''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

MessageSujet: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   Sam 22 Fév 2014 - 17:16

* * *

Personnage




Nom : Rëeth
Prénom : DeReicht
Rang : Le Faiseur de Mirages

Âge : 17 années humaines
Sexe : Masculin

Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucunes
Groupe : Rebelles

Équipement : Un talisman aux propriétés magiques ; une dague dépourvue d’enchantements ; et un petit livre de huit centimètres sur dix, aux pages blanches. Tous ces objets sont dissimulés dans les plis et replis des vêtements de Rëeth.

Talents de combat physique : Même s’il n’égale en rien les personnes qui ont choisi de se dédier corps et âmes à la maitrise des armes, Rëeth a choisi d’être constamment muni d’une dague, dont sa maîtrise est honorable. Celle-ci est dissimulée dans les replis de la tenue du jeune bibliothécaire, et elle n’est sortie qu’en cas de danger. Autrement, il n’excelle en rien dans le combat physique, passant plus pour un intellectuel qu’un grand guerrier.

Talents de la magie : Palliant ses lacunes dans le domaine du combat physique, Rëeth excelle dans l’art de l’Illusionnisme. Ainsi, à l’instar de ses confrères les plus doués, le jeune homme peut imposer à l’esprit de son opposant l’illusion de la réalité. Bien sûr, l’intensité de ce sentiment de réalisme varie en fonction du degré de complexité de l’illusion mise en scène, et de son ampleur, ainsi que du nombre de personnes ciblées par ladite tromperie. Versé dans cet art depuis son plus jeune âge, il possède une connaissance empirique sur ce sujet, connaissance qu’il complète de jours en jours grâce à l’étude des illusions et des déclinaisons de leur usage dans différents volumes stockés dans la bibliothèque où Rëeth travaille, et qu’il dévore volontiers.

Talents divers : Une culture à toute épreuve, et une capacité d’analyse remarquable. De plus, il appris à force de lire tout et n’importe quoi certaines compétences qu’il exerce avec plus ou moins de virtuosité : la cuisine et le déchiffrage de textes codés en tête de liste, suivis par une capacité plus ou moins incertaine à diagnostiquer les symptômes de gens blessés ou malades, et leur cause, sans pour autant pouvoir les soigner. Cette connaissance-ci n’est en revanche que rudimentaire pour tout ce qui traite des maux « naturels » : blessures physiques, et maladies. Elles sont ceci-dit plus poussées quand lesdits maux sont en rapport de près ou de loin avec les deux autres mondes, et la magie en général.

Pouvoirs particuliers : En tant qu’Illusionniste, Rëeth a adopté ( volontairement ou non ) un style lui étant propre. Ainsi il excelle tout particulièrement dans l’art de faire croire à sa victime qu’il est capable de se dédoubler, ou plus simplement qu’il est en mouvement dans une direction alors qu’en réalité il part dans le sens inverse, par exemple. Il est également rigoureusement efficace dans l’amplification des sens de sa victime à un point outrant, par exemple en augmentant l’intensité de la lumière que celle-ci capte, ou lui donner une super-ouïe ou une super-vue fictives, conduisant souvent à l’hystérie du sujet qui aura expérimenté le talent du Faiseur de Mirages.

Apparence physique : Malgré sa condition de bibliothécaire, un métier souvent défini comme destiné aux personnes âgées, Rëeth est encore très jeune, et son âge se fait ressentir sur son visage. Ainsi, son regard vert de Jade très caractéristique, trahit le fait que le jeune homme soit un rêveur. De plus, son nez droit sans rides et son sourire toujours plus ou moins présent ainsi que sa coupe de cheveux longs, d’un noir profond et toujours en bataille, sont propres à l’insouciance de la jeunesse, dont le jeune garçon est visiblement atteint. Du reste, se considérant plus comme un intellectuel qu’un homme utilisant ses caractéristiques physiques à son avantage, son corps est plutôt svelte, et Rëeth n’est guère prompt à l’effort physique.

