Je…rien…je m'oxygénais.

Au vu du regard de ses parents, il sut qu'ils ne le croyaient pas. En même temps, il mentait très mal et c'étaient tout de même ses parents. Ils le connaissaient comme s'ils l'avaient fait (ahaha!).

Il observa le feu dans l'âtre, laissant ses parents s'embrasser tranquillement. Il n'y avait pas de gêne entre eux, et encore moins de tabou. Liam savait pertinemment qu'ils les avaient sans doute entendus, lui et Vaë. Entendus ou bien simplement deviné, aucune idée, mais le fait restait qu'ils étaient au courant.

C'est alors que la porte s'ouvrit sur la jeune nordique, raccompagnée par Naëlyah, pour être sûre qu'elle ne se perde pas. Liam se leva, la serrant contre lui et l'embrassant. Même s'il ne l'avait pas montré, il avait été inquiet, espérant que tout ce passe bien pour elle. Mais au vu de son sourire, ce devait être le cas…

Ils invitèrent Naëlyah à rester manger le repas de midi en leur compagnie, invitation qu'elle accepta volontiers. De toute manière, Berthan et Serra mangeaient en ville, ayant une pièce de théâtre à voir. Ils s'installèrent après que les domestiques eurent rajouté un couvert et qu'Elayne fût rentrée également, et tous mangèrent avec entrain.

Tous étaient à l'aise dans cette famille et Liam les regardaient d'un œil brillant. Bientôt, Vaë en ferait officiellement partie. Et lui était curieux de connaître les coutumes de son peuple concernant le mariage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 21:05

Une passion commune

Le lendemain, au petit matin, Vaënadiel avait réveillé volontairement son amoureux en le bombardant de baiser. Si elle voulait se venger de la veille? Bien sûr que non. Seulement parce qu’elle en avait envie. Aussi simple que ça. Liam lui faisait un sourire, ses yeux s’ouvrant avec difficulté alors qu’il bâillait. Ses cheveux étaient en bataille... ce qu’il était craquant comme ça. La jeune femme s’asseye alors sur son ventre et l’observa se réveiller, se penchant ensuite vers l’avant pour l’embrasser en guise de bonjour. Le pauvre, la jeune femme était en pleine forme ce matin-là et lorsqu’il voulu enfiler sa chemise, la druidesse se glissait derrière lui et le déconcentra en l’enlaçant par derrière, caressant ses abdominaux délicatement. Ses lèvres elles, se posaient contre son dos et ce fut suffisant pour lui arracher le vêtement des mains afin de s’enfuir avec dans la pièce. Bien entendu, elle se sauvait en riant comme une gamine, mais comme il était trop rapide, la jeune femme enjambait le lit pour se redresser à deux jambes dessus. Mais ce fut inévitable... elle trébucha en bas du lit et lorsque Liam le contourna précipitamment pour voir comment elle allait, Vaë était sur le dos et était morte de rire. Après cette mésaventure, ils finirent par se vêtir et descendre pour le déjeuner et ensuite Liam alla conduire sa douce chez son parrain afin qu’elle puisse parler avec Naëlyah.

Au départ, la nordique était timide et incertaine, car elle ne connaissait pas très bien la mère d’Heïan encore. Le jeune homme se fit rassurant, la druidesse se blottit alors contre lui puis le laissa partir. Naëlyah souriait, invitants Vaënadiel à faire comme chez elle et elles allèrent directement dans le jardin arrière. Les yeux aqua de la jeune femme se porta sur une fleur puis sur un autre avec un large sourire.

‘‘ C’est si beau! C’est vous qui avez pris soin de toutes ces plantes? ‘‘

‘‘ Depuis que je réside ici, oui. C’est mon passe-temps et c’est aussi une source de revenus pour mon frère, sa femme et moi. Cette passion m’est venue après le décès de mon époux et la disparition de mon fils... il y a bon nombre d’années maintenant. ‘‘

‘‘ Oh... je suis navrée, madame Kreiss. ‘‘ S’empressait-elle de dire.

Mais Naëlyah tourna la tête vers elle et lui offrit un doux sourire. Cette femme semblait si heureuse de vivre et voyait toujours la lumière dans la noirceur. Vaë souria à son tour et suivit la femme dans le jardin alors qu’elles se dirigeaient vers un banc se trouvant au centre du jardin. Elles inspirèrent profondément au même moment et sans se jeter de regard, ricanèrent. Naëlyah commença donc :

‘‘ Alors, que me vaut cette visite? Liam ne m’a pas dit pourquoi il t’amenait ici de si bons matins. ‘‘

‘‘ En fait, j’aimerais simplement me rendre utile à quelque chose. Liam m’offre des présents qu’il paie de sa poche ainsi que des vêtements. J’ai seulement l’impression de le dépouiller et d’abuser de sa générosité même s’il dit que ça lui fait plaisir. J’ai demandé conseil à madame Melley et aussi les siens. Il préfèrerait que je prenne le temps de m’habituer à la vie d’ici avant de trouver un « emploi ». Je comprends, mais je ne voudrais pas être un fardeau et toujours rester cloîtré entre quatre murs. ‘‘

‘‘ Je comprends parfaitement son point de vue et le tien. Vaënadiel, je ne cacherai pas que notre monde t’es encore totalement inconnu. Il y a des gens qui pourraient te vouloir du mal en voyant ton innocence. Tu es naïve et es une cible facile pour bien des gens. Tu devras d’abord apprendre à les reconnaître avant de t’aventurer seule dans cette voix. Liam ne veut que ton bien et ta sécurité. Alors que de l’autre côté, je ne crois pas que tu sois du genre à rester à la maison à te tourner les pouces. Seulement, sois patiente, ma belle. Nous serons là pour t’aider à tout moment. ‘‘

Vaënadiel lui souria faiblement et la remercia d’un seul regard. Elle comprenait mieux pourquoi tout le monde s’en faisait autant quant au fait qu’elle voulait trouver un travail. La main de la mère d’Heïan se posa alors sur l’épaule de la jeune femme à la chevelure de neige, l’invitant à parler.

‘‘ ... J’ai un don, envers la nature, mais ce n’est pas ce qu’il faut. Je me passionne aussi pour les plantes sauf que contrairement à vous, je ne les cultive pas, je les cueille pour m’en servir. Depuis que je suis toute jeune, mon père m’a appris comment bénéficier de chacune des caractéristiques d’une plante ou des herbes. Je sais donc confectionner des paralysants, des poisons et des onguents pour le soin de blessures. ‘‘

Naëlyah parut surprise de ces informations et se mit à réfléchir jusqu’à ce que Vaënadiel bondisse du banc, accourt jusqu’à une plante et s’y accroupit.

‘‘ Une oridade rouge! Elles sont tellement rares... leurs effets curatifs sont cependant remarquables. ‘‘

‘‘ Je ne savais pas que tu la connaissais! ‘‘

‘‘ C’est la deuxième que je vois. La première, c’est mon père qui me l’avait montré alors qu’il confectionnait une puissante pommade. Un de ses hommes avait été gravement blessé à la chasse. Un cerf des montagnes l’avait encorné... ‘‘

‘‘ Par tous les dieux... ! ‘‘ Souffla t-elle, horrifiée.

‘‘ Il a survécu grâce à cette plante. Elle est si belle... majestueuse et si gracieuse. ‘‘

‘‘ Lorsque tu seras prête, je te mettrai en contact avec quelqu’un. Cette dame est une vieille amie et fabrique justement des onguents et tout le tralala. Cependant, tu sembles avec des connaissances beaucoup plus vaste et efficace qu’elle sur le sujet. Si tu le veux, tu peux te servir dans mon jardin quand tu le désireras. J’ai tout ce qu’il faut et je suis bien loin de manquer de ressource! ‘‘

‘‘ Oh! Merci Naëlyah! ‘‘ S’écria-t-elle en sautant au cou de la femme. ‘‘ Vous êtes si gentille... ‘‘

Un large sourire se dessina sur les lèvres de Naëlyah qui entoura la jeune nordique de ses bras pour la serrer contre elle. Tout comme Serra, la petite Vaë était pleine de vie, mais elle était aussi attachante qu’un chaton. Liam n’aurait pu trouver mieux comme compagne de vie. Cette femme d’ailleurs lui serait éternellement fidèle. En fin de matinée, après avoir passé plusieurs heures à papoter, Naëlyah escorta Vaënadiel jusqu’à la villa alors qu’elle tentait de mémoriser le trajet à voix basse, trouvant des repères visuels qui l’aideraient si elle en venait qu’à se perdre. Elles entrèrent et une domestique les annonça, les accompagnant jusqu’au salon où Liam se leva. Il vint l’acceuillir en la serrant contre son torse et elle se leva sur la pointe des pieds pour son bizou, lui souriant tendrement. Elle lui caressa la joue et ils suivirent Naëlyah qui contournait le sofa, son fils allant à sa rencontre.

‘‘ Bonjour maman. ‘‘

‘‘ Bonjour mon grand. Ça faisait longtemps! Tu ne viens pas rendre visite à ta mère bien souvent je trouve. ‘‘

‘‘ Oui je ... désolé maman. ‘‘

‘‘ Allez, ne fais pas cette tête de chien battu, Heïan. Je sais très bien que tu es occupé ces derniers temps, mais je suis heureuse de voir que tu es en pleine forme. Regarde-moi ce poitrail ! Comme dans ton jeune temps ! ‘‘

Heïan massa sa nuque, comme à toutes les fois qu’il se sentait mal à l’aise et il ricana bêtement alors que sa mère cherchait à lui embrasser le front. Évidemment, l’homme de la maison dut se pencher et Vaënadiel ne put s’empêcher de sourire et de s’écrier :

‘‘ Ooooooh, c’est trop mignon! ‘‘

Mais cela était sorti un peu plus fort qu’elle ne le croyait et elle s’attira aussitôt les regards. Gênée, Vaë se mit à rougir et trouva refuge contre Liam, cachant son visage dans son torse pour ne plus voir personne. Heïan ricanait légèrement, trouvait la réaction de sa future bru bien amusante. Ils s’attablèrent ensuite et Naëlyah donna de ses nouvelles à son fils, prenant celles de la famille par la même occasion. La mère d’Heïan ne manquait pas, comme à toutes les fois qu’elle voyait Elayne, de lui dire à quel point elle avait de beaux yeux. Bien évidement, elle se reprenait, s’excusant auprès de Liam et de Melley en leur disant qu’eux aussi le leur était magnifique. Il fallait même qu’elle ajoute Vaënadiel, la nouvelle dans leur famille. Dans son coin, Heïan riait en silence, seules ses épaules sautaient légèrement, attirant le regard interrogateur de sa mère.

‘‘ Qu’est-ce qu’il y a, Heïan? ‘‘

‘‘ R-Rien... juste que ça faisait longtemps et qu’à chaque fois, tu fais un drôle de visage. ‘‘

‘‘ Ah oui? Eh bien! Mais il est vrai qu’elle a de beaux yeux. Tu es si belle mon enfant. ‘‘

Elayne rougissait et baissait la tête afin de continuer à manger son repas. Bien qu’elle était flattée par ce compliment, elle n’en restait pas moins la seule à ne pas avoir ou avoir eu d’homme dans sa vie. La pauvre se demandait quand le moment arriverait. Son frère était si chanceux... et si Vaë avait un frère à lui présenter? Arh... mais elle divaguait maintenant! C’était quelque chose d’impossible. Enfin bref, la brunette resta muette pour le restant du repas, sentant la main de sa fausse soeur lui tenir la main doucement. Les deux jeunes femmes se sourirent alors que les conversations affluaient autour d’elles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Ven 7 Déc 2012 - 22:21


A table, les conversations allaient bon train, Naëlyah ne manquant pas de complimenter Elayne sur ses yeux, se rattrapant immédiatement en disant que Liam, Melley et Vaënadiel en avaient également de très beaux. Et comme à chaque fois, son père riait dans sa barbe et Elayne rougissait. Lorsqu'il regardait sa sœur, pleine de vie, belle et gentille comme tout, il avait le cœur serré à l'idée qu'elle soit seule. Autour de la table, il n'y avait que des couples, entre leurs parents et maintenant lui, et elle…n'avait personne. Mais…Liam sentait qu'elle rencontrerait bientôt quelqu'un.

Cependant Naëlyah prit sa revanche en taquinant son fils, le faisant devenir rouge comme une tomate. Melley tenta de se retenir de rire pour le soutenir, mais les taquineries étaient telles que c'était impossible. Au bout du compte, Heïan se mit à rire également, embrassant sa femme pour camoufler le rouge de ses joues.

Elayne dut vite repartir en cours et Heïan au travail, laissant le reste à la maison. Naëlyah décida de tenir compagnie à Melley, discutant dans le salon. La boutique était fermée pour l'après-midi.
Liam et Vaë, eux, décidèrent d'aller se promener avec Nocturne. Cela faisait longtemps qu'il n'était plus sortit et il avait aussi le droit de se dégourdir les jambes. Ils quittèrent donc la ville au pas, trottant le long du sentier, piquant un petit galop jusqu'à être bien enfoncés dans la forêt.

Là, ils descendirent et attachèrent l'étalon, eux-mêmes attendant, debout. Les herbes s'écartèrent devant eux et Boris apparut, courant littéralement dans les bras de sa maîtresse qui, sous le poids de l'animal, chuta sur le dos. Liam s'inquiéta tout de suite. Et si Boris l'étouffait ?! Mais il entendit le rire de sa rose provenant de sous l'ours et il soupira en souriant. Il vit une main apparaître, tâtonnant le sol, puis enfin l'ours se décida à se pousser, la libérant. Liam se pencha alors et la releva, retirant quelques feuilles de ses cheveux, replaçant son nouveau collier convenablement et l'embrassant. Il remonta sur Nocturne, Vaë décidant de chevaucher Boris. Liam souriait en la voyant ainsi juchée sur le dos de son compagnon velu qui marchait au même rythme que le cheval. Les rares passant qu'ils croisaient hurlaient et couraient se cacher en voyant un ours, d'autres écarquillaient les yeux avant de courir en apercevant une jeune femme sur son dos. Pour sûr, tout Beolan serait bientôt au courant qu'un ours rôdait et qu'il avait enlevé une personne.

Ils poursuivirent leur route, profitant de l'après-midi, se ressourçant, oubliant tous les soucis précédents. Liam se demandait même s'il ne devait pas aller rendre visite à Keira malgré tout. Au moins pour voir si la grossesse se passait bien. Puisqu'il était le père, autant prendre ses responsabilités dès le départ…

De plus il réfléchissait à sa demande, cherchant un moment ou il pourrait à nouveau se retrouver seul le lendemain pour continuer son projet. Il réfléchissait et soudain il trouva. Et c'était la meilleure chose à faire.

Une bonne heure plus tard, ils retournèrent sur leurs pas, laissant Boris la ou ils l'avaient retrouvé, sachant très bien qu'il restait dans les parages pour la prochaine fois ou ils viendraient. Liam souleva alors Vaë pour la remettre en selle devant lui puis regagna Beolan au pas, l'embrassant dans le cou, la faisant frissonner. Elle sentait si bon…

Arrivés à destination au moment ou Melley raccompagnait sa grand-mère, ils eurent encore le droit aux grosses bises typiques des grands-mères sur les joues, Liam faisant la grimace plus pour la tradition qu'autre chose. Souriants, ils rentrèrent pour attendre les deux absents. Elayne arriva la première, jetant ses affaires dans un coin et disant qu'elle étudierait le lendemain, ou elle avait congé exceptionnellement. Elle préférait discutait avec sa nouvelle sœur, et être en présence des siens.

Lorsqu'Heïan fût lui aussi de retour, il alla se laver, disant qu'il ne sentait pas assez bon pour la gente féminine. Liam lui lança un regard qui signifiait : "moi aussi j'ai un odorat tu sais." Ce qui les fît tous rire.
La nuit tombait lentement et ils allèrent à table, prenant tout leur temps pour manger et savourer. Liam était si léger qu'il ne voyait pas ce qui pouvait entacher son bonheur. Même sa future paternité ne faisait pas d'ombre. Sa tromperie et ses actes si, mais il ne voulait plus y penser, ou seulement pour empêcher d'autres catastrophes de se produire.

A la fin du repas, il monta en compagnie de Vaë et il l'embrassa tout en fermant la porte du pied. Ses mains se promenèrent d'elles-mêmes sur son corps. Oui il la prenait de court mais…toute l'après-midi et toute la soirée il avait été tiraillé de picotements et de frissons qui s'accentuaient à chaque fois qu'elle le regardait, qu'elle lui souriait, qu'elle lui parlait ou le touchait. La faisant reculer lentement, il bascula avec elle sur le matelas, ne lui laissant à aucun moment l'occasion de se défiler, de parler, ou quoique ce soit d'autre que l'embrasser.

Mais elle se prit au plaisir et il sentit ses fines mains parcourir son torse, soulevant sa chemise, le mettant torse nu. Elle parcourait les fines cicatrices du doigt, se mordant les lèvres alors que lui déposait les siennes sur sa poitrine qu'il venait de dénuder.

Il sentait chaque frisson qui les parcourait tous deux. Il sentait tout et ses mains se glissèrent entre son ventre et son pantalon, l'ouvrant de ce fait même. Il le lui retira d'un geste doux et lent, parfaitement calculé. Lorsqu'il revint s'occuper de ses lèvres, elle ouvrait à son tour son pantalon et toujours en l'embrassant il l'aida à l'enlever.

Qu'est-ce qu'elle était belle…douce…merveilleuse…aussi parfaite qu'un flocon de neige et aussi belle qu'une rose.

Mais voilà, il ne tint plus. Les derniers vêtements furent bien vite retirés et il lui caressa la joue, replaçant des mèches rebelles avant de s'approcher plus de son intimité. Elle posa ses mains sur son dos alors que son bassin débutait ses mouvements, lui donnant de petits coups avant d'accélérer, de devenir plus fougueux. Jamais il n'avait fait tout ça. Jamais il ne l'avait vue fermer les yeux à ce point pour ce retenir de hurler son plaisir.

Ce fût sans nul doute la nuit la plus intense qu'ils connurent…

Lorsque Liam s'éveilla, il faisait encore bien nuit. A ses côtés, Vaë dormait paisiblement, sourire aux lèvres, cheveux sur les yeux. Il replaça la mèche, la faisant juste grogner dans son sommeil et il se décolla d'elle lentement, sortant du lit. Il alla dans la salle de bains et se changea en quatrième vitesse avant de ressortir. Il chercha Meeko et l'agrippa gentiment, l'animal ne grondant pas. Il s'était habitué à Liam à présent. Ils descendirent l'escalier, faisant signe aux domestiques de ne rien dire sur cette escapade, et se retrouvèrent bien vite à l'extérieur, se faufilant jusque dans le bois. Là, Liam recommença, entraînant le raton-laveur.

Au départ il ne voulut pas, mais Liam avait ramené des friandises. Alors il y mit un peu de bonne volonté, obéissant plus facilement, ne râlant pas une seule fois et à la fin, c'était…parfait. Mais voilà…la demander le jour même ou attendre encore un peu ?

Réfléchissant, Liam s'assit sur le banc avec Meeko. Là…il profita de la noirceur pour se ridiculiser un bon coup.

Il posa l'animal à côtés de lui, mima des gestes puis le regarda pour lui dire :

-Veux-tu m'épo…non ça va pas.

Il inspira puis recommença :

-Vaë, malgré ce que j'ai fait, je veux …non !

Serrant les poings, il se leva, fît les cent pas devant le regard ahuri du raton-laveur puis se réinstalla, fermant les yeux pour se concentrer.

-Veux-tu devenir ma femme ? Un peu trop simple non ? Qu'en dis-tu Meeko ?

La bête ne fît que pencher sa frimousse de côté et Liam soupira.

-Je ne vais jamais y arriver…

Il retenta tout de même :

-Je t'aime et t'aimerais toujours, aussi je voudrais sceller notre amour par les liens du mariage. Vaënadiel Eira, veux-tu devenir ma femme ?

Il se frappa.

-Mais non sombre idiot ! C'est trop solennel ! Elle va croire que c'est du craché par cœur !

Il écarquilla les yeux. Le cœur…il devait laisser son cœur parler. C'était sans doute de ça que son père voulait parler. Le soleil commençait à se lever et Liam stressa, prenant Meeko dans ses bras, rangeant l'étui dans sa poche. Vaë ne devait pas voir qu'il était sorti !

Il rentra à toute vitesse, ne voyant pas son père camouflé qui avait tout vu, montant à l'étage en silence, entrant dans la pièce en priant pour qu'elle dorme encore. Et c'était le cas, ce qui lui permit de souffler. Il alla dans la salle de bains, faire comme s'il venait de se lever et était allé se changer en avance…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 8 Déc 2012 - 0:35

Entre fille

Les rayons de soleil se mirent à brûler doucement ses paupières, les forçant à s’ouvrirent tranquillement. Une main vint se poser au dessus de son visage pour éviter l’aveuglement alors que l’autre tâtonnait le matelas. Finalement, c’était elle qui l’occupait au grand complet. Se tortillant dans tous les sens sous les draps, Vaë baya aux corneilles et s’assena sur le lit en se frottant les yeux, ses cheveux cachant le nécessaire alors qu’elle se demandait où était Liam. Son regard scruta la pièce et elle entend finalement du bruit provenir de la salle de bain. Ne prenant pas la peine de se couvrir pour rester au naturel, la druidesse courut jusqu’à la pièce et se colla au dos de son amoureux, caressant son ventre de ses mains, les faisant remonter jusqu’à ses pectoraux.

‘‘ Bon matin, mon beau mâle... ‘‘

Elle avait pris un semblant de voix grave et ne put se retenir de ricaner. Celui-ci finit par se retourner vers elle, surpris de constater qu’elle était... dans la peau d’un vers, bien que ce n’était pas pour lui déplaire. Se collant à lui et se grimpant sur la pointe des pieds, Vaë déposa un baiser dans son coup. Déjà, sa peau était parsemée de chair de poule due aux caresses de son homme contre sa peau. Les lèvres de la jeune femme se posèrent sur son torse, après avoir ouvert légèrement la chemise puis elle le laissant en plan brusquement, lui offrant un sourire taquin.

‘‘ Ça suffit pour ce matin. ‘‘

Aussi rapidement qu’elle était apparue dans la petite pièce, aussitôt elle était disparue, ricanant légèrement de l’autre côté alors qu’elle sortait ses vêtements pour s’habiller. Il ne fallait quand même pas qu’elle s’attarde trop longtemps dans cet accoutrement. Et puis, Liam semblait être resté sur sa faim lorsqu’il vint la rejoindre; elle le regretterait bien assez vite, elle le sentait. Lui tirant la langue, celle-ci s’habilla en vitesse, enfilant une robe campagnarde toute simple et tressant ses longs cheveux en un temps record pendant que Liam l’observait en silence, ses yeux brillants de mille feux. S’approchant de lui une fois qu’elle fut prête, Vaënadiel lui offrit un long baiser pour se faire pardonner son petit élan de fougue et de plaisir coupé à son réveil. Celui-ci lui offrit un simple sourire malicieux qui la fit rire. Lui prenant les deux mains, la jeune femme l’incita à se relever et l’entraîna dans le couloir en fredonnant légèrement. Oui, elle était réellement de bonne humeur, pas qu’elle ne l’était pas habituellement, mais aujourd’hui elle l’était davantage. Non, mais quelle nuit quand même! Même si elle avait dû enfoncer ses ongles profondément dans la peau de son amant. Le pauvre...

