''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [EVENT] Le Choc des Mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 16 Mar 2014 - 13:02

Première vague


Quelque part, près de Béolan...


La terre était disloquée, réduite en blocs et poussière de part et d'autre de la forêt. Ne subsistaient plus que les troncs les plus solides, tordus ou penchés comme des individus bruns à l'agonie. Une brume mélangée aux particules d'humus stagnait partout, envahissant l'environnement comme un voile recelant un mystère. Le vent s'était tu, pas la moindre brise ne soufflait. Après le cataclysme tonitruant, était venue une subite accalmie. Le paysage n'avait plus rien de connu, si ce n'était avoir déjà imaginé la fin des temps. Seulement, le silence ne pouvait pas  toujours être de la meilleure augure...

L'action débute dans mon post dans le village de Santébaun, qui est d'ordinaire paisible, mais qui, suite aux événements qui surviennent, n'aura plus du tout la même vie qu'avant. Bien évidemment, vous avez aussi le droit de vous manifester ailleurs, par exemple directement dans la forêt, mais veillez bien à le préciser pour éviter tout embrouillement.


- - -

Santébaun n'était qu'un village de fermiers et pêcheurs, disposant d'une unique digue et de quelques quais pour accueillir les embarcations poissonnières. Cependant, il y avait nombre de cabanons et demeures qui parsemaient le flanc de la colline. Je m'y rendais souvent pour me rendre à la taverne du Poulet Mariné, ou du moins, pour accompagner le grand Desmond et en passant, goûter à leur hydromel dont la saveur était toute particulière. Il y avait dans leur breuvage un arrière-goût salé propre à leur culture de la mer.

Mais aujourd'hui, tout me portait à penser que me rendre à leur gargote chaleureuse était une idée fort déplacée. Tout le monde était affairé, clameurs et cliquètements rythmaient le réveil du village. Le ciel était couvert d'énormes nuages grisâtres à la teinte bleutée, et une odeur de cendres se diffusait dans l'air. Plusieurs toits de chaume avaient été frappés par la foudre pendant la nuit, emportant avec eux les murs de bois et réduisant en cendres tout ce qui se trouvait à l'intérieur, y compris les propriétaires. Desmond m'avait regardé, incrédule, mais j'étais encore plus sceptique qu'il ne m'était permis de l'être. Outre ce fait incongru, quelque chose d'autre ne manquait pas d'attirer l'attention.

Du sommet de la colline jusqu'à l'orée du village, une longue crevasse s'ouvrait, béante, telle l'empreinte d'une attaque déchaînée d'une créature gigantesque. Ce simple spectacle me donnait le vertige. Qu'est-ce qui avait bien pu causer cela ? Au-delà de ce sinistre, la forêt si hospitalière ne semblait plus être qu'un champ de chaos fumant, les rares arbres survivants tendus en l'air comme des bras décharnés.

« On dirait que le Vein lui-même s'est invité à la partie », susurrai-je pour moi-même. Le colosse approuva d'un mouvement léger du menton.

Des cris nous avertirent alors d'une menace que je soupçonnai déjà en observant le panorama défraîchi. « Il est là, il arrive ! », hurlèrent des passants paniqués courant dans le sens inverse. L'un d'eux percuta Desmond de plein fouet et se retrouva par terre. Il bafouilla une suite de mots incompréhensibles, mais je crus bien percevoir l'un d'eux : ours. Le mercenaire et moi échangeâmes un regard quand soudainement, un beuglement infernal étouffa les cris d'affolement.

Une forme brune gigantesque jaillit alors parmi la foule de paysans en plein labeur, happa l'un d'eux dans sa gueule et l'expédia en l'air sans aucune autre forme de procès. L'ours, dont la taille n'avait rien de naturel, et dont l'aspect était proche de celui d'un cadavre décrépi et réanimé, ravagea la place d'un seul coup de griffe qui désintégra plusieurs façades dont celle du Poulet Mariné dont l'enseigne s'écrasa non loin de nous dans un tintement métallique.

« Sacré gibier. », constata Desmond, impassible, la main déjà posée sur la garde de son épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Jeu 20 Mar 2014 - 19:42

Spoiler:
 

Précédemment

« On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d'accord. Les blessures demeurent intactes. Avec le temps notre esprit afin de mieux se protéger, recouvre ses blessures de bandages, et la douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais. » Rose Kennedy.



Awena était assise dans son fauteuil et contemplait le jardin par la grande fenêtre de sa chambre. Elle était revenue de sa cure thermale encore plus fatiguée qu’avant, elle se demandait bien quand son corps allait guérir de toutes ses blessures. Elle passait la plupart de son temps plongée dans ses bouquins ou à étudier les artefacts.
Elle se sentait si vulnérable dans cet … état. Une de ses disciples l’aidait à remuscler doucement ses bras puis ses jambes, c’était une très bonne guérisseuse et pourtant elle ne semblait pas pouvoir dire avec certitude si oui ou non, Awena serait à nouveau capable de marcher.
Alors Awena avait décidé d’étudier ce qu’elle avait longuement laissé de côté « la magie », cette forme de puissance que certains êtres manipulaient comme le violoniste jouait avec les cordes ou encore qui pouvait être enfermée au cœur d’un objet.

Les jours passaient et se ressemblaient jusqu’à ce fameux jour où un disciple arriva en courant auprès d’elle l’air complètement affolé.
Elle profitait des températures plus qu’agréables pour lire dans le jardin. Elle ne pouvait pas franchir les marches seule mais elle trouvait toujours quelqu’un pour l’aider et surtout le Messager qui semblait garder un œil sur elle, mais qui donc lui avait demandé de faire ça ? Il ne pouvait agir par lui-même.
Un bruit de pas précipités et un soufflement digne d’une baleine échouée, la força à lever les yeux de son bouquin pour observer cette personne qui courait dans sa direction. Elle était très étonnée de voir cet homme ici, surtout en pleine saison de pêche. Quand il arriva vers elle, elle comprit qu’il s’était passé quelque chose. C’est donc le cœur serré qu’elle le regarda reprendre son souffle et s’imagina tout un tas de scénarii possibles, était-il arrivé quelque chose à l’Éclaireur ? Voici bien des semaines qu’elle ne l’avait pas vu ou était-ce …

*Tu lis trop ma vieille, beaucoup trop*

Awena regardait Larry Bambelle se tenir les côtes, elle lui fit signe de la main de parler, limite agacée par tant d’attente.


« - Madame, il se passe quelque chose d’étrange, de très étrange vers les côtes de l’Est. J’étais sur mon vaisseau à taquiner le poisson quand tout d’un coup blampouffiou, une espèce de chose immense est sortie de nulle part. Enfin si de quelque part, un espèce de trou et, en voyant ça j’ai de toute de suite essayé d’envoyer un de mes oiseaux vers mes contacts au village de Santébaun mais rien, aucune réponse, nada. Je crois que le village était au centre de cette chose … et je crois qu’il n’en reste plus rien. »

Awena le regarda, il semblait paniqué, et retourné par ce qu’il avait vu, mais ses dires étaient-ils exacts ou exagérés ? Était-ce une simple faille délivrant un démon affamé ou était-ce plus que ça ? En tout cas, une chose est sûre elle devait s’y rendre par elle-même, la question était avec qui et comment ?

« - Es-tu sûr de ce que tu as vu ? Tu n’as rien bu ou pris ? Montre moi tes yeux, ouvre la bouche.»

L’homme hocha la tête et se laissa faire. Awena le détailla mais ne vit aucune trace d’une quelconque drogue, peut-être était-il sincère.

« - Comment es-tu venu jusqu’ici ? Depuis combien de temps le phénomène a-t-il commencé ? »

« - Je suis venu avec la carriole là bas, elle appartient à mon cousin du côté de … »

Awena se racla la gorge bruyamment.

« - Elle est à vous si vous voulez, les chevaux sont très rapides, il faudrait juste les laisser se reposer une heure ou deux. »

Awena fronça les sourcils.

« - Une suffira amplement. Oui oui, et je vais leur donner à boire et de quoi manger pour qu’ils soient prêts, vous y serez en moins de six heures.»

