''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Lun 10 Fév 2014 - 10:44

Uridan – Et sachez, monsieur, que le « gamin » que je suis comptait vous prévenir que les arguments que vous utilisiez étaient faussés par de vilains on-dit, et que personne n’a jamais su penser juste qu’à partir de choses qui sont faites de vérités, et non de mensonges.

Je me détournai des deux idiots qui se disaient philosophes. Trop faibles pour devenir soldats, trop peu endurants pour travailler la terre, trop peu instruits pour savoir compter la monnaie, et trop peu charismatiques pour se lancer en politique, ces misérables parasites jouaient à faire de la philosophie et se croyaient bons. Des penseurs au rabais, trop bêtes pour voir leur propre bêtise. Je m’éloignais d’eux, faisant la sourde oreille à leurs paroles.

D’un pas plus appuyé, je me dirige vers les panneaux affichants les travaux de chasse à l’homme et de mercenariat annoncés dans la ville. L’une d’elle attira mon œil : j’étais las de chasser les fuyards, et cette annonce-ci me semblait bien plus innovante. Il s’agissait d’escorter un émissaire auprès d’un clan des montagnes pour négocier une sorte de paix avec lui. On suggérait que les bandits, les opposants politiques à cette mission et probablement même une bonne partie du clan en question étaient autant de raisons pour lesquelles on cherchait ladite escorte. Je souris : si ce n’avait été que ça, un contingent de gardes aurait été dépêché. L’émissaire devait avoir une idée derrière la tête, peut-être était-ce même l’un de ces politiques qui veulent faire une action d’éclat en pacifiant un clan gênant par ses razzias régulières sans l’aide de quiconque, afin de revenir auprès des conseils auréolés de l’éclat de leur réussite.

Après avoir noté et mémorisé l’adresse à laquelle se trouvait le commanditaire (à Venill), je décidai de faire d’abord halte à l’auberge de la Panse Repue. L’émissaire ne devait pas partir avant deux bonnes semaines, et il ne m’en fallait guère qu’une pour atteindre Venill. Je poussais la porte de l’établissement, commandais une bière, fut servis avec un sourcil froncé par le barman (qui devait penser que je n’étais qu’un gamin en manque de sensations fortes), et partis m’installer dans un coin de mur, de façon à avoir une vue d’ensemble sur les clients. Il y en avait deux ou trois qui cachaient leur visage sous une large capuche. Les pauvres rataient leur tentative de passer inaperçus. Une espèce de barrique montée sur pattes, moustache orange à l’appui, se mit soudain à rire, d’un rire fort et tonitruant, celui de l’homme qui vient de débarquer dans l’ébriété.

La barrique, au bide proéminent et au crâne pelé, se dandinait assez peu élégamment tout autour des tables. Il trébucha et tomba tout aussi peu élégamment près de l’un des hommes à capuche. Se relevant difficilement, il darda un œil torve vers l’encapuchonné. Je me rassis au fond de ma chaise, pour observer la suite : comme je m’y attendais, cela ne tarda guère.

gros saoul – Qui … qui t’es toi, pour m’faire … m’faire tomber comme ça ?! Hein ?! Pour qui … qui tu t’prends pour … pour te FOUTRE DE MOI !!! ON SE MOQUE PAS DE GARAGAZH !!!

Suite à quoi l’énorme battoir entama un geste prometteur de maux de crâne en direction, justement, du crâne de l’encapuchonné, qui n’avait pas encore dit le moindre mot. Je surpris simplement le regard catastrophé du gérant de la Panse Repue, et un … reflet irisé ? … sous la capuche de l’homme mystère. Puis les choses dérapèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnir EcailleNoire

Fléau d'écailles et de feu

________________

avatar
________________


Race : Démon Dragon
Classe : Esprit sauvage
Métier : Annihilateur de vie
Croyances : //
Groupe : Futur arcaneux

Âge : Quelques 600 années

Messages : 22

Fiche de Personnage : ☮️ Peace ☮️

Histoire de Personnage : ...

Il y'a 200 ans :
- De lame et d'écailles : Partie Une

-De lame et d'écailles : Partie Deux )

De nos jours:
- Sur la plage abandonnée...)





MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Lun 10 Fév 2014 - 21:56

La nuit était pleine ce soir  à Madorass , et la ville se recouvrait d'un voile de brume , qui tapissait le sol comme une ombre unique d'un dieu malsain. Il était tard et les gens dormaient , du moins pour la plupart d'entre eux , certes il y avait quelques lumières dans les maisons mais rien n'était aussi bruyant que la Taverne en cette nuit qui avait pourtant si bien commencée.

Cela faisait déjà plusieurs jours que Dragnir s'était accommodé à la vie à Madorass, pour se familiariser avec les nouveautés de ce temps, ce qu'il prenait le temps de faire lorsque cela faisait trop longtemps qu'il n'avait pas vu la société , la langue évoluait , les gens évoluaient et même la magie évoluait, il serait regrettable d'avoir à affronter de puissants mages sans y être préparer , il fallait donc se faire discret et amasser les informations qui traînaient à la Taverne pour s'en faire une brève idée  . Certes c'était une mission des plus dangereuses , et si jamais on venait à lui soulever sa capuche , qui dévoilerait aux hommes présents le monstre qu'il est ? Il serait dans l'obligation de tous les tuer, probablement.
Cette pensée le fit lâcher un petit rire étouffé lui rappelant une bagarre dans le Sud où il avait du se résoudre à brûler le village.

