''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Dim 7 Fév 2016 - 21:43

Cela faisait un moment que de nombreux témoignages au sujet d'apparition de jeune femme ailée, vêtue d'armures légères et de vêtement blancs se faisaient entendre. Un peu partout dans le royaume, des gens racontait avoir croisé cette créature, ou l'avoir aperçu tout au moins, et la décrivaient tous de la même façon. Les autorités n'en tenaient pas compte, pensant qu'il s'agissait d'une rumeur un peu trop contagieuse, ça ne serait pas le première, mais pas Alekseï. Pour reconnaitre dans ce descriptif les séraphins d'Adiryl, il angoissait et se demandait s'ils étaient encore à sa recherche ou s'ils étaient là pour une toute autre raison. Ce qui l'étonnait aussi, c'est que les témoignages ne citaient qu'une seule séraphine, pas un groupe, un et un seul. Toujours la même. Plus le temps passait et plus les récits se provenaient de personnes de plus en plus proches de Madorass, à croire que le séraphin en question s'en rapprochait. Cela dit, des jours entiers, voir des semaines, s'écoulaient. Un ange déterminé à venir ici ne mettrait pas autant de temps. Non, on aurait plutôt dit qu'il cherchait quelque chose et que les indices collectés le menaient peu à peu ici, à la capitale du royaume.

Rytchkine n'aimait pas ça. C'était son dernier refuge ici et si les anges l'attrapaient encore une fois, tout serait finit une bonne fois pour toute. Il n'avait plus ni le temps ni les moyens de tout recommencer. Aussi, il se faisait très discret et paranoïaque, voyant le mal partout. Il ne sortait que très rarement de chez lui, de préférence bien armé et en journée, et ne parlait à personne. Si jamais cette créature était à ses trousses, il devrait l'affronter et il devait donc se préparer à cette éventualité, pour ne pas être pris par surprise. Ce matin-là, notre chercheur était encore confiné chez lui. Il était en train de corriger sa théorie et de reconstruire ses schémas en prenant en compte ce qu'il avait découvert plus tôt. Il cherchait à comprendre comment cela était possible et quelles répercussion cela pouvait avoir sur le reste de ses connaissances et donc sur sa quête. Le soleil se levait tout juste et il faisait encore très froid. La ville n'était pas bien réveillée, il était donc tranquille, au calme et dans le silence.

Enfin ... qu'il croyait. C'est toujours au moment où on s'y attend le moins que ce qu'on redoute se produit. Absorbé par ses travaux depuis hier, il avait complétement oublié cette histoire d'ange. Dommage, car c'était bien le moment qu'avait choisis cette créature pour venir lui confirmer ses pires craintes. Sans qu'il n'ait le temps de réagir, ni même de comprendre ce qu'il se passait, la porte de chez lui, pourtant blindée, s'ouvrit brutalement. Il sursauta et tourna instinctivement le regard vers la dite porte, soudainement en état d'alerte. Le temps de revenir à la réalité et il constata qu'il n'y avait ... rien. La porte s'était ouverte toute seule, donnant un aperçu de l'extérieur. Rien ni personne, il ne comprenait pas. Le vent aurait fait céder la serrure ? Pourtant il ne sentait aucun courant d'air. Un évènement qui le laissa plus que confus. Il fixa la porte un long moment, essayant de trouver une explication logique à ce phénomène. Il n'en trouvait pas. Aussi, et dans le doute, il se munit de son épée et s'approcha doucement du panneau. Peut-être qu'une créature invisible s'était infiltrée ici ?

Mais il ne se passa rien et il put la refermer sans le moindre mal. Alors que s'était-il passé ? Il se posa la question à voix basse, ne comprenant absolument pas. Sa garde baissée, il entendit alors une voix dans son dos qui se désignait. C'était la voix d'une jeune fille. Sentant son sang se glacer, il se retourna pour apercevoir une jeune séraphine assise sur son lit, les jambes croisées. Elle était en train de le fixer avec un sourire narquois, les yeux pétillants de malice. C'était une jeune blonde à la peau très pâle et aux yeux grisâtres, coiffée d'une façon très bizarre, deux grosses nattes sur les côtés. Il trembla légèrement, la fixant d'un air à la fois choqué et hostile. Il leva son épée devant lui.

- Vous avez pas bientôt finis de me faire chier ?! J'essaie de sauver le monde, moi ! Qu'est-ce que vous ne comprenez pas avec ça ?!


En guise de réponse, elle se contenta de lui rire au nez, à gorge déployée. Un rire fou qu'elle arrêta net au bout de quelques secondes, sans perdre son sourire. Elle continuait de la regarder, bien que d'un accusateur cette fois-ci.

- Je me suis perdue. Elle mit la main sur sa bouche, l'air d'être désolée, tout en exagérant le geste. Tu m'en veux ?

Elle le tutoyait, bien. Et elle se moquait de lui en plus. Rytchkine baissa son épée, prenant un air nonchalant.

- Oh bah ... un petit peu je dirais, j'étais en train de travailler.
- Vraiment ?! Dit-elle en écarquillant les yeux, l'air agréablement surprise. Et tu travaillais sur quoi ? La magie ?!
- Ouiiii, la magiiiiie, exactement ! Dit-il en se moquant d'elle. Maintenant tu vas me laisser te tuer bien sagement et récupérer toute ton énergie.

Elle sourit, tout en se détendant. Il approcha d'elle, l'épée pointée. Elle ne se défendit pas, ne réagit pas, se contenta de le suivre du regard. Au moment où il voulut la transpercer, bien que calmement, elle reprit la parole.

- Oh oui, fait moi mal !

Dit-elle l'air extasiée. Une réponse qui l'étonna encore une fois, ce n'était pas le comportement habituel des anges. Il s'accroupit, se mettant à son niveau et prit le ton de la confidence.

- Tu sais, je pourrais te torturer pendant des jours entiers si tu te laissais faire, mh ?
- Nooooon, vraiment ?
Répondit-elle de la même façon.
- Vraiment ! J'ai déjà fait souffrir plus d'un de tes semblables, j'ai de l'expérience en la matière.

- Ah oui ?! Comme Adramante par exemple ?!

À l'entente de ce prénom, le visage du scientifique se décomposa. Il blanchit, se crispa de tout son être et lui balança le regard le plus glacial et à la fois interrogateur du monde. Cela lui donna un nouveau fou rire, si fort qu'elle finit par s'en tenir les côtes et pleurer. Elle se coucha sur le lit, agitant les jambes comme une hystérique. Il la suivit du regard, toujours sans voix face à ses dires et ce spectacle, avant qu'elle ne finisse par se calmer, brutalement là encore. Elle le dévisagea, l'air grave.

- J'ai fais une fugue. Ils comprennent rien ces anges-là et je n'allais quand même pas leur dire que je partais à la recherche de mon père, tu imagines leur réaction un peu ?! Ils m'auraient décapité !

Nouvel électrochoc pour lui. Cela faisait beaucoup trop d'informations critiques en trop peu de temps ! Son cerveau ne pouvait pas encaisser le choc, il finit par perdre connaissance. Il ne se réveilla qu'un quart d'heure plus tard, à l'aide d'un seau d'eau glacé. La séraphine était toujours là, c'était d'ailleurs elle qui l'avait réveillé. Elle lui donna deux puissantes gifles au visage, pour le réveiller d'autant plus vite.

- Ah bah il émerge ! C'est pas trop, vieux débris ! Sympa les retrouvailles ! Moi je me tue à retrouver ta trace pendant dix ans et toi tu fais la sieste ! Connard !
- Euh ... c'est que ... je ... euh ... Non mais qu'est-ce que c'est que ces histoires ?!
- Je te la fais simple. Toi avoir fécondé ma mère. Moi être nait ensuite. Mais toi être déjà parti, donc toi pas savoir. Moi avoir grandi. Maman parler de toi à moi. Moi avoir fait études. Moi avoir fait recherches ensuite. Moi avoir compris même chose que toi. Moi avoir retrouvé toi. Nous accomplir grande chose ensemble. Ça va, c'est plus clair là ? Tu comprends ou faut encore que je te tarte la gueule ?
- C'est impossible !!!
- Mais si c'est possiiiiiiiible !!!


Elle mit alors sa menace à exécution ... sans vraiment s'arrêter d'ailleurs. Il fut obligé de la repousser brutalement, l'envoyant rouler sur le sol. Il se rassit sur le lit.

- Non ce n'est pas possible ! Tu as des ailes, moi pas ! Tu ne peux pas être ma fille, tu mens !
- Mais il est con en plus !
dit-elle en se relevant. Et ta femme, elle avait pas d'ailes ?!
- Si ... mais ... non ! Non je ne veux pas et ne peux pas y croire ! C'est un traquenard !
- Mais nooooon.
Dit-elle d'un air qui se voulait rassurant. Elle s'assit à côté de lui. J'ai hérité de son physique, et de toi j'ai hérité une bonne partie de mon esprit.

Il n'y croyait pas mais pourtant ça semblait bien possible. D'un certain côté, ça réglait un problème qui devenait de plus en plus important de la meilleure façon qui soit. De l'autre, c'était incroyable.

- Comment tu t'appelles ?
- Elizabeth !
- Et tu as quel âge ?
- 270 ans !
- C'est impossible ! Tu mens ! Tu devrais être presque aussi vieille que moi si tu disais vrai !
- Sauf que j'ai des ailes, abruti, et que je suis une Séraphine ! Ça vit beaucoup plus longtemps !
- ... Ouais ... ouais ça se tient. Comment tu m'as retrouvé et pourquoi ?

- Je t'ai pisté, t'es pas discret entre nous. J'ai retrouvé et fouillé tes précédents repaires, questionné certaines personnes susceptibles de t'avoir connu, tu vois ? Et pourquoi, je te l'ai déjà dis, souvient toi.


Il marqua un silence, se prenant le visage dans les mains. Il devait digérer tout ce qu'il venait d'entendre et essayer de discerner le vrai du faux. Seulement, elle n'avait pas l'intention de lui faciliter la tâche. Elle prit un ton triste.

- Tu sais ... j'ai très mal vécu ton absence. Je t'en veux beaucoup mais, je t'aime aussi beaucoup. C'est vrai, c'est pour la bonne cause que t'as disparu. Maintenant, je suis certaine que tu pourrais t'entendre avec maman. Elle ne s'est pas remariée tu sais ? Et puis elle t'aime toujours. Peut-être que si on se montre assez convaincants, elle nous rejoindra et on pourra former une famille ?

Elle ne perdait pas de temps, elle ! Alekseï se releva d'un bond. Ce n'était pas croyable, ce n'était pas possible.

- Non non, non ... Non tu vas retourner chez elle, m'oublier et ne plus jamais pointer le bout de ton nez ici. Je n'ai pas besoin de toi dans mes pattes, je n'ai pas envie que tu sois mêlée à ça et tu vas rendre ta mère plus triste qu'elle ne l'est déjà ! Tu te rends pas compte que ma vie est derrière moi et que tu viens tout remettre en cause là ?!

Elle ne fut pas déconcertée pour autant. Elle sourit, recroisant ses jambes et le fixant comme au début.

- Je ne partirais plus d'ici. Il va falloir t'y faire ma papounet d'amour ! On a la même quête à accomplir toi et moi, je te signale.
- Je n'ai pas besoin de toi !!!
- Oh, t'es sûr ? Tu veux que je compte tes cheveux blancs ? Ou tes rides ?


Il se tut, elle rigola. Il lui adressa un regard noir, elle se mit à faire les yeux doux.

- J'ai besoin de prendre l'air !
- D'accord, je t'attends ici ! Ne te suicide pas surtout, hein !


Dit-elle l'air de rien. Alekseï ne répondit pas, il ramassa quelques affaires et sortit de chez lui en claquant la porte. Elizabeth, pour sa part, se releva en un bond et observa la cave.

- Il y a besoin d'un touche féminine par ici !

Elle entreprit alors de tout réorganiser à sa façon, c'est-à-dire de tout mettre par terre, en un seul gros tas et en chantonnant. Elle ne se doutait pas qu'il attendait de la visite, en réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Dim 7 Fév 2016 - 22:16

Cela faisait plusieurs jours que la jeune femme n'avait pas eu de nouvelles d'Alekseï, non pas qu'ils s'étaient quittés en mauvais termes, non du tout la dernière nuit avait été encore plus magique que la précédente, sûrement que cette fois ci leur jeu avait tourné cours... Seulement cette fois-ci la jeune brune ne prit pas peur rapidement non elle avait plusieurs recherches qui s'étaient entassées les unes sur les autres... Cette histoire l'avait certes retardée, mais elle ne s'en voulait pas, au contraire cela l'avait sorti de sa monotonie et de sa solitude... Elle dormait toujours moins qu'avant mais plus pour les mêmes raisons, elle éprouvait par moment de la joie... Oui de la joie, un sentiment qu'elle n'avait pas ressenti depuis maintenant quelques années, et c'était Alekseï qui l'avait rendue comme ça, heureuse et pleine d'ambition pour ses travaux de recherches...

Ce matin là, le soleil ne s'était pas encore levé, cependant la jeune guérisseuse était debout depuis maintenant plusieurs minutes, ouvrant la fenêtre pour aérer, celle ci mit sur ses épaules sa couverture et à la lumière de sa bougie, commença à rédiger un remède, ou du moins à faire des recherches sur le dit remède... Il faisait agréablement froid, ce temps la réveillait doucement, et l'empêchait de se rendormir... Par moment des petits courants d'air faisait claquer la fenêtre, faisant rentrer un vent froid qui venait doucement fouetter le visage de Sirina... Le soleil commença à pointer le bout de son nez, et la jeune brune éteignit rapidement la source de lumière, travaillant à l'aide de la lumière naturelle... Tout allait bien jusque là, cependant à cet instant précis, Sirina n’arrivait plus à se concentrer, Alekseï occupait son esprit, elle voulait le voir, il lui manquait... La guérisseuse se leva alors ferma sa fenêtre et posa sa plume sur sa table, elle décida d'aller chez lui, peut être que quelque chose de grave lui était arrivé...

La brune alla se laver le visage et se fit une demi-queue, après avoir enfiler une robe marron et noir qu'elle serra au niveau de sa taille, Sirina mit des petites bottines noires, et sortit de chez elle... La brune décida alors de ne pas arriver les mains vides, et prit alors la rue commerçante... Certes elle savait qu'il ne pouvait pas trop cuisiner, c'est pourquoi elle se rendit directement chez un marchands de bétails, et prit du gibier ainsi que quelques légumes... Sirina parcourut plusieurs mètres avant d'arriver devant la bâtisse d'Alekseï, elle frappa doucement avant de pousser la porte... Non fut la surprise lorsqu'elle vit alors une jeune fille d'une couleur de peau grisâtre, dotée d'ailes, et surtout d'une longue chevelure blonde.... Elle lui tournait le dos, sûrement trop occupée à réfléchir sur la décoration d’intérieure. La jeune guérisseuse hésita longtemps avant de pénétrer dans la pièce...

Puis elle décida de rentrer, toujours sur ses gardes, qui était-elle ?? Et que faisait-elle ici ?? Était-ce une conquête d'Alekseï ?? La guérisseuse se mit à rire seule dans son coin, finalement elel avait été prise dans son propre jeu, il avait plusieurs conquêtes en même temps, il ne manquait pas de souffle... Sirina tenta tout de même de communiquer avec cette femme, d'une façon beaucoup plus froide que d'ordinaire... Si c'était une rivale, il fallait bien qu'elle comprenne qu'elle n'allait pas lui laisser sa place...