Awena soupira… six heures … il resterait quoi du phénomène dans six heures … enfin elle n’avait guère le choix de toute façon.

« - Avant de t’occuper de tes bestioles, fais venir le Messager de toute urgence, tu le trouvera dans sa tour. »


Awena attendait patiemment dans la calèche, Le Messager avait envoyé un message à Uridan Sangried et avait essayé aussi d’en faire parvenir un à l’Éclaireur, puis il l’avait aidé à préparer son sac. En moins d’une heure, Awena avait réussi à prendre tout ce dont elle estimait avoir peut être besoin, le Messager ne voyait pas d’un bon œil son expédition, il s’était montré encore plus renfermé que d’habitude et il était là debout à surveiller Larry Bambelle qui s’était assit à la place du cocher.

Awena savait que ce n’était que l’espace d’un instant, que le démon allait arriver, la maîtrise des portails n’était pas un souci pour lui et puis il n’avait jamais ignoré un appel. Elle s’était dit qu’il aurait pu l’amener mais elle avait la santé encore trop fragile pour le suivre et surtout traverser les portails la fatiguerait bien avant d’arriver sur place et personne ne pouvait savoir réellement ce qui était en train de se passer là bas.
Alors qu’elle vérifiait une dernière fois qu’elle avait tout dans son sac, elle entendit un bruit et comprit qu’il venait d’arriver. Elle leva la tête et lui sourit en lui faisant signe de prendre place en face d’elle. Une fois assis, elle tira la porte et fit signe de la main au Messager. La calèche partit sur le chemin cahoteux du manoir, c’était le début d’un long voyage.


« - Bonjour, je suppose que vous avez compris l’importance de mon message, vous en pensez quoi ? Ce pêcheur a-t-il eu des hallucinations ? Est-ce une simple faille ou … quelque chose de plus … grand ? »

Awena l’écouta parler puis ils échangèrent longuement sur le sujet, Awena lui expliqua qu’elle avait aussi appelé l’Éclaireur mais que cela faisait plusieurs semaines qu’elle ne l’avait pas vu. Puis elle montra son tout petit sac, et s’approcha de lui afin de lui montrer toute la magie de l’objet.

« - Il a été ensorcelé, on peut lui mettre des objets en quantité illimité, j’ai préparé beaucoup d’affaires, comme je vous l’ai dit je ne sais pas du tout ce qui nous attends au village de Santébaun. Larry Bambelle est très impressionnable alors j’ai du mal à me fier à son unique jugement mais on est jamais trop prudent.»

Awena dévoila les potions, artefacts, cordes et autres outils qu’elle avait pensé à amener. Elle sortit du sac un pot en verre contenant une drôle de boule d’énergie, celle-ci émettait de temps un lumière aveuglante un peu comme des éclairs.

« - C’est un prototype mais le disciple m’a promis que c’était un puissant bouclier.»

La calèche fit un soubresaut et Awena lâcha sans faire exprès le contenant. Uridan le rattrapa immédiatement, le regarde puis lui rendit.

« - Oui... il faut mieux que je le remette à l’abri. Vous devriez peut être profiter du reste du voyage pour vous reposer un peu non ? Avoir des fidèles fanatiques à gérer ça doit être épuisant !»

Awena se mit à rire en se rappelant la fonction qu’elle tenait au sein de l’Arcane puis elle se reprit, et devint aussi calme que d’habitude. Elle accrocha son sac à sa ceinture puis se cala contre la banquette. Elle avait mal, elle aurait bien aimé poser ses jambes sur la banquette pour se détendre un peu mais lever un orteil lui demandait déjà un effort surhumain. Elle appuya donc la tête contre la vite et regarda défiler le paysage…

Au bout d’un moment, elle regarda à nouveau Uridan, elle se demandait à quoi il pouvait bien penser à ce moment là, il avait du sentir qu’elle le regardait car il leva les yeux pour croiser son regard. Elle haussa les épaules, elle n’arrivait pas à se reposer, elle ne pouvait pas, elle sentait qu’ils approchaient et elle ressentait quelque chose… une sorte d’angoisse sourde et profonde.
Elle détourna son regard pour le poser à nouveau sur le paysage dont le ciel semblait s’assombrir. Une musique lui revint en mémoire, elle ne savait plus où elle l’avait entendue la première fois mais elle se mit à battre le tempo avec sa main.
Alors qu’elle commençait à fermer les yeux, elle sentit la main du démon stopper les mouvements de ses doigts, elle ouvrit les yeux et le regarda, puis son regard fut instinctivement attiré vers l’extérieur, il y avait du mouvement.

Awena avait compris qu’ils étaient arrivés, Larry Bambelle venait d’ouvrir la porte de la calèche et aida Awena à déposer son fauteuil sur le sol de la forêt. Une fois dehors, il leur fit signe de les suivre.


« - Le village est par là, on le surplombera d’ici.»

Awena avec l’aide d’Uridan et Larry progressa sur le chemin accidenté de la forêt et lorsqu’ils arrivèrent au bout de celui-ci, en voyant le village dévasté, elle comprit que ce ne pouvait être l’œuvre d’un démon. Elle allait parler quand elle entendit une branche craquée derrière eux. Elle tourna son regard vers la source du bruit et sortit une fiole de son sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Ven 21 Mar 2014 - 17:38

Spoiler:
 

La sueur gouttait de mon front. Autour de moi, plusieurs mannequins étaient tranchés net. J'avais le souffle court, trop court : j'avais dépensé beaucoup d'énergie pour libérer Awena de l'emprise des artefacts, et si je récupérais mes forces à un rythme régulier, je m'essoufflai encore un peu trop vite à mon goût. Faisant disparaître le sabre-croc, je me dirigeais vers la salle d'ablutions que j'avais installée, un peu en retrait de ma salle d'entraînement personnel : tout ce qui pouvait rappeler que j'avais un corps de mortel était soigneusement caché, afin de ne pas attirer l'attention.

Ouvrant une correspondance, je laissais les eaux froides d'un torrent de montagne laver et ragaillardir mon corps. Je saisis une serviette pour m'essuyer, avant d'ouvrir encore une correspondance pour me rendre dans mes appartements, afin de trouver de quoi m'habiller. Je devais sacrifier des âmes plus régulièrement que nécessaire, et de fait j'avais intensifié le rythme des raids que mon "armée" menait. Je ne pouvais pas me permettre de perdre trop d'âmes si je voulais maintenir ma puissance, mais tous ces combats ne m'aidaient pas à me remettre.

A peine fus-je apprêté que le corbeau habituel se montra. J’allais finir par pouvoir le différencier de tous les autres si le Messager m’envoyait toujours le même. Peut-être devrais-je l’intégrer à ma mythologie, afin de ne pas attiser les soupçons ? Bah, je verrais plus tard, il fallait que je sache ce qu’on me voulait. Je détachais donc le petit rouleau de papier et le lus. Je marquais un temps d’arrêt. J’aurais pu y être en un instant. Même en passant prendre l’œil Noir. J’aurai pu, ne serait-ce qu’y jeter un œil pour savoir à quoi m’attendre. Mais le message était clair : c’était au manoir qu’elle m’attendait.

Je haussais finalement les épaules : elle avait gardé de bien pires séquelles que les miennes, mais elle comme moi n’aurions, pour rien au monde, laissé un quelconque zélote observer le phénomène à sa place. Pour peu, comme elle le précisait, que ce qui se passait n’était pas le fruit de l’imagination débordante d’un village de pêcheur. J’ouvris encore une fois une blessure dans l’éther, et une voix se tut dans mon esprit. Cette fois, je ne pris pas la peine de déboucher à quelques pas du manoir, mais je sortis de l’air libre juste devant elle … et son attelage. Je lançai un regard désintéressé au cocher, lui signifiant simplement que je l’avais vu. Celui-ci se contenta de serrer les rênes et la mâchoire, en fixant l’horizon avec insistance. Le brave garçon. Awena me fit signe de prendre place en face d’elle dans la voiture, ce que je fis.

Awena – Bonjour, je suppose que vous avez compris l’importance de mon message, vous en pensez quoi ? Ce pêcheur a-t-il eu des hallucinations ? Est-ce une simple faille ou … quelque chose de plus … grand ?

