''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 19:16

Cela faisait un moment que la journée était entamée dans la cité. Dehors, les chariots cahotaient le long des rues mal pavées du quartier, les marchands vantaient leurs produits à haute voix, tentant de s'enterrer les uns les autres, et se ruait dehors la populace, à la recherche d'un bon prix, d'une aubaine, d'un bon coup dont ces imbéciles pourraient se vanter le soir venu à la taverne.

C'était une journée normale, quoi.

Pendant ce temps, un peu à l'écart de la place du marché et de son incessant vacarme, il se trouvait une boutique qui n'ouvrait pas sur des heures fixes. L'endroit, bien qu'une retape de peinture serait la bienvenue, était toutefois bien tenu, une ancienne maison de ville, collée sur ses jumelles, qui avait été reconvertie en une librairie peu connu. L'endroit semblait de grande taille, montait sur un étage (qui devait être la demeure du propriétaire) et une drôle d'impression venait toujours chercher celui qui passait devant et s'y attardait.« Depuis quand existe cette échoppe, se disaient-ils. Je passe par ici tous les jours, et c'est la première fois que je la remarque. » Ce à quoi beaucoup répondaient à voix basse: « Un conseil: oubliez cet endroit et passez votre chemin! C'est là le repaire d'un filou, la Confrérie des Ombres a marquée de son sceau ce lieu! S'y attarder, ce serait se maudire et causer le courroux d'une secte démoniaque! Passez votre chemin, c'est moi qui vous le dit! » Après quoi, on se signait de la protection du Solstice, et on quittait l'endroit presqu'en courant.

De temps en temps, cependant, on voyait quelqu'un y entrer, puis, quelques minutes ou quelques heures après, en sortir, parfois accompagné. Encore là, les gens du quartier en supposait bien des choses, et bien souvent, ils se signaient aussi après, comme pour éviter qu'un démon du Vein, ou pire, qu'un membre de la Confrérie n'ait surpris leurs paroles. «Après tout, pourquoi fonder boutique si loin du marché? » se disaient-ils le soir venu. Et pour une fois, leurs paroles reflétaient la petite once de sagesse qu'ils possédaient au fond de leur être. Encore là toutefois, aucun ne se risqua à poser la question au propriétaire de la librairie.

Ce propriétaire, parlons-en justement. Personne ne semblait savoir d'où il venait, il s'agissait de quelqu'un de très secret, qui sortait très rarement, sinon la nuit, et qui semblait n'aimer personne - bien que personne n'eut un quelconque sentiment positif à son égard. L'homme passait ses journées enfermé, sans sortir, et parfois, aux dires de plusieurs, une odeur nauséabonde émanait de l'intérieur de la boutique. « Il doit venir du sud! disaient souvent Ernest, son voisin le plus proche. Les gens du sud ne se lavent pas, je le sais, j'y suis allé plusieurs fois dans ma vie!» Ce à quoi les ignorants qui l'entouraient acquiesçaient silencieusement.

C'est là ce que les badauds du quartier racontaient bien souvent au sujet des Livres d'avant et de maintenant, la librairie que Marius Azelan tenait depuis, oh! un an environ. Et si l'un de ces idiots avait été lui demandé pourquoi s'être installé dans ce quartier, il aurait répondu sur un ton objectif qu'il n'aimait pas la foule, mais que s'il avait su que de pareils arriérés vivaient autour de lui, il aurait changé ses plans. Après quoi, il aurait demandé, du même ton neutre, si l'arriéré en question désirait se procurer un livre quelconque.

C'était là une des caractéristiques les plus frappantes chez le Libraire, sa franchise singulière qui prenait bien souvent au dépourvu ses victimes. Loin de vouloir insulter son prochain, Marius était simplement un misanthrope détestant les manies inutiles et les arts méprisables de l'hypocrisie, qu'il condamnait simplement d'un haussement d'épaule qui déconcertait. La seule autre personne, ou plutôt seule autre créature avec laquelle il semblait faire preuve d'un tant soit peu d'amitié était son fidèle corbeau parleur, Koako, qui se réfugiait bien souvent à l'étage pour éviter de désarçonner un client ne connaissant pas ces animaux extrêmement intelligents.

Cette journée-là, Marius hésitait à ouvrir boutique, étant donné l'heure déjà avancé de la journée. Il fit un bref calcul mental à savoir combien de clients il pourrait avoir cette journée-là, puis le chiffre parut le satisfaire, puisqu'il alla déverrouiller la porte et afficha Ouvert sur une plaque de bois posée à cet effet. Il n'eut alors pas tourné le dos que la clochette qu'il avait installé et qui l'avertissait de l'entrée de client sonna d'un son cristallin. Koako était déjà en haut, alors Marius se retourna pour faire face au nouveau venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 22:40

L'entre-deux missions. Un moment consacré au ravitaillement et à la détente … mais les filles de joie ne m'intéressaient pas, et je trouvais de quoi largement me nourrir en mission … Aussi était-ce pour moi un simple moment d' ennui ou de méditation. Mais je n'étais pas enclin à la méditation, encore moins avec autant de gens autour de moi : que les humains peuvent être bruyants quand ils vivent. Je m'éloignais donc du marché pour aller par les rues plus calmes. Mon long manteau, qui me protégeait du soleil puisqu'il brillait encore un peu trop pour moi, frotte les pavés en produisant un son assez usant pour les nerfs.

C'est là, au détour d'une allée, que je l'ai vue. De loin d'abord. Je ne me rappelai pas qu'il y ai jamais eu une boutique aussi loin du marché. Il faut dire que je me suis rarement promené par les rues de Madorass. Curieux, je me rapprochai. L'enseigne un peu défraîchit annonçait : « Livres d'avant et de maintenant ». Une librairie ? Alors que je m'approchai, le bruit de la gâche qui se déverrouille, puis un mouvement derrière le verre. En m'approchant, je vois que l'écriteau vient juste d'être tourné, et que c'était ce mouvement que j'avais deviné. Une librairie qui ouvre quand je passe devant …

J'aime les coïncidences. Et je suis sûr que s'en est une. Alors autant jouer le jeu du destin pour cette fois. Surtout qu'une boutique aussi reculée doit être bien calme, donc au pire je n'aurais qu'à me mettre dans un coin pour profiter du calme. Je pousse donc la porte. Un homme se retourne alors. Il a à peu près ma taille, brun. Habillé de façon passable (mais je n'ai rien à dire là-dessus vu mon propre accoutrement), et au teint presque aussi pâle que celui de mon père. Je ne m’appesantis pas sur son apparence, après tout je ne suis pas là pour détailler les inconnus.

Je souris timidement, soudain mal-à-l'aise. Il y a quelque chose (peut-être dans sa cicatrice ?) qui me démange chez cet homme. Bah. Si je devais me formaliser de chaque soubresaut de mon estomac, ça fait bien longtemps que je vivrais terré dans une grotte lointaine. Mon manteau me tient chaud, alors je rabat la capuche sur mes épaules. Une petite plume de duvet noir finis de tomber de l'étage du dessus. Oiseleur à ses heures perdues ? Réalisant soudain qu'on attendait quelque chose de moi, je me dis que j'aurai peut-être mieux fait de rester dehors.

Hum. Bonjour. Vous vendez des livres ? Heu je veux dire, des livres qui traitent de … heu … Non, dites-moi simplement ce que vous avez de plus bizarre ! Dans une si grande librairie, il doit bien y avoir quelque chose de surprenant!

Pourquoi n'y avais-je pas pensé plus tôt ? Les livres racontent des fois d'étranges histoires. Et puis il y a les grimoires, qui peuvent être enchantés. Une librairie de cette taille doit bien en receler un ou deux. Je me défais de mon manteau complètement pour le ranger dans le sac que je porte sur le dos. Ce faisant, je laisse le coin de ma bourse en vue, histoire qu'il sache que j'ai de quoi le payer au cas où un quelconque ouvrage m'intéresse. Ça évitera qu'il me traîne trop dans le bas de gamme, enfin j'espère.

Mais justement, il se rendra vite compte que les ouvrages quelconques ne m'intéressent pas. Dans cette étrange librairie, perdue loin de la place du marché, je suis cet homme étrange qui me met un poil mal-à-l'aise, entre les rayonnages : je suis intéressé, parce que c'est peut-être ici que je vais trouver quelque chose de vraiment nouveau … qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aleyä Rheadan



________________

Aleyä Rheadan
________________


Race : Humaine
Classe : Maîtresse Lame
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire

Âge : Seize ans

Messages : 40

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyJeu 9 Aoû 2012 - 23:17

Aleyä s'avançait lentement vers le centre ville, elle avait décider d'y faire une bref escapade avant de retourner chasser dans la forêt comme elle aimait le faire. Mais elle attendis néanmoins l'autorisation de l'aubergiste qui l'hébergeait contre la viande qu'elle ramenait de sa chasse.
Aleyä se tourna vers l'homme un petit sourire aux lèvres, elle essayer d'imiter un ange comme a chaque fois qu'elle avait quelque chose à demander. L'homme était plutôt grand et brun, assez mal rasé et ses dents étaient presque toutes noirs, mais il était gentil.. L'un des hommes les plus gentil que Aleyä ai connu et surtout, assez gentil pour qu'elle lui accorde une confiance aveugle.

-Que veux-tu ma jolie ? Lui avait-il demander un sourire aux lèvres, reconnaissant cette attidude que Aleyä emprunter tellement de fois ses derniers temps.
-Ce que je veux ? Mais rien ! S'exclama-t-elle en baissant le visage, croisant les bras et se retenant de rire. Elle imitait une femme vexait, mais plutôt mal, les talents de comédienne de Aleyä était pittoresque !
-Aller, dit moi donc ce qui pourrait te faire plaisir aujourd'hui.
-J'aimerais aller faire un tour au marcher, cela fait de longs mois que je ne m'y suis pas aventuré et cela me manque.
-Depuis l'aventure aux égouts ?

Aleyä se mit à réfléchir quelques secondes, elle avait visiblement oublier cette mésaventure.
-Oh, j'ai compris... Je n'irais pas. Elle commença a remonter les escaliers quand l'homme tout sourire répliqua.
-Vas-y, mais soit rentré pour le dîné, et avec un bon lapin si possible !

Aleyä déposa un baiser sur la joue de l'homme avant de courir dehors, ses cheveux noir volait avec le vent. Elle s'aventura dans une petite ruelle qui la mènerait directement au marcher.
Elle marcha, marcha et marcha encore. Elle n'était pas habitué aux ruelles et le temps semblait défiler si lentement ! Cela l'ennuyer terriblement. Aleyä se mordait la lèvre pour se rappeler qu'elle était idiote et qu'elle aurait mieux fait d'aller en forêt. L'air autour d'elle n'était pas la même et elle avait parfois l'impression de suffoquer. L'auberge où elle vivait étant assez éloigner du centre ville, Aleyä pouvait y respirer paisiblement.


C'est ainsi que Aleyä se retrouva au marcher, elle regardait les prix, ils étaient exorbitant ! La viande était chère et si Aleyä vendait la sienne cela lui rapporterait sans doute gros. Mais elle détourna rapidement ses yeux pour les poser sur un bout de tissu puis un collier de perle. Elle sorti rapidement du marcher comme pour se sortir d'un rêve et s'arrêta contre un mûr, elle respirait lentement et regardait le sol.

Des goûtes glissait sur sa robe, c'est alors qu'elle pris conscience qu'elle pleurait. De joie sans doute, mais les souvenirs remontait dans la tête d'Aleyä. Elle pensa alors « Maman et moi avions l'habitude d'aller au marcher et nous rentrions rarement sans un beau tissu... Elle dépensait beaucoup pour moi alors que nous n'avions pas les moyens... » Aleyä se redressa et regarda autour d'elle... Elle voulais oublier les mauvais souvenirs.

Aleyä repris sa marche, elle s'éloignait peu à peu de la ville, ou... Non, plutôt du marcher, elle s'en éloignait à grand pas et ressentait l'air changer un petit sourire aux lèvres. Aleyä vit un jeune homme s'approcher d'une étrange maison.. Ou peut-être était-ce une boutique ? Oui, c'est ça, une librairie ! Elle ne savait pas que des boutiques se trouvaient aussi loin du marcher.. Il y avait deux étages '' Deux étages ? Etrange pour une boutique ! '' S'exclama-t-elle. Puis elle se rajouta à elle même ''Habiterait-il au dessus ? '' Elle s'approcha lentement et discrètement aussi, l'homme ne l'avait pas vu. En fait Aleyä venait juste de remarquer que ses cheveux était rouge, elle trouvait cela de plus en plus étrange.

Le cœur battant la chamade. Aleyä sentait quelque chose de changer en elle, elle était attiré par cette boutique c'était certain. Mais les hommes qui passait autour d'elle semblait l'éviter. C'est alors qu'elle suivit un homme durant quelques mètres, assez éloigner pour que l'homme au cheveux rouge ne l'entende pas, puis elle l'arrêta pour lui demander.

-Dites moi, mon bon monsieur. Quel est cette boutique ?
L'homme la regarda, puis il regarda la boutique, plusieurs fois il fit ceci avant de tourner nerveusement son chapeau dans ses mains. Il arrêta son regard sur la jeune fille avant de dire à toute allure, sans doute pressé.
-Ne vous approchez pas de cette boutique, je vous le déconseille jeune fille. Puis il partis à toute vitesse sans prendre le temps de regarder Aleyä une dernière fois.

Aleyä soupira, elle se plaça devant la maison puis regarda autour d'elle, l'homme était sans doute entrer dans la boutique, elle arrêta de sourire avant de remarquer une bouche d'égout, elle se mit à sourire bêtement en se rappelant les souvenirs de son escapade à l'intérieur de ceux-ci... Aleyä voulait seulement dé-stressée mais elle y arrivait très mal et reprenant son souffle elle avança d'un pas vers la maison.
'' Et si je faisais erreur ? '' Pensa-t-elle.
Elle avança encore d'un pas, son cœur battait de plus en plus vite.
'' L'homme avait peut-être raison... Je ne devrait pas rester ici. ''
Mais Aleyä n’eût pas le temps de se retourner qu'elle se rendit compte qu'elle tenait la poignet de la porte dans sa main, elle soupira un long moment avant de tourner celle-ci.
Boum boum boum... Son cœur battait tellement fort qu'elle l'entendait comme si c'était une voix.