-Bonjour... Qui êtes vous ?

Déposant les courses dans le coin aménagé pour une petite cuisine, Sirina se tenait debout, le regard glacial, se demandant bien ou était passé cet imposteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 8 Fév 2016 - 16:15

La jeune ange ne s'attendait pas à voir venir quelqu'un ici. En fait, dans sa tête, Alekseï ne connaissait personne et ne voulait connaître personne, aussi il n'y avait aucune raison que quelqu'un vienne ici à l'improviste. Elle avait raison quelque part mais après 300 ans, même une probabilité très proche de zéro avait toutes ses chances de se réaliser. Aussi, lorsque Sirina entra et la salua, elle aussi étonnée de voir quelqu’un ici à en juger par le timbre de sa voix et l’hésitation palpable dans ses paroles, Elizabeth, qui contemplait la pyramide qu’elle venait de former, se retourna doucement vers elle, tout sourire. La jeune ange la fixa droit dans les yeux, sans sourciller, ricanant quelque peu. Même si son regard était fixe, accroché à celui de Sirina, elle n’en restait pas moins très observatrice. À voix haute, elle se mit alors à énumérer ses constatations tout en s’approchant d’elle lentement.

- Je n’ai pas cassé la serrure et Alekseï l’a refermé derrière moi, tu as par conséquent un double des clés. Tu ne peux pas être une voleuse, tu ne serais pas venue habillée comme ça et encore moins en apportant un panier garni. Je pourrais dire que tu es une amie proche mais ce n’est pas le cas, car tu ne pourrais pas te permettre de venir à l’improviste ici sans avoir la certitude de le trouver, tu l’aurais au moins prévenu avant. Ce n’est pas ce que tu as fait car il est parti sans t’attendre, il ne s’attendait donc pas à ta visite. Vu ton jeune âge et ton physique pour le moins avantageux ainsi que le fond d’hostilité et d’inquiétude que je peux lire dans ton regard, j’en déduis que doit être une sorte de … Elle se mit juste devant elle, en un petit bond, se tenant sur un pied, l’autre relevé. Elle s’appuya à la fois sur le mur, de sa main gauche, et lui attrapa le menton de sa main droite, gardant son sourire. … de maitresse ? Elle se mit à ricaner, tout en serrant son emprise. Oui c’est ça, je le vois bien dans ton regard, j’ai raison, tu es sa maitresse. Et oui je pèse bien mes mots, tu es une aventure extraconjugale, mon père est encore un homme marié ma petite dame.

Elle s’écarta d’elle de la même façon qu’elle s’était rapproché, tout en chantonnant. Elle s’intéressa au panier qu’elle avait apporté. Voyant qu’il contenait de la nourriture, elle s’interrogea sur son état de santé. Ne mangeait-il pas à sa faim ? C’est vrai qu’elle n’avait pas trouvé grand-chose dans ses armoires mais il n’avait pas non plus l’air d’être sous-alimenté.

- Ça a l’air très bon tout cela ! Je vais préparer le repas, je suis sûre qu’il sera content !

Dit-elle en le refermant. Elle se retourna de nouveau vers Sirina. Elle croisa les bras, sans perdre le sourire.

- Je te remercie pour ton cadeau, je vais pouvoir faire plein de bonnes choses avec. Par contre tu n’es pas invitée, donc tu peux t’en aller maintenant et ne jamais revenir de préférence. Voyant son air incrédule, elle lui fit un geste de main lui signifiant de s’en aller. Aller, oust, du balais ! Et ferme bien la porte derrière toi !

Finalement, elle récupéra le panier et s’éloigna dans le fond de la pièce. Elle en sortit son contenu et se mit à réfléchir, posant son index sur son menton.

- Que vais-je bien pouvoir faire avec ? Dit-elle l’air songeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 8 Fév 2016 - 17:37

Sirina vit alors la jeune fille se retourner vers elle, un regard tout aussi mauvais qu'elle... Qui pouvait bien être cette fille ?? Elle était là en train de redécorer la pièce dans laquelle quelques folies s'étaient passées entre la brune et Alekseï... Elle ricanait, ce qui ne plaisait pas trop à la guérisseuse, pour qui se prenait-elle avec ses airs hautains ? Elle se mit à se rapprocher d'elle tout en parlant d'une voix plein de sarcasme... Sirina n'écoutait pas vraiment ce qu'elle lui disait, la colère montait et faisait battre son cœur jusque dans ses oreilles, l'empêchant ainsi d'écouter... Après tout avait elle vraiment d'entendre ?? Puis lorsque la femme s'approcha d'elle en un bond et qu'elle lui attrapa le menton, elle ajouta que finalement elle ne pouvait qu'être sa maîtresse... Tout en ricanant elle serra encore plus sur le menton de la jeune guérisseuse, en répétant bien qu'elle avait raison, et que toute manière Alekseï était toujours marié... Un electrochoc pour la jeune femme, la force la quitta à ce moment là, si quelques minutes avant elle aurait pu lui coller une gifle, à ce moment elle se sentait vidée... Si bien que même la blonde le vit dans son regard...

Une aventure extraconjugale ??? Tous ces instants magiques venaient en l'espace d'une minute de s'envoler comme de la poussière sur laquelle on souffle... Souffrait-elle ? Bien sûr mais elle ne montra pas ses faiblesses face à cette potiche... Puis la jeune femme s'écarta de Sirina, tout aussi rapidement que lorsqu'elle s'en approcha, se dirigeant vers le panier de courses, que voulait-elle ?? C'était Sirina qui avait acheté ces mets, et elle voulait en profiter ?? C'était hors de question... Elle se parlait toute seule, en disant qu'elle allait faire le repas, et qu'Alekseï allait certainement aimer... Puis elle se tourna vers elle, en souriant , ce sourire narquois toujours affiché sur son visage grisâtre , en lui disant clairement de partir... Non mais là, cette fille était en train de la mettre dehors... Elle était choquée de cette façon d’accueillir les gens...  Sirina sortit alors de son silence et se mit à s'avancer vers la jeune fille, furax

-Écoute moi bien, je ne sais pas qui tu es, ni d’où tu viens.... Mais ma petite ton numéro tu vas le faire ailleurs... Je ne suis pas ce que tu crois..

Sirina se dirigea vers la ou se trouvait la femme, et reprit les affaires en les remettant dans la panier, cette fois ci en le tenant fermement... La fille ne payait rien pour attendre, elle voulait s'amuser, elle allait avoir le privilège de voir de quel bois Sirina se chauffait... Qu'allait elle faire ? Et puis surtout la question qui ne cessait de trottait dans l'esprit dans la tête de la jeune guérisseuse, était l'identité de cette femme malicieuse... Qui était elle pour Alekseï ?? Une amie ??? Ou non, ce n'était pas possible... Sirina se rappela alors qu'il était toujours marié, et si il s'agissait de sa femme ? Après tout cela pouvait être encore plausible... Il lui en avait parlé brièvement mais semblait avoir tiré un trait sur elle, cependant que faisait-elle encore là ? Venait-elle le récupérer ? Avait elle senti la menace provenant de la guérisseuse ?

A cet instant ce fut le tour de la brune de se mettre à rire seule, elle s'était bien faite avoir, après tout Alekseï était fort dans ce jeu, à lui parler de trahison, mais lui avait-il mesurer sa trahison ?? Ramener sa femme chez lui, sans prêter attention à ce que Sirina tombe dessus... Non ce n'était pas possible, et surtout pourquoi cherchait-il à compromettre leur complicité dévorante... Même si tout son corps lui criait de partir, son esprit lui ordonnait de rester... Alekseï voulait il vraiment jouer à ça ? Il fallait qu'il trouve une explication, et cette fois ci convaincante , car la jeune femme ne voulait pas tourner autour du pot... S'asseyant sur le lit, elle ignora la femme ailée, tout en rassemblant ses esprits... Sentant une furie monter en elle, Sirina déposa alors le panier non loin d'elle, et attrapa la jeune femme par le cou, se sentant devenir mauvaise... Elle n'avait pas dit son dernier mot...

-Ma chérie, je ne suis pas une relation extraconjugale, détrompe toi, Alekseï et moi vivons ensemble... Il ne le sait peut être pas, mais je compte aussi lui donner un enfant... Puis se détournant d'elle en la relâchant, elle continua de parler, Alors tu peux retourner de là d'où tu viens , il était peut être marié à toi à une autre, peu importe maintenant il est avec moi...


Elle en avait sûrement rajouté pour se montrer importante, car l'héritier n'était pas au programme dans la tête de la jeune guérisseuse, mais il fallait lui fermer le clapet à celle là, et parler d'enfant ne pouvait que faire fuir une possible envie de renouer les liens avec Alekseï...Puis récupérant le panier, elle se rendit vers la petite cuisine, enfin du moins le coin destiné à préparer de bon petits plats, et sortit les affaires du panier, en prenant soin d'éplucher les légumes et de cuire à la vapeur la viande... Après quelques minutes elle ajouta les légumes, afin qu'ils s’imprègnent du goût de la viande..

-Pour ta gouverne, j'ai acheté pour deux personnes, donc tu peux aller faire un tour en attendant que mon amant et moi mangions... Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 8 Fév 2016 - 20:36

Évidemment, Elizabeth se doutait que cette inconnue n'allait pas simplement faire demi-tour. Cela dit, elle s'attendait pas à cette réaction. Elle avait pensé qu'elle paniquerait, s'énerverait ou chercherait à comprendre mais, ce ne fut absolument rien de ça. Non, à la place, elle avait tout d'abord récupéré ce qu'elle avait apporté, puis s'en était prise à elle tout sourire, en ricanant, pour finalement s'isoler et l'imiter tout en lui demandant de quitter les lieux. Ce n'était pas tant son culot, enfin de son point de vue, que sa façon étrange de changer d'humeur en quelques minutes qui l'étonnait, c'était sa déclaration, celle qu'elle avait rajouté pendant qu'elle préparait le repas. Ainsi elle vivait avec lui et compter lui donner un enfant ? Son père avait décidé de refaire sa vie avec quelqu'un d'autre sans même se soucier de sa propre famille ? Cela l'énerva d'un seul coup, la révulsa, la blessa profondément en un rien de temps. Elle s'immobilisa, se crispa, perdit son sourire malin et, à la place, posa un regard meurtrier sur Sirina, un voile de haine sur le visage. Sa colère était "froide" à cet instant mais pas pour autant moins palpable. Elle entreprit alors de lui répondre, sa voix se faisant sèche et menaçante.

- Tu n'es qu'une petite garce, une espèce de chatte de gouttière en chaleur sans respect pour les autres ni pour soi-même, tout juste bonne à faire la ménagère le jour et le matelas le soir ! Tu n'as rien et tu n'es rien, tu ne vaux rien, tu ne sers à rien, si tu crois un seul instant que je vais te laisser détruire ma famille, tu te trompes !


Elle fixa alors le repas qu'elle venait de cuisiner, avec un air de dégout, puis, s'aidant de magie et d'un simple coup d'oeil, le fit voler à l'autre bout de la pièce, brutalement. Il tâcha le mur avant d'aller repeindre le sol. Elle recommença ensuite avec Sirina, mais en la plaquant contre le mur le plus proche cette fois-ci et en l'y maintenant. Elle sortit ensuite son de son fourreau, la faisant tourner dans sa main rapidement avant de s'approcher de la guérisseuse avec la ferme intention de la faire taire une bonne fois pour toute.

- Misérable petit insecte humain, prétentieuse et arrogante, pleine de rancoeur et de bassesse, stupide, aveugle et sourde ! Tout le monde se portera bien mieux sans toi et tes futurs rejetons, en particuliers mon père !!!

Disait-elle la voix et les dents serrés au possible, en approchant doucement d'elle. La pointe de son épée finit par se poser sur la gorge de la jeune femme. Elle allait le faire, elle était déterminé et folle de rage à cet instant. Seulement voilà, coïncidence ou pas, c'était à ce moment qu'Alekseï avait décidé de revenir chez lui, non pas qu'il avait pris l'air mais qu'il avait oublié quelque chose d'important, les clés de chez lui ! Il fut d'ailleurs très étonné de trouver la porte ouverte et encore plus étonné, voir choqué, lorsqu'il aperçu la pyramide et la scène qui se déroulait devant ses yeux. Il les écarquilla, s'attrapant la tête.

- J'hallucine ! C'est pas possible ! Je suis en train de rêver ! Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?!

Dit-il en se précipitant vers le tas d'objets sans tenir compte de ce qu'il se passait. Il avait le regard tremblant, tout comme ses mains, c'était un désordre sans nom. C'était effectivement ça qui retenait toute son attention, à tel point qu'il entreprit de la défaire et de tout remettre à sa place et cela avant toute chose ! Y comprit avant Elizabeth et Sirina. La jeune femme finit d'ailleurs par sourire, lâchant la guérisseuse. Elle rangea son épée et s'approcha de son père, prenant un air profondément abattu au point qu'elle finit par se mettre à pleurer.

- C'est pas ma faute ... c'est elle, elle est venue et elle a vu que j'étais là. Elle m'a prise pour une sorte de rivale et elle est devenue complétement folle. Elle a dit qu'elle allait te le faire payer et elle a tout mis en désordre. J'ai bien essayé de l'en empêcher mais ça ne fait que l'énerver davantage. J'ai été obligé de la maitriser mais, c'était déjà trop tard ! Elle a dit des choses horribles sur moi et sur maman ! Qui est cette femme et que fait-elle ici ?

Rytchkine se retourna subitement vers Elizabeth, les yeux toujours autant écarquillés. Il en revenait à peine, ce qu'elle disait était-il vrai ?! Il l'attrapa par les épaules, la secouant légèrement.

- On se calme, j'ai déjà assez de problèmes comme ça pour que vous m'en rajoutiez, toutes les deux ! On a des choses à se dire toi et moi, pour commencer, et ensuite ... C'est ... c'est Sirina. C'est une guérisseuse que j'ai rencontré il n'y a pas si longtemps que ça, on s'est bien entendu et voilà. Maintenant je ne comprends pas ce qu'il lui a pris de faire ça et elle ne devait sûrement pas penser ce qu'elle te disait.

Elle se calma effectivement mais n'en perdit pas sa détresse. Elle prit une voix basse.

- C'est ta nouvelle femme ? Ça y est, tu nous as déjà oublié ? T'as refais ta vie ? On n'a plus aucune importance ? Même pas moi ?
- C'est ... euh ... non mais non, faut pas dire des choses pareilles, c'est pas ma "nouvelle femme", non.
- Mais tu l'aimes !
- ... Hmmmm ... bon on reparlera de ça après. Aide moi à ranger ce bazar.


Elle fit un signe de tête pour se mit au travail en silence, gardant son air et donc continuant à jouer la comédie. Alekseï s'approcha de Sirina, prenant une voix basse.

- Mais qu'est-ce qu'il t'a pris de venir ici sans m'avoir prévenu ? Et puis pourquoi t'as fait ça ?! Et cette jeune fille est ma fille justement, je ne savais même pas que j'en avais une. Ça ne sert à rien d'être jalouse, ce n'est pas ta rivale. Qu'est-ce que tu lui as dit ?!