Lorsqu’il arrivèrent dans la salle à manger, ils n’eurent le temps de voir que Melley et Heïan qui dansaient dans un coin de la pièce. La femme riait aux éclats alors que son mari lui murmurait quelque chose d’inaudible à l’oreille. Vaênadiel, confuse, chercha à comprendre ce qu’il faisait même si elle se surprit à sourire puisque ce spectacle était très rigolo.

‘‘ Dis, Liam... qu’est-ce qu’ils font tes parents? ‘‘

Apparemment qu’Heïan dansait une valse avec sa tendre moitié sur un rythme silencieux, lui spécifiant qu’habituellement, on ne marmonnait pas à l’oreille de sa compagne et qu’on riait encore moins. Ce fut le ricanement de la druidesse qui alerta les parents. Ils se stoppèrent alors, tournant la tête dans leur direction et se lâchèrent comme si on venait de les prendre. Melley comme Heïan se mit à rougir et ils se regardèrent avant de rire et de s’attabler. Elayne arriva et sauta sur le dos de son frère en criant :

‘‘ Allez uh chochotte! Apporte-moi à ma place! ‘‘

‘‘ Oh! Attends! Moi aussi! ‘‘

Et Vaë contourna Liam pour lui sauter dessus et s’accrocher à lui par l’avant sauf que pour l’encourager, elle le bombardait de bisous sur le visage.

‘‘ Le pauvre, vous ne le ménagez pas! Malgré que... Aller Liam, montre-leur que tu es une chochotte! Euh ... pas une chochotte, navrée. ‘‘

Là, le père eut droit au regard de la mort qui tue et ne put s’empêcher de se masser la nuque. Il avait oublié un mot et même s’il s’était rattrapé il savait qu’il allait devoir subir le courroux de son fils après le repas ou même pendant... Bref, ce n’était pas la fin du monde, n’est-ce pas? Les dames furent apportées respectivement à leur place, celles-ci les remerciant puis les domestiques commencèrent à tourner autour de la table pour déposer les couverts. C’est là qu’Heïan annonça qu’il était allé courir un peu dans le boisé, répondant à la question de sa femme qui se demandait pourquoi il n’était pas là à son réveil. Évidemment, il sentit le regard de Liam se poser sur lui, mais il resta silencieux quant au fait qu’il l’avait vu et entendu. Ainsi, son fils ne s’attirerait pas les doutes de sa future fiancée. Après le repas, Vaënadiel n’eut même pas le temps de demander à Liam ce qu’il voulait faire de son après-midi qu’Elayne prit son poignet et la tira vers elle.

‘‘ Frérot, je kidnappe ma soeur pour une partie de la journée. Tu la reverras vivante ce soir, promis! ‘‘

Vaë lança un regard confus à son amoureux puis lui sourit en lui faisait un au revoir de la main. La porte d’entrée s’ouvrit, puis se referma alors qu’on voyait les deux jeunes femmes marcher dans la rue d’un pas rapide. La druidesse ne posa pas de question et suivit Elayne docilement alors qu’elle s’en allait vers la foire faire les boutiques. La brunette avait seulement envie de décompresser et de parler avec une amie et sa nouvelle confidente. Alors qu’elle regardait des robes toute simple, à chaque fois elle le mettait devant Vaë pour regarder de quoi cela aurait l’air et jusqu’à maintenant, rien ne lui convenait. Elle demanda alors :

‘‘ Vaë, mon frère et toi, comment vous êtes-vous rencontré? ‘‘

La question prit la jeune femme au dépourvu, mais elle baissa légèrement la tête en souriant timidement. Elayne la regardait avec tellement de curiosité que cela la gêna. Elle lui répondit alors.

‘‘ Je fuyais mon village, car mon père avait voulu former une alliance avec les Kawa, en me donnant comme promise. J’ai refusé, car cet homme était vil et ne désirait que prendre la place de mon père. Liam se trouvait simplement au bon endroit au bon moment. Je ne me souviens pas vraiment ce qui s’est produit. À mon réveil, il m’avait apporté dans une auberge et avait soigné la blessure à ma tête ... ‘‘

‘‘ Étrange comme première rencontre, mais c’est tout mon frère. Lui et son besoin d’aider les autres sans réfléchir aux conséquences. ‘‘

‘‘ Son regard m’a littéralement... ‘‘

‘‘ Éblouis? ‘‘

‘‘ Haha, oui! C’est bien le mot. Je même faillit dire qu’il était beau... et j’ai dû trouver une excuse stupide pour me reprendre, disant qu’il était beau-coup plus grand que moi. ‘‘

Les deux jeunes femmes se mirent à rire et sortirent de la boutique. Elles firent le tour de la foire jusqu’à ce qu’elles trouvent un endroit plus calme; le lac où elles étaient allées avec le reste de la famille quelques jours plus tôt. Prenant place dans l’herbe, Elayne et Vaë se laissèrent tomber sur le dos et admirèrent les nuages qui flottaient dans le ciel.

‘‘ Dis Vaë... tu crois que je vais finir par rencontrer quelqu’un moi aussi? ‘‘

La jeune nordique tourna les yeux vers elle, arquant un sourcil. Elle agrippa sa main dans la sienne et la serra fortement, forçant Elayne à la regarder.

‘‘ Bientôt, je suis plus que certaine que ce sera dans les prochains mois. ‘‘

‘‘ Qu’est-ce qui te le fait croire? Tu sembles si confiance en me disant ça... ‘‘

‘‘ C’est mon petit doigt qui me le dit! ‘‘

‘‘ Tu parles comme mon père! ‘‘

‘‘ C’est parce que je l’ai entendu dire ça que je te le répète ‘‘ Dit-elle alors qu’elles éclatèrent toutes deux de rire. ‘‘ Si ma famille avait été encore présente, je t’aurais bien présenté mon frère aîné. Je crois qu’il t’aurait plus. Il ne me reste qu’Ephraïm et ... il n’est plus libre. C’est bien dommage... ‘‘

Curieuse, Elayne se tourna sur le côté et prit appui sur son coude, son menton dans sa paume de main. Vaë s’asseya et fit face à la brunette.

‘‘ Comment est-il ? ‘‘

‘‘ Aussi grand que ton frère, peut-être un peu plus large d’épaules. Cheveux blancs comme les miens et un regard aussi bleu que le ciel. Il est taquin, mais très attentionné et le genre qui n’aime pas montrer ses faiblesses. Très respectueux et parle très bien votre langue. D’ailleurs, il parlait de venir nous rendre visite. Tu auras peut-être le loisir de le voir par toi-même. ‘‘

Vaë haussa les épaules et Elayne ne fit que sourire. Même si le frère de Vaë venait à Beolan, elle ne pourrait pas apprendre à le connaître au risque de déranger sa compagne de vie puisqu’il était déjà pris. Elle ne désirait pas attirer le moindre sentiment négatif et encore moins passer pour une voleuse d’hommes! L’heure s’écoula alors et les jeunes femmes durent retourner à la maison. Meeko sauta dans les bras de sa maîtresse alors que Melley vint à leur rencontre, annonçant à la druidesse que son homme se chamaillait dans la cour arrière avec son père. Toutes les trois s’en allèrent donc voir la bataille, un large sourire aux lèvres.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 8 Déc 2012 - 13:41


Liam était toujours dans la salle de bains, se regardant dans le miroir, vérifiant que rien ne pouvait le trahir quand il entendit des bruits de pas rapides approcher puis des mains se posèrent sur son ventre, remontant sur les pectoraux. Il sentait le corps de Vaë contre son dos et elle lui dit :

- Bon matin, mon beau mâle...

Il sourit alors qu'elle ricanait à cause de la voix qu'elle avait empruntée pour parler. Il se retourna alors et écarquilla les yeux en constatant qu'elle était toujours encore…nue. Et si belle. Elle s'éleva sur la pointe des pieds, déposant ses lèvres contre son cou, son corps se collant au sien. Liam commença également à la caresser, sentant la chaire de poule envahir la peau nue de sa rose et les frissons apparaître chez lui. Elle ouvrit alors sa chemise, embrassant son torse et, alors qu'il sentait le désir revenir comme la veille, elle s'écarta d'un coup, s'éloignant de lui avec un petit sourire malicieux et surtout…coquin.

-Ça suffit pour ce matin.

Elle sortit de la pièce d'eau en riant, et lui fît la moue. Elle l'aguichait pour ensuite le laisser en plan ? Elle allait voir ce qu'elle allait voir…Souriant, Liam la rejoignit, s'installant sur le lit alors qu'elle cherchait des vêtements. Le voyant tirer la tête, elle lui tira la langue, sortant une petite robe de campagne qu'elle enfila prestement avant de tresser ses longs cheveux blancs. Liam l'observait en silence, les yeux brillants. Il prendrait sa revanche…Une fois prête, elle se rapprocha de lui et lui offrit un long baiser, comme pour qu'il oublie qu'elle avait joué avec lui pour le laisser sur sa faim. Et lorsqu'elle se détacha, il lui sourit malicieusement. Un baiser ne suffirait pas…il aurait sa revanche ! Se laissant prendre les deux mains par sa rose, il la suivit dans le couloir, l'écoutant fredonner. Elle était encore plus de bonne humeur que les jours précédents ! Était-ce à cause de leur nuit ensemble ? Il fallait sans dire que cette nuit-ci resterait gravée dans leurs têtes…

En bas, ils se stoppèrent net dans l'embrasure de la porte en apercevant ses parents en train de…danser. Heïan tenait sa femme contre lui et bougeait sur un rythme silencieux, une valse apparemment, murmurant des choses à l'oreille de Melley qui riait aux éclats.

-Dis, Liam... qu’est-ce qu’ils font tes parents?

Liam sourit et regarda Vaë, lui expliquant qu'ils dansaient, mais qu'en général on ne riait pas et il y avait de la musique. Elle ricana alors, indiquant à ses parents qu'ils n'étaient plus tous seuls. Ils s'éloignèrent l'un de l'autre en rougissant, gênés, pour finalement rire ensemble et aller à table. Et avant que Liam n'ait pu s'y diriger, sa sœur était apparue et lui sauta littéralement sur le dos en disant :

-Allez uh chochotte! Apporte-moi à ma place!

Ce qui inspira Vaë pour la rejoindre, la jeune femme lui sautant dessus, mais sur le devant. Il tenait donc les deux femmes tant bien que mal contre lui, l'une sur son dos, l'autre sur son ventre. Vaë l'embrassait partout sur le visage, ses mains s'agrippant à sa chemise. Et alors son père ne put s'empêcher de faire une bonne remarque de son cru :

-Le pauvre, vous ne le ménagez pas! Malgré que... Aller Liam, montre-leur que tu es une chochotte! Euh ... pas une chochotte, navrée.

Liam le regarda, comme si son regard pouvait le tuer. Ce qu'il ne voulait pas, bien sûr. Son père se mit à se frotter la nuque, comme à chaque fois lorsqu'il est embarrassé, et Liam se jura de le lui faire payer durant l'après-midi. Il conduisit donc les deux jeunes femmes à leur place ou elles s'installèrent, les domestiques commençant à servir le repas.
Lorsque Melley demanda à son époux ou il était passé le matin même, parce qu'elle s'était réveillée seule dans le lit, Heïan répondit qu'il était allé courir dans le bois. Sur le coup, Liam faillit s'étouffer et regarda son père, qui ne pipa mot. L'avait-il entendu et vu ? La honte ! Raison de plus pour se venger de son père ! (Niark niark)

Ils terminèrent de manger tranquillement et Elayne agrippa le poignet de Vaë, la tirant à elle pour dire :

-Frérot, je kidnappe ma soeur pour une partie de la journée. Tu la reverras vivante ce soir, promis!

Liam sourit, n'ayant rien contre le fait que sa sœur passe du temps avec Vaë. La seule chose qui l'inquiétait était le fait que, si jamais il y avait un souci, elles ne savaient pas se défendre. Lui lançant un sourire désolé et un au revoir de la main, Vaë suivit Elayne et ils entendirent la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer sur les jeunes femmes.

-Papa…je vais vite faire un truc et ensuite…prépare-toi…

Heïan haussa les sourcils en souriant et Liam se leva, sortant de la maison. Il avait déjà une boule à l'estomac. Il avait décidé d'aller rendre visite à Keira. Pas que ça lui plaisait mais…il se sentirait mal s'il ne prenait pas de ses nouvelles, au moins le temps de la grossesse.

Il passa par les petites rues, ne voulant pas croiser sa sœur et sa rose. Il profitait du fait d'être seul parce qu'il ne voulait pas exposer Vaë aux railleries de Keira. Lorsqu'il arriva devant cette énorme maison, il déglutit et remonta l'allée, toquant à la porte. Ce fût un domestique qui ouvrit. Bien plus froid et distant que ceux qui travaillaient chez lui. En même temps, ils étaient bien payés et avaient de belles chambres. Ils étaient eux aussi de la famille, contrairement à ici ou les domestiques restaient des domestiques. En bas de l'échelle quoi. Il le fît entrer et chercha monsieur Orson qui arriva rapidement, l'air hautain.

-Que fais-tu ici toi ? demanda-t-il d'un ton hargneux.

Il n'avait donc toujours pas digéré sa défaite et la honte qui s'était abattue sur sa famille.

-Je…viens voir Keira…

Il ricana et désigna l'escalier.

-Elle est dans sa chambre. Tu connais le chemin.

Liam hocha la tête et monta quatre à quatre les marches sous le regard hostile de monsieur Orson. Arrivé devant la porte, il toqua et un "entrez" ce fît entendre.

Il ouvrit la porte donc et entra, refermant derrière lui. Keira était assise à sa fenêtre, lisant une revue bourgeoise. A trois mois de grossesse, son ventre était nettement visible. Ses cheveux blonds cascadaient sur ses épaules, mais son visage dur, hautain, prétentieux, gâchait la beauté qu'elle aurait pu avoir, tout comme le maquillage qu'elle se tartinait sur sa peau. Au moins Vaë restait au naturel, et c'est ce qu'il préférait chez elle.

Elle tourna la tête pour voir qui était là et elle haussa les sourcils, se relevant.

-Liam. Tu te souviens que j'existe ?

Ca commençait bien.

-Keira je ne suis pas là pour m'énerver. Mais pour prendre de tes nouvelles et savoir si ta grossesse se passe bien.

Elle se rapprocha, l'air dédaigneux.

-Si je vais bien ?! Regarde-moi ! Je suis laide ! Je n'ose même plus sortir ! Ce ventre est énorme ! A cause de toi !

Liam écarquilla les yeux. Déjà, si au bout de trois mois elle disait qu'il était énorme, que dirait-elle au terme de la grossesse, ou logiquement il était encore bien plus gros ? Ensuite, il fût stupéfié par ce qu'elle disait et lui asséna :

-Ma faute ?! C'est toi qui l'as voulu je te rappelle ! C'est toi qui m'as piégé de la sorte ! Assume tes erreurs !

-Tu n'aurais pas du refuser ! On aurait dû se marier !

-Mais je ne t'aime pas ! Keira mon cœur est pris et ce n'est pas en forçant les hommes à t'aimer que tu y arriveras !

La remarque parut la blesser. Elle se rapprocha encore de lui et d'un coup mis ses mains sur son torse.

-Liam je t'en supplie reviens sur ta décision, reste avec moi…

Elle se faisait suppliante, des larmes se créant dans ses yeux. Mais le chevalier se méfiait. Elle pouvait jouer la comédie, comme toujours. Il prit ses poignets entre ses mains et la recula de lui.

-Non Keira. J'appartiens à Vaë.

-Tu appartiens ? Elle t'a acheté ?

Maintenant, il n'y avait plus de trace de larmes et elle se moquait ouvertement dans la chambre.

-Non, elle m'a enfermé dans son cœur.

-Arrête tes niaiseries je t'en prie. Elle est mieux que moi au lit c'est ça ? Parce que je ne vois pas ce qu'elle a de mieux que moi ! Une fois que je n'aurais plus ce maudit ventre je serais à nouveau la plus belle et elle restera à sa place avec les pucerons !

Liam se rapprocha, se retenant de la gifler. A la place, il lui agrippa le bras, le serrant de toutes ses forces, lui tirant enfin une grimace de douleur. Une réelle grimace.

-Lâche-moi !

Et, avant qu'elle ne crie pour alerter ses parents, il plaqua sa main sur sa bouche, coupant le son de sa voix. Dans ses yeux, il voyait enfin de la peur.

-Tu l'insulte encore une fois, et tu auras affaire à moi. Tu ne comprends rien à l'amour et tu ne comprendras jamais rien. Tu es superficielle comme femme. Tout ce qui compte à tes yeux est ton confort. Rien d'autre. Je souhaite qu'un jour tes parents se retrouvent à la rue. Ainsi tu verras ce que c'est. Et maintenant que j'ai vu que tu allais à merveille, je vais retourner chez moi. Tout pue ici. Toi avec.

Puis il la relâcha et s'en alla, la laissant pétrifiée. Il sortit sans dire au revoir aux Orson qui de toute façon s'en fichaient, et retourna vers sa maison d'un pas rageur. Il n'avait pas voulu lui parler ainsi et lui dire de telles méchancetés. Mais elle l'avait cherché. Il faisait l'effort de lui demander de ses nouvelles et elle tentait encore de le piéger ! La prochaine fois il viendrait avec son père, sa mère ou sa sœur. Mais pas Vaë. Il ne lui ferait pas subir les paroles blessantes de la blondasse.

En arrivant chez lui, il respira un bon coup pour calmer ses nerfs et, en voyant son père il repensa à sa vengeance, ce qui lui permit de sourire. Il entra et cria :

-PAPA ! TU N'ES QU'UNE CHOCHOTTE !!!

Puis il fila à l'arrière de la bâtisse, laissant son vieux papounet réagir et le rejoindre. Liam souriait sournoisement et se jeta sur son paternel qui tomba à la renverse. Riant, il réussit à se dégager de la poigne de son fils et le fît basculer de côté, l'envoyant valser avec ses jambes. Le souffle coupé, Liam atterrit à plat ventre et mit quelques secondes pour enlever les étoiles qui dansaient sur sa rétine. Cela inquiéta Heïan qui eut peur d'y être allé trop fort, ne mesurant pas sa force par moment. Alors, le piégeant, Liam attendit qu'il se penche pour l'agripper au bras et le jeter au sol, se relevant par la même occasion. En attendant que son père se relève, Liam retira sa chemise, se mettant torse nu. Provoqué, Heïan fît de même et les deux hommes luttèrent, épaules contre épaules, se poussant, se tirant, se jetant au sol, mais tout en riant. Liam n'était plus en colère et heureusement son père n'avait fait aucune remarque s'il avait vu sa lueur d'énervement dans ses yeux.

Ils ne remarquèrent pas tout de suite les trois jeunes femmes qui les observaient. Elles s'étaient installées et commentaient le combat :

-Vaë je crois que ton homme à plus de tablettes que le mien. Je vais aller dire aux domestiques de lui servir moins à manger et que des légumes ! Et moi, je le forcerais à se muscler.

-Maman ! Papa est bien conservé pour son âge !

-Conservé !? Comment est-ce que tu parles de ton pauvre vieux père ?

Elayne rit en disant :

-C'est pas moi qui regrette ses abdos d'antan.

-Mais moi j'ai le droit jeune fille, je suis sa femme. Et ses tablettes, je ferais en sorte qu'il les récupère ! Alors, Vaë, un conseil, fais en sorte que Liam conserve ses muscles…d'ailleurs, il a pas mal de marques sur son corps…

Elle venait d'apercevoir les cicatrices sur le dos de son fils, ainsi qu'une partie présente sur son torse. Elayne fût cependant la seule à voir Vaë baisser la tête et elle se promit de lui demander d'où elles provenaient, lorsqu'elles seraient seules.

Liam fût une fois de plus mis au sol par son père, essoufflé.

-Stop…c'est…c'est bon je …capitule…

-Chochotte ! Ricana son père, qui reçut un coup de genou dans le ventre pour le faire à son tour chuter de côté.

Mais ce n'était pas un coup trop fort alors les gémissements n'étaient que pure comédie. C'est là qu'ils virent les femmes assises et Liam se redressa en souriant, courant jusqu'à sa rose, la prenant par surprise et la soulevant dans ses bras. Exprès, une sorte de vengeance, il la collait contre son torse trempé par la transpiration et l'embrassait partout, la faisant rire et frissonner. Et comme elle, il s'arrêta sans prévenir, la reposant au sol et se dirigeant vers sa sœur pour le meilleur :

-Soeurette adorée, veux-tu sentir comme je sens bon aujourd'hui ?

Elayne fît une grimace et s'exclama :

-Surtout pas ! Maman viens on va les jeter à l'eau ! Vaë vient avec !

Et ce fût ainsi que Liam et Heïan furent poussés à l'intérieur, voire même tirés parce qu'ils opposaient une résistance, jusqu'à ce qu'ils atteignent la salle de bains du bas. Ils furent enfermés dans la pièce d'eau et Melley cria à travers le bois de la porte :

-Et vous ne ressortirez qu'une fois que vous sentirez bon !

Liam regarda son père et rit avec lui de la situation. C'était les meilleurs jours de sa vie. Vraiment. Malgré tout le reste, il était bien, et heureux. Son père fût gêné de devoir se déshabiller devant son fils, aussi ce dernier lui tourna le dos, lui laissant le temps de passer le premier sous la douche. Lui non plus, n'avait pas spécialement envie de voir son père en entier et encore moins recevoir des railleries pour une comparaison de leurs attributs respectifs…il le connaissait et Liam était persuadé que son père lui sortirait un truc du style : "le mien a donné naissance à des jumeaux…fais mieux pour voir !"

Alors il attendit pour pouvoir lui aussi entrer sous la douche et rejoindre les femmes pour manger et reprendre les grammes perdus dans le combat…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 8 Déc 2012 - 21:07

Une journée ... mouvementée

Les enfants étaient partis de la maison depuis un moment. Les parents s’étaient installés dans le salon, Melley contre Heïan alors qu’il lisait et que la femme faisait de la couture. De par la fenêtre, on voyait Liam revenir vers la maison d’un pas décidé. Celui-ci n’entra même pas et hurla à l’extérieur :

‘‘ PAPA! TU N’ES QU’UNE CHOCHOTTE!!! ‘‘

‘‘ Alors là... pardon chéri, le devoir m’appelle. ‘‘

Heïan quitta sa femme, déposant un baiser sur ses lèvres alors que celle-ci ricanait légèrement. Celui-ci fila à toute vitesse vers la porte qui menait au jardin arrière et n’avait bien évidemment pas prévu que Liam l’attendait à cet endroit pour lui sauter littéralement dessus. Le soldat se retrouva donc écrasé au sol sur le dos et ne put s’empêcher de rire. Il se dégagea sans trop de difficulté en lui agrippant les mains et le fit valser dans les airs à l’aide de ses jambes. Le jeune homme s’écrasa à plat ventre et Heïan eut peur d’avoir été un peu trop brusque sur ce coup là. Sauf que lorsqu’il allait lui prendre le bras pour l’aider à se redresser, son fils le piégea et le paternel fit une pirouette pour atterrir de nouveau sur le dos, Liam en profitant pour se relever. Heïan dut prendre appui au sol et se redressa sur ses jambes, voyant que Liam le provoquait.

‘‘ Tu veux jouer à ça?! Gredin! ‘‘ Dit-il en faisant de même.