Aleyä entra dans ladite boutique, elle regarda d'abord l'intérieur, brièvement : des livres, oui, beaucoup de livres.. Puis elle vis deux hommes, le premier était l'homme aux cheveux rouge quant au deuxième, sans doute le gérant de la boutique, un homme au cheveux noir, c'est tout ce qu'elle en vis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 5:22

L'homme qui se tenait devant Marius semblait perplexe, hésitant même. Était-il entré ici par mégarde? Le Libraire l'observait silencieusement d'un oeil interrogateur, semblait analyser cet étrange personnage. Quelque chose en Uridan ne lui inspirait pas confiance, et même s'il ne pouvait mettre le doigt sur la source de ce doute, son instinct le mettait en garde. Par pure précaution, Marius analysa les sentiments d'Uridan grâce à ses dons surnaturels. Rien ne semblait être hostile de la part de cet homme venu de nul part. Cependant, sa couleur de cheveux inhabituelle mit la puce à l'oreille de Marius. Cet homme n'est pas humain... du moins, pas totalement.

Sans rien laisser paraître de ses doutes (et pour cela, il était doué), Marius souhaita un vague bienvenu à cet homme, se rappelant soudainement qu'il s'agissait d'un des rares clients de sa librairie. Marius céda le passage à Uridan, alors que celui-ci lui confirmait ce qu'il pensait: il semblait être entré là par erreur, ne cherchant pas de livre en particulier. Quoique... son livre le plus bizarre? Qu'était-ce sensé signifier? Et puis, qui était cette personne? La dernière fois que de telles interrogations avaient eu lieu, Marius avait reçu, peu de temps après, la désagréable visite de trois Capes Blanches qui avait saccagé sa boutique de fond en comble. Heureusement pour lui, il n'avait pas découvert la pièce secrète enfouie dans le sous-sol de la librairie, sans quoi, le Libraire ne serait sans doute plus de ce monde. Quoiqu'il en soit, Uridan ne lui plaisait pas particulièrement, et la question singulière qu'il venait de lui demander le mettait sur ses gardes.

« J'ai toute sorte de livres ici, mais le terme de bizarrerie pourrait s'appliquer à bien des genres. J'ai en stock un exemplaire de la «Philosophie érotique et jeux tabous» si c'est ce que vous désirez, ou encore de magnifiques et troublantes enluminures du célèbre Palarisson. Je possède même un ouvrage manuscrit de la «Théologie des temps anciens» écrit à la main par Gertz. Quant aux ouvrages de collection, je les conserve précieusement pour mon propre plaisir. Cependant, si vous recherchez des ouvrages, disons, plus à risque, réitéra Marius, en mettant de l'emphase sur ses derniers mots, je vous conseille de vous trouver un receleur dans les bas quartiers. Cependant, je dois vous prévenir qu'exhiber votre bourse de cette manière ne fera qu'attiser le désir des nombreux coupes-jarrets qu'on y retrouve. Si j'étais vous, je me ferais plus discret. »

Marius avait dit tout cela sur le même ton neutre, sans aucune once d'hostilité, mais sans aimabilité non plus. Marius n'aimait pas le genre de questionnement imbécile dont avait fait preuve Uridan, mais comme celui-ci ne lui avait manifesté aucune animosité, il ne voyait pas l'intérêt d'en attiser une par des raisonnements plus cinglant.

Puis, la clochette retentit à nouveau. Deux clients en même temps? Voilà chose rare. Marius se déplaça légèrement de côté pour apercevoir une jolie jeune demoiselle sur le pan de la porte, semblant elle aussi hésiter sur on ne sait quel propos. Désirait-elle entrer ou pas? Leurs regards se croisèrent durant un instant et Marius constata la couleur inhabituelle de ses yeux. Elle aussi! Comme il avait procédé avec Uridan, Marius sonda les sentiments de la jeune fille, mais n'eut pas besoin d'aller bien loin pour remarquer qu'elle se trouvait dans un état psychique très sensible. Le blanc de ses yeux était rougi, elle venait sans doute de pleurer. Pourquoi venir ici alors?

Marius avait longtemps appris, chez son ancien maître, que le fait de montrer ses sentiments relevait de la faiblesse de l'esprit et de l'incapacité à savoir gérer pleinement sa vie. Il était sorti de l'Antre du Corbeau avec cette même mentalité, et n'avait jamais révélé à qui que se soit le fond de sa pensée. Il ne s'agissait pas de quelque chose de bien difficile, et il était exaspérant pour le Libraire de voir chez la populace cette incapacité à faire de même. S'en suivait bien souvent des hausses de ton, des pertes de contrôle et, dans les cas les plus dramatique, la mort survenait. L'émotion et l'impulsion sont les pires ennemis de l'homme.

« Bienvenu chez les Livres d'avant et de maintenant, que puis-je pour vous? demanda Marius à Aleyä. Cherchez-vous quelque chose en particulier? »

En même temps, il envoya un message mental à Koako à l'étage: si tu entends quoi que se soit d'inhabituel en bas, tu sais ce que tu as à faire.
Après tout, on n'est jamais trop prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 13:41

« J'ai toute sorte de livres ici, mais le terme de bizarrerie pourrait s'appliquer à bien des genres. J'ai en stock un exemplaire de la «Philosophie érotique et jeux tabous» si c'est ce que vous désirez, ou encore de magnifiques et troublantes enluminures du célèbre Palarisson. Je possède même un ouvrage manuscrit de la «Théologie des temps anciens» écrit à la main par Gertz. Quant aux ouvrages de collection, je les conserve précieusement pour mon propre plaisir. Cependant, si vous recherchez des ouvrages, disons, plus à risque, réitéra Marius, en mettant de l'emphase sur ses derniers mots, je vous conseille de vous trouver un receleur dans les bas quartiers. Cependant, je dois vous prévenir qu'exhiber votre bourse de cette manière ne fera qu'attiser le désir des nombreux coupes-jarrets qu'on y retrouve. Si j'étais vous, je me ferais plus discret. »

Je souris. Franchement. Son visage et sa voix restaient presque entièrement neutres, mais rien qu'à l'emphase qu'il mettait dans certains mots, on y devinait un léger agacement. J'allais lui expliquer autant que possible ce que j'entendais par inhabituel quand la clochette retentit encore. Une jeune femme aux yeux encore rougis passait le seuil de la porte. Je ne pus m'empêcher de me demander pourquoi elle avait pleuré, avant de me repasser en tête les mille-et-un malheurs qui peuvent pousser les humains à verser des larmes.

« Bienvenu chez les Livres d'avant et de maintenant, que puis-je pour vous? demanda Marius à Aleyä. Cherchez-vous quelque chose en particulier? »

Je m'écartai légèrement pour permettre à la jeune femme de parler avec le libraire en le voyant clairement. Puis je plongeai mes yeux curieux dans les profondeurs de la librairie. C'est la distance et non pas l'obscurité qui m'empêchèrent d'en lire les titres. Mais je savais déjà que les livres érotiques ou théologiques ne m'intéressaient pas : je voulais quelque chose de nouveau, et en mille ans j'avais déjà vu assez de « choses » et de religions … Non, c'était les ouvrages « de collection » qui avaient allumés en moi une petite étincelle de curiosité. Un homme aussi taciturne ne devait garder pour lui que des livres objectivement intéressants.

Tout en réfléchissant, j'en avais oublié la jeune femme et presque même le libraire, réfléchissant au type de livres que je pourrais (qui sait?) trouver ici. Je me dirigeai donc d'un pas nonchalant vers les premier rayonnages, et parcourus les titres. Un traité sur « l'art militaire à travers les exemples des grandes batailles de ce monde » m'attira l’œil. Je commençai à le feuilleter, puis j'éclatai de rire.

Visiblement les généraux aimaient à se vanter. Ou alors l'auteur avait aussi été conteur. À moins, tout simplement, que la vérité se soit perdue. C'était risible de voir avec quel sérieux l'auteur analysait des mouvements qui n'avaient jamais étaient faits, et louait tel ou tel général qui en vérité n'y avait été pour rien. Puis je réalisai l'endroit où je me trouvais.

Un sourire d'excuses à l'attention du libraire, puis je mis le livre sous mon bras. Oui, cet endroit tenait des promesses qu'il n'avait que murmurées. Faisant attention à être plus silencieux comme il sied à toute personne évoluant dans une librairie, je continuai de parcourir les titres, pendant que la jeune femme et le propriétaire des lieux reprenaient là où ils en étaient restés. Je restai toujours en vu de l'homme, car après tout c'était la plus simple politesse de ne pas disparaître dans les rayonnages.

Mais rien d'autre ne vint titiller ma personne. Des ouvrages sur les vampires, tissés d'inepties énervantes ou si proches de la réalité qu'il n'y avait rien d'intéressant à en tirer, quelques traités de botanique qui se révélaient de puissants somnifère au bout de trois lignes … Mais un livre juste amusant par sa bêtise ne me suffisait pas. Je retournai vers le libraire pour lui demander encore.

Vous n'auriez rien de plus … Imaginez quelqu'un qui cherche à être surpris depuis longtemps, et qui a vu la plupart des choses qui le méritent, ou du moins qui le croit. Quel livre lui conseillerez-vous pour se distraire ? Quel livre pourrait le surprendre ou l'intriguer ? Je suis sûr que j'ai dû passer à côté de certains ouvrages.

Bien sûr je n’exhibai pas mon argent, j'avais compris que cet homme, en plus de n'être pas dupe, n'appréciait pas ce geste. Je me tournai aussi vers la jeune femme, afin de la détailler un peu : Cheveux noirs, peau blanche, habits noirs, arme noire … et mis à part ses yeux, rien ne trahissait qu'elle ait eu des sentiments un jour, à part peut-être un peu de gêne … et d'offuscation devant mon intervention fort eu galante. Mais autant puis-je être un parangon de bon goût et de retenue, voir de bonnes manières, autant lorsque je suis piqué de curiosité ou que je m'enthousiasme je deviens une sorte de gamin un peu capricieux. Je le sais et l’assume, car après tout si j'étais toujours aussi posé qu'à l'habitude, ça ne vaudrait pas franchement le coup de continuer à errer ainsi sur ces terres …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aleyä Rheadan



________________

Aleyä Rheadan
________________


Race : Humaine
Classe : Maîtresse Lame
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire

Âge : Seize ans

Messages : 40

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 10 Aoû 2012 - 17:47

Aleyä regardait autour d'elle par de simples coups d'oeils '' grande librairie '' Pensa-t-elle tout haut mais si peu fort qu'on aurait pu l'entendre. Elle regarda l'homme qui venait de se déplacer, elle se léchais lentement les lèvres pour parrer son stress mais elle ne réussi pas, l'homme avait la peau assez pâle, deux petits yeux, un nez pointu et des lèvres fines. Aleyä se posait des questions sur ses origines, était-il vampire ? Sa mère lui contait souvent des histoires de vampire, elle lui disait que ça lui permettait de grandir mentalement. Cette boutique d'ailleurs, possédait elle même la décoration d'une boutique que Aleyä avait visiter... Où l'avait-elle rêver ? C'était également possible, mais cet endroit la rendait légèrement nostalgique.

Aleyä remarqua alors l'homme qui se trouvait à ses côtés, c'était l'homme aux cheveux rouges qu'elle avait vu un peu plus tôt et qui lui avait donner l'envie de s'aventurer ici. Ses yeux était, quant à eux, vert et il portait sur lui une veste a capuche ainsi qu'un pantalon. ''Qu'elle tenue.'' Pensa-t-elle mais pour elle même cette fois. Elle croisa le regard de l'homme et le baissa immédiatement, elle ne l'avait jamais fait au paravent puis les releva avant de l'entendre dire.

« Bienvenu chez les Livres d'avant et de maintenant, que puis-je pour vous? demanda Marius à Aleyä. Cherchez-vous quelque chose en particulier? »

Aleyä se mit à réfléchir, elle était venue ici par curiosité et n'avait pas pensée à ce qu'elle dirait si on lui demandait ce qu'elle cherchait. Alors elle fronça légèrement les sourcils avant de prendre un visage plus détendu et souriant, voulait-elle peut-être également que l'on ne remarque pas qu'elle avait pleuré ? Elle se doutait que c'était bien trop tard, elle avait remarquer également que l'homme au cheveux rouge c'était à peine écarté, par politesse, sans doute. Aleyä regardait l'homme puis regarda le vendeur, elle l'avait presque oublier durant ses quelques secondes. Elle s'empressa de lui répondre.

« Eh bien, en premier temps je suis venue pour visiter. Auriez vous des ouvrages sur les diverses races que l'on peut trouver à Feleth ? Elle souriait beaucoup, Aleyä adorait lire ! Elle rajouta un peu moins fort. Les démons, anges, elfs et êtres de la nuit, vous voyez ce que je veux dire n'est-ce pas? »

Aleyä entendis un éclat de rire, elle le regardait alors de nouveau et cette fois elle ne se privait pas de le dévisager, elle se tourna de nouveau vers l'homme en face d'elle en haussant les épaules ''Mais quel impolitesse !'' Se dit-elle à elle même avant de remarquer le sourire d'excuse de ''Cheveux rouge'' comme elle l'avait baptiser dans sa tête.

« Oh, et tant que j'y penses ! Rajouta-t-elle en levant les yeux pour réfléchir avant de les rabaisser immédiatement sur l'homme. Auriez vous des ouvrages sur l'art culinaire ? Elle jouait nerveusement avec ses mains, elle savait sans doute que sa demande était stupide mais cela faisait assez longtemps quelle rêvait d'en acheter ! »

''Cheveux rouge'' demanda au libraire après s'être tourner vers lui.
Vous n'auriez rien de plus … Imaginez quelqu'un qui cherche à être surpris depuis longtemps, et qui a vu la plupart des choses qui le méritent, ou du moins qui le croit. Quel livre lui conseillerez-vous pour se distraire ? Quel livre pourrait le surprendre ou l'intriguer ? Je suis sûr que j'ai dû passer à côté de certains ouvrages.

Il s'approcha alors d'eux, un livre sous le bras et se tourna vers Aleyä, il semblait regarder ses traits, elle trouvait cela affreusement mal poli et se tourna vers lui en esquissant un petit sourire.

