''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prélude à la chute: Insoumission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anastasia Hendenmark

Princesse du Royaume

________________


________________


Race : Humain
Classe : Âme lié
Métier : Princesse du Royaume
Croyances : Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 17 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Voir ici


MessageSujet: Prélude à la chute: Insoumission   Jeu 16 Oct 2014 - 16:49

Cher journal,

Trois mois… trois longs mois à attendre qu’on me libère. Les premières semaines furent les pires. Chaque matin, je me disais que Père allait venir et chaque soir je m’endormais en pensant que le lendemain, je verrai l’armée royale aux portes du manoir. Puis, je me suis faite à l’idée qu’il ne viendrait pas. Et comme une rose, ma fougue s’est fanée peu à peu. J’espérais toujours m’enfuir, mais il fallait que le Dieu du sang  s’imagine m’avoir brisée. Erlzer était ma clé de sortie et il était temps de l’utiliser.


***

Je déchirai la feuille et je la glissai dans ma taie d’oreiller. Il faudrait la brûler plus tard. J’avais repris l’habitude d’écrire mes pensées. Le danger qu’un jour le Dieu du sang ou Erlzer tombe sur ces lignes avait quelque chose d’électrisant. Cela me donnait l’impression de ne pas avoir baisé les bras. De plus, ça me changeait les idées.

Cette nuit-là, mon sommeil fut agité. Je me réveillai en sueur et anxieuse. Le cauchemar que j’avais fait le jour de mon enlèvement c’était transformé. Le sang qui m’entourait prenait feu pour ne laisser plus rien. Est-ce que cela signifiait que le manoir allait brûler? Qu’une fois sa folie réalisé, le Dieu du sang allait me brûler pour éliminer tous témoins? Et ces rêves noirs se jumelaient avec la souffrance occasionnée par mon pouvoir. J’avais l’impression que mon geôlier me testait. Il voulait sans aucun doute s’assurer de la fonctionnalité de mon lien avec Feleth.

Malgré mon désir de rester sous les couvertures, je me levai et me dirigeai vers une bassine située dans un coin de la pièce. J’enlevai ma chemise de nuit et entrepris de me laver. Mon confort était au minimum. On me donnait à manger chaque jour, je pouvais me laver et on m’avait offert une deuxième chemise de nuit lorsqu’il fut le temps de laver la première. Néanmoins, toutes ces attentions m’écœuraient. J’avais refusé la nourriture durant plusieurs jours, mais Erlzer me fit manger de force mon repas. L’expérience fut tellement désagréable que le lendemain, lorsqu’il revint récupérer le plateau, il était vide. J’eus du mal avec l’eau froide. Mon bain au palais était toujours chaud et parfumé alors qu’ici, il y avait une légère teinte rouge et, il me semblait, avoir une odeur de sang. Néanmoins, cette odeur était préférable à celle nauséabonde de la sueur.

Ainsi nue, je pouvais voir les ecchymoses qui étaient apparus ces dernières semaines. Ce que faisait mon geôlier fonctionnait. Malheureusement pour moi, il était sur la bonne piste. Je tentais bien vaille que vaille de ne rien laisser paraître. Moins de cris, moins de pleures.

Lorsque la porte de sa prison s’ouvrit, je n’avais pas encore terminé ma toilette. Néanmoins, je me levais afin d’aller à la rencontre Erlzer et récupérer la chemise de nuit propre qu’il avait entre les mains. Je le remerciai puis l’enfilai. Pour mon plan, j’avais délaissé ma pudeur de princesse. Les hommes sont attirés par le corps des femmes. S’il pouvait me mordre,  je pourrais utiliser le sentiment de culpabilité ou de désobéissance pour m’échapper. Je me disais que vampire ou non, Erlzer ne devait pas faire exception à la règle.

-Quelles sont les nouvelles aujourd’hui?