Quant à sa tenue, celle-ci constitue une superposition complexe de couches de tissus, et capes, et de manteaux. En premier lieu, une chemise blanche en fibre de lin qu’il porte avec les deux premiers boutons ouverts, pour plus de liberté, et par un souci d’esthétique, propre au jeune bibliothécaire. Par-dessus cette chemise, un gilet plus épais que la chemise, noir dont les bordures sont dorées. Celui-ci est porté complètement ouvert. De plus, son col est relativement large ( sans pour autant être une capuche ) et blanc, retombant sur le bas de sa nuque. Et pour finir, le tout est couvert d’une longue cape ouverte sur le devant, et donc les deux pans sont bordés d’un vert foncé et d’une fine ligne d’or, rappelant celle de son gilet. Les manches, elles, sont larges et bordées d’un rouge sang et d’une ligne d’or, sur le même modèle que les pans de la cape. Le reste de ladite cape est noir, et celle-ci est munie d’une capuche se mêlant habilement à la largeur du col du gilet. Du reste, il porte un pantalon noir simple, et des chaussures en cuir élégantes. Dans les plis de sa cape, Rëeth dissimule également une dague d’un autre âge, mentionnée plus tôt. Celle-ci est constituée d’un manche orné de pierres précieuses et semi-précieuses, formant une savante déclinaison de couleurs, partant du bleu le plus foncé jusqu’au bleu le plus clair, se mêlant ensuite à des teintes vertes claires, pour finir sur le verre le plus foncé. La lame quant à elle, est longue d’une vingtaine de centimètre, et gravée de caractères que le jeune garçon passe des heures à observer, un livre sous la main, pour tenter de les déchiffrer. Dans le plus grand secret, il a caché un livre relativement petit sur lui, aux pages blanches pour quiconque ne connaitrait pas la formule permettant au livre d’afficher les notes de Rëeth, sur les arts de la magie qu’il ne voudrait pas partager. Pour finir, une fine lampe à huile toute d’or est suspendue à l’intérieur de la cape de Rëeth par une chainette. Celle-ci est un talisman ayant toujours appartenu au jeune homme, une sorte de relique dont il se sert parfois pour amplifier ses illusions.

[ Se référer à mon avatar si vous avez du mal à visualiser, c’est parfaitement l’apparence que je voulais donner à Rëeth ]


Caractère, personnalité : Alors que, pendant les temps qui courent, les hommes se prêtent plus volontiers à l’apprentissage des arts guerriers qu’à celui des sciences, et de la culture, rien n’en est pour Rëeth. D’un naturel insouciant, et bon, celui-ci consacre ses heures de temps libre à étudier, car selon lui l’intelligence prime sur la force brute, et par conséquent il juge inutile les connaissances dans les arts de la guerre « primaires » selon lui, que constituent le combat à mains nues, où à l’aide d’armes, quand on peut développer son intellect. Un soupçon d’arrogance dans cette idée, qui caractérise également le jeune homme. Quoi qu’il en soit, celui-ci est également possesseur d’une soif d’apprendre inextinguible, qui pourrait peut-être lui causer du tort à long terme, s’il ne sait la retenir. De ce fait, il a toujours un livre ou deux fourré dans ses poches, et ceux-ci peuvent traiter de tous les domaines : Philosophie, Magie, Science, Arithmétique, et même Stratégie, car bien qu’il ne soit pas amateur de combat à mains nues et armes blanches, il juge les stratèges guerriers comme de véritables génies, pour peu que ceux-ci soient compétents. Mais Rëeth n’est pas simplement un cerveau muni d’organes, mais bel et bien un humain, dont les sentiments et convictions sont puissantes. Ainsi, derrière le masque de l’intellectuel fragile et discret, se cache un jeune homme courageux, au sang-froid remarquable, et surtout aux idées rebelles. Il se juge ennemi du Royaume et de ses dirigeants, mais est forcé de le dissimuler pour éviter d’être emprisonné par les autorités. Ainsi, le jeune bibliothécaire est un fervent adepte de la cause rebelle, et cherche désespérément à intégrer un groupe de personnes partageant ses convictions et ses idéaux, mais pour l’instant cette compagnie lui fait défaut. Il est donc plus que solitaire, mais s’en contente parfaitement.