« Y-a-t-il quelque chose qui vous dérange ? Aleyä était agacé et cela se faisait ressentir et cela se voyait même à l'expression que lui offrait son visage, elle avait froncé un sourcil comme elle le faisait lorsqu'elle était inquiète ou en colère.. »



[HRP : Pardon, c'est pas superbe et en plus pas très long, désolée mais c'est le mieux que j'ai pu faire... T.T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyDim 12 Aoû 2012 - 5:05

(HRP: Pas grave, selon moi, la qualité d'un message correspond plus à son contenu qu'à sa taille Wink )

La demoiselle qui était entrée après l'autre olibrius (du moins, après l'éclat de voix impertinent qu'avait lâché Uridan, c'est ce que le Libraire avait comme idée) semblait correspondre davantage au type de client que Marius préférait servir, même si on était encore loin du client parfait - poli, mais ferme, sachant ce qu'il veut et n'ayant pas comme intention de s'éterniser dans la librairie. À quoi bon espérer, ce genre de personne ne semble pas même exister! Depuis qu'il avait ouvert, les seuls visiteurs qui avaient osé entrer dans la boutique étaient soit des curieux à la recherche d'un joyau littéraire, soit des niais cherchant à mieux connaître Marius. Dans les deux cas, les servir relevait souvent de l'exploit.
Marius garda un oeil sur Uridan qui farfouillait parmi les étals et les rayonnages remplis d'ouvrages de toutes sortes. Instinctivement, il nota que son client se trouvait dans la section des livres de stratégie militaire, qui ne comptait, s'il se fiait à sa mémoire quasi-parfaite, que trois ouvrages biographiques et deux essais militaires écrits par des vétérans de Hendenmark. C'était là la section qui était la plus négligée de la librairie, car Marius ne voyait pas l'intérêt que pouvait susciter cette catégorie de livres. Toutefois, afin de pouvoir servir sa maigre clientèle, il se faisait un point d'honneur à tenir en boutique une panoplie de livres aussi variés que possible. Voyant l'homme garder le livre sous son bras (reliure bleuté sur fond gris, «Les grandes stratégies felethiennes» par le général Graham Siannodel, deux-cents trois pages sur papier parchemin nota-t-il), le Libraire se dit qu'au fond, il ferait bien une vente avec ce client.

Marius se tourna alors vers la femme devant lui et la fixa de ses yeux inexpressifs, songeur. Un livre sur les différentes races de Feleth... Bien entendu, il avait bien plusieurs livres portant sur les différentes ethnies du monde, mais il ne tenait aucun livre regroupant tout cela en un seul volume.

« Cela dépend de ce que vous cherchez à savoir sur ces différentes races, commença-t-il lentement. Puis, son ton se fit plus ferme, mais toujours nuancé par cette agaçante neutralité. Je possède effectivement des ouvrages rédigés par de grands savants, mais hélas, je n'ai rien en ma possession qui puisse comprendre toutes les espèces intelligentes en un seul livre. Vous intéressez-vous d'abord à la culture d'une race en particulier? À sa morphologie? À ses moeurs, ou à sa capacité en vivre en société? À ses capacités spéciales? Ou bien voulez-vous apprendre le langage de ces autres races? Quoiqu'il en soit, je possède beaucoup de livres qui portent sur tout cela, et ils sont situés sur ces étagères à votre gauche. Cependant, en l'absence de détails supplémentaires, je crains de ne pouvoir vous aider davantage. »

Marius garda un moment de silence après la seconde demande d'Aleyä. Cependant, il n'eut pas à refaire mentalement l'inventaire de son stock; les ouvrages de cuisine lui étaient souvent demandé.

« Première rangée à droite », se contenta-t-il de répondre, car il voyait Uridan, qu'il avait temporairement mis de côté, s'approcher de lui, avec l'ouvrage du général Siannodel sous le bras.

« Vous n'auriez rien de plus … Imaginez quelqu'un qui cherche à être surpris depuis longtemps, et qui a vu la plupart des choses qui le méritent, ou du moins qui le croit. Quel livre lui conseillerez-vous pour se distraire ? Quel livre pourrait le surprendre ou l'intriguer ? Je suis sûr que j'ai dû passer à côté de certains ouvrages. »

Décidément, c'était là un client difficile. Marius lui avait donné la liste de ses livres les plus «bizarres», mais aucun ne semblaient l'intéresser. Il ne voyait pas ce qui pouvait sinon plaire à cet étrange personnage. La plupart des autres clients qui lui avaient posé la même question avaient bifurqué vers la sortie après la réponse de Marius, mais celui-ci persistait... il y avait bien quelque chose qui pourrait plaire à cet homme.
Puis, il se souvint de ce livre. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt? Il avait trouvé ce petit ouvrage dans une boîte de livres qu'était venu lui porter un vieil homme édenté et aveugle qui, en raison de sa cécité, ne pouvait plus profiter des plaisirs de la lecture. Quoiqu'il en soit, ce livre, que Marius n'avait découvert tout au fond de la boîte en fin de soirée, l'avait intrigué. Il s'échappait une énergie malsaine de ce livre, énergie que Marius eut tôt fait d'identifier comme étant un vestige de sorcellerie. L'ayant consulté à de nombreuses reprises, Marius n'y avait néanmoins trouvé qu'un conte banal, narrant l'histoire d'un voleur d'expérience qui se fit bêtement piéger. Bref, un livre étrange avec une mauvaise histoire. Marius fit signe à son client d'attendre et revint quelques minutes plus tard avec le petit livre dans la main droite. Un bref survol des lieux le rassura; tous les livres étaient à leur place. Il approcha alors Uridan et lui montra le curieux bouquin.

C'était un petit ouvrage carré de dix centimètres de côté à couverture souple, mais solide. Le matériau noir lui était inconnu et tous ses tests pour en découvrir le secret s'étaient avérés vains. Les pages à l'intérieur était jaunies et l'écriture, fine et manuscrite, était écrite à l'encre noir et rouge, chaque lettre alternant une couleur. Une étrange énergie émanait de l'ouvrage, donnant à celui qui le tenait un frisson dans le bas du dos.

« Est-ce que ceci satisfait votre curiosité, monsieur? demanda Marius à Uridan en lui tendant l'ouvrage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyDim 12 Aoû 2012 - 18:21

« Y-a-t-il quelque chose qui vous dérange ? »

Mon regard s'était peut-être fait trop insistant. Je rougis un peu, gêné d'avoir été si impoli, même si c'était dans ma nature. Je lui servis un pauvre sourire et essayai de redorer mon blason de gentilhomme en lui parlant.

« Comment pourrait-on penser cela ? Non, je suis désolé de vous avoir interrompue madame, et sincèrement. Mais il y a si peu de choses qui soient nouvelles pour moi en ce moment … quand je tombe sur quelque chose d'intéressant, je ne peux m'empêcher de devenir un brin grossier. Toutes mes excuses encore une fois.

Suivit d'un sourire charmeur, que j'avais su élaborer en plusieurs siècles pour qu'il paraisse sincère, n'aie pas de connotation vicieuse ou moqueuse, juste un poil penaud lorsque, comme ici, c'était à propos. La jeune demoiselle jeta un œil vers les rangées que le libraire lui avait signalées, et je me contentai de lui faire signe qu'elle ne serait pas grossière ou autre en y allant de suite. Puis un bruit de pas et elle disparut de mon esprit.

« Est-ce que ceci satisfait votre curiosité, monsieur? »

Le libraire était revenu, un petit livre noir dans les mains. Je pris l'ouvrage, et un frisson de malaise me parcourut de part en part. La matière de la couverture n'était pas identifiable, mais elle était d'un noir aussi profond que l'onde de magie qui m'avait parcourut, et qui continuait de le faire. Je souris. Voilà quelque chose de surprenant.

J'ouvris le livre pour parcourir les premières lignes. Une histoire plan-plan. Surpris, je saute plusieurs pages pour vérifier. L'histoire s'étend tous le long du livre. Je fronce les sourcils. Un livre imprégné de magie noire qui renferme une histoire de mauvaise facture ? Il devait cacher un secret, et peut-être était-ce lié à l'étrange matière de la couverture, à moins que le véritable contenu soit caché … dans tous les cas ce livre était unique en son genre, ou peu s'en fallait. Oui, ce libraire était vraiment doué pour répondre aux demandes, même floues. Mon sourire revint puis s'élargit.

« Monsieur le libraire, vous êtes un génie. Je dois admettre avoir été des plus flous dans ma demande, mais je trouve ici un ouvrage historico-militaire franchement risible tant il est bourré de fautes et un petit livre imprégné de magie noire qui renferme un conte des plus plats. Des curiosités, l'une burlesque, l'autre carrément énigmatique ! Je crois vraiment que j'ai trouvé mon bonheur pour le demi-siècle à venir ! »

Oui, j'étais plus qu'enthousiaste. Le traité militaire me rappellerait des souvenirs que je pourrais comparer avec la version « officielle », et rire de toutes les niaiseries et les mensonges qu'il porte. Quand au petit livre, il serait un sujet d'étude très intéressant. D'ailleurs, je voulait commencer dès maintenant. Je projetai ma volonté sur les lettres, et à ma grande surprise, « l'encre » réagit. E mis aussitôt fin à ma magie, mais mes yeux étaient passés au noir et les tatouages avaient luis faiblement pendant un quart de seconde. Assez peu pour que ça ne soit pas identifiable, trop hélas pour que ça passe pour une illusion d'optique.

Mais découvrir que certaines lettres étaient écrites avec du sang m'étonnait. De plus, ils s'agissait de lettres autant noires que rouges, et le fait est que beaucoup étaient en fait tracées avec de l'encre colorée : seules quelques unes étaient de sang. Ma curiosité était plus piquée que jamais. Mais je devais d'abord payer le libraire pour les deux ouvrages. Je m'enquis puis m'acquittais du prix sans rechigner : je n'avais pas besoin d'acheter de la nourriture de toute façon … J'allais quitter le libraire taciturne quand une idée me vint : je lui en fis donc part :

« Si je découvre quelque chose en étudiant ce petit livre, souhaiteriez-vous en être informé ? Je ne peux m'avancer et certifier que j'aboutirais à quelque chose avant que vous soyez sénile, mais si vus me le demandez, je serais heureux de partager mes découvertes avec vous, monsieur. Après tout, sans vous je n'aurais pas cet ouvrage singulier en main. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aleyä Rheadan



________________

Aleyä Rheadan
________________


Race : Humaine
Classe : Maîtresse Lame
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire

Âge : Seize ans

Messages : 40

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyDim 12 Aoû 2012 - 20:57

( HRP : Oui, tu as bien raison mais je tenais tout de même à m'excuser pour la qualité de mon ''travail''.)

Aleyä regardait l'homme amusée, elle souriait de temps en temps – et le plus souvent bêtement – elle voyait bien qu'il regardait de temps à autres Uridan qui n'était pourtant pas loin de nous, lorsqu'elle remarqua à sa droite un étrange livre dont la couverture bleu la gênait étrangement mais elle détourna rapidement le regard vers l'homme qui lui parlait, il parlait beaucoup et Aleyä avait horreur de sa, s'attarder sur un sujet était bien stupide, un simple ''oui'' ou ''non'' ou même '' Je possède cela mais pas en un simple exemplaire '' lui aurait suffit ! A la place, il lui servit un discours qui n'en finissait pas.

« Cela dépend de ce que vous cherchez à savoir sur ces différentes races, commença-t-il lentement. Puis, son ton se fit plus ferme, mais toujours nuancé par cette agaçante neutralité. Je possède effectivement des ouvrages rédigés par de grands savants, mais hélas, je n'ai rien en ma possession qui puisse comprendre toutes les espèces intelligentes en un seul livre. Vous intéressez-vous d'abord à la culture d'une race en particulier? À sa morphologie? À ses moeurs, ou à sa capacité en vivre en société? À ses capacités spéciales? Ou bien voulez-vous apprendre le langage de ces autres races? Quoiqu'il en soit, je possède beaucoup de livres qui portent sur tout cela, et ils sont situés sur ces étagères à votre gauche. Cependant, en l'absence de détails supplémentaires, je crains de ne pouvoir vous aider davantage. »

Aleyä essayait d'écouter le mieux qu'elle pouvait mais c'était quelque chose d'assez dur en soit, elle détestait écouter quelque chose d'autre que le bruit des vagues cognant contre la roche et celui du vent sifflant entre les feuilles.. Et c'est d'ailleurs à cause de cette pensée, la pensée des choses qu'elle aimait écouter qu'elle commença à perdre la conversation, mais elle se remit à l’écoute alors, jetant tout de même quelques coups d'oeil autour d'elle. Puis elle fini par répondre, lorsque Maruis eu terminer son discours. Son ton avait changer, du moins, elle le pensait. Alors elle opta pour un ton égale au sien : ferme et légèrement agacée. Ca l'amusée assez, a vrai dire.

-Des grands savants ? Les grands savants n'écrivent pas toujours les meilleurs livres. Aleyä voulu faire comme si elle s'y connaissait mais elle lâcha un rire qu'elle retenait depuis quelques minutes puis releva à peine sa main pour s'excuser au près de l'homme, puis elle repris. Toutes les ''espèces'' dites vous ? Ce n'est pas très grave ne vous en faites pas, je ne cherche pas une ''espèce'' spécialement bien que j'ai une préférence pour les vampires, mais cela n'est rien de bien intéressant pour vous. Aleyä essayer de faire passer son dégoût pour le mot que l'homme avait utiliser, elle préféré de loin le mot ''race'' que celui de espèce... Mais elle faisait avec, appuyant tout de même sur le mot pour montrer son mécontentement. Elle se lécha les lèvres avant de reprendre. Des capacités spéciales et de ce qui les caractérise... Le langage des autres races ? Elle sembla réfléchir quelques secondes avant de hocher la tête. ''Pourquoi pas ?'' ce dit-elle.

Aleyä regarda alors les étagères à sa gauche, mais elle se rappela soudainement du livre qui avait attisé sa curiosité, elle regarda brièvement à sa droite puis de nouveau à sa gauche avant de hocher sa tête une nouvelle fois.

C'est alors que Aleyä vit les joues de Uridan rougir a causes des mots qu'elle avait prononcer quelques minutes plus tôt, elle se retint de rire poliment mais en avait très envie.

« Comment pourrait-on penser cela ? Non, je suis désolé de vous avoir interrompue madame, et sincèrement. Mais il y a si peu de choses qui soient nouvelles pour moi en ce moment … quand je tombe sur quelque chose d'intéressant, je ne peux m'empêcher de devenir un brin grossier. Toutes mes excuses encore une fois.