Et là les deux hommes se retrouvèrent à lutter l’un contre l’autre, empiétant de temps à autre dans les plattes bandes, tourant sur eux-mêmes en ricanant et en se lançant des fausses insultes. Entre-temps, Melley, Elayne et Vaënadiel s’étaient glissées à l’extérieur et observaient les hommes qui se battaient. La jeune nordique eut un sourire amusé et cela lui rappela l’époque où elle était plus petite. Ses frères avaient pris l’habitude de se battre de la sorte et lorsque leur père s’en mêlait, ils se faisaient tous battre à plate courte, la tête enfoncée dans la neige. Sa mère sortait régulièrement en hurlant et à quelques fois, ils avaient senti le sol trembler sous leur pied. Elle trouvait toujours le moyen de dire, en haussant les épaules : « ce n’est rien... seulement une avalanche sur l’autre flanc de la montagne». Ce qu’il pouvait lui manquer aujourd’hui... Sortant de ses rêveries, Vaë observa son homme avec attention et admiration. Il prenait légèrement le dessus sur son père d’ailleurs. Melley tourna alors son regard bicolore vers elle et lui dit :

‘‘ Vaë je crois que ton homme à plus de tablettes que le mien. Je vais aller dire aux domestiques de lui servir moins à manger et que des légumes! Et moi, je le forcerais à se muscler. ‘‘

De tablettes? Ah! Elle devait parler de son ventre, mais comme ils bougeaient un peu trop, la druidesse ne put faire la comparaison aussitôt cela ne l’empêcha pas de sourire pour autant. Liam avait un très beau corps... oh oui. Elayne ouvrit alors la bouche à son tour et s’exclamait, disant que son père était plutôt bien conservé pour son âge. Elle n’avait pas tort sur la chose, mais il était dans l’armée alors il devait se garder en forme. Melley rétorqua aussitôt et Vaënadiel ne put se retenir de rire doucement, cet échange prenant une drôle de tournure. La mère dit alors à sa fille :

‘‘ Mais moi j’ai le droit jeune fille, je suis sa femme. Et ses tablettes, je ferais en sorte qu’il les récupère! Alors, Vaë, un conseil, fait en sorte que Liam conserve ses muscles…d’ailleurs, il a pas mal de marques sur son corps… ‘‘

La druidesse n’avait pas dit de commentaires sur ce sujet, car il fallait avouer que ces marques provenaient d’une histoire lourde passée au courant des mois précédents. En silence, la druidesse baissa donc la tête et se contenta d’observer le combat qui tirait sur sa fin. Heïan comme Liam était essoufflé, mais le paternel réussit à plaquer son fils sur le sol et hurla :

‘‘ Chochotte! ‘‘

Sauf que Heïan se trouva bien rapidement à ses côtés à cause d’un coup de genou dans le ventre. Ils rirent donc ensemble avant de se relever pour voir qu’il y avait des spectatrices à l’ombre d’une corniche aux abords de la villa. Liam fut le plus rapide à réagir et se précipitait vers Vaënadiel qui ne savait plus où donner de la tête tellement il s’approchait rapidement. Son fessier quitta le rebord de la grande fenêtre alors que ses pieds ne touchaient maintenant plus le sol. Les bras de l’homme l’enfermaient et le collaient contre lui alors qu’il était trempé par la transpiration. Il posait des baisers furtifs partout sur son visage et dans son coup, la chatouillant alors qu’elle riait, frissonnait et ne parvenait pas à s’enfuir de son emprise. Brusquement, il s’arrêta, la relâcha et alla voir sa soeur.

‘‘ Soeurette adorée, veux-tu sentir comme je sens bon aujourd’hui? ‘‘

‘‘ Surtout pas! Maman vient on va les jeter à l’eau! Vaë vient avec! ‘‘

‘‘ Moi? ‘‘

Mais! Elle n’avait pas une once de force dans les bras! Elle avait déjà essayé de pousser Liam et jamais elle n’avait réussi à le faire bouger ne serait-ce que d’un centième de millimètres. Malgré que là, elles étaient trois femmes contre deux hommes morts d’épuisement. La druidesse acquiesça donc et poussa donc son homme dans le dos, Melley en faisant de même pour son époux qui était venu à leur rencontre alors qu’Elayne tirait son frère et son père par les mains, marchant du reculon. Elles les trainèrent de peine et misère jusqu’à la salle d’eau du rez-de-chaussée et les y enfermèrent toutes les deux. Melley cria pour qu’ils l’entendent de l’autre côté de la porte :

‘‘ Et vous ne ressortirez qu’une fois que vous sentirez bon! ‘‘

De l’autre côté, Liam et Heïan se tenaient devant la porte, essoufflée. Ils se regardèrent donc un moment avant de se mettre à rire, mais bon. Cela n’empêchait pas qu’il y avait un certain mal aise. Comme s’il allait se laver avec son fils! Oh ça non. Pas qu’il était pudique, car tous les hommes avaient le même corps, ou presque, mais il n’avait pas envie se mettre à poil devant son enfant à cet âge où tout se fripait. Liam le laissa donc y aller le premier faisant exprès pour chanter faux au plus grand damne de son fils. Lorsqu’il ressortit, une serviette autour de la taille, Heïan croisa les bras sur son torse et regarda son fils de ses yeux violets dans le plus grand des silences. Il avait l’air... trop sérieux. Liam l’avait observé d’un oeil méfiant et y était allé à son tour. Après une minute, Heïan fit apparaître ses bras dans la douche et lui lança la bassine d’eau froide dans le dos avant d’éclater de rire.

‘‘ Oh! Pardon! Je ne savais pas que tu étais là... c’est pas trop froid? Je crois que ton zwi à rétrécit... ce sera difficile de... enfin..., tu sais quoi! ‘‘

De l’autre côté de la porte, les femmes entendaient très bien sans pour autant voir. Vaënadiel entendit même la mère de son amant soupire de découragement et la vit secouer légèrement la tête de gauche à droite. Elayne, elle, riait en silence à ses côtés, des larmes coulant sur ses joues tellement elle trouvait ça drôle. S’en suivit d’un brouhaha et de bruits d’eau. Lorsque les hommes sortirent, un sourire hypocrite sur les lèvres, les femmes durent étirer leur cou pour voir le déluge dans la salle de bain.

‘‘ Ah non! Les domestiques ne seront pas contents! ‘‘

‘‘ Ce n’est pas ma faute, c’est ton frère qui m’a cherché avec son regard qui ne me regardait pas. Enfin, bref... ‘‘

Melley vint le renifler et l’embrassa pour le féliciter; il sentait bon. Vaënadiel elle, s’approcha, mais fit reculer Liam dans la salle de bain et lui ferma la porte au nez avant de fuir au pas de course en riant comme une gamine. Le jeune homme ne se fit pas prier pour se lancer à sa poursuite alors qu’elle cherchait un endroit où se cacher. Elle trouva refuge derrière le rideau d’une fenêtre du salon, où l’on voyait très bien ses pieds dépasser. Vaë l’entendait s’approcher et ne put retenir un cri lorsque celui-ci ouvrit brusquement le rideau pour la faire prisonnière de ses bras. Elle riait et tentait de fuir à nouveau, se glissant entre ses jambes et marchant à quatre pattes autour du canapé. Des mains agrippèrent ses chevilles et elle se sentit tirée vers l’arrière puis soulevée.

‘‘ Aie pitié de moi! ‘‘

Mais le sourire malicieux de Liam ne laissait rien prévoir de bon pour elle dans les heures qui allaient suivre. Il fallait dire qu’elle était d’humeur taquine aujourd’hui et ce n’était certainement pas Liam qui se laisserait faire sans tenter quelque chose. La petite famille se calma et le reste de la journée défila dans un claquement de doigts. Au repas du soir, Melley avait un sourire malicieux aux lèvres et Heïan l’observait avec un air interrogateur; qu’est-ce qu’elle avait fait encore? Une domestique posa son couvert en dernier et lorsqu’il le souleva il resta muet. Figé, il ne tourna que les yeux vers sa femme après une longue minute, son visage déformé par l’incompréhension alors que tous étaient morts de rire autour de la table.

‘‘ Qu’est-ce que ça veut dire, Melley? ‘‘

Il n’y avait que des légumes, pas de viande! Que des légumes! C’est là qu’il vit tout les regards posés sur lui alors qu’il était le seul à ne pas comprendre ce qui se passait. Liam se doutant de quelque chose sans nul doute... Melley lui souriait légèrement et fit un clin d’oeil aux jeunes femmes ici présentes qui retenaient leur ricanement avec difficulté. Enfin, elle déclara :

‘‘ Ce sont des légumes mon coeur... pour t’aider à garder ta ligne d’athlète qui me fait fondre... et puis... pour pouvoir concurrencer ton fils... ‘‘

Sidéré, Heïan eut les yeux ronds et tourna son regard violet ver Elayne qui pouffa littéralement de rire, suivit de Vaënadiel qui pleurait de rire. Pauvre Heïan! Il faisait la moue et tourna les yeux de nouveau vers sa douce moitié en fronçant les sourcils.

‘‘ Tu vas voir... ! Même Liam ne fera plus le poids à côté de moi et aura l’air d’un vieux ratatiné! ‘‘

Sur ces paroles, le Capitaine mangea ses légumes d’un air peu assuré et sortit de table sous le regard surpris de sa famille. Elayna haussa un sourcil, et lui demanda, confuse :

‘‘ Papa, où vas-tu? Nous n’avons même pas fini! ‘‘

‘‘ Je vais faire travailler mon ventre d’athlète, tiens! ‘‘

Bien entendu, il n’était en rien offusqué il allait seulement relever le défi que lui imposait sa femme pour lui faire regretter ce régime, bien décidé à retrouver sa ligne de jeune homme. Elayne regarda sa mère qui riait.

‘‘ Je ne croyais pas qu’il le ferait! j’étais certaine qu’il allait s’engouffrer dans la cuisine pour aller se faire cuire de la viande sous la supervision des domestiques. ‘‘

S’en suivit d’un autre moment de rire, Vaë regardant son homme qui semblait épuisé après cet après-midi de lutte. Elle ne put donc se retenir de dire :

‘‘ Eh bien Liam, malgré l’âge de ton père, celui-ci semblait être en meilleure forme que toi. Il n’a l’air épuisé le moins du monde... alors que toi... ‘‘ Dit-elle avec un large sourire aux lèvres. ‘‘ Serais-tu en train de devenir... une chochotte? ‘‘

Alors là, elle s’attira le regard de : ‘‘ Tu as... osé?! ‘‘. Elle devina qu’il fallait qu’elle déguerpisse au plus vite. La druidesse se glissa donc sous la table et se rua à l’étage en riant aux éclats, le jeune homme à sa poursuite.

‘‘ Sacrée journée en-tout-cas... pas vrai maman? ‘‘
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Sam 8 Déc 2012 - 23:45


Son père entra donc dans la douche, commençant à chanter, mais si faux que Liam grimaça et se boucha les oreilles. Il se les déboucha en entendant l'eau s'arrêter et se retourna, observant son père d'un œil méfiant. Il avait une serviette autour de la taille et croisait ses bras sur son torse, un air un peu trop sérieux peint sur le visage. Liam entra dans la douche, commençant à se mouiller avec de l'eau bien chaude, lorsqu'une vague d'eau gelée atterrit sur son dos. Automatiquement, il se recroquevilla, grelottant. Son père était mort de rire et lui dit :

-Oh! Pardon! Je ne savais pas que tu étais là... c’est pas trop froid? Je crois que ton zwi à rétrécit... ce sera difficile de... enfin..., tu sais quoi!

Liam fît la moue et comme un idiot il baissa la tête et se mit à rougir en constatant que…son père avait raison. Il secoua la tête et se dépêcha, sortant et se séchant convenablement, fusillant son paternel du regard, avant de lancer une bataille d'eau qui resterait dans les mémoires. Ils sortirent ensuite sous les fous rires des femmes, qui plaignirent les domestiques. Heïan se fît renifler par sa femme et passa le test avec brio, recevant un doux baiser de sa femme. Il s'éloigna et Vaë approcha, mais elle, elle le poussa dans la salle de bains en refermant la porte et il l'entendit s'en aller au pas de course. Liam se rattrapa de justesse pour ne pas tomber et rouvrit la porte, partant à sa poursuite dans toute la maison. Il entra dans le salon en dépassant sa famille et la chercha des yeux.

Il sourit. Elle riait en tentant de rester silencieuse et surtout, ses pieds dépassaient du rideau. Il l'ouvrit d'un coup et se jeta sur elle, l'emprisonnant dans ses bras. Elle avait plus d'excuses, il était propre maintenant ! Mais elle parvint à se glisser entre ses jambes et se mit à marcher à quatre pattes autour du canapé. Cependant Liam fût plus rapide et lui agrippa les chevilles, la tirant à lui et la souleva du sol en disant :

-Aie pitié de moi!

Mais Liam ne fît que sourire, comptant bien ce venger de l'humeur plus que taquine de sa rose ! Lorsqu'il la relâcha, ils se réinstallèrent, passant l'après-midi calmement. En revanche, le soir venu…

Ils s'installaient pour manger et lorsqu'il vit ce que son assiette contenait, Heïan tira une drôle de tête en disant :

- Qu’est-ce que ça veut dire, Melley?

Liam regarda l'assiette. Il n'y avait que des légumes ! Les femmes ricanaient et Liam tentait de comprendre, lorsque sa mère répondit :

-Ce sont des légumes mon coeur... pour t’aider à garder ta ligne d’athlète qui me fait fondre... et puis... pour pouvoir concurrencer ton fils...

Son père eut de gros yeux, Elayne commença à rire, suivie par Vaë, explosant littéralement. Heïan regarda Melley en fronçant les sourcils et déclara :

-Tu vas voir... ! Même Liam ne fera plus le poids à côté de moi et aura l’air d’un vieux ratatiné!

Il mangea ses légumes, grimaçant, et se leva de table. Liam crut qu'il était vexé et Elayne aussi apparemment en lui demandant ou il allait mais il déclara qu'il allait faire travailler son ventre. Il s'en alla sous les rires de sa femme et Elayne qui commenta :

-Je ne croyais pas qu’il le ferait! j’étais certaine qu’il allait s’engouffrer dans la cuisine pour aller se faire cuire de la viande sous la supervision des domestiques.

Liam souriait de moitié. Son père avait pourtant encore un beau corps…Il fût d'un coup fatigué. En même temps, il avait passé la moitié de la nuit uni à sa rose passionnément, il s'était levé avant le soleil, était allé chez cette peste, s'était battu avec son père…et là, il était sur les rotules…et Vaë le fît bien remarquer :

-Eh bien Liam, malgré l’âge de ton père, celui-ci semblait être en meilleure forme que toi. Il n’a l’air épuisé le moins du monde... alors que toi... Serais-tu en train de devenir... une chochotte?

Le tout avec un gros sourire aux lèvres. Il la regarda, les yeux ronds. Elle…elle avait osé le traiter de chochotte ??!! Pas elle ! Elle du se sentir menacée car elle se faufila sous la table et se rua dans le couloir, montant quatre à quatre les escaliers. Liam ne se le fît pas redire et courut à sa suite, n'entendant pas ce que sa sœur déclara en riant.

En haut, Liam ferma la porte derrière lui, acculant Vaë qui cherchait désespérément une cachette des yeux. Il s'approcha, comme un prédateur de sa proie. Ce soir, il était le loup…

Il continua d'approcher, la voyant faire comme si elle paniquait et alors qu'elle voulait une nouvelle fois se défiler, il la prit dans ses bras et la colla à lui.

-Alors ainsi je suis une chochotte hein ? lui murmura-t-il en la plaquant sur le lit.

Elle allait voir qu'il avait encore de l'énergie à revendre. Oohh oui il le lui montrerait. Avec une nuit encore plus ardente que la précédente, et il se promit de l'épuiser. Mais vraiment, qu'elle dorme longtemps le lendemain !

Et ce fût tel qu'elle ne put retenir ses cris et ses gémissements, réveillant la maison. Heïan et Melley ricanèrent entre eux, Elayne rougit et mit son oreiller sur sa tête, gênée. Mais…Vaë n'y pouvait rien. Non…elle avait réveillé son loup…

Le lendemain, Liam avait enfermé Vaë avec son bras posé sur sa poitrine, couché sur le ventre. Il avait la tête dans son cou et les cheveux de neige de sa rose lui chatouillaient le nez, lui donnant envie d'éternuer. Le soleil se leva lentement et en ouvrant les yeux, redressant la tête, Liam vit le sourire de sa rose, étincelant même dans le sommeil. Cette fois, il avait réussi à la vider de ses forces. Cette fois, il l'avait comblée comme jamais et toute la maison s'en souviendrait. Il voyait déjà le regard de son père et les remarques qu'il lui lancerait, sauf que…

Son cœur battait comme un fou dans sa poitrine. La regardant s'éveiller, il comprit d'où cela provenait. Il se mordit la lèvre et pour qu'elle ne se doute de rien l'embrassa pour bien la réveiller en lui murmurant :

-Et alors, suis-je toujours une chochotte ?

Il eut droit à un sourire et ils se levèrent, allant se laver rapidement pour manger. Liam avait déjà le ventre noué et se força à avaler un petit quelque chose pour que les autres ne s'inquiètent pas. Il ignora les regards coquins de son père, les sourires de sa mère et le rougissement de sa sœur du mieux qu'il le put. A la fin du repas, il laissa les siens vaquer à leurs occupations et monta rapidement à l'étage, demandant à Vaë de l'attendre. En haut, il prit Meeko et le fît sortir par la fenêtre, lui ordonnant d'aller là ou il fallait, lui donnant ce qu'il fallait.

Une fois fait, il redescendit, souriant et lui prit la main.

-J'ai bien envie d'aller me promener pas toi ?

Elle pencha la tête et il l'entraîna à sa suite, longeant la maison, se faufilant jusque dans le bois. Il paniquait, stressait, mais savait que c'était le moment. Il la fît s'asseoir sur le banc ou ils avaient l'habitude d'aller, regardant la nature environnante, et le silence s'installa, léger et détendu. Elle semblait déjà s'être remise de sa nuit mouvementée et rayonnait.

Après quelques instants, il siffla, trois jolies et courtes notes. Il lui sourit en réponse à son air interrogateur et attendit, priant pour qu'il n'y ait pas de fausses notes. Les buissons s'écartèrent alors, laissant passer Meeko, une boîte entre les dents. Il s'avança jusqu'à Vaë, sauta sur ses genoux et tendit le cou, pour qu'elle prenne le colis. Ce qu'elle fît, hésitante, regardant l'animal puis Liam, sans comprendre.

Meeko se mit de côté, descendant de ses genoux et alors qu'elle ouvrait l'étui dévoilant la bague argentée irisée de pierres bleutées, Liam se mit sur un genou devant elle et plongea dans son regard en disant :

-Vaë, je t'aime, et je ne peux me passer de toi. Tu as emprisonné mon cœur, mon âme et mon corps en un simple regard, en une seule parole. Aussi…

Il prit la bague et la lui montra, la tenant entre le pouce et l'index pour finir :

-Je voudrais t'appartenir officiellement, Vaë. Je veux devenir ton loup. Veux-tu…veux-tu devenir ma femme, Vaënadiel ?

Il la regardait, toujours un genou au sol, priant pour qu'elle comprenne, priant pour qu'elle accepte. Il tenait toujours la bague entre ses doigts et elle l'étui, Meeko à côté, les observant de ses gros yeux. Il n'attendait plus que sa réaction…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 3:24

Les demandes

Il fallait qu’elle coure et qu’elle coure vite. Le problème était qu’elle ne savait pas où se cacher alors qu’elle passait devant la bibliothèque. La druidesse s’y attarda un court instant, hésitant à y entrer avant de voir que Liam se trouvait déjà au sommet de l’escalier et de ce fait, à quelques mètres d’elle. Encore une fois, elle hurla et se rua dans le couloir sauf qu’une fois au bout, elle ne put rebrousser chemin. Le jeune homme avançait vers elle comme un prédateur ce qui lui faisait quasiment peur. Son rythme cardiaque avait augmenté d’un seul coup alors que ses pas la conduisirent d’instinct dans la chambre.

‘‘ Oh non... ! Merde de chèvre! ‘‘

Ce qu’elle pouvait être idiote. En entrant dans la chambre, elle était réellement coincée et elle ne parviendrait. Voulant revenir sur ses pas, elle tomba sur Liam qui refermait la porte derrière lui. Ses yeux aqua regardaient désespérément la pièce, cherchant un endroit où elle pourrait se faufiler afin de lui échapper, mais elle avait de la difficulté à réfléchir avec lui qui l’acculait au mur. Le jeune homme se faisait à quelques centimètres d’elle et sa poitrine se soulevait rapidement alors qu’elle riait nerveusement. Brusquement, Vaë voulut aller vers la droite, mais des bras l’en empêchèrent et l’emprisonnèrent contre lui.

‘‘ Alors ainsi je suis une chochotte hein? ‘‘

‘‘ Non! Non Liam! Non! ‘‘ S’écria-t-elle en riant alors que son homme murmurait à son oreille d’une voix qui la fit frissonner.

Celui-ci la souleva de terre et la plaqua sur le lit, l’immobilisant par le même fait avant qu’elle ne tente une seconde fois de le fuir. La druidesse avait beau tenter de se débattre, c’était peine perdue, car elle s’était bien rapidement calmée en sentant les lèvres de son loup se plaquer contre les siennes et ses mains glisser sur ses cuisses. Maintenant qu’elle avait osé dire le mot tabou, elle devait en subir les conséquences sans opposer de résistance. Et puis, ce n’était pas pour lui déplaire de toute manière. La bête s’était réveillée et allait lui faire subir son courroux. Mais cette nuit là, la jeune femme ne put rester silencieuse malgré tous ses efforts... la gêne qu’elle aurait le lendemain une fois face à sa famille. S’ils n’avaient rien entendu, c’était qu’ils étaient tous sourds.

Bref, la jeune femme dormit comme une souche, totalement vidée d’énergie. Au levé du jour, la matinée entamé depuis quelques petites heures, Vaë se réveilla à cause des mouvements à ses côtés. Sa main se glissa jusqu’au bras de son homme, posé contre sa poitrine, et elle le caressa doucement. Ses yeux s’ouvrirent et elle tourna la tête légèrement pour plonger dans son regard fauve et victorieux. Son visage s’approcha lentement du sien et il l’embrassa tendrement en lui murmurant quelques mots qui la firent sourire.

‘‘ Et alors, suis-je toujours une chochotte? ‘‘

Non, il était bien loin d’être une chochotte, tout compte fait. Il fallait donc qu’elle se mette en tête de ne plus le traiter de la sorte... à moins que... bref! C’était l’heure de se tirer hors du lit et ils filèrent se nettoyer, se changer puis sortirent de la chambre en silence afin de descendre en bas. Comme elle le pensait, le jeune couple s’attira les regards et Vaënadiel baissa la tête de suite pour éviter de croiser le regard de Melley et Heïan. La druidesse se cacha même derrière Liam tellement elle était gênée et mal à l’aise. Ses joues n’avaient jamais été aussi rouge de toute sa vie et ce fut le visage caché dans l’ombre de ses cheveux qu’elle prit place à la table. Mais bon, comme tout père taquin, Heïan ne put s’empêcher de charrier silencieusement son fils puisque Vaë était déjà bien trop gênée. Il ne fallait donc pas en ajouter. À la sortie de table, la druidesse dut attendre son homme en bas de l’escalier alors qu’il montait à l’étage sous son regard interrogateur. Ayant fait vite, Liam revint en souriant et prit délicatement sa main.

