''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une hache, une araignée. (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2014 - 12:54

Sonnée, elle perdit connaissance le temps du voyage, ressentant simplement les soubresauts de leur poursuite. Les bras ballants, elle se laissa porter sans rechigner. A quelque instant reprit elle ses esprits ? Certainement après avoir franchit la muraille, mais elle profita du transport jusqu'à son terme. A l'abri dans ses bras, elle se risqua à ouvrir un œil avant de le refermer tout aussi vite. Cela faisait si longtemps qu'on ne lui avait porté de l'attention, elle qui aimait tant être à la lumière. Le monde semblait s'être ligué contre elle ces derniers temps. Son père, la sorcière, l'ombre tout le monde l'avait mise au défi, pliant sous le poids des responsabilités et de ses nouveaux pouvoirs. S'en était suivit sa captivité...Rien qu'à cette pensée elle frissonna. Non, elle n'était pas encore prête pour en parler..Cette fuite était une véritable bouffée d'air pour la jeune fille. Elle n'avait plus rien à prouver, elle était libre et elle comptait bien en profiter, quitte à lui mettre des bâtons dans les roues.
Allongée, elle osa jeter un œil sur la situation. Quand celle ci lui paru sans risque elle s'adossa à un rocher.

-Vous êtes plutôt endurant pour un humain...

Elle avait failli le découper en deux, et il semblait ne pas lui en tenir rigueur. Avait il peur au point de ne plus vouloir la contredire ? Il est vrai que sa démonstration de force aurait pu en effrayer plus d'un. Et pourtant il enleva son casque se mettant lui même en danger. Cet homme n'était que contractions.

-C'est quoi la suite du plan... ?

Tenant sur ses deux jambes, la jeune fille parti à la recherche de quelques brindilles les ramenant aux pieds de l'inconnu.

-J'ai froid !

Son ton n'avait plus rien d'une otage brisée par la vie, mais plutôt celui d'une petite pimbêche à qui tout était du. Les bras croisés sur le torse, elle attendait qui se décide. Son armure tout en un devait bien avoir un astuce pour faire du feu.

-J'ai faim aussi....ça fait des jours que je n'ai rien avaler.....ça serait bête que je meurs de froid ou de faim alors que vous êtes si proche du but.... Adieu l'argent... Il vaudrait donc mieux que vous vous dépêchiez....

Ses allures de petite princesse reprenaient le dessus au galop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2014 - 16:46

La jeune femme était partie s'adosser contre un rocher, visiblement calmée. Enfin calmée ... Qu'il croyait, car les apparences étaient bien souvent trompeuses. Elle le confondait avec un humain, ce qui lui paraissait normal dans la mesure où rien ne le distinguait directement d'un être humain. Il attendait la suite, la regardant avec curiosité. En réalité, c'était elle qui l'attendait la suite. Pas compliqué là non plus, ils devaient se rendre à Béolan où il pourrait la remettre là-bas à un complice. Ce serait d'ailleurs ce même complice qui lui apporterait sa prime, puis se chargerait de remettre la jeune démone entre les mains de la commanditaire. Rytchkine n'était cependant pas rassuré, quelque chose lui disait que ce "complice" n'arriverait jamais à destination, ou tout du moins, avec elle. Mais qu'importe ! Il aurait déjà reçu son argent, ce qui pouvait se passer après ne l'intéressait pas. Il s'étonna lorsqu'elle se leva pour aller chercher des brindilles et d'autant plus lorsqu'elle s'exclama qu'elle avait froid non sans une pointe de prétention. Tiens, voilà qu'elle commençait à prendre des airs de supériorité. Cela l'amusa, puisqu'il n'y avait plus de danger, plus de raison de rester modeste ? Ou alors pensait-elle qu'elle l'impressionnait assez pour lui dicter ses voeux ? Voilà qu'elle avait faim aussi. Alekseï perdit son sourire, il n'avait pas une baguette magique et son armure n'était pas non plus une maison portable. Comment voulait-elle qu'il fasse du feu à partir de rien et, surtout, qu'il sorte à manger de sa poche ? En fait non, ce n'était pas strictement impossible, c'était juste que cela l'embêtait que de devoir céder à ses caprices. Mais avait-il réellement le choix ? Pas vraiment, dans la mesure où il devait déjà étudier son comportement. Elle n'était pas encore redevenue pleinement démoniaque, à ce qu'il voyait mais, il voulait pousser le bouchon un peu plus loin.

Il soupira, puis fouilla dans son sac, encore, pour un ressortir une pierre ressemblant à du minerai de fer, taillé en rectangle. Il y avait des traces dessus, comme si on l'avait frotté. Il ferma sa main gauche et l'approcha du tas de brindille, avant de percuter le minerai contre le fer de son armure, créant ainsi des étincelles qui allumèrent rapidement un feu. Ceci fait, il se releva et s'en alla chercher du bois pour alimenter le foyer. Quant à la nourriture ... Il pouvait toujours aller chasser mais, cela prendrait du temps et laisser seule la démone revenait à lui laisser l'occasion de fuir de nouveau. Il tenait quand même à sa paye. Il réfléchissait, il ne lui restait que des noix et de l'eau.

- Tout ce que j'ai, ce sont des fruits secs. Il vint les lui donner, il n'y en avait qu'une dizaine Mais c'est gras, faites attention. Dit-il le ton provocant. Il vint ensuite s'asseoir en face d'elle, devant le feu. Pour la suite, nous devons aller à Béolan. Là-bas, quelqu'un vous attendra. Je récupérerai mon argent et nos routes se séparerons, peut-être bien définitivement même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2014 - 21:23

-.... ? C'est tout ? C'est une blague.... ?

Lorgnant sur les noix, elle estima qu'il se fichait d'elle. Il y avait à peine de quoi se boucher une dent creuse. Elle n'avait que la peau sur les os et il osait se soucier de son poids..cette conversation était ridicule tout comme ses denrées. Cependant, faire la fine bouche après des jours de jeun serait tout aussi stupide. Les petits fruits croquèrent sous ses dents, mais ce plaisir fut de courte durée. Loin d'être rassasiée, son ventre cria famine. Reluquant l'homme, elle pensa l'espace d'un instant qu'il serait un mets des plus délicieux. Effectivement, sous cette armure résidait un tas de chair qui ne demandait qu'à être goûté. Une simple cuisse aurait suffit à la repaître. Un filet de bave pendu au coin de la lèvre, elle l'observait secrètement. Le feu crépitait prêt à accueillir du gibier. Guidée par ses instincts, la jeune fille vit défiler devant ses grands yeux bleus des images de festin. Tout lui mettait l'eau à la bouche. Il fallait qu'elle s'occupe, qu'elle se fixe quelque chose d'autre chose.
Le nez sur ses genoux, elle remarqua l'état de crasse dans lequel elle était. Contrariée, elle frotta énergiquement sur ses derniers mais ne fit qu'étaler la terre. Dans cette nouvelle vie, il lui serait difficile de faire certaines concessions, et cela commençait par l'hygiène. Comment une femme comme elle pourrait-t-elle tenir son rang dans de telles conditions ? Sans parler de sa robe. Une simple robe en lin beige. Le summum de la médiocrité ! Elle pouvait dire adieu à ses tenues, aux soirées mondaines, elle allait devenir la souillon de la forêt. Tapis dans l'ombre, elle mangerait des plantes par les racines...et...et..NON. Énervée elle balaya cette réflexion d'un revers de la main. Prenant son destin en main, elle se leva pour quémander une dernière faveur au guerrier.

-Je veux un bain....et un lit….une robe aussi pour finir notre périple !

Elle énuméra sa longue liste sur ses doigts fins, et sous l'impatience de sa requête elle se permis de taper du pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2014 - 22:02

Une blague ? Non pas vraiment, non. Il n'était pas un garde-manger sur pattes ! C'était déjà bien qu'il ait de quoi de manger avec lui, alors cette petite démone devrait apprendre à se contenter du nécessaire. Il la trouvait bien capricieuse en fait mais, pourquoi maintenant ? Il n'avait plus beaucoup envie de rire en fait, il était fatigué lui aussi. D'ailleurs elle le regardait d'un air étrange, voilà qui ne le rassura en rien. Et c'était quoi ce filet de bave ? Il se crispa un peu, posant sa main sur le manche de son épée. Si elle avait une quelconque idée démoniaque derrière la tête, il serait plus rapide qu'elle cette fois-ci ! Finalement, elle sombra dans ses pensées, à en juger par son attitude. Il se relâcha un peu mais resta sur méfiant quand même. Elle avait l'air de ses préoccuper de son hygiène, c'est sûr qu'avec les derniers événements, elle n'avait pas eu le luxe de prendre une douche. Elle se releva d'un bond, visiblement énervée, chose qui le surprit, elle était vraiment lunatique. Un bain, voilà sa nouvelle requête. Et puis un lit aussi, et allons-y continuons ! Et pourquoi pas une nouvelle robe tant qu'on y était ? Rytchkine n'aurait jamais cru penser aussi fort que ça. Il la regardait, à la fois perplexe et énervé, pour qui se prenait-elle et pour qui le prenait-elle ? Ce n'était pas parce qu'elle avait preuve de regret que tout lui était permis. Elle restait encore et toujours une démone à ce qu'il sache. Elle se permettait de taper des pieds en plus, mais quel âge avait-elle au juste ? Alekseï se releva brusquement.

- Un bain, un lit, une robe, froid, faim, soif, fatiguée ... Vous ne croyez pas que vous exagérez ? Je ne suis pas votre toutou, je ne suis même pas votre ami ! Je suis votre chasseur, celui qui doit vous ramener à Béolan en échange de son argent, ni plus ni moins ! Dit-il en serrant les poings Et je n'ai pas l'intention de me plier à vos quatre volontés de petite enfant gâtée pourrie. Il finit par afficher un sourire Sauf une peut-être, un bain ne vous ferez pas mal !

Cela tombait bien puisque, justement, il avait aperçu un point d'eau en venant par ici. Il lui suffisait de rebrousser chemin sur quelques dizaines de mètres. Il prit la jeune femme dans ses bras puis il fit demi-tour, redescendant plus bas dans la forêt, avant d'atteindre le fameux point d'eau. Elle se débattait certes, mais il la tenait fermement. Il s'approcha du bord, puis la jeta dans l'eau glacée, tout simplement.

- Ça c'est pour le bain. Pour le lit et la robe, il faudra attendre que papa ... Il s'arrêta brusquement, fronçant les sourcils tout en prenant un air grave ... Désolé. Je ferais de mon mieux pour que vous bénéficier d'un minimum de confort durant notre voyage jusqu'à Béolan mais, pour le moment vous devrez vous contenter du strict minimum, vous m'en voyez désolé. Il s'assit ensuite sur la rive, en lui tournant le dos cependant. Prenez votre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyMar 18 Fév 2014 - 12:15


La morsure du froid la fit hurler. Trempée des pieds à la tête, elle trébucha contre un galet. Le nez dans l'eau elle venait de se ridiculiser devant l'humain. En panique, elle essaya de retrouver sa prestance mais en vain. L'équilibre retrouvé, elle darda son doigt contre lui. Ses longs cheveux dégoulinaient le long de son dos.