A priori un gros moustachu prit le rire de tantôt pour lui car la danseuse étoile avait ratée son entrée en matière en s’écrasant aux pieds du dragon , bottes au pied pour la sortie exceptionnelle qu'il avait arraché littéralement à un jeune guerrier, les pieds avec,  bien sûr, histoire de se mettre quelque chose sous la dent le temps du trajet.

Le grand costaud , des ses yeux ronds chercha du regard la bête sous sa masse de cheveux sans daigner trouver une pupille sous l'ombre de sa capuche, mais se releva et d'un puissant geste du poing , frappa.
La puissance du coup était digne de son gabarie et avait projeter le Dragon au sol, le Gros bonhomme venait l'attraper au col pour le soulever hors du sol mais il ouvrit les yeux et posa ses deux mains sur l'avant-bras de l'armoire à glace , provocant une puissante chaleur dans ses bras pour faire lâcher prise le grand chauve.
Une fois enfin lâché le gros bonhomme revenait à la charge , à peine le temps de retrouver l'équilibre et prendre conscience de se baisser et d'esquiver le coup , profitant du sol recouvert de bière pour glisser entre les jambes du robuste gaillard , s'agripper à son dos pour lui monter sur les épaules et d'un geste sec lui briser le cou pour enfin atterrir sur le sol.

Là le calme revint dans la taverne, juste assez de temps pour que le Dragon fasse un rapide état des lieux , il venait de créer une tension palpable et voilà que les hommes prenaient déjà les armes ou brisaient des chaises pour s'en faire des pieux. La situation devenait délicate , une légère odeur de gaz envahissait la pièce, qu'il dégageait de sa bouche entre-ouverte pour sourire, il n'aurait qu'à attendre un peu et à faire exploser la Taverne si cela tournait à son désavantage ou pire , si les masques tombaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Mar 11 Fév 2014 - 10:44

Oui, les choses dérapèrent. Ce doit être là l’un de mes plus beaux euphémismes. A peine l’encapuchonné fut-il porté à terre par le poing du saoulard, que ce dernier put voir le monde sous un tout nouvel angle. Le silence qui suivit, bien que court, fut des plus intenses. Je lâchais un petit sourire en avisant celui de l’encapuchonné, à moitié dissimulé par l’ombre de … de sa capuche, justement.

Quel genre de bonhomme tue celui qui le bouscule, puis sourit à l’idée de combattre toute une taverne ? Il y avait forcément un ou deux adversaires potables au moins, mais c’était plus d’une vingtaine de personnes qui convergeaient sur lui. Il serait peut-être plus avisé d’appeler la garde plutôt que de faire d’autres victimes. Car oui, à en juger par sa vivacité, cet inconnu aurait sans doute le temps d’en mettre quelques-uns sur le carreau avant de céder. Réprimant un soupir, je m’avachis un peu plus sur ma chaise, posai mes pieds sur la table, et invoquai le sabre-croc.

L’arme apparut dans mes mains, gorgée du sang dont je l’avais remplie il y a quelques jours. Quel gâchis. Mes yeux changèrent : le blanc devint noir, les iris couleur feu. Sur ma peau se dessinèrent lentement des symboles ésotériques, aussi rouges que le sang. Puis il y eu une détonation. De la point de mon sabre, une sorte de bouclier rouge pâle venait d’être expulsé à grande vitesse. Il fauchait tables et chaises sur son passage, et les clients aussi. Tout ce qu’il y avait entre le comptoir et le dos de l’encapuchonné fut proprement soufflé.

Bien naturellement, C’est vers moi que se tournèrent les regards. Sans y prêter attention, je saisis une bourse à ma ceinture, et l’envoyai au tenancier. Il y avait là de quoi refaire tout le mobilier de l’établissement. Je pris alors la parole, ayant moi-même provoqué un silence quelque peu stupéfait.

Uridan – Pour la note, et les réparations. Messieurs, je pense qu’il serait sans doute plus sage de calmer votre colère envers cet étranger : la garde en disposera pour vous. Quand bien même vous insisteriez, sachez que je compte prendre son parti : on ne laisse pas un invité seul contre … douze piliers de bars. Oh, et … c’est de l’autre côté que vous devriez regarder.

Les huit clients qui avaient été soufflés étaient assommés. Malheureusement, les douze encore debout étaient de ceux qui n’avaient pas eu besoin de pied de chaise ou de table pour s’armer. Je pus même voir certains d’eux manifester des signes de magie, volontaire ou non. Et ce que je les invitais à regarder, c’était quelque chose de grotesque. Une sorte de chose vaguement humanoïde, faite de sang, un peu plus petite qu’un homme, semblait tanguer sur ce qui lui servait de jambes. J’étais assez fier de mon effet : je m’étais inspiré des morts-vivants pour cela. Je l’avais créée à partir du sang que le sabre-croc avait projeté, ainsi que des quelques gouttes résultant des contusions provoquées à ceux que j’avais mis K.O.