Uridan – j’ai envisagé de jeter un coup d’œil avant de venir, mais vous aviez l’air pressée. Si votre témoin est de bonne foi, c’est sûrement plus qu’une faille … ou une faille d’une taille jamais vu. A part ça, la peur ou un sort a pu biaiser sa vue. Quoiqu’il en soit, il va falloir être prudents, surtout vu votre … condition.

J’étais un peu gêné, car visiblement j’avais mis trop de hâte à extraire les objets, et cela jouait sa part dans l’état de santé de la femme. Quoiqu’il en soit, bien que nous tentâmes d’échafauder des explications, nous ne pouvions rien affirmer tant que nous ne serions pas sur place. Elle me prévint également qu’elle avait prévenu l’Eclaireur, et que bien qu’elle n’ait pas répondu présente depuis des semaines, il fallait compter sur son arrivée à un moment où à un autre. Puis elle montra un tout petit sac, et s’approcha afin de m’en parler.

Awena – Il a été ensorcelé, on peut lui mettre des objets en quantité illimité, j’ai préparé beaucoup d’affaires, comme je vous l’ai dit je ne sais pas du tout ce qui nous attends au village de Santébaun. Larry Bambelle est très impressionnable alors j’ai du mal à me fier à son unique jugement mais on est jamais trop prudent.

Tout en parlant, elle produisait un grand nombre de potions, charmes et artefacts, quelques objets utilitaires aussi. Elle avait vraiment paré à nombre d’éventualités. J’eus droit à un petit mot pour chaque, jusqu’à ce qu’elle échappe l’un deux. Je le rattrapai avant qu’il ne touche le fond de l’habitacle.

Awena – Oui ... il faut mieux que je le remette à l’abri. Vous devriez peut être profiter du reste du voyage pour vous reposer un peu non ? Avoir des fidèles fanatiques à gérer ça doit être épuisant !

Nous échangeâmes un rire plus ou moins discret, qui devait hérisser les poils du cocher : elle avait beau jeu de me dire ça, elle qui en faisait autant que moi, sans pouvoirs et dans un état physique déplorable. Cependant, la facilité avec laquelle elle avait laissé échapper l’artefact n’était pas rassurant : il allait falloir la protéger, et je craignais que ça ne soit pas aisé.

Cocher - Le village est par là, on le surplombera d’ici.

Il sortit un fauteuil munit de roues où Awena prit place. Je le remerciai d’un signe de tête, et lui ne se fit pas prier pour rester à l’écart du chambardement. Toute l’ampleur de la scène se dévoila alors devant nos yeux. De loin déjà, nous avions deviné que quelque chose clochait, quelque chose d’énorme. Mais le spectacle qui était sous nos yeux ne laissait aucun doute quant au fait que c’était bien plus qu’un simple démon, ou qu’une simple faille du moins, qui avait provoqué la catastrophe.

Une véritable dévastation, des ruines, et une immense balafre avaient frappé le paysage. Le ciel lui-même semblait vouloir du mal à tous ceux qui marchaient sous sa voûte. Au loin, on devinait le village, au centre duquel une masse non identifiable était allongée. Je pouvais sentir Les énergies malsaines de l’autre monde jusque dans le sol, une corruption sans nom avait pris place ici.

Je souris : ce petit coin du monde avait changé, et si nous comprenions les mécanismes de ce changement, nous pourrions peut-être atteindre le but que l’humaine s’était fixé. J’en étais là de mes réflexions quand un craquement retentit, derrière nous. Alors qu’Awena sortait une fiole de son petit sac, je me retournai d’un bloc, matérialisant le sabre-croc dans ma main. Je reconnus tout de même l‘intervenant, enfin j’étais presque sûr de moi. Je fis la moue.

Uridan – C’est bien toi ? Tu pourrais au moins t’annoncer quand tu débarques comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Ven 21 Mar 2014 - 20:56


Le nez au frais sous une épaisse couche de mousse, la créature semblait sonder le sol à la recherche de quelque chose. Elle progressa ainsi, les fesses en l'air, sur plusieurs mètres. Ayant trouvé l'emplacement idéal, l'être se mit à creuser un trou à l'aide de ses griffes. D'un rapide coup d’œil par dessus son épaule, la tieffeline vérifia que personne ne l'avait suivit puis enterra sa nouvelle trouvaille. Tassant bien le sol, la jeune fille porta un regard amusé à son ouvrage. Coutumière des chasses au trésor, elle avait pris l'habitude d'enterrer certaines de ses trouvailles aux quatre coins de Feleth. Quelques babioles sans grand intérêt qu'elle éparpillait dans tout Feleth. Elle même ne comprenait pas vraiment son geste, elle répondait simplement à ses instincts primaires.

La créature avait quitté le manoir depuis quelques semaines pour retourner à ce qu'elle appelait « l'état de nature ». Cet état où elle se retrouvait libérer de toute contrainte pour mener librement sa vie. Ces pauses étaient indispensables à son équilibre.

Les narines en alertes, l'éclaireuse flaira une piste qu'elle connaissait très bien. Le nez retroussé, elle huma l'air autour d'elle avant d'avancer la truffe au vent. Habile, la jeune fille se fraya un chemin à travers le branchage. De son perchoir, elle pu distinguer ceux qu'elle pourchassait. A ce stade, plus aucun doute quant à l'identité de ses proies. Intriguée, elle se laissa choir derrière eux dans un léger craquement. Féline, elle n'eut aucun mal à atterrir élégamment.

-C’est bien toi ? Tu pourrais au moins t’annoncer quand tu débarques comme ça.

-Que fais tu là ? Pourquoi l'humaine n'est elle pas au manoir ?!

Le visage crasseux, elle s'adressa au demi vampire sur un ton emprunt de mépris. La présence de ses confrères ne lui disait rien qui vaille. Son escapade solitaire semblait prendre fin. Mécontente, la créature à demi vêtue les scruta.

-Oh non non non !! Ne me regardez pas comme ça !!! Je ne viendrai pas avec vous ! Hors de question que je risque ma vie avec elle !

Pointant du doigt l'handicapée, elle s'adressa uniquement au démon et lui murmura :

-J'ai vu cette faille....et crois moi l'humaine ne nous apportera que des soucis....pourquoi l'avoir emmenée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alen'Di Zahard

le Mirage

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Danse-Lame
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 27 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Banni des Sables...


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 23 Mar 2014 - 2:30

Il l'avait vu...
C'était par pur hasard que les pas d'Alen'Di l'avaient guidé vers l'est. Peut-être qu'une ou deux rumeurs l'y avaient porté, mais elles étaient si incertaines que c'était probablement plus par ennui que par intérêt qu'il y avait cru. Des rumeurs parlant d'artéfacts, de trésors. Absolument aucun racontar ne l'avait préparé à ce qu'il venait d'apercevoir dans le ciel. Une vision d'horreur s'était découpée sur les noirs nuages, à travers le rideau de pluie. Le Mirage resta de longues minutes à se tordre le coup, les yeux rivés vers le haut. Que s'était-il passé ? Qu'avait-il vu ? Cela avait duré moins d'une seconde... Mais telle chose ne pouvait être réelle... Au cours de ses vagabondages, le jeune homme avait vu à quel point ce monde pouvait être pourri, tordu et répugnant. Mais cette fois-ci cela ne pouvait pas être Feleth. Malgré la pluie qui tombait drue sur ses épaules, Alen'Di s'assit à même la terre mouillée, massant ses tempes douloureuses. Perdait-il la tête ? Il ressassait des images horribles, qui semblaient vouloir lui arracher les yeux de l'intérieur, lui retourner les tripes comme un gant pour le faire vomir. Lorsqu'il rouvrit ses yeux, la vision d'une monstruosité tentaculaire semblait imprimée sur sa rétine. Il secouait la tête, tenta de se relever. Tituba, puis s'écroula.
Il était terrorisé.
Mais... Cette brume l'appelait. Son coeur voulait céder à cet appel mais sa raison lui hurlait de fuir. Sauf qu'Alen'Di n'était pas un homme raisonnable. Parmi ce chaos de magie noire, il voyait le pouvoir. Un pouvoir qu'il pourrait éventuellement dérober... L'avidité fut ce sur quoi le jeune homme s'appuya pour se remettre debout. Il inspira un grand coup et posa une main sur la garde de son sabre. Il ne savait absolument pas où il allait, il ne comprenait absolument rien à ce qui se tramait. Probablement il allait mourir dans d'atroces souffrances, probablement il allait connaître une fin prématurée. Mais le Mirage sentait au plus profond de son âme que sa place était ici, qu'il était né pour cet instant. Ce sentiment il l'avait déjà ressenti, mais après c'était bien la seule chose qui puisse le pousser à risquer sa vie. Le pouvoir miroitait devant lui, à travers cette brume angoissante. Un rugissement animal retentit et un frisson d'excitation parcourut l'échine du Banni des Sables. La poussière se mit à voleter autour de lui.