Dans le dos de son père, la jeune blonde regardait la guérisseuse avec un large sourire de satisfaction, avant de lui faire un signe de main signifiant qu'elle ne passerait pas la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 8 Fév 2016 - 21:32

La jeune brune satisfaite de son répondant ignora pendant quelques temps la jeune femme avant qu'elle ne se mette encore à pester encore, cette fois ci son ricanement avait disparu et le timbre de sa voix modifié... Sirina l'avait touchée, profondément touchée, car les paroles qu'elle lançait tels des éclairs, ne faisaient que la rendre contente de son coup... Haussant les épaules comme guise de réponse, la jeune femme ne posa même pas un regard sur cette femme, la laisser parler était la meilleure chose à faire de toute façon pour le moment avant qu'Alekseï ne rentre...

D'un coup , Sirina vit alors le plat voler dans toute la pièce, alors cette petite empotée utilisait la magie, sous le toit du tricentenaire, c'était plaisant à voir... Ses fréquentations étaient très paradoxales avec sa sois disant façon de penser... Il refusait qu'elle touche à la magie mais cette fille pouvait le faire, enfin il devait tout de même être au courant... Puis n'ayant pas le temps de se tourner ou même sortir sa dague, la guérisseuse fut plaquée contre le mur, avec une force brutale... Puis elle vit rapidement la jeune femme sortir son épée, prête sûrement à la tuer... La brune tenta à maintes reprises de se défaire de cette emprise magique, mais en vain... La jeune femme arrivait sur elle à toute allure... Sirina décida de fermer les yeux pour ne pas sentir le coup venir.. Elle parla mais Sirina ne comprit pas tout le contenu, tellement que sa peur la dévorait, puis rapidement elle sentit la lame de l'épée collée contre sa gorge, prête à la décapiter...

A ce moment là Alekseï revint, ce fut étonnant de voir que la seule chose qui l'inquiétait était l'état de sa maison, et non pas ce qui se passait devant ses yeux... La jeune femme ailée laissa alors Sirina se défaire, et rangea son épée l'air de rien et surtout contente de retrouver le tricentenaire... Il hurlait, se tenant la tête, et la guérisseuse silencieuse resta dans l'ombre, ne préférant pas envenimer la situation, déjà que ce n'était pas trop ça... En plus de ça la fille mentait, non mais c'était le comble, la guérisseuse se mit à rire, et arqua le sourcil, allait il la croire ? Bon pour le moment elle n'allait pas rentrer dans la conversation... Mais chose qui était sûre, elle n'allait pas se laisser faire, pas comme ça...

Sirina venait de comprendre, lorsqu'elle dit maman, c'était donc sa fille... Elle aurait aimé la connaître, dans d'autres circonstances, cependant ce n'était pas ainsi... Puis Alekseï secoua sa fille, pour lui dire de se calmer, puis parlant d'elle comme si elle n'était pas, ou pire comme si elle faisait partie du décor, ce qui blessa un peu Sirina mais elle était habituée de cette façon de parler maintenant... Haussant les épaules, elle se mit à ranger les aliments tombés prés de l'endroit où elle venait de cuisiner, soupirant en même temps... Puis la fille se mit à parler à son père à voix basse, mais Sirina ne perdit pas une miette, demandant ainsi si c'était sa femme, et Alekseï visiblement gêné par la question répondit non que ce n'était pas sa nouvelle femme, et qu'ils en discuteraient plus tard... Ils avaient sûrement des choses à se raconter, et puis elle était peut être de trop...

Puis Alekseï vint vers la guérisseuse, et se mit à parler à voix basse, en lui demandant pourquoi elle ne l'avait pas prévenu, que cette fille était sa fille, lui demandant aussi pourquoi elle fait tout ça, sa jalousie, ainsi il voulait savoir ce qu'elle avait lui dit... La guérisseuse se crispa, et observa la fille qui lui faisait des signes... Elle reposa son regard sur le tricentenaire, la mine décomposée, elle était sûrement de trop, elle le savait...

-Je n'ai rien dit de mal, je suis arrivée, je lui ai dit bonjour, elle est devenue hystérique pour rien... Après si tu veux croire ta fille je te comprends... Je pense que je vais rentrer chez moi ce sera mieux vous avez tellement de choses à vous dire...


Puis la jeune guérisseuse fouilla dans ses poches et sortit une grosse clé qu'elle mit dans la main d'Alekseï, elle la lui rendait, ainsi elle n'aurait pas à revenir à l'improviste...

-Tiens reprends tes clés, je ne reviendrai plus et bonne journée avec ta fille...

Se tournant et posant un dernier regard mauvais sur la fille, Sirina sortit et claqua la porte derrière elle, cependant elle resta quelques temps au pas de la porte, à réfléchir... Qu'allait elle faire ? Rentrer chez elle ?? Finalement il ne la valait pas et surtout elle n 'était pas faite pour lui... Et puis des hommes si elle en voulait vraiment un, Sirina pouvait facilement en trouver un..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Mar 9 Fév 2016 - 18:00

Sirina avait blêmit lorsqu'il lui avait posé cette question, à croire qu'elle n'aimait vraiment pas les interrogations. Ce qui s'en suivit ensuite lui donna toute l'explication. La jeune guérisseuse pensait qu'il préférait croire Elizabeth, une prétendue descendante qu'il avait rencontré il y a tout juste une heure, et qu'elle était de trop ici. Aussi elle lui avait rendu la clé de chez lui avant de s'en aller aussi simplement que ça. Pourtant la journée avait bien commencé ... Alekseï se massa les tempes, inutiles de céder à la colère ou la panique, il fallait rester calme et prendre les choses avec raison. Aussi, il commença par rattraper la guérisseuse, la tirant à l'intérieur. Il ferma la porte et verrouilla la serrure sans lui rendre la clé pour s'assurer qu'elle n'irait pas encore compliquer les choses avec ses sautes d'humeur ou ses conclusion hâtives. Un geste qui ne plut bien évidemment pas à Elizabeth. Quant à elle, il s'en alla la chercher et la mit à proximité de la guérisseuse. Ceci fait, il prit la parole sobrement.

- Vous voyez comme j'aime que chaque chose soit à sa place chez moi ? Qu'il n'y ait pas de superflu ? Que chaque chose ait une utilité bien précise et savamment mesurée ? Vous voyez comme j'ai une sainte horreur du désordre ? C'est pareil pour mon entourage.

Il ne rajouta rien de plus et s'en alla, comme pour se détendre, remettre les choses en ordre dans son intérieur qui, décidément, n'en finissait pas d'être chamboulé. En fait, c'était un grave problème pour lui et il ne pourrait pas réfléchir sainement tant qu'il n'aura pas été résolu. Chaque meuble, chaque fiole, chaque outil, chaque papier, chaque graine de blé s'il le fallait même, tout, absolument tout avait sa place et devait maintenant y retourner. Une tâche qui lui prit bien une vingtaine de minutes dans le silence le plus complet de ses deux "invités". Un silence pesant d'ailleurs, et froid. Quand il eut finit, il se frotta les mains pour enlever la poussière, fier de lui. Contemplant l'ordre qui régnait maintenant tout en leur tournant le dos, il reprit la parole.

- J'ai cru que c'était la fin ! Je l'ai échappé belle ... Il se retourna vers elles, les regardant à tour de rôle, sans expression particulière. Un philosophe a dit : "On en apprend plus sur quelqu'un en heure de jeu qu'en une année de conversation.", alors nous allons jouer. Il regarda furtivement Sirina, elle devait en avoir marre, elle, de jouer. Mais qu'importe, c'était sa méthode et il ne lui laissait pas le choix. Il s'approcha d'elles et les fit s'asseoir à même le sol. Il les rejoignit ensuite. Le principe est simple, on pose une et une seule question à tour de rôle et à une et seule personne. Seul l'interrogé répond. Alors je me doute bien que ça doit être très compliqué pour vous mais, si vous faites un effort, vous verrez que c'est relativement simple. Je vais commencer, pour vous montrer l'exemple. Il regarda Sirina et Elizabeth à tour de rôle. Finalement, il s'arrêta sur sa fille, écarquillant subitement les yeux, fronçant les sourcils et prenant un air choqué. Depuis quand est-ce que j'ai une fille ?! Et qu'est-ce que tu es venue faire dans ma vie ?! C'est quoi cette histoire ?! C'est un cauchemar, je vais me réveiller, c'est pas possible !!! Dit-il en s'emballant, avant de se calmer brusquement. Voilà, donc là c'est à toi de répondre, je me tais et Sirina se tait.

L'ange, restée muette jusqu'à présent, ne fut guère perturbée par le comportement de son père. En fait, elle était encore plus folle que lui et elle s'étonnait qu'il ne s'étonnait pas ... mais de son côté, l'étant lui-même, il n'y avait rien de choquant. En revanche, ce qui le choquait, c'est qu'elle s'étonne qu'il ne s'étonne pas. On aurait pu aller loin comme ça mais il y avait une question à laquelle elle devait répondre. Alors, à suite à un échange de regards fous et sourires malicieux, elle finit par prendre la parole. Sa voix était, comme à son habitude, exagérément enthousiaste, toujours au bord de l'hystérie et de la crise de rire.

- Je suis née même pas un an après ton exil. Adramante n'était pas au courant qu'elle était enceinte. Quand je suis venue au monde, elle a assumé sa responsabilité et s'est très bien occupée de moi. Elle m'aimait beaucoup mais, en même temps, il y avait comme une sorte de distance entre elle et moi. Après tout, j'étais aussi la progéniture d'un monstre. Elle ricana, le défiant du regard. Elle ne m'a jamais parlé de toi et a toujours refusé de le faire. Ce n'est que beaucoup plus tard, quand j'étais devenue une adulte et que je me suis "renseignée" à ton sujet auprès de certaines personnes qu'elle est passée à table. Elle ne pouvait plus me le cacher maintenant et ce qu'elle m'a avoué m'a d'abord terrifié. J'ai fait une dépression, j'ai commencé à me haïr, à être dégoutée de moi-même. J'ai bien failli me tuer mais, maman m'a aidé à remonter la pente. J'ai décidé ensuite de servir la justice et d'apporter la lumière partout où j'allais, comme pour rembourser une dette que je n'ai jamais contracté. J'ai suivis un entrainement guerrier et magique et j'ai servis quelques temps ensuite. Son timbre se fit alors bien plus sournois. Un jour, je me suis demandé pourquoi tu avais fait tout cela. Tu n'étais pas fou de naissance, il y avait forcément quelque chose qui t'avait rendu comme ça. J'ai ouvert des livres de magie, beaucoup, de toutes les sortes. Je les ai lu et relu et j'ai remarqué qu'absolument personne ne parlait des origines de la magie et que encore moins de personnes avaient cherché à expliquer ses fondements. Théoriquement et historiquement, il y avait un gros vide et tout le monde semblait s'en satisfaire. J'ai trouvé ça très étrange, d'autant plus étrange que ces questions là étaient en quelques sortes interdites. J'ai délaissé mes fonctions et je suis partie étudier les sciences naturelles. Seconde étrangeté, j'ai remarque que les côté théorique et historique étaient bien présents mais que le côté "magique", pourtant omniprésent dans notre monde, avait complétement disparu. Je me suis demandé pourquoi cette dichotomie alors qu'il était évident que tout semblait lié. Finalement, j'ai commencé à croire que mon n'était pas aussi dérangé que ça et qu'il avait peut-être découvert ce qu'il ne fallait pas. Elle le fixa l'air sérieux, avant de se mettre à rire. Elle lui mit une tape, l'air de lui dire qu'elle le charriait. Je plaisaaaante, t'es qu'un gros malade ! Ça n'excuse pas tout le sang que tu t'es mis sur les mains, espèce de fou psychopathe meurtrier bon pour la potence !!! Finit-elle en lui criant dessus, rouge de colère. Cela dit ça explique quand même bien des choses. Et ... et donc voilà. Ça a tourné dans ma petite tête. Je tenais une occasion formidable de faire d'une pierre deux coups. D'abord, comment mieux servir la vérité qu'aider mon père à la faire éclater ? Ensuite, si j'ai réussi à comprendre ça, alors Adramante le pourra aussi. D'accord, tes crimes sont impardonnables mais, tu vas te tuer à la fin non ? Donc voilà, il y aura quand même une justice ! Alors en attendant, on pourrait en profiter un peu. D'accord, il y a aussi tes aventures extraconjugales mais ça je ne t'en veux pas, après tout après 300 ans, qui pourrait se retenir, hein mon gros cochon ? Mon bon couillon de vieux pervers de merde ? C'est ton troisième bras qui fait la loi en fait, hein, hein ?

Elle sourit largement. Cela faisait énormément d'informations à digérer pour Alekseï mais conformément à ses règles, il ne pouvait pas parler maintenant. Aussi Elizabeth tourna le regard vers Sirina. Tout sourire, toute joyeuse et enthousiaste, elle formula ainsi sa question.

- Alors, c'est à ton tour, ma salope. Dit moi comment tu comptes appeler le gosse que tu attends de mon père ? Et si tu comptes bien sûr le noyer à la naissance histoire de nous faciliter le travail ?


Rytchkine manqua de s'étouffer, il tourna le regard vers Sirina, les yeux pleins d'interrogations. Qu'est-ce que c'était que cette histoire d'enfant ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Mar 9 Fév 2016 - 18:46

La jeune femme avait été rattrapée par Alekseï, qui apparemment n'arrivait pas encore à encaisser ce qui était en train de lui arriver... Rapidement il referma la porte après elle, peut être pour être sûre qu'elle ne partirait pas, car Sirina était tout à fait capable de les planter là sans même se justifier... Puis l'homme leur expliqua qu'il fallait de l'ordre aussi bien chez lui que dans son entourage... Pour l'entourage on pouvait toujours repasser, car l'ordre n'y était plus, voilà que sa fille débarquait de nulle part, et voulait ainsi le reprendre... Au fond d'elle Sirina comprenait tout à fait ce sentiment d'abandon, elle même victime de la même chose, et se dit que finalement elle avait peut être été dure avec cette jeune femme... Peut être qu'elle n'avait pas pesé ses mots... Si elle même avait retrouvé son père dans les bras d'une autre femme qu'aurait elle fait ? Aurait elle agi de la même façon ?? Peut être pas aller jusque la tuer, mais sûrement essayer de détruire leur amour coûte que coûte... Égoïste mais elle pouvait tout de même se mettre à sa place...

Alekseï commença alors à remettre de l'ordre dans ses affaires, jusqu'au dernier petit grain de poussière, faisant légèrement sourire la guérisseuse, il pouvait parfois se montrer très pointilleux... Il leur proposa alors de jouer à un jeu, la jeune brune roula des yeux, encore des jeux, comme si il en avait pas marre... Elle s’exécuta pour autant sans broncher, il fallait y jouer peut être que finalement cela attiserait leur haine... Ce jeu consistait alors de poser une question à la personne souhaitée, et celle ci devait alors répondre et seule cette personne devait parler... Ce fut alors Alekseï qui ouvrit le bal pour ainsi dire, et demanda à sa fille, ce qu'elle faisait là... Puis la fille prit la parole, à vrai dire tout ceci n’intéressait pas trop Sirina, elle l'écoutait sans vraiment écouter.. Jouant par moment avec ses cheveux, réfléchissant à ses propres questions... A un moment elle sursauta lorsque la fille ailée hurla après le chercheur, la réveillant de ses songes... Elle était aussi folle que son père, après tout tel père telle fille... Sirina comprit alors que finalement la jeune fille voulait faire renouer ses parents, sage décision cependant elle était la et elle ne comptait pas du tout être une aventure extraconjugale, elle avait d'autres projets, peut être qu'elle n'en avait pas eu le courage d'en parler avec lui... Mais depuis quelque temps, elle le voyait comme une évidence, c'était peut être pour ça qu'elle avait attendu seule, peut être que c'était lui qui lui fallait... Avoir attendu tant d'années pour finalement lui être fidèle cela lui semblait tout à fait logique, cette noirceur en lui, et cette froideur étaient à la fois ce qu'elle recherchait mais ce qu'elle redoutait...