-Vous ….vous ….n'êtes n'êtes qu'un goujat ...j'aurais du vous tuer quand j'en avais encore la possibilité...misérable...je vous conseille vivement de garder votre armure si vous ne voulez pas finir débiter comme du petit bois.

Martelant l'eau de ses petits poings, elle pestait contre son sauveur. L'eau glacée n'était plus son souci. Cet homme méritait d'être traité plus bas que terre. Prête à passer aux représailles, il la coupa net dans son élan.

-Je vous interdis de parler de lui !

D'un coup de pied dans la marre, elle envoya une giclée d'eau dans le nez de l'homme. Avant que sa voix ne se brise dans un affreux couinement. Vexée, elle resta les bras croisés. Il n'était plus question de se débarbouiller. Les dents plantées dans sa lèvre inférieure, elle essayait de ne pas se laisser submerger par l'émotion. Le sang coula mais aucune larme ne fut versée. Regagnant la rive, elle ne prêta aucune attention à l'homme. Marchant droit devant elle, elle regagna leur camp dans le silence le plus complet. Les flammes dansaient dans ses prunelles. Grelottant près du feu, elle allait chopper la crève, qu'importe ! Ça lui apprendrait à la traiter de la sorte. Les bras au dessus des flammes, elle vit l'impact crée par la flèche. La blessure mettrait quelques mois à se refermer. Pieds nus, elle gratta le sol pour y enterrer ses orteils. Le bilan était mitigé : une liberté durement acquise, et pour combien de temps ? Ce fou pouvait tout aussi bien la transporter dans la gueule du loup.. Combien de personnes seraient prêtes à payer pour la torturer ? Elle n'avait pas assez de doigts pour les compter.

-Savez ou au moins ce qu'il adviendra de moi quand vous m'aurez « échangé »?

Elle n'avait même pas prit la peine de se retourner face à la venue du guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyMar 18 Fév 2014 - 13:43

" Oui, je sais, un goujat, on me l'a souvent dit. "

Pensait-il alors que la jeune femme pestait contre lui non sans le menacer. Il se doutait bien que cette baignade ne lui serait pas agréable du tout mais, devant ses airs de petite princesse, que pouvait-il faire de plus si ce n'était de lui faire comprendre que ça ne marcherait pas avec lui ? Ou presque, que ça ne marcherait pas tant qu'il n'en aurait pas les moyens. Ce n'est pas qu'il s'apitoyait sur son sort au point de ne pas vouloir la contrarier mais, plutôt qu'il ... Ne voulait pas la contrarier davantage, en fait oui. La perte de son père n'était pas une chose anodine, même pour un démon visiblement et ayant lui même été renié par sa famille, il pouvait comprendre sa douleur. Cela le surprenait, pourquoi se comporter de cette façon avec une démone ? À la base, c'était parce qu'il voyait en elle comme une lueur d'espoir, elle était corrompue jusqu'à la moelle et pourtant, elle avait réussi à faire preuve de sincérité ... Rien que ça, ce n'était pas beaucoup en apparence mais, c'était toute une révélation pour lui. Il pensait les démons stériles et définitivement stériles, ce qui n'était pas le cas avec elle. Elle n'allait d'ailleurs pas de main morte sur les gestes d'humeur et finit par sortir de l'eau pour retourner près du feu, en le dépassant sans même lui adresser un regard. Cela le fit rire discrètement, ses airs de petite enfant frustrée la rendait fort attendrissante. Il soupira, puis se releva peu après son départ, rejoignant le feu lui aussi.

Il s'assit en face d'elle, frigorifié dans son armure. En fait, elle se plaignait d'avoir froid mais, elle n'imaginait pas un seul instant à quoi ça pouvait ressembler d'être enfermé dans un tas de fer congelé. Il tremblait et se demandait bien comment il pourrait faire pour la réchauffer alors qu'il était incapable de se réchauffer lui-même. Quant à ce qu'il adviendra d'elle ... Ça il ne le savait pas avec certitude.

- Vous allez rencontrer quelqu'un qui vous accompagnera jusqu'à un grand château. Là-bas, il y a une personne qui vous attendra, une riche et puissante personne visiblement. Ce qu'il se passera ensuite, je n'en sais rien.

Il tourna son regard vers elle, même si l'obscurité dissimulait de nouveau son visage. Quelque part, elle allait peut-être l'avoir son lit, son bain, sa nouvelle robe et tout le reste. Là-bas au moins, elle n'aurait pas à se soucier de son confort, à moins que le commanditaire n'ait pas de bonnes intentions vis-à-vis d'elle ? Qu'importe après tout, ce n'était pas son affaire ... Pour l'instant en tous cas. Rytchkine s'approcha très près du feu, peut-être un peu même trop. Il mit ses mains dans les flammes, pour réchauffer le fer, puis, après un moment, il contourna le feu puis vint se placer dans le dos de la jeune femme, la serrant contre son armure tout en l'enserrant avec ses mains et par extension, ses bras désormais chauds.

- C'est tout ce que je peux faire dans l'immédiat.

Dans leur trajet vers Béolan, il était certain qu'ils allaient d'avoir s'arrêter plus d'une fois mais, ils croiseraient surement des auberges en chemin, des auberges dans lesquelles ils pourraient faire étape. Ce n'était pas initialement prévu mais, si ça pouvait l'inciter à rester calme le temps qu'il remplisse sa part du marché, pourquoi pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyMar 18 Fév 2014 - 20:28

Elle allait protester, geindre, se débattre et pourtant elle ne fit rien tant la douce chaleur était agréable. L'amure n'avait rien de confortable, mais elle ne pouvait se permettre de faire la fine bouche. Lovée tout contre lui, elle se laissa aller à la confession.

-Vous avez tué combien d'homme d'entre votre vie ? J'ai fini sur cet échafaud et pourtant je pense ne pas être une menace pour cette terre...Je tue oui....par envie ou nécessité....quelle est la différence après tout ? Hein ?...Tout dépend de l'humeur...de ma faim...J'ai toujours vécu parmi vous autres...mon père m'a protégé durant ses longues années...il ne méritait pas ça....Je pense qu'au fond il se doutait de ma vraie nature, mais il a fermé les yeux m'élevant comme sa fille...Il faut dire que ça a bien fonctionné...puis il y eu cette rencontre avec cette sorcière ainsi que celle de l'ombre...c'est là que j'ai appris à me servir de mes pouvoirs...Non il ne méritait pas cette fin...

Baillant sans prendre la peine de cacher sa bouche, elle sombra dans les bras de Morphée. Son corps se réchauffait lentement à l'abri du vent. Rien ne pu troubler les premières heures de son sommeil, pas même les grincements du guerrier. Mais piégée dans ses pensées, son esprit se mit à revivre l'intégralité de la journée. Quelques tressaillements trahirent son activité nocturne.

-AHHHHHHHHHHHHHHHH

Son cri perça la nuit. En sueur, il lui fallu quelques secondes pour se situer. Ayant terrassé son cauchemar elle se releva et somma au guerrier de se remettre en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyMer 19 Fév 2014 - 15:20

Voilà que, par fatigue ou par acquis de conscience, la jeune démone se laissait aller à quelques confidences au sujet du sang qu'elle avait sur les mains. Par envie ou par nécessité, il y avait quand même une petite différence et elle s’appelait la volonté. Si la faim pouvait éventuellement justifier le crime, bien que cela restait un prétexte douteux, l'humeur en revanche, non. On ne pouvait pas simplement tuer des gens parce qu'on avait envie de les tuer. Quant à son père qui la couvait et la couvrait tout en sachant ce qu'il faisait ... Peut-être oui, il n'en savait rien. Il ne connaissait pas cet homme, il ne pouvait pas le juger. C'était sa fille et aussi démoniaque était-elle, il devait l'aimer ce qui le poussait à vouloir la protéger coûte que coûte. Mais, l'amour paternel n'excusait pas tout non plus et quelque part, il était aussi complice. Quant à lui et le nombre d'hommes qu'il avait tué dans sa vie ... Rytchkine soupira, cherchant la réponse dans sa mémoire.

- Peut-être ... Une vingtaine ... Je ne sais pas trop, je tue rarement les humains, je préfère de loin les démons, les séraphins et toutes ces bestioles dégoulinantes de magie en tout genre, c'est tellement plus rentable.

Mais, elle s'était endormie entre temps, ce qui le contraria légèrement. À quoi bon lui poser la question si c'était pour ne pas l'écouter ? Quel manque de respect, cette jeune femme n'avait pas reçu d'éducation ! Ou alors pas beaucoup. C'était un peu culotté de sa part de penser comme ça alors qu'il avait fait bien pire dans sa vie et qu'il n'aurait pas hésité à refaire bien pire mais, c'est bien parce qu'il était pire qu'elle qu'il pouvait se permettre de la juger ainsi. Alors qu'il sombrait lui aussi dans le sommeil, il se réveilla en sursaut, arraché de sa somnolence par un cri retentissant. Il ouvrit grand les yeux, c'était la démone. Il la fixait, perplexe, avait-elle fait un cauchemar pour hurler de cette façon ? Surement pas qu'un simple cauchemar, quelque chose d'atroce. Cela finit par le faire sourire, il y avait une justice dans ce monde. Elle se releva en trombe, lui sommant de reprendre la route.

- Euh ...

Il n'était pas vraiment d'accord mais, mieux valait-il ne pas la contrarier. L'argent, il devait garder ça devant les yeux. Il se releva à son tour et prit soin d'éteindre le feu. Il fallait qu'il vérifie sa trajectoire avant et il savait que Béolan se trouvait sud-sud-est de Madorass. Il s'orienta à l'aide d'une boussole, puis reprit finalement la marche, prenant soin de marcher à côté de la démone, de façon à ne pas être surpris. Une idée malicieuse lui traversé l'esprit, comme pour en rajouter une couche.

- Et donc pour reprendre ce que je vous disais, ce démon s’appelait Karquo. À la deuxième semaine, je l'ai dépecé, et j'ai commencé à le démonter muscle par muscle, organe par organe et os par os, en commençant par le bas bien sûr, sinon c'est pas drôle. Eh bien figurez-vous qu'il a tenu trois jours comme ça. Ça me surprendra toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyJeu 20 Fév 2014 - 21:43


Sagement, l'araignée l'accompagna sans broncher. Le suivant comme son ombre, elle fit mine de ne pas entendre son récit. Quand il eu terminé son histoire elle se positionna face à lui, continuant de marcher à l'envers et lui répliqua :

-Trois jours ? Vous en avez bien de la chance, je n'ai jamais eu vraiment de patience... d'autant plus que ça m'ouvre toujours l’appétit ! Je craque toujours au bout de quelques heures... Un jour peut être je les cuisinerai un peu plus...