- Nous allons bientôt danser, ma douce Lenaa...

Alen'Di commença alors à descendre le versant de la colline sur laquelle il s'était arrêté, juste le temps d'un profond traumatisme. Les visions étaient toujours ancrées au fond de lui, mais sa soif dévorante les avait comme éclipsé. Mais pour combien de temps ? A nouveau le rugissement broya le silence avec fracas, alors que les pieds nus du Mirage l'emmenaient à Santébaun. Ou du moins ce qu'il en restait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cendrane Tyg

La calcinatrice

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Pyrokinésiste
Métier : Alchimiste / Mage / Professeure spécialisée en magie du feu
Croyances : Règne des magies
Groupe : Mages de Beolan

Âge : 26 ans

Messages : 63

Fiche de Personnage : Cendrane Tyg • La calcinatrice


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 23 Mar 2014 - 11:56


— Cendrane !


L'appel de son nom réussit à la tirer de ses pensées. Elle n'avait pas le temps de se lamenter, la gueule immense chargée de bien plus de crocs qu'elle n'aurait du en contenir pour un animal de cette taille qui claquait devant ses yeux fut expédiée dans la brume d'où elle venait par un puissant éclair bleu et elle se releva avec précipitation.

— Merci Traeln, répondit-elle d'une voix saccadée par l'effort.
— Pas le temps pour ça. Il est sans doute encore vivant.

S'était vrai. Le sort avait été puissant, mais cette créature... Horrible parodie de ce qu'aurait été un loup si un artiste fou avait décidé d'y associer tout ce qui fut un jour synonyme de décadence et de perversion. Plusieurs rangées de crocs acérés et recouverts d'ichor noir luisant et nauséabond dans une gueule trop étroite pour les accueillir, une fourrure hirsute, manquante par endroits et où elle aurait juré avoir vu des vers mangeurs de chair, un œil déformé, pendant mollement hors de son orbite et un autre dont la lueur malsaine eut à lui seul suffit pour lui donner des cauchemars... N'abandonnerait certainement pas son attaque si aisément.
Une forte nausée l'envahit, mais elle ne pouvait pas se permettre de baisser sa garde. Forçant son corps et son esprit jusqu'à ses dernières limites, Cendrane réussit à contenir son dégout et sa peur. Elle pleurerait plus tard. Pleurerait son innocence, ses frères tombés, ses parents, son passé. Mais pour l'instant, elle devait faire face.

— Cendrane... Troisième arbre sur la gauche... Je ne crois pas que ce soit le même, il a ses deux yeux.
— Je l'ai.

Effectivement, elle l'avait. Tendant sa main dans la vague direction d'où venait la lueur malsaine de ce qui était sans aucun doute une autre créature infernale prête à bondir, elle sentit la chaleur familière de la magie emplir son corps et se diriger vers son bras.
Tuer celui-là ne suffirait pas. Il fallait leur faire comprendre qu'elle en avait assez. Assez de courir et de fuir les horreurs que le Monde semblait prendre plaisir à lancer sur son chemin. il fallait laisser une impression qui durerait.
Elle sourit, pour la première fois depuis une semaine de fuite, quand la magie s'accumulant donna à son corps une brillance orangée caractéristique et que, petit à petit, de puissantes flammes virent lécher les courbes de son corps.

— Recule Traeln.

Elle ne prit pas le temps de vérifier si son acolyte avait obéis, elle relâcha sa magie. Aussitôt, une gigantesque marée de flammes d'une clarté surnaturelle se déversa sur les créatures.
Le feu prit rapidement, consumant d'une traite végétation, brume, monstres et obscurité.
Quand, enfin, elle baissa le bras, il ne restait devant elle que des braises et des flammes qui s'éteignirent rapidement. Celles qui entouraient la mage, en revanche, continuèrent de brûler avec un éclat renouvelé, et une vive lumière bleutée indiqua à Cendrane que sa petite démonstration avait été inspirante.

— J'aurais voulu ne pas avoir à en venir là.
— Tu vois aussi bien que moi Traeln. Cette brume mange la vie, l'assimile et la recrache sous une forme qui n'est pas naturelle. Et elle fera certainement la même chose à nos esprits si nous restons trop longtemps.
— ...
— Nous allons traverser cette forêt, traverser cette tempête de corruption et ensuite... Ensuite nous trouverons.

Traeln fixa celle qu'il était depuis plusieurs années fier d'appeler son amie. Le feu qui brûlait dans son cœur l'entourait maintenant comme il avait lui-même déployé la foudre qui l'animait. Elle avait quelque chose de majestueux. Mais ce changement était trop rapide, la Cendrane vaniteuse, pleine d'humour, fière de ses actes qu'il connaissait, celle qui pouvait parler des heures de ses dernières découvertes où de comment accommoder un sac avec telle ou telle robe, elle avait disparu. Et cela l'effrayait. Perdre son chemin dans cette brume signifierait la mort, mais se perdre soi-même ? Il ne voulait pas y penser.

— Allons-y.

Elle se mit à marcher, et il la suivit. Le village de Santébaun n'était pas très loin, et de là, ils seraient capable de s'orienter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wolfgang Oxford



________________

avatar
________________


Race : Seraphin-oracle
Classe : Archer
Métier : Musicien
Âge : 23 ans

Messages : 37


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 23 Mar 2014 - 14:22

Au milieu de la nuit, alors que les villageois se dormaient en vue d’une nouvelle journée de labeur, une secousse ébranla la terre. Certains se réveillèrent, mais ne s’affolèrent pas plus de la chose. Il arrivait que la terre tremble à l’occasion et, souvent, bien plus fort que ce qu’ils venaient de vivre. Wolfgang se réveilla et tira machinalement sa dague de sous son oreiller. À demi-endormi, il chercha dans sa chambre le monstre de son cauchemar. L’animal n’avait rien de normal et ses dimensions dépassaient toute imagination. Le jeune homme s’obligea à reprendre le contrôle de sa respiration pour se coucher à nouveau.

Au petit matin, il se leva aussi fatigué que la veille. Il descendit péniblement les marches jusqu’à la grande salle du Poulet Mariné. Amos, le propriétaire, lui apporta son petit-déjeuner ainsi qu’une chope d’hydromel. Le musicien grimaça à la première gorgée. L’arrière goût salé le surprenait à chaque fois.
Son regard se porta sur la salle. Il y avait encore quelques villageois qui traînaient en éloignant ainsi le moment de retourner au travail. Wolfgang remarqua soudain une décoration particulière sur le mur. Il avait exhibé les peaux d’un renard et d’un autre animal.

-Un chien? dit-il plus fort qu’il ne l’avait voulu.
-Ouais, c’est bien un chien. Il devait m’aider à attraper le renard, mais il a mal fait son boulot.

Le rire du tavernier couvrit les discussions. L’archer murmura dans sa chope sa désapprobation. Un chien était de ses animaux liés à l’homme qu’on ne pouvait traiter comme les autres. Il ne put s’adonner plus longtemps à juger Amos. Ce fut alors qu’il terminait son pain que les cris débutèrent à l’extérieur. Les villageois proche de la porte se précipitèrent à l’extérieur. Par la porte ouverte, Wolfgang vit des gens s’enfuir en direction des collines. Il se leva, attrapa ses armes et se dirigea vers l’entrée lorsqu’il fut projeté vers l’arrière par des débris de bois. Il se releva péniblement. Il fit un état de sa personne; aucune blessure grave et que quelques coupures.

