''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le marche-abysse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gareth Valmort

Le marche-abysse

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Lame noire
Métier : Mercenaire
Croyances : Nihiliste
Groupe : Les lames errantes

Âge : 29 ans

Messages : 35

Fiche de Personnage : L'histoire d'une enfance brisée.


MessageSujet: Le marche-abysse   Dim 23 Fév 2014 - 1:16

Nom : Valmort
Prénom : Gareth
Rang : Le marche-abysse.
Âge : 29 ans.
Sexe : Mâle aux dernières nouvelles.
Race : Humain...Enfin sans doute.
Classe : Lame noire.
Métier : Mercenaire.
Croyances : Athée.
Groupe : Lames errantes (clan)
La bande de mercenaire qu'est la compagnie des lames errantes n'est autre que le rassemblement d'une cinquantaine d'hommes et de femmes malchanceux ou amoureux de la guerre voyageant de villes en villes à la recherche d'un contrat quelconque. Raids, chasse aux monstres, chasse à l'homme, pillage, tout leur va tant qu'ils sont payés. Moins chère que les grandes organisations, la compagnie est souvent employée par ceux qui désirent se débarrasser d'un ou plusieurs gêneurs sans pour autant vider entièrement ses coffres. Certains petits seigneurs en l'occurrence, la demande régulièrement pour épauler leurs troupes.
Équipement :
-Armure du marche-abysse : Un set d'armure segmentées gris-bleu aussi usé qu'efficace que Gareth porte depuis bien des années et même si le temps semble avoir rongé son acier, le mercenaire refuse de s'en séparer.
-Cape usée bleue foncée.
-Sanglot : Le fameux espadon du marche-abysse. Un mètre-soixante de long, trente centimètre de large. Une poignée argentée dont s'échappe constamment cette fameuse fumée noire. Une lame aux couleurs d'ébènes et au fil argenté capable de trancher la tête d'un ogre et finalement une sombre magie parcourant l'arme de la garde à la pointe. Et dire qu'il ne la manie que d'une seule main...
Talents de combat physique : Gareth se bat depuis sa plus tendre enfance, son corps et son esprit sont formés pour le combat...La brutalité dont il fait preuve à chacun de ses coups n'a d'égale que sa rapidité
Talents de magie : Voir pouvoir particulier.
Talents divers : Cynisme très développé. Parvient a être blasé en toute circonstance.
Pouvoirs particuliers :
Sanglot : L'épée de Gareth est dotée d'un formidable et bien étrange pouvoir, en effet, après s'être liée a son porteur, elle commence à se nourrir des sensations négatives de ce dernier, en plus de décupler leur intensité. Haine, peur, chagrin, culpabilité, douleur ou désespoir, la lame gagne en puissance grâce à chacun d'entre-eux. Autant dire que lorsqu'elle est tombée dans les mains du jeune homme qu'était le Marche-Abysse a l'époque, cette épée s'est vite mise à déborder de pouvoir. A ce jour, Sanglot dispose de deux pouvoirs connus dont Gareth use et abuse sans réfléchir aux éventuelles conséquences :
Courroux : Le plus basique, que son porteur utilise presqu'inconsciemment à chaque affrontement. La haine qui le dévore depuis sa plus tendre enfance permet a l'épée de se rendre plus tranchante et d'augmenter de manière significative la force de son porteur. C'est pour cela que Gareth ne tiens son espadon que d'une seule main la plupart du temps...Et inutile de dire que chacun de ses coups à ce moment précis sont capable de fendre en deux homme ou monstre si ces derniers ne sont pas suffisamment prudents.
Douleur : Voici ce qui le rend virtuellement invincible pour l'humain lambda. Lorsque le mercenaire reçoit une blessure non-mortelle, la fumée noire s'échappant de la poignée de son arme recouvre et guéris sa plaie presqu'instantanément, qu'importe sa taille. Un adversaire informé et intelligent visera de préférence la tête ou le cœur.
(précision : J'imagine que cette capacité doit faire cligner des yeux mais comme je le précise bien, cette régénération n'est valable qu'en cas de blessure non-mortelle...Alors oui, d'accord, je peux perdre un bras et le voir repousser en une minute...Mais si je me prend une flèche/lame dans le cœur, une boule de feu en pleine tête, voir même une flèche/lame de feu au cœur de la tête, c'est fini. Solide mais pas invincible. Je précise par la même occasion que c'est un homme lambda qui ressent la douleur comme tout le monde, une plaie profonde, une amputation, ça fait mal, deux, ça fait tourner de l’œil, c'est pas l'épée de chuck norris hein.)

