''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ean Samhain - Le Moineau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ean Samhain

Le Moineau

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon (commun)
Classe : Oiseau de nuit
Métier : Aucun
Croyances : Aucunes
Groupe : Clan - Les Gens de Lune

Âge : 12 ans

Messages : 6

Fiche de Personnage : ♠ Fiche ♠


MessageSujet: Ean Samhain - Le Moineau   Sam 7 Juin 2014 - 12:55


* * *

Personnage


Nom : Samhain
Prénom : Ean
Rang : Le Moineau
Âge : Douze ans
Sexe : Masculin

Race : Demi-démon (commun)
Classe : Oiseau de nuit : A moitié oiseau, à moitié homme. Il contrôle la magie de l’air, et comprend les habitants du ciel. Lui-même est capable de partiellement ou totalement se transformer en oiseau.

Métier : Aucun
Croyances : Tout cela est bien trop compliqué pour lui, personne ne lui a jamais parlé de dieux ou de diables, car il fut un temps où personne ne lui parlait, tout simplement. Il ne s’en porte pas plus mal.
Groupe : Clan – Les Gens de Lune
Ce sont des brigands, des éclopés, des bannis, des exilés. La misère est leur quotidien, et ils se serrent ensemble comme une seule grande famille. Ils ne sont guère plus d’une poignée, deux douzaines peut-être, et ils errent sur la terre sans foyer ni espoir d’en trouver un. Ils volent, mais ils n’ont pas la force de piller ou tuer, ce ne sont que des petites vermines, des rats. La nuit seule les accepte, et ils se nomment les Gens de Lune, les parias.



Équipement : Les loques qui lui servent de vêtements.

Talents de combat physique : Aucun. Ean est un gamin maigre, un avorton, seuls ses ongles et ses dents peuvent lui servir en cas de combat physique. Au moins, il court vite, et il est agile.

Talents de magie : Ean est un drôle d’oiseau, et c’est plus que le cas de le dire. Il maîtrise le vent, du moins, il s’applique à le maîtriser, il ne sait pas trop comment faire. Il a peut-être d’autres qualités magiques, mais il ne les a jamais découvertes.
Sous le coup de vives émotions, essentiellement négatives, son corps se recouvre de plumes noires, et peu à peu ses bras deviennent des ailes. Il lui faut de plus en plus de temps pour se calmer et revenir à son état normal, mais il apprend aussi de mieux en mieux à contrôler cette transformation, et il parvient parfois à l’effectuer sans aucune colère.
Il sait parler aux créatures volantes, oiseaux ou insectes, mais cela ne lui jamais apporté grand-chose. Le ciel est son allié de toujours, et il passe son temps à le regarder. Son rêve est d’atteindre les étoiles. Parfois, il imagine que celles-ci lui parlent, en vérité ce ne sont que les murmures des lucioles et autres êtres nocturnes, mais comment pourrait-il le savoir ? Il ignore totalement qu’il est en partie démon, d’ailleurs, il ne sait pas ce que c’est.


Talents divers : Il sait voler (à la tire), se faire discret, se glisser là où nul n’a accès de par sa petite taille. Il parvient étrangement à calmer les gens lorsqu’il les fixe, ou alors à les effrayer, les deux réactions arrivent.

Pouvoirs particuliers : Aucun de plus que ceux décrits en « talent de combat magique »



Apparence physique :

Si jeune et si vieux à la fois… Ean est petit, maigre, malingre même. Souvent, les vêtements qui recouvrent ses bras osseux sont trop grands, et pendent comme des loques, lui donnant un air presque comique. Il a le teint pâle, fatigué, comme s’il ne dormait jamais. Des cernes noirs soulignent ses yeux, et ses joues sont étrangement creuses pour un garçon de son âge. Ses cheveux sont longs, crasseux la plupart du temps -tout comme lui- et tressés approximativement afin de dégager sa vue. Ils sont aussi sombres que la nuit, mais quelques fils d’argent les parsèment déjà ça et là.

D’un noir profond, ses yeux sont deux gouffres sur son âme. On s’y perdrait. Ils mettent mal à l’aise, ces iris que l’on ne distingue pas de la pupille, ils ont un éclat féroce, presque animal. Et pourtant tout au fond, on décèle une sagesse et une maturité étonnante pour l’âge du gamin, une horreur indicible et un passé tortueux. Ean a des yeux de mille ans sur un visage d’enfant.