En plus de l’ennuie, j’étais dans l’ignorance de ce qu’il se déroulait à l’extérieur de ses murs. Chaque matin, je posais la question dans l’espoir qu’Erlzer y réponde. Il me fallait seulement savoir que le monde au dehors de ma geôle existait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________


________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Ven 24 Oct 2014 - 20:07

En trois mois, la captive avait fait de grands progrès. Elle ne cherchait plus à agresser son geôlier, et semblait s'être acclimatée à sa nouvelle vie. Des ecchymoses apparaissaient cependant sans raison sur son corps, et lorsqu'il en avait fait part à son maître, Erlzer avait reçu un immense sourire carnassier en retour. Les raisons pour lesquelles la princesse était retenue ici lui étaient inconnues, mais cela avait très visiblement un rapport avec son état de santé. Ce qui expliquait qu'elle soit déclarée tabou : il ne fallait pas fausser les signes, quelque soit leur signification.

Une fois calmée, la princesse avait montré un visage plus avenant, et il arrivait même qu'elle et Erlzer aient une conversation construite. Rien de bien long ou autre, mais c'était finalement devenu une sorte de petit rituel, grâce auquel la princesse ne se sentait pas coupée du monde, et qui permettait à Erlzer de profiter un peu de la compagnie de l'humaine, à présent qu'il était plus ou moins écarté du front par son rôle de geôlier.

-Quelles sont les nouvelles aujourd’hui?

-Pas grand-chose. Les fouilles de l'armée se sont élargies, mais ils ne se sont pas encore approchés d'ici. Votre enlèvement est gardé secret, et de fait les mouvements de troupe sont étroitement surveillés par le Pays mais ... ils ne vous trouveront pas avant longtemps.

Erlzer laissa ses yeux glisser sur le corps dévoilé de la princesse. Elle était couverte de bleu, mais restait malgré tout d'une beauté certaine. L'armée n'avait pas imaginé que la princesse puisse être kidnappée et retenue si loin dans les territoires périphériques. De plus, la montée du Pays empêchait un déplacement libre. Les tensions politiques devaient être à leur paroxysme à présent. Tant mieux, ils ne penseraient jamais à chercher ici, au milieu des vampires. Ou du moins, pas avant un moment. Ainsi, il pourrait continuer de s'occuper d'elle.

Enfin non, son maître pourrait continuer de la garder pour les raisons qu'il jugeait bonnes. Elle était belle, mais elle était tabou. Et quand bien il était son seul et unique geôlier, c'était bien à son Seigneur et Maître le Dieu du Sang qu'elle appartenait. Ce genre de pensées n'avaient pas leur place ici. Et même s'il ne pouvait s'empêcher d'être attristé par la situation de la jeune fille, il ne pouvait se permettre quoique ce soit. Avalant sa salive, et détournant le regard, il tendit un plateau de nourriture à la captive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastasia Hendenmark

Princesse du Royaume

________________


________________


Race : Humain
Classe : Âme lié
Métier : Princesse du Royaume
Croyances : Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 17 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Voir ici


MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Ven 31 Oct 2014 - 6:25

Père continuait toujours ses recherches. Je pouvais m’accrocher à cette seule pensée et survivre à cet enfer. Un jour, il me retrouverait et m’emmènerait loin de ma prison. Il détruirait ce Dieu du sang et ses valets en cendre et je pourrais reprendre ma place auprès de lui. Ainsi, je me devais d’être forte.

Erlzer n’était pas un mauvais geôlier. Je sentais qu’il avait de la sympathie pour mon cas. Une fois que je fus devenue docile, il se montra plutôt aimable. C’était mon unique lien avec le monde et il prit de l’importance. Je gardais en tête qu’il était un simple pion dans mon plan d’évasion, néanmoins, le temps que nous passions ensemble m’évitait de sombrer dans la folie. Il ne devait rien signifier pour moi sinon je ne serais pas en mesure de le sacrifier. Il n’était que mon geôlier et qu’un vampire parmi tant d’autre. Il fallait toujours que je me le rappelle.