‘‘ J’ai bien envie d’aller me promener pas toi? ‘‘

‘‘ Euh... oui, pourquoi pas? ‘‘

Intriguée, Vaë pencha légèrement la tête de côté et le regarda. Il l’entraîna alors dehors où il faisait bon. Une douce brise vint caresser sa peau et voler ses cheveux, le soleil les réchauffant en bonus. Liam marchait légèrement devant elle, contournant la villa jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans le boisé derrière celle-ci. Il était bien silencieux, Liam. La druidesse ne pouvait donc que se questionner. Une fois devant le banc où ils avaient l’habitude de s’assoir, Vaë prit place en inspirant profondément, profitant de cette délicieuse odeur et aussi de ce calme qui apaisait son âme tout entière. Bon, elle était beaucoup plus calme que la veille, il fallait s’en dire avec la nuit que lui avait faite passé son loup, mais elle n’en était pas pour le moins de mauvaise humeur. Seulement un peu plus... épuisée.

Contrastant avec le chant des oiseaux, ses oreilles captèrent trois notes sifflées par l’homme à ses côtés. Forcée de tourner la tête dans sa direction, Vaënadiel le regarda d’un air interrogateur. Pourquoi venait-il de faire ça tout d’un coup? Le silence s’installa et Liam ne faisait que lui sourire lorsque soudain, des buissons se mirent à gigoter devant eux. Meeko bondit, faisant voler quelques feuilles au sol et s’approchait avec quelque chose dans la gueule. L’animal s’arrêta à ses pieds puis sauta agilement sur ses genoux où il s’asseya, étira sa tête vers elle pour qu’elle prenne ce qu’il lui donnait. Vaë hésitait, regardant l’animal puis Liam à deux reprises. Une fois le petit boitier en mains, Meeko se plaça à ses côtés et l’observa de ses grands yeux, la jeune femme entamant son ouverture.

À l’intérieur se trouvait un magnifique anneau dont les petites pierres bleues incrustées brillaient sous les quelques rayons de soleil qui se rendaient à elle. Son regard ne dériva pas une seule seconde alors qu’elle sentait son coeur s’accélérer. Qu’est-ce que... ça voulait dire? C’est là que Liam quitta sa place pour ne poser qu’un genou au sol, devant elle. Nerveuse, la druidesse leva légèrement les yeux pour plonger dans son regard doré, son sourire s’était effacé depuis les sifflements.

‘‘ Vaë, je t’aime, et je ne peux me passer de toi. Tu as emprisonné mon cœur, mon âme et mon corps en un simple regard, en une seule parole. Aussi… ‘‘

L’homme sortit la bague de la petite fente qui la tenait dans la boite que la druidesse n’avait pas osé sortir. Il la lui montrait en la tenant et continua

‘‘ Je voudrais t’appartenir officiellement, Vaë. Je veux devenir ton loup. Veux-tu… veux-tu devenir ma femme, Vaënadiel? ‘‘

Son coeur s’arrêta tout simplement et elle crut qu’elle allait faire un malaise sur place alors que c’était dû à l’angoisse. Elle se sentait étourdie et ne savait pas quoi répondre. Oui? Non? Peut-être? Que devait-elle répondre? Elle ne savait même plus comment il appelait ce genre de demande et ne se souvenait plus de ce qui concernait les réponses. Malheur! Devenir sa femme... sa compagne de vie? Voyons! Pourquoi ne se souvenait-elle de rien?! En plus, elle commençait à sentir toute fébrile... D’ailleurs, elle mit tellement de temps à répondre que Liam semblait devenir inquiet.

‘‘ Oui! Oui je veux que tu me supportes! Oui je veux te traiter encore de chochotte pour devoir te fuir en paniquant! Oui je... oui je veux devenir ta femme et t’appartenir... Liam. ‘‘

Elle déposa la boite que Meeko prit entre ses pattes pour commencer à la croquer histoire de voir si c’était mangeable. Liam lui prit sa main délicatement pour passer l’anneau à son annulaire. La druidesse se glissa donc jusqu’au bord du banc pour entourer son cou de ses bras et le bécoter fougueusement.

‘‘ Tu devras me supporter jusqu’à ce tu n’en sois plus capable... bel homme... ‘‘

Le sourire revint de nouveau sur le visage de l’homme qui soupira de soulagement, faisant revenir le sien par la même occasion. Vaë colla donc sa joue contre la sienne, caressant sa chevelure et admira l’anneau qu’il lui avait offert pour marquer leur lien. Quand bien même il le lui aurait demandé sans bijou, la druidesse aurait accepté. Dans sa tribu, aucun bien matériel ne liait deux partenaires. D’ailleurs...

‘‘ Liam, j’aimerais que... mon frère soit là pour le... euh... je ne me souviens plus du nom... Marinage? Marquage? Marchandage? ‘‘

Elle se tapa le front d’une main lorsque le mot lui revint en tête d’un coup.

‘‘ Mariage! Voudrais-tu aussi... voir comment cela se passe chez moi? Ainsi, nous pourrions ramener Eph’ avec nous? Enfin..., je ne veux pas te l’imposer. Si tu ne veux pas, je comprendrai. La route est longue et... ‘‘

Bon... elle aimait Beolan, mais commençait à sentir le besoin d’en sortir un moment. Vagabonder avec son amoureux sur les routes, avec lui seulement, car c’était si plaisait et surtout parce qu’ils le pouvaient encore. Cependant, elle ne savait pas comment aborder la chose, lui dire qu’elle étouffait un peu en ville puisqu’elle avait toujours vécu dans la nature jusqu’à aujourd’hui. C’était surtout une peur de l’offusquer, de le blesser.

‘‘ Enfin je... j’aimerais... quetumemontrescequ’ilyaendehorsdesmursdeBeolanavantqueKeiranemettel’enfantaumonde ... ‘‘

Sous le coup de la nervosité, elle avait parlé très rapidement et n’avait pu savoir si Liam avait compris ou non ses paroles, bien qu’il faisait une drôle de tête. Vaë elle, souriait bêtement puis baissa la tête, honteuse. Un long et profond soupir s’échappa alors de ses poumons, sa poitrine de soulevant d’un seul coup pour ensuite s’abaisser. Son regard aqua se noya dans celui de Liam et la jeune femme à la chevelure de neige leva une main pour caresser sa joue.

‘‘ J’ai... encore du mal à m’habituer à la vie en ville, ses bruits, ses odeurs, tous ces gens et... parcourir les routes en ta présence me manque. J’aimerais que tu me fasses découvrir d’autres territoires, que tu me racontes leur histoire autour d’un feu lorsque la nuit est tombée. Ensuite ça ira et puis ton enfant sera là. Il faudra bien s’en occuper. Qu’en ... dis-tu? ‘‘

La druidesse commença même à se demander si elle n’aurait pas dut se taire pour l’heure. Il venait quand même de lui faire sa demande et elle, elle lui arrivait avec ça. Bravo Vaë...

'' Enfin ... pas tout de suite, bien sûr. Dans les prochaines semaines ... tu viens tout de même de traverser quelque chose de difficile et je ne voudrais pas te brusquer. Taie-toi Vaë ...'' Se dit la jeune femme pour elle-même alors que se mit à jouer nerveusement avec une couette de sa chevelure.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 10:47


Vaë mit longtemps à répondre. Tellement longtemps que Liam commença à paniquer, à se dire qu'il avait raté quelque chose et que ça avait tout gâché. Il se disait que ce n'avait peut-être pas été le moment, qu'il aurait du attendre un peu, pour ne pas la brusquer. Il eut peur qu'elle ne refuse, jusqu'à ce qu'elle dise :

-Oui! Oui je veux que tu me supportes! Oui je veux te traiter encore de chochotte pour devoir te fuir en paniquant! Oui je... oui je veux devenir ta femme et t’appartenir... Liam.

Lentement, elle posa la boîte de côté, Meeko s'empressant de jouer avec, et Liam lui prit la main gauche, passant délicatement la bague à son doigt. Elle lui allait à ravir…Elle se rapprocha du bord pour encercler son cou de ses bras et l'embrasser avant d'ajouter :

-Tu devras me supporter jusqu’à ce tu n’en sois plus capable... bel homme...

Il soupira, souriant à nouveau. Il se sentait d'un coup bien plus léger. Beaucoup plus serein et rassuré. Elle souriait également, collant sa joue à la sienne, caressant ses cheveux lentement. Rien n'aurait pus le combler plus. Il était heureux. Il allait passer sa vie avec elle et lui faire de beaux enfants. Une fois que…celui de Keira serait là et peut-être un peu plus grand. Cela le chagrinait de se dire qu'il devait faire passer Vaë derrière Keira à ce sujet. Mais il n'avait pas le choix…

-Liam, j’aimerais que... mon frère soit là pour le... euh... je ne me souviens plus du nom... Marinage? Marquage? Marchandage?

Il sourit alors qu'elle cherchait le mot. Bien sûr que son frère serait là ! Liam n'aurait même pas accepté qu'il reste dans les montagnes alors que sa dernière petite sœur se mariait ! Et puis, Eph' pourrait alors voir à son tour le monde d'en bas…
Liam allait ouvrir la bouche pour lui donner la réponse lorsqu'elle se frappa le front, signe qu'elle avait trouvé, et continua :

-Mariage! Voudrais-tu aussi... voir comment cela se passe chez moi? Ainsi, nous pourrions ramener Eph’ avec nous? Enfin..., je ne veux pas te l’imposer. Si tu ne veux pas, je comprendrai. La route est longue et...

Elle commençait à être nerveuse, semblant vouloir dire quelque chose et en même temps se retenir de le dire. Liam fronçait légèrement les sourcils, lui laissant le temps de reprendre son sang-froid, caressant son dos de ses mains. Et puis, concernant les rituels de mariage chez elle, bien sûr qu'il s'y plierait. Cela allait dans les deux sens ! Elle allait tout de même passer par la case "je passe devant tout le monde le long de l'allée de l'église" alors il devait également respecter les règles de chez elle.

-Enfin je... j’aimerais... quetumemontrescequ’ilyaendehorsdesmursdeBeolanavantqueKeiranemettel’enfantaumonde ...

La phrase était sortie comme un lance-pierre. Si vite que Liam ne compris que les mots "Beolan", "Monde", "Keira". Trop peu pour comprendre ce qu'elle voulait dire…Elle souriait et baissa la tête, soupirant. Il mit sa main sur sa nuque pour lui signifier qu'elle avait le temps pour parler, qu'il écouterait et attendrait. Parce qu'apparemment c'était une demande chère à ses yeux…
Lorsqu'elle redressa la tête, elle plongea son regard dans le sien et lui caressa la joue, pour se faire plus explicite :

-J’ai... encore du mal à m’habituer à la vie en ville, ses bruits, ses odeurs, tous ces gens et... parcourir les routes en ta présence me manque. J’aimerais que tu me fasses découvrir d’autres territoires, que tu me racontes leur histoire autour d’un feu lorsque la nuit est tombée. Ensuite ça ira et puis ton enfant sera là. Il faudra bien s’en occuper. Qu’en ... dis-tu?

Étonnamment, il ne fût pas surpris par la demande. Vaë n'était pas habituée à rester au même endroit constamment, et encore moins en ville. Elle faisait de gros efforts pour apprendre la vie d'en bas, mais au fond d'elle, il y avait l'appel de la nature et de la découverte. Liam s'y était un peu attendu, à ce qu'elle lui demande quelque chose de ce style, et y avait même songé, mais c'était dit que d'abord, il lui demanderait sa main et vérifierait que Keira allait bien. Les deux choses étant faites, il n'y avait rien pour barrer leur route.

-Enfin ... pas tout de suite, bien sûr. Dans les prochaines semaines ... tu viens tout de même de traverser quelque chose de difficile et je ne voudrais pas te brusquer. Taie-toi Vaë ...

Elle semblait parler pour elle-même, jouant nerveusement avec une mèche de ses cheveux. Quelque chose de difficile. Elle aussi. Elle avait aussi subit. Il lui prit le visage entre les mains, pour la rassurer et chasser cette nervosité qui conférait une jolie teinte de rouge à ses joues.

-C'est une obligation que ton frère soit là au mariage Vaë. Je n'aurais pas accepté qu'il ne vienne pas, c'est tout de même la seule famille qu'il te reste et puis, il est devenu un bon ami à mes yeux, malgré sa volonté de me tuer, l'autre fois.

Il tentait de faire un peu d'humour pour qu'elle se détende et poursuivit, abordant chaque point calmement :

-Oui, je veux aussi connaître tes rituels de mariage et je m'y plierais, parce que moi aussi je suis curieux de découvrir ta culture. Et pour le voyage…oui aussi. Je le sentais que tu ne tenais plus en place et franchement…j'ai aussi envie de m'aérer l'esprit. Pas que ma famille me dérange au contraire, mais je voudrais profiter, avec toi, de pouvoir voyager avant que le bébé ne soit là…Je pourrais te faire visiter Madorass, les plaines, les collines, et en revenant nous ferions une boucle pour se marier chez toi dans les montagnes et en redescendant nous ramènerions Ephraïm et Elsah si elle en a envie. J'ai remarqué que tu lui étais très attachée. Seulement il faut partir assez rapidement pour être sûrs de pouvoir profiter. Il ne reste plus que six mois de grossesse…

Il lui sourit, espérant ne pas l'avoir noyée. Il se souvint du dernier point et ajouta :

-Nous avons traversé quelque chose de difficile Vaë. Tu as été la première à en souffrir. Très peu de femmes m'auraient donné une seconde chance après avoir appris que je les avais trompées et en plus fait un enfant à une autre. Très peu auraient dit vouloir l'élever avec moi et très peu m'auraient pardonné. Très peu…voire aucune…sauf toi. Et…rien que pour ça, je suis prêt à te donner la terre entière et à te suivre n'importe où les yeux fermés.

Liam se tut et la regarda, toujours les mains sur son visage. Meeko, à côté, mordillait encore l'étui de la bague. Il se releva lentement et se réinstalla à ses côtés, la collant contre lui, posant la tête de la jeune femme contre son épaule. Il attendrait qu'elle réagisse à ses propos, puis ils rentreraient sans doute. Au repas, ils annonceraient à tous leur mariage futur ainsi que leur décision de partir pour faire découvrir le monde a Vaë, se marier chez elle et rentrer avec la famille de cette dernière. Il dirait à son père qu'à son retour il prendrait ses fonctions au sein de la garde et qu'il se mettrait en quête d'une maison. Il avait même songé à la fabriquer de ses propres mains, aux abords de la ville, la ou la forêt était encore plus présente qu'ici. Il voulait que Vaë soit toujours en présence de cette nature qu'elle aimait tant. Parce qu'il ne voulait pas abuser de la gentillesse de ses parents et squatter chez eux en profitant. Il fallait donc qu'ils rentrent et qu'ils aient une maison pour accueillir l'enfant avant six mois…donc…ils devaient partir tout de suite le lendemain et au pire dans deux jours. Parce qu'il avait peur que, s'il n'était pas présent pour l'accouchement, Keira abandonne l'enfant tout de même. Qu'elle n'attende pas qu'il vienne le chercher.

D'ailleurs, il faudrait qu'il demande à Vaë si elle avait des souhaits concernant les prénoms, pour fille et garçon. Elle n'était peut-être pas la mère, mais ce serait elle qui choisirait le prénom et certainement pas Keira. Ca, il se le jura. Vaë le choisirait. Mais pour l'heure, elle devait lui donner son avis…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 16:46

Annoncement

Ayant détourné légèrement son regard de celui de son amoureux, Vaë tentait de trouver quelque chose pour réparer l’erreur qu’elle venait de commettre en lui parlant de ce qu’elle avait. Cependant, les mains chaudes de Liam sur ses joues la tirèrent de ses réflexions et ses yeux aqua rencontrèrent ses soleils. Sa nervosité s’envola d’un coup et un doux sourire se dessina sur ses lèvres rosées.

‘‘ C’est une obligation que ton frère soit là au mariage Vaë. Je n’aurais pas accepté qu’il ne vienne pas, c’est tout de même la seule famille qu’il te reste et puis il est devenu un bon ami à mes yeux, malgré sa volonté de me tuer, l’autre fois. ‘‘

Sur le point concernant son frère, Vaënadiel ne put retenir un faible ricanement, ayant pour effet escompté de la détendre. Il était vrai que les deux hommes avaient soudé une forte amitié suite au massacre des siens aux pics neigeux et malgré les derniers évènements, Eph’ avait toujours confiance en lui malgré son désir de la massacrer après ce qui s’était produit avec Keira. Liam continua alors de sa voix qu’elle aimait tant :

‘‘ Oui, je veux aussi connaître tes rituels de mariage et je m’y plierais, parce que moi aussi je suis curieux de découvrir ta culture. Et pour le voyage… oui aussi. Je le sentais que tu ne tenais plus en place et franchement… j’ai aussi envie de m’aérer l’esprit. Pas que ma famille me dérange au contraire, mais je voudrais profiter, avec toi, de pouvoir voyager avant que le bébé ne soit là… Je pourrais te faire visiter Madorass, les plaines, les collines, et en revenant nous ferions une boucle pour nous marier chez toi dans les montagnes et en redescendant nous ramènerions Ephraïm et Elsah si elle en a envie. J’ai remarqué que tu lui étais très attachée. Seulement, il faut partir assez rapidement pour être sûrs de pouvoir profiter. Il ne reste plus que six mois de grossesse… ‘‘

Le jeune homme marqua une courte pause et lui sourit. Quel était ce soulagement, de savoir qu’au final leurs pensées étaient similaire. Cela voulait dire qu’il acceptait de reprendre la route, de satisfaire sa curiosité, de sentir la liberté qu’offraient les voyages et le plus important, celui de prendre part à ses coutumes.

‘‘ Nous avons traversé quelque chose de difficile Vaë. Tu as été la première à en souffrir. Très peu de femmes m’auraient donné une seconde chance après avoir appris que je les avais trompées et en plus fait un enfant à une autre. Très peu auraient dit vouloir l’élever avec moi et très peu m’auraient pardonné. Très peu… voire aucune… sauf toi. Et… rien que pour ça, je suis prêt à te donner la terre entière et à te suivre n’importe où les yeux fermés. ‘‘

Sa douce voix sombra dans les abysses alors que la druidesse se noyait dans son regard hypnotisant sans pouvoir sans libérer. La seule chose qui dérangeait était Meeko qui s’acharnait sur l’étui en la tournant dans tous les sens. À vrai dire, l’animal était là depuis le début de leur conversation et n’avait aucunement bougé depuis, même lorsque Liam prit place aux côtés de sa douce, l’attirant à lui. Vaë se laissa tout simplement faire. Ses yeux se fermèrent tranquillement, la tête contre l’épaule de son homme et sa main glissa jusqu’à la sienne pour y croiser ses doigts. Elle était si bien à ses côtés, sentant sa chaleur contre elle et s’enivrant de son doux parfum.

‘‘ Je n’ai pas besoin de la terre, Liam, ni que tu me suives où que j’aille aveuglément. Je veux seulement te sentir près de moi dans n’importe quel moment. Ta seule présence me comble... je n’ai besoin d’aucunes richesse, de bien de grande valeur, de beaux vêtements. Seulement de toi et toi seul mon amour, mon loup protecteur... ‘‘

Ses yeux étaient toujours fermés, mais elle souriait doucement, caressant du pouce la main de son homme qu’elle tenait dans la sienne. Ces moments, elle voulait en profiter au maximum, car elle avait appris qu’un être cher pouvait partir à tout moment et surtout lorsqu’on s’y attendait le moins. Son étreinte se resserra à cette pensée, son visage devenant un peu plus mélancolique. Vaë repensait à sa famille, comme à tous les jours... se rendant compte seulement aujourd’hui de leur véritable disparition, se rendant compte qu’ils ne seraient pas là lors de la cérémonie... Sa mère aurait été si heureuse de la préparer avant ce grand jour, car elle en parlait régulièrement avant sa mort et aussi parce que sa petite fille était en âge d’avoir un homme dans sa vie. Mais voilà... il ne lui restait que son frère, le deuxième aîné et dernier survivant si on l’excluait. Poussant un soupir, Vaë rouvrit les yeux et redressa légèrement la tête lorsqu’elle sentit un pouce caresser doucement ses lèvres. Liam semblait inquiet, mais la jeune femme à la chevelure de neige lui offrit un sourire.

‘‘ J’aurais aimé que ma famille soit là et fasse ta connaissance... Mon père a eu cette chance, mais dans les mauvaises circonstances. Il te faisait confiance même s’il semblait méfiant à ton égard. Je suis certaine qu’aujourd’hui, il te dirait... merci d’avoir su veiller... sur... ma fille. ‘‘

Sa gorge s’était serrée et elle ne put retenir ses larmes. Tout était encore récent, trop récent et ce vide qu’elle ressentait face à leur départ précipité vers les dieux la faisait toujours souffrir. Maintenant, elle ne pouvait qu’imaginer leur sourire en se disant qu’un jour, elle serait à leur côté. Cramponnée à Liam, la jeune femme se laissa aller en silence quelques longues minutes, sentant les bras de celui-ci qui entourait sa taille délicatement.

‘‘ Je t’aime... ‘‘ Murmura t-elle, entourant son cou de ses bras et cachant son visage dans son cou.

Le vent se leva alors que les fiancés durent se lever afin de retourner à l’intérieur de la villa. Le temps avait commencé à rafraîchir avec l’automne qui s’installait tranquillement. Avant d’attraper froid, ils pénétrèrent dans la demeure via la porte qui donnait sur le jardin et Liam l’entraîna jusqu’à salon où se trouvait Melley et Elayne qui discutaient paisiblement. La soeur tourna la tête dans leur direction et fronça les sourcils en voyant les yeux rouges de la nordique. Aussitôt elle se releva pour se planter devant elle et lui leva la tête.

‘‘ Tu vas bien, Vaë? ‘‘

‘‘ Oui, Elayne. Ce n’est rien... un peu d’émotion c’est tout. ‘‘

Et Heïan arriva par-derrière, frappant le dos de son fils avec force. Il avait un large sourire au visage et contourna le couple pour aller rejoindre sa femme et lui dire qu’il avait travaillé fort sur sa silhouette. Bien entendu, elle ne put que s’esclaffer alors que son homme lui volait un baiser. Posant son postérieur sur le dossier du canapé, le Capitaine regarda son fils, sourire en coin.

‘‘ Alors? ‘‘

L’annonce fut faite et Elayne ne put retenir un cri strident et bondissait dans tous les sens pour ensuite se mettre à pleurer comme un enfant dans les bras de Vaënadiel qui riait doucement, consolant la brunette qui était si heureuse pour eux. Heïan vint le féliciter, lui envoyant un clin d’oeil puis le serra fortement dans ses bras.

‘‘ Je suis fier de toi mon grand. Aucun père ne pourrait être aussi comblé que le tien. ‘‘

Il se recula et posa ses mains sur les épaules de Liam, laissant ensuite la place à sa femme qui serrait son petit garçon, maintenant devenu grand, dans ses bras. Pour fêter ça, une domestique apporta une bouteille de vin sauf que cette fois Vaënadiel n’y toucha pas, préférant s’en tenir à de l’eau. L’effet d’étourdissement que lui avait prodigué l’alcool l’avait faite paniquée... mais Elayne trouva le moyen de lui faire boire une gorgée au moins pour la levée des coupes qui était dédiée aux futurs mariés. Ils se mirent ensuite à discuter, Liam leur annonçant qu’ils partiraient à l’aventure pour un moment et reviendraient à temps pour l’accouchement de Keira. Curieuse, la jumelle de son homme demanda :

‘‘ Tu parles de cérémonie rituelle, Vaë, l’équivalent de nos mariages ici. En quoi cela consiste-t-il ? ‘‘

‘‘ J’avoue que ça m’intrigue moi aussi... ‘‘ Déclara Heïan.