Une malice pétille perpétuellement sur ses traits, comme si une étincelle avait pris place au coin de ses lèvres, et se plaisait à faire croire à l’ébauche d’un sourire. Mais il ne sourit pas, ou peu. La plupart du temps, son visage reste fermé, impassible, et ce n’est que sous le coup d’émotions violentes qu’il s’anime, qu’il se distord, de rire ou de rage.

Son nez est pointu, ainsi que ses canines, et de loin, il fait penser à un petit oiseau, donc les oripeaux disloqués formeraient les ailes pataudes. Il sautille plus qu’il ne marche, c’est un moineau, un moustique qui volette et qui agace.



Caractère, personnalité :

Ean est farouche. Pas très bien éduqué, il ne sait pas quand il vaut mieux se taire ou quand il faut se montrer. Il ne fait qu’à sa tête des remontrances, et il n’aime qu’on lui donne des ordres, d’ailleurs, il n’y obéit presque jamais. C’est un garçon extrêmement dur, il a déjà vu la crasse du monde, il a déjà sombré dans sa noirceur, et il est difficilement impressionnable. Il semble rester stoïque devant n’importe quoi, de la plus tendre attention à l’horreur sans nom, mais dans ses yeux se lisent ses véritables pensées. Il ne parle pas spontanément, même si lorsqu’il se trouve en confiance, il peut presque devenir bavard.
Si son innocence a depuis longtemps disparu, il a gardé un côté enfantin, et il adore les histoires, les jeux et les choses vaines de la vie. Il n’est pas naïf, au contraire, il est trop méfiant, mais il se laisse tout de même distraire par un joli conte s’il n’y prête pas garde.

Malgré son calme habituel, il lui arrive de devenir une véritable boule de nerfs incontrôlable, et il semble plus animal qu’humain dans ces moments-là. Il se braque, s’aveugle, n’écoute plus rien, et il faut attendre que la folie s’échappe de sa tête pour espérer communiquer avec lui. Il n’est qu’un oiseau tombé du nid à qui l’on n’a pas appris à voler, et parfois ce manque le blesse profondément, sans que lui-même en soupçonne la raison.

Ces derniers temps, Ean est devenu plus sage, presque présentable. Il a compris qu’il fallait soigner les apparences pour espérer quelque chose de la vie, et surtout il veut apprendre. Il veut apprendre à devenir dangereux, apprendre à être craint, connaître les secrets du monde, et se venger. Il n’hésite pas à demander autour de lui comment l’on fait telle ou telle chose, ou à poser des questions. Cela lui a déjà valu des ennuis, mais jusqu’ici il s’en est sorti indemne.

C’est un être froid, dont la compassion est difficile à exciter. Il a déjà tué, et cela ne le choque pas, c’est un mal nécessaire. Il n’aime pas les espoirs inutiles, et il peut être très cassant de réalisme avec plus jeune que lui. A l’entendre parler, beaucoup croient voir un adulte coincé dans un trop petit corps.



Histoire :


Ean n’est qu’une plaie, un parasite, c’est sa mère qui lui a dit. « Il est encombrant ce gosse, et qu’est-ce qu’il mange ! ». Et puis elle ne supportait pas qu’il la regarde, elle le frappait quand il le faisait, alors Ean regardait le sol, Ean regardait le ciel, mais Ean ne regardait pas sa mère. Il ne se souvient plus de son visage, il sait qu’elle sentait un peu le poisson, et une odeur âcre qu’il ne saurait identifier. C’était une grasse fille de joie du village, peut-être qu’elle fut jolie un jour, mais l’alcool avait bouffi ses traits, et elle était devenue rougeaude et vulgaire. Ça ne dérangeait pas Ean, ça ne le dérangeait plus à vrai dire. Petit, il avait essayé de comprendre le manque d’affection de la figure maternelle, il s’était épuisé à attirer son attention, à être autre chose que ce moustique qui lui trainait toujours dans les pattes, mais sans succès. Les autres filles s’occupaient plus de lui, elles le trouvaient sans doute mignon, même si ce point était très discutable.