Je pris le plateau de nourriture et mes doigts frôlèrent ceux du vampire. Un contact léger et bref. Son détournement du regard devant mon corps dénudé et meurtri était d’une satisfaction intense. S’il ne pouvait me regarder c’était qu’il ressentait quelque chose pour moi. Du désir ou de la sympathie; peu m’importait. Je pariais toutefois sur le désir. L’important dans cette histoire était que mon geôlier ne pouvait supporter la vu de mon corps. Je me retournai et marchai vers mon lit tout en accentuant mon déhanchement. J’enfilai ma robe de nuit dans un grand mouvement afin de mettre en valeur mes courbes. Je n’en faisais pas trop. Juste assez pour que le tout reste naturel, mais aguichant.

-Pourquoi détourner les yeux lorsque je suis nue? demandais-je d’une voix lasse. Ce que vous voyez est le résultat des plans de votre Dieu du Sang. Mais dites-moi savez vous au moins ce qu’il compte faire?

Non, bien sûr que non. Pourquoi aurait-il informé à un sous fifre ce qu’il comptait faire. Le Dieu du Sang n’aurait pas divulgué une telle information au geôlier de sa captive. Elle-même n’avait pas compris son plan. «Je veux le voir changer, et je VAIS le faire changer. Alors oui, ce sera douloureux pour toi, ma petite ... mais je n'ai pas l'intention de le détruire.» avait-il dit.

-Il perturbe l’équilibre de notre monde. Je prie pour toutes les races qui peuplent Feleth qu’il ne réussisse pas à le changer comme il prévoit le faire.

Ma fuite avait oblitéré cette information importante. M’enfuir ne signifiait non seulement ma libération, mais aussi je pourrais ainsi informer Père de la menace qui planait sur le Royaume. Ce Dieu du Sang était dangereux et il fallait à tout prix l’arrêter. Ce nouveau poids tomba sur mes épaules et je sentis l’anxiété m’envahir. J’étais tellement imbue de ma personne que je n’avais pas vu plus loin que le bout de mon nez. Il fallait que j’avertisse Père. Soudain, une de mes crises d’anxiété commença. Mon cœur allait exploser, j’hyperventilai et je commençai à trembler comme une feuille. J’allai prendre à deux mains les vêtements d’Erlzer et je le regardai effrayée.

-Faites que ça arrête. S’il vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________


________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Mer 5 Nov 2014 - 18:50

-Pourquoi détourner les yeux lorsque je suis nue? Ce que vous voyez est le résultat des plans de votre Dieu du Sang. Mais dites-moi savez vous au moins ce qu’il compte faire ? Il perturbe l’équilibre de notre monde. Je prie pour toutes les races qui peuplent Feleth qu’il ne réussisse pas à le changer comme il prévoit le faire.

Oui, bien sûr que oui la dégradation de la condition physique de la captive était dans les plans de Dieu. C'est pour ça qu'elle était tabou, c'est pour ça que, malgré son déhanché ravageur et son impudeur choquante, je ne pouvais pas la toucher, je ne pouvais pas la désirer. Je ne pouvait rien faire de plus que la garder ici, et la protéger de ceux qui tenteraient d'enfreindre le Tabou.

Ceci dit .. perturber l'équilibre du monde ? Nous ne faisions que répandre sa parole et détruire ses ennemis. Le monde changeait, bien sûr, puisqu'il passait lentement sous sa coupe. Mais ce changement était un bon changement : il était le seul Dieu à avoir suffisamment été interpellé par l'état du monde et des mortels, pour décider de descendre parmi eux et de les guider. j'allais défendre ma foi lorsque la princesse commença à s'étouffer.

-Faites que ça arrête. S’il vous plait.