Egalement conscient de son don pour la magie des Illusions, Rëeth passe plusieurs heures de chaque nuit à s’exercer dans une salle à l’arrière de la bibliothèque qu’il tient. A ces instants il peut laisser libre cours à ses pouvoirs et ses compétences, se libérant. Cette salle est également celle où il se plait le plus à étudier et apprendre, et il en a d’ailleurs fais son logement, au sein même de sa bibliothèque dont il est fier. Sa fierté fait d’ailleurs partie de la liste de ses défauts ( car personne n’est parfait, nous en sommes tous conscients ), liste à laquelle nous pouvons ajouter le soupçon d’arrogance mentionné plus tôt, l’insolence envers qui lui déplaît ( les partisans du Royaume par exemple ), et l’ambition, car un des souhaits les plus chers et les plus secrets de Rëeth est de devenir un leader charismatique de la cause Rebelle, et de mener ses adeptes au combat, pour renverser le régime actuellement en place.

Histoire : Beolan. Berceau de la magie en Feleth, fief de tous les magiciens du pays, et, chose importante : lieu de naissance de Rëeth DeReicht, un jeune garçon aux yeux de jade dont l’enfance fut brutalement écourtée à l’âge de ses trois ans. Remettons nous dans le contexte : sa venue au monde eut lieu dans la maison familiale, où résidaient ses parents, un couple d’enchanteurs. Ceux-ci tenaient une boutique au rez-de –chaussée de la maison, et bien qu’ils soient des fanatiques religieux notoires, comme beaucoup d’autres habitants du Royaume, celle-ci ne faisait pas un très gros chiffre d’affaire. Alors, dans un sursaut de croyance et de piété, les parents DeReicht ont tenté d’invoquer Solstice dans leur cave, ce rituel ayant été mis en scène grâce à des pentacles et autres diagrammes obscurs tracés au sol. C’est seulement après avoir prononcé leurs formules ( inventées par leurs soins ) et avoir tenté de mettre en synchronisation leurs énergies, que les parents de Rëeth se sont rendus comptes que quelque chose était en train de déraper. Alors qu’ils étaient placés face à face, chacun à un bout du pentacle tracé à la craie à même le sol, ils sentirent qu’ils n’auraient jamais dû se lancer dans ce rituel. En effet, ils avaient par inadvertance convoqués des forces dépassant leurs simples compétences, et après un dernier regard et une ultime tentative de résistance, leur vitalité fut tout simplement drainée hors de leur corps par la créature ( un démon, vraisemblablement ) qu’ils avaient invoqués l’espace d’un instant. Leur corps se flétrirent donc, prenant l’apparence d’un cadavre en décomposition avancée pendant quelques secondes, avant d’être réduit à l’état d’un simple tas de poussière. Fin des parents.