Apparence physique
:
A la surprise générale, c'est bien un humain qui se cache sous l'armure de Gareth. Un homme d'apparence robuste, au visage triangulaire, un air profondément antipathique ancré dessus depuis l'enfance.
Doté d'une longue chevelure blanche comme l'écume masquant en partie son large front et ses yeux en amande vairons, l'un étant gris, l'autre jaune, d'un teint pâle, d'un bouc tout aussi blanc et d'une assez grande taille (presque deux mètres), le marche-abysse n'est pas quelqu'un passant facilement inaperçu. Musculature sèche, allure athlétique, gestes lents (en dehors des combats bien sûr) et démarche toute aussi lente, son apparence représente exactement ce qu'il est : Un homme asocial et particulièrement peu intéressé par tout ce qui l'entoure.

Caractère, personnalité : Neutre et blasé sont sans doute les deux mots décrivant le mieux Gareth. La compagnie des humains ou d'autres races intelligentes ne l'intéresse pas, dans le meilleur des cas, et l'énerve, dans le pire. Bien que capitaine de la bande, il ne s'occupe que rarement des problèmes internes n'ayant de cesses de s'y nicher, laissant volontiers ses deux camarades s'en occuper, son cynisme n'étant que rarement d'une grande aide. Le combat, que Gareth voit comme l'avatar même de l'absurdité de la vie, reste son seul et unique centre d'intérêt, ce qui explique son incompréhension concernant la tristesse d'Alvin et la vénalité apparente de Launegisiles.
Epée en main, il représente exactement le contraire de ce qu'il est en temps normal, tête brûlée totalement inconsciente, le mercenaire accompagne chacun de ses coups par la haine enfouie au plus profond de son être sans faire attention aux volées de flèches, aux boucliers ou même aux régiments se mettant entre lui et sa cible. Cette haine, Gareth l'entretien autant que son arme puisqu'elles sont intimement liées, l'une renforce le pouvoir de l'autre, et vice versa, jusqu'au jour où elles le consumeront pour de bon.
Globalement donc, le marche-abysse est un homme fort peu sociable, introspectif la plupart du temps et amoureux des batailles.

Histoire :
Il le dit souvent : "De toute ma vie, je n'ai eu que six ans de bonheur. Mes six premières années." Né dans un village dans les grandes étendues, élevé par ses parents fermiers, Gareth n'avait à peine eut le temps de prendre goût a la vie que déjà, cette dernière lui faisait un tour plus que sinistre. A son sixième printemps, la peste rongea ses proches, condamnant ces derniers à une mort lente et douloureuse. L'enfant vit ses parents et ses deux frères perdre la vie, puis finalement, après trois mois de calvaire, se retrouva seul au milieu des ruines de ce qui avait été son enfance. Certains disent que c'est un miraculé, d'autres un malchanceux, les deux ont raisons, d'un certain point de vue. Toujours est-il que le jeune orphelin, ivre de chagrin, erra sur les chemins durant une journée entière en pleurant toutes les larmes de son corps avant de finalement faire l'une de ses premières mauvaises rencontres. Une caravane d'esclavagistes en route pour Venill. Inutile de dire que les gros bras propriétaire de cette dernière n'eurent aucun mal à capturer ce pauvre gosse perdu et à le jeter dans l'une des "cage à marchandise". Et la machine se mit en route.
A l'intérieur de la cage, une jeune femme répondant au nom de "Mila" s'approcha de lui en souriant. Et durant les trois jours qui suivirent, il ne parla qu'à elle. Le soir du troisième jour, un esclavagiste ayant visiblement un peu trop bu ouvrit la cage, tira Mila par les cheveux et, sans plus de cérémonie, la viola sur le sol de la plaine, sous les yeux de l'enfant. Son affaire terminée, le bourreau sans cœur jeta la jeune femme aux cotés de Gareth et referma la cage. Brisé par la vision de sa nouvelle amie ainsi souillée, le petit passa la nuit dans les larmes et ce fut finalement elle qui vint le réconforter en le prenant dans ses bras. Le lendemain, ils étaient arrivés a Venill.
Mais quelque chose, dans l'esprit du jeunot, venait de se briser.