Loin d'être épouvantée, la jeune fille paru curieuse quant aux expériences menées par le colosse de fer. Toujours avide de nouveaux savoirs, elle voulu en apprendre un peu plus.

-N'avez vous jamais goûté à la chair humaine ? Les mâles sont toujours les plus goûtus, je n'ai d'ailleurs jamais vraiment compris pourquoi...Ils sont pourtant si....dégoûtants...Leurs manières d'être, leurs regards, tout en eux transpirent le vice.

Joignant le geste à la parole, elle passa une langue des plus roses sur ses lèvres. Parlait de ça, lui avait mis l'eau à la bouche.

-C'est encore loin ? Mes pieds me font atrocement souffrir.

Sans protection, ses pieds étaient couverts d'entailles. Il est vrai que cette aventure était la toute première pour la jeune femme qui n'avait encore jamais fait de randonnées. Habituée aux carrosses, sa voûte plantaire était des plus délicate. Son calvaire dura une bonne partie de la journée. Leur marche était rythmée par les appels à l'aide de son estomac. Heureusement pour elle il y avait une justice en ce monde puisqu’à la tombée de la nuit ils tombèrent sur une auberge de campagne.

-Vous m'aviez promis un minimum de confort !!!

Jouant de ses grands yeux, elle persuada l'homme de se repaître. Enthousiasmée par l'idée de prendre enfin un vrai repas, elle sautilla jusqu'à l'entrée, oubliant les principes de précaution. L'endroit n'avait rien d'un palais, mais l'atmosphère y était chaleureuse. Les plats circulaient sous son nez, il n'en fallait pas plus pour la convaincre ! Se faufilant parmi les clients, elle se glissa à une table encore vide. D'un geste de la tête, elle demanda la carte, ses yeux roulant dans ses orbites. L'odeur de viande lui montait à la tête !

-Pour moi çà sera un rôti ! Et vous ? Détendez vous un peu !

Montrant fièrement ses avant bras enrubannés avec des plantes elle voulu rassurer son sauveur.

-Personne ne peut me reconnaître ! Allez décoincez vous....ou vous allez attirer les soupçons sur nous..

Hélant une serveuse, l'araignée lui commanda deux choppes de bière.

-Ça ne sera pas de trop pour vous déridez...Ne me dites pas que vous faites toujours cette tronche... ? Pffff Vous êtes d'un ennui !!!

Enfilant la serviette autour de son cou, la jeune fille se jeta sur son plat avec toute l'élégance du à son rang. Ses gestes étaient précis, le couteau découpait à tout allure le morceau de viande

-On met cha chur votre note ? A prés tout vous allez en tirer un bon pactole avec moi !!!

Elle ne prenait même pas le temps de déguster, mâchant bruyamment son repas. C'était si bon !

-Hummmmmmmmmmm

Elle alla jusqu'à lécher son assiette, cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas mangé un bon repas chaud. Son régime au pain sec venait de prendre fin. L'estomac tiraillait, la jeune femme épancha sa soif. Les bulles lui piquèrent les narines. Toutes ses sensations étaient si agréables, elle rayonnait ! La mousse s'était déposée au dessus de sa lèvre supérieure formant une moustache pour le moins inhabituelle. Tous ses sens venaient de se réveiller sous l'effet chaleureux de l'alcool. Soudainement le mercenaire lui paru plus sympathique et elle ne fut pas la seule à le penser. Une troupe de jeunes filles vint s'agglutiner autour de leur table. Au vue de leur accoutrement, les damoiselles cherchaient à travailler pour cette nuit. Rigolant bêtement, l'araignée le pointa du doigt

-AHAHAHAHA il n'y a rien à en tirer de lui...hic...mais ….si l'une de vous y parvient.... AHAHAHAHAHA je lui tire mon chapeau.

Les jeunes filles ne manquaient pas d'atouts, les présentant sur des plateaux en argent. Il est vrai que le colosse était un des rares hommes potables en ces lieux. Et puis l'armure devait faire son petit effet...Si seulement elles savaient dans quoi elle s'embarquaient. Amusée Nephila resta accoudée sur la table. Affalées sur les genoux du guerrier, les dames ignorent sa présence. A vrai dire, elle avait tout d'une éméchée ! Elle resta quelques minutes, ricanant de ce spectacle avant de se lever.

-Je vous laisse en bonne compagnie !

Se retournant elle lui lança un clin d’œil avant de zigzaguer jusqu'au comptoir où elle commanda une chambre. Le calme, et la douceur d'un lit serait parfait pour clore la soirée. Sautant sur le matelas, elle se laissa absorber par ce dernier. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ait suffisamment d'argent pour louer une autre chambre. En parlant d'argent ?!! Nephila se redressa soudainement. Ces filles ! L'esprit embrumé par l'alcool, elle n'avait pas saisit leur démarche dès le départ. Mais un détail lui revient à l'esprit. Ces filles en plus de tâter la musculature du guerrier lui avaient saisit sa bourse. La gravité de la situation lui passa au dessus de la tête et elle ne fit rien d'autre que de se tordre de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyVen 21 Fév 2014 - 13:16

Visiblement, l'effet escompté n'était pas au rendez-vous, au contraire même, on aurait dit que les histoires macabres l'intéressaient, à défaut de la faire rire. Mais à quel personnage avait-il à faire exactement ? C'est vrai, pour une démone il n'y avait rien de bien étonnant mais, il était perplexe dans la mesure où elle semblait plus insouciante qu'autre chose. Et puis de quoi parlait-elle ? Il le comprit quand elle lui posa cette question si ... Choquante. Cela le fit réfléchir mine de rien, avait-il déjà mangé quelqu'un ? Il se souvenait avoir essayé de croquer la main d'une femme à la chevelure bleuâtre il y a quelques temps de cela, c'est vrai qu'il avait apprécié le gout mais, il n'en avait pas vraiment mangé. En revanche, c'était bien le cas de cette petite dame qui en parlait avec une certaine nostalgie. Cela le fit froncer les sourcils et durcir le pas, elle ne se rendait vraiment pas compte de ce qu'elle avait fait ou elle le savait et aimait ça quand même ? Il était en proie au doute désormais et cela ne lui plaisait pas. Voilà qu'elle salivait maintenant ! Rytchkine devait se méfier, si ça se trouve, elle chercherait aussi à le manger tôt ou tard et au vue de sa petite démonstration de force d'il y a peu, il ferait mieux d'anticiper. Alekseï soupirait, voilà qu'elle avait mal aux pieds maintenant. Elle était intenable et cela l'agaçait, il n'aimait pas l'hyperactivité, il préférait le silence et le calme. Ne pouvait-elle pas simplement marcher et ne rien dire ? Elle lui faisait de plus en plus penser à une enfant, surtout au vue de sa démarche. Remarque, cela lui donnait un côté assez ... Attendrissant, il se devait de l'avouer. Il regarda instinctivement ses pieds, elle ne portait rien. C'est vrai que marcher de cette façon et sur ce terrain ne devait pas être facile. Mais les heures passaient et elle s'était finalement calmée, au grand soulagement du mercenaire.

Ce fut à la tombée de la nuit que les choses reprirent de nouveau et plus particulièrement, lorsqu'ils croisèrent une auberge sur leur chemin. Elle ne tarda pas à lui rappeler ses dires. Il aurait préféré qu'elle oublie mais, cela reviendrait à demander un miracle. Il soupira encore, et se résigna. De toutes les façons, il ne pouvait pas manquer à sa parole. Et puis, comment résister à de pareils yeux ? Elle était folle de joie, cela se voyait dans son attitude et cela ne manqua pas non plus de le faire sourire. Il pénétra l'établissement après elle et n'eut même pas besoin d'aller chercher une table, elle l'avait déjà fait. Il vint s'asseoir en face d'elle, non sous les regards des autres clients qui se demandait ce que se tas de ferrailles faisait là. Il était mal à l'aise car, le danger était omniprésent ici. N'importe qui était susceptible de vouloir leur nuire. Peut-être parce qu'ils l'auraient reconnu lui ou la jeune femme, et elle voulait qu'il se détende après ça ? C'était de l'inconscience. Il écarquilla les yeux en entendant la commande, un rôti, rien que ça ?

" Mais c'est quoi cette ogresse ?! "

Pensa-t-il en la voyant dévorer littéralement son assiette. Il regardait partout, du coin de l'oeil, restant sur ses gardes. Certains regards ne le rassuraient pas, ils étaient étranges. Finalement, elle lui montra ses avant bras couverts, lui expliquant que personne ne la reconnaîtrai. Il n'en était pas aussi sûr que ça. Enfin, il était peut-être un peu trop paranoïaque aussi. Elle commanda deux choppes de bières, sur sa note bien évidemment. Il se rassit sur sa chaise.

- Doucement hein ...

Parce que la note pouvait grimper très vite et il n'avait pas la bourse du roi sur lui. Elle le blâmait encore sur son attitude, ce qui l'agaçait encore un peu. D'un certain point de vue, elle n'avait pas tord parce qu'il attirait trop l'attention, il s'attirerait inévitablement des ennuis. Mieux valait-il avoir l'air naturel.

- Vous avez surement raison.

Il se détendit alors, reposant ses épaules et son dos, avant de boire quelques gorgées, le sourire aux lèvres. Il était quand même surprit de sa façon de se tenir à table, était-ce son estomac qui criait un peu trop famine ou plus simplement un manque de tenu ? En même temps, pour un membre de la garde, il ne devait pas en demander beaucoup. En tous cas, elle avait l'air ravie, peut-être qu'elle lui faciliterait la suite du chemin. Elle semblait avoir bu un peu trop aussi, ou alors c'est qu'elle tenait juste mal l'alcool. Alekseï ne cessait de l'observer et d'analyser chacun de ses gestes et chacune de ses paroles pour en retirant le plus d'informations possibles. Il cherchait à la cerner mais, il devait reconnaître qu'il avait du mal, elle était assez lunatique comme fille. Sans qu'il ne demande rien à personne, d'autres femmes vinrent le rejoindre. Des ... Femmes de joie visiblement.

" Hmmmmmm !!! "

Mais bien qu'elles venaient le chercher, Rytchkine n'était pas là pour ça. Non, il y avait des limites à ne pas dépasser en terme de professionnalisme. Il était là pour escorter cette jeune dame, pas pour passer du bon temps avec quelques unes de ces femmes. Mais, elles n'étaient pas de cet avis visiblement, tout comme la démone qui les encourageait. Il la foudroya du regard, et puis quoi encore ?! En plus, c'était payant. La jeune femme se leva, titubant, s'en alla payer sa chambre tout en rigolant. Il voulait la retenir mais, rien à faire, ces femmes là étaient un peu trop envahissantes.