Cependant, l’histoire ne s’arrête pas ici pour Rëeth. Alors qu’il était à l’étage, faisant l’éveil précoce de ses pouvoirs, il sentit que la présence de ses géniteurs ( qu’il considérait alors comme ses fournisseurs officiels de nourriture, et ses aideurs officiels de quand il était en situation périlleuse, comme par exemple la fois où il s’était coincé en haut d’une étagère, une sale histoire ) s’était atténuée avant de s’éteindre définitivement. S’il avait pu parler il aurait dit « Bordel, mais qui va me nourrir ? », mais il se contenta de descendre lentement mais sûrement, vers la boutique, là où il aurait le plus de chance de trouver quelqu’un. Bingo, un vieil homme attendait au comptoir, et il avait sûrement remarqué la disparition des parents DeReicht, car il regardait vers le sous-sol avec une expression qui mélangeait anxiété, et compassion. Et quand il s’aperçut de la présence d’un enfant en bas-âge dans la boutique, il comprit sans peine la situation. C’est donc après une fraction de seconde que le vieillard, qui était enfait le tenant d’une bibliothèque de Beolan, pris le jeune enfant dans ses bras et sortit de la boutique. Ce fut la dernière fois que Rëeth la vit, et ce fut le début de sa nouvelle vie. Le vieillard le recueillit chez lui ( après avoir contacté les autorités compétentes qui se chargeraient de la scène quelque peu choquante qui s’était déroulée dans la boutique des DeReicht ), et lui dispensa une éducation qui forgea la personne qu’était Rëeth de nos jours. Il l’aida à développer ses pouvoirs, lui inculqua les connaissances nécessaires et l’amour de l’apprentissage et de la culture. Le vieillard s’appelait Brem, et pendant les douze années que le jeune DeReicht passa auprès de l’ancien, il le considéra secrètement comme son père. Ainsi, même s’il refusa de l’admettre, Rëeth vu extrêmement peiné lorsque la vie de Brem prit un terme, plusieurs mois après son quinzième anniversaire. Mais cette date n’était pas seulement celle de l’anniversaire de mort de la personne qui avait élevé Rëeth. Elle marquait également quelque chose que le jeune homme ne célébrait jamais, simplement car il ne s’en était pas rendu compte : à partir de ce moment exact, Rëeth DeReicht s’était émancipé, avait pris la direction de la bibliothèque. Il passa ainsi deux années à la gérer, suivant les traces de Brem, mais pas que. Il développa peu à peu un intérêt pour la cause rebelle, murmurée à voix basse çà et là dans la ville. Ces gens voulaient renverser le système en place et instaurer une démocratie, et le jeune homme ne pouvait que les comprendre. Cependant, ce n’était pas le vent de la liberté et du changement qui avait motivé Rëeth à embrasser la cause rebelle, mais bel et bien l’ambition qui le caractérisait et que Brem avait, jusqu’au jour de sa mort, tenté de canaliser. Rëeth voulait accéder aux panthéon des dirigeants militaires ( bien qu’il soit un piètre combattant, du moins physiquement car sur le plan magique ses talents étaient largement assez développés pour inquiéter n’importe quel mage haut placé qui se serait penché sur le cas de Rëeth, mais qui s’intéresse aux orphelins de 17 ans ?  Personne, et c’était justement ce qui plaisait au garçon ), devenir un leader, quelqu’un de puissant et respectable. La puissance ne respecte que la puissance, pas vrai ? Alors qu’il avait dix-sept ans, Rëeth s’était rendu compte de ce qu’il voulait, et il sentait le changement arriver. Il n’allait pas rester bibliothécaire toute sa vie. Et c'est ainsi qu'un soir, alors qu'il tenait sa boutique, lutant contre le sommeil qui le gagnait, et ruminant ces idées, qu'une personne fit son entrée dans la bibliothèque. Rëeth se tira de sa rêverie et se redresse, faisant face au potentiel client, derrière son comptoir et l'examina de haut en bas. L'homme semblait être d'un âge respectable ( comprendre : la quarantaine, du point de vue de Rëeth ), et avait tout fait pour être discret, ce qui au final le rendait presque trop voyant...le pas léger, emmitouflé dans une cape noire, son regard trahissait cependant une tension et une expérience peu commune.

« Bonsoir ... que puis-je faire pour vous aider ? »

L'homme s'approcha, yeux plissés, et posa un livre de petite dimension sur le comptoir, ce qui émit un claquement sec, mais qui n'impressionna nullement le jeune homme. Il avait eu à faire plusieurs fois à de tels clients, et en général une telle manière d'agir n'indiquait qu'une seule chose : examine moi ce livre et dis moi combien je peut en tirer. Se prêtant volontiers au jeu, Rëeth saisit le livre et en examina d’abord l'apparence sous toutes les coutures. Rien. Il était trop neuf pour avoir une quelconque importance littéraire, et pas assez neuf pour être utilisé tel quel à des fins diverses et variées. Mais le contenu ? Rëeth ouvrit le livre en son milieu, avec l'appréhension habituelle. Et il ne fut pas déçu. Ce qui le frappa, en premier lieu, c'était le sceau du Royaume qui avait été placé dans le coin supérieur droit de chacune des pages, ce qui indiquait que le bouquin avait appartenu à quelqu'un d'important, plus ou moins haut placé. Mais ça n'était pas tout : le contenu était illisible. Un codage. Le pourquoi du comment frappa alors Rëeth de plein fouet : l'homme qui s'était présenté à la bibliothèque ne faisait pas parti du Royaume, car Rëeth était conscient de l'existence d'un système d'archives des documents officiels, qu'ils traitent de sujets politiques ou militaires. Le SEUL moyen de se procurer autrement un tel objet était donc de le subtiliser à un gradé du Royaume. Ou de le voler sur sa dépouille, qu'importe, vu l'ampleur du crime c'était quasiment du pareil au même. Donc, par ce raisonnement hypothético-déductif, le jeune bibliothécaire put mettre au point un constat simple, et sûr à 99% : il était face à un rebelle. Un vrai.  Rëeth posa calmement le livre sur le comptoir et l'écarta. De loin, il actionna le verrou magique qui fermait la porte de l'établissement, puis releva son regard vers le Rebelle :