Evidemment, il ne traîna pas longtemps à la maison de passe, et dès qu’il eut des jambes suffisamment solides pour courir et des mains suffisamment agiles pour chaparder, il s’enfuit de son cauchemar quotidien. Il ne connaissait alors rien de l’horreur du lieu, qui était tout ce qu’il avait depuis sa naissance. Les rires gras, les hommes vautrés dans le stupre, l’odeur de saleté et de mauvais vin, tout cela, c’était son enfance. Il était devenu un enfant apathique, apparemment stupide, et plus personne ne faisait attention à lui. La rue était son terrain de chasse, et il poussait seul, sans conseil ni éducation, un vrai sauvage. Cela dura quelques semaines, quelques mois peut-être. Il devait bien avoir huit ans quand il tomba sur Le Balafré.

Il avait été trop gourmand en essayant de chiper la bourse du géant qui se trouvait devant lui, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il se retrouva soulevé par le col, les pieds en l’air. Une longue cicatrice parcourait le visage de l’homme et un grondement se fit entendre, remontant dans sa gorge. Ean crut réellement que le type allait le casser en deux, mais il n’en fit rien. Il se contenta de le balancer par terre avec une moue goguenarde.
Peut-être avait-il vu du potentiel dans ces prunelles obscures, peut-être avait-il deviné qu’il avait besoin d’un complice discret ? Quoiqu’il en soit, à partir de ce jour, Ean ne quitta plus les basques du Balafré. Il faisait des diversions, les poches, et il ramenait fièrement son butin, heureux qu’on le félicite. Un vrai petit animal dressé, ravi d’avoir trouvé un maître qui voulait bien de lui. Le Balafré lui délia un peu la langue, c’était un grand bavard. Il racontait toujours des anecdotes impressionnantes, et répétait à qui voulait l’entendre qu’il avait un jour dérouillé une Cape Blanche à lui tout seul. Ean ne savait même pas bien ce que c’était qu’une Cape Blanche, car il n’était pas trop sorti de chez lui, et personne n’avait pris la peine de lui expliquer, mais le Balafré lui racontait les événements. Il lui citait des noms de villes lointaines, de personnages hauts placés, et faisait miroiter devant les yeux du gosse les lueurs du vrai monde.

Ils étaient rarement bien accueillis dans les villages. Ils n’appartenaient à aucun groupe et n’avait pas une tenue qui inspirait confiance. C’est durant la première année du règne de Kaull qu’ils tombèrent sur les Gens de Lune. Le groupe attisa tout d’abord leur méfiance, car il les épiait comme un chat observe les va et vient de l’oiseau avant de l’attraper d’un coup de patte, mais ce chat était bien avisé. Ils avaient besoin de gens forts, imposants, qui dissuaderaient les plus pathétiques agresseurs, et le Balafré était plutôt effrayant. Ean n’était qu’une recrue involontaire, mais ils lui firent tout de même une petite place, il n’en prenait pas beaucoup. Pour la première fois, il fréquentait des gamins de son âge, et outre l’aspect expérimental, les mois qui suivirent furent extrêmement enrichissants pour son développement. Il se fit plus loquace, presque blagueur parfois. Il était un peu méchant, mais pas plus que le monde lui-même, et on ne lui tenait pas rigueur de sa cruauté enfantine. Seule Petite Mère le réprimandait à ce sujet.
Petite Mère était la seule fille du groupe, elle avait quelques années de plus qu’Ean mais s’occupait de tous comme leur mère, y compris des adultes comme Le Balafré. Tous aimaient sa douceur et sa joie, qui rappelait les jours d’été les plus heureux. Si quelqu’un venait à lui manquer de respect, les regards lourds des autres le faisaient taire, et Petite Mère n’avait à souffrir nul quolibet. Ean l’adorait, elle devint rapidement tout pour lui. Il se lavait la figure avant de lui parler le matin, il l’aidait à cueillir des herbes, il lui apprenait les chansons qu’il connaissait, tout, il aurait tout fait pour Petite Mère. Elle était gentille, elle l’aimait bien, et jamais une once de mépris pour ses attentions ne traversa son regard.