" Hey ! Regarde ! Regarde ! Là ! La petite rousse ! On va passer du bon temps ! "
" Non ! Et puis déjà je déteste les rousses. "
" Dixit le mec qui est sorti avec ... "
" Oui bon ! Ça va ! Pas la peine de me le rappeler ! Ca va ! "
" Oui bah je t'avais prévenu, mais tu m'écoutes jamais. "
" ... Tu veux pas passer à autre chose, dit ? "
" Oui, à la petite blonde là ! Regarde moi cette poitrine un peu ... Ah je me la ferai bien ! "


Et Johann, prenant un peu plus le pas, lui fit mettre la main au balcon. Rytchkine ouvrit grand les yeux, alors que la "blonde" en question ne semblait pas gênée. Il voulut retirer sa main mais, elle était comme bloquée dessus.

" Arrête ! "
" Nichons ... "

Il se mit soudainement à afficher un grand et large sourire, tournant son regard vers elle.

- Combien ?

Dit-il avec la voix légèrement différente, une pointe de nervosité mêlée à de la malice. Le prix était un peu élevé mais, qu'importe, il se rattraperai sur sa prime. Il mit la main à sa ceinture, cherchant sa bourse mais, se rendit compte qu'elle n'était plus là. Il fronça les sourcils, l'avait-il perdu en route ? Non ce n'était pas possible, il l'avait encore avant de reprendre la route. Il ne pouvait l'avoir perdu qu'ici et surement récemment ... Il retourna encore son regard vers la jeune femme, fronçant les sourcils.

- T'es sûre que tu t'es pas trompée de bourse, ma jolie ?

Mais elle n'avait pas l'air de comprendre de quoi il parlait. Il regarda les autres femmes, elles n'avaient pas l'air de cacher quoi que ce soit. Il resta perplexe un moment, puis afficha encore un sourire.

- Bon bah c'est pas grave, je te paye après !

Il se releva, la prenant avec lui. Il regarda le patron de l'établissement, lui faisant signe qu'il montait à l'étage. Il vint récupérer la clé de la chambre, puis remonta les escaliers tout en ricanant. Pourquoi se priver après tout ? La jeune démone était saoul et partie dormir. Elle ne risquait pas de s'échapper. C'était une grande fille et dangereuse aussi, elle serait en mesure de se défendre seule si quelqu'un venait l'importuner. Et puis elle ne pourrait rien lui reprocher ! C'était elle qui l'avait jeté dedans ! Il s'enferma donc dans la chambre, une autre chambre, et fit sa petite affaire tout au long de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyVen 21 Fév 2014 - 18:34

La bouche pâteuse, la jeune femme se réveilla migraineuse. Elle s'était endormie sans prendre la peine de défaire le lit. L'araignée encore dans le brouillard s'étira longuement dans un long bâillement. Paresseuse, elle resta quelques minutes à apprécier la douceur de sa couche. Ses jambes s'enroulèrent dans les draps, alors qu'elle venait enfouir son visage dans l'oreiller. Elle en huma l'odeur, puis dans une mine de dégoût se ravisa. L'auberge restait certes confortable, elle n'était pas pour autant un château. Le papier peint digne d'une autre époque en témoignait lui aussi. Passant la tête sous son lit, elle vérifia la présence du colosse du fer. Intriguée de ne point le trouver, elle se remémora leur soirée. Ainsi donc le guerrier aurait succombé ? Elle avait du mal à imaginer que cet être si rigide puisse se laisser aller à un peu de décadence.
Sautant à pied joint, la jeune fille décida de partir à sa recherche. Il était encore tôt dans la matinée, et les couloirs étaient bien vides. Sur la pointe des pieds, l'araignée écouta aux portes afin de déterminer où il avait pu terminer sa soirée. Croyant avoir trouvé une piste, elle ouvrit une porte avant de tomber nez à nez avec un homme qui n'était visiblement pas celui recherché. Affolée, elle ferma la porte tout aussi rapidement avant de courir à l'autre bout du couloir. La jeune venait de surprendre une situation à laquelle elle n'aurait jamais du assister. L'homme d'un certain âge, s'était accoutré d'une guêpière, et recevait de la part d'une jeune femme de la veille des coups de cravache. Erk ! Tout son être semblait avoir subit un viol visuel !
Pas très rassurée, elle hésita à poursuivre ses recherches. Décidant au hasard qu'elle serait sa prochaine chambre, elle entrouvrit la porte afin d'y laisser traîner un œil. Rien ne semblait anormal... Décidant qu'elle pouvait pousser un peu plus loin son exploration, elle s’immisça dans l'intimité de cette petite pièce à l'odeur fort développée. Le guerrier ne semblait pas avoir dormit ici. Faisant marche arrière, elle fit face à un bouc qui trônait fièrement sur le lit. Les yeux grands comme des poêles à frire, la jeune fille passa à côté de l'animal en prenant la peine de bien refermer la porte derrière elle.
Croisant les doigts, elle pénétra dans la dernière chambre où elle vit enlacés deux corps à moitié nus. Nul doute, il s'agissait bien du colosse qui venait de passer la nuit en charmante compagnie. Lourdement fardée, la jeune fille paraissait bien moins aguichante au petit matin. Cela ferait une très bonne surprise au guerrier. Un sourire en coin, elle longea le lit pour s'emparer de leurs vêtements. Du bout des doigts elle tria ce qui l’intéressait puis profitant de leur sommeil, elle enleva sa robe de lin pour revêtir celle de la dame. Cette tenue n'avait rien d'extraordinaire, mais le simple fait de sa changer lui donnait l'impression d'avoir changer de statut, passant de la prisonnière à la femme libre. Un peu trop libre d'ailleurs à la vue du décolleté qu'elle ne remplissait même pas. Qu'importe cela ferait bien l'affaire le temps du trajet ! Posant son royal séant sur la commode en face de leur nid d'amour, la jeune femme entassa à ses pieds les frusques du guerrier. Les jambes croisés, elle les regardait dormir. De profondes cicatrices parcouraient le corps entier du guerrier. Le regard de la jeune femme se fit mesquin s'attardant sur les courbes de ses épaules. Il n'y avait plus qu'à patienter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyVen 21 Fév 2014 - 22:55

La nuit avait été longue et fatigante. Alekseï s'était bien vite endormi après l'effort, bien que ce n'était pas véritablement lui à cet instant là. Il avait donc trouvé le sommeil très vite, surtout en la compagnie de cette charmante dame. Mine de rien, ce n'était pas plus mal comme ça, au moins il repartirait avec un poids en moins. Il dormait profondément et ne s'était pas rendu compte de l'intrusion de la démone ni du petit manège qu'elle était en train de monter. Il se réveilla une heure plus tard, après son arrivé, sonné et de mauvaise humeur, comme d'habitude. Il s'étira, en baillant, et son regard balaya machinalement toute la pièce. Il ne remarqua pas la présence de la jeune femme au début, se contentant de se rallonger contre la ... Femme qui partageait sa couche, refermant les yeux. Il n'était pas pressé, il pouvait dormir encore un peu. Mais, à peine s'était-il bien mit à l'aise qu'il rouvrit brutalement les yeux, se redressant d'un seul bond. Il tourna immédiatement son regard vers la démone, assise en train de les regarder.

- Non mais, hey ! Oh ! Il recula un peu, calant son dos contre le mur Qui vous a permis d'entrer ?!

Personne de toute évidence, elle s'était donnée elle même le droit. Quelque chose n'allait pas, et il ne mit pas bien longtemps à comprendre d'où cela venait. En fait, elle avait tout simplement revêtit la robe de la jeune femme. Voilà qui lui donnait un tout autre aspect. Bien moins misérable, certes mais, d'un seul coup plus provocatrice, surtout au niveau du large décolleté. Rytchkine se frotta les yeux, comment trouvait-elle le moyen de l'embêter à chaque instant et sans qu'il n'anticipe rien ? Il regarda le sol, cherchant ses affaires. De toutes les façons, il fallait partir d'ici, il n'avait pas de quoi payer ! Seulement, il se rendit compte que ses habits n'étaient plus à côté du lit mais aux pieds de la démone. Il la fixa, l'air exaspéré, qu'attendait-elle de sa part ? À bien y réfléchir, elle ne les lui rendrait pas tant qu'il n'aurait pas formulé la demande comme bon lui semblait pour elle, et ce qui était certain, c'est que ce qui lui semblerait bon ne le serait certainement pas pour lui. Elle voulait l'embêter ? Il n'avait pas l'intention de se laisser faire, surtout de bon matin. Il soupira, puis se leva tout simplement du lit, même si ne portant absolument rien. Il se dirigea vers elle, se penchant pour ramasser ses affaires, puis s'en alla dans la salle d'eau en claquant bien fort la porte derrière lui. Il se rhabilla en vitesse, puis s'en retourna aussitôt revêtir son armure. Ceci fait, il prêta de nouveau attention à la démone.

- On m'a volé mon argent, je n'ai pas de quoi payer. Alors je pense bien qu'il va falloir partir discrètement. Dit-il en baillant encore Seulement entre dire et faire, il y a un monde. Je pense qu'on pourrait s'en aller en passant par les cuisines, il y a toujours une porte qui donne sur l'extérieur là-bas. Il regarda ensuite la femme dans le lit Quant à elle, il va falloir sagement l'attacher pour qu'elle ne nous perturbe pas.

Il prit aussi le draps, en déchira quelques lambeaux, et la noua chevilles et poignets au lit, avant de la bâillonner sous son regard à la fois inquiet et surpris. Il se pencha à son oreille, lui glissant rapidement son appréciation, avant de lui caresser rapidement le visage puis de se diriger vers la porte de la chambre.

- Ah moins bien sûr que vous ayez une meilleure solution ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptySam 22 Fév 2014 - 21:28

Trônant toujours fièrement sur le mobilier, la jeune femme resta de marbre quand il récupéra ses affaires. Aucun battement de cils ne vint la trahir. Et pourtant c'était la première fois qu'un homme paradait de la sorte devant ses yeux. Elle s'était imaginée une toute autre histoire pour une telle première. A croire que rien ne se déroulerait normalement dans sa vie. Lâchant un soupir, l'araignée l'accompagna du regard avant de siffler à la vue de ses fesses. Le voir ainsi, lui déclencha un fou rire qui réveilla la praticienne.

-AHAHAHAHA je comprends pourquoi vous vous empressez de remettre votre armure !