Un gémissement le fit tourner la tête. Amos était assis contre le mur, un pieu planté dans sa poitrine.  Les peaux du renard et du chien le surplombaient comme un présage de vengeance. Le jeune homme ne put venir en aide au tavernier puisqu’il vit apparaître, dans l’ouverture laissé par la façade détruite, une bête tirée de son cauchemar. Un ours gigantesque se tenait droit devant lui. Ce n’était pourtant pas la taille de l’animal qui l’horrifia le plus, mais la peau en décomposition qui le fit émettre un hoquet.

-Par tous les dieux, jura-t-il.

Le monstre se tourna soudain vers lui et commença à se frayer un chemin parmi les décombres du Poulet Mariné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Mar 25 Mar 2014 - 22:07

La tempête qui se préparait était splendide d'après les témoins, merveilleuse, sublime...La représentation exact de ce que l'on appelait "chaos" : Une manifestation surnaturelle déformant corps et esprits de la faune et la flore près d'un village d'insignifiant pêcheurs. Une telle description ne pouvait qu'animer la curiosité malsaine du squelette...Et personne n'aurait pu l'empêcher d'y aller.
Allongé sur le canapé en cuir de sa noire charrette, Carl somnolait paisiblement en attendant d'arriver à destination. Le bras gauche touchant le sol et le droit recouvrant son visage, il tentait de ne pas faire attention aux secousses provoquées par les cailloux sur le chemin que Walter, son fidèle homme à tout faire, avait décidé d'emprunter. Certes, sans doute était-ce plus rapide que les grandes routes, mais niveau confort il y avait mieux, beaucoup mieux...Un grognement agacé venant du toit au-dessus fit ricané le nécromancien, visiblement, Morgar non plus n'appréciait pas l'itinéraire choisi.
Une secousse plus impressionnante que les autres manqua de le faire tomber de son lit improvisé...Constatant que de toute façon, sa sieste n'allait pas pouvoir reprendre avant un petit moment, Carl se redressa avant de tirer le rideau de la porte gauche. Depuis combien de temps étaient-ils parti? Une heure? Deux peut-être? Perdre la notion du temps était devenu l'une de ses plus mauvaises habitudes...Avec le fait de passer son temps loin du soleil et des hommes. Enfin. Le paysage avait bien changé, les chemins boueux près de son manoir avait laissé place à d'autres chemins tout aussi boueux mais cette fois loin de tout. Le ciel était gris, le vent froid et la nature affreusement normale. Pas de manifestation surnaturelle notable.
"-Walter?!" S'égosilla-t-il.
"-Monsieur?" Répondit le cocher de son habituel ton neutre.
"-On arrive bientôt? Ce chemin de traverse est insupportable...
"-Il me semble que oui. J'aperçois les restes de la forêt et...Oh, diantre, visiblement vos sous-fifres sont moins pressés que vous, nous les avons semés !
-Je les ai peut-être un peu trop chargé...
-En effet."
Une dizaine de minutes plus tard, à l'orée de la forêt, Carl descendait de sa charrette pour se dégourdir les jambes et respirer un grand bol d'air...Nauséabond. Tandis que Morgar s'étirait avant de sauter du toit pour rejoindre les humains sur le plancher des vaches, le nécromancien plongeait son regard dans la brume ayant recouvert le bois...Elle n'était pas naturelle, non...Pas plus que cette odeur de cadavre qui l'enivrait depuis leur arrivée ici. Son habituel sourire vint déformer son visage enjoué. Un maléfice particulièrement puissant se manifestait ici.
Plus loin sur le chemin, derrière le transport du Squelette, le gros de l'équipe sélectionnée par ce dernier arrivait : Il y avait là deux caravanes, celle de tête se révélait être le moyen de transport d'une quinzaine d'hommes et de femmes assombris ou corrompus, quant à la deuxième, eh bien...
Elle semblait remplie a ras-bord de caisses et de cages vides de différentes tailles.
"-Santébaun est après cette forêt monsieur." Déclara calmement Walter en caressant la crinière d'un des chevaux morts-vivants tirant la charrette.
Carl hocha la tête sans vraiment écouter en observant ses sous-fifres installer leurs transports aux cotés du siens, ses mains tremblaient, et ce n'était pas à cause du froid. Un homme le dépassant de deux bonnes têtes marchait dans sa direction, un bandage sale recouvrant la moitié gauche de son visage carré.
"-Vos ordres monseigneur.
-Installez le campement ici en attendant l'arrivée des autres puis commencer une battue dans la "forêt". Si il y a véritablement des horreurs indescriptible là-dedans, je les veux dans mon laboratoire..."Court silence, le nécromant haussa un sourcil à la recherche de la chose qu'il avait oublié de préciser. "Ah, et trois de vos meilleurs éléments m'accompagneront dans ce fichu village lorsque nous aurons fini les préparatifs, je veux voir l'origine de tout ceci.
-Nous ne sommes sans doute pas les seuls à être attirés par ce phénomène.
-Très juste. Cracha Le Squelette en se fendant d'un large sourire. Libre à eux de venir observer le chaos se répandre, de quel droit serrions-nous les seuls a profiter du spectacle? Laissons-les s'amuser...Mais si un avorton quelconque devient agressif, mettez-le dans une de ces cages...Et faites-le couiner."
L'assombris acquiesça puis se retira pour gueuler diverses instructions à ses hommes, mais Carl avait déjà recentré son attention sur quelque chose de beaucoup plus intéressant : Le ciel. A en juger ces impressionnants nuages gris, même le temps avait décidé de le mettre de bonne humeur, était-ce là les restes d'un orage ? Quel bonheur. D'un ton rêveur, le nécromancien ferma les yeux et murmura pour lui-même.
"-Les cadavres vont se compter par dizaines..."

Hrp : Comme Carl le dit, il désire juste piquer deux trois spécimens étrangement déformés, autant dire que si des bipèdes se trouvent dans la forêt ils ne risquent pas grand chose d'autres que de se prendre des bestioles fuyants ses hommes.

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vektor Noirsang

L'ombre du Squelette

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Traqueur de L'Ordre
Croyances : Nuit éternelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 500 ans

Messages : 24

Fiche de Personnage : Ombre à jamais.


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Jeu 27 Mar 2014 - 15:53

-Dépêche toi, je crois que j'ai entendu quelque chose dans les bois !

-Je fais ce que je peux, cette satané roue est bloquée !

Sur une route déserte, non loin du village de Santébaun, une famille de paysan tentaient de quitter la région, effrayer par tout ce qui c'était produit ces derniers jours. Leur charrette, embourbée, refusait d'avancer. Le couple avait un fils, silencieux mais visiblement apeuré. Le père faisait tout son possible pour dégager la roue mais cette dernière ne voulait pas bouger. Soudainement, un hurlement se fît entendre.

-C'était quoi ?
-Aucune idée.
-Un loup ? un ours ?
-Mais j'en sais rien, calme toi !
-Bonjour monsieur.

Les parents du petit le regardèrent un instant, ce dernier fixait l'avant de la charrette, sur la route, juste à côté des chevaux. Un homme, vêtu d'un long manteau noir, un chapeau sur la tête, se tenait juste là, sans un mot. Le paysan s'empara d'un simple bâton et le pointa dans la direction de l'étranger.

-Qui... qui.., bégaya t'il, que.. qu'es ce que vous voulez ?

Le visage de l'individu était partiellement caché par l'ombre de son couvre chef , on ne pouvait que légèrement distinguer sa bouche. Il s'approcha tout doucement, mettant ses mains en évidence, montrant qu'il n'était pas armé.

-Du calme l'ami, je ne suis qu'un modeste voyageur, je ne suis pas armé, n'ayez crainte. Vous avez l'air en mauvaise posture avec votre carriole, un coup de main ?
- Euh... merci, oui je veux bien...

Les deux hommes dégagèrent la roue sans trop de problème. Cet homme était il tombé du ciel pour leur venir en aide ? Ou bien...