Si Sirina avait pu placer un mot, elle aurait dit calmement à cette petite gamine que son père et elle avait lié une certaine complicité, et que sa mère n'avait pas envie de le récuperer car sinon elle serait venue toute seule le faire, et à cet instant et seulement là Sirina se serait peut être inclinée, car après tout pouvait elle forcer Alekseï de l'aimer si dans sa tête il repensait encore à sa première femme, et pour ça aussi jalouse qu'elle pouvait être, la guérisseuse ne pouvait lui en vouloir... Puis vint le tour de la petite peste, c'est alors que tout naturellement elle se tourna vers la guérisseuse et lui demanda coment elle comptait appeler l'enfant qu'elle comptait avoir avec son père... A ce moment là, Sirina se sentit partir, si elle avait pu creuser un trou pour se mettre dedans elle l'aurait fait sans hésiter... Posant un regard sur Alekseï, elle comprit qu'elle avait été loin, elle blêmit d'un coup, mais ne perdit pas pour autant son sang froid... Elle se devait d'être honnête, après tout l'autre cruche l'avait cherchée... Elle posa un regard sur Alekseï et montra sa fille de l'index

-Avant de répondre c'est normal que ta fille me parle comme ça ??

Puis réfléchissant à ce qu'elle comptait dire, Sirina fixa la jeune femme avec une pointe d'amertume dans le regard, à cet instant elle voulait lui arracher ses cheveux mais bon il fallait rester courtois et surtout lui tirer dans les pattes de façon tout à faite aimable...

-Pour le moment ce n'est pas encore dans mes projets, petite enfant... Mais comme tu as pu le remarquer ou pas, vu que tu te rassures à poser plusieurs fois la même question, je ne suis pas sa maîtresse ni même une aventure extraconjugale... Et il est possible qu'en ce moment même j'en porte un... Tic Tac, tu auras peut être bientôt un petit frère...
Sirina lui sourit mais d'une façon sarcastique... Écoute ma belle, si ton père te laissera noyer son enfant pourquoi pas, mais moi je ne pense, et ne t'avise pas de le faire tu auras affaire à moi... Tu as ma parole

Puis se tournant vers le tricentenaire, elle voulait comprendre cette histoire... C'est alors que sans s'en soucier elle posa la question

-Dis moi tu as une fille, jusque là pas de problème... Tu comptes repartir avec sa mère parce que si c'est ça faut me le dire tout de suite...

La jeune guérisseuse était agressive dans ses propos, ce jeu n'allait pas être une partie de plaisir pour elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Mer 10 Fév 2016 - 21:37

Sirina était devenue toute pâle, aussi blanche qu'Elizabeth si ce n'était plus. Visiblement, elle ne s'attendait pas à cette question. Rytchkine non plus d'ailleurs, tant à cause de la gravité de cette révélation que du fait qu'elle le lui ait caché. Pourquoi ?! Elle resta calme malgré tout et lui demandé si c'était normal que sa fille lui parle comme ça. À vrai dire, il avait été absent pendant 300 ans, avait-il vraiment le droit de lui dicter sa conduite ? Il ne serait pas à sa place s'il décidait de la corriger dans son éducation. Cela dit, il ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'avait fait Adramante pour qu'elle vienne en parler ainsi. Elle fixa ensuite Elizabeth, laissant planer le suspens. Il y avait quelque chose d'étrange dans son regard, un mélange de colère et de regret. Pourquoi là encore ? Vint finalement sa réponse tant attendue.

Finalement, ce n'était qu'un mensonge qu'elle avait probablement raconté pour se rendre intéressante, dispute de femelles ... Enfin, elle n'écartait pas la possibilité d'être enceinte mais, cela aurait fort étonné le scientifique, il s'était pourtant assuré que cela ne puisse pas se produire. Elle revint sur le sujet de la noyade mais Alekseï était toujours bloqué sur cette histoire d'enfant. Il n'en voulait pas et ce n'était certainement pas le moment d'en faire un ! Il avait déjà assez de problèmes comme ça. Quant à la question de l'héritier, enfin héritière, elle s'était déjà résolue d'elle-même ... en fin de compte. Il fut ensuite soulagé, pensant qu'une partie du problème avait été résolue. En fait, non. La question de Sirina, dite avec une agressivité sans pareille, le surprit encore plus que toute cette histoire. Il était mal, très mal. D'autant plus qu'Elizabeth afficha un large sourire en tournant le regard vers lui, elle aussi très intéressée par la réponse.

Que voulait-elle qu'il dise, honnêtement ? Qu'il la préférait à Adramante ? Ou l'inverse ? Il n'avait pas envie de se décider, ni même d'y réfléchir, et même s'il en avait envie, il ne le pouvait pas, il n'avait pas assez d'éléments pour ça ! Adramante était un évènement majeur de sa vie mais elle appartenait au passé lointain et Sirina était certes une histoire nouvelle mais elle n'était pas encore quelque chose de véritablement marquant, il n'était même pas sûr de l'aimer. Certes, il y avait de la complicité et de l'affinité entre eux mais, d'une certaine façon, pas au point de parler de d'amour. Il les regarda à tour de rôle, blêmissant lui aussi. Elles attendaient sa réponse. Que dire ? Il ne comprenait pas cette obsession, ne pouvaient-elles pas simplement mettre chaque chose à sa place et rester dans leurs limites respectives sans empiéter sur l'espace de l'autre ?

- Je te répondrai qu'il y en a une de vous deux qui fait erreur mais que je ne sais pas encore qui.


Répondit-il tout simplement. Il les regarda ensuite à tour de rôle une nouvelle fois. Pourquoi, diable, les choses devaient être mauvaises quand elles pouvaient être bonnes ? Sa propre fille l'avait retrouvé, il devait être fou de joie, pas crispé d'angoisse. Sirina était peut-être le début d'une longue histoire, pourquoi ne pas non plus être heureux de ça ?! Il comptait bien corriger le problème. Il se releva, leur informant que le jeu était terminé. C'était court mais suffisant. Il s'en alla ensuite chercher une pièce de monnaie. Il fit choisir entre pile et face à Elizabeht et la guérisseuse. Sa fille choisit pile, c'était donc face pour Sirina. Il la lança ensuite et elle retomba sur face. Il releva le regard vers l'ange, tout sourire.

- Face, c'est Sirina qui gagne. Tu dégages et tu ne reviens pas avant demain, ma chérie.


Dit-il en s'adressant à Elizabeth. Cette dernière le fusilla du regard, prête à l’assassiner, tout de suite. Il la mettait dehors pour elle ? Pour la rassurer, bien qu'en se moquant d'elle, Alekseï rajouta ...

- Mais ne te vexe pas voyons ! Demain c'est elle qui dégage et pour toute la journée, chacun son tour. Il lui sourit. Et maintenant dehors !!!

Lui cria-t-il dessus en la poussant vers la porte, littéralement. L'ange n'en revenait toujours pas, surtout lorsqu'elle se retrouva de l'autre côté. Elle se vengerai d'elle, elle pouvait en être certaine ! Enfin au calme, Rytchkine s'approcha de Sirina. Il la serra et l'embrassa.

- Je ne te connaissais pas aussi jalouse, gamine, égoïste et menteuse que ça, Sirina, tu n'as vraiment aucune pudeur ! Il lui adressa un sourire taquin. Cesse de farfouiller dans ma vie et apprend à savourer l'instant présent plutôt. Mh ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Mer 10 Fév 2016 - 22:02

La jeune guérisseuse avait été agressive dans sa question, elle se rendit compte un peu trop tard, mais elle n'allait pas non plus s'effacer pour autant... Elle devait montrer à la jeune femme qu'elle était tout aussi importante aux yeux d'Alekseï qu'elle même... Même si il était son père, et que jamais elle ne pouvait lui retirer cet amour, à cet instant l'histoire entre lui et sa mère était bel et bien révolue... C'était ainsi et elle devait l'accepter même si c'était à contre cœur... Comme elle qui avait accepté que sa mère refasse sa vie avec un autre homme, après bon elle pouvait toujours la haïr cela ne changeait en rien, elle avait tout à fait le droit, à partir du moment où elle savait que Sirina pouvait devenir potentiellement sa belle mère... Du moins c'est ce que comptait faire Sirina...

La question fit blêmir le chercheur, ne sachant quoi répondre, il resta un long moment silencieux, à les observer une par une... Ceci ne plut pas trop à la guérisseuse, si il hésitait c'est que les sentiments de sa première femme étaient toujours d'actualité... Lorsqu'elle y songea après tout c'était normal, mais jalouse comme elle était elle ne pouvait se résigner de le voir dans les bras d'une autre... Cette jalousie allait peut être finir par la dévorer, par la brûler mais peu importe... C'était bien la première fois qu'elle s'entendait à merveille avec un homme, alors pourquoi le laisser hésiter entre une histoire ancienne et peut être une nouvelle histoire pleine de complicité ?

Puis il répondit tout autre chose, il ne voulait pas se mouiller, et cela agaça la jeune femme, il ne voulait pas du tout s'affirmer... C'est alors qu'il décida de cesser cette partie de jeu... Il avait fini par comprendre que le jeu ne pouvait pas toujours tout résoudre, la preuve... Puis il prit une pièce et laissa les deux femmes choisir, sa fille prit pile et Sirina préféra prendre face... Alekseï lança la pièce qui retomba alors sur le côté face, Sirina leva les yeux vers son amant, en même temps que sa propre fille... Finalement la jeune femme appris qu'elle allait passer la journée et la nuit avec lui, sans sa fille qui elle serait de nouveau là demain... Sirina dans toute la finesse du monde, lui fit un sourire narquois, pour lui faire comprendre qu'elle ne comptait pas se laisser devancer... Que ses idées de récupérer son père pour le remettre avec sa mère étaient erronées...

Attendant alors qu'il mette sa fille dehors, Sirina ne préféra pas intervenir pour ne pas envenimer les choses même si l'envie la poussait à le faire, elle voulait lui dire au revoir, mais elle se retint pour se montrer beaucoup plus courtoise... Il la mit dehors et fut assez ferme, lorsqu'il claqua la porte, Sirina souriait au tricentenaire... Il avait fait une bonne chose, et puis elle avait son père pour elle toute seule le lendemain, et Sirina ne viendrait pas les embêter... Puis il vint la serrer dans ses bras avant de l'embrasser, avant de gentiment lui dire qu'il ne la connaissait pas comme ça, la jeune femme lui sourit, il ne savait pas de quoi elle était capable lorsqu'on voulait lui prendre les êtres qui étaient chers à son cœur... Elle pouvait se montrer cruelle et sans pitié … Puis comme un avertissement il lui dit d'arrêter de fouiner dans sa vie et de juste savourer l'instant présent... Sirina ne comptait pas se laisser faire, et n'avait pas jouer la dernière carte du jeu...

-Mais je n'ai rien fait moi, je comprends que ta fille veuille revenir vers toi, mais de là qu'elle veuille te remettre avec sa mère... Je n'accepte pas Alekseï....

Elle fit une pause et décida alors d'être franche avec lui, après tout cela serait le mieux ainsi il saurait exactement pourquoi les deux jeunes femmes n'avaient pas réussi à s'entendre... Pour l'une il s'agissait de son père, et pour l'autre un homme sur lequel elle pouvait compter, situation délicate...

-Je sais que tu as vécu un amour idyllique avec ta femme, mais c'est de l'histoire révolue, tu comprends et tant que ta fille me parlera sur ce ton... Je serai froide

Puis venant sur la question de l'héritier, Sirina décida alors d’éclaircir les choses, elle n'était pas enceinte de lui, et ne comptait pas encore l'être … Voulant être sûre de leur histoire, elle attendrait le moment venu pour lui accorder une descendance...

-Et pour l'enfant, rassure toi je ne suis pas enceinte, c'est juste pour l'impressionner que j'ai inventé cette histoire... Je n'en veux pas encore... Je veux être sûre que tu sois la bonne personne... Je ne veux pas le porter pour que tu retournes avec ta fille vers ta première femme...

Puis elle se blottit dans ses bras pensive... Elle se posait mille et une question, et cette visite venait de chambouler tous ses projets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Ven 12 Fév 2016 - 17:25

Visiblement, Sirina n'avait pas compris le message d'Alekseï. Elle s'obstinait sur sa voie. Certes, elle venait bien de lui confirmer que toute cette histoire de progéniture était fausse mais, elle en faisait malgré tout un projet d'avenir. Certes, elle avait le droit d'en avoir envie et de se convaincre que ça allait arriver mais, ce n'était pas prudent car si justement ça n'arrivait pas, la chute serait plus dure. Ce n'était pas tant une question de pessimisme ou d'optimiste mais de réalisme, Rytchkine n'avait pas envie de procréer, d'autant plus que sa "fille" venait de faire son apparition et qu'il n'avait donc plus à se soucier de l'avenir de ses recherches, ayant elle-même exprimé l'idée de les poursuivre avec lui. Il n'avait donc même pas besoin de la convaincre du bien fondé de son projet, elle était sur la même longueur d'onde que lui. Partant de là, pourquoi s'encombrer avec un enfant ? Même avec Adramante, il n'y avait jamais songé. Il n'avait pas le temps, pas l'âme ni l'envie d'être un père. La guérisseuse devrait le comprendre et se faire une raison. Bien sûr, il ne comptait pas lui imposer ça de façon brutale mais plutôt essayer de le lui faire comprendre en douceur. Aussi, il ne chercha pas à la contredire, du moins pour l'instant.

Quant à sa relation avec sa ... femme puisqu'il n'était toujours pas divorcé, du moins officiellement, là encore, les choses n'étaient pas aussi simples que ça. Sirina ne voulait pas qu'il retourne vers elle et il le comprenait parfaitement. D'ailleurs, il n'en avait pas envie non plus, trop de temps s'était écoulé et trop de choses s'étaient produites pour qu'il puisse un jour, décemment, vouloir renouer avec elle. C'était du passé et il s'en était fait une raison. Elizabeth, peut-être pas mais, cela se comprenait, elle avait de l'espoir, un espoir vain mais un espoir quand même. Tout comme pour la guérisseuse, il tâcherait de lui faire comprendre toute son erreur en douceur ... ou pas, il se demandait si la brutalité ne serait pas plus efficace avec elle, à en juger par son tempérament. Maintenant, ne pas vivre dans le passé ne voulait pas pour autant dire oublier l'amour qu'il lui portait. Cet amour était encore là, en dépit du temps et des évènements, et il ne pourrait jamais l'éteindre, du moins complétement. La guérisseuse ne voulait plus qu'il ne ressente quoi que ce soit envers Adramante, qu'il la considère comme une parfaite étrangère, chose qui n'était pas possible. Cela ne voulait pas dire qu'il serait prêt à retourner vers elle si l'occasion se présentait mais simplement qu'il ne pourrait la considérer comme une parfaite inconnue pour la simple et bonne raison qu'elle faisait partie de sa vie.