Une bouche garnie de dents se forma d’un coup dans le visage vide de la chose, alors qu’un rugissement horrible retentissait. Quatre autre clients partir en courant, effrayé. Ils allaient sûrement chercher la garde : il fallait partir. Il restait huit clients, armés et/ou dotés de magie. Je quittais ma pose indolente, pour me remettre debout, et me dépoussiérer l’épaule.

Uridan – Et donc, que fait-on ?

Cette phrase était peut-être de trop. Le phénomène de « foule » aidant peut-être, ils se séparèrent en deux groupes de quatre, chacun se jetant sur l’homme à la capuche ou moi-même. J’eus juste le temps de conseiller au tavernier de se mettre à l’abri, avant que le combat ne commence. Je parai deux coups, bondit sur le comptoir puis près de ma marionnette de sang. Mon sabre-croc était trop grand pour ce lieu, il me gênerait. Ce pourquoi je le lâchais pour dégainer mes dagues, et le sentis disparaître avant même de toucher le sol. Ce qui correspondait aux « mains » de la chose prit la forme de lames. Ce serait plus simple de me battre avec quatre lames, surtout si deux d’entre elles étaient manipulées par mon pouvoir. Je fis quelques moulinets le temps qu’ils arrivent sur moi.

Et voilà, ils avaient gagné. J’étais tout excité. Le sang de Seïrdan qui coulait dans mes veines s’était mis à bouillonner. A son tour, mon visage se para d’un sourire cruel, alors que mon corps tout entier tremblait tant la soif de mort était grande. Au moment où j’échangeais la première passe d’arme, je me dis que ça allait être très dur de ne pas les tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnir EcailleNoire

Fléau d'écailles et de feu

________________

avatar
________________


Race : Démon Dragon
Classe : Esprit sauvage
Métier : Annihilateur de vie
Croyances : //
Groupe : Futur arcaneux

Âge : Quelques 600 années

Messages : 22

Fiche de Personnage : ☮️ Peace ☮️

Histoire de Personnage : ...

Il y'a 200 ans :
- De lame et d'écailles : Partie Une

-De lame et d'écailles : Partie Deux )

De nos jours:
- Sur la plage abandonnée...)





MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Dim 16 Fév 2014 - 1:37

Donc il n'était plus seul pour ce soir ? Tandis qu'il se préparait à la charge des alcooliques , un homme fit son entrée , cheveux rouges sang , faisant apparaître une arme par magie et jetant une belle bourse d'argent sur le comptoir , un frimeur sans doute à qui il fallait montrer toute sa richesse.
Pourtant le Dragon était plus riche que n'importe quel homme de pouvoir en se monde de Feleth , il se souvenait de ce fragment de sa vie, cette partie qu'il avait occulter dans le meurtre et le sang.
Dragnir sortit rapidement de ses pensées lorsqu'il remarquait que l'homme aux cheveux rouges s'attaquait aux ivrognes, il était inattendu de se voir trouver un allié dans ce genre d'endroit dans ce genre de situation et c'est pourtant ce qui arriva.
Par magie il créa une créature visqueuse faite de sang, tandis que la chose rugissait , quelques hommes manquant grandement d'un petit quelque chose que l'on nomme courage partirent à la recherche des gardes, les ennuis commençaient , il ne fallait pas traîner !
Le groupe d'hommes restant se sépara en deux petits groupes de quatre , l'un des deux prenant pour cible l'inconnu quant à l'autre faisait son affaire du Dragon, ça en devenait de suite moins intéressant.
Ne se souciant plus que des quatre hommes , il se précipita vers l'un d'eux qui frappa lourdement d'un coup de masse vertical, finissant l'impact sur le plancher , Dragnir profita de cet instant de récupération pour  attraper à pleine main le visage de l'homme à la masse , une chaleur intense en sortit instantanément , brûlant la gueule déjà très désagréable à regarder du bonhomme . Esquivant deux coups d'épées , il fit sortir sa queue rapidement pour parer une attaque dans son angle mort et pourfendre l'homme tandis qu'il cracha une flammèche sur le vêtement d'un autre qui lâcha son arme affolé et qu'il finit par empaler lui aussi de sa queue . Il n'en restait plus qu'un , il s'approcha suffisamment face  à lui pour qu'il puisse voir son reflet dans les yeux ambrés de la bête , la peur l'enivrait , s'en était délectable ! Il attrapa l'homme au cou d'une main et c'est alors qu'il s'urina dessus. Le Dragon , voyant la scène  le jeta contre le mur le plus proche de toute la force qu'il pouvait avoir dans ce seul bras, la colonne vertébrale de l'homme se brisa à l'impact.

-Pitoyables créatures !