‘‘ Eh bien... en fait, ce n’est pas réellement dans le même genre que le marinage-mariage! Pardon. ‘‘ Dit-elle en rougissant à cause de ce mélange dans les mots. ‘‘ Les femmes sont vêtues d’habits de fourrure identiques, leur visage camouflé par un masque en tête de loup. L’homme promis doit trouver sa partenaire parmi toutes les femmes. ‘‘

‘‘ Ça ne semble pas si difficile ‘‘

‘‘ À première vue, mais il y a des difficultés qui s’ajoutent. L’homme n’a droit qu’à un seul coup d’oeil afin de repérer sa promise dans cette foule, car ensuite, on lui bande les yeux. La femme à droit de se déplacer entre ses congénères. À chaque tranche de dix minutes, un tambour se fait entendre et si l’homme n’a pas réussi, il doit se départir d’un vêtement, le but étant qu’il la trouve le plus rapidement possible. Il a droit de toucher et de s’approcher aussi près qu’il le veut des femmes afin de trouver la sienne. ‘‘

‘‘ S’il ne réussit pas? ‘‘

Vaënadiel ne put retenir un sourire amusé et continua.

‘‘ Les hommes du village lui prend les pieds et les mains et vont le lancer dans une butte de neige molle au fond du village prévu à cet effet et le promit doit prouver à sa partenaire qu’il veut être uni à elle par tous les moyens. Ensuite c’est à elle de trancher. Si l’homme réussit l’épreuve, ça se termine là et s’en suit des festivités; tambours, festin et un énorme feu de camp. ‘‘

‘‘ Ça me semble assez intéressant comme cérémonie. Ça change de nos traditionnels mariages. Pas vrai... Liam? ‘‘

Les regards se posèrent tous sur le concerné, Vaënadiel posa une main sur sa cuisse pour le rassurer. Il faudrait seulement qu’elle se retienne pour ne pas rire le moment venu!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 17:46


Toujours collée à lui, Vaë mêla ses doigts aux siens en un geste tendre avant de prendre la parole :

-Je n’ai pas besoin de la terre, Liam, ni que tu me suives où que j’aille aveuglément. Je veux seulement te sentir près de moi dans n’importe quel moment. Ta seule présence me comble... je n’ai besoin d’aucunes richesse, de bien de grande valeur, de beaux vêtements. Seulement de toi et toi seul mon amour, mon loup protecteur...

Elle caressait sa main du pouce, et lui souriait au contact, tout comme aux paroles. C'était si doux…D'un coup, son étreinte contre lui se resserra et en baissant le regard, Liam vit qu'elle avait perdu son sourire et paraissait d'un coup…triste. Qu'avait-elle ? Regrettait-elle quelque chose ?

Rouvrant les yeux, elle redressa la tête vers lui et, délicatement, il passa un doigt sur ses lèvres, ses douces lèvres tendres…il était inquiet et ne le cachait pas le moins du monde. Elle voulut le rassurer d'un sourire en déclarant :

-J’aurais aimé que ma famille soit là et fasse ta connaissance... Mon père a eu cette chance, mais dans les mauvaises circonstances. Il te faisait confiance même s’il semblait méfiant à ton égard. Je suis certaine qu’aujourd’hui, il te dirait... merci d’avoir su veiller... sur... ma fille.

Sa voix s'était brisée au fur et à mesure de sa tirade, pour laisser échapper un douloureux sanglot sur la fin. Elle pleurait, et cela fendait le cœur de Liam, qui ne supportait pas de voir ce magnifique regard obstrué par les larmes. Il la serra contre lui, tendrement, lui montrant qu'il était là. Il ne pouvait que partager sa tristesse concernant la perte de sa famille…
Encerclant son cou de ses bras, elle murmura tout en se cachant dans son cou :

-Je t’aime...

-Moi aussi Vaë…

Il embrassa le haut de sa tête, la serrant contre lui mais le vent choisis ce moment pour se lever, leur ordonnant presque par ses mugissements qu'il était temps de rentrer. L'automne arrivait à grands pas et l'air se refroidissait à vu d'œil, surtout en fin d'après-midi. Ils rentrèrent donc rapidement, passant par la porte de derrière, et se dirigèrent vers le salon ou Elayne et Melley discutaient. En les voyant, sa sœur se releva, et se précipita sur Vaë, lui demandant ce qu'il y avait. Ah oui, elle avait les yeux rougis à cause des larmes. Vaë eut juste le temps de la rassurer que son père débarqua, claquant Liam dans le dos et les contournant, expliquant à sa femme qu'il avait travaillé sa silhouette pour ensuite lui voler un baiser. Celle-ci s'était juste esclaffée et redevint sérieuse à la question de son mari :

-Alors?

Liam les regarda tous, serrant la main de Vaë dans la sienne et annonça :

-Nous allons nous marier.

Aussitôt, Elayne se jeta sur Vaë en criant, pleurant tout de suite après. Liam laissa sa rose la réconforter alors que son père arrivait, le serrant dans ses bras et disant :

-Je suis fier de toi mon grand. Aucun père ne pourrait être aussi comblé que le tien.

Liam lui sourit, émut à son tour, son père serrant ses épaules pour laisser place à sa mère qui le serrant contre elle en pleurant presque. Lorsqu'elle se détacha elle le regarda, caressant sa joue et disant :

-J'ai l'impression que hier encore tu n'étais qu'un petit bébé dans mes bras…et aujourd'hui tu vas te marier…mon bébé…je suis si fière de toi !

-Merci…maman…merci…papa…

Ce fût tout ce qu'il parvint à aligner comme mot tant l'émotion lui nouait la gorge. Une domestique apporta une bonne bouteille de vin pour célébrer l'événement et ils se rassirent, une coupe en main. Cependant Vaë n'en voulut pas, restant à l'eau, mais pour la levée des verres en l'honneur de leur union future, Elayne lui servit tout de même du vin, lui jurant que ce serait le seul verre qu'elle aurait.

Ensuite, ils commencèrent à discuter et Liam leur annonça par la même occasion qu'ils allaient s'en aller le lendemain ou le surlendemain grand maximum, pour voyager un peu et retourner chez Vaë annoncer l'événement, se marier en suivant ses coutumes et revenir avec son frère et le tout avant l'accouchement de Keira.

-Tu parles de cérémonie rituelle, Vaë, l’équivalent de nos mariages ici. En quoi cela consiste-t-il ?

Heïan montra à son tour de la curiosité pour ce rituel et…Liam et Melley aussi bien sûr. Liam encore plus, étant le principal concerné.

-Eh bien... en fait, ce n’est pas réellement dans le même genre que le marinage-mariage! Pardon. Les femmes sont vêtues d’habits de fourrure identiques, leur visage camouflé par un masque en tête de loup. L’homme promis doit trouver sa partenaire parmi toutes les femmes.

Elle avait rougit après s'être mélangée dans les termes, mais c'était rattrapé. Un masque de loup...comme lui ? (*sors*) Elayne remarqua que cela n'avait pas l'air d'être trop difficile. Pour sa part, Liam était d'accord, il n'y avait pas spécialement de difficultés. Mais son petit doigt lui disait de se méfier…

-À première vue, mais il y a des difficultés qui s’ajoutent. L’homme n’a droit qu’à un seul coup d’oeil afin de repérer sa promise dans cette foule, car ensuite, on lui bande les yeux. La femme à droit de se déplacer entre ses congénères. À chaque tranche de dix minutes, un tambour se fait entendre et si l’homme n’a pas réussi, il doit se départir d’un vêtement, le but étant qu’il la trouve le plus rapidement possible. Il a droit de toucher et de s’approcher aussi près qu’il le veut des femmes afin de trouver la sienne.

Liam déglutit. En effet cela se corsait. Les yeux bandés et se…déshabiller graduellement ?! Dans la neige ? Devant tout le monde ? Cela le stressait déjà. Il le ferait, bien sûr, mais cela le paniquait tout de même déjà.

-S’il ne réussit pas?

Liam regarda son père juste avant que Vaë ne réponde. S'il ne réussissait pas il se couvrait de honte, parce qu'il se retrouverait nu devant toute la tribu, dans le froid, et qu'on dira qu'il était incapable de reconnaître sa douce…

-Les hommes du village lui prend les pieds et les mains et vont le lancer dans une butte de neige molle au fond du village prévu à cet effet et le promit doit prouver à sa partenaire qu’il veut être uni à elle par tous les moyens. Ensuite c’est à elle de trancher. Si l’homme réussit l’épreuve, ça se termine là et s’en suit des festivités; tambours, festin et un énorme feu de camp.

Liam frissonna rien qu'à s'imaginer être jeté nu dans une butte de neige. Mais ensuite pour le prouver, que ferait-il ? Si jamais il n'y arrivait pas…il espérait que non et qu'il parviendrait à trouver Vaë rapidement…

-Ça me semble assez intéressant comme cérémonie. Ça change de nos traditionnels mariages. Pas vrai... Liam?

Aussitôt, il sentit tous les regards se porter sur lui et une main se poser sur sa cuisse. Une main douce qui se voulait rassurante…mais trop tard le stress était là. Il redressa la tête, regardant tout le monde tour à tour et déclara, nerveux, se tordant les mains :

-Oui…ça change…je…je ferais en sorte…d'y arriver rapidement…

Elayne partit dans un grand éclat de rire et se pencha en avant pour dire :

-Liam…Vaë va aussi être nerveuse lorsqu'on lui dira ce qu'elle fera ici bas…

-Elle ne se retrouvera pas nue devant tout le monde…

-Mais toi non plus. Tu l'as retrouvera va !

Vaë avait serré sa cuisse, signe qu'elle aussi stressait. Mais Heïan et Melley souriaient et cette dernière répliqua :

-Voyons, ne paniquez pas ! Vous y arriverez, l'un comme l'autre ! Et…Liam, ton père n'était pas mieux le jour de notre mariage. Il tremblait comme une feuille devant l'autel et même moi je n'ai pu m'empêcher de trembler en serrant ses mains alors que le prêtre commençait. C'est normal de stresser…mais vous y arriverez parce que vous êtes ensemble.

Elle serra la main de son époux et tous deux se regardèrent, se souvenant de cette journée magnifique et magique, et même de la nuit qui avait suivie, cette fameuse nuit ou leurs monstres avaient été conçus…

-Papa, je prendrais mon poste dans la garde à mon retour…et je commencerais les recherches pour une maison. Je ne veux pas m'imposer ici…

-Mon bébé, jamais tu ne t'imposeras ici. Vous pourrez rester aussi longtemps que vous le souhaitez.

Liam sourit à sa mère et ajouta :

-Oui mais maman…dans six mois Keira accouchera et je serais…père. Je ne veux pas vous imposer l'enfant.

Il avait buté sur le mot père, peu habitué encore et surtout, n'arrivant pas à l'imaginer. Ses parents se regardèrent et sa mère répondit encore :

-Liam…je vais te l'enfoncer dans le crâne à coups de marteau. Tu ne nous imposes rien ! Et puis…il vous faudra vous habituer à l'enfant, prendre vos marques, et nous pouvons vous aider à rentrer dans le rôle de parents. Si Naëlyah n'avait pas été la pour moi, j'aurais été perdue, je ne savais pas comment faire avec les nourrissons, surtout que je pensais en avoir qu'un seul et non deux. Mais en avoir deux a été…merveilleux.

Son regard se perdit dans les souvenirs, Heïan lui serrant la main. Tous deux se rappelaient parfaitement la fausse couche et les trois jours horribles qu'ils avaient vécus ensuite, lorsque Melley s'était renfermée en chassant le jeune homme. L'arrivée de Liam avait été comme la résurrection de ce bébé mort avant d'être formé pour eux…

Liam acquiesça en serrant la main de Vaë. Il n'avait pas songé à cela. Et c'était vrai qu'il allait être perdu et ne saurait pas quoi faire avec l'enfant. Vaë en tant que femme aura peut-être l'instinct, mais puisqu'elle n'était pas la mère, cela risquait d'être difficile pour elle également…

Ils allèrent par la suite manger, décidant de passer une soirée calme, profitant de la présence du jeune couple, puisqu'ils partaient dans la matinée le lendemain. Melley alla avec Elayne et Vaë faire les valises, chassant Liam en disant que c'était réservé aux femmes et qu'à moins qu'il en soit une, il devait rester avec son père. Liam sourit devant la porte fermée, les laissant discuter entre elles et redescendit voir son père qui l'amena à son tour faire un sac, pour que le lendemain, ils n'aient pas à stresser pour le départ.

Ils discutèrent ensemble, Heïan le félicitant encore, n'arrivant pas à croire que son fils allait se marier et surtout…prenant un gros coup de vieux dans la tronche ! Mais Heïan était réellement fier de son enfant et d'avoir réussi à ramener la lumière sur son prénom. Jamais il ne lui avait dit d'où il provenait, jamais il n'avait dit qu'il portait le nom de son grand-père ni quel homme il avait été…peut-être était-ce le moment ? Il ne savait pas, mais restait souriant, chassant les vieilles pensées de sa tête, aidant Liam à aiguiser sa magnifique épée et lui mettre des vêtements dans un sac.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 20:32

Vérités

‘‘ Oui… ça change…je…je ferais en sorte… d’y arriver rapidement… ‘‘

La nordique n’avait pas bien peur en ce qui concernait Liam. Il la retrouverait, elle en était, certaine, mais ça, c’était si elle ne passait pas son temps à changer de place. Le jeune homme n’avait qu’à se faire confiance. Elayne se pencha alors légèrement vers l’avant après avoir éclaté de rire. Elle dit alors :

‘‘ Liam…Vaë va aussi être nerveuse lorsqu’on lui dira ce qu’elle fera ici bas… ‘‘

‘‘ Elle ne se retrouvera pas nue devant tout le monde… ‘‘

‘‘ Mais toi non plus. Tu l’as retrouvera va! ‘‘

Mais... de quoi Elayne parlait-elle? Comment ça ce qu’elle ferait ici? La nervosité l’envahit à son tour et elle ne put s’empêcher de serrer un peu la cuisse de son homme sur laquelle était posée sa main. Les parents comprenaient la peur de leur fils et puis c’était tout à fait normal d’avoir des craintes. Cela paraissait seulement pire que c’était, car cette journée était tout de même importante dans une vie.

‘‘ Voyons, ne paniquez pas! Vous y arriverez, l’un comme l’autre! Et… Liam, ton père n’était pas mieux le jour de notre mariage. Il tremblait comme une feuille devant l’autel et même moi je n’ai pu m’empêcher de trembler en serrant ses mains alors que le prêtre commençait. C’est normal de stresser…mais vous y arriverez parce que vous êtes ensemble. ‘‘

La druidesse souriait doucement en voyant Melley ainsi regarder son époux qui serrait sa main pour y déposer un doux baiser. Elle voyait dans leur regard cette flamme qui ne semblait pas s’être atténuée depuis ce jour et ils semblaient encore tellement amoureux l’un de l’autre. Un court silence s’installa alors que tous souriaient, Heïan chuchotant à l’oreille de sa femme qui avait légèrement rougi avant de lui donner un coup de coude dans les côtes qui le fit ricaner. Liam fit donc tourner la conversation vers une autre voie en disant à son père :

‘‘ Papa, je prendrais mon poste dans la garde à mon retour… et je commencerais les recherches pour une maison. Je ne veux pas m’imposer ici… ‘‘

‘‘ Mon bébé, jamais tu ne t’imposeras ici. Vous pourrez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. ‘‘

‘‘ Oui, mais maman… dans six mois Keira accouchera et je serais… père. Je ne veux pas vous imposer l’enfant. ‘‘

Comme s’il leur imposait sa présence et cet enfant à naître. Liam était leur fils et il serait toujours chez lui dans leur demeure tout comme sa future épouse et puis, dans un certain sens, il était tout à fait normal que leurs enfants ressentent le besoin d’avoir leur propre demeure. Vaë et leur monstre allaient bâtir leur avenir dans les prochains mois et ils désiraient certaine aussi avoir leur intimité, et avec raison. Savoir que les parents entendaient leurs ébats était tout de même... assez gênant quand même. Lui-même l’avait été lorsqu’il résidait chez son oncle Berthan et que celui-ci passait son temps à le charrier. Melley prit donc les devants, tentant de lui faire comprendre que Liam ne leur forçait pas la patte.

‘‘ Liam… je vais te l’enfoncer dans le crâne à coups de marteau. Tu ne nous imposes rien! Et puis…il vous faudra vous habituer à l’enfant, prendre vos marques, et nous pouvons vous aider à rentrer dans le rôle de parents. Si Naëlyah n’avait pas été là pour moi, j’aurais été perdue, je ne savais pas comment faire avec les nourrissons, surtout que je pensais en avoir qu’un seul et non deux. Mais en avoir deux a été… merveilleux. ‘‘

Malgré leur faible sourire, il y avait une certaine mélancolie peinte sur leur visage. Tristesse que Vaënadiel ne put comprendre sur le coup, car elle ne connaissait pas l’histoire des parents de son homme. Elle devina cependant qu’il s’agissait quelque chose de douloureux, car le paternel serrait la main de sa femme dans la sienne, posant même son autre main sur la sienne. Liam en faisait autant avec celle de sa douce alors que Vaë chercha celle d’Elayne pour ne pas qu’elle se sente de trop. Ainsi, après le repas du soir, Melley se leva la première et fit signe à sa fille et la jeune nordique d’en faire de même. L’amoureux de sa future bru fut forcé de retourner vers son père afin qu’il les laisse entre femmes, mais pour le consoler, elle l’embrassa tendrement et fila les rejoindre pour préparer son sac de voyage. Une fois la porte fermée derrière elles, Vaënadiel commença à sortir ses vêtements de la commode. Elayne les prenait et les donnait à sa mère.

‘‘ Il faudrait que tu m’amènes chez toi un de ces jours... j’aimerais bien voir à quoi cela ressemble, aussi pour voir du pays. J’avoue ne pas avoir beaucoup voyagé, car cela me fait un peu peur. ‘‘

‘‘ Je t’y amènerai, ne t’en fais pas. Il faudra bien remontrer le chemin à mon frère pour qu’il s’en retourne après le marquage... euh... mariage! Désolée... Il risque de se perdre. Ainsi, je pourrai te montrer mon chez-moi. Si madame Melley et monsieur Heïan veulent aussi nous accompagner, ça me fera plaisir. ‘‘

‘‘ Ça me fera plaisir de vous accompagner. J’avoue être moi aussi un peu curieuse.‘‘ Dit-elle en souriant.

Un silence s’installa alors. La druidesse semblait perdue dans ses pensées, se remémorant les paroles de la mère d’Elayne la veille concernant les marques sur le corps de son fils. Vaë cessa alors tout mouvement et soupira avant de se retourner vers elles. La brunette et Melley s’arrêtèrent elles aussi, fronçant les sourcils avec un air interrogateur.

‘‘ Les marques sur le corps de votre fils, madame Melley, ne sont pas un résultat de ses voyages durant les 2 dernières années, mais bien depuis qu’il a fait ma connaissance... ‘‘

Son regard aqua se planta dans celui de la mère, admirant la différence de couleur de ses iris qui la rendaient si unique. D’un sourire triste, Vaë continua puis tourna la tête vers Elayne qui s’était agenouillée à côté d’elle pour écouter son récit.

‘‘ En fait, ma rencontre avec votre fils se résulte à une mauvaise décision de ma part, enfin... que je croyais mauvaise au départ. J’avais fui mon village, car mon père voulait que je m’unisse au fils d’un chef de clan qui était auparavant un ennemi de notre tribu et celle des Tohru qui sont plus au nord dans les pics neigeux. J’ai refusé ses avances et me suis retrouvé dans un village... Mon père me poursuivait avec fils du chef et m’a rattrapé. Liam est intervenu, à ce moment je crois... je ne me souviens pas puisque j’avais perdu connaissance. Il m’a donc proposé son aide et je l’ai suivit, mais... ‘‘

La druidesse marqua une pause et porta une main à sa poitrine, sentant son coeur battre à tout rompre à l’intérieur. Melley s’était elle aussi rapprochée et tenait l’une des mains de la druidesse, se voulant douce et rassurante. D’un faible sourire, Vaë continua alors.

‘‘ Ils nous avaient rattrapés alors que nous nous étions réfugiés dans une caverne et mon père a décoché une flèche dans ma cuisse, contenant un tranquillisant. Liam a pris soin de moi jusqu’à mon réveil après avoir chassé les montagnards, mais mon père nous a poursuivis jusqu’à Venill où a joué la comédie, ne sachant pas ce qui se passait réellement. Il croyait que Liam m’avait kidnappé contre mon gré, influencé par le Kawa qui l’accompagnait alors que c’était tout faux. Il a été enfermé en prison... ‘‘

‘‘ Il a donc été torturé... Ça explique toutes ces marques alors. Et... toi? ‘‘

La druidesse ne répondit que par un hochement de tête. Elayne prit son autre main et la serra alors dans la sienne sentant de faibles tremblements.

‘‘ J’ai ensuite suivi mon père et l’autre homme pendant près de trois jours. Celui-ci a dû me transporter sur son dos et nous nous sommes enfin retrouvés seuls. J’ai pu lui faire part de mes inquiétudes sauf que Dryell, le Kawa, nous a entendus... Mon père l’a donc poussé à cracher le morceau et ils se sont battus. J’ai faillit être... vi... violé sur place, mais papa m’a aidé et j’ai dû fuir... J’ai retrouvé Liam à la rivière et l’ait soigné comme je pouvais. Il arrivait à peine à tenir debout. J’ai cru qu’il perdrait l’usage de sa jambe tellement elle était mal en point, mais je ne voulais pas l’inquiéter. Mon père était dans la forêt à ce moment-là, attendant que je vienne à sa rencontre pour faire sortir Dryell. Ce qui arriva... il fut abattu et encore une fois je dus suivre mon père alors que je commençais à me rendre compte que j’étais attaché à votre fils et ton frère plus que je ne le croyais. Il n’y avait qu’avec lui que je me sentais aussi en sécurité et il était loin derrière. Mon père m’a laissé partir le rejoindre, ce que j’ai fait sans hésiter sans me douter quelques jours plus tard, il allait... mourir dans... mes bras... ‘‘

Les tremblements de la jeune femme se firent plus violents alors que les larmes revenaient, les souvenirs coulant dans son esprit comme un flou interminable. Ses paupières se fermèrent alors... continua son récit d’une voix brisée.

‘‘ Arled, le père de Dryell et le chef des Kawas, l’avait blessé, abattu les miens dont deux de mes frères et ma mère. Je suis partie sur un coup de tête, laissant Liam derrière. J’ai enterré les miens une nuit durant même si j’étais morte de fatigue... il fallait que je sauve les miens même si mon père m’a fait promettre le contraire. Nous nous sommes fait prendre à cause de ma maladresse et mes frères se sont fait tuer devant mes yeux le lendemain parce que je ne voulais pas me soumettre. Quelques marques viennent aussi de cet épisode... Je suis... vraiment navrée que votre fils ait eu à subir ce calvaire pour moi... Je m’en veux énormément... ‘‘

‘‘ Il est en vie et heureux. Tout comme toi... Tu es plus forte que tu ne le crois, Vaë. Tu te sous-estimes grandement. Voir ce que tu as vu, traverser ce que tu as traversé, je ne sais pas comment j’aurais réussi à garder toute ma tête sans sombrer dans le néant. ‘‘

‘‘ J’ai voulu m’enlever la vie, Elayne, mais quelque chose me disait de ne pas le faire. De vivre au moins pour mon frère, car il ne reste que nous deux. Je ne pouvais pas lui imposer cette souffrance supplémentaire... ‘‘

‘‘ Notre passé est ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Vous avez bravé de lourdes épreuves et en êtes sorti, car vous étiez là, l’un pour l’autre tout ce temps. Vous êtes soudés et liés tous les deux... Il faut maintenant se tourner vers l’avenir et vivre pendant que tout vous est possible. Tu es encore bien jeune, ma petite Vaënadiel, mais la vie t’a fait endurer beaucoup d’épreuves en très peu de temps. J’ai aussi traversé ce genre d’épreuve avec mon mari il y a un temps. Tout allait de travers, nous tombait dessus et jamais la chance nous souriait jusqu’au jour où nos petites terreurs sont venues au monde. Jamais je n’ai été aussi heureuse... si on oublie la disparition d’Heïan trois années durant... le calvaire s’étant réinstallé. Lorsqu’il est revenu, c’était comme si le soleil s’était remis à briller. ‘‘

Melley caressa les cheveux de sa fille et déposa un baiser sur son front en lui offrant un sourire radieux et maternel qui rendait Vaënadiel heureuse.