Pliée en deux sur le lit, elle rigolait de bon cœur. La larme à l’œil, elle manqua de s'étouffer lorsqu'il fit son apparition. Reprenant son sérieux, la jeune fille s'allongea à coté de leur otage. Calmement elle couvrait son corps nu, avant de la détailler de la tête aux pieds.

-Vous devez bien être en peine pour en arriver à de tels comportements...

De par son instinct animal, Nephila n'appréciait pas le traitement affligé à l'autre femme.


-C'est comme ça que vous remerciez les femmes ?


Arrangeant les cheveux de la captive, elle continua dans le fond de ses pensées.

-A sa place, vous seriez déjà mort....Croyez vous franchement qu'elle a fait ça par charité ? En plus de vous imposez à elle vous la traitez comme une bête....C'est bien un comportement masculin !! Savez vous que dans le règne animal et en particulier chez les araignées, la femelle tue le mâle après être passée à l'acte ? Le mâle se sacrifie pour que la femelle puisse rester en vie, lui servant ainsi de repas. Fascinant non ?

Allongée de tout son long, elle fixa froidement le mercenaire. Ayant suffisamment critiqué le guerrier elle consenti à le suivre. Dévalant les escaliers, ils tombèrent face au gérant qui les attendait de pieds fermes.

-Vous comptiez allez où comme cha ? On veut partir sans payer … ? Alors comme cha vous passez la nuit avec ma fille et vous ne payez pas vos notes... ?

L'araignée lança un regard à son sauveur. Quelle andouille ! Il venait de tringler sa fille ! Tout ce manège n'était qu'un coup monté. Ils étaient tous de mèche. Comment le gérant aurait pu avoir vent de leurs intentions ? Comment pouvait il savoir qu'ils n'allaient pas payer leurs dettes ? Tout cela sentait l'arnaque à plein nez. L'air menaçant, le tavernier fit un pas vers eux, son regard lubrique dégoulinait sur la jeune femme. Ses dents jaunes firent leur apparition dans un affreux rictus. Souriait il ?

-Ma fille....

L'homme paraissait nerveux, il ne valait mieux pas le contredire pour l'instant.

-Je vous le ferai regretter !

Empoignant une fourche, il menace les deux comparses de les transpercer, faisant monter la tension d'un cran.


-A moins que ….


Son regard se posa sur l'araignée

-Elle ! Un échange peut effacer bien des choses...vous avez pris ma fille....je prendrai cette femme.

Le guerrier fit signe à Néphila de ne pas répliquer. Il faisait bien car elle montait déjà sur ses grands chevaux, prête à le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptySam 22 Fév 2014 - 22:44

Les provocations de la démone n'en finissait pas, et elle ne manquait pas non plus d'originalité. Cela commençait vraiment à l’exaspérer, quand allait-elle enfin garder sa langue de vipère pour elle ? Fort heureusement, ce n'étaient que des mots et Alekseï en avait connu des bien plus durs qu'eux mais, cela restait quand même agaçant. Si ce n'était ce contrat qui le forçait à rester calme, il ne se serait pas privé pour la remettre à sa place et pas qu'en usant des mots, pour la peine. Quoi qu'il en soit, elle n'avait pas d'autre solution à lui proposer et c'est ainsi qu'ils descendirent les escaliers. Il fut bien surprit de trouver l'aubergiste ici. On dirait qu'il les attendait ... Et il n'avait pas l'air très content. Rytchkine s'étonna, payer sans partir, sa fille, la jeune démone en échange ? D'ailleurs, elle voulait parler mais, il lui fit signe de se taire, on ne savait jamais avec elle. Dans sa tête, les pièces s'imbriquaient à toute vitesse. S'il s'agissait de sa fille et qu'il était déjà au courant de son intention de ne pas le payer, c'est qu'il avait prévu le coup. Par conséquent, sa bourse qui avait miraculeusement disparue ne devait pas se trouver bien loin ... Mieux encore, si, par le malheureux des hasard et ce qui le laissait penser qu'il mentait, c'était bien sa fille avec qui il avait passé la nuit, cela signifiait aussi qu'il avait eu des visées sur la jeune démone depuis le début, aussi. Il se mit à sourire lorsque ce dernier leur présenta sa fourche, il comptait vraiment lui faire mal avec ça ? Le choix était crucial, se venger de ce scorpion qu'il était obligé d'escorter en acceptant de la lui donner, sachant pertinemment qu'elle ne se laisserai pas faire, ou alors lui éviter cette peine et démonter directement l'aubergiste, avant de prendre sa bourse plus la sienne ... Plus un supplément. Quoi que, dans le premier cas, il pourrait prendre sagement le temps de le cambrioler.

- Hm ...

Difficile de choisir. En temps normal, il n'aurait pas hésité mais, là encore, il fallait prendre en compte le comportement de la jeune femme qui n'allait pas avec celui d'un démon classique. Lui fausser compagnie de cette façon, même si cela n’entraînerait rien de grave, reviendrait à la trahir et par conséquent, à peut-être étouffer ce peu de lumière qu'elle avait retrouvé. Après un court moment de réflexion, il finit par trouver la solution.

- C'est d'accord !

Dit-il enthousiasmé par sa proposition. Il regarda ensuite la démone, lui affichant un large sourire tout en lui souhaitant de bien s'amuser, puis s'en alla vers l'aubergiste qui souriait lui aussi jusqu'aux oreilles. Il s'arrêta cependant à sa hauteur, posant sa main sur son épaule.

- Et tu me l'abîmes pas, hein ?

Mais alors que ce dernier acquiesçait, réjouit à l'idée de pouvoir enfin se servir de son engin après quarante ans d'abstinence, il se mit à crier d'une façon saccadée, tout en s'agitant et vibrant comme si ... Comme si de l'électricité passait en lui. C'était bien le cas d'ailleurs, même si Alekseï n'appelait pas ça de l'électricité. Il avait certes perdu son crache-feu mais, pas son gant. L'aubergiste tomba au sol, inerte. Il n'était pas mort, la dose n'était pas suffisante mais, cela suffirait pour qu'il fasse son affaire. Il récupéra les clés à sa ceinture puis, les lança à la démone.

- Allez prendre tout ce que vous pourrez à la réserve, qu'il s'agisse de nourriture ou de matériel. Vous trouverez surement une charrette à l'arrière. Pour ma part, je vais récupérer la caisse et les chevaux des clients. On se retrouve dehors dans ... Vingt minutes ?

Il lui sourit, puis s'en alla derrière le comptoir récupérer l'argent, et il y en avait beaucoup. Le proxénétisme, ce métier d'avenir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyMer 26 Fév 2014 - 18:42


La jeune femme écarquilla des yeux ronds comme des culs de bouteille. Il venait de se ranger de son coté et cela de façon totalement délibérée. Tout ce qu'elle avait appris sur les hommes venait de se fissurer en l'espace d'un instant. Figée, elle mit quelques secondes à reprendre ses esprits. Cela faisait maintenant deux fois qu'il la sauvait, à cette vitesse elle lui serait bientôt redevable. Un sourire non dissimulé perça son visage. Elle se plaisait avec cet homme. Calculant à toute vitesse elle fit un rapide tour d'horizon avant de se jeter corps et âme à la tache. Ouvrant les placards, elle chercha quelques gourmandise à se mettre sous la dent. Un saucisson, du vin, des gâteaux secs, tout était bon pour être emporté.  Les bras chargés elle ne pu en transporter plus. Allant à l'arrière de l'auberge elle trouva la charrette. Il lui fallut faire quelques allers retours pour ne rien laisser derrière elle. Sur le bout des doigts elle compta les victuailles jugeant qu'ils avaient largement de quoi faire. Il lui manquait une seule chose, voyant le guerrier revenir elle lui demanda de patienter avant de revenir avec quelques tenues de rechange. Estimant qu'elle en avait fait jusque là, elle laissa son compatriote se dépêtrer avec la charrette.

-Bricoleur du dimanche !

Elle souriait, cela n'avait rien de méchant, c'était sa façon à elle de communiquer. Princesse jusqu'au bout des doigts elle refusa de grimper sans son aide. Délicatement, elle prit appui sur son sauveur afin de sauter dans la carriole. Sa main toujours dans celle du mercenaire elle se rapprocha de ce dernier juste assez pour que ses lèvres frôlent son oreille.

-Merci

Tout en se faisant, elle lui broya la main, une simple piqûre de rappel afin qu'il n'oublie pas à qui il avait à faire.
Installés à l'avant, les deux fugitifs se mirent en route sans se retourner. Le convoi avancé lentement sur ses routes escarpées leur laissant le temps de faire plus ample connaissance.

-Franchement elle était hideuse ! Alors je veux bien comprendre que pour vous ça ne soit pas bien facile de trouver une femme avec qui partager sa couche...mais quand même !! On aurait dit une catin....enfin....de mauvais genre, de la campagne, elle sentait encore la vache...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptySam 1 Mar 2014 - 23:10

Sa décision avait étonné la démone et grandement à en juger par ses yeux bien écarquillés. Cela la surprenait-elle à ce point qu'il n'ait pas accepté la proposition de l'aubergiste ? Visiblement oui et, c'était tout aussi étonnant pour lui. Il aurait pensé que, avec sa suffisance, elle aurait tout de suite pensé qu'il allait refuser et que, par conséquent, il se rangerait d'emblée de son côté. Mais ce n'était pas le cas, et ça le surprenait agréablement. Elle ne mit pas longtemps à se mettre à l'oeuvre, pendant qu'il prenait la caisse et s'en aller récupérer des chevaux. Il n'avait aucun scrupule à prendre ce qui ne lui appartenait pas. Ceci fait, il s'en retourna à l'arrière de l'auberge, atteler les chevaux à la charrette qui était bien chargée. Elle avait les dents longues cette petite démone, mine de rien. En plus, il n'y avait que du nécessaire à leur survie, il y avait aussi des vêtements. Il ne s'attarda pas davantage sur les détails et monta dedans, combien même sous sa provocation. Seulement voilà, cette petite dame n'appréciait guère avoir à monter toute seule et elle lui réclama son aide, toujours sur le ton du caprice. Il lui tendit sa main, puis l'aida à monter sans rechigner, après tout, ça ne coûtait rien. Un tout petit merci, glissé bien vite à son oreille, comme si cela la gênait. Ça le faisait rire encore, en fait, sa compagnie n'était pas déplaisante ! Il se ressaisit vite, une idée pareille ne pouvait pas être admise. C'était une démone, et il ne devait pas l'oublier. Prenant donc un air plus sérieux, il sentit le métal qui recouvrait sa main se tordre, sous la pression de cella de la jeune femme. Il ouvrit grand les yeux en voyant ça. Il leva sa main devant lui, elle était arriver à déformer un métal traité avec les fluides en une simple poignée de main ? C'était incroyable, et ce n'était qu'un aperçu de sa force. Qualifier de sur-humain serait un euphémisme. Il avait bien fait de se souvenir à qui il avait affaire. Il avait du mal à l'articuler désormais mais, il ne pouvait pas se permettre de le retirer. Il prit les rennes et fit avancer les chevaux, ils quittèrent enfin l'auberge, toujours en prenant la direction de Beôlan.