Il souriait comme un psychopathe le ferait , tournant le cou dans un sens , puis dans l'autre pour le faire craquer. Tournant la tête légèrement pour entendre ce qu'il se passait derrière lui, il attrapa une chaise et s'y posa , le dossier à l'avant pour y poser ses bras et y appuyer sa tête , évitant par la même occasion  d'écraser sa queue qui voguait au bon vouloir du Dragon.
Dragnir regardait désormais le combat de l'inconnu aux cheveux rouges , ses pulsations étaient fortes , il avait envie de meurtre, c'était la seule raison pour laquelle le Dragon n'était pas encore partit , assouvir sa curiosité et voir comment se débrouillait le contrôleur de sang, oubliant totalement les quelques hommes partit tantôt à la recherche des gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Dim 16 Fév 2014 - 2:18

Je dansai. C'était aussi simple, aussi exaltant, aussi ridicule peut-être, que ça. Mouvements fluides, entaille, esquive, mouvement élégant, entaille, esquive, suite de mouvements rapides, effondrement, esquive, parade, réplique, cri, esquive, entaille, parade. Un homme, allongé sur le sol, avait une marque de coup sur le front, un autre se tenait le moignon de ce qui avait été sa main, visiblement plus du tout intéressé par le combat. Je devais me battre contre mon instinct pour ne pas les tuer, rester concentré, ne pas me laisser enivrer par ce combat : j'étais un chasseur de prime, je ne pouvais me permettre de tomber dans l'illégalité aussi facilement.

Encapuchonné - Pitoyables créatures !

C'était visiblement le genre de restrictions que l'encapuchonné ne partageait pas. Rapidement, ses adversaires avaient finis empalés, ou brûlés, ou fracassés contre un mur. Le tavernier se cachait derrière son comptoir, et ma création n'était plus qu'un voile rouge qui paraît les attaques de mes adversaires, me permettant de frapper à mon aise de mes dagues. Ce qui avait vaincu les humains s'assit sur une chaise, laissant négligemment balancer un appendice caudale écailleux, m'observant avec attention : et après certains disent que je suis suffisant et imbu de moi-même quand je me bats.

Un bruit de course retentit non loin, le cliquetis des armures qui l'accompagne indique clairement que ceux qui arrivent sont protégés par des armures : la garde arrive. Je fais la moue, il est temps de filer. Le sang qui a coulé s'ajoute à celui qui déjà gravitait autour de moi, et fond sur mes adversaires, pour les recouvrir d'un véritable cocon : les gardes seront là assez tôt pour les libérer avant qu'ils n'étouffent. L'amputé a perdu connaissance, et je me contente de faire coaguler le sang qui sort de sa blessure : avec un bon médecin ou un bon prêtre, ils survivront. Je me tourne alors vers ce qui me regarde, en rengainant mes dagues très lentement, et calmant ma respiration. Un sourire cruel tarde à disparaître de mon visage alors que je m'adresse à lui.

Uridan - Je ne peux me permettre de tuer qui que ce soit ici. De plus la garde arrive : ce ne seront plus trois soulards, mais une vingtaine d'hommes en arme, des professionnels. Inutile d'en faire trop. Par...

C'est à ce moment qu'ils arrivèrent, en enfonçant la porte. Je me dis que le pauvre aubergiste allait vraiment pouvoir refaire tout son mobilier. Les gardes étaient là, c'était mauvais : non contents d'êtres rompus au maniement des armes, un partie d'entre eux étaient aussi des guerriers-mages renommés ou du moins, pas mauvais du tout. dans un tel endroit, nous serions facilement et rapidement submergés par le nombre. Sans compter que si des clients étaient piétinés, ça allait être mis sur notre compte. Je surpris du regard une étincelle sur le plancher par réflexe, je sautais sur la dernière table valide de la pièce. Bien m'en pris, car les corps des clients se mirent à convulser un instant, avant que le premier garde ne soupire : il comptait sûrement nous arrêter sans se fatiguer, en nous électrisant assez pour nous faire perdre connaissance.

Les choses étaient trop mal parties, si ça continuait nous aurions toutes la garde sur le dos, voir toute la ville si nous retissions. Or, si je ne voulais pas résister, il était hors de question que je me rende pour autant. Ne restait qu'une option : la fuite. Et je n'allais pas laisser cet ... homme (utilisons ce terme à défaut d'en avoir un plus adéquat) dans leurs mains : soit il les tuerait et finirait emprisonné et torturé, soit il allait se rendre et tout me mettre sur le dos. Le plus simple était de l'emmener. Tout alla très vite.

Le sang qui emprisonnait les deux clients se rua vers le mur, emprisonnant mon acolyte dans le mouvement, alors que je bondissait de cette façon particulière, qui était difficile à suivre pour des yeux humains. J'attrapais aussi l'encapuchonné sous le bras au passage, finissant de le détacher de sa chaise. Le sang se durcit alors, brisant le mur, en y ménageant un trou assez conséquent pour que nous y passions. En moins d'une demi seconde, il y avait donc ce trou dans le mur, et personne dans la salle à part le patron et la garde. à peine dans la rue, je pris une impulsion sur le sol, et nous nous retrouvâmes sur les toits. Puis j'attendis une seconde que les gardes sortent, et envoyais le sang dans une direction aléatoires, par les toits, pour les perdre. Je me retournai vers celui pour qui je venais de me mettre dans l'embarras sans réfléchir : je tombai sur deux yeux d'ambre particulièrement inhumains.