Elle reprochait à Elizabeth de ne pas comprendre que c'était une histoire révolue. Elle avait à la fois tord et raison. D'un certain point de vue, sa fille ne comprenait pas que c'était du passé et faisait donc preuve d'hostilité envers Sirina, ce qui n'était pas acceptable ... du moins dans une certaine mesure. En revanche, demander à Elizabeth de considérer ça comme de l'histoire révolue était tout aussi inacceptable, elle était quand même le fruit de leur union. Se faire une raison était une chose, perdre complétement espoir était autre chose, surtout pour elle qui ne pourrait jamais le concevoir réellement. En fin de compte, elles étaient toutes les deux à deux extrêmes opposés et devaient être raisonnables. Elles avaient des efforts à faire.

Finalement, elle s'était blottie contre lui. Alekseï n'était pas un grand romantique ni un sentimental. Les sentiments étaient nuisibles à sa quête et il avait appris à les étouffer. Il n'était pas une machine, il ne pouvait pas complétement les supprimer mais, il pouvait les contrôler, du moins tant qu'ils n'étaient pas trop forts et imprévisibles. Aussi, lorsque la guérisseuse le serra, il lui rendit son geste sans faire preuve d'un enthousiasme débordant, il semblait plutôt faire ça par politesse, l'air absent. Il frissonnait, c'était palpable et ce n'était pas contrôlable, cependant l'émotion associée, elle, l'était, et c'est pour ça qu'il n'exprima rien alors que le contact avec Sirina le faisait frémir. Il passa sa main dans ses cheveux, qu'il caressa un moment dans le plus grand des silence, à l'air à la fois pensif et détaché. Plus tard, il lui parla d'une voix basse et monocorde, le ton morne.

- Je n'ai pas envie d'avoir un enfant de toi, Sirina. Ni maintenant, ni plus tard, ni bien plus tard.
Il la garda dans ses bras, marquant une pause avant de reprendre. Quant à notre relation, ne presse pas les choses ou tu me feras fuir. Aujourd'hui, je ne peux pas dire que je t'aime mais je ne renie pas l'affinité qu'il existe entre nous pour autant. Le temps fera son affaire.

Finalement, il la recula un peu, posant son regard sur le sien. Il était vide, encore une fois. Il la fixa un moment ainsi, immobile, tout en réfléchissant à ce qu'il allait dire ensuite.

- Quant à Elizabeth, elle est ma fille et à ce titre, elle a la priorité sur toi, d'autant plus que j'ai une dette de 300 ans envers elle. C'est à toi d'aller vers elle et de faire l'effort nécessaire. Je n'ai absolument rien à lui imposer. Un léger sourire se dessina sur son visage. Je dirais même que notre relation passe par son consentement, à toi de te faire accepter.

Se doutant bien que ses paroles pourraient la blesser, la rendre folle ou l'énerver, la poussant ainsi à réagir avec impulsivité et de façon forcément idiote, pour le regretter ensuite, il préféra faire preuve de prudence. Il se montra alors un peu plus chaleureux, aussi bien dans sa gestuelle que dans sa voix, même s'il restait profondément fidèle à lui-même, c'est-à-dire qu'il faisait encore trop preuve de froideur et d'un calme déconcertant.

- Ceci étant dit, je suis persuadé que tu y arriveras. En attendant, nous avons la journée pour nous, je vais faire une pause dans mes travaux et bien m'occuper de toi. On pourrait peut-être aller profiter du beau temps qu'il fait dehors ? Ou alors aller chez toi ? J'aimerai que tu m'enseignes ce que tu sais sur les plantes, mes connaissances sont très limitées. Si aucune ces deux propositions ne t'enthousiasme, nous pouvons aussi élargir le programme de ce soir jusqu'à maintenant ? Finit-il avec un large sourire plein de sous-entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Ven 12 Fév 2016 - 18:49

Ce silence pesant entre les deux personnes ne rassurait pas du tout la guérisseuse, se demandant même si il ne faisait pas exprès d'être par moment froid et distant afin de la faire revenir vers lui... A quoi pensait-il ? Sa fille avait sûrement du remuer plusieurs choses en lui, le fait de se demander peut être si il n'allait pas finalement tout plaquer pour l'éduquer la chérir, cette idée fit sourire la jeune brune... Une jalousie sans nom commençait à grandit dans ses entrailles... Elle était revenue depuis maintenant quelques heures et voilà qu'elle avait réussi son coup... C'était peut être dans ses plans les plus fous de peut être séparer son père d'une éventuelle femme... Sirina se devait quand même de féliciter son génie...

Puis pour couronner le tout, comme un coup de massue, Alekseï lui fit comprendre d'une voix complètement blanche et monotone qu'il ne voulait pas d'enfant d'elle, ni maintenant, ni même après... Comment la jeune brune pouvait être bête ? Bien sur maintenant qu'il venait de découvrir sa pseudo-fille qui venait de débarquer la matinée, les enfants n'étaient plus du tout sa préoccupation. Un sentiment amer s'empara de la jeune femme, et puis il ajouta que de toute façon il ne pouvait pas encore dire qu'il l'aimait mais ne niait pas du tout qu'ils avaient une certaine complicité... Reculant ainsi pour poser son regard sur elle, Aleksei prit un peu de temps avant de lui dire le plus naturellement du monde, que sa fille passait avant elle... Que c'était à Sirina de se faire en quelque sorte accepter... Etait-il tombé sur la tête ? N'avait-il pas vu comment sa fille lui parlait ?? C'était un comble mais la jeune guérisseuse se refroidit aussi vite qu'une goutte d'eau exposée à une température extrême...

-Bien sûr.... Pour te dire moi je n'ai que de la haine à ton égard... Moi me faire accepter par ta fille, alors qu'elle ne s'est pas gênée de me traitée de tous les noms, de même me trancher la gorge avant que tu n'arrives... Alekseï je peux être gentille, mais pas stupide...

La guérisseuse n'avait pas mâché ses mots, et puis quoi encore, se faire injurier et devoir se faire petite, et faire des courbettes pour que mademoiselle l'accepte... Après plusieurs minutes de réflexions, la jeune femme se dit que finalement cette histoire était peut être partie trop vite, elle s'était attachée rapidement... Elle avait à cet instant l'intime conviction qu'il était concentré sur sa fille unique... Cependant Sirina n'avait pas dit son dernier mot, elle voulait des enfants, avec lui ou un autre peu importe...

-Si ce n'est pas avec toi alors j'irai avec un autre, ce n'est pas grave, je me suis sûrement trompée de personne...

La guérisseuse à cet instant n'avait qu'une idée en tête rentrer chez elle, puisqu'elle n'avait plus rien à faire ici, finalement sa fille aurait bien pu rester... Il avait voulu être franc et sec avec elle ? Elle allait lui rendre la monnaie de sa pièce..

-Non merci, tu devrais rappeler ta fille pour passer la soirée avec toi, j'ai des choses de prévues... Merci de ton accueil... Oh et puis si je repasse, je t'enverrai une lettre hein pour ne pas te déranger...

Rassemblant ses affaires, la jeune brune ne posa aucun regard sur l'homme présent avec elle dans la pièce... Cette dernière avait placé tout espoir en lui,et voilà comment il la remerciait, uniquement pour sa fille... Sirina avait parfaitement bien compris son sourire, et le regarda une dernière fois, avant de lancer la phrase qu'il ne fallait peut être pas...

- Je ne suis pas une fille de joie...Tu peux en trouver facilement dans la taverne tu sais dans le coin de la rue..

Sirina se dirigea vers la porte tout en posant sa main dessus..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Ven 12 Fév 2016 - 20:09

Comment dire ... Le chercheur ressentait une joie immense et mais était aussi énormément déçu. Il avait tenu un discours franc et direct à la guérisseuse, en lui présentant le fond de sa pensée avec sincérité. Il se rendait compte que, non seulement, Sirina ne l'était mais, qu'en plus, sa frivolité ne connaissait aucune limite. En fait, elle s'était presque moquée de lui, presque car il avait le sentiment qu'elle ne s'en rendait même pas compte et donc que ce n'était pas volontaire. Il n'avait rien dit, pas plus qu'il n'avait réagit, à l'entente de ses paroles qui en disaient tellement long sur elle. Elle le détestait, elle n'acceptait pas qu'il privilégie sa fille, elle voulait partir, mettre fin à tout et ne plus le revoir. Quel égoïsme ... Calmement, le recherche soupira puis se retourna vers elle, un sourire triste et malin au visage. Il croisa les bras, tout en la défiant du regard, alors qu'elle était sur le point de partir.

- Tu fais bien de partir, oui. Lui dit-il alors sur un ton narquois, dans l'optique de la provoquer. Tu prétends m'aimer mais tu n'es même pas capable de faire des concessions. Tu m'aimes tant que je vais dans ton sens, dès que nos intérêts divergent, tes sentiments s'envolent. Ça ne s'appelle pas de l'amour sincère et pur ça, ça s'appelle du profit, de la goujaterie et de l’égoïsme. Il s'en alla s'allonger sur son lit, fixant le plafond. J'aime ma fille, ne t'en déplaise. Si tu m'aimais, tu l'aimerais aussi et tu n'y verrais pas d'inconvénients à ce que je te demande ça. Mieux encore, tu n'aurais pas attendu que je te le demande. Tu ne la mépriserai pas, tu ne la jalouserai pas. Tu comprendrais plutôt toute l'importance qu'elle a pour moi et donc qu'elle devrait avoir pour toi aussi. Il marqua une pause. Tu ne verrais pas non plus d'inconvénients à ce que je ne veuille pas d'enfant, parce que tu me comprendrais, tout en espérant qu'un jour, un hypothétique amour me fasse changer d'avis. Il rigola froidement. Tu n'es pas sincère, tes sentiments sont volages, tu n'acceptes pas la différence, tu ne reconnais pas la franchise, tu ne penses qu'à toi et à toi seule. Alors oui, tu fais bien de t'en aller, nous n'avons rien à faire ensemble. Il se coucha sur le côté, fermant les yeux. Finalement, il allait peut-être avoir le temps de se reposer. Et ferme bien la porte derrière toi, s'il te plait.

Il s'en doutait, elle allait faire marche arrière. Tout ceci n'était que le résultat d'une trop grande impulsivité. Ses dires l'avaient blessée, elle meurtrie, elle avait besoin d'extérioriser sa colère. Avec le temps, elle reviendrait sûrement sur ses pas et se montrerait plus compréhensive. Mais, il n'en restait pas moins que ce genre de comportement commençait à l'agacer, en particuliers au moment où sa vie prenait un tournant décisif et qu'il n'avait donc pas besoin de ça. Elle n'avait fait que creuser le fossé et c'était bien dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Ven 12 Fév 2016 - 20:46

La jeune femme allait ouvrir la porte lorsque le chercheur se mit alors à parler, en lui disant qu'elle devait peut être partir... Elle comprit rapidement qu'elle venait de le blesser, ou pas, peut être était-il simplement en train de la provoquer... Elle n'avait jamais dit qu'elle l'aimait, non elle avait une certaine sympathie pour lui mais pas de l'amour... Levant les yeux au ciel, la jeune guérisseuse se dit que finalement il allait vite en besogne... Il avait raison pour un point, la jeune femme n'aimait pas être contrariée, mais de là à dire que ses sentiments s'envolaient c'était se moquer du peuple... Elle était égoïste, c’était peut être possible, fille unique et vécu seule pendant dix longues années, cela avait forgé son fort caractère et le fait de ne pas qu'à elle... Pour le fait qu'il aime sa fille, c'était bien un grand mot... Pour aimer il fallait avoir beaucoup d'attache, mais cette jeune fille venait d'arriver ce matin, comment pouvait il avoir un amour naissant pour une fille qu'il ne connaissait pas...

Cela allait être compliqué de l'aimer, enfin si elle même ne voulait pas faire preuve de courtoisie, Sirina ne se gênerait pas de la remettre à sa place... Telle était le devoir d'une « belle mère »... Ainsi pour remuer le couteau dans la plaie, il affirma de nouveau son souhait de ne pas avoir d'enfant, Sirina n'était pas sourde, elle avait bien compris... Puis les dernières phrases lui firent mal au cœur... La jeune brune se retourna et avança vers le lit, sur lequel il avait décidé de s'allonger et se tourner sur le côté, elle ne pouvait pas voir son visage... Elle décida alors d'être franche à son tour...

-Je vais faire des efforts, mais à la moindre phrase ou moindre geste déplacés, je ne céderai pas...


Et puis revenant sur ce qu'il avait dit au début, il allait fort en disant qu'elle l'aimait... Se sentant légèrement blessée, la guérisseuse se demandait finalement si il n'était pas en train de se moquer d'elle lui aussi de son côté... Lorsqu'elle fut à sa hauteur, Sirina posa une main sur son épaule, un geste à la fois doux et dur...

-Je n'ai jamais dit que je t'aimais, j'ai juste de l'affection pour toi...

Sirina finit par s'asseoir sur le lit aux pieds du chercheur, songeant alors à l'enfant qu'elle désirait tant, de toute façon pour le moment rien ne pouvait le faire changer d'avis, il était tellement euphorique, c'est alors qu'à contre cœur, elle décida de se ranger sous son avis... Enfin pour le moment

-Je comprends que tu ne veuilles pas d'enfant... Mais ne m'en veux pas si un jour je décide de partir pour fonder également ma famille...


Contrairement à tout à l'heure sa voix était plus amicale, mais un peu tremblante, était elle vraiment sûre de le quitter pour refaire sa vie ?? Pour le moment ce n'était pas encore une question essentielle, mais le moment venu peut être que le désir se fera tellement important qu'elle devra sûrement le quitter pour vivre sa fille... Elle ne pouvait le forcer...

-Je peux inviter ta fille à passer une journée avec moi, entre filles on va dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Sam 13 Fév 2016 - 19:53

Sirina était revenue sur ses pas. Comme il le pensait, ce n'était qu'encore et toujours de l'impulsivité, ce qui ne faisait qu'accroitre la contradiction. Reprenons, il l'avait connu froide et distante, fermée à toute forme de sympathie y comprit lorsqu'elle faisait preuve de charité. En parallèle, elle n'avait rien fait pour le repousser, le laissant s'approcher autant qu'il le souhaitait et même l'y aidant en faisant plus d'un pas vers lui en retour. Cette schizophrénie était une comédie, c'est ce qu'il avait pensé au début, elle n'était là que pour cacher une nature très obscure. Seulement, pourquoi s'être laissée aller uniquement avec lui ? Parce qu'il lui ressemblait beaucoup et qu'elle l'avait su très tôt. Elle avait pensé que leurs similitudes leur permettrait de développer rapidement une relation de confiance et plus si affinités, la mettant alors à l'abri de la déception qu'elle avait toujours cherché à éviter en se montrant si froide. De ce fait, ce n'était plus une comédie mais une boucle. Seulement voilà, alors même qu'ils se connaissaient maintenant bien mieux et que les choses avançaient bien, elle se montrait de nouveau hésitante voir contradictoire, adoptant parfois l'attitude initiale, parfois une attitude plus "normale". Bien sûr, la question restait ouverte, quelle était la bonne et quelle était la fausse ? Mais ce n'était pas ça le problème, c'était qu'il y a une instabilité flagrante et que ses premières recherches lui avaient permis de découvrir qu'elle avait des origines démoniaques non pas dans ses énergies ni dans son corps mais dans son esprit. Cette configuration, surréaliste dans un premier temps au regard de ses nombreuses observations, pouvait expliquer en partie cette instabilité dans son comportement, qui n'était autre en fait qu'un "choc" entre son esprit et son énergie/corps, l'un cherchant à influencer l'autre dans deux directions parfaitement contradictoires. Malheureusement, ça n'en expliquait qu'une partie car, si origines démoniaques il y avait, comment ce déséquilibre pouvait perdurer, et donc se transformer en équilibre ? Certes, tout le monde avait un peu de tout en soi, y comprit de la magie noire, mais les proportions observées chez elle étaient explosives ! Il n'y avait pas lieu d'obtenir un équilibre précaire, et pourtant rien se passait. De plus, où étaient ses attributs démoniaques ? Avec un tel taux, il devrait forcément y avoir sur son physique, or il n'en était rien.