‘‘ Ne jamais baisser les bras et croire jusqu’au bout... ‘‘ Répliqua Elayne.

En bas, les domestiques avaient apporté quelques vêtements fraîchement nettoyés appartenant à Liam ainsi qu’un sac de cuir. Les femmes avaient occupé la chambre alors ils ne pouvaient pas vraiment finaliser les bagages. Donc en attendant, Liam aiguisait son épée alors que son père s’asseya à ses côtés. Il y avait un moment qu’il pensait à l’origine de son prénom et à ce qui tournait autour. Jamais Heïan n’avait vraiment eu le courage de lui en parler, de lui dire la vérité et il jugeait que c’était le temps avant qu’il ne reparte à l’aventure. Le Capitaine se racla donc la gorge et baissa légèrement les yeux, cherchant comme l’abordé. Sans regarder son fils, le père commença alors.

‘‘ Tu sais... ton grand-père s’appelait Liam... ‘‘

Il sentit le regard de son fils se poser sur lui, un regard interrogateur d’ailleurs. Heïan leva donc la tête vers lui, souriant faiblement.

‘‘ Cette partie de ma vie t’est toujours inconnue, mais je crois qu’il est maintenant temps que tu saches, fiston. ‘‘

Heïan inspira profondément et ferma les yeux en détournant son regard de celui de son fils. Il commença par parler de sa jeunesse, de son père peu absent et de Naëlyah. De ce qu’il ressentait à l’époque jusqu’à ce qu’il arrive au fameux jour. Sa mâchoire était serrée et ses poings aussi.

‘‘ J’ai donc... disparu pendant près de dix années comme tu le sais. Mais ce que je voulais apporté en t’avouant tout ça, c’est que malgré la haine que j’éprouvais à son égard, il n’en restait pas moins mon père. J’ai voulu t’offrir son prénom pour enfin lui redonner de l’éclat, pour enlever toute cette ombre qui l’entourait et surtout pour enfin retrouver le sourire à chaque fois que je l’entendrais... Tu le portes fièrement, fiston. Tu es étais une surprise pour ta mère et moi, mais aussi un cadeau des dieux. Je t’aime mon grand... ‘‘

L’homme croisa enfin le regard de son fils, alors qu’il se sentait devenir un peu plus émotif. Ah ce qu’il pouvait détester qu’on le voie perdre contrôle de lui comme ça! Il doutait que Liam ne le juge pas pour ça. Peut-être serait-il tout simplement surpris d'une telle révélation? Il y a quelques années, Heïan lui avait tout de même refusé les réponses à ses questions concernant le grand-père qu'il n'avait jamais vu. Même Naëlyah n'avait pas voulu en glisser un moment.

'' Je... ne me sentais pas prêt à t'en parler avant... pardonne-moi. ''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Dim 9 Déc 2012 - 23:20


Aiguisant son épée, Liam sentit son père s'installer à ses côtés. Les femmes parlaient toujours, là-haut dans la chambre, ils ne pouvaient pas achever les préparatifs. Mais…Liam sentait son père tendu. Nerveux. Du coin de l'œil, il le vit baisser la tête alors qu'il se raclait la gorge. Aussitôt, Liam devint à la fois curieux et inquiet, attendant que son père ouvre la bouche, ce qu'il fît sans le regarder :

-Tu sais... ton grand-père s’appelait Liam...

Arrêtant son geste, Liam tourna la tête vers son père. Son grand-père…l'homme qu'il n'avait pas connu. Il savait que du côté de sa mère ils étaient morts depuis longtemps, mais concernant son grand-père paternel, ni Heïan, ni Naëlyah n'avaient consentis à assouvir sa curiosité. Alors il attendit et son père releva la tête, lui souriant faiblement. Cela inquiéta Liam, il n'avait jamais vu cet air peint sur le visage de son père.

-Cette partie de ma vie t’est toujours inconnue, mais je crois qu’il est maintenant temps que tu saches, fiston.

Inspirant, il détourna le regard et ferma les yeux, sa bouche déversant un flot de paroles ininterrompu. Il lui parla de sa jeunesse, de son père, de tout ce qu'il avait ressenti. Un père absent, distant, froid, une enfance solitaire et triste. Liam eut le cœur qui se serrait au fur et à mesure. Jamais il n'aurait cru qu'il avait vécu pareille chose, à voir sa joie de vivre quotidienne. Et Liam se doutait que sa mère y était pour quelque chose. Mais…le pire restait à venir. Son père avait la gorge nouée, la voix cassée et les poings fermés si forts qu'il devait se faire mal, tout en lui avouant avoir…tué son grand-père pour se défendre après avoir cru que sa mère était morte.

-J’ai donc... disparu pendant près de dix années comme tu le sais. Mais ce que je voulais apporté en t’avouant tout ça, c’est que malgré la haine que j’éprouvais à son égard, il n’en restait pas moins mon père. J’ai voulu t’offrir son prénom pour enfin lui redonner de l’éclat, pour enlever toute cette ombre qui l’entourait et surtout pour enfin retrouver le sourire à chaque fois que je l’entendrais... Tu le portes fièrement, fiston. Tu es étais une surprise pour ta mère et moi, mais aussi un cadeau des dieux. Je t’aime mon grand...

Liam comprenait mieux à présent…son prénom avait une signification telle que, d'un coup, Liam se sentit plus lourd. Il croisa alors le regard violet de son père, qui était humide. Il…il pleurait presque, tellement ça lui faisait mal de replonger dans son passé.

- Je... ne me sentais pas prêt à t'en parler avant... pardonne-moi.

Heïan avait l'air tellement submergé…Liam se mordit la lèvre et se rapprocha de lui. Peut-être pensait-il qu'il était jugé pour son "crime". Mais Liam ne le jugeait pas au contraire. Cela le bouleversait, oui, mais son père avait été forcé. D'un bras, il entoura les épaules de son père et lui dit :

-Et moi je suis fier de rendre la lumière sur ce prénom papa. Je…j'ai du mal à croire que tu ais vécu tout ça…à voir ton air aujourd'hui…

Heïan eut un faible sourire malgré ses yeux humides.

-Si je n'avais pas laissé ta mère entrer dans ma vie je serais resté l'homme froid que j'étais à l'époque. C'est elle qui m'a réchauffé et qui m'a montré la beauté de la vie et surtout…que parfois cela ne coûte rien de faire confiance à des inconnus.

Liam continua de le regarder, ce disant que, si son père ne l'avait pas fait, lui et Elayne ne seraient pas là à ce jour. Tout aurait été tellement différent que Liam eut peur de l'avenir. Imaginer qu'un seul choix peut tout faire changer, ça l'effrayait.

-Donc…votre rencontre…

-A changé toute ma vie. Sans elle…elle est ma raison de vivre, Liam. Tout comme toi et ta sœur. Vous êtes tous les trois les soleils sur ma vie. Et tu as été une heureuse surprise à ta naissance. Nous ne savions pas qu'il y avait deux bébés dans le ventre de ta mère…

Il sourit un peu plus au souvenir de cette naissance, de sa tête lorsqu'Alyssan avait qu'il y en avait un autre. Il vit que son fils souriait aussi et termina en serrant son bras :

-Veille sur Vaë. Veille sur elle comme si elle était le plus beau de tous les trésors. Et, le jour où tu seras père, ce qui ne va pas tarder, protège ton enfant, Liam. Sois un père protecteur et présent.

Liam baissa légèrement les yeux mais son père redressa sa tête d'une pichenette sur le menton.

-Arrête de t'en vouloir ! Ce qui est fait est fait ! Cela ne sert à rien de t'enfoncer le couteau dans la plaie. Regarde l'avenir maintenant. Ton enfant n'a peut-être pas la mère que tu voulais, mais il reste un être vivant. Tu n'aimes pas sa mère, tu la détestes. Ne fais pas…ne fais pas la même erreur que ton grand-père Liam. Ne l'abandonne pas. Jamais. Tu n'es pas seul comme l'était ma mère. Tu as Vaë et tu nous a nous.

Le regard violet de son père le noyait. Il était si…captivant et croyait dur comme fer à ce qu'il disait. Il était vrai que Liam avait réellement peur de ne pas réussir à aimer l'enfant comme il se devait. Parce qu'il n'était pas de Vaë…

-Papa…j'ai tellement peur…de ne pas pouvoir l'aimer…avec ce que tu m'as dit justement. Je…

Son père se tourna vers lui et lui prit le visage entre les mains et le regarda encore plus intensément si possible.

-Tu y arriveras. N'aie pas peur. Tu verras, quand tu le tiendras dans tes bras, quand ce lien t'unira à lui, quand il te prendra un doigt entre ses petites mains, là tu sauras. Tu sauras que c'est ton fils. Ou ta fille. Tu sentiras cette vague d'amour t'envahir et…rien n'est plus beau.

Liam n'arrivait plus à parler. L'émotion l'envahissait à son tour et c'était presque si les deux hommes de la famille pleuraient comme des bébés ! Heïan serra son fils dans ses bras, le serrant bien contre lui pour le rassurer. Toujours collé à lui il lui murmura :

-N'aie pas peur, tout ce passera bien. Maintenant tu vas aller te coucher avec ta douce, bien vous reposer, et demain vous partirez sur les routes. Lorsque vous reviendrez, mariés à la façon Eira, nous organiserons le mariage ici. Keira mettra ton enfant au monde et moi et ta mère vous aideront à glisser dans la peau de parents. Mais tout ceci ne se passera que dans quelques mois. Pour l'heure promet moi une seule chose : revenez-nous en entier.

Se dégageant, ils se sourirent mutuellement et se relevèrent. La soirée avait bien défilée et ils montèrent, voir si les femmes avaient terminé. Elles sortirent alors qu'ils gravissaient l'escalier et Elayne disparut bien vite, leur souhaitant à tous la bonne nuit. Melley se blottit contre son mari, l'embrassant tendrement et Vaë arriva de la même façon et Liam la serra contre lui, s'enivrant de son odeur. Se souhaitant la bonne nuit, ils disparurent dans leur chambre respective.

Melley, en voyant l'air de son mari, se doutait bien qu'il avait eu une grande conversation avec son fils, mais ne dit rien. Pas plus qu'elle ne lui raconta l'origine des marques. Peut-être le lendemain, lorsque son air nostalgique et triste serait reparti…

Liam, lui, regarda les quelques sacs préparés au sol alors qu'il entraînait sa rose sous la douche. Il la déshabilla lentement, la caressant et l'embrassant en même temps. Non, se serait pas pour ce soir, ils devaient se reposer et puis…il l'avait exténuée la fois précédente…elle frissonnait et il l'amena avec lui sous l'eau, la lavant partout ou presque. Il massa ses cheveux, délicatement, passa sur son merveilleux dos, ses fesses même. Elle parcourait ses cicatrices, un air bizarre sur le visage, mais il ne dit rien. Lui-même devait avoir encore des stigmates de sa conversation d'avec son père. Et comme il le lui avait dit, il fallait regarder l'avenir à présent. Si son père s'était relevé, lui aussi le pouvait, rien que pour qu'Heïan soit fier de lui. Pour que Vaë garde éternellement son merveilleux sourire…

Lorsqu'ils sortirent, ils se séchèrent et se vêtirent pour la nuit, sautant sur le matelas qui grinça dangereusement. Mettant les couvertures convenablement sur eux, Liam étreignit Vaë, lui transmettant sa chaleur corporelle. Lui embrassant le front, ils s'endormirent ainsi, sans un mot, écoutant simplement le cœur de l'autre battre régulièrement…

Le lendemain, ils s'éveillèrent tranquillement, comme tous les jours. Et la première chose que Liam aperçut fût le bras de Vaë sur son torse. Elle était couchée sur le ventre et il put admirer la bague de fiançailles orner son doigt, souriant en caressant ses cheveux.

Elle se redressa, les yeux bouffis de sommeil et la tête qu'elle tira le fît rire, ce qui lui valut un léger coup de coude dans le ventre en guise de bonjour. Mais elle se fît vite pardonner d'un joli baiser volé avant de se lever et de courir s'habiller…

Lorsqu'ils descendirent, ils s'installèrent à leur place et tous rirent joyeusement, parlant de tout et de rien. En fait, ils profitaient surtout d'être tous en famille une dernière fois avant quelques longues semaines…

Puis ils finalisèrent les valises et Melley respecta la tradition, elle voulut donner à son fils et Vaë beaucoup trop, pleurant à moitié. Heïan faisait son taquin et la réconfortait alors qu'Elayne leur souhaitait un bon voyage en restant le plus digne possible pour ne pas pleurer aussi.

Prenant leurs sacs, le couple alla vers l'écurie chercher Nocturne. Meeko apparut à son tour, se juchant sur les épaules de sa maîtresse. Nocturne sellé, ce fût l'heure des dernières accolades, des dernières recommandations, des derniers conseils, avant le grand voyage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 2:08

En route !

Cette conversation avec Liam lui avait fait énormément de bien. Il y avait longtemps qu’il cachait cette information à son fils et aujourd’hui, il savait tout. Bien qu’il eut à déterrer son lourd passé pour en subir encore les douleurs, Heïan ne regrettait rien. Les deux hommes se détachèrent alors et ne se firent qu’un sourire avant de se redresser sur leurs jambes pour gravir les marches de l’escalier. Alors qu’ils arrivaient dans le couloir, Elayne sortait de la chambre pour se diriger vers la sienne après leur avoir souhaité la bonne nuit. Vint ensuite Melley qu’Heïan accueillit tendrement dans ses bras, penchant la tête vers elle pour l’embrasser et l’ombre dévoila ensuite Vaë. La druidesse s’approcha de son amoureux et entoura sa taille de ses bras pour se coller contre lui. Les parents leur souhaitèrent alors la bonne nuit puis les quittèrent afin de se diriger vers leur chambre pour la nuit. Maintenant seul dans le couloir, Liam attendant que ses parents soient hors de vue avant de tourner les yeux vers elle, Vaë posa une main sur sa joue et lui fit un sourire avant de l’entraîner dans leur chambre où se trouvait les sacs pour le lendemain. L’attirant vers la salle de bain, la jeune femme se laissa faire sans piper mot et se fit départir de ses vêtements tranquillement, doucement. Ses mains effleuraient à peine sa peau alors que ses lèvres se posaient sur les siennes avec délicatesse. Il était si doux, comme s’il avait peur qu’elle ne se casse à son contact. Une fois sous l’eau, Vaë se colla à lui, ne voulant que sentir sa peau contre la sienne pendant qu’on lui lavait les cheveux et ainsi de suite. Ses doigts fins et pâles parcouraient les cicatrices de son homme, se souvenant de tout, comme si c’était hier. Ses yeux aqua étaient plongés dans leur contemplation et dans ses réflexions alors qu’elle s’attardait sur l’une se trouvant sur son torse qu’elle embrassa ensuite, lui offrant un sourire.

Leur toilette faite, le jeune couple se sécha à l’aide de grande serviette dans laquelle Vaënadiel faillit se perdre d’ailleurs. Trouvant le chemin de la sortie, elle enfila l’une des chemises de Liam qu’elle avait mise de côté, comme ça ne semblait pas lui déranger, et fila vers le lit avec lui. Liam remonta les couvertures jusqu’à leurs épaules et l’enferma dans ses bras où elle trouva refuge pour la nuit. Sa chaleur lui faisait tant de bien qu’elle en ferma les yeux et frissonna légèrement. Oreille contre son torse, elle écouta son coeur battre pendant que la déesse du sommeil venait les envelopper de son doux manteau. Le jour se leva alors sur Beolan, la faisait briller d’une splendide lueur. Un rayon se faufila sur les paupières closes de Vaë qui grimaça légèrement avant de se redresser, sentant une main caresser ses cheveux. Elle voyait à peine parce que ses yeux ne voulaient pas s’ouvrirent complètement, et ce, sans compter les mèches rebelles qui couvraient une partie de son visage. Liam se mit à rire et elle ne put s’empêcher de lui filer un coup de coude inoffensif sur le ventre. Se culpabilisant de suite, la druidesse voulut s’excuser, mais lui vola un baiser au lieu de le dire de vive voix. Ensuite elle se tira hors du lit puis courut jusqu’à la salle de bain pour aller se débarbouiller s’habiller, déjà excitée de reprendre la route. Laissant la place à Liam pendant qu’elle finalisait leur sac, la druidesse fredonnait un petit air et ne sentit pas la présence de son homme derrière elle après quelques minutes. Elle sursauta donc lorsqu’il entoura sa taille de ses bras pour la serrer ensuite contre lui.

Leurs sacs en main, ils descendirent donc en bas et laissèrent le tout près de l’entrée afin de rejoindre le reste de la famille dans la salle à manger. Tout le monde était de bonne humeur contrairement à la veille suite aux grandes conversations, mais il semblait que c’était nécessaire pour tisser davantage les liens qui les unissaient maintenant. Ils parlèrent donc d’un peu n’importe quoi avant l’heure du départ qui arriva bien trop rapidement. Des provisions furent ajoutées aux bagages. Nocturne sorti de l’écurie et prêt à s’élancer sur la route, ce fut l’heure des câlins et des mises en garde. Comme tous savaient que le couple serait bientôt de retour, il n’y eut pas trop de larmes versées, seulement des accolades de longue durée. Les sacs étaient disposés dans les sacoches de cuir du cheval et Meeko s’empressa de rejoindre son perchoir sur les épaules de sa maîtresse avant qu’elle ne se mette en selle. Ils leur firent leur au revoir et le cheval s’élança dans les rues de la ville. Le coeur lourd, Heïan entoura sa fille et sa femme de ses bras et les colla à lui. Ça lui faisait penser à la première fois, la fois où Liam avait décidé de partir à l’aventure deux années auparavant, sauf que cette fois-ci, il n’était pas seul et reviendrait bientôt.

Beolan commençait à se faire loin derrière eux maintenant et Vaënadiel s’adossa contre le torse de son homme, relevant la tête afin de l’apercevoir à l’envers. Elle lui offrit un sourire qu’il ne tarda pas lui renvoyer, penchant sa tête pour l’embrasser tendrement. Boris sortit alors des buissons, trottant aux côtés de Nocturne qui n’avait fait preuve d’aucunes nervosité. Ces bêtes-là se reconnaissaient maintenant et il savait qu’il n’avait rien à craindre de l’ours et encore moins du raton-laveur!

Cette fois-ci, ils chevauchaient vers l’ouest, là où la druidesse n’était encore jamais allée. Le paysage n’était pas vraiment différent d’ailleurs à vrai dire, mais tout aussi beau. La cité des mages se faisait de plus en plus loin et était si belle sous ces jeux d’ombres et de lumières. Meeko dans ses bras, Vaë commença à fredonner un petit air jovial en souriant, l’ours se joignant à elle. Il fallait dire que ses plaignardes n’étaient pas très harmonieuses, mais bon. Il faudrait qu’ils s’en contentent! Ce fut ainsi une petite heure et le calme était ensuite revenu. Ils arrêtèrent quelques fois pour se dégourdir les jambes et abreuver les bêtes à un point d’eau lorsque c’était possible. La nuit tombée, ils s’arrêtèrent près d’un lac où les reflets de la lune éclairaient sa surface si calme. Un feu crépitait doucement alors que la douce odeur de viande faisait danser les naseaux de Boris qui allait plutôt dans le lac chercher des poissons. Meeko lui, partit à la chasse aux myrtilles dans la forêt. Le repas prêt, Vaë tira les branches vers elle et en tendit une à Liam, admirant la vue qu’ils avaient.

‘‘ Je resterais ici pendant des jours, seulement pour admirer ce paysage... ‘‘ Murmura t-elle, tournant ensuite les yeux vers Liam qui lui souriait, bouche pleine.

La jeune femme ricana et lui flatta la joue, le laissant mâcher en paix. Elle-même continua son repas et lorsqu’elle eut terminé, elle se redressa sur ses jambes et s’approcha de l’eau. Enlevant ses bottes pour se retrouver pieds nus, ses orteils se trempèrent dans l’eau un court moment puis elle lança tous ses vêtements au sol avant de s’enfoncer dans l’eau jusqu’à mi-tibia.

‘‘ C’EST FRRRRRRRROID! ‘‘

Mais elle inspira profondément et se mit à courir jusqu’à ce qu’elle tombe à plat ventre dans un fracas d’éclaboussure. Elle sortit de l’eau en cherchant sa respiration, mais Boris arriva bien rapidement à la rescousse, ou non, car elle se retrouva sous l’eau une seconde fois. Vaë ne sortit de l’eau qu’un mètre plus loin et riait aux éclats, lançant de l’eau sur l’ours qui hurlait avant de tenter de se ruer vers elle. Cependant, elle n’y resta pas bien longtemps et se précipita hors de l’eau, ramassant ses vêtements à la va-vite et revint vers Liam en frissonnant, congelée et encore dégoulinante. Empoignant une couverture, elle s’y emmitoufla et vint se blottir dos contre le torse de son amoureux qui la cala contre elle de ses bras. Son souffle dans son cou lui faisait de bien tout comme sa chaleur et elle ferma les yeux.

‘‘ C’est ma dernière baignade, je crois... l’eau était plus froide que je ne le pensais! ‘‘

Elle sentait Liam ricaner derrière alors qu’il restait muet puis elle tourna les yeux vers lui pour l’observer. Il ne serait certainement pas resté là dedans lui non plus, elle en était certaine. Mais bon. Elle lui vola un baiser et se réinstalla contre lui alors que ses paupières se faisaient de plus en plus lourdes avec les minutes qui s’écoulaient. Le lendemain matin, elle se réveilla dans les bras de son homme qui l’avait habillé de sa chemise, emmitouflés tous deux dans une autre couverture. Se libérant doucement de son bras droit, la jeune femme s’occupa de réalimenter le feu qui était en train de mourir et mit leur repas à cuir. Ce ne fut qu’une dizaine de minutes plus tard qu’elle vut Liam se redresser sur ses coudes, les yeux mi-clots.

‘‘ Bon matin, mon loup ‘‘

Se levant, Vaë vint s’assoir sur son ventre et prit son visage dans ses mains pour l’embrasser doucement. Bien entendu, elle ne vit pas Boris et Meeko voler leur repas du matin, trop concentrée sur son homme qui avait posé ses mains sur ses hanches.

‘‘ HEY! ‘‘ Cria t-elle en voyant Meeko passer juste à côté d’elle comme un voleur, un bout de viande dans la gueule.

Délaissant Liam, Vaënadiel se redressa et se mit à courir dans les environs après le raton-laveur qui avait bien eu le temps de tout engloutir, tout comme l’ours d’ailleurs. Découragée et essoufflée, la druidesse se remit au travail avec l’aide du jeune homme qui ricanait doucement.

‘‘ Je voulais te faire une surprise, mais elle a été mangée par ces deux là ‘‘

Faisant la moue, la jeune femme replanta de la viande sur des branches et les piqua dans le sol pour qu’elles tiennent en équilibre, surveillant Meeko et Boris qui était installé de l’autre côté du feu.