Uridan - Comme je le disais, je ne peux me permettre de tuer quiconque dans cette ville. Ou d'être le complice d'un meurtrier. Alors nous devrions partir de suite, le sang ne les trompera pas longtemps.

D'un bond, je rejoins le toit le plus proche, avant de me retourner vers lui. Les présentations attendraient que nous soyons en sécurité, hors de l'enceinte de Madorass. Mais je ne comptais pas le laisser partir aussi facilement : ça faisait longtemps que je n'avais rien vu d’inhabituel, et les duels de paroles m'ennuyaient un peu, surtout que n'importe qui se prétendait philosophe depuis quelques années. Alors un tel phénomène, j'avais envie d'en savoir plus sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnir EcailleNoire

Fléau d'écailles et de feu

________________

avatar
________________


Race : Démon Dragon
Classe : Esprit sauvage
Métier : Annihilateur de vie
Croyances : //
Groupe : Futur arcaneux

Âge : Quelques 600 années

Messages : 22

Fiche de Personnage : ☮️ Peace ☮️

Histoire de Personnage : ...

Il y'a 200 ans :
- De lame et d'écailles : Partie Une

-De lame et d'écailles : Partie Deux )

De nos jours:
- Sur la plage abandonnée...)





MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Lun 17 Fév 2014 - 11:27

Le Tavernier se cachait derrière son comptoir, pendant que le Dragon regardait les quelques mouvements de l'homme aux cheveux rouges, il semblait que sa queue avait attiré l'attention, il faudrait  faire gaffe, les hommes n'étant pas habitués à ce genre de vue , il valait mieux éviter de la sortir au grand jour comme ça , mais entre phénomènes de foire , Dragnir pouvait compter sur le silence de l'inconnu ,quant aux humains restants, ils étaient trop occupés par la masse sanguine et les coups placés avec dextérité par l'homme.
Tout à coup , les sens du Dragon s'affolèrent , il entendait des pulsations qui s'approchaient de plus en plus rapidement , au pas de course à en déduire par la rapidité du pouls. Il leva la tête appuyé sur ses bras pour définir ce bruit : La garde était enfin là !
Le Dragon regarda rapidement ce que faisait l'autre , il les englobait dans des cocons de sang, il allait les tuer , ce n'était donc pas un petit joueur ! Son visage de sadique change et se tourna vers le Dragon.

 - Je ne peux me permettre de tuer qui que ce soit ici. De plus la garde arrive : ce ne seront plus trois soulards, mais une vingtaine d'hommes en arme, des professionnels. Inutile d'en faire trop. Par...

Ha non , il ne comptait tuer personne, dommage. Sans même avoir le temps de se lever de sa chaise pour finir le travail, la porte fut défoncée , laissant entrer les gardes. Dragnir craqua son cou avant de voir la masse qui emprisonner les deux hommes à terre se ruer vers lui , lui entravant ses mouvements. L'autre l'attrapa sous son bras et s'empressa de déguerpir, décidément , ce n'était pas pour ce soir qu'il allait briser du garde...
Arrivé sur les toits , la masse de sang qui l'entravait finit par s'échapper , le laissant libre de ses mouvements. Il fit un rapide constat de ses acquis , il n'avait aucune blessure et rien d'anormal sur lui.

-Comme je le disais, je ne peux me permettre de tuer quiconque dans cette ville. Ou d'être le complice d'un meurtrier. Alors nous devrions partir de suite, le sang ne les trompera pas longtemps.

Ce fut une très bonne idée , il ne s'attaquerait pas à cette personne qui avait risquer quelques plumes pour permettre au Dragon de s'amuser , d'autant plus que l'homme face à lui avait du sans doute prendre du plaisir à donner quelques coups dans la foulée. Mais il l'avait attraper sans son consentement pour le faire fuir un combat qui aurait été des plus épiques ! Le dragon regarda brièvement l'homme et finit par plaquer dangereusement sa queue entre lui et l'homme , faisant voler en éclats quelques  tuiles et soulevant la poussière du grenier. Il n'aimait pas vraiment servir de sac à main et en ramenant son membre , il prit soin de faire un large mouvement pour frapper l'homme au ventre, juste dans l'intention de lui faire comprendre qu'il y a mieux comme sortie.

-Ne t'interpose plus jamais dans une partie  lorsque tu n'es pas invité à jouer , cela éviterait que tu te fasse du souci pour ta réputation.

Après ce petit détail réglé , de son dos jaillit deux grandes ailes et ne tarda pas à s'envoler dans le sens contraire de l'homme au cheveux rouges , il n'avait pas vraiment envie de continuer à discuter , Dragnir n'ayant pas été très sociable ces quelques derniers siècles, la compagnie des êtres vivants l' horripilait presque puis il valait mieux partir pour ce soir , il reviendrait un autre soir pour finir le nettoyage de printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Mar 18 Fév 2014 - 12:53

Il fit bien attention à me donner un coup de queue en se retournant, ce que je n'appréciai qu'à moitié. Les gardes de la ville n'avaient rien à voir avec les soulards que nous avions déjà vaincus, et à l'heure qu'il est, il serait sûrement en train de subir la question ou de me vendre à la garde, sans mon intervention.