Mais les histoires heureuses n’ont leur place que dans les contes, seule la réalité dure et brutale attendait Ean où qu’il passe. Aussi pitoyables qu’ils semblent, un voyageur avait remarqué les cheveux flamboyants de Petite Mère. Ean ne sait pas trop ce qu’il se passa exactement avant qu’il ne la tue, et il n’a jamais voulu l’entendre, mais les cris désespérés ameutèrent tout le clan, qui se rassembla trop tard devant le cadavre de la fille. Ce doit être la seule fois où Ean pleura. Des larmes brunes coulaient sur ses joues, le long de son cou, et il restait là, poisseux et morveux. Et une rage formidable monta dans ses entrailles. Il hurla, il hurla comme un fou, comme s’il avait perdu la raison, et rien de plus le faire taire tant qu’il eut de la voix. Il respirait difficilement, et il voyait flou, comme un animal blessé. Les autres racontent que c’est de ce moment que date sa première manifestation magique, mais nul ne saura vraiment.
Des plumes étaient apparues sur son dos et sur sa nuque, et des bourrasques avaient soulevé ses cheveux peu après son gémissement. Les autres avaient d’abord était effrayés, mais Ean faisait partie des leurs, et ils ne dirent pas un mot sur le sujet.

Petite Mère fut enterrée à l’endroit même où elle était tombée, et un conciliabule commença parmi les Gens de Lune. Ils étaient cinq à être suffisamment attachés à elle pour avoir le désir de la venger, et les cinq promirent. La Promesse était simple : ils se sépareraient, et ne mettraient fin à leur voyage que lorsqu’ils auraient retrouvé et tué le coupable. Ils étaient tous les cinq des hommes accomplis, et combattre ne leur faisait pas peur. Alors qu’ils prononçaient les mots de leur serment, Ean se mit à les répéter aussi. L’un rit, en voyant que Le Moineau pensait pouvoir jurer comme un homme, mais un autre le fit taire, et fit une place au garçon dans le cercle, et ainsi il scella le pacte.

Les jours et les nuits ont passé, et bien qu’il voyage seul, il fait toujours partie des Gens de Lune. Il les a recroisé une fois, et il a passé quelques jours avec eux, ils l’accueillent comme un vieux frère. Maintes aventures lui sont arrivées depuis son départ, et plus que sur les routes, c’est à un port qu’il a passé son temps. Quelques querelles l’ont amené à une réalité funeste : il n’a pas la force de battre qui que ce soit pour le moment, il n’est qu’un avorton. Alors Ean s’entraîne, il veut devenir implacable, il ne veut plus rien ressentir, il veut être la mort ailée, et il rêve.
Les temps sont durs et imprévisibles, et il se fond dans la masse, il évite la violence, il se débrouille... Il a bien compris que quelque chose d’anormal coulait dans ses veines, que quelque chose le rendait moitié-garçon, moitié-oiseau, il ne sait pas quoi, mais il s’en moque. Il apprendra.




En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Cela dépend des périodes, je passerai toutefois régulièrement.

Comment avez-vous découvert le forum ? Je ne m'en rappelle plus.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Pas désagréable, adaptée au contexte !



Test-RP

La pluie tombait sans interruption depuis des jours, et la boue maculait ses pieds nus. Il marchait sans y prendre garde, sans éviter les flaques d’eau. Il était constamment trempé de toute façon, si ce n’était pas par le ciel, l’eau de mer s’en chargeait. L’aube était proche ; le ciel ne permettait pas de le deviner, mais l’arrivée des pêcheurs au port le laissait présager.
Ean errait sur les docks depuis plusieurs semaines déjà. Il avait trouvé un vieux pêcheur qui voulait bien de son aide, et qui en échange de ses services le payait de quelques piécettes et d’un morceau de pain moisi. Le matin, il emportait dans un grand panier quelques poissons, qu’il essayait de vendre un peu plus loin dans la ville, afin que ceux qui ne marchaient pas jusqu’au port décide de lui en acheter, par les temps qui courraient, la nourriture était plutôt la bienvenue. Il ramenait l’argent le midi, et passait l’après-midi à nettoyer les cadavres des poissons. Du coup, il puait constamment, mais l’odeur ne le dérangeait pas, il s’était habitué.

- Eh l’Moineau qu’est-ce que tu fiches ? Y’a le vieux Job qui te cherche depuis tout à l’heure !

Où qu’il aille, on semblait lui trouver le même surnom, Moineau. Peut-être qu’on le lisait dans ses yeux, il ne savait pas bien ce que les gens étaient capables d’y lire, mais il semblait qu’il y avait quelque chose à y voir.
Sans répondre à l’homme, il se dirigea vers l’endroit où Job attachait sa barque. S’il attendait depuis trop longtemps, il allait être furieux. Fort heureusement, Job était en pleine discussion avec deux autres hommes, qui ne remarquèrent même pas son arrivée. Quand ses affaires furent réglées, le vieux pécheur se tourna vers Ean, les sourcils arqués.