Le chemin était donc lent et silencieux mais, au moins, il était reposant aussi bien pour lui que pour elle. Il regardait devant lui, réfléchissant à tout et rien. Il avait presque oublié sa présence mais, elle ne tarda pas à la lui rappeler et à sa façon bien sûr. Rytchkine soupira, autant lui dire la vérité.

- Le problème, ce n'est pas à quoi elle ressemble. Le problème, c'est que je n'en avais pas envie mais, qu'une autre personne à l'intérieur de moi-même, elle, en avait très envie. Et forcément, quand l'envie est trop forte, j'ai du mal à résister et encore plus quand je suis vraiment fatigué ... Mentalement. Dit-il en la regardant comme pour insister sur cette notion. Il revint ensuite à la route Il a fait son affaire, c'est tout. Vous pouvez encore vous estimez heureuse tiens ! Il aurait été capable de vous violer puis de vous tuer dans votre sommeil, ou l'inverse, et ivre comme vous étiez, je me demande bien ce que vous auriez fait. Il regardait Néphila du coin de l'oeil. Vous n'avez pas l'air d'en savoir beaucoup à propos de vos origines, même si vous avez conscience que vous n'appartenez pas à ce monde. Je suis très curieux de savoir pourquoi et comment vous êtes parvenue ici. Il semble y avoir une part de bonté en vous, ce qui me laisse penser que vous êtes peut-être le fruit d'un croisement. Il lui attrapa le bras par le poignet, leva la main de la démone jusqu'à devant son visage. Et vos bras sont prodigieux. Je vous ai vu vous recouvrir presque complètement de cette matière lors de votre crise de folie à Madorass. Vous seriez apte à me montre votre véritable forme sans pour autant laisser resurgir vos instincts de démon ? Je serais prêt à en donner le prix qu'il faudra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyJeu 6 Mar 2014 - 23:35

Chaque bosse était un supplice pour les voyageurs et la jeune femme regrettait le manque de confort qu'offrait la carriole. Voyager oui, mais pas en tacot ! De plus, la campagne ne lui offrait pas d'autre distraction que des champs à perte de vue. Du vert encore du vert toujours du vert. Elle s'ennuyait et cela se voyait. Son compagnon était loin d'être un trublion et mit un certain à lui répondre. Tout ce temps pour une réponse des plus évasives. Ce n'était pas ce à quoi elle s'attendait.

-Me violer ?

Elle ricana nerveusement, jamais aucun humain n'aurait la force pour lui passer sur le corps, surtout un homme dénué de tout pouvoir.

-A votre place je me ferai plus de souci pour vous que pour moi, j'ai été crée pour tuer les mâles, tout en moi a été prévu pour. Alors s'il vous venait l'idée regrettable de vouloir me violer, vous n'y gagnerez rien....Et pour votre gouverne j'ai toujours vécu sur ces terres, je ne connais pas d'autre monde que celui, et cela me convient parfaitement. Je n'ai qu'une famille...et vous l'avez en partie tuée....

La créature n'eut pas le temps de s’apitoyer sur son sort qu'il lui prit le bras pour l'observer de plus près. Tenait il vraiment à sa vie pour lui faire de telles propositions ?

-Ma véritable forme est celle ci...et je ne pense pas que vous ayez suffisamment d'or pour pouvoir m’intéresser...

La prenait il pour une bête de foire ? Elle n'était pas comme cette traînée qu'il avait tringlée quelques heures auparavant, elle ne se monnayer pas. Néanmoins une idée sournoise germa peu à peu dans son esprit.

-Quoique.....Je veux bien à une condition....

L'araignée souriait tout en le regardant, cela ne laissait présager rien de bon.

-Arrêtez vous, descendez donc … puisqu'il semble que vous aimez les pouliches...allez donc embrasser le cheval de tête....c'est à ce prix que vous me verrez...Après tout elle a les mêmes fesses que votre conquête cela ne devrait pas vous dépayser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptySam 8 Mar 2014 - 23:32

Créer pour tuer les hommes et uniquement les hommes ? Voilà qui était intéressant. Rytchkine avait arqué un sourcil, pourquoi cette exclusivité ? Pour se nourrir, certes mais, dans la mesure où elle avait bien mentionné le fait qu'elle ne tuait pas forcément pour manger, pourquoi se cantonner aux hommes uniquement ?

" Encore une de ces femelles à qui il manque plus que des couilles. "

Dit Johann dans son esprit sur un ton assez méprisant. Normal dans la mesure où il se sentait directement visé. Pour la suite, elle l'informa qu'elle ne connaissait pas d'autre monde que celui-là, ce qui allait donc à l'encontre de ce qu'il pensait, elle ne comprenait certainement pas bien sa condition de démone. Il s'étonna d'ailleurs quand elle l'accusé d'avoir en partie éliminer sa famille, elle faisait référence à son père ? Il n'était responsable de sa mort ni pour peu ni pour grand. Finalement, elle avait décliné sa proposition, ou presque. Elle s'était contredit, si c'était bien sa vraie nature, pourquoi lui demander une chose aussi saugrenue en échange de sa vraie forme ? Elle ne s'en rendait peut-être pas compte. En plus elle continuait de le provoquer. Il s'arrêta oui, mais pas pour descendre. Il était exaspéré, il soupira nerveusement, puis se retourna vers elle.

- C'est votre tête que je vais mettre dans le cul de ce cheval si vous continuez de m'importuner. Vous ne pouvez pas être sérieuse deux minutes dans votre misérable petite vie de démone en fuite ? C'est trop vous en demander ? Vous voulez que je vous dise ? C'est ce comportement qui a valu la mort de votre père, et c'est ce même comportement qui vous vaudra encore bien des ennuis.

Son ton avait été sec. Embrasser les fesses d'un cheval, et puis quoi encore ? D'autant plus qu'il n'était pas certain qu'elle tienne sa part du marché et il n'aurait aucun moyen de l'y forcer. Il regarda ensuite devant lui, prit reprit la route sans rien rajouter de plus. Une petite demie-heure plus tard, il aperçu comme un homme blessé allongé sur la route. Il ne bougeait pas, il semblait inconscient. Rytchkine réduit un peu l'allure mais, il ne s'arrêta pas. Qu'est-ce que cet homme faisait ici ?

" Analyse de la situation : pas de traces de lutte, alentours désertiques, route barrée, présence de matériel à proximité inexistante, blessures visibles et nombreuses, sol vierge, respiration irrégulière. Etat présumé du corps : sain. Plus grande probabilité : embuscade. Recommandation : prudence. "

L'idée n'avait qu'un tour dans sa tête. Finalement, il fit galoper les chevaux et continua d'avancer dans l'optique de passer sur cet homme au sol. Pas question de s'arrêter, il était persuadé qu'il s'agissait d'un piège. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il avait vu juste. L'homme "blessé" s'était relevé en catastrophe pour s'écarter, alors qu'une bonne dizaine d'autres sortirent précipitamment de leur cachette pour se ruer vers eux. Ils ne pourraient cependant pas leur échapper avec la charge qu'ils transportaient et vu leur grand nombre, il ne serait pas aisé de tous les combattre.

- Ils vont bientôt nous rattraper. La chariole ou votre intégrité, décidez vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptySam 22 Mar 2014 - 23:10

La carriole s'arrêta au beau milieu de la route laissant exploser la colère du conducteur. La jeune fille fut surprise qu'il montre tant de hargne. Leur relation fluctuait entre calme et fureur, sans jamais que l'on sache sur quel pied dansait. Elle ricanait de le voir s'offusquer si rapidement, après tout elle n'avait jamais rien demandé...A moins d'être stupide personne n'aurait exécuté sa demande et c'est ce qu'elle attendait. L'homme n'avait pas du comprendre sa manœuvre en étant si blessant. L'araignée n'avait aucune intention ni réelle raison de se présenter à lui. Pourquoi s'exposer à un être qu'elle considérait comme inférieur ?

-Des ennuis...je ne vois plus comment je pourrais en avoir....Le royaume m'a juste libéré de toute attache...je ne laisse plus rien derrière moi...personne ne m'attend...Alors des en..ARRETEZ VOUS !

Loin de ralentir son sauveur ordonna aux chevaux de maintenir leur rythme de croisière. La créature ferma les yeux au moment de l'impact, mais rien ne vint passer sous les sabots de leurs montures.

-Que... ?

Une dizaine de brigands venaient de surgir des bosquets attirés par leur cargaison. Hors de question de leur laisser un tel trésor. Au péril de sa vie, la jeune femme se retourna tout en gardant l'équilibre pour attraper tout ce que ses bras pouvaient bien contenir.

-Sautez !!!

Debout sur la charrette, la jeune fille sentit un souffle d'air frôler son oreille. Prise pour cible, ils essayaient de l’épingler avec leurs flèches.

-Il ne faut pas tarder !

Sans demander son du, l'araignée calcula sa trajectoire et du se rendre à l'évidence. Jamais elle ne parviendrait à fuir les bras chargés. Abandonnant son butin aux mains des voleurs, elle s'élança sur la croupe du cheval. Fermement cramponnée à la crinière de la bête, elle mit quelques instants à retrouver une certaine stabilité. Sans vérifier si le colosse de fer en faisait tout autant, l'araignée sectionna les liens qui maintenaient sa monture à la charrette. Libéré de toute entrave, l'équidé fila droit devant.

-AHHHHHHHHH

Fortement secouée, la jeune fille essayait de ne pas lâcher prise. Pour une première leçon d 'équitation elle était plutôt musclée. Elle ne sait comment cela se produisit, mais sa monture devint incontrôlable se cabrant soudainement. Éjectée, l'araignée avait atterrit en roulé boulé dans le fossé. Sonnée, elle mit quelques secondes à apercevoir la horde se diriger droit sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 31 Mar 2014 - 19:17

Ne plus avoir d'attaches ne signifiait pas ne plus avoir d'ennuis, cela signifiait uniquement ne plus rien avoir à perdre, ce qui était relativement différent. Mais voilà, les récents événements l'avaient coupé court dans son élan verbal et profondément philosophique. Contrairement à ce à quoi il s'attendait, elle ne fut pas assez cupide pour rester bien assise à sa place et prendre le risque d'affronter les brigands mais, elle ne fut pas non plus assez désintéressée pour sauter sur un cheval et s'enfuir aussi vite en abandonnant la carriole derrière elle. Non, elle avait choisi le milieu, remplissant ses bras avec tout ce qu'elle pouvait prendre, perdant du temps, et préférant visiblement sauter sur le cheval alors qu'elle était encombrée. Alekseï, pour sa part, n'avait pas du tout bougé de sa place, il était là à la regarder faire et c'était tout. Pourtant c'était bien lui qui avait donné l'alerte ...