-Vous avez l'air pressé dite donc, c'est en rapport avec tout ce remue ménage ?
-Oui, c'est devenue dangereux dans le coin, plusieurs personnes ont disparu, notre bétail aussi et...
-Et ?
-Tout est devenue si bizarre, je ne veux pas en parler, je veux juste partir d'ici et mettre ma famille en sécurité.
-Je comprends, répondit l'homme en souriant.
-Merci encore, si j'étais vous, je quitterai cette endroit le plus vite possible.

L'étrange personnage ricana et rétorqua ''mais vous n'êtes pas moi''. Cela déstabilisa le père de famille qui s'empressa de remonter dans son véhicule. Au moment où la charrette se mit en mouvement, L'homme en noir se tourna vers l'enfant qui le fixait avec curiosité, tentant vainement d’apercevoir le visage de l'individu.

-Prend soin de toi, petit bonhomme.

Le charrette s'éloigna, puis disparu dans le brouillard.

-Vous deux... suivez les, discrètement.

Deux petites créatures sombres sortir des buissons bordant la route et se précipitèrent tel des chiens de chasse à la poursuite de la charrette. Le corps de leur maître se déforma et dans un nuage de fumée noire, Vektor reprit sont apparence démoniaque. Un autre de ses sbires, des shades, apparu et monta sur l'épaule de son créateur. Contrairement au deux autres qui avait des yeux verts, les siens arboraient une couleur toute autre : rouge.

-On va jouer avec eux ?
-Plus tard Grey, nous avons à faire.
-Bien, ça va être drôle, tu me laissera l'enfant ?
-Lequel ?
-Celui qui est dans le ventre de la femelle.
-Si tu veux.
-Excellent !

Le shade ricana, puis se figea. Il se mit à renifler, à droite, puis à gauche. Il regarda ensuite en direction de la forêt sombre.

-Y'a une odeur de cadavre en décomposition par là bas mais elle est bizarre, il renifla encore une fois, ça se déplace. C'est... une odeur de cheval mort... qui se déplace.

Vektor plissa les yeux et fît un signe de tête. Greyback sauta de l'épaule de son maître et sprinta à une vitesse effrénée à travers la végétation, se rapprochant toujours plus de l'origine de cette odeur si particulière. Le petit démon se retrouva très vite à côté d'une clairière où des hommes vêtu de noir s’affairaient à bâtir une sorte de campement. Il repéra une charrette tirait par deux chevaux mort vivant, ainsi qu'un homme chevelu... qui regarder dans sa direction. Grey lui fît un « coucou » de sa main griffue tout en dévoilant ses dents acérés. Le concerné, hurla alors des ordres tout en montrant la créature qui venait de le saluer. Le shade, retourna alors en direction de Vektor mais à allure réduite, juste assez pour que ses poursuivants puissent le suivre.

-Le boss va être content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

avatar
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


MessageSujet: La renaissance de Melchior   Ven 28 Mar 2014 - 13:09

Je me rappelais de tout. Soudain, ma haine envers le Vein, l'épuisement psychologique juste après avoir traversé une faille, la peur qui s'insinuait en moi à chaque fois que j'essayai de me rappeler exactement ce qu'il se passait à l'intérieur d'une faille, tout cela venait de trouver un sens maintenant que j'en avais empruntée une pour la quatrième fois. Pendant que Goudwin, le cadavre ambulant, maintenant inerte pour de bon, et moi nagions dans les méandres chaotiques du passage dimensionnel, mes souvenirs de mes précédentes expériences dans ce gouffre revenaient peu à peu en mémoire. J'eus un frisson d'horreur en voyant l'esprit de Melchior approcher rapidement du mien de tout son poids spirituel, comme les trois autres fois. Il m'attaquait de toutes ses forces pour détruire mon esprit et prendre possession de mon corps. Mais je réussissais à le repousser temporairement à chacune de ses tentatives. Je me sentais tellement vulnérable que je hurlais en érigeant des dizaines de boucliers anti esprit démoniaque, un pouvoir que j'avais acquis à force de me battre contre Melchior sur Feleth. J'avais peur, très peur... La peur de tout perdre dans ce bain maléfique... Ma tête, si elle était encore là, devait chercher n'importe quelle ouverture pour fuir, puisque le corps se faisait aspirer complètement. Bizarrement, le voyage durait bien plus longtemps qu'auparavant, comme si des perturbations externes retardait notre arrivée. Il n'en fallut pas plus pour pousser l'esprit contenu dans la pierre, L'objet que nous étions venus chercher dans le monde des démons, pour prêter main forte à l'épée démoniaque.

Mes barrières tombèrent les unes après les autres, avec une rapidité qui m'horrifiait. Je voyais la mort en face cette fois, qu'avais- je fais pour mériter un tel sort? Non, ce ne serait pas la mort, c'eût été préférable vue la situation. Si mon épée démoniaque et cette pierre électrique venaient à gagner, je n'aurais même pas la possibilité d'aller dans une quelconque après vie, mon âme rejoindrait le néant... Depuis quand étais- je croyant? Bien sûr qu'il n'y avait pas d'au-delà! Le néant était le lieu de retour -ou le non lieu- de tout ce qui venait à mourir. Voilà pourquoi la mort n'avait rien de glorieuse ni d'héroïque, peu importait la raison. J'avais toujours vécu à fond pour cette seule raison, sans me préoccuper des conséquences. Mettre ma vie en danger pour une juste cause ne m'avait jamais intéressé, aucune d'entre elle ne me redonnerait la vie que j'aurais alors perdu. Peut- être que c'était la raison de mon malheur présent, le fait de n'avoir agit qu'en véritable égoïste sans jamais chercher à servir les hautes idées? Encore une fois, je me remettais à croire à une puissance supérieur qui me punissait, alors que c'était impossible! Tout cela n'était que connerie, le monde était un foutoir et puis c'était tout! Et, après le dernier assaut des deux créatures démoniaques, poussant un dernier cri de courage pour faire honneur au dernier orc-elfe que j'étais, mon esprit se volatilisa.

Quand j'ouvris les yeux, j'étais genoux sur le sol poussiéreux d'un cratère. Dans mes bras, le cadavre ambulant que l'orc-sans-cervelle avait capturé semblait me regarder, il avait lui aussi les yeux ouverts. Mais attendez... J'avais des yeux!? C'était vraiment bon! Un large sourire se dessina son mon visage alors que je jetai le corps par dessus mon épaule en me relevant. Je fis jouer mes doigts, des doigts d'orc- elfe, en les regardant bouger avec satisfaction. Ayant vu le puant le faire à plusieurs reprises, j'entamais des étirements qui firent craquer mes articulations, propageant de délicieux chocs dans tout le corps. Mon excitation montait à chaque seconde, il me fallait le temps de me rendre compte que j'étais de chaire, ce qui n'était pas arrivé depuis au moins un millénaire! Je ne pus retenir plus longtemps un rire de joie qui me fit tousser car ma gorge était légèrement douloureuse. Cet enfoiré avait essayé d'abimer mon nouveau corps en criant comme un taré tout le temps de notre affrontement spirituel, quel mauvais perdant alors! Bon, maintenant, que devrais- je faire? Ah oui, j'étais venu accompagné si je me rappelais bien, d'une sorte d'orc sans cervelle mais avec une cervelle. Alban le nommait Gourdin, ou parfois Dragon quand il n'avait pas la flemme. Ni une ni deux, je décidai de jouer le Alban Chaos un petit moment pour voir si cela m'amuserait. Je jouerai son rôle le temps qu'il faudrait, ses aventures devaient être intéressantes pour qu'il arrive à entraîner des gens avec lui. Je devrais tout d'abord plonger dans ses souvenirs et en sortir tout ce qu'il me faudrait pour penser comme lui afin d'être sûr de bien me comporter. Je ris en me disant que j'étais tombé bien bas pour vouloir aller jusqu'à imprimer le cerveau d'une saleté d'orc, c'était bien parce que je pensais y trouver mon compte! Malheureusement, en faisant cela, une douleur aiguë me prit à la tête, une douleur qui me fit retomber sur les genoux, le visage crispé. Je me tenais la tête des deux mains en essayant de réprimer des cris. Un moment, je crus en avoir lâché sans le vouloir, alors qu'ils venaient de plus loin. Au-dessus de la crevasse, une créature venue d'une autre monde terrorisait la population. Mais ce n'était pour l'instant pas une priorité pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 30 Mar 2014 - 16:50

HRP: un long pavé pour juste dire ce qu'il se passe avant que je n'arrive, ça fait pas avancer le scénario vraiment, ça me fait juste avancer moi. Lisez si vous le voulez ou non, sachez juste qu'à la fin, j'ai rejoint le Squelette.