- Eh beh mon gars, si tu savais tout c’que j’ai pu récupérer c’matin ! T’as intérêt à l’vendre le poisson, et ma foi, si on vend tout, j’t’offre à boire allez !

Job était un type bien, Ean en avait bien conscience. C’était pour ça qu’il restait avec lui pour le moment, mais cela ne pourrait durer toujours, d'autant qu'il n'aimait pas les troubles qui l'entouraient, où qu'il aille dans la ville. Il répondit par un sourire et commença à entasser les poissons dans un panier d’osier, sans desserrer les lèvres.






Dernière édition par Ean Samhain le Sam 7 Juin 2014 - 22:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Ean Samhain - Le Moineau   Sam 7 Juin 2014 - 15:30

Un personnage qui ne me semble pas hors contexte, au contraire. J'aime bien ressentir son impuissance et sa crasse à chaque instant, le petit moineau qui est conscient de son inutilité, c'est touchant.

Le seul soucis vent sans doute du fait qu'on ne voit pas la trace des derniers events. Beolan a été ravagée, Venill salement amochée, Madorass a dut mettre une partie de la ville en quarantaine. Sans compter tous les mouvements de troupe des soldats royaux, des clans, des démons, des rebelles, etc.
Pour quelqu'un qui vit sur les routes, tu aurais, je pense, au moins dû remarquer une agitation inhabituelle.

Pour ta race, je te demanderais juste de préciser demi-démon COMMUN, à défaut de vouloir rattacher ton personnage à une race du Vein déjà existante =)

PS : je sais que tu es dans un port qui semble anonyme, mais si tu avais prévu que ce soit le port de Venill ou de Beolan (ton perso ne sait pas forcément dans quelle ville il est), ma remarque sur le contexte prend plus d'importance.

Voilà, je te laisse modifier/justifier ces points-là, et je repasserais pour te donner un coup de tampon usagé sur le front ! Puisse la violence te guider vers ta vengeance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ean Samhain

Le Moineau

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon (commun)
Classe : Oiseau de nuit
Métier : Aucun
Croyances : Aucunes
Groupe : Clan - Les Gens de Lune

Âge : 12 ans

Messages : 6

Fiche de Personnage : ♠ Fiche ♠


MessageSujet: Re: Ean Samhain - Le Moineau   Sam 7 Juin 2014 - 22:10

J'ai essayé de glisser par-ci par là des références aux événements récents

(comme :

"Les temps sont durs et imprévisibles, et il se fond dans la masse, il évite la violence, il se débrouille..."

"Le matin, il emportait dans un grand panier quelques poissons, qu’il essayait de vendre un peu plus loin dans la ville, afin que ceux qui ne marchaient pas jusqu’au port décide de lui en acheter, par les temps qui courraient, la nourriture était plutôt la bienvenue."

"C’était pour ça qu’il restait avec lui pour le moment, mais cela ne pourrait durer toujours, d'autant qu'il n'aimait pas les troubles qui l'entouraient, où qu'il aille dans la ville.")

Je ne les ai pas plus mentionnés car il n'en est pas particulièrement touché, j'espère que cela ira de la sorte ? (Il a vécu sur les routes sans trop rester au même endroit, donc il se ne rend pas compte d'à quel point les terres sont troublées)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Ean Samhain - Le Moineau   Lun 9 Juin 2014 - 3:35

ça m'a l'air bon pour le coup =)

Bien, à présent, l'heure de la première cérémonie est venue ! Alors à genoux, ferme les yeux et respire un grand coup ! ça pue ? C'est normal, c'est ton premier tampon (usagé) !!! En espérant que tu vas lui apporter beaucoup de réconfort et de joie et de bonheur !



Tu as donc reçut ta première validation. Tu peux d'ores et déjà modifier ton profil pour y faire apparaître race, classe et autres bricoles, mais il te faudra attendre un second tampon pour pouvoir commencer à RP =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Ean Samhain - Le Moineau   Lun 9 Juin 2014 - 20:12

Puisse ton innocence briser des gens. Vole petit oiseau noir, vole jusqu'à ta chute...

Je te valide, passe ici pour ton rang :

Néro, Elem est venu ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Ean Samhain - Le Moineau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ean Samhain - Le Moineau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-