Aleyä baissa les yeux, elle rougissait à peine sur les mots du jeune homme avant de relever ses yeux, elle ne devait pas avoir honte : après tout, elle n'avait rien fait de mal. Elle esquissa un sourire gêner et à la fois désoler.

Marius se contenta de répondre - concernant les livres de cuisine – très simplement :
« Première rangée à droite ».

Aleyä remarqua alors que Uridan lui faisait un signe, lui signalant que partir regarder les livres qui l'intéresser – et surtout ceux qu'on lui avait conseiller – ne serait pas du tout grossier. Aleyä s’exécuta alors un souriant au jeune homme, le remerciant sans doute pour s'être écarter, elle s'avança entre les ranger, regardant chaque livre avec attention... Mais aucun n'interpella son regard, elle soupira de deception avant de poser son regard sur le livre bleu. Elle alla alors à l'opposer, dans les étagères face à elles, comme l'homme lui avait indiquer.

-Vampires.. Vampires, réfléchissait-elle tout haut.

Puis ses yeux se posa sur un livre, mais ses yeux la piquer et sa tête semblait exploser... Elle fût pris d'un vertige et s'appuya contre une étagère avant de s'accroupir devant le livre en question pour tenter d'en lire le titre, mais sa vision était un peu plus flou les larmes lui remontant aux yeux... Pourquoi pleurait-elle ? C'était absurde, rien n'étais fait pour. Elle les essuya brièvement avec sa manche avant d'attraper le livre qu'elle feuilleta. Elle entendais les deux hommes discuter, un petit sourire aux lèvres, mais elle ne voulu pas s'en mêlée alors comme elle savait si bien le faire, Aleyä perdit sa concentration sur la conversation pour la porter à ce livre... Qui la fascinait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyLun 13 Aoû 2012 - 5:18

Laissé seul à l'étage depuis un petit moment, Koako restait alerte au moindre bruit suspect provenant de l'étage du bas, prêt à agir selon les volontés de Marius. Pour l'instant, rien ne lui avait paru troublant dans ce qu'il entendait, à l'exception d'un éclat de rire qui suscita son attention. Est-ce qu'il s'agissait là d'un bruit suspect? Était-ce une possible menace envers son maître? Car bien que dressé pour obéir, Koako s'était attaché à son maître bienveillant qui le soignait et l'écoutait. Lorsqu'il n'était encore qu'un tout petit oisillon, il avait vu la manière dont étaient traités ses semblables par le cruel et injustement nommé Maître des Corbeaux, et il était heureux d'avoir pu échapper à une vie de servitude et d'avoir été choisi par le Libraire pour être son compagnon de vie. Bien que sa famille à plume lui manque par moment, jamais Koako n'avait envisagé quitter Marius pour retourner à la volière, et, même si Marius lui avait déjà manifesté son appui s'il voulait retourner là-bas, il n'en avait pas du tout l'intention. Après tout, quel cruel châtiment le Maître des Corbeaux ferait-il subir au pauvre Koako si celui-ci venait à s'en retourner! Ne t'en fais pas, tout se passe très bien, lui envoya mentalement Marius, comme s'il avait senti le doute dans l'esprit de l'oiseau. Je viens de vendre le petit livre noir que tu n'aimais pas.

À ces mots, Koako fut rassuré «d'entendre» la voix de son maître. Il était toujours si attentionné envers son compagnon!

Pendant ce temps, en bas dans la boutique, Marius complétait l'achat d'Uridan et la vente fut bientôt complétée. Face au compliment de ce dernier, Marius n'eut comme réponse qu'un haussement d'épaule désintéressé. Après tout, c'était son travail de pouvoir satisfaire ses clients dans leurs moindres caprices. D'une autre oreille, il écoutait également Aleyä et sa diatribe sur ces grands savants dont Marius venait apparemment de faire mention. À vrai dire, il ne se souvenait même plus de ce qu'il pouvait bien avoir répondu à la femme se tenant devant lui la première fois. Son esprit vagabondait à ce moment-là entre les rayonnages de la librairie, recherchant des trésors d'étrangetés qui auraient pu plaire à Uridan. Après tout, ce dernier venait avant la demoiselle, puisqu'il était entré quelques instants avant elle. Toutefois, la réponse d'Aleyä demandait également une réponse, qui fut cinglante malgré elle:

« Certes, les savants n'écrivent pas toujours des chef d'oeuvres, mais on ne pourrait compter sur un ignorant crasse pour le faire.»

C'était là l'une des principales tares chez Marius, qui apparaissait au nez de la jeune femme. Si le Libraire est en effet doté d'une incroyable mémoire et d'un talent hors pair en sorcellerie, il manquait de tact et avait la délicatesse d'un ogre lorsque venait le temps d'être diplomate - non pas dans le sens où il en vient aux poings, mais dans le sens que ses paroles fusent comme des feux d'artifices et atteignent souvent une mauvaise cible. Et encore pis, bien souvent, Marius ne se rendait même pas compte des dégâts qu'il pouvait causer. Et c'est exactement ce qui arriva en ce moment, puisqu'il tourna le dos à Aleyä pour se reconcentrer sur Uridan, qui venait de lui proposer une entente intéressante.

« Si je découvre quelque chose en étudiant ce petit livre, souhaiteriez-vous en être informé ? Je ne peux m'avancer et certifier que j'aboutirais à quelque chose avant que vous soyez sénile, mais si vus me le demandez, je serais heureux de partager mes découvertes avec vous, monsieur. Après tout, sans vous je n'aurais pas cet ouvrage singulier en main. »

Certes, Marius n'avait jamais rien trouvé sur ce livre et ce malgré ses nombreuses recherches. Toutefois, l'idée que des yeux neufs puissent reprendre l'affaire (et par la même occasion le tenir au courant des développements de ses recherches) lui paraissait savoureuse. Il n'y avait donc pas lieu d'hésitation:

« Ce serait un honneur d'être informé si vous trouvez quoique ce soit d'inhabituel avec ce livre. Vous savez où me trouver si vous cherchez à me contacter. Je sors peu de toute façon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyLun 13 Aoû 2012 - 15:13

« Ce serait un honneur d'être informé si vous trouvez quoique ce soit d'inhabituel avec ce livre. Vous savez où me trouver si vous cherchez à me contacter. Je sors peu de toute façon. »

Le libraire avait lâché une phrase pleine de sens à la jeune femme. Mais avec le tact d'un dragon en rut et affamé. Autrement dit aucun. Mais ce n'était pas là mon problème.

"Alors c'est décidé. J'espère trouver ou faire trouver assez vite pour vous prévenir. Bonne journée."

Puis je fis de nouveau tinter la clochette, cette fois pour sortir.

Mais, n'y tenant plus, j'ouvris le livre. Serait-ce aussi simple que d'enlever les lettres de sang ou de ne lire que celles-ci ? Probablement pas. Dans le doute, j’effleurai les pages de mon pouvoir, faisant légèrement baver les lettres de sang sur les pages jaunies. Les tatouages apparaissaient par transparence, sans être clairement visibles, et ma rétine se contentait de devenir luminescente. Mais le blanc de mes yeux était clairement noir. Rabattant ma capuche sur mon visage, je fis attention à ce que personne ne puisse le remarquer.

Mais le texte des lettres de sang, comme celui des lettres normales, n'avait pas de sens. J'avais besoin de papier et d'encre pour m'atteler correctement à la tâche. Si le marché n'était pas déjà fermer, je pourrais peut-être … Relâchant mon effort diffus sur le livre, je me dirigeais vers le lieu du marché.

Juste avant que je tourne au coin de la rue, je cru entendre un son de clochette, mais je n'avais pas le temps de m'amuser à savoir si quelqu'un était sortit. D'un bon phénoménal, je traversai la rue pour atterrir au croisement suivant. Avec ces sauts, j'irai plus vite. Heureusement le papetier était encore là. Je lui pris une vingtaine de feuilles et deux bouteilles d'encre noirs, ainsi que deux autres rouge. J'avais déjà une plume, bien qu'elle soit vieille. Sans attendre, je me dirigeai vers une auberge, pris place à une table et commençai à reproduire chaque lettre de sang dans sa couleur d'origine sur les papiers, dans l'ordre d'apparition. Puis je fis de même avec seulement les lettres de sang rouges, puis seulement celles de sang noir.

J'essayai plusieurs combinaison, sans trouver quoique ce soit de tangible. Noir normal et noir de sang, noir normal et rouge de sang, rouge normal et rouge de sang, rouge normal et noir de sang. Intercaler les quatres types de lettres selon un ordre particulier, mais rien. En moins de trois heures, j'avas déjà noircies mes feuilles de tests infructueux. Je fis une moue déçue, puis je compris qu'il allait me falloir aller voir une connaissance … dont je préfèrerai ne pas avoir à me rappeler.

J'eus une pensée pour le libraire et la jeune femme, puis je me détendis complètement. Dans ces moment-là, c'est l'instinct qui doit prendre le dessus. Je laissai les appétits démoniaques des Seïrdans remonter totalement en moi, et un petit tiraillement dans le bas du dos se fit sentir. Je rouvris les yeux : je savais où était le portail le plus proche. À moi de le rejoindre avant qu'il n'aie l'idée de se refermer.

Il était à une journée de marche. En repassant devant la devanture, j'imprimai dans mes souvenirs le lieu de cette étrange librairie et l'apparence du libraire. Je reviendrais ici, et Mistemul avait intérêt à décoder ce livre avant que le temps soit venu pour cet humain de rendre l'âme.

Mistemul ? Oh pardon, je vous explique : Mistemul est un démon. Il faut donc que j'aille dans le Vein pour le retrouver. Il n'est pas beaucoup plus vieux que moi, mais il a passé toute son existence à étudier les codes et les messages cachés, qu'ils viennent du Vein, de Feleth ou, quand il avait de la chance, d'Adiryl. Mais ce livre est malsain, alors il ne doit pas venir du monde d'en-haut. Si quelqu'un peut trouver un message caché de façon élaboré, c'est bien lui. Mais il a la fâcheuse habitude de demander des contre-parties plutôt dégueulasses. La dernière fois, pour une note de quelques lignes, j'avais dû lui ramener le cœur de 20 vierges prépubères … assez excentrique, le Mistemul ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aleyä Rheadan



________________

Aleyä Rheadan
________________


Race : Humaine
Classe : Maîtresse Lame
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire

Âge : Seize ans

Messages : 40

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyLun 13 Aoû 2012 - 15:46

Aleyä repensait à la façon dont lui avait répondu le libraire, elle soupira puis frotta ses yeux, ce lieu la mettait très mal à l'aise, elle s'approcha donc du jeune homme et du libraire, écoutant partiellement leurs discussion.

« Ce serait un honneur d'être informé si vous trouvez quoique ce soit d'inhabituel avec ce livre. Vous savez où me trouver si vous cherchez à me contacter. Je sors peu de toute façon. » 

"Alors c'est décidé. J'espère trouver ou faire trouver assez vite pour vous prévenir. Bonne journée."

Aleyä, détournant ses yeux de l'étagère ou ceux-ci c'était posé, regarda l'homme en rouge sortir dans un tintement de clochettes. Elle se lécha les lèvres – non pas par stress, mais par énervement – avant de regarder le libraire et de lui dire.

''Je prendrais seulement ce livre.. Mais je repasserais une autre fois pour acheter d'autres livre... Si j'ai réfléchis à ce que je voulais vraiment. Au lieux de suivre les inconnu, se rajouta-t-elle pour elle même. Elle tendis le livre au libraire en sortant une bourse assez bien remplis. Elle ne gagnait pas beaucoup d'argent mais volait parfaitement bien : elle pratiquait cet art depuis ses neuf ans. Aleyä paya le livre en question.''

Puis elle s'approcha de la porte, inclina la tête en guise de respect et d'au revoir au libraire qui l'avait accueillis avant de sortir, peux de temps après l'homme en rouge, elle s'avança dans la rue puis regarda de chaque côtés : Il n'était déjà plus là.. soudainement, elle vis un homme tourner au coin de la rue, elle pensait bien que c'était lui mais ne partirais pas à la poursuite de l'homme. Elle pris le même chemin mais pour rentrer à l'auberge ou elle habitait. ''Je n'ai pas chasser, j'espère qu'il ne me dira rien.'' Pensa-t-elle en regardant le ciel, elle le trouvait magnifique ; c'est d'ailleurs la seule chose qu'elle trouve magnifique en se monde. ''Charmant le libraire tout de même.'' Aleyä rougit de honte en pensant à l'homme qui l'avait accueillit un peu plus tôt dans sa boutique. Puis elle s'avança jusqu'à l'entrée de l'auberge, poussa les portes et s'avança jusqu'à l'aubergiste.

-Où est mon lapin ? Demanda-t-il en souriant.
-eh bien.. Tu sais.. Commença-t-elle à dire.
-Tu n'as pas chasser ? Ce n'est pas grave, file, je t'appellerais pour le dîner.