Pour en revenir à la base du problème, toutes ces observations et ces conclusions lui permettaient d'anticiper ses réactions et de mieux les comprendre mais il n'en restait pas moins surpris à chaque fois, au point de se demander s'il savait réellement ce qu'il faisait et qui était-elle. Aussi son discours le laissa perplexe. Pourquoi cette obsession avec les enfants, exactement au moment où sa fille débarquait ? Son mimétisme était choquant aussi, elle ne semblait pas s'en rendre compte, contrairement à lui qui s'inquiétait de plus en plus de son ampleur, ce n'était pas normal. Un rapport avec ses attributs démoniaques ? Peut-être. Sirina lui permettait d'en apprendre beaucoup, à la fois sur lui-même et sur le monde qui l'entourait, elle représentait une avancée majeure dans ses recherches et il ne pouvait donc pas s'en séparer, même si parfois l'envie lui en prenait. Là encore, c'était compliqué car sentiments et études ne faisaient pas bon ménage, il ne pouvait pas décemment s'attacher à elle et l'étudier en même temps, or c'était précisément ce qu'elle attendait de lui. Quelque part, il ne voulait pas non plus se moquer d'elle, elle n'avait rien fait pour être manipulée de cette façon. C'était un problème très épineux, une situation délicate où il devait manœuvrer avec beaucoup de sagesse ... Or il n'était pas un sage, il était tout le contraire et c'était ça qui rendait la situation d'autant plus dangereuse.

Au final, elle avait décidé de faire un effort tout en le mettant en garde, c'est-à-dire en le menaçant implicitement. Il se demandait si elle savait vraiment à quel point elle était importante pour lui et de quelle façon ? Visiblement non, sinon elle s'en serait servie depuis longtemps pour faire pression. À moins bien sûr que ses sentiments l'en empêchent mais, la connaissant comme profondément diabolique, rien ne semblait véritable apte à la retenir, surtout si cela lui permettait d'atteindre ses fins. Passionnant, vraiment passionnant, il pourrait écrire des pages entières de dissertation à son égard tant il y avait à découvrir et matière à réfléchir. Mais pour le moment, Alekseï était allongé et silencieux, très pensif. Il se perdait dans ses souvenirs sans même continuer à l'écouter et sans lui répondre non plus. Il repensait à ce qu'il s'était passé les deux dernières nuits qu'il avait passé en sa compagnie. À chaque fois, tout avait très mal commencé et avait très bien terminé. En fait, il se demandait si ce n'était pas ça qu'elle cherchait par hasard, une sorte d'attirance pour l'obscure. Certes, cela lui avait permis de la découvrir en profondeur et sans mauvais jeu de mots mais, ce n'était pas assez, loin de là ! Peut-être fallait-il pousser l'expérience encore plus loin ? Quelque chose lui disait qu'elle n'avait aucune limite, ou tout du moins qu'elle était capable d'aller aussi loin que lui et avec la même conviction. On ne parlait plus de folie à cet instant là, on parlait de nature.

Aussi, et sans prévenir, il se rua sur elle avec animosité. Il la bouscula brutalement et la plaqua violemment contre le sol, tout en lui adressant un regard chargé de haine. Il était crispé au possible, on aurait dit qu'il avait envie de la mettre en pièces. Son souffle était court, serré. Il était passé en un instant d'un état de calme absolu à un état d'excitation incontrôlable. Il lui donna une gifle, puis une autre, puis une autre, et encore une, de plus en plus fort, sans s'arrêter. Avait-il perdu ses moyens ? Un peu. Rien n'était fait sans calcul avec lui. Il finit par s'arrêter, encore plus déchainé qu'avant. Il lui adressa un nouveau regard meurtrier, puis l'attrapa par le col, la soulevant sans effort pour la plaquer contre le premier mur venu. Dans ses yeux, une folie furieuse, une furie dévastatrice qui ne demandait qu'à être libérée. Il tremblait de tout son être. Il la regarda d'abord avec incompréhension, puis finalement vint la morde au cou, sans ménagement, mais tout en l'embrassant. Une seule envie à cet instant, lui montrer qui était le plus fort, qui était le maitre ici. En d'autres termes, il allait la malmener, l'humilier, détruire toute sa dignité, en faire son objet. Bref, la dominer. C'était mettre à exécution les menaces qu'avait proféré Johann il y a peu. Rychtkine lui même, intérieurement, se demandait à quel point il n'était pas influencé par ce dernier à cet instant-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Sam 13 Fév 2016 - 20:25

La jeune femme était assise sur le lit d'Alekseï, pensant à tout ceci.. Cela aurait pu être complètement différent si sa fille n'avait pas décidé de faire irruption dans la vie du chercheur... Malédiction ? Sirina se demandait même si parfois les divinités ne l'avaient pas maudite, condamnée à grandir sans repère et forcément peut être finir seule, sans famille, sans personne pour l'épauler, et personne avec qui partager un amour sincère et complice... Le temps passait, chaque fois qu'elle se laissait aller avec l'homme, il savait comment la faire culpabiliser, comment la manier... Il avait appris à la connaître, et tout ceci en plusieurs semaines... Et puis cette histoire de démon, elle même n'arrivait pas du tout à se reconnaître dedans, se questionnant sur ses origines... Le sang de démon coulait-il dans ses veines par accident ou par volonté ??? Sirina voulait et se devait de connaître la vérité... Après tout si cela était le fruit d'un abus, ce n'était pas vraiment la faute de la personne qui porta en elle la première génération d'hybride... Quoi qu'il en soit, tout ceci ne regardait pas la guérisseuse, elle n'y était pour rien... Et elle même avait plusieurs fois dormi dans les bras du chercheur qui n'était pas totalement un humain...

Se posant un peu, elle se mit à songer à la question de l'héritier, il ne voulait pas d'enfant... C'est alors qu'elle eut une idée certes machiavélique, mais c'était la seule possibilité de porter son enfant... La guérisseuse se dit que finalement, si elle passait le plus clair de son temps avec lui, ils finiraient toujours pas par avoir tous deux des envies incontrôlables et qu'à force, et avec beaucoup de patience, cela aboutirait à une grossesse... Ce serait certes très malhonnête de faire ça dans son dos, mais c'était la seule solution pour le garder à ses côtés... La brune ne croyait pas du tout, à ses discours, et ce bébé pouvait ainsi l'inciter à rester avec elle et abandonner l'idée de retourner peut être avec sa femme... Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme... Cette idée bien que saugrenue était parfaite, mais elle prendrait tout son temps pour la mettre en exécution...

Sirina fut projetée au sol, par un choc qui la secoua assez violemment, ne comprenant pas très bien ce qu'il venait de se passer, la jeune femme ferma les yeux par réflexe, et lorsqu'elle les ouvrit elle vit alors Alekseï sur elle... Son regard haineux, lui fit un peu peur, mais ne la surpris pas pour autant, c'était toujours comme ça qu'il était lorsqu'il avait envie d'elle... La jeune femme se dit que finalement son plant allait peut être démarrer bien plus tôt que prévu... Sans avoir le temps de placer un mot, elle reçut des gifles sur le visage, la faisant même partir dans les choux... Essayant de se débattre la jeune guérisseuse n'y arrivait pas, trop de force émanait du corps du chercheur... L'attrapant par le col, il l'amena vers le premier mur, et la plaqua tout en lui mordant le cou, il l'embrassa aussi... Ceci fit sourire la jeune femme, il voulait jouer aussi ? Il allait être servi... Ne se laissant pas faire la guérisseuse passa sa main derrière son cou, et planta ses ongles dans sa nuque, tout en l'embrassant...

-Joue avec moi t'as raison Alekseï

Elle se mit à rire, à ce moment là n'importe qu'elle femme se serait effondrée voir même enfuie, mais pour Sirina il s'agissait d'un jeu, un jeu très dangereux certes mais un jeu quand même... Elle le regarda dans les yeux, un regard qui en disait long, elle savait ce qu'il voulait d'elle, et forcément elle allait s'offrir à lui... Le compte à rebours était lancé... Il ne restait qu'a savoir quand l'heureuse nouvelle tomberait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Dim 14 Fév 2016 - 18:35

Qu'il s'amuse avec elle ? C'était tout ce qu'elle trouvait à dire après toute la violence et le mépris dont il venait de faire preuve à son égard ? C'était à croire qu'elle adorait ça. Ce genre de comportement le perturbait grandement. Elle le laissait sans cesse perplexe, sans cesse confus. Il était fatigué à force de ne pas tout comprendre, d'avoir l'impression de s'approcher de la vérité sans jamais l'atteindre. Il se demandait si Sirina ne le savait pas, ça, et si elle ne s'en servait pas justement contre lui. Peut-être qu'elle le manipulait et qu'au final, elle aimait ça ? Peut-être que c'était lorsqu'il devenait fou à lier qu'elle avait l'impression qu'il était au plus près d'elle ? Si c'était ça, elle était vraiment diabolique. Alekseï la fixa avec une haine noire au regard, avant de se calmer peu à peu, laissant alors apparaître un sentiment de tristesse intense.

- J'ai l'impression d'être coupé en deux. C'est une sensation terrible, ça me rend fou. Il perdit son regard dans le sien, comme à la recherche de quelque chose. Quand je te vois, quand je vois ton joli visage d'ange, le conflit entre mes ténèbres et mes lumières est plus puissant que jamais. Il posa alors ses mains sur son visage, la caressant puis la saisissant. Il prit une voix plus basse et parla sur le ton de la confidence sans la quitter des yeux. Ma part d'obscurité connaît mes faiblesses et plus sombres désirs. Elle me souffle ce que j'aime entendre, elle me souffle de t'anéantir, de te réduire à l'état d'objet par les moyens les plus vils. Il serra alors les dents. Mais je n'entends pas que ses appels, il y aussi ma part de luminosité qui me souffle de sa voix faible tout ce que je ne veux pas entendre. Elle voudrait que je te respecte et reconnaisse ta nature d'être vivant et conscient, que je m'éloigne de toi et que je ne te fasse pas souffrir. Il lui lâcha le visage, faisant descendre ses mains sur ses épaules. J'ai adoré te faire mal. Dit-il en faisant référence à son excès de violence. Je ne pourrais pas t'aimer autrement qu'en te soumettant à mes pires désirs, Sirina.

Il marqua alors un silence puis la relâcha en s'éloignant. Au moins c'était dit, toute forme de relation amoureuse se traduirait irrémédiablement par déchaînement de ses plus sombres instincts, c'était sa façon d'aimer, il n'en connaissait pas une autre. Un problème d'énergie et masse mais aussi d'esprit. Au moins, grâce à elle, il savait maintenant d'où venait ses troubles mentaux. Il passa frénétiquement sa main dans ses cheveux, pour les refaire grossièrement. Finalement, il se retourna vers elle, prenant un air alors plus détaché.

- Pour autant, nous nous complétons et l'idée d'une progéniture n'est pas si idiote que ça. En terme de constitution, d'esprit et d'énergie, ce serait une expérience intéressante qui me permettrait de progresser grandement dans mes recherches. Maintenant je ne suis pas sûr de l'aimer et encore moins d'être un bon père. Il y a plutôt de fortes chances que je me comporte comme avec toi et que je mette une barrière entre lui et moi. Il regarda le vide. Si je voulais l'aimer, il faudrait que je t'aime aussi or cela passe par ce que je viens de te dire. Un sourire malsain se dessina sur son visage, il reporta son attention sur la guérisseuse. Maintenant si tu es prête à endurer les traitements les plus odieux et avec le sourire … alors je pourrais peut-être t'aimer et, de ce fait, affectionner une éventuelle progéniture. Ça ne me fait pas plaisir de te dire ça mais, c'est comme ça, je n'y peux rien. À toi de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Dim 14 Fév 2016 - 19:28

La jeune femme écoutait ce que disait Alekseï, elle même se demandait bien ce qu'elle trouvait de bien dans cette relation qui pouvait rendre n'importe quelle personne saine d'esprit folle... Elle souriait parce qu'elle aimait ça, oui elle aimait le laisser croire qu'il la dominait mais par moment elle le dominait montrant ainsi qu'il n'avait pas totalement la main sur elle... C'était sûrement ce qui l'attirait chez elle, cette façon insolente de se comporter alors qu'elle se devait d'avoir peur de ses faits et gestes... Il avait l'impression d'être coupé en deux ? Etrange révélation, elle même ne l'avait jamais ressenti comme ça, il était tiraillée entre ces deux opposés... Posant alors sa main sur son visage, il ajouta que son visage angélique cela le poussait à devenir démoniaque, de profiter d'elle... Souriant à pleines dents, Sirina pouvait tout à fait comprendre cette façon de penser... Elle même était contradictoire, alors pourquoi pas lui... Surtout qu'il n'était pas humain, raison de plus...

Déchiré entre sa part d'ombre qui voulait à tout prix anéantir cette vie, qu'il n'écoutait pas d'ailleurs, car à chaque fois la jeune guérisseuse en sortait indemne de ces querelles acharnées... Sa part de lumière lui criait alors de la respecter de l'aimer en tant que telle, une personne à part entière... Sirina elle même n'aurait pas réussi à trancher entre ces deux parts... La jeune brune aussi tiraillée par ses deux côtés, l'obscurité avait de grandes ambitions pour la jeune guérisseuse déjà par l'utilisation de magie noire, et sa lumière lui disait de s'arrêter et de lui dire qu'elle voulait se marier avec lui fonder une famille... La jeune guérisseuse indécise prenait les deux appels et faisaient avec... Usant par moment de son côté sombre et par moment de sa grande lumière... Il descendit ses mains sur ses épaules, puis il lui dit qu'il avait adoré lui faire mal... Curieusement Sirina aussi avait aimé... Elle lui sourit amoureusement sans arrière pensé

-C'est comme ça que je veux être avec toi... Je ne veux pas d'un amour platonique...

Ils étaient sur la même longueur d'onde, c'était déjà quelque chose de positif, elle acceptait ses désirs les plus fous, mais ne se laissait pas faire pour autant, aussi contradictoire que cela puisse paraître Sirina ne voulait pas d'un homme aimant qui serait à ses pieds à tout lui faire... Elle voulait d'un homme violent, agressif, comme Alekseï puis elle savait qu'au fond de lui se cachait une lumière blanche aveuglante... Elle n'en doutait pas... Puis lorsqu'il lui parla de l'idée de l'enfant, la jeune femme parut heureuse, il venait enfin de comprendre ses envies de femme... Elle resta tout de même un peu distante, c'était peut être un piège... Cependant il lui souligna qu'il doutait qu'il se comporte comme un bon père, cela n’inquiétait pas du tout la mère, du moment qu'il n'était pas agressif avec l'enfant cela pouvait être possible... Dans le cas contraire, Sirina n’hésiterait pas à sortir ses griffes... Puis il lui posa un ultimatum, il l'aimerait avec sa façon de vivre... La jeune femme déposa alors un léger baiser sur sa joue... Elle était d'accord, et puis elle même était une femme dotée d'un sacré caractère... Et lui remettre de temps en temps les idées en place n'était pas de refus...