‘‘ Essayez encore une fois et c’est vous deux que je vais cuire! ‘‘

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 12:04


Grimpant en selle, Liam aida Vaë à faire de même et il fît pivoter Nocturne, le tournant vers la rue. Avec un dernier signe de main en direction de ses parents, il s’élança, s’éloignant lentement de la maison. Liam avait l’impression d’être revenu deux ans en arrière, lorsqu’il était parti vers l’inconnu. Mais cette fois, tout avait changé. Il ne partait pas seul, ne partait pas vers l’inconnu, et il reviendrait bien plus vite que la première fois.

La ville s’éloignait doucement derrière eux et Vaë s’adossa contre son dos, relevant la tête et lui souriant. Il le lui renvoya à son tour et ne résista pas, il se pencha pour l’embrasser tendrement. C’est à ce moment que les buissons s’écartèrent pour laisser la place à Boris, content de les retrouver. Ni Nocturne, ni Meeko n’avait bronché en apercevant l’ours, habitués à sa présence.

Ils continuèrent d’avancer, n’empruntant pas le même chemin que les fois précédentes, se dirigeant vers l’ouest. En cours de route, Vaë se mit à fredonner, suivie par Boris. Liam grimaça quelques fois en entendant ses notes trop aigues ou au contraire trop basses, donnant un air faux à la musique. Mais il ne dit rien, les laissant chanter tout leur soûl. Ils s’arrêtaient de temps à autre lorsqu’ils dénichaient un cours d’eau pour faire boire les bêtes et surtout se dégourdir les jambes. A bonne allure, ils mettraient…cinq à six jours à rejoindre Madorass, si les calculs du Chevaliers étaient exacts.

Le soir venu, ils s’étaient installés, un bon feu crépitait et des morceaux de viande cuisaient lentement au-dessus des flammes. Meeko était allé en forêt chercher des baies et Boris pêchait dans le ruisseau proche. La jeune femme lui tendit une branche fumante, qu’il prit en la remerciant d’un sourire. Il commença à manger alors qu’elle observait le paysage, se tournant par la suite vers lui :

-Je resterais ici pendant des jours, seulement pour admirer ce paysage...

Il ne put que sourire, ayant la bouche pleine et étant poli. Cela la fît rire et elle caressa sa joue avant de s’attaquer à son morceau. En effet, le paysage était superbe. La lune se reflétait dans les arbres qui se paraient de leurs couleurs automnales. Ces mêmes couleurs qui lui rappelaient sa mère…

Une fois terminé, Vaë se releva et se dirigea vers l’eau. Liam crut tout d’abord qu’elle comptait juste se laver les mains et la figure après avoir mangé de la viande, mais elle retira ses bottes, trempant ses pieds dans l’eau avant de se dévêtir complètement et d’entre jusqu’aux genoux dans l’eau.

-C’EST FRRRRRRRROID!

Liam frissonna pour elle et allait lui dire de ressortir mais elle se mit à courir dans l’eau jusqu’à ce qu’elle s’écroule à plat ventre dans une gerbe d’éclaboussure. Liam s’avança, prêt à agir, mais elle se relevait et Boris fût bientôt là, la replongeant dans l’eau une seconde fois. Le jeune homme observa la bataille qui s’ensuivit, jusqu’à ce que sa rose revienne vers lui, ses vêtements en main. Elle était bleue à présent tellement elle avait froid.
Munie d’une couverture dont elle se drapa, elle revint contre lui, cherchant sa chaleur. Il la serra contre lui, mettant ses bras autour d’elle, la tête dans son cou froid et mouillé. Il ne souhaitait pour rien au monde qu’elle retombe malade… Il la frottait de bas en haut pour la réchauffer alors qu’elle disait :

-C’est ma dernière baignade, je crois... l’eau était plus froide que je ne le pensais!

Il ricana légèrement. Il aurait pu le lui dire que l’eau était froide, voire gelée. Ils approchaient tout de même de l’hiver ! Elle se tourna vers lui pour le regarder et il admira encore ses traits. Jamais il ne se lasserait de les contempler, de les effleurer, de les parcourir du doigt. Elle se blottit à nouveau contre lui et il la sentit rapidement s’en aller vers le pays des rêves. La berçant encore un peu pour être bien sûr qu’elle était plongée dans le sommeil, Liam agrippa la chemise de sa rose, posée non loin, et entreprit de la lui renfiler pour lui donner encore un peu de chaleur. Il déposa la couverture mouillée et froide prêt du feu pour qu’elle sèche et les emmitoufla tous deux dans une nouvelle, plus épaisse et surtout sèche. Se couchant après avoir remis du bois dans le feu, Liam coinça Vaë contre lui, lui offrant du confort pour dormir. Boris et Meeko s’étaient aussi assoupis, même si le jeune homme était sur que ce n’était que d’un œil. Seul Nocturne broutait encore plus loin.

Il ferma les yeux, emporté par la respiration calme de Vaë, par le bruit de la nature, la tranquillité du lieu. Il s’endormit, restant tout de même alerte pour être prêt au moindre souci. Le lendemain, ce fût une odeur de viande en train de cuire qui le sortit de son sommeil. Il tâta la place à ses côtés et ouvrit les yeux en constatant que Vaë n’était plus là. Il se redressa sur les coudes pour avoir une vue correcte, se réveillant encore, et la vit prêt du feu qu’elle avait rallumé, en train de surveiller leur repas matinal.

-Bon matin, mon loup.

Il lui sourit et elle se leva, s’asseyant sur son ventre, prenant son visage entre ses douces mains et l’embrassant doucement. Quel autre réveil pouvait-il espérer ? Rien n’était plus beau que celui-là. Il posa ses mains sur ses hanches délicates, frissonnant déjà. Du coin de l’œil cependant, il aperçut Meeko et Boris chaparder leur repas et n’eut pas le temps de le signaler à Vaë qu’elle les avait vus, se relevant d’un coup de son ventre pour partir à la poursuite du raton-laveur en criant.

Riant, Liam se releva, défroissa ses vêtements et s’installa prêt du feu, remettant des bouts de viande à cuire. Les animaux avaient eu largement le temps d’engloutir la viande avant que Vaë ne leur courre après. Lorsqu’elle revint, essoufflée et dépitée, elle entreprit de l’aider en disant :

-Je voulais te faire une surprise, mais elle a été mangée par ces deux là.

Liam lui sourit en ricanant toujours et elle fît la moue, piquant d’autres morceaux, les faisant tenir en équilibre. Puis elle regarda les animaux, couchés de l’autre côté du feu avec un air malicieux et s’exclama :

-Essayez encore une fois et c’est vous deux que je vais cuire!

Cette fois, Liam ne put s’empêcher de rire un peu plus. Il se voyait mal dépecer l’ours et rester en vie ! Et les animaux semblaient si indifférents à la menace que c’en était plus drôle.

-Ne t’en fais pas…je les tiendrais à l’œil !

Et c’était partit pour le fou-rire matinal, qui s’estompa au fur et à mesure qu’ils mangeaient. Une fois terminé, ils éteignirent le feu, apprêtèrent Nocturne et grimpèrent sur son dos, Vaë blottie contre son torse, admirant le paysage. Le soleil se faufilait parmi les branches d’arbres et faisait miroiter leurs magnifiques couleurs. Tout n’était que silence autour d’eux hormis les bruits naturels. Il n’y avait pas âme qui vive sur la route, aussi n’effrayèrent-ils pas les gens à cause de Boris. A midi, ils mangèrent paisiblement aussi, contemplant un instant, de loin, une biche avec son petit. Un spectacle tel que Liam prit la main de Vaë dans la sienne et la serra. Se détachant de la scène, ils reprirent la route tranquillement, sourire aux lèvres, heureux d’être ensemble sur la route. L’après-midi s’écoula également et juste à la tombée du jour, ils aperçurent un petit village isolé devant eux. Liam ne savait pas qu’il y en avait un là, ou alors il était passé à côté la dernière fois. En tous les cas, ils délaissèrent Boris à l’entrée et entrèrent, trouvant une petite auberge tranquille. Les gens étaient accueillants et ils semblaient solidaires, s’entre-aidant lorsqu’il le fallait. Prenant une petite chambre confortable après avoir laissé Nocturne à l’écurie, Liam entraîna Vaë en haut en souriant.

Petite, la chambre l’était. Un lit ou ils tiendraient tout juste à deux, une armoire et une chaise. Encore un meuble et il deviendrait impossible de marcher. Mais heureusement la petite pièce d’eau était à côté. Liam avait eu peur de devoir aller se laver dans des bains publics mais ce n’était pas le cas. Et il était persuadé que c’était pour cela que la chambre était petite ; pour faire tenir la salle de bains.

Mais dormir dans un bon lit ne leur ferait que du bien, parce qu’ensuite, ils dormiraient sans doute pas mal de temps à même le sol. Posant sacs et épées Liam indiqua la pièce d’eau à sa rose. Le bain glacé de la veille n’était sans doute pas parti et il fallait qu’elle se réchauffe complètement parce que son corps d’homme ne remplacerait jamais la chaleur d’un bon bain.

Il la suivit même, s’amusant à la taquiner en passant ses mains chaudes partout sur elle, délicatement. Il l’embrassa dans le cou, descendant le long de son dos, jusqu’à ses fesses. Il se retrouva à genoux derrière elle et il la fît pivoter, faisant face à sa plus stricte intimité. Ses mains remontant sur ses cuisses, ses lèvres suivirent, escaladant son ventre, sa poitrine, son cou, son menton, finissant sur ses lèvres. Il sentait le moindre frisson qui la parcourait et lui n’était pas mieux. Arrêtant la le supplice, il la poussa sous l’eau, la laissant se laver tranquillement. La douche était trop petite pour qu’ils tiennent à deux debout, surtout que Liam était grand. Enfin, ils tiendraient, mais dans d’autres…position. En attendant qu’elle finisse, il alla demander deux repas bien chauds, demandant à ce qu’ils soient livrés à la chambre. L’on ne change pas les bonne vieilles habitudes n’est-ce pas ?

Vaë sortit alors de la salle de bains, étincelante, et il s’y rendit à son tour, se dépêchant. Ressortant pour la rejoindre, les cheveux encore à moitié mouillés et encore plus en bataille qu’auparavant, il s’installa sur le lit, prenant le repas qui était arrivé entre temps. Ils mangèrent doucement, savourant les légumes et la viande, puis Liam dit, bien sérieux, décidant d’aborder le sujet avec elle :

-Vaë…as-tu…des idées de prénom, pour l’enfant ? Parce que…même si tu n’es pas sa mère, je souhaiterais que ce soit toi qui choisisses le nom qu’il portera.

Elle choisirait, et Keira n’aurait rien à dire. De toute manière, ne le trouvait-elle pas « encombrant » ? Liam la regarda, la laissant réfléchir. Il se disait que c’était le bon moment pour aborder ce genre de sujet, d’en discuter calmement entre eux avant le stress du mariage nordique et de la naissance…


Spoiler:
 


Dernière édition par Liam Kreiss le Lun 10 Déc 2012 - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 17:23

En route, part.2

‘‘ Ne t’en fais pas…je les tiendrais à l'œil! ‘‘

Vaënadiel tourna des yeux surpris en direction de son homme qui entrait dans son jeu alors que les bêtes sauvages ne comprenaient aucunement les menaces qui venaient de leur être envoyées. Dans un fou rire, la druidesse tentait de surveiller la cuisson de la viande et constata juste à temps que c’était juste bon. Essuyant ses larmes de rire, l’une des branches fut tendue vers Liam alors qu’ils commençaient tout juste à reprendre leur calme. Le ventre rempli, le feu fut éteint et leurs effets ramassés ce qui leur permit de pouvoir reprendre la route aussitôt. Le cheval marchait à un rythme régulier, Vaë regardait le paysage qui s’offrait à elle alors qu’elle était adossée contre Liam qui avait un bras autour de sa taille. Ses yeux étaient brillants, admirant tous ces mélanges de couleurs chaudes qu’elle n’avait jamais vues auparavant de la saison qu’ils appelaient « Automne » ici bas. La dernière saison des feuilles et des fleurs, celle qui précédait la plus longue et la plus froide des quatre; l’hiver.

Pendant leur route, ils ne rencontrèrent pas de voyageurs et encore moins de marchands itinérants. Il fallait dire qu’il était encore tôt dans la matinée aussi. Boris put donc être tranquille et n’attirant donc aucun cri alors qu’il marchait paisiblement dans le sentier derrière Nocturne, Meeko jonché au sommet de sa tête et le museau dans les airs. Le soleil ayant atteint son zénith, le couple et leurs compagnons prirent une pause afin de calmer les grondements de leur estomac provoqués par la faim. Alors qu’ils mangeaient, une biche et son faon sortirent de l’ombre de la forêt pour brouter tranquillement de l’herbe. La druidesse souriait doucement face à cette scène de la nature et sentit la main de son amoureux se glisser dans la sienne qu’elle serra aussi. Mais il leur fallait malheureusement reprendre la route. Le cervidé avait donc relevé vivement la tête aux bruits et regardait dans leur direction jusqu’à ce qu’ils quittent l’endroit. Le restant du voyage, Vaë fredonnait presque silencieusement, une main caressant la cuisse de son homme marquée d’une cicatrice cachée par son pantalon. Les yeux fermés et le sourire aux lèvres, elle ne faisait que profiter de ces moments calmes sur la route et de cet air frais qui caressait leur visage. Elle se sentait si bien en nature, se rendant compte que la ville n’était peut-être pas faite pour elle au final, bien qu’elle n’était pas encore totalement adaptée au style de vie « urbain ». M'enfin...

Le soleil commençait à descendre dans le ciel, toujours de plus en plus tôt au fil des jours et Liam lui expliqua que c’était dû aux saisons. Elle, avait toujours vécu dans les montagnes, là où il n’y avait que l’hiver et le froid. Le soleil se levait et s’y couchait toujours tôt. Cela l’émerveillait et faisait sourire le chevalier. La noirceur se faisant de plus en plus présente, le jeune couple s’arrêta dans un petit village qui se trouvait sur leur route, mais quelque peu en retrait du chemin. Boris dut donc rester dans la forêt sous les dires de sa maîtresse et le duo se rendit à l’auberge une fois Nocturne bien installée dans la petite écurie. Dès qu’ils furent entrés, on les salua gentiment. Encore une fois, Liam s’occupa de la note de la chambre et entraîna Vaë avec lui à l’étage alors qu’elle observait le moindre détail de l’établissement.

La chambre était petite, mais mignonne. C’était seulement pour dire si elle et Liam ne se marchaient pas sur les pieds tellement l’espace était faible. Le lit était tout aussi rikiki, mais à deux et bien collé, ils dormiraient bien c’était certain. Posant donc leurs sacs aux côtés de l’armoire, le chevalier désigna la mini salle d’eau à sa douce qui allait de toute façon y aller. Ses pauvres petits pieds étaient complètement gelés de toute manière et il fallait qu’elle se lave, elle et sa longue crinière blanche. Contre toute attente, Liam l’avait suivi et elle ne s’en rendit compte que lorsqu’il commença à promener ses mains sur son corps une fois qu’elle eut enlevé ses vêtements. Un voleur se serait glissé derrière elle de cette manière et jamais elle ne s’en serait rendu compte... mais bon, son loup n’était pas un criminel. Loin de là. Aussi se mit-elle à frissonner en sentant les lèvres de celui-ci se poser dans son cou et descendant le long de son dos jusqu’à son fessier. Cependant, elle ne s’attendait pas à ce qu’il posa ses mains sur ses hanches pour qu’elle lui fasse face, celles-ci descendant sur ses cuisses pendant que des baisers se déposaient sur sa peau en partant de son bas ventre jusqu’à ses lèvres. La chair de poule s’était formée sur sa peau et elle se mordait la lèvre inférieure, fermant les yeux. Sur le visage de Liam régnait un air taquin et elle se doutait bien qu’il la laisserait en plan dans les secondes qui allaient suivre. Ce qu’il fit en la poussant sous l’eau qui coulait déjà depuis une minute ou deux. Vaë fit la moue, mais ricana et commença à se nettoyer. Liam en avait profité pour sortir et jamais elle n’avait entendu la porte se fermer puis se rouvrir. Après une dizaine de minutes, la jeune femme ressortit en essorant ses cheveux à l’aide d’une serviette alors que son homme prit le tour suivant, lui volant un baiser au passage. On toqua alors à la porte et la druidesse se leva pour l’ouvrir.

‘‘ Bonsoir, mademoiselle. Votre repas est prêt. ‘‘ Dis l’aubergiste en lui tendant le plateau repas camouflé par un tissu.

‘‘ Merci, madame, c’est gentil. ‘‘

Elles se saluèrent puis la druidesse referma la porte d’un pied avant de s’installer sur le lit où elle posa leur repas. Avant de se remplir la pense, Vaënadiel attendit que son bel homme ne sorte pour venir la rejoindre. Il apparut peu de temps après, les cheveux humides et en pétard. Alors qu’elle s’asseya, elle ne manqua pas de lui faire un sourire enjôleur avant de se mettre ricané doucement. Le repas s’avérait être délicieux et les jeunes gens ne manquèrent pas de le savourer. Vaë commençait à prendre l’habitude d’utiliser les couverts lorsqu’il y en avait et avait déjà beaucoup moins de mal qu’auparavant. Il y avait un doux silence, mais Liam releva ses yeux fauves vers elle et demanda d’un air sérieux :

‘‘ Vaë… as-tu… des idées de prénom, pour l’enfant? Parce que… même si tu n’es pas sa mère, je souhaiterais que ce soit toi qui choisisses le nom qu’il portera. ‘‘

Il voulait que ce soit elle qui décide du prénom de l’enfant? Pourtant, elle n’en était même pas la mère et comme il était le père, c’était à lui que revenait le droit. Cependant, cela lui fit tout de même chaud au coeur et elle souriait tendrement, glissant une main sur les draps pour se poser sur celle de son homme qui était la plus près. Vaënadiel baissa légèrement la tête et tentait de réfléchir. S’il s’agissait d’un petit garçon, elle avait déjà une idée, mais pour une petite file...

‘‘ S’il s’agit d’un garçon, Keïlan. C’était le nom de mon frère aîné et j’ai toujours aimé ce nom. Pour une fille, j’hésite... Aëlis ou Aurëly. Mais ce sont des noms qui viennent de nos tribus là bas. Qu’en dis-tu? Il s’agit tout de même là de ton enfant Liam, tu aurais peut-être des idées, non? ‘‘ Lui demanda-t-elle à son tour.

Mais le jeune homme ne semblait pas avoir de suggestions à lui offrir. Vaë lui caressa donc tendrement la joue et se leva ensuite pour aller déposer le plateau-repas devant la porte de leur chambre, revenant le rejoindre. Avant à quatre pattes jusqu’à lui, elle le força à s’allonger et en fit de même, sur lui. Ses doigts caressaient sa mâchoire alors qu’elle se perdait dans son regard, un faible sourire au coin des lèvres.

‘‘ Nous pouvons nous laisser le temps d’y réfléchir, si tu veux. Il nous reste tout de même six mois avant sa venue au monde. ‘‘

Son visage au dessus du sien, la jeune femme ne fit que l’observer un long moment puis l’embrassa tendrement. Ses doigts se faufilèrent dans son cou puis sur sa nuque, remontant vers sa chevelure en bataille.

‘‘ La décision doit aussi venir de toi, pas seulement de moi... mon loup. ‘‘ Murmura t-elle enfin, collant sa tête contre son torse et écoutant son coeur qui battait.

Les mains du jeune homme se posèrent sur ses hanches puis glissèrent dans son dos, la faisant donc prisonnière de ses bras. Ne rouspétant pas, elle se laissa serrer puis ferma les yeux lentement avant de s’endormir. Le lendemain, le couple se réveilla de bonne heure et se tira hors du lit en reprenant leurs effets. Ils mangèrent en bas puis reprirent la route aussitôt, Madorass se trouvant à environ 5 jours de là.

Cette journée-là fut plus froide que les autres, les forçant donc à revêtir des habits un peu plus chaud. Vaënadiel s’était blotti contre son homme qui la réchauffait d’un bras pendant qu’elle faisait une petite sieste. Les voyageurs se faisaient plus nombreux, d’autres fuyant, d’autres hurlant, d’autre volant la peau de l’ours. La druidesse avait dû intervenir lorsqu’elle avait vu une flèche se diriger vers Boris par l’utilisation de sa maîtrise de l’air pour la faire dévier de sa trajectoire. Le voyageur fut tellement surpris qu’il prit la poudre d’escampette alors que la druidesse tourna les yeux vers Liam avec un large sourire de satisfaction.

Les journées qui s’en suivirent furent sensiblement similaires; route, pauses, repas, dodo, levé et route. Le temps quant à lui, avait été plus ou moins clément. Ils avaient frappé de la pluie et des forts avant et la vue de la grande cité de Madorass fut la bienvenue. L’orage éclatait et Vaë enfonça son visage contre le torse de son homme et tentait de retenir ses cris de peur. Ils trouvèrent une auberge bondée de gens étranges et de voyageurs, mais ne s’y attardèrent pas et montèrent à l’étage une fois la chambre payée. La druidesse sursauta et se retourna brusquement vers Liam auquel elle se cramponna solidement, tremblant de peur et aussi de froid.

Avec tout ça, elle n’avait même pas porté attention à leur entrée dans la cité ...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Kreiss



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Chevalier
Groupe : Solitaire

Âge : 20 ans

Messages : 181

Fiche de Personnage : Ma vie...

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 19:08


En réfléchissant, Vaë posa délicatement sa main sur la sienne en souriant. Puis elle annonça :

-S’il s’agit d’un garçon, Keïlan. C’était le nom de mon frère aîné et j’ai toujours aimé ce nom. Pour une fille, j’hésite... Aëlis ou Aurëly. Mais ce sont des noms qui viennent de nos tribus là bas. Qu’en dis-tu? Il s’agit tout de même là de ton enfant Liam, tu aurais peut-être des idées, non?

Keïlan…ça sonnait bien. Pour la fille il penchait déjà plus pour Aëlis que Aurëly. Des idées ? Il n'en avait pas. Il n'avait pas spécialement d'idées de prénoms et cela était venu si tôt et d'une façon si…étrange…
Vaë s'était relevé pour déposer leurs repas et était revenue entre temps, avançant à quatre pattes, posant ses mains sur son torse pour le forcer à s'allonger. Ce qu'il fît sans broncher, la laissant grimper entièrement sur lui et caresser sa mâchoire du bout du doigt. Elle était si légère, sentait si bon, était si douce…

-Nous pouvons nous laisser le temps d’y réfléchir, si tu veux. Il nous reste tout de même six mois avant sa venue au monde.

Six mois…oui mais cela passait vite. Liam le sentait, tout allait s'accélérer. Aujourd'hui ils étaient dans cette petite auberge à profiter de leurs moments à deux et de leur voyage, et le lendemain ils seraient parents. Pas que cela le déplaisait mais…c'était toujours cette même histoire de lourds remords qu'il ne parvenait pas à chasser de son être en y repensant. En pensant à tous les efforts que sa rose faisait, accueillant l'enfant comme s'il était d'elle. Et il avait beau réfléchir, il ne trouvait rien à lui offrir ou lui donner pour la remercier. Rien n'était assez grand, beau, cher, tout ce que l'on veut, pour lui montrer à quel point il lui était reconnaissant et la remerciait.

Il fût sortit de ses pensées par le doux baiser de sa rose qui glissa par la même occasion ses mains autour de son cou et les laissant remonter le long de sa nuque pour plonger dans ses cheveux.
Posant ensuite sa tête contre son torse, elle murmura :

-La décision doit aussi venir de toi, pas seulement de moi... mon loup.