Dragnir - Ne t'interpose plus jamais dans une partie  lorsque tu n'es pas invité à jouer , cela éviterait que tu te fasse du souci pour ta réputation.

Oh, mais quel nouille ! Personne n'est assez stupide pour se faire remarquer dans la capitale du Royaume ! J'ai vécu plus de mille ans, et j'ai détruit des campements et des villages sur la simple foi qu'on m'offrirait une récompense, j'avais même combattu sur un simple ... coup de sang ... mais je ne connaissais personne d'assez bête pour s'attaquer directement à cette grande ville et à sa garde surentraînée. Il fallait être le plus naïf ou le plus inconscient, le plus imbu ou le plus stupide des êtres pensant. Ce qui ne le rendait pas moins intéressant, au contraire.

Depuis que les gardes étaient partis, j'avais œuvré à ramener le sang vers moi de manière discrète. On ne sait jamais, je pouvais toujours en avoir l'utilité. La suite me donna raison, lorsque l'homme (c'était de moins en moins sûr) fit apparaître une paire d'ailes de cuir dans son dos, avant de s'envoler de par les toits. Il n'allait pas être facile celui-là, mais au moins il semblerait que j'avais réussis à lui faire renoncer à ses velléités de combat.

Cet être volait vite, mais moi je bondissais tout aussi vite, suivis du sang que j'avais récolté. Lorsqu'il commençait à prendre trop d'avance, je formais des ailes qui me rapprochaient de lui, avant de reprendre ma "course" sur les toits. J'avais envie d'en savoir plus sur lui, mais j'avais aussi un travail à faire. L'idée de combiner les deux activités me traversa l'esprit : si je présentais bien les choses, ça pouvait peut-être l'intéresser. D'un bond plus appuyé, je parvins à sa hauteur.

Uridan - Je suis chasseur de prime, c'est pour ça que je dois garder la confiance des gardes, pour être payé. Mais ça ne m'empêche pas de "m'amuser" de temps en temps. Si tu es d'accord, j'ai une proposition à te faire.

Je le laissai réfléchir. nus pouvions nous servir de l'émissaire de l'annonce pour nous guider vers le clan barbare. Une fois là-bas, rien ne nous empêchait de tous les tuer. Le clan était assez important pour avoir attirée l'attention d'un politique un peu véreux, donc il comptait au moins plusieurs dizaines de membres, peut-être bien plus. Si il aimait le combat et la destruction, il serait servit. Il faudrait juste "protéger" l'émissaire jusqu'à ce que nous arrivions à destination. La suite, ce sera ce que nous voudrions bien raconter à la famille du "pauvre disparu".

Uridan - Mais avant, éloignons-nous de la ville. Nous serons plus au calme pour en parler.

Je bondis avec toute ma force, me propulsant littéralement à plusieurs toits de distance. Je me pris à glousser intérieurement, en imaginant que ce bonhomme pourrait essayer de me rattraper par fierté : cela donnerait lieu à une belle course, que je perdrais bien entendu : inutile de froisser mon "invité".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnir EcailleNoire

Fléau d'écailles et de feu

________________

avatar
________________


Race : Démon Dragon
Classe : Esprit sauvage
Métier : Annihilateur de vie
Croyances : //
Groupe : Futur arcaneux

Âge : Quelques 600 années

Messages : 22

Fiche de Personnage : ☮️ Peace ☮️

Histoire de Personnage : ...

Il y'a 200 ans :
- De lame et d'écailles : Partie Une

-De lame et d'écailles : Partie Deux )

De nos jours:
- Sur la plage abandonnée...)





MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Dim 23 Fév 2014 - 15:34

Grande surprise que de voir l'homme bondir tel la sauterelle à ses côtés pour engager la conversation , décidément il ne le lâcherait pas à priori , devrai-il le tuer pour retrouver la douce solitude ?

-Je suis chasseur de prime, c'est pour ça que je dois garder la confiance des gardes, pour être payé. Mais ça ne m'empêche pas de "m'amuser" de temps en temps. Si tu es d'accord, j'ai une proposition à te faire. Mais avant, éloignons-nous de la ville. Nous serons plus au calme pour en parler.

Il touchait une corde sensible là , la curiosité était une des quelques raisons de vivre du Dragon avec son goût prononcé pour les choses inestimables et les tueries. Malgré tout , il n'avait pas aimé le fait que l'homme aux cheveux rouges prenne les devant lorsqu'il avait bondit à plusieurs toits de là.
Bien décidé à lui montrer qu'il avait dompter les quatre vents cardinaux.
Dragnir fit un looping et disparut entre deux maisons, poursuivant sa course démoniaque entre les battisses. Les fenêtres claquaient , certaines se brisaient et la queue dangereuse du Dragon tabassait les murs et les enseignes , les vitres et les pots de fleurs sans vergogne , juste pour le plaisir de se dire que demain , bon nombres de villageois crieraient au vandalisme et répareraient les « pots cassés » en poussant un juron.
Les joies de la liberté , ne posséder d'attache ni pour les biens matériels , ni pour les être vivants.
Il se savait non loin de l'homme aux cheveux rouges , il avait arrêté son tapage nocturne et se précipitait dans une petite ruelle à grande vitesse , là, il fit une rapide montée en flèche pour couper net le passage à son acolyte , le narguant d'une rotation aérienne pour lui montrer l'aisance de posséder des ailes depuis sa naissance.