-Je t'aimerai aussi de cette façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 15 Fév 2016 - 14:58

Soit l'humeur de Sirina n'était pas stable, soit c'était lui qui voyait le mal partout, ou alors les deux à la fois. Elle lui souriait amoureusement et acceptait tout ce qu'il venait de dire ?! Alekseï était figé, en la fixant d'un air accusateur, tout en ne la comprenant pas. Elle n'avait pas à accepter ça ! Ce n'était pas logique ! Une personne censée ne réagirait pas comme ça ! Même un démon refuserait de se voir affliger ce qu'il affligeait aux autres ! Or elle, au moins, elle ne faisait rien de mal ... enfin presque. Rytchkine se mit à penser qu'elle n'avait pas bien compris elle non plus. Elle ne mesurait pas l'étendue de ses menaces et pensait sûrement arriver à le contrer comme elle l'avait fait jusqu'à présent. Elle n'y était cependant arrivée que parce qu'il se maitrisait lui-même depuis le début. Si jamais, et comme il le lui avait dis, il se mettait à ne rien contrôler du tout et laisser donc libre cours à ses instincts, à ses pulsions, bref, à ses sentiments et non à ce qu'il lui restait de sa raison, elle ne pourrait rien faire ! Il ne la laisserait pas faire, tout du moins.

Quelque part, il avait envie d'y croire, envie de se laisser convaincre qu'elle était parfaitement consciente et consentante. Il y avait quelque chose d'excitant à pouvoir lui affliger tout ce dont il avait envie et le tout avec amour. Il y avait quelque chose de profondément reposant de pouvoir se dire un instant que son potentiel de destruction n'est pas condamnable cette fois-ci car désiré par cette femme. Mais malheureusement, ça serait aller beaucoup trop vite, et surtout ça serait une sacrée désillusion si jamais il venait à se rendre compte qu'elle n'avait pas compris. Aucune personne censée ne pouvait accepter ça et Sirina, même si contradictoire, diabolique, instable, malicieuse et peut-être un peu folle, ne pouvait pas non plus accepter ça. Elle mentait. Il fronça un peu les sourcils, c'était ça, elle mentait. Elle essayait de le manipuler de nouveau dans l'unique objectif d'avoir ce qu'elle voulait, c'est-à-dire une progéniture.

En fait, il ne savait même plus où il allait avec elle. Leur relation était très compliquée, très difficile à comprendre. Tout se mélangeait, tout était confus, rien n'était certain ... en fait, c'était comparable à deux cordes que l'on aurait noué ensemble d'une centaine de façon différentes, sans savoir quel bout appartenait à quel corde, ni où était le début, ni où était la fin. Et ses recherches d'ailleurs, dans toutes ces histoires ? Devait-il les oublier ? Aucunement ! C'était même bien la seule chose qui lui semblait à peu près clair. Pourtant pourquoi n'y retournait-il pas ? Il avait l'impression que quelque chose lui échappait à cet instant. Il se souvint alors qu'il devait passer la journée avec elle. Voilà qui expliquait le pourquoi du comment de cette situation, il en avait presque oublié le début ! Il croisa alors les bras, tout en lui adressant un regard quelque peu blasé.

- Je ne te crois pas. Dit-il simplement. Donne moi une preuve irréfutable de ce que tu avances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Lun 15 Fév 2016 - 22:23

La jeune femme savait parfaitement qu'il doutait de sa sincérité, et elle en jouait si bien... Sirina souriait amoureusement, elle le voyait dans son regard que quelque chose n'allait pas, il devait se poser mille et une questions, sur son comportement, sur le fait d'avoir accepter rapidement sans même tenter de lui mettre des barrières... La brunette avait parfaitement tout compris, elle savait pertinemment ce qu'il attendait d'elle... Allait elle se donner à lui ??? Dans ses rêves !!! La jeune femme n'était pas dupe, et savait suite à ses diverses recherches ce qui l'attendait... Plus le temps passait, et plus la jeune femme comprenait sa façon de procéder, sa façon de penser, donc maintenant lui dire oui alors qu'elle pense non était tout à fait facile... Enfin ce qu'elle pensait...

La jeune femme par moment se demandait même où cette histoire allait la mener, quel chemin avait elle pris pour se retrouver avec lui... La guérisseuse savait pertinemment que cette vie ne lui correspondait peut être pas, qu'un homme se devait de la respecter pour ce qu'elle était , mais non... La jeune femme voulait autre chose, lorsqu'elle revoyait ses parents, ou même sa mère et son beau père, la guérisseuse trouvait leur relation monotone, sans vie, une vie platonique... Sirina voulait tellement d'une vie tellement différente, une vie beaucoup plus vivante, plus explosive, et Alekseï pouvait lui donner cette façon de vivre et surtout ce confort qu'elle recherchait tant...

Le chercheur lui dit alors qu'il ne la croyait pas, et qu'il fallait qu'elle lui prouves... Sirina ne savait pas comment faire pour lui prouver, mais à cet instant c'était évidemment impossible, elle n'en avait pas envie ou plutôt l'incapacité de prouver ses dires... Sirina fit un sourire narquois, provocateur, elle devait réfléchir, et surtout gagner du temps... C'est alors qu'elle chercha par tous les moyens de changer de conversation sans trop le perturber …

-Je te montrerai... Dis moi si t'apprends que je suis enceinte comment ta fille réagirait ? Je ne veux pas trop la perturber ?

Elle tenta de parler d'Elizabeth, sa fille, peut être à ce moment là il viendrait à changer de conversation sans même voir qu'elle venait d'engager, un sourire aux lèvres elle attendait sa réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Mer 17 Fév 2016 - 16:50

Sa réponse était évasive, elle voulait changer de sujet, c'était le moins qu'on puisse dire. Elle s'intéressait à Elizabeth de façon très soudaine, sans répondre à sa question. Soit elle voulait attirer son attention sur sa fille en pensant qu'il ne remarquerait rien, elle faisait vraiment une fixation sur elle, ce qui serait dans ce cas assez gênant. Elle finissait par une question, pour le forcer à lui répondre et par conséquent à ne pas revenir en arrière, d'autant plus qu'il était prêt à parier qu'elle enchainerai juste après. Elle se voulait aussi préoccupée, l'air de lui montrer qu'elle tenait quand même à elle et qu'elle n'était donc pas si "hypocrite" que ça. Cette initiative si rapide et pourtant si bien pensée fit presque rire le chercheur. Il croisa les bras, en l'observant un léger sourire sur les lèvres. Elle lui ressemblait vraiment, ce n'était pas faux de le dire. Elle savait réfléchir très vite et très bien quand son intérêt était en jeu. Elle chercher en plus à le piéger, à le manipuler, chose qu'il aurait fait lui aussi à sa place. Quelle femme ...

- Elle te fera aimablement accoucher à l'heure. Répondit-il simplement. Enfin c'est ce que j'aurais fait à sa place. Le mieux serait encore que tu le lui demandes directement, non ?

D'une humeur soudainement joueuse, il s'approcha d'elle, la saisissant doucement par le haut des bras. Il lui adressa un magnifique sourire, puis intervertit alors positions. Il la fit ensuite reculer calmement, sans la lâcher du regard, jusqu'à l'amener au milieu de la pièce.

- Ne bouge plus. Dit-il alors en la lâchant mais en l'observant un moment. Il avait l'air pensif. Peut-être tes yeux. Je peux te les prendre un instant ? J'ai besoin des les examiner. Dit-il alors le plus naturellement du monde. Non ? Rajouta-t-il en voyant son air déconfit. Tu n'es pas coopérative. Il reprit un air pensif, l'observant une fois de plus de la tête aux pieds. Peut-être un organe alors ! Je peux te disséquer ? Dit-il avec amabilité. Mais la réaction fut la même si ce n'était pire. Il soupira. Mais tu ne veux vraiment pas m'aider, toi ! Il s'attrapa la barbe, restant un moment silencieux. Ou alors tu as une ou des capacités physiques supérieures. Un test balistique serait un moyen de le vérifier ! Si je te jetais du haut d'une montagne, t'en penses quoi ? On pourrait voir si tu finirais comme une galette sur le sol ou pas. Il lui adressa son plus beau sourire. Non ? Toujours pas ? On ne meurt qu'une fois enfin ! Ça changerait quoi ?

Il s'éloigna alors, tournant en cercle. Il revint un moment auprès d'elle pour lui dire de ne toujours pas bouger, puis recommença. Son esprit seul n'avait pas l'air si démoniaque que ça. Ses limites étaient très vite atteintes, il l'était à la limite beaucoup plus qu'elle. Alors ça ne pouvait être que surtout physique. Malheureusement, il ne voyait rien en elle qui soit particulièrement non humain. Oui elle était très belle mais, un Homme pouvait l'être sans que ça ne soit forcément démoniaque. Soudain, une idée lui apparue à la façon d'un éclair. Il se jeta sur elle, la plaquant sur le sol. Il s'appuya sur ses épaules, puis prit une voix charmeuse.

- Ta vie. C'est là qu'il se cache. Tu dois avoir une espérance de vie plus grande que la moyenne des Hommes. N'as-tu rien remarqué d'anormal chez tes ancêtres ? Vieillissaient-ils tous normalement ? Ou alors est-ce que cette part démoniaque s'est baladée jusqu'à arriver à toi ? Dans ce cas il faudrait que je procède à un test de vieillissement accéléré ! Pas sur toi bien sûr, sur un échantillon de toi. Il va falloir que je te coupe quelque chose. Dit-il alors d'un air triste. Hmmmm ... Y a-t'il un membre auquel tu ne tiens pas particulièrement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Jeu 18 Fév 2016 - 15:41

La jeune femme contre le mur, avait bien fait de parler de sa fille à cet instant, car cela allait lui donner encore plus de temps pour réfléchir à ce qu'elle allait elle même répondre, du moins reformuler à la question d'Alekseï... Sirina avait ce sourire sur le visage qui ne voulait pas encore s'en aller... La jeune guérisseuse savait que le chercheur avait peut être compris son manège... Puis il lui dit que sa fille l'aiderai sûrement à accoucher, la jeune femme arqua un sourcil, sa fille finirait sûrement par la poignarder dans le dos, avant même qu'elle ne puisse pousser lors de ses premières contractions... Enfin après tout à cet instant, ceci n'était pas encore envisageable, il fallait déjà qu'elle soit enceinte, déjà pour commencer avant de songer comment et avec qui le mettre au monde...

-Nous verrons cela...

Après quoi, le tricentenaire se rapprocha d'elle, d'une humeur amicale, avec un regard rempli de malice, enfin c'est ce que Sirina ressentait... Déjà il n'était pas agressif et c'était déjà ça... Changeant de position, l'homme la fit reculer en marchant devant elle, pour enfin arriver au centre de la pièce avant de lui dire de s'arrêter, ce que la jeune femme fit, incrédule certes... La suite commença à faire peur à la jeune femme, il lui demanda ses yeux, puis un organe à disséquer... Faisant non de la tête, l'homme comprit rapidement qu'elle n'allait pas être coopérative, perdre un organe pour une expérience ?? Ce n'était pas un lapin ou autre animal qui pouvait ensuite être mangé... Il se jouait d'elle, sinon cela était inexplicable.. Ces idées étaient étranges, singulières... Elle avait des capacités supérieurs ? Elle ne l'avait jamais ressenti, enfin pour le moment, et lorsqu'il parla de la jeter du haut d'une montagne, la jeune femme blêmit et déglutit avec difficulté... Elle put tout de même insérer quelques mots

-Heuu, je doutes... je suis comme n'importe quelle personne...

S'éloignant d'elle, Alekseï tournant en cercle et revenant souvent près d'elle pour lui dire de ne pas bouger... La jeune femme figée comme un piquet ne bougeait pas d'un poil... Puis d'un coup, l'homme se rua de toute ses forces sur elle... Sirina souffla, il était encore étrange, comme à son habitude... La plaquant au sol, Alekseï tenait ses épaules, et prit une voix sensuelle... La jeune brune ne l'écoutait qu'a moitié, mais ce qu'elle comprit c'est qu'il savait qu'elle n'était pas entièrement humaine, non elle avait forcément quelque chose de démoniaque en elle... Du moins elle avait une espérance de vie plus allongée qu'un humain normal, mais pourquoi ? Elle ignorait, puis il lui posa des questions sur ses ancêtres, leurs vieillesses... Il se posait mille et une questions, si ses grands parents, vieillissaient normalement, peut être alors que le gène démoniaque était muet avant d'être exprimé lors de la conception de la guérisseuse... C'était plausible, après tout la génétique était une science complexe... Cependant lorsque le tricentenaire demanda lors un échantillon de la guérisseuse pour voir, pour tester... Sirina sentit une étrange sensation, monter en elle... Donner son corps pour sa science à lui ??? Sa colère grandissait de plus en plus, si bien que dans son regard, on ne pouvait lire autre chose que la sympathie... Se laissant envahir par cette force étrange, la jeune brune poussa un rugissement presque sauvage et poussa de toutes ses forces le chercheur... Sirina commençait peu à peu à perdre conscience de sa force, et le repoussait tout en rentrant ses ongles dans sa peau... Hurlant après lui

-Lâche moi !!!

Sa voix n'était plus la même, beaucoup plus grave, plus mauvaise... A cet instant la jeune femme avait laissé place à une hystérique remplie de haine et de colère... Elle se débattait comme une possédée... Hurlant, et à un instant allant même à cracher sur lui... Sirina venait à ce moment de perdre sa dernière partie d'elle... Par peur ? Peur de se voir retirer un organe ?? Nul ne pouvait savoir, cependant là, sur le sol, Sirina avait peut être laissé place à son autre elle, beaucoup moins marrant, moins conciliante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Jeu 18 Fév 2016 - 16:38

La guérisseuse avait perdu ses moyens, c'était le moins que l'on puisse dire. Elle était à la fois terrifiée et folle furieuse. Les dires et le comportement du chercheur n'étaient pas rassurants, c'était bien vrai mais, il ne s'attendait pas à une réaction aussi brutale. Elle hurlait, se débattait violemment et s'en prenait directement à lui, physiquement et verbalement. Il aimait ça, mieux, il adorait. Chaque coup de sa part était un régal. La douleur, ça faisait longtemps qu'il y était habitué alors ce n'étaient pas quelques griffures qui allaient le déstabiliser, bien au contraire. Il la retenait donc sur le sol, tout sourire, en se laissant faire. Plus elle s'énervait, plus elle s'agitait et plus il s'amusait. Pour une fois, les rôles étaient inversés, ce n'était plus elle qui le mettait hors de lui pour son plus grand plaisir mais bien lui qui lui avait fait perdre le contrôle d'elle même. Il aurait pu la regarder faire pendant longtemps sans se lasser, c'était tellement agréable. Il en aurait même rajouté une couche s'il en avait eu le temps, en joignant le geste à la parole et en choisissant à sa place.