Aleyä ne se retourna pas pour voir quel client venait d'arriver, elle monta rapidement à l'étage ou elle se mis à regarder les livres qu'elle avait déjà acheter, elle pensait encore au livre en bleu, un livre comme ceux que sa mère lui avait donner. Aleyä s'assit sur son lit et commença à feuilleter le livre qu'elle avait acheter, mais elle était épuisée et le reposa rapidement sur le petit tabouret placer à côté de son lit.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyJeu 16 Aoû 2012 - 17:36

Marius observa ses clients satisfaits sortir de sa boutique sans dire un mot. À vrai dire, il était déjà perdu dans ses pensées où Uridan était source de questionnement. L'homme n'était pas humain, ça, il en était sûr. Non pas que ce dernier le lui avait avoué pleinement, mais l'instinct du libraire ne l'avait jusqu'à maintenant jamais trompé. Quant à la femme, ses yeux rouges indiquait une ascendance non humaine, mais il ne pouvait s'avancer là-dessus; les preuves lui manquaient. Ne sachant quoi faire de ses déductions, il se contenta de hausser les épaules d'un air désintéressé. Après tout, j'ai réussi à leur vendre quelques ouvrages. Et pour une coquette somme en plus.
Chassant ses hypothèses de son esprit, Marius se dirigea vers l'arrière boutique, sortit une vieille bouilloire de fer et mit de l'eau à bouillir. En attendant, il sortit d'un petit placard une théière blanche, deux tasses et un mélange de thé noir dont il était friand. Le thé était en effet une de ses passions, à un tel point qu'il avait dévoré les quelques livres qu'il possédait sur le sujet en peu de temps. L'un d'entre eux l'avait fait découvrir des variétés de thé, dit vert, qu'on ne trouvait pas dans la région et qui semblait venir de très loin. Le seul thé qu'on pouvait trouver dans la région était un thé noir imbuvable, à moins de le mélanger avec d'autres herbes et épices afin d'en atténuer l'amertume prédominante. C'était là la solution pour laquelle avait opté Marius. Il lui faudrait toutefois demander à son fournisseur, Henrik, s'il n'avait jamais entendu parler de thé vert. En attendant, néanmoins, il était satisfait d'avoir pu trouver le juste milieu entre thé et épice et en profitait tant que cela durait. Pendant que le thé infusait, Marius saisit un vieux livre poussiéreux et continua sa lecture où il était rendu.
C'était là un des rares traités de sorcellerie existant, la majorité des sorciers trouvant trop dangereux d'écrire le résultat de leurs recherches, et avec raison: si l'ouvrage était découvert, le sorcier risquait le bûcher. Le Libraire avait donc eu la main chanceuse en tombant sur l'un de ces précieux tomes, qui pouvait lui en apprendre davantage sur les arts occultes. Et comme de fait, Marius tomba rapidement sur un passage intéressant, traitant d'un pouvoir dont il ne disposait pas encore: la métamorphose, « utile pour passer sans être aperçu ou pour impliquer autrui dans un méfait ». Sur ce passage, Marius songea immédiatement à Jaden, une Cape Blanche particulièrement fourbe. Ce pouvoir pourrait permettre à Marius de compromettre ce salaud une bonne fois pour toute... et l'idée lui plaisait. Cependant, le sort s'avérait compliqué et ne pourrait être appris qu'après un long moment d'entraînement, que Marius estima, si on entrait dans la ligne de compte ses services envers la cause rebelle et sa librairie qu'il devait faire fonctionner, à environ quatre semaines s'il passait au moins deux heures par jour à s'y consacrer. Le temps investit en valait néanmoins la peine, et Marius se promit de s'y atteler dès ce soir.
La bouilloire sifflante sortit le Libraire de sa lecture et il s'affaira à verser l'eau bouillante sur les feuilles de thé et sur les épices qu'il avait disposé au fond de la bouilloire. Il en émana aussitôt une bonne odeur de chêne, de noisette et de cannelle, qui plut aussitôt à Marius. Il rangea alors son livre au fond d'un coffre, en sortit un plateau sur lequel il disposa la théière et les deux tasses et apporta le tout à l'avant de la boutique, où il déposa son fardeau sur un comptoir vide. Il ne lui restait plus qu'à attendre l'arrivée d'un nouveau client, auquel il pourrait offrir une tasse de thé s'il était aimable.

Ce fut toutefois une toute autre personne qui entra dans la librairie. une jeune femme vêtu de hautes cuissardes et portant une cape poussiéreuse ainsi qu'un chapeau de voyage se présenta, droite comme une pique, devant Marius, qui ne bougea pas d'un cil. Ce genre d'arrivée impérieuse ne l'impressionnait pas, et il avait plutôt tendance à rester le plus décontracté possible dans ces cas, afin que l'autre se rende compte du ridicule dont il s'affublait. Toutefois, la femme ne semblait pas outre mesure s'en rendre compte.

« J'ai un message à remettre au Libraire, dit-elle en sortant une lettre scellée. Le fait qu'elle l'ait nommé Libraire donnait toutefois à Marius l'idée de la provenance de la missive.
- Et que veulent-ils cette fois? s'argua-t-il d'un ton affable. Je leur ai déjà remis mon rapport sur l'embuscade. Désirent-ils me soumettre une nouvelle mission du genre? Ou bien s'agit-il de recel, cette fois? Des hommes ou du matériel?
- Ce n'est rien de tout cela. Vous êtes conviés à une réunion qui aura lieu dans une semaine à Venill. Il vous faudra donc vous déplacer. »

Marius fronça les sourcils. C'était bien la première fois qu'on lui demandait de se déplacer en personne, il n'avait même jamais rencontré son supérieur. Que signifiait tout ceci?

« Ce n'est pas aussi simple pour moi de me déplacer, Je ne peux pas simplement fermer boutique et...
- C'est non négociable, l'interrompit brusquement la jeune messagère. C'est une occasion pour vous de rencontrer les autres membres de l'organisation. Ce qui serait tout aussi utile, puisque des rumeurs vont bon court sur...
- Je me fiche bien des rumeurs, ce ne sont que des ragots de vieille harpie, la coupa tout aussi sèchement Marius. Puis, il se tut un instant. Soupir. Dites à vos maîtres que je serai présent, mais qu'ils devront me payer une avance pour combler les affaires que je ne pourrai pas faire pendant mon absence. Et ça aussi, c'est non négociable. »

La messagère le fusilla du regard pendant un moment, et lui encaissa de ses grands yeux inexpressifs. Puis, comme elle ne semblait pas pouvoir dominer ce dérangeant personnage, elle tourna les talons et sortit sans demander son reste. Marius, qui était toujours assis, haussa simplement les épaules et se versa une tasse de thé qu'il but à petites gorgées. Un bruissement d'ailes retentit en arrière de lui, mais Koako ne parut pas; s'il fallait qu'un client aperçut l'oiseau parleur, les choses deviendrait compliquées.

« Tout va bien pour le maître? s'enquit le fidèle compagnon.
- Oui Koako, il n'y a pas de danger. Dans peu de temps, nous allons faire un voyage quelques jours.
- Un voyage!
- Oui, mon cher, répéta Marius. Un voyage. »

Il but alors une autre gorgée de thé tandis que Koako retournait à l'étage. Puis, il vogua sur les eaux de son esprit jusqu'à ce que la clochette de la porte annonce une nouvelle visite.

(HRP: si d'autre veulent venir me voir, qu'ils viennent! C'Est un sujet ouvert qui peut encore durer!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aleyä Rheadan



________________

Aleyä Rheadan
________________


Race : Humaine
Classe : Maîtresse Lame
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire

Âge : Seize ans

Messages : 40

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 17 Aoû 2012 - 2:45

Aleyä, allongée sur son lit : les pieds croisé au niveau des chevilles, un verre de sirop posé face à elle tenant sur son matelas, son oreiller repliée au niveau de sa poitrine et le livre qu'elle avait acheter sous ses yeux, Aleyä lisait... Non, plutôt, Aleyä dévorait le livre, oui, celui qui parlait de vampire, elle avait laisser le livre de cuisine voyager parmi les autres livres que sa mère lui avait léguer et qu'elle gardait toujours avec elle ! Aleyä lisait parfois des passages avec las : '' Les vampires sont caractérisé par leurs peau particulièrement pâle, deux longues dents pointue ( mais bien sûr, seulement les canines ), des yeux rarement d'une couleur commune, parfois même : mais ceci n'est pas physique, une vitesse incroyable...'' Aleyä savait déjà tout ça, du moins, tout sauf la vitesse puisque sa seule vampire qu'elle connaissait ne courrait pas particulièrement. Aleyä glissa sa main sous son livre qu'elle referma dans un soupire, elle termina son sirop avant de déposé le verre quasiment vide sur le comptoirs dans sa chambre, près de son lit. Elle se glissa jusqu'à son lit, s'assied, las... Elle en avait marre de se quotidien, lui vint alors une idée... Toute souriante, elle s'arma de son Katana et enfila une rapide veste dont elle mis la capuche : avec un peu de chance, il ne la reconnaîtrait pas !
Aleyä descendit rapidement les escaliers, salua le monde et s'approcha de l'aubergiste :
''Je doit sortir, je reviendrais dans la soirée.''
''D'accord petite Aleyä.'' L'homme souriait de toutes ses dents mi noir mi blanche, très mal entretenue.
Aleyä se précipita hors de l'auberge, le temps c'était un peu couvert et le vent c'était levé, il faisait plutôt froid et pourtant la journée n'était pas encore fini ! Aleyä se hâta de retournée a la librairie, sur le chemin, elle regardait le ciel fixement : attendant les premières gouttes de pluie tombée du ciel, et quand se fût le cas, elle se mis à courir à petits pas pour évité de tombée en grand écart dans une grande enjambée mal contrôlée.
Aleyä poussa deux – trois personnes sur son chemin : visiblement le marché n'étais pas encore fini ! Et la population, mais quels personnes idiotes... Elle savait qu'elle était parmi eux... Elle s'en fichait !
''Tous des moutons, quels bande d'idiot... Bref.'' Ce genre de chose avait le don de mettre Aleyä en colère, en fait... C'était plutôt elle qui en avait le don, pour être en colère Aleyä n'avait besoin de personne ! Mais il valait mieux être loin lorsqu'elle l'était.
Elle arriva en vu de la librairie, une femme drôlement vêtu : comme elle n'en avait pas l'occasion de voir depuis belle lurette, entra dans la librairie, Aleyä se rapprocha à pas de mouches et se glissa contre le mûr, elle ne voulait pas écouter la conversation et ne le ferait pas, seulement, elle voulait se préparé à entrée dans la boutique à la suite de cette femme. Elle attrapa sa bourse à sa taille et la consulta : il lui resterait sans doute assez pour un nouveau livre mais elle ne pourrait en aucun cas acheter du papier et de l'encre pour écrire des lettres à ses grands-parents comme elle aimait le faire.
Aleyä vit la femme sortir après quelques minutes seulement : elle se rendit alors compte qu'une fois de plus elle c'était perdue dans ses pensées. Elle regarda la femme, la femme la regardait... Droit dans les yeux, c'était plutôt inhabituel, mais pour une fois, Aleyä ne baissa pas le regard. La femme passa son chemin et disparut de son champ de vision après quelques mètres seulement.
Aleyä se plaça face à la porte, toussa quelques secondes avant de répété deux fois :
''Bonjour, c'est encore moi... J'espère que je ne vous dérange pas...''
Puis elle remarqua que la porte était entre-ouverte et entra.
''Bonjour.. J'espère que je ne vous dérange pas ?''Aleyä se mordit la lèvre, elle avait oublier des mots ! Beaucoup de mots ! Et elle s'en voulait.
''Je me disait... Eh bien, voilà, nous lisons tous les livres, j'aimerais... Trouver, un livre qui lis en nous, vous voyez le genre ?
Aleyä resta perplexe quant à sa demande, elle était sure que... Oui, cette demande était totalement stupide ! En fait, le peu de confiance que Aleyä avait envers elle était si … Petit ? Oui, si maigres, qu'elle aurait aimée pouvoir se moquer d'elle même mais plutôt, elle regardait la fumée s’échapper d'une tasse de... Thé, ou bien de café, à cette distance Aleyä n'aurait pas pu deviner ce que contenait cette tasse. Les cheveux de Aleyä, ainsi que le haut de sa capuche marron était trempée, elle recula alors pour être entre la librairie et l'extérieur, de manière à ne pas mouillé le sol – plutôt propre – qui s'offrait à elle. Elle repensa alors à la femme qui était venue il y a quelques secondes, cette femme mystérieuse était rentrée peu de temps avant elle et était ressortis sans un livre, un renseignement, peut-être ? Aleyä cessa de réfléchir, après tout, cela ne la concernait pas.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nessa Grenayde

L'insupportable

________________

Nessa Grenayde
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Métier : Cape Blanche
Croyances : Les Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 27

Messages : 49

Fiche de Personnage : Par ici les amiiiiis


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyDim 19 Aoû 2012 - 14:32

L'action se passe avant celle ci : CLIC

Le marché de Madorass, rien de plus agréable, rien de plus calme et tranquille comme lieu. Des voleurs par ci, des marchands qui – soyons réalistes – sont des voleurs aussi par-là, des pigeons qui se font avoir et qui achètent bien plus que ce qu’ils ont besoin… Et puis les vrais pigeons qui cherchent des victimes dans la foule pour lâcher leurs excréments. Bref, un tas de beau monde qui aime bousculer et crier à longueur de journée.
C’est entre cette foule que ce trouve ‘Assen’. Enrobé d’une cape qui cache très bien son visage, mais malheureusement pas sa maladresse. Il n’y avait personne pour rivaliser avec le nombre de pieds qu’il avait déjà écrasé, de poteaux qu'il s’est pris et de personnes qu’il a bousculé. Heureusement qu’il ne s’excuse jamais, il en aurait perdu sa voix. N’étant pas très bavard, il préférait cracher à chaque fois qu’on lui faisait une remarque. Il donnait l’impression d’être dans un corps trop grand pour lui. Comme si il avait pris un demi-mètre en une nuit. Ce qui pourrait très bien être vrai, car tout est possible à Feleth.

Si il se trouvait en ville aujourd’hui, ce n’était certainement pas pour marchander sur le prix des tomates, mais parce que son maitre l’y avait envoyé. Non plus pas pour marchander le prix de la viande de lapin, mais plutôt pour se rendre à une librairie. Qui aurait cru que ‘lui’ irait un jour acheter un livre. La blague. Chasser des sangliers et autres bestioles, oui. Maltraiter des pauvres personnes et insulter tout le monde qui passe, double oui. Mais lire et étudier ? Oh jamais… Pourtant il était là et il avançait à grand pas de loups. Lui donnant encore plus l’apparence d’un grand chiffon.
Arriver de l’autre côté du marché, il sortit un petit bout de papier de sa poche. Griffonné à la main par son cher maitre. Indiquant comment arriver à la librairie, ainsi que son nom. Livres d’avant et de maintenant. Etant un ami d’une connaissance d’un frère d’un client fidèle de cette boutique, il l’avait juré qu’il y trouvera son bonheur. « Herboristerie pour les nuls » ? Ou comment passer pour un abruti.

Arrivé devant la boutique, il fit en sort que sa cape le couvrait toujours aussi bien. Puis il décida d’entrer, suivant une jeune femme. La jeune femme d’ailleurs, l’irritait profondément. Pourquoi hésiter pour entrer. Tu rentres et puis c’est tout ! Il se retenait pour ne pas lui lancer une pique. Mais quand elle commençait son blabla sur les livres qui lisent etc, il ne put s’empêcher de lancer un commentaire d’une voix cassante.