« Nous devons nous entretenir quant à...ce livre. »

L'homme hocha la tête. Il était certainement venu dans la bibliothèque car il savait que Rëeth ne rechignait pas à acquérir des livres dont l'origine ou l'utilisation allaient du douteux au dangereux, en passant par le complètement prohibé. Il suivit Rëeth dans l'arrière boutique, et la porte se ferma sur eux, et sur un dialogue dont la nuit noire était propice à la mise en place. Quelques heures plus tard, l'homme put sortir par une porte dissimulée, menant à une ruelle dont la sortie était camouflée par quelques toiles pendantes. La discussion avait été fructueuse, et le destin amènerait l'homme de la nuit à reprendre contact avec Rëeth, afin de lui confirmer ce dont ils avaient discutés durant la nuit. Techniquement ( pour ne pas dire " officiellement " car ce terme ne se prêtait guère à la situation ), et dès lors, Rëeth était un rebelle. Il avait indiqué que dans la plus grande discrétion, sa bibliothèque pourrait servir de base de données ( ou tout du moins de complément ) aux Rebelles, et si besoin d'un lieu de rendez-vous pour un petit comité, pour peu qu'il soit discret. Et il sentait qu'on l'appellerait bientôt, et qu'il y aurait, sous peu, des retours et des répercussions quant à sa décision. C'était le moment de se faire une place dans l'histoire.

En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Plusieurs fois par semaine, de manière générale tous les soirs.

Comment avez-vous découvert le forum ? En naviguant sur une topliste, le nom m’a paru accrocheur et je suis arrivé.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Aucune, si ce n’est un petit manque d’approfondissement sur chaque métier ( je sais que c’est chiant,  long, et qu’on peut s’en sortir sans, donc c’est vraiment pour dire quelque chose quoi. ), vu que c’est peut-être pas très clair pour tout le monde :3 Vraiment très beau.


Test-RP


Minuit et des broutilles, dans bibliothèque de Rëeth DeReicht, à Beolan.

* Mais…voyons…pour qui il se prend celui-là ? *

Oui. C’était vrai. Comment ce cambrioleur avait pu avoir une ombre d’espoir de tromper la vigilance de Rëeth. Et comment avait-il pu avoir l’outrecuidance d’essayer de dérober des choses dans son établissement ? Et puis même, si le bruit qu’il faisait n’avait pas interrompu le sommeil précaire de Rëeth, un dispositif magique était mis en place dans la boutique. Quoi qu’il en soit, ce cambrioleur tombait bien. Rëeth avait déniché une relique, extrêmement bien cachée au passage, et il brulait d’envie de s’en servir. Apparemment, d’après les inscriptions gravées sur la trape qui cachait le talisman ( une lampe à huile en or ), inscriptions qu’il avait déchiffré de façon rudimentaire, ledit talisman était censé agir comme amplificateur des pouvoirs de l’utilisateur de magie le possédant. Et techniquement, il appartenait à Rëeth car c’était lui qui avait ouvert la trappe. Quoi qu’il en soit…