"Venill paraît paisible, pittoresque...A travers les barreaux d'une cage, c'est une vision bien moins séduisante."

Durant une semaine, l'enfant passa de marché a esclave a marché en esclave, d'abord blottit contre sa protectrice puis seul lorsque cette dernière fut donnée à un sinistre bordel. Finalement, une famille de noble désireux d'acheter un jouet à leur fils l'achetèrent et l'emmenèrent chez eux.
Gareth supporta les caprices du gosse pendant un an, jour pour jour, profitant de la nourriture qu'on lui donnait, bien meilleure que celle des esclavagistes, puis, le soir de ses sept ans, alors que ses propriétaires ne faisaient plus attention à lui, il prit la fuite.
Par chance, ils ne cherchèrent pas à le retrouver, sans doute par manque d'intérêt, un esclave disparut n'étant de toute manière pas une grande perte.
C'est ainsi qu'une nouvelle fois, l'enfant se retrouva a errer, seul, a la recherche d'abri ou de nourriture. Il ne parvint à survivre qu'en volant ici et là, jusqu'à son dixième hiver, où un groupe de jeunes brigands embusqués sur l'une des routes de Venill l'intégra dans ses rangs.

"La brutalité dont faisaient preuve mes pairs ne me gênais aucunement, car je savais que nos victimes, si elles étaient à notre places, auraient sans doute commis les mêmes horreurs."

A partir de cet instant, le grand monde de la criminalité s'ouvrit à lui. Coups, meurtres, vols, viols, Gareth était témoin de tout et se voyait contraint de mimer l'amusement pour profiter de la nourriture des victimes. Cet hiver fut sans doute l'un des plus durs de sa vie, puisqu'il devait faire et voir des choses particulièrement immorales. Mais son désir de vivre était plus développé que son honneur, aussi, durant trois longues années, l'enfant apprit à tuer et détrousser.
Pas étonnant alors, que lorsque sa bande finit par être dissoute, le jeune homme décida de continuer son sinistre apprentissage en mandant une place dans une troupe de mercenaires ayant établi leurs camps de bases près d'un village où il avait l'habitude de dormir. Le leader de la troupe l'accepta en ricanant, trouvant sa détermination amusante, lui donna une épée courte usée jusqu'à la garde puis retourna discuter avec ses camarades.
Deux semaines plus tard, un petit seigneur mandait l'assistance de la troupe pour prendre les terres de son rival.

"A cet instant précis, j'ai trouvé ma place."

Survivant à son premier combat, puis au second, au troisième et ainsi de suite, Gareth apprit petit à petit a utiliser cette haine viscérale qu'il avait envers tout être humain l'ayant prit le soir même où sa si gentille protectrice avait été souillée par ce porc esclavagiste. On le félicita pour son efficacité, pour sa détermination et surtout pour son courage, qui s'apparentait plus à une folie furieuse, et on l'incita, bien entendu, à continuer, à persévérer.
Ce qu'il fit, naturellement, jusqu'à devenir le second, le lieutenant de la troupe, adulé même par son commandant.
Et jusqu'à ce qu'un homme louche se présentant sous une fausse-identité leur manda d'aller fouiller les ruines d'un antique donjon dans les plateaux de lunes pour récupérer en son sein une relique. Mission facile, pour des mercenaires chevronnés...Et étrangement bien payée.