Hyperventilation. Tremblements violents. Équilibre compromis. Il n'était plus difficile pour moi de reconnaître les symptômes d'une crise d'angoisse chez Anastasia. Après sa seconde crise, elle m'avait expliqué qu'elle utilisait une pochette particulière pour y respirer, et qu'ainsi les crises se calmaient d'elle-même, après plusieurs minutes parfois. J'avais pris l'habitude de toujours l'avoir sur moi, sauf dans un cas, un seul : quand j'apportais sa chemise de nuit propre à la princesse. Autrement dis, je n'avais aucun moyen de l'aider, rien ne pouvais remplacer. Rien. Rien qui puisse accueillir son souffle précipité, rien qui puisse calmer le tremblement de ses membres et la supplique muette de son regard .. .rien d'autre que ...

- Je m'excuse d'avance, je n'ai pas d'autre idée ...

Que moi. Je collais ma bouche contre celle d'Anastasia, sans bouger, respirant par le nez. je n'osais pas l'embrasser réellement, juste me servir de ma propre bouche comme du sac qui lui manquait si cruellement. Bien sûr elle commença par se débattre ,et sa respiration s'accéléra encore plus, mais voyant que je ne tentais rien de plus que poser mes lèvres sur les siennes, elle se calma petit à petit. Dès que sa crise sembla passée, je cessai aussitôt le contact, et reculai de quelques pas.

J'avais brisé le tabou, du moins j'avais ce pincement dans ma poitrine, et cette terrible culpabilité dans le ventre. Fut-ce réellement une bonne idée que la mienne ? Ou m'étais-je laissé emporter par des désirs que je devais refouler ? Je sortis rapidement de la salle, fermant la porte derrière moi.  Si j'avais vraiment brisé le tabou, ne serait-ce pas mieux de fuir ? Mais pouvais-je laisser cette jeune femme en pâture à un autre geôlier, moins intègre que moi ?

Peut-être (l'idée était terrifiante pour moi qui avait vu tous les miens mourir sur un de ses gestes), peut-être devrais-je fuir oui, mais pas seul ...

Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastasia Hendenmark

Princesse du Royaume

________________


________________


Race : Humain
Classe : Âme lié
Métier : Princesse du Royaume
Croyances : Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 17 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Voir ici


MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Jeu 4 Déc 2014 - 7:41

Mes mains se crispèrent sur ses vêtements. Ma respiration s’accéléra un instant et je voulus me reculer, mais il me retint contre lui. Puis, je me calmais quelque peu réalisant ce qu’il faisait pour moi. Tranquillement, je repris le contrôle de moi. Mes idées s’éclaircirent et mon anxiété disparut. J’aurais voulu m’appuyer encore un peu à lui, le temps de reprendre complètement mes esprits. Toutefois, il prit ses distances et je vis dans son regard une indistincte lueur. Était-ce de la peur?

Le vampire quitta ma geôle avant même que je puisse le remercier. Ainsi seule, je pus repenser aux dernières minutes qui avaient eu lieu dans cette pièce. Erlzer avait posé ses lèvres sur les miennes. Il n’avait rien tenté d’obscène et je savais ses intentions bonnes, mais il m’avait «embrassé». Je tirai ma langue de dégoût et m’essuyer les lèvres du revers de la main. C’était répugnant. Un vampire venait de m’embrasser. Comment avait-il osé? J’étais pourtant tabou. Il m’avait fait comprendre que son maître ne désirait qu’on perturbe son expérience d’aucune façon et cela semblait impliquer même les simples contacts physiques. Le vampire avait dû faire fi à l’occasion de cette dernière contrainte lors de mes crises. Néanmoins, jamais je n’aurais cru qu’il irait jusque là pour m’aider.

D’un autre côté, cela signifiait que j’avais de l’importance aux yeux de mon geôlier. Plus que je ne le pensais et cela me réconfortait. Ce serait beaucoup plus facile de le convaincre de me laisser partir. Bien sûr, il avait le choix de fuir avec moi ou non. Il me serait utile jusqu’à ce que je retrouve les soldats de Père. Il me protégerait jusqu’à ce que je sois pleinement en sécurité. J’avais vu l’expérience au combat de cet homme et c’était une force à ne pas dédaigner.