Elle lui demanda de sauter, avant de le faire elle-même en abandonnant ce qu'elle tenait dans les mains, à sa grande surprise. Elle était déjà prise pour cible, alors que les quelques fléchettes de ces bandits de campagne ne faisaient que rebondir sur l'armure du mercenaire, sans arriver à la percer. L'araignée se débrouillait bien aussi, puisqu'elle les avait évité. Elle sauta donc sur le cheval, se cramponnant malheureusement à la crinière de l'animal, puis sectionna les liens qui le retenait à la charrette pour s'en aller aussi vite et loin que possible. Seulement, la monture était nerveuse et voilà qu'elle éjecta sa cavalière qui s'en alla alors rouler douloureusement dans le fossé, alors que le cheval prenait la fuite et que, sans que cela ne choque le scientifique, les bandits dépassèrent la charrette pour se ruer sur Néphila. Il fit arrêter le dernier cheval qui restait, puis resta là à regarder la scène. Visiblement, ce n'était pas au butin ni à lui qu'ils en voulaient mais, bien à elle. Étrange, étaient-ils au courant de sa cavale ?

- ... Hah ...

La violence était au rendez vous. Voilà que l'un d'entre eux s'approcha du dernier cheval qu'il restait et le détacha tout en regardant le mercenaire.

- Ça t'ennuie si je te le prends ? Merci.

Il ne répondit rien, se contentant de le regarder faire. Il le ramena ensuite à ses camarades et voilà qu'ils attachèrent la jeune femme dessus. Ils la sortirent du fossé, puis entreprirent de faire demi-tour. Mais avant cela, ils firent un détour par la charrette, fouillant son contenu pour en extraire ce qu'ils jugeaient comme bon de prendre. Parmi cela, l'argent de la caisse. Une grave erreur ...

- Non mais laisse, je vais m'occuper de ça.

Se dit-il à lui-même mais, bien avec la voix et tout en descendant de sa place. Un des bandits se retourna alors, visiblement amusé par le comportement plus que laxiste et coopératif du personnage. Il s'approcha de lui, tout en s'intéressant à son armure, puis se mit à la lui réclamer. Le Poltergeist, bien que sous l'emprise de sa mauvaise conscience si l'on pouvait dire ça, attrapa le prétendant par la tête et, tirant un coup sec dessus, il lui donna également un coup de pied de face, en y mettant toute sa force. En sa qualité d’Élu, et avec l'entrainement adéquat, il parvint tout simplement à la lui retirer, entraînant une partie de sa colonne vertébrale avec. Voilà qui jeta un gros froid dans l'assemblée. Il l'attrapa par la protubérance osseuse et se mit à la faire tourner un peu.

- À qui le tour ?

Dit-il avec une note très prononcée de sadisme, mêlée à une folie furieuse. La réponse ne se fit pas attendre et ce fut les armes levées qu'ils se ruèrent vers lui. Bien qu'il réceptionna le premier avec un coup de tête, et pas la sienne, les autres furent un peu trop rapides et ils ne tardèrent pas à le mettre contre le sol. Mais il n'avait pas dit son dernier mot pour autant. Il attrapa les bourses du plus proche, les compressa, fit tourner la sacoche et l'arracha, avant d'envoyer le tout au visage de leur chef, qui était parti chercher la "massue de fortune" que venait de perdre le mercenaire.

- Ça fait un dindon !


Alors que l'un criait avec une voix de petite fille, l'autre se dégageait pour se retirer cette affreuse protubérance du visage. Ce petit moment d'absence était une occasion à ne pas manquer. L'un des bandits qui le retenait au sol, et qui en avait visiblement marre, se décida à lui trancher la gorge. Mais, au moment où il approcha sa main, il le mordit furieusement, jusqu'au sang. Il hurla, cherchant à retirer sa main sans succès, enfin presque, puisqu'il n'en retira qu'une partie. L'autre partie fut recrachée au visage de son camarade, voilà qui fut suffisant pour briser une partie de l'entrave. Il bouscula les autres, et se relevant non sans manquer de trébucher. Un se mit sur son dos, l'autre lui attrapa le bras.

- Mais vous allez me lâcher !

Disait-il en se débattant. Il retomba volontairement sur le dos, entraînant le pauvre homme avec lui, puis se releva encore, avant de viser ses parties sensibles avec sa botte de fer. C'en était assez visiblement, ils prirent la fuite, entraînant le cheval avec eux ... Et l'argent !

- Hey mais ... Mais vous allez où ?

Dit-il l'air surpris. Il banda son arc et visa le cavalier, qu'il abattu sans trop de difficulté. Le cheval arrêté, il ne manquait plus que l'argent. Une deuxième flèche, mais, il ne visait pas le dos cette fois-ci. Il visait la main du bandit. Il prit le temps de bien cibler, et tira encore une fois. Il l’érafla, mais ce fut suffisant pour lui faire lâcher le sac. Le bandit fit quelques pas de plus, puis revint le chercher alors que le Poltergeist s'était élancé lui aussi. Après hésitation, il le lâcha et courut loin. Tant mieux, il ne chercha pas à l'abattre, enfin presque. Il avait bien bandé l'arc mais, il était revenu à lui-même à temps, si l'on pouvait dire ça. Il soupira, puis regarda le sac. Il fit demi-tour, entraînant le deuxième cheval pour venir l’atteler de nouveau. Il remonta à sa place, sentant sa blessure à la jambe le relancer furieusement, puis regarda l'araignée, qu'il n'avait toujours pas détaché.

- Reste là, t'es bien là, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyJeu 3 Avr 2014 - 8:59

Agrippée par les chevilles, l'araignée n'avait plus la force de se débattre. Traînée comme une malpropre elle ne réagissait même plus. Ils n'eurent aucun mal à la maîtriser, d'autant plus que son sauveur leur facilitait la tache. Ainsi, il allait la laisser s'en aller après s'être donné tant de mal pour la tirer des griffes du royaume...
Ligotée, hors d'état de nuire, la jeune fille atterrit sur la croupe du canasson. Étrangement, elle s'étonna de l'odeur qui se dégageait de sa monture. Une attitude plutôt étonnante pour la jeune maniérée. Peut être était ce le contrecoup de toutes ces aventures ? Nullement concernée par son sort, la prisonnière s'amusait à souffler à travers le crin de la bête. La bataille qui se livrait à quelques mètres d'elle ne semblait pas retenir son attention.

-Ooohhh

Béate, elle accueillit le guerrier avec un large sourire. Sa chute avait du la sonner lui faisant voir trente six chandelles.

-Vous êtes encore revenuuuuuu !!

Toujours sanglée, la jeune femme l'observait de dos. Le mouvement lancinant de sa monture la berçait lentement. Ses paupières la piquèrent quelques secondes avant de se refermer sur cette image. Le temps n'avait plus aucune prise sur l'orpheline qui avait décidé de s'en remettre à cet homme qui ne lui avait toujours pas révéler son identité.

-Hmmmm ?

Tout son corps souffrait de l'engourdissement

-Je ne vais pas vous mangez.....libérez moi...

L'avait il entendu ? Se redressant tant bien que mal, la jeune fille aperçu une autre silhouette. Le guerrier était en train de marchander quelque chose avec un autre homme qui jeta rapidement un œil dans sa direction. Inquiète, elle se tortilla pour se libérer des liens qui l'entravaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

Alekseï Rytchkine
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyLun 7 Avr 2014 - 0:36

Lui qui s'attendait à une explosion de colère et un déferlement de haine, il ne reçut au contraire qu'un merveilleux sourire de sa part et un ton, ainsi qu'une attitude, pour le moins fort amical. Voilà qui le surprenait au plus haut point, mais qu'est-ce qui n'allait pas avec cette démone ? Elle n'avait de de cesse de casser toutes ses théories les unes après les autres et de le surprendre à chaque fois un peu plus agréablement. Il était complètement déconcerté, même s'il ne le montrait pas. Voilà qu'elle voulait qu'il la libère maintenant ... Il hésitait, il se demandait vraiment si continuer de maltraiter cette démone en valait vraiment la peine. C'est ça qui lui faisait peur ! S'attendrir sur le sort d'un démon ou d'un séraphin était en général une grave erreur mais, prendre le risque de passer à côté des exceptions était une erreur encore plus grave.

Mais, il n'était pas prêt à repartir pour autant, voilà qu'un autre curieux s'était approché d'eux. Rytchkine s'en était allé le rencontrer car son apparence l'intriguait. Un vieil homme, muni d'une canne et d'un livre à la main qui correspondait étrangement à la description que lui avait fait son client. Mais, il n'aurait dû le rencontrer qu'à Béolan, que faisait-il ici, si c'était bien lui ? Engageant la conversation, il découvrit encore avec étonnement qu'il s'agissait bel et bien du contact qui était un peu avance. Il avait reçu la directive de partir plus tôt à leur rencontre. Comment était-il au courant qu'ils étaient ici ? Avaient-ils été suivis ? Quoi que, une simple déduction aurait pu faire l'affaire et à en juger par sa nature de magicien, cela n'avait pas dû être trop difficile pour lui.

Il avait un sac avec lui. Les deux hommes parlaient à voix basse, c'était les assignats de la Duchesse. Rytchkine les prix et les compta rapidement, pour voir si le montant y était. Ses yeux brillaient devant sa prime qu'il avait enfin en main. Voilà qui allait lui détendre la corde pour un moment. L'affaire était donc conclue maintenant ? Il allait pouvoir repartir. Il revint vers la charrette et ramassa l'argent qui s'y trouvait, avant de jeter un coup d'oeil à la démone attachée au cheval. Le vieil homme grimpa sur la charette mais, Alekseï l'interpella.

- Excusez moi mais, sans indiscrétions, que va-t-il se passer pour elle ?

Il ne savait même pas pourquoi il avait posé cette question, son sort ne devrait l'importer que peu. Il ne savait pas, c'était un réflexe, quelque part, cela l'embêtait de se séparer d'elle maintenant, ou plutôt, de ne pas savoir ce qu'il allait lui arriver. Il se disait, au fond de lui-même, que si un funeste destin l'attendait, elle ne l'aurait pas vraiment mérité. Il avait l'air en état de choque, comment pouvait-il pensé une pareille chose ? C'était une démone ! Le vieil semblait aussi surprit que lui et il mit du temps à lui répondre.

- Elle rejoindra la demeure de la Duchesse.