"Franchement...Quel autre nom aurais-je pu attribuer à cette lame?"

On envoya huit hommes, dirigés par Gareth, pour remplir cette quête. Ils arrivèrent sur les lieux après deux jours de voyages et commencèrent à déblayer l'entrée de l'objectif. Ce dernier était plus semblable à une grotte bouchée par la végétation qu'à une véritable construction humaine, mais cela ne découragea pas les mercenaires qui coupèrent les lianes les empêchant de traverser avant d'entrer, torche à la main et épée au fourreau, a l'intérieur.
L'exploration dura une heure-et-demie, durant laquelle les aventuriers découvrirent d'étranges inscriptions sur les murs représentant toutes un escalier descendant dans les ténèbres, firent fuir une bande de lézards géants ayant nidifiés dans les restes de ce qui semblait être une salle de torture et établirent leurs campements au beau milieu d'un bassin asséché. Puis, après s'être reposé et rassasiés, ils ordonnèrent à deux hommes de garder le camp avant de continuer...
Et de découvrir l'escalier si souvent dessiné sur les parois alentours.
Plus tard, Gareth expliquera aux deux gardiens du camps comment étaient morts ses compagnons :

"On a commencé à descendre...Et pendant une heure durant, nous n'avons vues qu'une seule et unique chose : des marches, des marches, des marches et encore des marches...Puis finalement : Rien. Le néant le plus total. Les ténèbres. Heinrich à proposé de remonter, je ne l'ai pas écouté...J'aurais dû. J'ai jeté ma torche dans ce trou visiblement sans fond, et je l'ai vu atterrir sur une surface invisible deux mètres plus bas. A peine rassuré, j'ai noué une corde autour de ma taille et j'ai demandé aux autres de la tenir, puis je suis parti rejoindre ma lumière. A ma grande surprise, je ne tombais pas dans les ténèbres, non, je marchais dessus. Tout comme mon flambeau, j'étais retenu par un sol invisible mais fichtrement solide. Bien sûr, j'étais bien vite rejoins par Karlan et Nowe...Puis finalement par Heinrich et les autres. Une fois tous dans les ténèbres, quelque chose, au loin, subitement, s'alluma. Une lueur blanche, presque divine, venait d'apparaître et très vite, nous commencions à progresser dans sa direction. En très peu de temps, le groupe entier était sur elle, moi le premier.
La lumière venait d'un piédestal en argent sur lequel était posé une épée. Cette dernière correspondait en tout point à la description de la relique que notre employeur désirait, aussi, sans grande cérémonie, je la soulevais de son socle et me dirigeais vers le retour.
Les ténèbres en dessous de nous enveloppèrent alors mes compagnons...Un sombre maléfice ne tardant pas à tordre leurs corps et leurs esprits. Alors que les cris me déchiraient les tympans, je jetais un coup d'œil à la relique dans ma main droite...Et avec une grande surprise, je remarquais qu'une sombre fumée sortait du pommeau de l'arme et créait un dôme noire autour de moi, empêchant le néant de me recouvrir.
Je ne sais pas combien de temps cela à duré. Vous dites deux heures, j'aurais dis deux jours. Toujours est-il que lorsque les abysses cessèrent leurs assauts, je me retrouvais seul au milieu de six horreurs disposant de griffes et de dents lacérant leurs propres chairs tant ces dernières étaient démesurées. Les restes de mes compagnons...Qui se jetèrent instantanément sur moi.
Inutile d'expliquer ce qui s'est passé ensuite, si je suis là, vous vous doutez bien de ce qui est arrivé aux autres.
"

Après l'annonce de la sinistre boucherie, Gareth et les deux gardes rejoignirent le reste de la troupe qui s'empressa de retrouver celui qui les avait envoyé faire cette "simple mission de récupération", de prendre son argent avant de lui ouvrir le ventre et de le pendre par les pieds du hauts d'un arbre pour lui faire payer son "oubli" concernant les dangers de ladite mission. En guise de souvenir, Gareth garda l'épée.