Pour toute réponse, il encercla la taille de la jeune femme, passant ses bras sur son dos et la serrant contre lui. Comme ça, elle se sentirait pleinement en sécurité…il la laissa s'endormir, replongeant un peu dans ses pensées.

Fille ou garçon. Keïlan ou…il n'en avait pas la moindre idée. Rendre hommage à un membre de sa famille ? Mais qui ? Et tout le monde qui lui disait de ne pas se blâmer pour tout ça…Il aurait du se retirer plus tôt, mais il se souvenait vaguement qu'elle l'avait forcé à rester jusqu'à ce que ce soit fait. Il se souvenait lui avoir dit ne pas vouloir qu'elle tombe enceinte, et cela n'avait que décuplé ses ardeurs…Une chose était sûre, elle n'approcherait pas de son enfant. Liam priait pour qu'il n'ait pas le caractère de sa mère. Qu'il soit plus comme lui…plus calme. Et puis…lorsqu'il sera plus grand…son rôle de père l'obligera à lui avouer l'histoire, à lui dire que Vaë n'était pas sa véritable mère, qu'il était né d'un complot sournois. Quoique…dit comme ça Liam risquait plus de traumatiser l'enfant qu'autre chose. Mais même, il devait lui dire pour sa mère. Parce qu'il le remarquera, qu'il est différent. A imaginer qu'il possède les cheveux de sa mère, et que ses frères et sœurs aient ceux de Vaë, il se posera des questions. Et à ce moment, comment réagira-t-il ? Comment lui, le père, ferait pour l'aider à accepter ? Vaë serait là bien sûr, mais l'enfant la rejetterait peut-être, voulant être avec sa vraie mère, voulant la rencontrer…Il imaginait toute sorte de choses et cela lui faisait peur. Le bébé n'était même pas encore au monde que Liam était paniqué, terrifié, apeuré.

Il réussit néanmoins à s'endormir, écoutant la douce respiration de sa rose…

Au lendemain, ils s'éveillèrent tranquillement et se levèrent, se lavant, profitant de la présence d'une douche, et mangèrent dans la salle commune. Une fois tout en ordre, ils récupérèrent Nocturne et reprirent la route tranquillement. Madorass était logiquement à cinq jours de marche.

Ils durent ce couvrir, le froid étant encore plus mordant que la veille et Liam serra Vaë contre lui encore plus fort pour lui offrir une protection supplémentaire. Cette fois-ci, ils croisèrent plus de monde, effrayés par Boris. Ils hurlaient, criaient, couraient en tout sens et…ils voulaient même le dépecer. Ils voulaient sa peau. Et heureusement que Vaë intervint pour dévier la flèche, Liam n'aurait pas réussit à l'intercepter à temps.

Mais ce fût le seul "incident" qui survint. Les jours défilèrent, tous semblables. Le temps c'était maintenu et à présent qu'ils arrivaient devant l'entrée de Madorass, la pluie s'abattit, l'orage avec. Les éclairs zébraient le ciel et le tonnerre mugissait, effrayant Vaë. Elle se cramponnait à son manteau, tête enfouie contre son torse alors qu'ils entraient, Nocturne trottant pour atteindre rapidement la première auberge. Il faisait sombre et ils ne voyaient rien de la ville sauf de la boue. Laissant Nocturne à l'écurie, il emmena Vaë dans l'auberge même et paya une chambre. Les gens attablés étaient pratiquement tous trempés, mais surtout louches. Bon, Madorass était réputée pour ça, mais l'épée dépassant des épaules de Liam en dissuadait plus d'un, en toute logique.

Entrant dans la chambre, il eut juste le temps de fermer la porte qu'un coup de tonnerre éclatait et que Vaë se jetait sur lui, apeurée. Elle tremblait, de peur, de froid.

-Chut…ce n'est rien, je suis là…

Doucement il l'entraîna vers le lit, et la fît s'asseoir, pendant qu'il fermait les rideaux, cachant la lumière des éclairs. Puis il l'emmena avec lui pour qu'elle se lave et se réchauffe. Tout était nettement plus grand que dans le village précédent heureusement. Elle avait tellement peur qu'il l'accompagna sous l'eau. Cependant ils durent se hâter, car l'eau attirait l'orage. Il la sécha bien, la perdant dans la serviette comme à chaque fois et s'amusant à la chatouiller au travers du tissu, pour entendre son rire et lui faire oublier l'orage.

Toute propre, il la conduisit une nouvelle fois dans la chambre et s'assit avec elle sur le lit, la serrant contre lui et l'embrassant délicatement, retirant les mèches de cheveux de son visage. Ses mains se bâtirent leur propre chemin sur elle, automatiquement, les faisant frissonner tous deux.

Et ce fût leurs ventres grognant qui les fît se détacher, les faisant rire. L'orage était toujours là, mais Vaë semblait réussir à éloigner sa peur. La rassurant du regard, il lui dit qu'il allait juste chercher à manger et revenait tout de suite après. Il se hâta, ayant affreusement peur qu'il lui arrive quelque chose. Avec les gens louches de Madorass en même temps…

Les repas prêts, il remonta et entra dans la chambre. Elle était postée à la fenêtre, ayant écarté légèrement le rideau pour voir dehors. Elle sursautait à chaque coup de tonnerre et sursauta encore plus lorsqu'il fût à ses côtés. Et ce n'était pas bon, qu'elle ne sente pas la présence d'un être humain dans la pièce. Cela pouvait lui attirer des ennuis.

-Vaë, ça peut être dangereux tu sais. N'importe qui peut te détrousser ou pire…te kidnapper, si tu ne sens pas les gens venir.

Elle le regarda, un peu gênée et il la prit contre lui pour la rassurer.

-Mais…il ne t'arrivera rien ma rose. Tant que je suis là, je ne laisserais rien te faire du mal. Tant que je vivrais, je ferais en sorte que tu ne connaisses plus les souffrances que tu as endurées ces dernières semaines.

Il lui embrassa le front et lui sourit, l'emmenant par la suite au lit. Il fallait prendre des forces, et une chose était sûre, si la pluie persistait, ils ne pourraient pas encore reprendre la route…

Le lendemain, ce fût des cris qui les réveillèrent brusquement. Liam se redressa en sursaut et se releva en vitesse, suivit de Vaë. Ils se postèrent à la fenêtre, écartant les rideaux. En bas, les gens fuyaient. Criaient. Se sauvaient. Et, sortant du brouillard, les bandits. Des êtres vils et sanguinaires qui n'hésitaient pas à tuer femme et enfant. Qui violaient dans la rue et pillaient tout leur soûl. Que faisaient-ils dans une ville comme Madorass ? Et les gardes ? Ah, là-bas il y en avait. Trop peu nombreux, pas assez organisés. Ils n'avaient pas prévu ce genre d'attaque. Liam se retourna vers Vaë, réfléchissant. Il la prit par les épaules et l'entraîna dans la salle de bains, lui donnant la clé de la pièce. Il n'y avait qu'une petite lucarne qui donnait sur la rue, personne ne pourrait s'y engouffrer.

-Vaë, écoute-moi bien. Tu restes ici. Je te donne les sacs, je prends mon épée. Je vais aller les aider et toi tu restes ici à l'abri. Quand je serais parti, enferme-toi à clé. Et n'ouvre que si je siffle comme je l'ai fait pour appeler Meeko, quand je t'ai demandé ta main tu te souviens ?

Elle réussit à hocher de la tête, inquiète. L'embrassant longuement, il lui caressa la joue et récupéra les sacs qu'il lui tendit.

-Tu auras de quoi manger et boire. Meeko est là aussi tu n'es pas seule.

Le raton-laveur venait de se faufiler entre ses jambes, grimpant sur l'épaule de sa rose.

-Reste ici et ne fais aucun bruit surtout. Je reviendrais vite.

Le cœur serré, il sortit, attendit d'entendre le cliquetis de la serrure qui se verrouille et prit son épée. Son Arc, il l'avait autour des épaules, mais il doutait pouvoir s'en servir. Il était plus vif à l'épée. Descendant quatre à quatre, il vit les aubergistes couchés derrière leur comptoir, paniqués. Liam ne prit pas garde et sortit.

Tout n'était plus que chaos. Les bandits parcouraient les rues, montés sur des chevaux sans doute volés, tuant tout et tout le monde, détruisant tout. Au loin, Liam aperçut un homme qui violait une fillette qui hurlait. Rageant, il courut dans sa direction et décapita l'homme souplement. Se retirant, se dégageant de l'homme, la fillette le regarda une demi-seconde avant de fuir, jambes serrées, croyant qu'il était comme l'autre.

Se tournant, l'épée déjà rougie, il retourna dans la bataille. Les gardes se battaient, mais les bandits semblaient avoir tout prévu depuis longtemps. Ils s'étaient organisés et étaient nombreux, prenant tout le monde par surprise. Liam priait pour que Vaë reste dans la salle de bains, priait pour que les bandits n'y aillent pas. Il tuait, se défendait, se battait, à bout de souffle. Sa jambe blessée qui n'avait plus l'habitude de ce genre d'exercice l'élançait à nouveau et il commençait à boiter. Il eut peur que la blessure ne se soit rouverte malgré la cicatrisation. Il était entouré de trois hommes puant, qui riaient de lui. Ils passèrent à l'attaque et Liam para le premier coup de son épée, se baissa pour éviter le second, tua le troisième d'un coup de pied dans la gorge avant qu'il ait pu agir. Dégageant son épée, il tua le premier souplement. Son copain avait l'air un peu hésitant à présent. Mais Liam mit fin à ses jours sans hésiter. Et là, il vit des bandits s'engouffrer dans l'auberge.

Courant, il se fraya passage dans la brume et les corps pour entrer à son tour. Bien sûr, ils étaient déjà à l'étage en train de fouiller les chambres, les corps sans vie des aubergistes délaissés derrière le comptoir.

Grimpant, essoufflé, la jambe le tiraillant, il arriva en haut et vit avec stupeur qu'ils étaient dans leur chambre, tentant de forcer la porte de la salle de bains en constatant qu'elle était fermée.

-C'est privé ici ! Rugit Liam en arrivant derrière l'homme.

Celui-ci se retourna et le jugea. Il haussa un sourcil et répliqua :

-Privé ? Qui es-tu donc pour me parler ainsi ? Tu te crois fort, avec une épée ? Fais attention, ça coupe. Moi, je suis Ragnar, le chef de cette joyeuse compagnie. Et j'ai entendu du bruit la derrière. Je veux savoir qui s'y cache. Et si c'est une poulette, je me la fais directement sur place avant de la tuer.

Liam pointa son épée vers lui.

-Il n'y a rien la derrière et c'est vous qui allez mourir.

Ragnar ricana simplement, dégainant deux longs cimeterres. Et Liam n'avait aucune protection…

-Bon, je te tue et je défonce la porte ensuite cela te va ?

Liam ne répondit plus, se concentrant. Il priait pour que Vaë n'ouvre pas la porte, qu'elle ne fasse rien ! Déjà pour qu'elle ne voie pas l'horrible spectacle, et ensuite pour qu'elle ne soit pas exposée.

Ragnar était un combattant chevronné. Il maniait ses lames comme s'il s'agissait de simples jouets, et ne laissait aucune faille exploitable dans sa garde. Mais Liam continuait. Essoufflé, la jambe l'énervant plus qu'autre chose, il continuait à se battre. Il reçut quelques égratignures, réussit à blesser son adversaires, mais sans plus.

Et, au moment où Liam parvenait enfin à plonger son épée dans le ventre de Ragnar, sans trop savoir comment, il vit Vaë sortir de la salle de bains. Non ! Il...il n'avait pas sifflé ! Leurs regards se croisèrent et Ragnar en profita, ce disant qu'il emportait son meurtrier avec lui dans la tombe.

La lame s'enfonça entre les côtes du chevalier, y restant plongée alors que les deux adversaires s'écroulaient, l'un des deux déjà mort. Lâchant son arme, Liam cherchait son souffle, une main sur la plaie. Le cimeterre était toujours en lui et il n'osait même pas le retirer.

Il sentit Vaë s'approcher murmura :

-Pars…va chez Ephraïm…mets toi à l'abri le temps que ça ce calme dans la rue…je…je te rejoins, ne t'en fais pas…Meeko et Boris seront là, Nocturne aussi, ils te protégeront…je viens aussi…

Il se tut, c'était bien trop d'effort. Ce qu'il pouvait avoir mal ! Et…pourquoi tout devenait flou autour de lui ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaënadiel Eira



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Druidesse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de l'Équinoxe
Groupe : Clan [Indigène]

Âge : 20 ans

Messages : 180

Histoire de Personnage :
L'inconnu
Une nouvelle vie

MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   Lun 10 Déc 2012 - 20:52

Madorass, part.1

Ses pas s’enfonçaient dans l’herbe verte d’une vaste clairière, le vent caressant son visage. Ses cheveux volaient derrière elle et son rire s’élevait dans l’air jusqu’à ce qu’elle tombe à la renverse et se retourne sur le dos, le soleil l’aveuglant. Une silhouette noire lui fit alors de l’ombre; un magnifique loup au pelage noir comme les ténèbres. Ses yeux dorés était si hypnotisant qu’elle s’y perdit un long moment, caressant son pelage alors qu’il approchait son museau pour lui lécher la joue. D’horribles cris s’élevèrent alors, la faisant sursauter...

Sorti de son rêve d’enfant, Vaënadiel se tira hors du lit en vitesse et suivit Liam jusqu’à la fenêtre, agrippant son bras et regardant dehors. Il y avait un épais brouillard qui régnait sur la cité ce matin-là et les bandits en tiraient avantage. Horrifiée, ses yeux aqua fixaient l’extérieur jusqu’à ce que son amoureux se retourne vers lui. Pensif, Liam posa ses mains sur ses épaules et la poussa jusqu’à la salle de bain en silence. Il lui donna la clé de la chambre qu’il tira de sa poche de pantalon. Observant la pièce de métal, Vaë releva brusquement son regard vers le jeune homme qui dit :

‘‘ Vaë, écoute-moi bien. Tu restes ici. Je te donne les sacs, je prends mon épée. Je vais aller les aider et toi tu restes ici à l’abri. Quand je serais parti, enferme-toi à clé. Et n’ouvre que si je siffle comme je l’ai fait pour appeler Meeko, quand je t’ai demandé ta main tu te souviens? ‘‘

Choquée, la jeune femme ne réussit qu’à hocher faiblement la tête alors que son inquiétude grandissait de plus en plus. Elle n’aimait pas qu’il parte dehors ainsi seul et se maudit de ne pas être capable de l’aider comme il se le devait. Vaë voulu ouvrir la bouche, mais Liam l’embrassa longuement, caressa sa joue droite et il donna les sacs qu’elle garda à ses côtés.

‘‘ Tu auras de quoi manger et boire. Meeko est là aussi tu n’es pas seule. ‘‘

Meeko venait tout juste d’entrer dans la pièce, se faufilant entre les jambes de Liam pour s’approcher en hâte de sa maîtresse. Il grimpa d’un bond sur son épaule et s’enroula autour de son cou. Vaë n’aimait pas ça... son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine. Après lui avoir dit de rester dans la salle de bain et qu’il ferait vite pour revenir, la druidesse s’empressa de verrouiller la porte derrière lui et retourna dans la pièce où se trouvait la baignoire pour s’y cacher, tenant son compagnon touffu dans ses bras. Le visage enfouit dans son pelage, assise dans un coin, la jeune femme attendue et attendit alors que les cris ne cessaient aucunement en bas dans la rue. Elle n’osait même pas regarder par la lucarne et encore moins bouger. À l’étage, il y eut un vacarme qui la rendit de plus en plus nerveuse et s’en suivit de hurlement à glacer le sang. Des pas lourds et rapides frappaient contre les marches de l’escalier et les portes des chambres voisines se faisaient défoncées, la sienne incluse.

‘‘ Tuez tout l’monde! Je ne veux aucun survivant sauf les poulettes! Tout ce qui brille me revient! ‘‘

Prise de tremblements, elle sursauta lorsqu’elle entendit le verre du miroir de la commode se fracasser. Une main devant sa bouche, son regard aquatique regardait en direction de la fente de la porte de la salle de bain. Des bruits de pas se firent entendre et une ombre apparut d’un coup alors qu’on essayait d’ouvrir. On la brusqua à quelques reprises et Meeko grogna alors. NON! Vaë lui boucla le bec aussitôt et entendit une voix grave s’élever soudainement, une voix qui lui glaça le sang tellement elle ressemblait à celle d’Arled.

‘‘ C’est privé ici ! ‘‘

Liam était là, juste derrière la porte et elle ne put rester assise encore plus longtemps. Se redressant en vitesse, la jeune femme s’approcha de la porte et mit la main sur le verrou, hésitant à ouvrir.

‘‘ Privé? Qui es-tu donc pour me parler ainsi? Tu te crois fort, avec une épée? Fais attention, ça coupe. Moi, je suis Ragnar, le chef de cette joyeuse compagnie. Et j’ai entendu du bruit là derrière. Je veux savoir qui s’y cache. Et si c’est une poulette, je me la fais directement sur place avant de la tuer. ‘‘

Ces paroles furent ce qui la fit changer d’avis, du moins ce qui retarda l’ouverture de la porte. Si elle osait mettre le nez en dehors de la chambre alors qu’il y avait des criminels prêts à lui sauter dessus, elle mettrait Liam dans l’embarras plus qu’autre chose. Cependant, sa main resta au même endroit alors qu’elle écoutait attentivement ce qui se passait de l’autre côté.

‘‘ Il n’y a rien là derrière et c’est vous qui allez mourir. ‘‘

‘‘ Bon, je te tue et je défonce la porte ensuite cela te va? ‘‘

Tout ce qu’elle entendit par la suite était le tintement des lames et de pas dans la pièce d’à côté. Les hommes se bousculaient avec violence et elle sentait les meubles trembler de temps à autre sous leurs assauts. Ils hurlaient et soufflaient fortement. Ce qui semblait être le criminel poussa un gémissement qui lui glaça le sang. Et si c’était Liam?! Son coeur voulait sortir de sa poitrine à ce moment spécifique, ne pouvait s’imaginer qu’on venait de tuer son amoureux. Brusquement, la druidesse ouvrit la porte qui claqua contre le mur et croisa le regard doré de Liam dont la lame était enfoncée dans le ventre de son assaillant. Mais ces secondes furent fatales pour le chevalier qui avait soudainement baissé sa garde. Une lame s’enfonça dans sa chair, sous ses côtes, puis les deux hommes s’écroulèrent contre le plancher. Le bandit agonisait juste à côté et alors qu’elle s’approchait de Liam, il lui agrippa la cheville. Il la relâcha bien vite lorsqu’’il reçut un coup de pied en plein visage.

S’agenouillant rapidement au sol aux côtés de son amoureux, Vaënadiel inspecta tout de suite la blessure en tentant de garder son sang-froid malgré la panique qui l’envahissait. Ses mains se posèrent sur celle de Liam, la retirant et elle allait se lever lorsque Liam murmura avec difficulté.

‘‘ Pars… va chez Ephraïm…mets toi à l’abri le temps que ça se calme dans la rue… je… je te rejoins, ne t’en fais pas…Meeko et Boris seront là, Nocturne aussi, ils te protégeront… je viens aussi… ‘‘

‘‘ Idiot! Je ne partirai pas et je ne te laisserai pas mourir devants mes yeux toi aussi! ‘‘

Des bandits montaient l’escalier, poursuivit par des soldats de la garde de Madorass et certains allaient entrer dans la chambre alors que la druidesse prenait sa sacoche d’herbe. En rogne, elle les fit voler en bas de l’escalier où ils allèrent s’écraser sous le regard abasourdi des hommes de métal. Claquant la porte et la verrouillant pour ne pas être dérangée, Vaë se précipita vers Liam et déchira ses vêtements de par l’ouverture causée par la lame du cimetière. Des herbes en poudre y furent versées et elle murmura :

‘‘ Liam... reste avec moi. Ça va aller. Reste avec moi. ‘‘

Et d’un coup vif, elle retira l’arme de la chair de l’homme qui hurla et grimaça avant de sombrer dans l’inconscience. Vérifia que son coeur battait toujours, la jeune femme à la chevelure de neige prit sa pommade et l’appliqua en grande quantité avant de lui faire boire un flacon contenant un liquide à base d’oriade rouge.

~ Merci Naëlyah!~ pensa-t-elle.

Cette plante était puissante dans son processus de guérison. Liam allait se remettre sur pied, elle voulait le croire... mais dans combien de temps? On toqua à la porte, mais Vaë ne quitta pas son homme.

‘‘ Madame! Vous allez bien?! ‘‘

‘‘ Moi oui, mais mon fiancé non! ‘‘

Un soldat défonça la porte et ils s’approchèrent aussitôt. Deux d’entre eux partirent avec le corps inerte de Ragnar et les autres regardèrent l’état de l’homme.

‘‘ C’est celui qui nous a aidés dehors... ‘‘

‘‘ Madame..., laissez-nous vous aider. Il faut sortir d’ici avant que l’odeur ne soit trop forte. Prenez vos choses, nous vous escorterons dans un lieu plus sécuritaire et votre compagnon bénéficiera de soin. ‘‘

Silencieuse, Vaë se leva et se recula. Les hommes de métal prirent les sacs qu’elle avait désignés du doigt et les suivirent en bas pour aller chercher Nocturne dans l’écurie et l’entraînèrent avec eux. Rapidement et avec précaution, on les amena dans une auberge beaucoup plus loin et qui n’avait pas subi l’attaque des bandits. On monta Liam dans une chambre et on l’installa délicatement dans le lit. Le chef de l’escadron la regarda alors.

‘‘ Un guérisseur passera dans la prochaine heure pour regarder son état. ‘‘

‘‘ Bien... merci, monsieur. ‘‘

On la laissa alors seule avec Meeko qui s’était pelotonné son le cou de Liam qui était toujours inconscient.Vaënadiel posa alors la main sur son front, vérifiant qu’il ne faisait pas de fièvre et commença à faire les cent pas dans la chambre. Une trentaine de minutes plus tard, on toqua à la porte et un vieil homme entra.

‘‘ Bonjour, mademoiselle. Ethan Oeyes. Je viens de la part du soldat qui vous a escorté jusqu’ici. C’est votre compagnon blessé? ‘‘

‘‘ Oui. Faites, je vous prie. ‘‘

Le vieil homme approcha donc une chaise du lit et commença à vérifier sa blessure, sa respiration et son pouls alors que Vaë alla s’assoir sur le bord de la fenêtre, inquiète.

‘‘ Il est hors de danger. C’est vous qui l’avez soigné? ‘‘

‘‘ Je... j’ai fait ce que j’ai pu. ‘‘

‘‘ Aucun organe vital n’a été atteint. J'ai recousu la plaie. Il aura besoin de beaucoup de repos et surtout, il ne doit pas bouger. Veillez bien sur lui. Vous avez fait un boulot efficace, mademoiselle. ‘‘

‘‘ Merci... ‘‘ Souffla t-elle.

L’homme partit après lui avoir fait un sourire par delà sa barbe blanche et Vaënadiel alla s’allonger aux côtés de son homme, couché sur le côté et caressant doucement sa joue. Soupirant, elle l’observa un long moment sans qu’il ne se réveille. Fermant les yeux, elle cacha son visage dans son cou et glissa l’une de ses mains le long de son bras jusqu’à ce que ses doigts croisent les siens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLÔT] Une nouvelle vie [PV.Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Chemin de ronde-