« Lire en vous ? Il n’aura pas beaucoup de lecture ton livre… »

Suivit d’un petit rire mauvais. Qui ne lui plaisait d’ailleurs pas. Ses piques sonnaient mieux avant…
Le faux herboriste jeta un regard au libraire et se demanda s’il devrait demander où se trouvent les livres parlant de plantes. Ou s’aventurer entre les étagères, au risque de s’y perdre. Il devait admettre qu’il ne se sentait pas du tout à l’aise dans cette boutique. Déjà qu’il n’arrivait plus à marcher sans qu’il mettait trois personnes à terre. Alors imaginez des livres… Puis il avait – comme par magie – un gros mal de tête. Tout cette lecture, lui faisait tourner la tête.



[Si jamais vous avez des remarques/questions/autres... N'hésitez pas et mpmpmp !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyMer 22 Aoû 2012 - 17:07

La porte de la boutique se referma après avoir laissé passer Aleyä d'un pas gracieux. En la voyant, Marius ne put réprimer un froncement de sourcil. Qu'un client vienne consulter ses ouvrages, c'était déjà une chose bien souvent rare, mais qu'un client revienne dans la même journée, alors là, c'était du jamais vu. Une pensée narquoise lui traversa l'esprit, un peu malgré lui: peut-être n'aime-t-elle pas les recettes du livre qu'elle vient d'acheter. Quoiqu'il en soit, le Libraire ne remboursait jamais un client, sauf s'il était lui-même intéressé par l'ouvrage en question; c'était un principe chez lui.
Puis, il remarqua le sabre qu'elle portait à la ceinture, chose qu'elle n'avait pas lors de sa première visite. Mentalement, il retint que l'arme mesurait un mètre douze tout au plus, sa poignée était aussi noire que son fourreau, sauf que ce dernier était orné de losanges dorés sur sa surface. Bref, une arme remarquable à tout coup, et pouvant facilement jouer contre sa maîtresse si celle-ci devait être signaler à la garde de Madorass. Après tout, il était peu commun de voir une jolie jeune femme porter une arme aussi inhabituelle... ou sinon, Marius ne sortait vraiment pas souvent. Enfin, cela importait peu dans le moment présent, le fait restait qu'une cliente revenait dans sa boutique, cette fois-ci armée d'un sabre de qualité. Et cela suffisait pour que le Libraire aie la sensation d'un souffle glacé dans le dos. Il n'était pas de nature violente, et cherchait plus que tout à soustraire ses pouvoirs des yeux du commun des mortels. Jusqu'à maintenant, il n'y avait que deux personnes hormis Koako et lui à connaître ses talents inhabituels: le Maître des Corbeaux, son ancien mentor, ainsi que son supérieur direct dans la cause rebelle. Cependant, Marius n'hésiterait pas à montrer à cette impertinente ce qu'il en coûte de menacer un sorcier aux pouvoirs ténébreux. Mentalement, il envoya un nouveau message à Koako: j'ai présentement une visite inamicale dans la boutique. Si tu entends quoique ce soit, vole prévenir mon supérieur et ensuite, et si je ne suis plus là à ton retour, va m'attendre au lieu habituel.
Il ne cessa d'observer Aleyä droit dans les yeux, sans ciller, jusqu'à ce qu'elle baisse le regard. Toutefois, sa demande, alors là plus qu'inhabituelle, désarçonna le Libraire. De quoi parlait-elle exactement? Un livre qui lit en soi. Marius haussa le sourcil gauche, signe de son incompréhension face à cette étrange requête. Il n'avait réellement aucune idée de ce dont parlait la jeune femme, mais fit tout de même le tour de son inventaire, voir si un livre pouvait correspondre à cette description.
Son survol fut cependant interrompu par le tintement de la clochette. Encore quelqu'un? L'homme qui entra dans la boutique faisait tache, et ce même dans la cité. On l'aurait cru sortit tout droit de la forêt, avec ses bottes tachetées de boue et de terre, sa cape tout aussi sale et son arc en bandoulière. Qu'est-ce qu'un type de ce genre venait faire dans une obscure librairie de Madorass? Deux options fusèrent dans l'esprit de Marius: soit il s'était égaré, soit il avait été invité à se rendre dans sa boutique. Quoiqu'il en soit, les deux explications ne plaisaient guère au Libraire, qui commençait à se méfier de tous ces curieux visiteurs. Il était habitué à recevoir peut-être un ou deux clients dans la journée entière, et voilà qu'un troisième hurluberlu se pointait en moins d'une heure!
La pique que l'étranger lança à Aleyä intrigua davantage Marius. Un chasseur avec de l'esprit... il n'y avait bien qu'à Feleth qu'on ne pouvait croiser ce genre de spécimen. Quoiqu'il en soit, Marius était maintenant curieux de savoir le fond de la pensée de cet inconnu.

« Vous désirez, monsieur? » s'enquit-il d'un ton affable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Essalia A. Onera



________________

Essalia A. Onera
________________


Race : Humaine
Classe : Archer / Magicienne.
Métier : Aucun
Messages : 89


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 1:50

Essalia se baladait depuis longtemps déjà dans la ville, elle ne savait pas où aller et était arrivée il y a peu de temps à Madorass, la cité royale ou elle aurait du mal à se fondre dans la masse, étant rebelle il lui fallait être souvent sur ses gardes, les terres de Feleth sont si grandes.. Mais tellement grande qu'elle aurait pu s'y perdre ! Elle avait eu déjà l'occasion d'aller sur les plages pour visiter le lieu et se rappeler de sa mère, elle avait même eu l'impression de la voir ! Elle s'avançait dans les rues pavé, un chat errant poursuivait un gros rat, un voisin hurlait sur un autre, un troisième hurlait sur les deux... L'odeur presque pourris qui flottait dans l'air et les nuages qui venaient couvrir lentement le ciel... Que tout ça lui avait manquer ! Lorsque la jeune Essalia était venue, elle était encore petite et n'en avait garder que de bref souvenirs, de bref et imprécis souvenir, pour être exacte. Beaucoup de choses lui avait changer, si elle se fiait à ses souvenirs, malheureusement avec l'âge elle ne pouvait pas.
Néanmoins, quelque chose était resté gravé en elle durant toutes ses années, elle ne savait pas quoi exactement mais elle le sentait.. Elle sentait ça... Qu'est-ce que ''ça'' pouvait être ? Elle se mit à réfléchir en s'appuyant contre un mûr, elle regardait Tori qui venait de s'envoler de son épaule pour aller dans le ciel : voler en toute liberté, sans doute. Lorsque Tori s'envolait, généralement, ça sentait pas bon. Ou alors, il avait repéré des amis à lui volé également... Du moins amis.. D'autres oiseaux, car Tori tout comme Essalia était un peu solitaire, ils n'aiment pas beaucoup la population et aimait seulement lorsqu'ils pouvaient écouter de la musique autour d'un verre d'alcool ou de petites graines, les musiciens n'étaient pas rare et elle l'avait pu remarquer en passant sur les docks, près d'une petite taverne où les hommes chantaient tous en cœur et ou parfois des musiciens tel que des violonistes ou des pianistes se mêlaient sans impunité. Quelque chose que Essalia n'avait jamais connu puisqu'elle avait toujours fuis, oui, toujours. Jusqu'au jour où elle était rentrée dans les rebelles.

La mine triste, Essalia avançait dans les ruelles dont les briques grises avaient foncé avec le temps nuageux, elle ne souriait pas mais ne pleurait pas non plus : même si elle en avait encire. De temps en temps, elle posait son regard sur le ciel en soupirant, vérifiant que celui-ci n'était pas trop couvert et qu'il ne s'apprêtait pas à pleuvoir. Elle se faisait bien discrète, du mieux qu'elle pouvait à vrai dire... Mais c'était difficile, caché au fond d'une ruelle, elle regardait la population du marcher diminuer peu à peu, puis voyant Tori qui volait dans le ciel accompagner de deux autres oiseau, Essalia se releva d'un bond avant de se remettre en route suivit par son fidel compagnon.
« -Tu en as mis du temps, Tori ! »
L'oiseau agita ses ailes et se posa sur l'épaule de sa maîtresse, il pépiait beaucoup et agitait ses ailes lorsque tous deux s'approchèrent de quelque chose qui ressemblait vaguement à un carrefour, ils n'arrivaient pas à se décider et se mirent à réfléchir. Essalia se mit à tourner sur elle même un petit sourire au lèvre et lorsqu'elle s'arrêtait, prise d'un mal de tête horrible elle tomba sur les fesses avant d'éclater de rire : elle n'avait pas du tout prévu ça !

Il était rare qu'elle s'attarde à Madorass : elle savait qu'étant rebelle c'était très risqué pour elle et de plus elle n'était jamais venue en ses lieux et ne pouvait prévoir ce qui allait ou pouvait se passer en cas d'un moindre faux pas. Les nobles qui passait la regardait de travers ou alors riait en se moquant d'elle, cela la fit sourire simplement: elle s'énervait rarement pour un rien. Elle se releva, tournée vers une rue du croisement, elle haussa ses épaules en faisant signe à Tori – l'oiseau s'étant envoler lorsque sa maîtresse était tombée au sol – de revenir près d'elle. L'oiseau s’exécuta et revint prendre place sur l'épaule de sa maîtresse. Avançant dans la rue, elle vit un homme s'arrêter face à un bâtiment puis repartir en tremblant un peu, curieuse, elle s'approcha à grands pas et s'arrêta face au bâtiment en question. Elle ne savait pas réellement de ce que sa pouvait être mais elle s'approchait encore... Encore, et encore. Elle touchait de sa main froide la poignet de la porte, elle l'entre ouvrit et lorsqu'elle rentra...

« -Des livres ?! » Pensa-t-elle sans un regret.

Les livres, Essalia les lisait par dizaine, elle se trouvait derrière une femme, la peau blanche, les cheveux long, onduleux et noir et les yeux légèrement rouge qu'elle vit lorsque la femme tourna sa tête pour regarder la nouvelle arrivante. Elle lui souriait lorsqu'elle remarqua que Tori c'était envolé de son épaule, elle regarda alors les deux hommes qui était à côté et remarqua un plutôt bien habillé et … un autre : mais elle n'aimait pas porter de jugements.

C'est alors que quelque chose d'innexplicable, quelque chose qui la dépassait arriva : lorsque Tori se posa sur l'épaule de la demoiselle en noir un grand flash blanc les aveugla pendant quelques secondes et lorsqu'ils réouvrirent les yeux : la jeune femme ainsi que l'oiseau avaient disparut.

« -To-...Tori ? » Demanda la jeune Essalia incertaine avant de regarder autour d'elle et de voir que tout était en état, mais il n'y avait plus cette fille et elle se demandait où elle était passer, avec son oiseau. Elle n'avait pas pu disparaître ainsi en quelques secondes, elle n'avait pas entendu la porte s'ouvrir n'y une fenetre se briser... Et elle n'avait ressentis aucune puissance magique... Même si ce n'était pas l'une de ses capacité, elle pouvait en ressentir un minimum car Tori réagissait directement.. En pensant cela, elle se rappela que son oiseau aussi était partis, mais: l'oiseau n'avait pas pu aller bien loin et elle se tourna alors vers l'un des deux hommes : le plus propre et le plus richement habillé. Elle se mise à parler de nouveau, et pourtant, elle ne le faisait que très rarement. Elle ne savait d'ailleurs pas pourquoi elle venait de demander ça.

« -Bonjour... Je voudrais... Elle marqua une pose, posant sa main sur sa tête puis la retirant en jouant avec la corde de son arc. Un livre... Qui puisse me dire exactement ce que je suis... Mes défauts mes qualités, mon caractère. Qui puisse « lire » en n'importe qui. Vous voyez le genre ? Un livre qui me permettrait de savoir beaucoup de choses sur beaucoup de personnes. Et puis, un livre sur les vampires et les elfs, ainsi que sur les loups. J'ai de quoi payé. »

Après sa longue demande, Essalia paraissait gênée mais pourtant elle regardait toujours l'homme et lui faisait face, elle avait peur de ne pas pouvoir être servie mais de toute façon, elle était dans une librairie et le client est toujours ''Roi'', elle souriait en pensant cela, elle qui était une rebelle et qui était totalement contre lui ! Elle ria légèrement avant de se taire en regardant les deux hommes, reculant d'un pas pour ne pas les gênée et se prenant en même temps la porte dans le dos. Elle eu mal, très mal, mais elle se tut. Elle sentis alors quelque chose la pousser, mais cette chose n'avait pas de force... Du moins, pas assez, elle se retourna à peine sans les quitter des yeux : si eux étaient du royaume alors elle était mal – bien qu'elle sache que ce genre de chose ne se voit pas sur le visage d'une personne – derrière la porte l'oiseau battait des ailes et lorsqu'elle lui ouvrit il fonça dans ses bras en pépiant, il était tout tremblant et sans doute terrifier. Elle referma le plus poliment la porte en se retournant pour faire de nouveau face aux deux hommes, mais complètement, cette fois-ci.

Elle se mit à se lécher plusieurs fois les lèvres, elle avait envie de boire : mais ce n'était sûrement pas l'endroit pour ça. Bien que dans l'air flottait une délicieuse odeur de thé, comme elle les aimes, elle pensait à toutes les variété de thé qu'elle avait pu goûter au cour de sa vie, ne pensant plus du tout à la jeune femme qui avait disparut quelques minutes plus tôt accompagner de son oiseau qui était revenu seul, et lorsqu'elle sorti de ses pensées elle regardait fixement l'homme, elle rougissait presque de gêne.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nessa Grenayde

L'insupportable

________________

Nessa Grenayde
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Métier : Cape Blanche
Croyances : Les Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 27

Messages : 49

Fiche de Personnage : Par ici les amiiiiis


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 24 Aoû 2012 - 1:05

Cherchant encore comment il allait demander ce qu’il cherchait, une nouvelle arrivante fit son entrée dans la boutique. Entrant directement dans l’espace vital d’Assen. Quatre personnes aussi prêt l’une de l’autre, s’en était trop, il préférait reculer de deux pas. La femme qui venait d’entrer était bizarre avec son pigeon ridicule (quoi ? Ce n’est pas un pigeon ?). Et ce pigeon ridicule, d’ailleurs, se métamorphosa vite en pigeon dangereux. A peine avait-il quitté l’épaule de sa maitresse, voilà qu’il prit place sur l’épaule d’une autre et disparu dans un flash. Déjà qu’il ne se gênait pas pour squatter les épaules des autres. Il fallait en plus qu’il aveugle tout le monde au tour de lui. Le jeune homme ne put s’empêcher de penser que ce volatile méritait sa place, embroché sur l’une de ses flèches.
Et comme si tout cela n’était toujours pas assez pour faire chier Assen. Qui – ce n’est pas un secret – déteste qu’on le fasse chier et trouve que tout et tout le monde lui fait chier. La jeune femme se mit a parlé. OUI ! Alors qu’elle était entrée après Assen et que c’était son tour d’abord. Oh !