Étrangement, il devint bien plus efficace les jours qui suivirent...Et les mois qui suivirent...Et les années.

Le temps aidant, la troupe changea d'organisation, de chefs, plusieurs fois, avant de finalement se dissoudre. Ceux qui décidèrent de suivre Gareth, qu'on nommait désormais le marche-abysse, créèrent la première compagnie des lames errantes qui, quelques mois plus tard, se faisait un nom en défendant les terres du rival d'un certain seigneur Arvalk, bien loin du royaumes de feleth.

Inutile de dire que quelques jours plus tard, un homme du nom d'Alvin Lodrok rejoignait ses rangs et ses amis après avoir perdu sa raison de vivre, et que quelques ans plus tard, une vieille connaissance s'étant elle-même nommée Launesigiles faisait irruption dans sa tente pour lui proposer ses services...Mais ceci est une autre histoire.

Désormais, Gareth erre avec sa compagnie, comme il le faisait l'année passée, et celle d'avant...Sans autre but que la récolte de provision et de fonds pour survivre un jour, une semaine de plus.



En ce qui te concerne mon p'tit pote :

Tu s'ras souvent là ? J'en sais foutre rien.

Comment t'as découvert notre bon forum ? Je cherchais un site porno, j'ai dû me tromper, pas grave.

T'as que'que chose à dire sur le fofo ? Il est caca, c'est pour ça que je me suis inscris, étant moi-même scatophile.

Tu veux mon poing sur la tronche? Je déconne, j'adore ce forum.

Test-RP

Je suis le mal, je suis Carl Sorince Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Le marche-abysse   Lun 24 Fév 2014 - 0:37

Voilà après un remous suicidaire plein de liquide carmin sauvage, je suis ici pour toi, Marche-abysse.

Alors voilà, le petit détail étant réglé via la CB, j'ai l'immense plaisir de te donner ce truc rouge qui traînait par terre. J'espère que tu en feras bon usage, Parce que c'était par terre mais ça brillait très fort, alors ça doit valoir quelque chose.

Et si jamais on te propose un contrat sur la tête d'un mec tout chelou avec des cheveux rouges qui se fait passer pour un Dieu, évite d'accepter. J'aime pas trop être découper, ça abîme mes vêtements.



voilà, tu as ton tampon, fais gaffe il a déjà servis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shaaïro Shvaarn

Le Masque de Porcelaine

________________

avatar
________________


Race : Vampire.
Classe : Charmeur.
Métier : Chef d'une bande de mercenaires. (Ex-esclave)
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : Treize ans, en apparence seulement.

Messages : 70

Fiche de Personnage : Le gentil petit vampire...

Histoire de Personnage : En cours:
- Oh un nouveau? (Solo)

Terminés:
Rien pour le moment.

Abandonnés:
- Vermeils. (PV Seiren)
- La faim justifie les moyens. (PV Mio)
- Comme chien et chat (PV Leevo)

MessageSujet: Re: Le marche-abysse   Lun 24 Fév 2014 - 15:13

Comment c'est troooooooop triste QnQ
Tu m'as arraché une larmichette.
Bon c'pas très compliqué mais c'est une larmichette tout de même !
Cette histoire de Mila ... buhuhuh :'(

Joli perso' tout plein (ex-esclave en plus, et avec une avatar aussi joli, on est faits pour s'entendre *-*) et je n'ai absolument rien à redire !
En espérant que tu t'amuses autant avec ce perso' qu'avec les autres...

JE TE TAMPONNE !


AMUSE TOI BIEN !
*Se roule par terre* MUGHYUGHYU !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Le marche-abysse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le marche-abysse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-