-A ce genre de jeu , même tes « ailes » de sang n'y changeront rien !

Il repartit aussitôt sa phrase finit attendant que l'autre remonte à son niveau afin de lui expliquer ce qui suivrait ensuite, on aurait pu sentir une once d'amusement dans sa voix , il prenait presque plaisir à voler avec son camarade de course.
Pourquoi fuyaient-ils déjà ? Plus aucune importance , le Dragon voulait entendre ce qu'avait à dire le contrôleur du sang, savoir si demain serait aussi amusant qu'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Dim 23 Fév 2014 - 16:35

Touché. Il était hameçonné. Et je l'avait piqué en le dépassant. Il disparut dans une ruelle. Un peu inquiet, je continuai toutefois sur mon élan. Le bruit du cuir frappant les battants et renversant le peu que contenaient les balcons me parvint. Facile à repérer. Il semblait prendre plaisir à attirer l'attention. Tant mieux, je pourrais utiliser ce défaut à mon avantage contre le clan, laissant le sang se répandre avant d'intervenir. Mais quelle vitesse, tout de même ...

J'avais du mal à maintenir de l'avance, et il finit même par me dépasser, me coupant brusquement la route. J'eus à peine le temps de ralentir, utilisant mes ails pastiches pour cela : sans elles, je lui serait bêtement rentré dedans.

Ecailleux - A ce genre de jeu , même tes « ailes » de sang n'y changeront rien !

Je souris, pendant qu'il me tournait le dos pour repartir de plus belle. Je me vantai d'avoir une bonne endurance, mais bondir comme je le faisait drainait rapidement mes forces. Je le battrais sur un cent mètres, mais sûrement pas en course de fond. Oui, malheureusement pour moi, si les choses dérapaient je risquais de ne pas pouvoir lui échapper.

Bah, j'avais déjà vécu plus de mille ans, je trouverais bien un moyen d'éviter que les choses dérapent. Je fis traîner un peu la course, à la fois pour ménager mon souffle, surveiller l'arrivée des gardes, et m'assurer que nous serions hors de l'enceinte de la ville lorsque je reprendrais ma proposition.

Quelques minutes plus tard, nous avions perdus les quelques poursuivants qui nous suivaient. J'avais dû accélérer un peu pour éviter que l'étrange bonhomme ne se retourne et ne les affronte. Qu'importe, nous étions en sécurité, posés sur le sol. Je partis d'un grand rire : je ne m'étais pas autant dépensé depuis un sacré bout de temps, et malgré les circonstances j'avais été plutôt content de trouver quelqu'un avec qui faire la course. Je me laissais ensuite tomber par terre, jambes croisées. Je levai la tête vers le ciel, lui parlant sans le regarder : je devais peser mes mots pour être sûr de le convaincre de faire comme je l'avais prévu.

Uridan - Tout d'abord, je me présente : Je suis Uridan Sangried, chasseur de prime et mercenaire, philosophe à ses heures. Comme tu l'auras deviné, je me bats pour de l'argent. Avant de te rencontrer, j'ai trouvé une affiche intéressante. Je lui tendis. Je te demanderais juste de la garder en l'état et de me la rendre, j'en aurais besoin. Le commanditaire veut une escorte pour "négocier la paix" avec un clan qui sème le trouble. Ce n'est probablement qu'un politicien un peu véreux qui veut faire une action d'éclat pour entrer dans les hautes sphères du pouvoir. Je changeais de position, et lui jetai un coup d’œil : saisissait-il où je voulais en venir ? Ça signifie que le clan en question doit être fort, et qu'il doit compter de nombreux membres. Laissons le commanditaire nous guider, puis tuons-les tous. Les membres, du clan, le commanditaire ... et les autres membres de l'escorte.

Un léger sourire avait parcourut mon visage. habituellement, je ne me réjouissais pas tant de détruire. Cependant, il faut bien avouer que j'aimais me défouler de temps en temps. Je m'adossai à un arbre, contemplant un bout de lune qui perçait par le feuillage : il faisait déjà nuit.

Uridan - Si l'idée te séduit, non partirons dès demain.

Je ne lui parlerais pas encore de mon âge. Il valait mieux qu'il me prennent pour un gamin sans expérience, juste un peu plus futé que la moyenne. Et comme je ne savais rien de lui moi non plus, je préférais rester prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dragnir EcailleNoire

Fléau d'écailles et de feu

________________

avatar
________________


Race : Démon Dragon
Classe : Esprit sauvage
Métier : Annihilateur de vie
Croyances : //
Groupe : Futur arcaneux

Âge : Quelques 600 années

Messages : 22

Fiche de Personnage : ☮️ Peace ☮️

Histoire de Personnage : ...

Il y'a 200 ans :
- De lame et d'écailles : Partie Une

-De lame et d'écailles : Partie Deux )

De nos jours:
- Sur la plage abandonnée...)





MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Sam 1 Mar 2014 - 12:45

Dragnir n'avait plus envie de jouer au chat et à la souris avec les gardes , son envie meurtrière lui avait passé , il s'amusait beaucoup plus avec cet homme , il avait rarement l'occasion d’accélérer sa vitesse de vol  pour chasser les hommes et autres , il est vrai qu'à part quelques animaux , il n'avait guère l'occasion de se pousser un peu. C'était à la fois amusant cette petite course et intriguant , qu'allait-il donc lui proposer ?
Le dragon n'entendait plus que les pulsations cardiaques de l'homme qui contrôlait le sang et de quelques créatures nocturnes alentours, il n'y avait plus rien à craindre pour le mercenaire maintenant, ils pourraient se poser et discuter tranquillement, ce qu'ils ne tardèrent pas à faire. Le Dragon atterrit alors au sol , à l'orée d'une petite forêt mais cela n'avait pas d'importance pour le moment . Le mercenaire lâcha un rire de bon cœur , ce qui surprit un peu Dragnir qui n'avait pas  l'habitude de ce genre de situation improvisée en ne finissant pas le travail sur place et , pour sans doute la première fois , fuir un combat , ce qui malgré tout le frustrait énormément , il aurait pu dévaster un quartier de Béolan et disparaître durant un siècle , ça aurait été du grand Dragnir !
De toute façon il était certain qu'il reviendrait tuer du garde pour se calmer les nerfs , avec un peu de chance , il tuerait même ceux qui avaient intervenus !
Il sortit de ses pensées , mettant de côté ses envies de meurtres et rangea ses ailes , qui glissèrent sous sa peau pour finalement disparaître comme ci il n'en avait jamais eu.
Le mercenaire s'installa sur le sol , Dragnir quant à lui attendait paisiblement des explications.


-Tout d'abord, je me présente : Je suis Uridan Sangried, chasseur de prime et mercenaire, philosophe à ses heures. Comme tu l'auras deviné, je me bats pour de l'argent. Avant de te rencontrer, j'ai trouvé une affiche intéressante. Je te demanderais juste de la garder en l'état et de me la rendre, j'en aurais besoin. Le commanditaire veut une escorte pour "négocier la paix" avec un clan qui sème le trouble. Ce n'est probablement qu'un politicien un peu véreux qui veut faire une action d'éclat pour entrer dans les hautes sphères du pouvoir. Ça signifie que le clan en question doit être fort, et qu'il doit compter de nombreux membres. Laissons le commanditaire nous guider, puis tuons-les tous. Les membres, du clan, le commanditaire ... et les autres membres de l'escorte.


Il avait un nom , un objectif et un morceau de papier , trois éléments plus qu'intéressants pour le Dragon qui collectait les informations au fur et à mesure que le fameux Uridan parlait, le Dragon savait aussi se servir de sa tête . Il s'avança et prit la feuille ,  l'examina rapidement tout en écoutant ce que lui disait le mercenaire, puis la lui rendit.

-Tu me dis te battre pour l'argent mais tu me dis aussi que tu veux tuer ton gagne pain  , crois-tu un seul instant que le commanditaire te donnera la totalité de la paie sans voir le travail mené à bien ?
Tu y  perdra au change , la vie d'un homme contre une bourse de ses petits écus dorés que les humains aiment tant. Ta proposition reste tout de même intéressante , mais je trouve ça dommage de s'adonner au mercenariat avec ton don , si tu voulais de l'or , tu te plairais beaucoup plus à le prendre qu'à l'échanger contre tes services, après , ça n'engage que toi.



Dragnir irait presque à se sociabiliser avec cet homme ? La solitude devait vraiment lui peser lui qui d'habitude aurait tracer son chemin sans prendre le temps de l'écouter , les petites querelles d'hommes ne l’intéressait pas, c'était l'histoire d'un monde de mouton gouverné par des moutons, rien de bien glorieux à être un homme. Cependant ce soir, il c'était bien amusé et plus le temps passait , plus la solitude lui pesait et plus Dragnir développait presque une seconde personnalité à cheval sur la première , que tout amusait et qui était très immature. Il réfléchit un instant , entre partir et continuer à tuer sans se poser de questions , récupérant tout objets de valeurs comme à son habitude ou alors continuer à tuer, encore , mais cette fois-ci accompagné de ce mercenaire aux allures un peu jeunes.

-Très bien je marche.


Il s'assit au pied d'un arbre face à Uridan et fouilla délicatement sous son manteau un petit objet, une flûte plus précisément , en obsidienne ce qui la rendait rare et magnifique , un objet de choix pour le collectionneur qu'est le Dragon. Il souleva sa capuche pour laisser apparaître son visage clairement ainsi que ses cornes, après avoir vu ses ailes et sa queue , il n'était plus à cacher sa nature à son compagnon . Il  porta ensuite la flûte à sa bouche, ferma les yeux et commença à jouer un petit air, qui aurait penser que le sang chaud  qu'il était avait ce raffinement de jouer d'un tel instrument ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   Lun 3 Mar 2014 - 23:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flash back : 2 siècles]De lame et d'écaille[PV Uridan/Dragnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: À la panse repue-