Me doutant qu’Erlzer ne reviendrait pas avant un moment, j’allai m’asseoir sur mon lit et pliai les genoux pour enserrer mes jambes de mes bras. Une fatigue m’accablait. Ma crise avait épuisé mes maigres forces accumulées lors de ma nuit dernière et mes paupières étaient lourdes. Néanmoins, m’abandonner au sommeil était synonyme de cauchemars et j’en avais peur. Tout ce sang qui m’englobait et qui prenait soudainement en feu. Qu’est-ce que cela signifiait?

Je dus m’endormir, puisque je me réveillai allongée sur mon lit. Le soleil était sur le point de disparaître à l’horizon. Les étoiles ne tarderaient pas à tacheter la toile noire de la nuit. Ma première pensée fut pour mon père, la deuxième pour Erlzer. Il n’était pas venu de la journée; le plateau repas du matin en témoignait. Où était-il? Que faisait-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________


________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Ven 12 Déc 2014 - 6:55

C'était purement déchirant. Erlzer n'avait pu que penser. Retourner ce moment dans son esprit. Passer de ce qu'il éprouvait pour cette femme, à ce qu'il devait à son Dieu. Puis de ce qu'il devait à son Dieu, à ce qu'il éprouvait pour cette femme. Ces deux choses n'étaient absolument pas conciliables. Elle était tabou. Dieu la voulait en vie et refusait que quiconque la blesse, mais il ne pourrait jamais la toucher. Pas ici, pas maintenant. Il ne pourrait pas l'aimer, pas tant qu'elle serait là, dans cette forteresse, sous le contrôle du Dieu du Sang. Et il préparait, depuis ce matin, un plan pour lui permettre de fuir, tut en sachant ce qu'il risquait.

Il appartenait à la seconde génération des Prélats de l'Acier Carmin. La première génération avait trahit, et avait été annihilée. Seul, il n'aurait aucune chance de survivre au courroux divin, et sa seule chance serait de fuir assez vite pour que Dieu ne le remarque qu'une fois qu'il serait trop tard. Il ne voulait pas trahir sa foi, mais elle était plus importante. Il l'avait compris tout à l'heure, quand malgré son attirance il avait refusé de forcer un baiser. Quand bien même elle se refuserait à lui, la savoir emprisonnée contre son gré lui était une torture.

Puisse le Dieu du Sang lui accorder une mort rapide, il allait le trahir pour l'amour de cette femme qu'il ne pourrait pourtant jamais toucher. Il revit en esprit les étapes de son plan. Attendre l'aube, pour que la plupart des vampires, préférant un rythme de vie nocturne, partent dormir. Remplir un sac de provisions, en tuant ceux qui seraient dans la cuisine, au pire des cas. La rejoindre, l'emmener loin d'ici. Et enfin lui parler. Il se serait rendu anathème à cet instant : si elle le repoussait, il n'aurait qu'à attendre quelques minutes pour être retrouvé, et tué. Au moins cela le délivrerait de son dilemme.

°~~~~~~°~~~~~~°

Pourquoi ? Tout s'était bien passé jusqu'à présent ... Comment l'avait-on découvert ? Il avait attendue l'aube. Il avait assassiné le garde de la réserve sans bruit. Il avait rassemblé des fioles de sang et de la nourriture conventionnelle. Il était entré dans la pièce, pour l'emmener. Et puis il y avait eu un grand bruit, et la fenêtre avait été condamnée, ainsi que la serrure de la porte. Ils étaient coincés, elle et lui, ici. La situation était sans issue : il avait encore les mains tâchées du sang de sa victime, il avait le sac de provisions sur le dos. Il se laissa tomber à genoux, et jeta un regard où se lisait tout le désespoir du monde vers Anastasia. Vers cette femme inaccessible qu'il aimait. Il la dévorait littéralement des yeux, voulant graver son visage dans son esprit, pour s'en rappeler clairement jusqu'à la fin, au cas où on ne lui accorde pas une mort rapide.