Un nouvel ouvrage... Un nouveau grimoire que l'Ombre venait d'achever. A ses côtés, Drael'Nar l'observait, tandis qu'il parachevait son récit.
Darion, était là, seul, et pourtant si entouré. Cela faisait quelques temps qu'il avait entamé son écrit, et à présent, les ouvrages relevaient plus des théories sur la magie noire, et sur Orfol. Se relâchant en arrière, afin de s'adosser sur son siège, le régent du crépuscule observait le vide devant lui. Il y avait un trait qui dominait le flot continu de sentiments qui se mélangeaient en son être.

Se relevant finalement, l'Ombre quitta la bibliothèque, sa compagne le suivant en silence, ne voulant briser les pensées de son amant. Il lui était difficile de ne pas s'imaginer la perdre, de ne pas voir tout ce qu'il avait construit avec Carl s'effondrer en quelques instants à cause d'un être perfide et assoiffé de pouvoir, qui ne voulait que leur destruction. Plus que tout, voir ses proches disparaître était une chose qu'il ne voulait pas, au delà de la peine mentale, ils étaient la seule barrière, la seule chose qui le discernait d'Orfol. Le fragment qui avait fusionné avec son être, réclamait sang et âmes. Lui, ne réclamait que le chaos, mais ne voulait pas voir tout détruit. Pourtant, il voyait des mortels périrent tous les jours, des familles se briser pour des conflits stupides, des amitiés se briser bêtement, et la mort, toujours présente pour rappeler à ces derniers qu'elle était leur seule déesse. Pourtant, cette dernière ne pouvait plus le prendre lui. Même si tout le monde autour de lui venait à disparaître, il ne serait plus que là, seul dans sa puissance, seul dans sa mélancolie.

Darion attrapa son torse et tira sur sa tunique, au niveau de son cœur qui n'était plus présent. Ce flot continu d'émotions, faisait qu'il ne ressentait plus qu'un vague souvenir de son propre ressentit. Tous les souvenirs qui se mêlaient aux siens faisaient que l'Ombre ne se souvenait que difficilement de son enfance. Qu'est-ce qui faisait qu'une vie méritait d'être vécue? Si, au moment de rendre son dernier soupir, on ne pouvait voir ce que l'on avait accompli? Soupir...Voila même qu'il se rendait compte qu'il n'avait même plus l'obligation de respirer pour subsister. La magie subvenait à tous ses besoins, et pourtant, un vide subsistait, qu'il ne comblait qu'en prenant de nouvelles âmes. Les battements de cœur qu'il entendait au moment où il arrachait la vie d'un homme le nourrissait plus que tous les aliments du monde. Et en ce moment, il n'était plus distrait par les massacres. L'Ordre avait atteint un niveau de puissance qu'il n'aurait put espérer, un niveau tel qu'il ne lui était même plus nécessaire de se rendre sur divers événements pour remporter la victoire de façon écrasante.

Voila sûrement une des choses qui l'agaçait le plus. Signer des contrats, corrompre un noble... Il n'y avait plus vraiment d'actions. Fort heureusement, la recherche, l'écrit et le savoir sauvait les meubles lui apportant l'occupation qui lui était nécessaire. Marchant en silence en direction du portail noir qui scellait les Remparts Nocturnes, il bougea simplement la main vers la droite tandis que Drael'Nar reprenait sa place derrière lui sous forme de faux. Il traversa la porte magique, et se retrouva au milieu d'une plaine. Concentrant son pouvoir, Darion sentit qu'une ville se trouvait non-loin. Une petite forteresse dirigée par un duc qui tentait de résister à l'Ordre, et n'avait pas encore reçu la visite de la cabale de l'Exécuteur.

L'Ombre remit une mèche de cheveux en arrière, alors que de la fumée noire recouvrait son corps peu à peu, en l'espace de quelques secondes, il s'était changé, et était de nouveau sous sa forme draconique. Battant furieusement des ailes, il s'éleva dans les cieux et observa quelques instants la future cible de on appétit. Tel un nuage noire, il passa au dessus de la cité, masquant le soleil lors de son passage. Au sol, les ombres se mouvaient petit à petit, laissant apparaître des élémentaires d'ombres, vecteurs de la rage du dragon crépusculaire, et semeurs de chaos. Rugissant, Darion lâcha une gerbe de flamme aussi noire que la nuit sur les bâtisses, les laissant en flammes lorsque ces dernières ne disparaissaient pas dans les ombres. Avec ses pattes, il attrapa une quinzaine d'hommes qui tentaient de lui tirer dessus avec leurs flèches. Reprenant ensuite de l'altitude, un carreau traversa sa poitrine, laissant seulement un trou qui se régénéra instantanément. Il ne fallut au régent du crépuscule qu'une vingtaine de minutes pour réduire une cité entière en cendres. Tous furent dévorés ou simplement tués. Seul un enfant, fut laissé vivant, afin de transmettre le message de l'Ordre: soumission, ou mort... Voir pire.

Reprenant forme humaine au milieu des cendres, l'Ombre observa les alentours, les cadavres sur lesquels il marchait, un sourire en coin. A ses côtés, Drael'Nar apparut, posant la main sur son épaule après avoir observé un charnier qu'ils avaient provoqué. Darion se retourna alors et la dévêtue, avant de se mêler à elle, sur le tas de cadavres encore chauds. Une fois cela fait, le couple se remit en route, marchant doucement vers l'Est. Sur sa route, Darion soudoya un groupe de bandits, afin de les voir tuer, piller, violer en son nom. Le plaisir vicieux qu'il ressentait n'émanait pas de son être mais de la magie qui coulait en lui, même si avec le temps passant, le régent du crépuscule commençait à se poser la question. Claquant ensuite des doigts, Darion assassina tous les bandits qu'il avait au préalable acheté. Voir leur visages stupéfaits lorsqu'il les démembrait ou leur arrachait le cœur, était un spectacle particulièrement agréable qui tira même à l'Ombre un petit rire sadique. Par la suite, lui et sa compagne atteignirent un petit hameau, où le couple usa de sa magie pour corrompre les villageois, et tuer les résistants. Une fois cela réalisé, ils regagnèrent les Remparts Nocturnes, afin de se changer et de préparer la suite des événements.

Darion convia trois assombris après avoir reçu un corbeau lui parlant d'une zone où le chaos se répandait. Trois personnes, qui l'accompagneraient dans sa campagne, trois êtres dont la cruauté et la dévotion à l'Ombre n'avaient pas d'égales.
Yvan, le premier d'entre eux, était un enfant de sept ans. Sa peau était d'une pâleur incroyable, ses cheveux noirs mi-longs tombaient en boucles, ses yeux rubis inexpressifs laissaient à toute personne croisant son regard un profond sentiment de malaise et sur son front se trouvait un tatouage représentant le symbole de l'Ordre.
La deuxième, Tristia, était une femme particulièrement ravissante, à la chevelure d'ébène dont les pointes étaient teintes en bleues. Ses yeux noisette laissait paraître une personnalité instable et sulfureuse. Son corps fin était recouvert d'une tenue en cuir renforcé, dont les ornements dorées tranchaient avec le noir de ses vêtements. Seul son dos restait nu, où la marque de l'Ordre était tatouée et clairement visible.
Le dernier enfin, Vulcan, était un homme d'une quarantaine d'année. Ses cheveux poivres et sels étaient coupés courts et une barbe taillée marquait son visage dur. Des yeux verts se trouvaient sous ses sourcils épais et affichaient son air blasé. Son corps était massif et ses muscles saillants. Une armure de cuir et d'acier le cernait, laissant seulement son bras gauche dénudé. Sur son épaule, se trouvait le tatouage représentatif du groupe, le symbole de l'Ordre.

Le trio s'agenouilla donc devant son maître, et une fois que Darion leur fit signe de se lever, Vulcan décida de faire résonner sa voix grave.