« Espèce de ptizdbgmbl »

Il décida de tenir la suite de ses insultes pour plus tard quand il entendit ce qu’elle demandait au libraire. La gamine – voulant des livres qui lisent en elle – ayant à peine disparu. En voilà une autre qui demandait la même chose. Il fit tourner ses yeux. Ce que les autres ne pouvaient d’ailleurs pas voir. Car il était toujours enveloppé dans sa super cape de la mort qui tue (et pue ?). Bref, le jeune homme se demandait s’il ne s’était pas trompé d’endroit. Peut-être qu’il ne vendait que de livres ridicules du genre. « Ô livre livre inhumain, que peux-tu lire dans ma main ? » Ou autre connerie du genre.

« Si je puisse me permettre. Il y a un très bon charlatan sur le marché qui se fera un immense plaisir de lire en toi. Après, on ne t’a jamais appris d’attendre ton tour et de fermer ton… »

Une fois de plus il ne termina pas sa phrase. Cette fois-ci c’était le pigeon ridicule – et surtout dangereux – qui l’avait laissé en suspension. Reculant une fois de plus de deux pas, il fit bouger ses doigts, prêt à prendre son arc si jamais l’oiseau s’approcherait trop de lui. Hors de question de disparaitre lui aussi.
Il regardait la gamine qui se léchait les lèvres maniaqualement et ne put empêcher d’être dégouté. C’est une librairie ici, pas une exposition de bonbons, ni un stripteaseshow. Il s’avait qu’il était beau, mais il ne faut pas abuser hein. Ses femmes quand même. (Comment ça le chasseur ressemble plus à un caca séché qu’a un mannequin brun-ténébreux ? Vous n’avez pas de gout, clairement !)
Bref, pour ne plus avoir a regardé cette chose vulgaire, il se retourna pour faire face au libraire.

« Je cherche des livres sur l’herboristerie. On m’a dit que j’en trouverai ici. »

Ignorant la jeune femme comme complètement, il attendit la réponse du libraire. Il ne voulait pas être plus précis, car il ne pouvait pas. Il n’en savait rien sur cette connerie d’herboristerie. Pourquoi il avait choisi d’être herboriste cet Assen ? Pourquoi pas tout bêtement boulanger ou mieux encore, boucher ? Au moins il ne se taperait pas de la lecture à cette heure-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 24 Aoû 2012 - 18:42

Marius n'avait pas eu le temps de bien observer son nouveau client qu'une troisième personne entra dans la boutique, une autre femme cette fois-ci. à sa vue, Marius ferma les yeux de découragement. Allait-il bientôt pouvoir recommencer à lire son ouvrage sur la sorcellerie? Quoiqu'il en soit, cette journée avait pour lui assez duré, et il se jura de fermer l'endroit lorsque toute cette marmaille serait parti. De toute façon, il avait dorénavant une excuse, car il devait se préparer pour un voyage à Venill. Chose qui ne lui plaisait pas particulièrement non plus. Un pli d'impatience apparut sur le front du Libraire, mais le reste de son visage resta sans expression.
Puis, il arriva un évènement aussi soudain qu’inattendu. L'oiseau qui accompagnait Essalia (une espèce inconnue à Marius) vola gracieusement jusqu'à se poser sur l'épaule d'Aleyä, qui semblait sur le point de dire quelque chose. Cette dernière n'en eut toutefois pas l'occasion, car une lumière incandescente illumina la pièce au moment où le volatile se posa sur Aleyä, aveuglant tout ses occupants. Instinctivement, Marius identifia le phénomène comme magique (pouvait-il être autre?), mais le choc fut trop soudain pour qu'il puisse obtenir des informations supplémentaires. Quoiqu'il en soit, en rouvrant les yeux, tous s'aperçurent qu'Aleyä comme l'oiseau avait disparu, ne laissant qu'une petite fumée blanche à l'endroit où ils se trouvaient. POURQUOI FAUT-IL TOUJOURS QUE DES SALTIMBANQUES ENVAHISSENT MA BOUTIQUE?!?! À l'intérieur, Marius écumait. Et Essalia d'observer les alentours, à la recherche d'un certain Tori. En se calmant un peu, Marius comprit qu'il s'agissait de l'oiseau, et que sa propriétaire elle-même ne semblait comprendre ce qui était arrivé ici, ce qui ne calma cependant pas l'ire qui recouvrait Marius - qui toutefois, en excellent comédien, ne laissait aucunement paraître. Et peut-être que si elle l'avait su, Essalia n'aurait pas prit la parole.

« -Bonjour... Je voudrais... Un livre... Qui puisse me dire exactement ce que je suis... Mes défauts mes qualités, mon caractère. Qui puisse « lire » en n'importe qui. Vous voyez le genre ? Un livre qui me permettrait de savoir beaucoup de choses sur beaucoup de personnes. Et puis, un livre sur les vampires et les elfs, ainsi que sur les loups. J'ai de quoi payé. »

Toutefois, au moment où elle évoqua à son tour ces livres qui lisent en nous, le Libraire ne put en supporter davantage. Il la coupa sèchement d'une voix ferme, mais glaciale:

« Ici, madame, vous vous trouvez dans une librairie, pas dans un quelconque bazar aux curiosités. Des livres comme votre amie qui s'est volatilisée et vous en demandez, qui lisent en nous Je n'en tiens pas en boutique et n'en ai même jamais entendu parler. Aussi, je vous demanderai, si vous ne cherchez rien d'autre, d'aller jouer ailleurs, à vous et à votre oiseau de malheur, peu importe où il se trouve, sans quoi, je serai obligé d'employer la manière forte pour vous faire sortir d'ici! »

Comme pour accentuer les dernières menaces, le ciel gronda, sans pourtant qu'un seul nuage n'ait entaché son azur. Qu'importait au Libraire de savoir si il s'agissait là d'un évènement naturel où d'un aléa magique, il était trop furieux pour y porter la moindre attention.
Car oui, le Libraire était de forte mauvaise humeur à ce moment. Lui qui aimait avoir sa vie tranquille, de ne recevoir qu'un ou deux clients normaux par jour et de vaquer ensuite à ses occupations, il trouvait fort déplaisant de voir son nid envahi par les individus les plus marginaux de la faune urbaine. Bien décidé à ne plus adresser la parole à cette étrangère qui l'importunait, le Libraire tourna les talons et se dirigea vers le comptoir où il avait laissé son thé.

« Je cherche des livres sur l’herboristerie. On m’a dit que j’en trouverai ici. »

Marius pivota sur lui-même pour voir l'homme qui était entré à la suite d'Aleyä et se souvint soudainement qu'il l'avait complètement oublié avec tout ce qui venait de se passer. Jamais ceci n'était arrivé au Libraire, aussi s'excusa-t-il sincèrement à cet homme:

« Ah oui! Pardonnez ma négligence monsieur, mais avec le brouhaha de ce qui vient de se passer, je n'avais plus la tête ici. Aussi Marius garda le silence un moment avant de reprendre. J'ai effectivement une belle collection d'ouvrage sur l'herboristerie, tous dans les rayons «Nature». Cherchez-vous un sujet en particulier dans le domaine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Essalia A. Onera



________________

Essalia A. Onera
________________


Race : Humaine
Classe : Archer / Magicienne.
Métier : Aucun
Messages : 89


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 24 Aoû 2012 - 19:03

Essalia se contentait de regarder autour d'elle alors que l'homme à côté d'elle se mit à parler.

« Si je puisse me permettre. Il y a un très bon charlatan sur le marché qui se fera un immense plaisir de lire en toi. Après, on ne t’a jamais appris d’attendre ton tour et de fermer ton… »

Elle haussa les épaules, ne prêtant plus d'attention au jeune homme et fixa alors Marius qui lui répondit à son tour.

« Ici, madame, vous vous trouvez dans une librairie, pas dans un quelconque bazar aux curiosités. Des livres comme votre amie qui s'est volatilisée et vous en demandez, qui lisent en nous Je n'en tiens pas en boutique et n'en ai même jamais entendu parler. Aussi, je vous demanderai, si vous ne cherchez rien d'autre, d'aller jouer ailleurs, à vous et à votre oiseau de malheur, peu importe où il se trouve, sans quoi, je serai obligé d'employer la manière forte pour vous faire sortir d'ici! »

Elle hocha la tête, elle avait bien compris qu'elle n'était pas la bien venu ici et tourna les talons, elle souriait avant de partir : elle ne dirait pas au revoir, après tout, pourquoi s'attarder sur des adieu – ou des au revoir – au vu de la politesse du libraire. Parce qu'elle n'avait pas demander que ce livre là, mais il n'y avait pas prêter plus attention que ça.

Essalia empoigna la poignée de la porte qui se trouvait face à elle, la fit tourner avant d'ouvrir la porte et de sortir dans un claquement de porte. Elle s'éloigna à grand pas de la boutique et disparut au coin de la rue. Elle fut triste quelques secondes car les livres sur les vampires et sur les elfes l'aurait grandement aider dans sa quête au savoir.


Spoiler:
 


Dernière édition par Essalia Dreawan le Ven 24 Aoû 2012 - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nessa Grenayde

L'insupportable

________________

Nessa Grenayde
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Métier : Cape Blanche
Croyances : Les Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 27

Messages : 49

Fiche de Personnage : Par ici les amiiiiis


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyVen 24 Aoû 2012 - 20:54

Le jeune homme ne put empêcher un petit rire mauvais. La réponse du libraire était hilarante. Enfin, aux yeux d’Assen. Il avait d’ailleurs décidé de l’inscrire dans sa liste de personnes ‘neutres’. Ayant des listes pour personnes ‘chiantes’, ‘très chiantes’, ‘bêtes’ et ‘neutre’ (la plus positif). Sans oublier la liste Noir ! En gros, presque tout le monde se trouvait dans les trois premières listes. Et seul ses maitres et le roi étaient dans la liste ‘respect’. Car bon, ils le valaient bien quand même. Mais ce n’était pas vraiment une liste cette dernière. Il avait juste peur de ses quatre individus, c’est tout.

« Ah oui! Pardonnez ma négligence monsieur, mais avec le brouhaha de ce qui vient de se passer, je n'avais plus la tête ici. J'ai effectivement une belle collection d'ouvrage sur l'herboristerie, tous dans les rayons «Nature». Cherchez-vous un sujet en particulier dans le domaine? »

La jeune femme partie, ils n’étaient plus que deux dans la librairie. Et voilà qu’était bien mieux. Moins peuplé. D’un coup, on avait l’impression d’avoir plus d’air, non ? Bref, le jeune chasseur ce gratta la barbe avant de répondre au libraire.

« Disons que, je cherche une sorte d’encyclopédie des plantes/herbes en tout genre. Le genre de livre où on trouve ce que tel ou tel plante peut engendrer comme effet. Poison mortel, somnifère, etc. »

Il regardait un peu en rond, toujours pas à son aise entre tous ces bouquins.

« Ah ! Eum… Un livre avec pas trop de texte et beaucoup de dessins, ce serait parfait ça ! »

On ne voyait pas son visage et il n’allait plus jamais recroiser cet homme. Autant se jeter à l’eau et demander ce qu’il recherchait réellement. Quitte à passer pour un abruti. Il n’était pas venu pour faire son intello et lire des pavés. Il voulait un truc facile, qui l’aidera pour la suite des évènements. En train de stresser pour aucune raison il se retint pour ne pas cracher devant ses pieds. On ne cracha pas chez les personnes de la liste ‘neutre’… Mais c’était difficile. Vivement qu’il retourne dehors. Il commençait à avoir la nausée. Rien que de penser à toutes ces lettres a déchiffré … Beurk.




[HRP : Tu veux continuer la discussion devant d’autres personnes ? No problemo. Je sais très bien que je ne suis pas un grand écrivain. C’est bien pour cela que je me relis 3 fois et que j’écris dans word pour corriger un max de fautes (parce que je sais comment c’est lourd de lire des rps bourrés de fautes de conjugaison.. et je ne parle pas du reste). Après, même si ton personnage ne pouvait pas le deviner. Mon perso est partit du fait qu’elle l’avait deviné. On est libre d’écrire ce qu’on veut dans nos rps je pense, non ? Et désolé de ne pas avoir pris ton perso pour une abrutie dès le départ :/
Apres, Marius ce n’est qu’un personnage. Et si son joueur veut que son personnage soit froid et mal poli… Ben c’est son choix. Il est temps que tu quittes le monde des bisounours ma petite, Feleth c’est pas « l’amour est dans le pré » Wink
Et ce n’est pas parce que nos persos sont des connards, que nous on l’est irl :) Si t'aurais lu nos fiches personnages avant, rien de cela ne serait arrivé. Faut que tu comprennes un peu le fonctionnement d'un forum je crois.

Bonne soirée encore <3


PS: Je m'excuse au prêt de Marius pour cet hrp qui est dix fois plus grand que mon poste et qui pollue ton topic Sad]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyLun 27 Aoû 2012 - 20:31

Enfin, pour la première fois de la journée, Marius était à ses aises avec son type de client favori: celui qui sait précisément ce qu'il recherche. Et ça tombait justement bien pour lui, car le Libraire disposait d'une collection d'ouvrages sur l'herboristerie respectable, où chacun trouvait son bonheur. La plupart des étrangers qui venaient lui demander l'une de ces précieuses encyclopédies trouvaient toujours leur bonheur dans les sombres allées de «Livre d'avant et de maintenant». Cet homme ne serait sans doute pas une exception.
Observant d'un oeil la demoiselle précédente quitter la porte, Marius écouta en même temps attentivement les demandes plus particulières d'Assen, les décortiqua et en retint, fidèle à son habitude, les mots-clés qu'il jugeait les plus important. Flore de Feleth... caractéristiques... apparence... effet... toxicité... Un pli apparut au front de Marius lors de la mention des poisons et des somnifères. Bien entendu, le Libraire n'était pas du genre à juger ses clients, et encore moins à se questionner sur l'utilisation qu'ils feraient de ses ouvrages. Seulement, il tiquait toujours lorsqu'il recevait une demande aussi directe pour de tels produits. Les gens sont si imprudents de nos jours...