°~~~~~~°~~~~~~°

J'avais été réveillé par la mort d'un de mes vampires. Plus précisément, par le fait qu'une grande quantité de sang se répande au sol. J'avais passé une semaine entière à chasser des renégats de l'arcane, mes sens étaient encore en ébullition, et moi fébrile. Il ne me fallut que quelques secondes pour comprendre, et tirer une grimace de déception.

Erlzer. Avait-il découvert l'intérêt de la princesse, ou bien était-ce l'une de ces maladies de l'esprit qui rendent tout à tour le geôlier ou sa captive amoureux de l'autre ? Le dernier Chasseur serait-il susceptible de tomber dans ce genre de piège ? Non, peut importe au final : que ce soit l'une ou l'autre raison, il l'avait trahis. Il le paierait de sa vie. Je devint brume, et j'emportais le sang du garde avec moi. J'utilisai le sang du mort pour clore les issues, et me réfugiais dans la pièce, trop léger pour qu'on remarque plus qu'une teinte rouge à peine plus soutenue qu'à l'habitude. Je contemplais le geôlier et la captive.

Oui, il était plus faible d'esprit que je ne l'avais pensé. Il n'avait su se préserver, et au final il s'était fourvoyé. Il avait cédé à ses désirs, et il avait brisé le Tabou, ou du moins en avait eu l'intention : qui plus est en me trahissant. Même si je l'épargnais, il ne retrouverait jamais sa fidélité envers moi. Je tournais mon attention, moi la brume de sang, sur la captive. Comment réagirait-elle ? Comprenait-elle ce qui était en train de se passer ? Comprenait-elle qu'il allait mourir ici, sous ses yeux ?

Étrangement, je ne voulais pas en finir de suite. Si je faisais les choses correctement, je me débarrasserais du traître ... mais plus encore, je détruirai l'espoir de s'évader de la princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastasia Hendenmark

Princesse du Royaume

________________


________________


Race : Humain
Classe : Âme lié
Métier : Princesse du Royaume
Croyances : Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 17 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Voir ici


MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Ven 19 Déc 2014 - 17:46

Je dus attendre l’aube pour voir à nouveau mon geôlier. Son arrivée me surpris et je me redressai sur ma couche. Toute la nuit j’avais espéré le voir débarquer dans ma chambre. L’œil ouvert, j’avais guetté les bruits de pas à l’extérieur. Un quelconque indice et je serais prête à partir. Erlzer devait venir me libérer. Je m’étais accrochée à cette pensée, comme celle où mon père viendrait au manoir avec son armée. Le vampire arriva avec des sacs de provisions dans ses mains ensanglantées. Le message n’était que trop clair.

Mon espoir de fuite s’effondra en un claquement de doigts. À peine sur pied, je vis la fenêtre et la porte être condamnées dans un grand bruit. Je restais debout alors que le vampire s’effondrait à mes côtés. C’était impossible. Pas maintenant. Il n’aurait pas dû être là. La réaction dramatique d’Erlzer me brouilla le cœur. Je voulais lui crier de se lever, de combattre, de me défendre, mais aucun son ne sortait de ma gorge. Il me regardait avec tellement d’intensité. Je me forçais à me souvenir qu’il n’était qu’un pion à mon plan. Que les sentiments qu’il me portait ne me faisait ni chaud ni froid. Ce n’était qu’un pion. Avec sa mort s’échappait mon évasion.

Mes yeux se remplirent de larmes. Non de tristesse, mais de rage. Je n’avais jamais été aussi près de m’enfuir. Et puis, la brume rouge sembla se tourner vers moi et je reculai jusqu’au mur. Ainsi, je laissais mon geôlier à son sort. Le Dieu du sang ne tarda pas à punir son disciple. C’était horrible. Je voulu détourner le regard, mais mon corps ou quelque chose d’autre, me forçait à regarder la scène.

-Arrêtez, Arrêtez!