Le Poltergeist le regardait. Rejoindre la demeure de la Duchesse revenait à finir captive. Il se repassait tout ce qu'il venait de vivre à grande vitesse. À quoi bon avoir fait tout cela si c'était pour finir privée de toute liberté ? Rytchkine serra le poing, cela ne le concernait ni de loin, ni de près et il n'avait pas à s’apitoyer sur le sort de cette créature. Le vieil homme lui demanda enfin de s'écarter de son chemin, pour qu'il puisse passer, chose qu'il fit. Il se mit sur le bord de la route et les regarda partir, sans lâcher la démone du regard. Au fond de lui-même, il y avait un vide, ou plutôt, une hésitation intense. Il était immobile, à sa place, en train de les regarder partir.

Il avait mit sa vie en danger, partant sur une haine profonde et noire à son égard, pour se rendre progressivement compte qu'il avait tord sur toute la ligne, là où il croyait avoir raison. En fin de compte, ce n'était pas vraiment lui qui était venu la sauver d'une mort certaine, c'était plutôt elle qui lui avait indiqué un chemin jusqu'à là inexploré. Elle avait perdu son père, sa dignité, son identité et maintenant, sa liberté ? Rytchkine avait beau haïr du plus profond de lui même tout ceux qu'il considérait comme des ennemis de la vérité, il avait de plus en plus de mal à lui en vouloir. En fait, il se pourrait que le temps d'un instant, elle soit passé du mauvais au bien. La grande question, celle qui torturait son esprit à cet instant, c'était de savoir si son devoir était de l'abandonner ou, au contraire, de l'aider encore une fois.

- ... Fait chier.

Soupira-t-il nerveusement avant de lâcher ce qu'il avait en main, puis de se mettre au pas de course, rattrapant peu à peu la charrette. Courir avec une armure aussi lourde n'était pas une tâche aisée mais, à mesure qu'il gagnait en vitesse, à mesure que ses mouvements devenaient plus faciles. Une question d'habitude en somme. Il prit son épée en main, et la levant dans les airs, il se prépara à sa sauter pour abattre le magicien. Malheureusement, les choses ne se passèrent pas aussi facilement et ce dernier, qui avait anticipé, avait levé sa canne dans les airs, marmonnant une formule, pour qu'une sorte de champs de force se forme autour de lui. Lorsque le Poltergeist entra au contact de ce dernier, il fut repoussé, renvoyé contre le sol avec une certaine violence. Le vieil homme fit arrêter la charrette, soupirant comme déçu, puis descendit, alors que Rytchkine se relevait.

- C'est pas parce que ma vie est finie qu'elle ne doit plus continuer.

Il se releva complètement, reculant d'un pas pour reprendre son équilibre, puis lui fit face. A quel type de magicien avait-il affaire, déjà ? Les deux hommes se faisaient face. Le vieux mage avait le sourire aux lèvres, il pointa le bout de son bâton vers le l'homme de fer puis, incantant encore une fois, il projeta en sa direction quelque chose qui ressemblait à un jet de lumière rouge. Un rayon très imposant qui, au contact de l'armure, fit chauffer le fer, en plus d'exercer une pression sur lui. Alekseï plia les genoux, mettant son coude devant lui pour se protéger du rayon. Il sentait le métal chauffer mais, le fluide bleu qui le parcourait le fit refroidir en même temps. La question était de savoir, pour combien de temps encore. Il n'avait pas pensé à regarder le niveau du fluide et savait qu'il pouvait s'estomper d'une seconde à l'autre. Il progressait en sa direction, la chaleur lui brûlait le visage. Il serrait les dents, se demandant encore pourquoi il faisait ça. Il fit un pas de plus, se préparant à frapper le magicien avec son épée, quand ce dernier s'évapora, le laissant alors avancer de quelques pas de plus pour reprendre son équilibre. Où était-il ? Il entendit comme un sifflement, puis se retourna aussitôt en balançant sa lame vers le sol. Il intercepta quelque chose, un projectile de glace on aurait dit. C'était un élémentaliste ? Il en doutait, la glace n'avait pas tardé à s'évaporer en fumée noirâtre.

Le problème était entier, ce vieil homme chercherait toujours à laisser une distance entre lui et lui. Rytchkine n'avait pas 36 façons de s'attaquer à lui, soit par l'épée, soit par l'arc. Mais, dans un cas comme dans l'autre, il savait qu'il arriverait à anticiper. Il faudrait le prendre par surprise. Il n'avait qu'une seule option dans l'immédiat, c'était de se servir de l'environnement. Il avait des mines sur le lui, il fallait qu'il arrive à en cacher une dans le sol terreux et sans qu'il s'en rend compte. La meilleure façon était encore de faire de ramasser volontairement un coup. Il le fixa, levant son épée puis, se mit à courir en sa direction, non sans pousser un cri de guerre. Le but était de faire croire au magicien qu'il pouvait l'attaquer de front et c'est ce qu'il se passa. Ce dernier fit rayonner son poing et, pour un vieil homme, frappa bien fort le mercenaire au torse. Il eut comme une explosion, puis il fut projeté au sol, plus loin. Il avait mal, très mal, le métal s'était déformé et la chute avait été lourde. Il se retourna sur le ventre, faisant mine d'être affaibli puis, détacha une mine de sa ceinture et la cacha au sol, grattant la terre qui se trouvait sous son ventre pour ne pas qu'il le voit.

Il se releva, continuant de mimer sa faiblesse, puis recula d'un pas, ayant du mal à garder l'équilibre. Le magicien s'approcha de lui, préparant comme une boule de feu dans sa main droite. Il était déterminé. Rytchkine reprit son épée, se préparant à le recevoir. Il se mit à courir vers lui, puis sauta pour abattre son sort sur le mercenaire. Alekseï le réceptionna en l'attrapant par la gorge. Mauvaise idée pour ce magicien qui fut surpris par la manoeuvre. Mais il avait encore sa boule avec lui et le Poltergeist ne perdit pas de temps, il le renvoya au sol, pile sur l'explosif. Un petit "clic" se fit entendre, puis il se précipita vers la démone. Attachée à son cheval, elle se trouvait juste à côté. Il coupa la corde qui retenait le cheval à la charrette et lui donna une claque, pour qu'il galope vite. Il eut à peine le temps de se retourner que le dispositif explosa. Il mit son bras devant lui, pour se protéger, puis fut bientôt envahi par les flammes. Le cheval lui même fut secoué par le souffle, et s'échoua au sol, soulevé par l'explosion.

Quand le calme revint enfin et que les flammes se dissipèrent, le Poltergeist était au sol. Bien que le fluide bleu qui parcourait le métal lui avait évité de rôtir sur place, le tissu qu'il portait était en flammes. Rytchkine était sonné et ses oreilles avaient prit un coup. Il regardait le sol, entendant comme un crépitement, puis reprit lentement ses esprits. Inutile de préciser qu'il ne restait rien du pauvre homme. Il cligna plusieurs fois des yeux, respirant comme un buffle, puis posa ses mains sur le sol, cherchant à se relever pendant que l'entité intelligente qui sommeillait en lui s'occupait de dresser le bilan des dégâts. Il gémit, visiblement, son corps n'en était pas ressorti indemne. En même temps pour une pareille explosion ... Il releva le regard vers la monture, la jeune femme y était encore attachée. Il se releva tant bien que mal, sentant une douleur affreuse au niveau de son coude, puis s'approcha d'elle. Sa première réaction fut de sectionner les liens qui la retenait à l'animal. Il s'intéressa ensuite à elle, retirant son gant pour mesurer son pouls. Elle était encore en vie, bien qu'elle semblait avoir perdu connaissance. Il se releva, puis se retourna, s'en allant chercher l'argent qu'il avait déposé sur le sol. Malheureusement, les assignats avaient brûlé à cause de l'explosion et il ne restait plus grand chose de l'argent liquide ... Si ce n'était du sens propre. Il soupira nerveusement, de toute évidence, il n'avait plus rien à faire ici. Il regarda encore une fois la démone, puis fit demi-tour, reprenant le chemin inverse. Si dû il y avait, il l'avait honoré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nephila Edulis

La veuve noire

________________

Nephila Edulis
________________


Race : Démon commun en sommeil
Classe : Aucune
Métier : ouch...pour l'instant jme tourne les pouces
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 21

Messages : 98

Fiche de Personnage : La veuve noire


Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 EmptyVen 25 Avr 2014 - 18:46


Tendant l'oreille, la jeune femme ne pu entendre la conversation qui venait de s'engager entre les deux hommes, et pourtant les regards du guerrier l’inquiétèrent. Très vite ses craintes se confirmèrent lorsqu'il délaissa l'araignée aux mains de cet inconnu. Ainsi, son ancien coéquipier n'était qu'un maillon dans cette chaîne qui lui avait sauvé la vie. Il l'avait prévenu et elle l'avait toujours su mais ses derniers événements avaient changé la donne, du moins pour elle.
Son regard cristallin ne le lâchait plus alors qu'il lui tournait le dos. Une marchandise, voilà ce qu'elle était, ni plus ni moins, un lot que l'on trimbalait de mains en mains sans que jamais on ne lui explique quoique ce soit. Toujours fichue sur la croupe de sa monture, la jeune fille se tortilla une énième fois maugréant un tas de menaces à son nouveau compagnon de route, qu'elle jugeait un peu trop vieux pour l'escorter en toute sécurité. Peu bavard, il se contenta d'un haussement de sourcil hautain.

Lassée, Nephila se contenta de soupirer longuement et alors que l'ennuie commençait à la gagner, elle le vit partir au pas de course. Sans un mot, elle l'encouragea comprenant ses intentions. Encore spectatrice de son destin, elle les regarda impuissante, pariant sur une éventuelle défaite du mage. L'issue de ce combat resta d'ailleurs une grande énigme pour la jeune fille qui, sous l'effet de l'explosion, perdit conscience. Ce n'est que quelques heures après, qu'elle récupéra peu à peu ses esprits. Son corps endolori la faisait atrocement souffrir mais elle semblait en un seul morceau. Remarquant l'absence de lien qui entravait ses poings, spontanément elle chercha du regard le guerrier sans y parvenir. Le terrain n'était plus qu'un tas de cendre au centre duquel gisait un corps carbonisé...se pouvait il... ? Malgré la douleur, l'araignée trouva la force de se lever pour se rendre auprès de ce corps sans vie. Nul trace d'armure après examen rapide du cadavre, cet homme ne pouvait être que le magicien, mais alors où était passé son sauveur. Rapidement, elle fit un tour sur elle même et ne vit que les champs qui s'étendaient à perte de vue. Rien, si ce n'est le vent qui venait paisiblement gonfler sa chevelure ébène. Replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle laissa le soleil venir saluer sa liberté avant de prendre sa propre route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 _
MessageSujet: Re: Une hache, une araignée. (libre)   Une hache, une araignée.  (libre) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une hache, une araignée. (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-