« Est-ce tout monsieur? demanda poliment Marius, observant de ses grands yeux inexpressifs son interlocuteur.
- Ah ! Eum… Un livre avec pas trop de texte et beaucoup de dessins, ce serait parfait ça!
- Vous êtes dans le bon domaine pour me demander des ouvrages imagés, répondit-il en marchant vers une allée de la librairie. Suivez-moi, je vous prie. Les livres et encyclopédies d'herboristeries débordent de gravures et de coupe des différentes plantes qu'on retrouve. Il n'y a que ces livres qui en soient pourvus... avec les grimoires arcanes, bien entendu. »

Comme s'il les avait posé la veille-même à leur place, sans aucune hésitation dans le geste, Marius sortit plusieurs bouquins, parfois minces comme parfois épais, ainsi qu'un énorme livre de cinquante centimètres par trente centimètres, intitulé sobrement «Fleurs et arbres: la flore de Feleth», par Rénaldo de Macres, célèbre érudit reconnu parmi l'élite de l'élite. L'ouvrage était épais d'une dizaine de centimètre, à couverture de cuir brun. Puis, considérant son client, dont l'allure tirait plus du vagabond que de l'érudit, il se dit que cet ouvrage, lourd et encombrant, était peut-être fortuite. Oh, et puis diantre, s'il n'en veut pas, je le rangerai tout simplement.

En tout, Marius avait dans les mains l'énorme encyclopédie que nous venons de décrire, deux autres volumes traitant de régions particulières de Feleth ainsi que cinq cahiers manuscrits de rôdeurs portant sur les différents aspects des plantes. Commençant à s'essouffler par le poids de son fardeau, Marius déposa le tout sur un étal, à côté de sa théière et, d'un geste de la main, présenta le tout à Assen:

« Voici qui pourrait contenir ce que vous recherchez, annonça Marius en soufflant un peu. D'après ce que vous m'avez demandé, je vous invite à survoler tout d'abord les cahiers, dont celui-ci (il en sortit un du lot, le plus mince, entièrement parcheminé). Il contient divers informations sur les effets les moins agréables d'une bonne centaine de plantes différentes. Toutefois, il s'agit principalement d'un survol, et non d'une étude approfondie. Pour ce genre de thème, je vous conseille l'encombrante, mais très complète encyclopédie de Rénaldo de Macres. Les autres contiennent toutes sortes d'informations supplémentaires susceptibles de vous intéresser. Et il y a des images dans tous les ouvrages. »

Marius laissa la place à Assen pour la consultation et se dirigea vers la théière afin de remplir sa tasse de nouveau... jusqu'à ce qu'il remarque qu'il en avait sortit une deuxième. Le Libraire resta là un moment, à observer pourquoi il avait apporter cette seconde tasse. Puis, il se rappela que son fournisseur devait venir en après-midi, peu avant deux heures. Voilà la raison de cette seconde tasse. Cependant, il n'était encore que onze heures du matin. Il prit alors la tasse et se retourna vers Assen, ne sachant quoi en faire:

« Puis-je... vous offrir une tasse de thé? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nessa Grenayde

L'insupportable

________________

Nessa Grenayde
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Métier : Cape Blanche
Croyances : Les Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 27

Messages : 49

Fiche de Personnage : Par ici les amiiiiis


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyMar 28 Aoû 2012 - 17:24

Assen suivit le libraire comme un gamin. Regardant partout au tour de lui, avançant super lentement, de peur de faire tomber des trucs. Vraiment, il n’était pas lui-même dans cette boutique. En plus, il ne comprenait pas un mot de ce que disait le libraire. Gravure ? Arcanes ? De quoi il parle ce type ? Il voulait des plantes lui, c’est tout. Le jeune homme le regardait bizarrement. Pourquoi empilait-il tant de livres ? Il commençait à se sentir mal. Comment arriverait-il un jour à lire tout ça ? Le suivant de nouveau comme un abruti jusqu’à l’étal, il se demandait ce qu’il était bien venu faire avec lui. Il aurait mieux fait de rester ici à attendre, plutôt que de le suivre comme un chien. Bref, l’odeur des livres commençait à l’agacer. Et il rêvait déjà d’une bonne partie de chasse.

« Voici qui pourrait contenir ce que vous recherchez. D'après ce que vous m'avez demandé, je vous invite à survoler tout d'abord les cahiers, dont celui-ci. Il contient divers informations sur les effets les moins agréables d'une bonne centaine de plantes différentes. Toutefois, il s'agit principalement d'un survol, et non d'une étude approfondie. Pour ce genre de thème, je vous conseille l'encombrante, mais très complète encyclopédie de Rénaldo de Macres. Les autres contiennent toutes sortes d'informations supplémentaires susceptibles de vous intéresser. Et il y a des images dans tous les ouvrages. »

Des images, c’est cool ça ! Le rénaldo de Macres n’avait qu’à aller pourrir ailleurs. Hors de question de se torturer le cerveau avec cette brique ! Le jeune homme retroussa légèrement ses manches et ouvrit le premier des livres. Se rapprochant le plus près possible de feuilles avec son visage, il essaya de déchiffrer le texte. Des lettres plus grandes, ça aurait été mieux quand même. Son nez toucha presque le bouquin pendant qu’il lisait les premières lignes.

« Puis-je... vous offrir une tasse de thé? »

Remontant la tête doucement, il haussa un sourcil. Ce que le libraire ne pouvait pas voir, étant donné sa super cape avec sa trop belle capuche. Bref… Il n’était pas sur si la question lui était destinée. Et regarda donc d’un air incertain au tour de lui. Peut-être que la gamine n’avait jamais quitté la librairie et était toujours là. Non ? Hum… Il reporta son attention sur le libraire et secoua la tête. Du thé ? Lui ? Il devait peut-être faire semblant d’être une tapette d’herboriste, mais hors de question de se mettre aussi à les boire, ces herbes. C’est pour les vaches et les lapins ! (Comment ça, ça ne boit pas de thé les vaches et les lapins ?)

Se retournant à nouveau vers son livre il se dit que ce n’était pas le bon. Vraiment, il ne le sentait pas. Les livres c’est surement comme les arcs. Il faut les sentir… Il faut en avoir une qui nous convient parfaitement. Faite pour notre main. Et ce livre n’était clairement pas fait pour sa main. Il le mit donc de côté et reprit un autre livre. Lui non plus ne lui convenait pas. Il n’y avait pas assez de dessins à son gout. Il prit alors un troisième livre et ensuite un quatrième et… eut ensuite la bonne idée de suivre le conseil du libraire. S’emparant du plus petit livre, il l’ouvrit. Le voilà le livre parfait ! Que très peu de texte, beaucoup de dessins, et exactement les plantes qu’il recherchait. Il était vraiment doué ce libraire ! Le lui tendant tout de suite – faisant signe qu’il allait le prendre – il regarda un dernier coup le gros bouquin qu’il n’avait pas osé ouvrir. Peut-être que…

L’ouvrant tout doucement, de peur de déchirer l’une de ses pages (car oui, le libraire lui faisait peur), il regarda à l’intérieur du livre. Finalement, il n’était pas si nul que ça. Finalement il n’était même pas trop chiant… Finalement, il allait peut-être bien se le prendre se livre. Etonné de lui-même – d’avoir pu penser une telle chose – il referma tout de suite le livre. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire avec un tel livre ? Le lire ! Oui bien sûr… Mais… Pourquoi faire ? Puis, ses maitres n’allaient pas se gêner pour se foutre de sa gueule. Et puis merde ! Il reprit le petit carnet et le posa sur le gros bouquin. Poussant ensuite le tout vers le libraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyMar 28 Aoû 2012 - 22:22

Marius haussa nonchalamment les épaules et reposa la tasse sur le comptoir, à côté de la théière. L'absence de réponse d'Assen était plus éloquente qu'un refus fermement prononcé, mais le Libraire n'en tenait pas rancune. Il ne s'agissait que de thé après tout, et de son avis, il serait absurde de prendre la mouche pour un non catégorique. Bien entendu, il avait déjà lu sur des contrées lointaines où le thé était le symbole de l'hospitalité, où il était extrêmement déplacé de refuser une tasse de thé et où on pouvait même être haï pour cette simple rebuffade. Une raison fort peu valable, de l'avis du Libraire; après tout, chacun avait ses goûts et chacun était libre de faire ce qu'il désirait de son être. Puis, l'image de Kaull Hendenmark lui vint en tête, et il eu un sourire invisible à cette pensée. Être libre... c'était bien plus un mot qu'une réalité avec ce tyran sur le trône et ses Capes Blanches comme chiens de garde. Et lui serait apte, par sa seule présence, à obliger quelqu'un à avaler d'un trait une tasse de thé brûlant, fut-il même empoisonné. Un suicide apparent... Voilà une idée qui pourrait être mise en oeuvre pour éliminer ce porc sanguinaire! Et à moins que sa Majesté ne dispose de goûteurs personnels, il mourrait d'une manière simple et bien divertissante. Après tout, il existait bien des effets variés aux poisons existant.
Marius se perdait dans ses pensées, imaginant mille et un effet différent appliqué sur Hendenmark, tandis que son client continuait de feuilleter ses ouvrages. La manière de livrer le poison pouvait varier... corrompre un garde, soudoyer un domestique... peut-être même que Koako pourrait livrer la fiole contenant la noire substance au palais directement... il faudrait lui demander. Et à ce propos, le Libraire constata qu'il n'entendait pas un bruit à l'étage, comme si celui-ci était déserté. Instinctivement, Marius balaya mentalement les environs: aucune trace du corbeau. Qu'est-ce que cela signifie? Koako, où es-tu passé?
Il se rappela soudain de ce qu'il lui avait ordonné, plus tôt dans la journée. Si tu entends quoi que ce soit d'anormal... Et l'explosion lumineuse avait produit de quoi faire réagir son oiseau. Celui-ci devait être parti, suivant les ordres de son maître. Intérieurement, Marius jura contre lui-même. Avec tout ce qui s'était passé, il n'avait pas eu le temps (et n'avait pas pensé) à rassurer son compagnon, et celui-ci était parti donner une fausse alerte. Et tout cela pour rien. Marius allait avoir des ennuis avec son supérieur s'il n'arrangeait pas la chose le plus rapidement possible. Il devrait donc fermer boutique après le départ de son client et s'atteler à la tâche.

Par ailleurs, celui-ci semblait intéressé par le cahier sur les poisons. Une fois de plus, le Libraire avait vu juste dans les besoins de sa clientèle. Il devenait meilleur vendeur avec le temps et l'expérience! Toutefois, il fronça les sourcils en voyant Assen repousser les ouvrages vers lui. Était-ce un signe qu'il les achetait, où simplement qu'il n'était finalement pas intéressé?

« Avez-vous trouver ce que vous cherchiez dans mes ouvrages? » s'enquit le Libraire, interrogateur. Visiblement, il avait du mal à saisir les geste de son client.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nessa Grenayde

L'insupportable

________________

Nessa Grenayde
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Métier : Cape Blanche
Croyances : Les Divinités Majeures
Groupe : Royaume

Âge : 27

Messages : 49

Fiche de Personnage : Par ici les amiiiiis


Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] EmptyMer 29 Aoû 2012 - 9:44

Le jeune homme bascula sa tête sur le côté et repoussa les livres encore plus. Ce n’était pas clair ce qu’il faisait là ? Ce n’est pas comme ça qu’on achète des livres ? Il y a peut-être un code spécial pour ça. Vraiment, acheter de la viande ou des flèches, c’était bien plus simple. Faisant racler sa gorge d’abord, il se décida enfin à parler.

« Je prends les deux. »

Elle espérait que c’était bon comme ça. Parce qu’il ne se voyait pas faire une petite danse des livres pour faire comprendre ce qu’il voulait. Ce qu’on ne lui avait jamais demandé de faire d’ailleurs, mais on ne sait jamais ! Le libraire avait d’ailleurs longtemps compris ce qu’il voulait et lui dit son prix. Pour une fois le jeune homme se retint de marchander. On n’était pas au marché ici. Et on ne marchande pas avec les gens de la liste ‘neutre’. Il sortit alors quelques pièces de sa bourse et le posa sur la table, empoigna les livres et sortit à grand pas de la librairie. Oubliant de remercier le libraire au passage. Faut le comprendre, ce n’est pas vraiment dans ses habitudes de remercier les gens. Et puis ! Pourquoi devrait-il le remercier ? Il faisait son boulot, il était payé pour. Personne n’a jamais dit merci à Assen pour les sangliers qu’il rapporte ! Alors pourquoi dire merci à un collectionneur de livres.
Arrivé à la porte, il se cogna contre avec son trop grand pied. Pour retenir le petit ‘ai’ des femmelettes il se perdit dans des jurons. Il était temps qu’il quitte cette boutique. Vraiment, ce n’était pas pour lui. Et puis, il avait de la lecture pour 50 ans minimum ! Sortant enfin de là, il entra en ligne droite a la ‘maison’. Ne faisant pas attention à toutes ses personnes qu’il bouscula. Ce n’était pas son problème ! Il avait de choses bien plus intéressantes à faire. Etudier… Beurk.
Et puis il avait l’impression d’empester le livre aussi ! Depuis qu’il était entré dans cette librairie, une odeur bizarre l’avait accompagné. Et il avait beau regarder ses semelles et sentir sous ses aisselles. Ce n’était pas sa l’odeur. Non, l’odeur de ses aisselles était d’un tout autre niveau. Bref, il était temps de prendre une bonne douche après tous ces livres. Qui aurait cru qu’on rentrait plus sale d’une librairie que d’une chasse. Assen en tout cas, n’y aurait jamais pensé.



[Meurci pour les livres Marius !! Et peut-être à bientôt in rp avec les rebelles :)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] _
MessageSujet: Re: Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]   Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Journée incongrue aux Livres d'avant et de maintenant [Ouvert à tous!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Boutiques-