Le sort du vampire était jeté. Il allait mourir. Toutefois, moi, j’allais vivre et je ne voulais pas avoir ses images en mémoires. Je restais droite et digne malgré les larmes qui coulaient silencieusement sur mes joues. Intérieurement, je ne valais pas grand-chose. J’étais tétanisée, épuisée, désespérée… J’avais causé la mort d’un homme en usant de ses sentiments pour m’enfuir. Je n’avais même pas levé le petit doigt pour l’aider.

Enfin, le Dieu du sang s’intéressa à nouveau à moi. Je relevai juste un peu la tête. Je me voyais courageuse, mais mon corps trahissait ma peur. Je tremblais telle une feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________


________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Lun 22 Déc 2014 - 10:30

Respirer est synonyme de mourir. Je le sais. J'ai vu les miens se tordre de douleur sur le sol. Même si j'essayai de le combattre, je ne pourrais rien faire : il est un Dieu, et il a vaincu un clan entier de vampires ayant les même pouvoirs que moi. je sens mes muscles commencer à se contracter. Je fixe Anastasia du regard, un regard ardent, et je la vois se plaquer une main contre la bouche.

La douleur m'envahit. Mon corps ne m'obéit plus et de puissants spasmes me donnent l'apparence d'une poupée de chiffon qui se tortille au sol en hurlant. je vit ce que mes amis ont vécu. Mais je ne ferme pas les yeux. Je la vois crier, pleurer : je ne l'entends pas, la douleur est trop forte. Elle pleure pour moi ? Peut-être ... Ce serait tellement bien. Oui, je vais croire qu'elle pleure pour moi : de toute façon je n'aurais pas l'occasion de recevoir un démentit.

Mon corps est tout engourdit. 'entend mon cœur qui ne suit plus aucun rythme que celui des spasmes. Ma vue est trouble à cause de mes larmes de douleur ... mais aussi à cause du châtiment de Dieu. Je me sens glisser dans le néant ... Puis quelque chose pénètre dans ma gorge. On me refuse le néant ... ON ME REFUSE LE NEANT !!!!

°~~~°~~~°

Le sang invoqué fait son office. Il est rare que j'en introduise une dose mortelle, mais là j'ai pu me le permettre. Les spasmes sont plus violents, les cris, aigus. je reprends lentement forme derrière Erlzer, alors que la princesse ne semble pas apprécier le spectacle le moins du monde. D'un geste rapide, je plante la dague maudite dans la carotide du vampire, qui s'effondre sans un bruit de plus. Je suis à présent là, en chair et en os, devant ma captive. Je rengaine mon arme avant de me permettre un soupir.

"Anastasia Hendenmark, née Korkoöl. Princesse du Royaume. Détentrice d'un pouvoir inestimable, dernière descendante de la seule lignée qui l'ai jamais détenu. Savez-vous à quel point il serait plus aisé pour moi que vous soyez la dernière des paysannes ? A quel point je dois vous protéger des appétits de tous ceux qui ne sont pas votre geôlier ? Pourtant, il était sans doute celui qui vous aimait le plus. Même dans les affres de la douleur, il ne vous a pas lâchée des yeux une seconde."

Je me mis à marcher autour de la pièce, autour de cette princesse qui se voulait fière et arrogante mais qui tremblait plus qu'un roseau sous la tempête. Et j'étais la tempête.

"Il a vu tout son clan mourir de cette façon. Il m'a reconnu comme son Dieu. Il m'a loyalement servit pendant des mois. J'ai vu en lui un homme capable de se détacher de ses appétits et de ses désirs, l'un des rares qui accepterait d'observer le tabou que j'ai apposé sur vous. Mais vous avez exploité une faille ... vous l'avez poussé à se rebeller ... à tenter ce qu'il savait impossible ..."

Je m'éloignais pour plonger ma main dans la poitrine du cadavre, en retirant le cœur encore palpitant du vampire : je le mis de force sous les yeux de la princesse, avant de hausser la voix; laissant le chœur des âmes captives désincarner mes paroles.

"Regardez-le, ce cœur que vous avez conquis par quelque artifice ! Regardez-le, lui qui, même dans la mort, bat encore pour vous !"