Seulement voilà, le destin n'en avait pas décidé ainsi. Soudainement, on se mit à frapper fort à sa porte. Une voix s'éleva, celle d'un homme, lui sommant de lui ouvrir. Il n'était visiblement pas tout seuls. Face au silence d'Alekseï, qui était à la fois surpris et très méfiant, au point de plaquer sa main sur la bouche de Sirina pour qu'elle ne fasse plus de bruit, il réitéra sa demande en ajoutant qu'il faisait parti de la garde de Madorass et qu'il y avait urgence. Une jeune femme se présentant comme sa fille s'était réfugiée en haut d'une tour et refusait d'en descendre, menaçant alors de se jeter dans le vide si jamais ils approchaient. Elle voulait voir son père et ne voulait rien entendre tant qu'il ne serait pas là. Rytchkine finit alors par soupirer, tout en lâchant la jeune femme. Il se releva, d'un air blasé, puis s'approcha de la porte et l'ouvrit. Il dévisagea les gardes avec nonchalance.

- Allez lui dire qu'elle saute et qu'elle s'écrase bien la figure sur le sol. Merci.

Dit-il en refermant la porte. Les gardes n'en revinrent pas. Ils restèrent quelques secondes sonnés par cette déclaration, puis frappèrent de nouveau à la porte. Le chercheur finit par revenir leur ouvrir une seconde fois mais ils ne lui laissèrent pas le temps de parler. Ils le saisirent par les bras et le tirèrent brutalement hors de chez lui, le forçant ainsi à les suivre. Il n'opposa pas de résistance mais n'avait pas l'air inquiet pour autant. En fait, cela semblait plus l'ennuyer qu'autre chose.

- Vous comprenez, elle a joué et elle a perdu, c'est le jeu, je la verrais demain.

Mais ils ne lui répondirent pas. Une poignée de minutes plus tard, le voilà aux pieds de la tour. Effectivement, Elizabeth était réfugiée en haut, menaçant de sauter et proférant des insultes particulièrement abjectes à tous ceux qui osaient s'approcher d'un peu trop près. Lorsqu'elle vit son père, son attitude changea alors radicalement. Elle prit la pose d'une jeune femme en détresse profondément meurtrie et accablées, qui n'avait plus goût à la vie. Elle supplia alors son père de lui venir en aide. Face à l'insistance des gardes, Rytchkine finit par sortir de son inertie, bien qu'à contre coeur.

- Et qu'est-ce que je peux faire pour toi ?


Dit-il en soupirant, d'un air exaspéré. Cette dernière, au bord des larmes, se mit alors à lui expliquer qu'elle n'était pas prête à avoir une nouvelle mère, qu'elle ne voulait pas qu'il se remarie et surtout, qu'elle ne voulait pas non plus avoir un nouveau membre dans la famille. Elle voulait son père pour elle seule, puisqu'elle ne l'avait jamais eu, et elle voulait qu'il comprenne ça. En somme, elle lui demandait un peu de temps pour qu'elle puisse se préparer. Alekseï resta silencieux jusqu'à ce qu'un des gardes finissent par le bousculer de l'épaule, en lui demandant de dire quelque chose. Peu importe si c'était vrai, l'important était qu'elle descende de cette tour.

- Saute et écrase toi bien la figure sur le sol.

Répondit-il alors, exactement comme il avait demandé aux gardes de le dire pour lui. L'horreur saisit alors la foule en présence, stupéfaite par la réponse de ce soit-disant père face à sa jeune fille en détresse. Elizabeth elle même mit du temps à réaliser ce qu'il venait de dire.

- Tu ne me crois pas capable de mettre fin à mes jours, d'en finir avec cette vie de malheur ?!
- Si justement, et c'est pour ça que je te le demande.
Soupira-t-il. Il croisa les bras, gardant son air blasé tout en tournant le regard vers elle. Je ne vais pas te demander ce que tu n'es pas capable de faire. Arrêter de faire l'idiote et ne pas sauter, entre autre.
- Je veux qu'elle s'en aille !!!
- Et elle ne s'en ira pas. Donc il ne reste plus qu'à t'en aller toi. Saute.
- Mais je suis ta fille ! De quel droit la fais-tu passer avant moi ?! Père indigne !
- Mais je suis ton père ! De quel droit tu permets-tu de me dicter ma conduite ?! Fille indigne !
Reprit-il alors en l'imitant grossièrement.

Il y eut alors un long silence, aussi bien entre eux que dans la foule. Quelques chuchotements s'entendaient parfois, les gens se demandaient ce qu'il allait se passer maintenant. Certains trouvaient l'attitude du père monstrueuse, d'autres accusaient la jeune femme. Mais ni Rytchkine ni Elizabeth ne les écoutaient. Ils se défiaient mutuellement du regard, cherchant à savoir qui aller céder en premier. Alekseï savait qu'elle ne sauterai pas, Elizabeth savait qu'il ne voulait la perdre.

- Descend et t'auras du gâteau. Dit-il alors spontanément.
- De quoi tu parles ? Quel gâteau ?!
- Du clafoutis.


De nouveau, l’effroi s'empara de la foule. Cet homme était fou à lier ! Certains se précipitèrent même pour demander au chef de la garde ici présent d'intervenir et de faire descendre cette fille par la force, le père n'ayant visiblement pas toute sa tête avec lui. Elizabeth les surpris alors avec sa réponse.

- ... À quoi le clafoutis ?
- Aux cerises masquées.


À quoi jouaient-ils ? À cet instant, plus personne ne comprenait quoi que ce soit. Cela dit, l'ange semblait hésitante. Comment la promesse d'un simple gâteau aux cerises pouvaient lui faire changer d'avis aussi vite alors qu'elle s'était réfugiée ici pour un problème beaucoup plus grave ?

- Tu ... tu ne mens pas là ? C'est vrai ? C'est pas un piège ?
- Non.


Répondit-il alors avec un léger sourire. Elle hésita encore un instant, puis finit alors, dans la surprise générale, par descendre de son perchoir. L'incompréhension et le choc étaient tels que personne, pas même la garde, n'osa l'approcher. Dans le silence général, elle rejoignit tout simplement son père, se blottissant contre lui. Lui même ne fit guère plus de cérémonie que ça, l'emmenant alors loin d'ici et plus précisément chez lui. Elizabeth semblait tellement bouleversée qu'elle n'avait même pas relevé la présence de la guérisseuse, pourtant à ses côtés à cet instant-là. Ils quittèrent alors la place, laissant le calme revenir peu à peu. De retour chez lui, enfin dans la cave qui lui servait de chez lui, il l'assit sur le lit et prit soin de bien de refermer la porte. Il se demandait bien quelle heure il pouvait être. Le soleil déclinait dehors mais il faisait encore jour. Visiblement, il avait le temps de préparer ce qu'il lui avait promis.

- Visiblement, nous allons passer la soirée tous les trois ensemble. Ce n'est pas plus mal.


C'est à ce moment-là que choisit Elizabeth pour sortir de sa léthargie. Elle posa le regard sur son père, puis sur Sirina, puis de nouveau vers son père. Elle se releva, s'approcha de lui, puis lui glissa alors quelques phrases à l'oreille, la voix pleine de malices, pour que Sirina n'entende pas.

- Tu as triché. C'est pas bien de prendre les gens par les sentiments. Puisque c'est comme ça, je vais tricher aussi. Tu es prévenu.

Elle s'écarta ensuite puis vint se rasseoir à côté de la guérisseuse ... tout juste à côté d'elle. Elle lui adressa un magnifique sourire, puis passa son bras derrière ses épaules, la ramenant à elle. Un geste familier un peu trop soudain mais qu'elle exécutait avec aisance.

- Je suis peut-être allé un peu vite en besogne. Je vais d'abord prendre le temps de te connaitre avant de me décider. Parle moi de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Jeu 18 Fév 2016 - 21:57

La jeune guérisseuse continuait de pousser des jurons au fur et à mesure que le chercheur la retenait, si elle avait pu à cet instant, elle lui aurait sûrement arraché un œil... Sa noirceur semblait l'avoir envahie bien plus vite... Sirina ne s'était comportée comme ça, au fond d'elle, la brune paniquait, et plus elle paniquait plus sa colère grandissait... C'était assez paradoxale... La jeune femme avait même réussit à se décoiffer, bientôt sa belle tresse s'était transformée en cheveux entremêlés, retenus par un simple ruban...

On frappa à la porte, et la brune tourna la tête vers la sortie, se demandant encore qui pouvait encore venir à cette heure ci ? Sa fille ? Mieux valait pour elle de ne pas débarquer, car Sirina ne se contrôlant pas, pouvait lui arracher ses ailes... La cruauté avait frappé à la porte de la jeune guérisseuse... On pouvait entendre un homme parler à travers la porte, cependant il n'était pas seul, rapidement le chercheur plaqua sa main sur la bouche de Sirina lui sommant de se taire... L'homme reparla, et se déclina comme étant de la garde de Madorass, et venait lui dire alors que sa fille, était tout en haut d'une tour et qu'elle voulait se jeter... Le tricentenaire parût d'un coup coupé dans son élan et relâcha Sirina qui s'était elle même calmée... Il alla ouvrir la porte aux miliciens, et leur dit clairement qu'elle pouvait sauter et s'écraser contre le sol, et ferma la porte sèchement...

Sirina se releva et resta dans un coin de la pièce, songeuse, se recoiffant au passage, il parlait ainsi de sa fille qui juste à l'instant d'avant était comme une évidence à ses yeux... Ne voulant pas encore laisser parler son impulsivité, elle se dit que la meilleure chose à faire était d'attendre et surtout observer... Il ouvrit de nouveau la porte après qu'ils eurent de nouveau frapper, mais cette fois ci, ils le saisirent par les bras, mais il n'opposait pas de résistance... Comme si lui aussi voulait la revoir... Mentant ainsi à la jeune femme, elle en resta amer... Elle n'avait pas dit son dernier mot...

Sirina attendit alors qu'ils s'éloignent et les suivit, arrivant en bas de la tour, elle la vit prête à sauter... Elle semblait être mal en point, mais cette tristesse ne faisait rien à la guérisseuse, ce n'était que de la comédie pure et simple pour récupérer son père... Alekseï lui demanda alors ce qu'il pouvait faire pour elle, c'est alors qu'elle se mit à parler, disant qu'elle n'était pas prête d'avoir une nouvelle belle mère, qu'elle le voulait pour elle seule... Compréhensible mais impossible... Sirina n'allait pas se laisser attendrir, certes elle n'allait pas se comporter méchamment avec elle, mais fallait qu'elle s y fasse maintenant... La réponse du chercheur fut assez direct, il s'en moquait royalement, si bien qu'il lui dit d'aller s'écraser au sol... A ce moment là, peut être par stratégie ou par amour, la guérisseuse attrapa la main d'Alekseï pour lui faire entendre raison...

Puis une discussion houleuse commença entre ce père indigne et cette fille capricieuse, elle ne voulait pas de Sirina, cette dernière pour ne pas envenimer les choses, resta muette, les laissant ainsi régler leur problèmes à deux... Même si elle était mentionnée plusieurs fois, son côté démoniaque n'allait pas ressurgir la devant tout le monde... Rapidement un lourd et long silence s'imposa, on pouvait entendre quelques personnes chuchoter, se demandant peut être l'issue de cette histoire... Pour Sirina, elle savait que ce n'était que de la pure comédie, mais n'allait pas tomber dans le piège de cette fille...

Lui promettant ainsi un clafoutis à un parfum dont Sirina s'en moquait royalement, Elizabeth se résigna et descendit, elle venait de gagner, et allaient ainsi passer la soirée à trois... Sirina n'avait pas du tout envisager cette soirée comme ça, et n'allait pas tarder poliment à décliner l'hospitalité...

-Je penses que je vais un peu rester puis rentrer chez moi, je pense que vous avez beaucoup de choses à vous dire...

Puis la jeune fille dit quelque chose à l'oreille de son père, avant de se rapprocher de Sirina, la guérisseuse assez méfiante, ne fit pas de commentaire... Lui expliquant qu'elle voulait en savoir plus sur elle... Pour le moment elle n'allait pas tout lui dévoiler, seulement quelques petits détails de sa vie et rien d'autre...


-Je suis guérisseuse, comme tu peux voir je suis une humaine

Elle se forçait d'être amicale, car après avoir entendu tout ce qu'elle venait de dire sur elle, c'était impossible pour Sirina d'être courtoise... Mais ce qui était sûre, c'est que père et fille avaient besoin d'intimité... Quelques heures suffiraient et elle rentrera chez elle, avant de revenir plus tard... Elle n'arrivait pas encore à avaler cette façon peu aimable de s’incruster alors qu'elle avait perdu..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   Jeu 18 Fév 2016 - 22:16

- Rester un peu ici et rentrer chez toi ? Tu n'es pas sérieuse ! Au moment où je veux faire un effort, tu t'enfuies ? Ce n'est pas juste, tu devrais rester plus longtemps que ça !

Répondit Elizabeth à Sirina, d'un air à la fois boudeur et taquin. Rytchkine avait les oreilles bien ouvertes et il se doutait bien que la guérisseuse devait être méfiante, l'étant lui-même. C'était très étrange que sa fille décide sans prévenir de changer complétement de comportement. Certes elle avait "simulé" une tentative de suicide mais quand même, cela n'expliquait rien. Peut-être qu'elle s'était réellement rendue compte qu'il ne comptait pas céder à sa demande et s'était alors résignée à faire avec mais la probabilité qu'un tel évènement se produise était mince, elle était folle à lier, encore plus que lui.

- Guérisseuse ... Ça tombe bien, ma mère l'était aussi d'une certaine façon, ça te fait un point commun avec elle. Et puis elle adorait le clafoutis elle aussi. Pour que tu fasses un peu la liaison. Dit-elle lui faisant un clin d'oeil. Non bon ... je suis ... je te présente mes excuses. Dit-elle alors d'un air sincère, le visage désolé. Elle avait l'air très gênée, soudainement moins sûre d'elle. C'est vrai, il y a pas mal de temps qui s'est écoulé depuis et je ne peux simplement débarquer dans la vie dans mon père en posant mes conditions, je ne suis pas en position de négocier. Et puis, quelque part, s'il est bien avec toi, ça me va, je ferais avec. Elle soupira. Donc je propose qu'on parte sur des meilleures bases.

Incroyable, tout simplement incroyable. Ne la connaissant qu'à peine, Alekseï ne pouvait pas vraiment dire si elle était sincère à cet instant-là ou pas. Cela dit, ce serait un bon moyen de le découvrir que de la laisser faire.

- Et puis je suis certaine que tu ne dois pas être aussi lourde et antipathique que je le pensais avant, tu dois certainement avoir des tas de qualités, être une personne originale quoi. C'est pour ça que j'aimerai qu'on fasse plus ample connaissance. Elle regarda alors Alekseï puis Sirina. Ce que je te propose, on mange et on va chez toi pour passer la soirée toutes les deux ensembles. Et puis comme ça, mon père pourra se reposer. Qu'est-ce que tu en dis ?

Finit-elle en affichant un large sourire bienveillant et amical au possible. Alekseï n'en revenait toujours pas. Il était perplexe, devaient-ils lui faire confiance ? Sirina était une grande fille, elle pourrait de toutes les façons se débrouiller seule mais, tout de même, c'était très étrange.

- Hm ... C'est une bonne idée, tu devrais accepter, Sirina. Au moins, ça vous permettrait de crever l'abcès et sa faciliterait la vie de tout le monde. Il fixa sa fille. Par contre, Elizabeth, si jamais c'est encore un mauvais coup, tu auras à faire à moi. Tu es prévenue. Lui dit-il alors sur un ton froid, frisant la menace. Il ne plaisantait pas et voulait bien le lui faire comprendre. Il tourna le regard vers Sirina. D'ailleurs ça vaut aussi pour toi. Dit-il de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre vraiment très fortuite [PV Sirina Dubarson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-