Rëeth se tenait debout, en plein milieu de l’allée centrale, face à l’énergumène qui avait osé s’introduire dans sa demeure. La lanterne que le jeune homme tenait, suspendue par une chainette d’or, s’était mise à relâcher des volutes de fumée épais et relâchant une odeur curieuse, presque…envoutante. Le bibliothécaire avait capté le regard du voleur, qui était vêtu d’une tenue entièrement noir, ainsi que d’une cagoule. Dès lors, celui-ci s’était figé, le regard plongé dans celui du garçon. Alors, Rëeth avait pu naviguer avec une facilité déconcertante dans son esprit, et y insuffler des illusions. Le spectacle avait commencé. Si vous aviez été à la place du voleur, dont le nom était Kehr’min ( mais ça, Rëeth n’en avait aucune idée ), vous auriez eu l’impression que des heures durant, la flamme de la chandelle que tenait le jeune garçon dans son autre main grossissait sans cesse, pour au final prendre des proportions monstrueuses, ce qui aurait provoqué de fines coulées de sueur le long de votre tempe, et vous aurait contraint à enlever votre cagoule pour avoir moins chaud…Vous n’auriez même pas entendu Rëeth constater :

« Hmmm…je ne te connais pas. Je ne t’ai jamais vu. »

Vous auriez simplement perdu connaissance ensuite, trop effrayé par la quantité de chiens et de loups affamés que Rëeth avait lancé sur vous, tous crocs dehors. Et au final vous vous seriez réveillé quelques heures plus tard, bâillonné, en compagnie de deux gardes, les tendons d’Achille nettement tranchés. Bien sûr vous auriez crû tout le restant de votre vie que tout cela s’était bel et bien passé. Mais rien n’en était. Ce soir là, vous n’auriez pas du vous introduire chez un illusionniste.

Rëeth, quant à lui, était retourné dans la pièce qu’il avait destinée au travail et au repos, et examinait le talisman. Impressionnant, la façon dont il avait pu mettre en place ses illusions, cette facilité. Bien que peu complexes, il avait pu les créer au moment à peine où elles avaient germées dans son esprit. C’était fantastique, et un peu effrayant. Ce talisman était assurément un outil dangereux, à utiliser avec parcimonie. Mais grâce à celui-ci, il pourrait certainement développer encore ses compétences, et finaliser son projet. Posant sa tête sur son oreiller, il ferma les yeux et se laissa plonger dans un sommeil sans rêves. Il ne rêvait pas. C’était lui qui faisait croire aux gens des choses qui n’existaient pas.


* * *


Dernière édition par Rëeth DeReicht le Sam 22 Fév 2014 - 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   Sam 22 Fév 2014 - 21:25

Un talent d'écriture indéniable. Des connaissances. Un personnage mage de Beolan.

Ne dis plus un mot et épouse-moi !


J'aimerais te valider tout de suite, malheureusement, le groupe des rebelles sont vraiment un groupe et pas seulement une cause. Donc, à moins que tu ne rajoutes un passage dans ton histoire durant lequel, tu aurais rencontré un rebelle et rejoint cette révolte, tu vas devoir changer ton groupe. Désolée. ^^''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

MessageSujet: Re: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   Sam 22 Fév 2014 - 23:34

Bonsoir bonsoir ! Merci pour les compliments Néro, et je suis libre pour un mariage, c'est quand tu le souhaites ^-^

Je signale également que j'ai ajouté ce qu'il te fallait ( à la fin de la partie Histoire donc ) pour que je puisse espérer rejoindre les Rebelles ! J'espère que ça conviendra, et bonne lecture pour ce que j'ai ajouté ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   Lun 24 Fév 2014 - 16:14

Je te valide, n'oublie pas de modifier ton profil et attends une journée pour une seconde validation :

Néro, Elem est venu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   Lun 24 Fév 2014 - 18:49

Hey, petit bouquiniste de banlieue !

Alors comme ça, on veut devenir important, hein ? AHAHAHAH
Tu verras si tu y arrives, c'est moins marrant que ça y paraît

Bref, en ma qualité (plus que douteuse) de Dieu du Sang, j'appose le cachet Carmin qui te permettra de tuer en mon ... oups, pardon, je me suis trompé de salle.

Reprenons .. En temps que modérateur/validateur, je t'appose ce sceau, signe de ton acceptation et de ton droit à vivre parmi nous ! Puisses-tu gambader joyeusement dans la campagne etc etc. Tiens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous voyez ce que je vois ? Non, bien sûr...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-