Je le lui jetais à la figure, pas assez fort pour la blesser, mais trop vite pour qu'elle puisse l'esquiver. Le sang qu'il contenait se mit à ruisseler lentement sur elle.

"Vous m'avez forcé à tuer l'un de mes plus fidèles lieutenants. VOUS l'avez séduit ! VOUS L'AVEZ TUE !!!"

Je redevins brume, et sortis de la pièce. Je levais les barricades qui avaient étaient posées sur les fenêtres, la laissant seul avec le cadavre à la poitrine béante. que son esprit soit brisé. Que sa volonté de fuite disparaisse, si c'était possible !

Je devais trouver un autre geôlier ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anastasia Hendenmark

Princesse du Royaume

________________


________________


Race : Humain
Classe : Âme lié
Métier : Princesse du Royaume
Croyances : Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 17 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Voir ici


MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   Ven 26 Déc 2014 - 6:23

La scène qui se jouait devant moi était un cauchemar. Jamais je n’avais vu plus horrible scène et je me sentais sur le point de m’effondrer. Je me devais d’être forte, de montrer que ce dieu de pacotille n’avait pas réussi à ébranler ma férocité. Que je restais insoumise. Mais il était tellement fort, puissant et dangereux. La mort d’Erlzer ne faisait que le confirmer. Il me sembla que son corps tombait au ralenti sur le sol; la gorge tranchée.

-Ne vous approchez pas de moi.

L’ordre était faible et incertain. L’homme n’y porta aucunement attention et se rapprocha de moi, me forçant à me coller un peu plus au mur. Il me rappela que ma vie ne tenait qu’à un fil et que j’étais à sa merci. Que ma survie dépendait entièrement de son bon vouloir et qu’il était mon seul rempart contre la multitude de vampires présents entre les murs du manoir. Il me rappela qu’Erlzer m’avait aimé. Qu’il avait tout sacrifié pour moi. Qu’avant mon arrivée, il avait été loyal envers son dieu. Que je l’avais poussé à se rebeller, à me libérer alors que c’était…

-Non ce n’est pas impossible. Non, il doit bien y avoir un moyen.

Mais le Dieu du sang  continuait à ne pas m’écouter. Je détournai le regard lorsqu’il arracha le cœur de la poitrine du mort. J’en avais eu un haut le cœur. Je ne voulais pas le voir, mais je me forçai. Afin de lui prouver, et me prouver, que le sacrifice de mon geôlier ne me faisait ni chaud ni froid, je m’obligeai à poser les yeux sur l’organe encore gorgé de sang. Mon kidnappeur me le lança à la figure et je ne pus l’esquiver. Sous l’impact je fermai les yeux. Je sentis toutefois le liquide sanguin ruisseler sur ma joue.

-Ce n’est pas vrai! Ce n’est pas de ma faute!

J’hurlais à la brume qui disparaissait. Je me lassai glisser jusqu’au sol contre la paroi froide. Un sentiment de désespoir m’envahissait et je ramenai mes jambes contre ma poitrine pour les enlaçai. Je fixai le corps au centre de la pièce et je pleurai de plus belle. Je venais de perdre mon unique allié. Il avait été la seule personne à témoigner un tant soit peu de gentillesse envers moi et il était mort. Erlzer… Je m’avançais jusqu’à lui pour prendre son corps inerte dans mes bras et le balancer. Mes larmes s’écrasaient sur son visage pâle.

-Je m’enfuirai, dis-je à Erlzer avant de crier à la porte. Un jour je réussirai!

Je le gardai dans mes bras toujours en pleurant. Je le tins jusqu’au moment où une douleur envahit mon corps. La conscience en moi s’énervait. Il se passait quelque chose sur Feleth et elle souffrait. Je me roulai en boule et je pris ma tête dans mes mains. Je criais, mais personne ne venait. Erlzer était celui qui normalement, venait voir, mais il ne pouvait plus. Il ne le pourrait jamais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Prélude à la chute: Insoumission   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prélude à la chute: Insoumission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Plateaux de lune-