- Maître, où allons-nous? Cela faisait un moment que vous ne nous aviez pas convié.
- Nous nous rendons à Santébaun. Des choses se passent là bas, et je sais que le Squelette s'y est déjà rendu, il est temps pour nous de le rejoindre.
- Selon votre volonté seigneur, nous vous suivrons.

Prenant chevaux et autres moyens de transports, il ne fallut pas longtemps au groupe pour quitter le repaire de l'Ordre et rejoindre leur lieu de rendez-vous. Apercevant le campement de l'Ordre, Darion laissa ses sens voguer au loin. La magie qu'il ressentit, le bouleversement que cela provoquait, le chaos présent.... Tout cela ne réveillait en lui qu'un seul sentiment... L'extase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilium Merylwoods

Assombrie | L’enflammée.

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleuse
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Athée
Groupe : Ordre du Crépuscule

Âge : 21 ans

Messages : 41

Fiche de Personnage : Le journal intime


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Lun 31 Mar 2014 - 4:54

Dans les jours qui avait précédé cette journée-là, l'ensorceleuse c'était rendu à Béolan pour acheter de nouveaux exemplaires de livre ainsi que quelques babioles qu'elle avait promis d'offrir à son amie Avalon. Bien entendu la demoiselle n'avait pas pu s'empêcher d’arrêter voir quelques spectacles interprété par des artistes ou bien des bouffons, qui se situait sur son chemin. La dame appréciait ce genre de divertissement qui était typique des humains, ce n'était pas grand-choses pour elle, mais c'était amusant. Elle avait passé deux ou trois jours la-bas avant de revenir sur le chemin en direction d'Hyrule. Pour ce faire, la dame devait passer par le petit village de Santébaun ainsi qu'une partie de la forêt. Ce voyage lui prendrait au moins une journée, comme à l'habitude. Toutefois, quelques choses étaient différents. Il était bien rare que l'ensorceleuse ressentait cette puissance dans l'air, mais c'est bien ce qui c'était produit. En temps normal, Santébaun était un petit endroit calme et serein ou il faisait bon de vivre, mais pas aujourd'hui.

La femme avait soupiré en transportant ses sacs emplis de ses trouvailles venant tout droit des marchés de Béolan. Ceux-ci menaçait de défoncer tellement Lilium leur avait donné du contenu. Malgré tout, c'était pour une bonne cause, c'était pour son amie, Avalon. Celle-ci n'avait pas pu y aller elle-même, car elle était prise dans un conflit familial. Voilà une raison de plus pour laquelle Lilium était heureuse de ne plus avoir de famille. Celle-ci se trouvait présentement sur son cheval, Darnar, en direction de Santébaun ou elle s'arrêtait normalement avant de reprendre le chemin vers Hyrule. Cet endroit était magnifique et calme malgré que les bourgeois qui y vivaient ne l'était pas toujours. Mais alors qu'elle commençait a pénétrer dans la forêt elle avait sentie une secousse assez violente qui l'avait faite tomber de son cheval. Ses sacs s'étaient également déversé sur le sol boueux qu'était celui de la forêt après une averse de pluie.


<< Sacrilège! Mais qu'es-ce que c'est? Je n'ai jamais rien vu de tel dans ce secteur! >>

La femme avait attendu que le mal passe pour se relever afin de ne pas retomber et regardait au alentour. Depuis qu'elle vivait dans ce coin, jamais elle n'avait vu de choses semblables. La dame avait pu apercevoir un arbre longent la route un peu plus loin. Les animaux criaient et s'enfuyait devant ce chaos qu'avec provoquer le séisme. Lilium, elle n'avait pas peur, elle aimait bien cette situation c'est pourquoi elle avait voulu remonter sur son cheval et reprendre ses sacs boueux pour repartir, mais son cheval ne voulait pas la même chose qu'elle. Au moment ou elle allait embarquer sur son dos, il s'était enfuit au galop. L'ensorceleuse l'avait donc perdu de vue pour ensuite soupirer. De toute façon, elle en trouverait bien un autre pour remplacer celui-là, comme à l'habitude. La femme avait continué sa route à la marche afin de se rendre à sa destination, c'est-à-dire, le village de Santébaun. C'était plus fort qu'elle, la dame mourrait d'envie de savoir ce qui se passait la-bas. Tant pis pour les babioles d'Avalon, elle allait devoir attendre, car la curiosité de la dame l'avait amené jusqu'aux lieu de l'événement et pour rien au monde elle aurait voulu manquer cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lumina Zar'kin

La Métamorphe Obscure

________________

avatar
________________


Race : Seïrdan/Vampire
Classe : Mage obscure
Métier : Pirate/Esclavagiste
Croyances : Dien du sang
Groupe : Ordre du Crépuscule

Âge : 1103 ans

Messages : 13

Fiche de Personnage : Fiche de Lumina


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Lun 31 Mar 2014 - 22:15

Lumina était en plein combat contre certains magiciens qui la traquait depuis bientôt une semaine. Depuis qu'elle commença à détruire des village entier pour le compte de l'Ordre du Crépuscule, elle était traqué partout. Lumina commençait même à avoir un paquet de surnom qui faisaient frissonner les villageois qui entendaient parler d'elle. On la nommait la plupart du temps: Le fléau de l'océan, de loin son préféré (normal c'était une pirate), la Vicomtesse obscure (puisqu'elle avait prit la place du Vicomte sur l'île de Nifelheim) et même: le coeur noir. Tous ces surnoms la rendait fier, fier de sa cruauté et de sa suppériorité. En fait, les seul qu'elle considérait supérieurs étaient Darion et le Squelette, Lumina était sans doute l'une des plus vieille de l'Ordre également, ayant plus d'un millénaire, mais ne ressemblant qu'à une fille de 18 ans au maximum.

Mes frères, il faut à tout prix la supprimer pour ne plus qu'elle terrorise tout Feleth.

Me supprimer? Même si vous veniez à dix, je vous supprimerait pareil. J'ai rarement vu des magiciens aussi incompétents tel que vous cinq.

Elle a jadis été congelé pendant des siècles, elle ne doit pas être si puissante qu'elle ne le prétend.

Vos ancêtres étaient bien plus compétents que vous, je doit l'admettre.

Elle ne prit pas le temps de les laisser parler qu'elle matérialisa une boule de feu noire dans sa main droite, pour viser ensuite le magicien à l'extrême droite, le carbonisant. Le pire c'est qu'elle ne se forçait même pas, quels magiciens de pacotille se dit-elle. L'un d'eux lui lança un éclair mais Lumina bloqua son coup juste à temps avec un bouclier de glace. Certe, les sorts élémentaires des mages obscurs étaient moins puissant que les originaux, mais la puissance de Lumina dépassait de loin celle des cinq magiciens.
Puis, tout à coup elle ressentit une grande secousse qui la déstabilisa en la faisant tomber, elle et les magiciens, par terre.

Mais qu'est-ce que, c'était quoi ça????? Désolé les gars, mais j'ai pas le temps de faire joujou avec vous plus longtemps, quelqu'un d'autre va s'en charger.

Elle invoqua un lézard géant d'ombre pour tuer à sa place. Il devait bien faire trois mètre de hauteur et rugissait tel un volcan en irruption. Puis, la mage obscure siffla avec ses doigts pour appeler Anivia, son Garuda de compagnie, qui arriva aussitôt. Elle monta sur son dos et s'envola en direction du repère de l'Ordre, qui n'était pas très loin de sa position, pour en parler à son chef, Darion. Elle y arriva quelques dizaines de minutes plus tard, où Anivia atterrit devant lui et trois autres personnes qui le saluèrent en se courbant. Elle détestait particulièrement Tristia, Lumina la considérait un peu comme une rivale, rivalisant avec elle sur la beauté. D'ailleurs, le dessin de l'Ordre était aussi dans son dos, mais sur sa veste noire, qui finissait en cape vers le bas. Elle fit comme les autres en saluant Darion en se courbant.

Seigneur Darion, avez vous ressentit cette secousse? j'étais en train de rôtir quelques magiciens mais finalement j'ai laissé la tâche en invoquant un lézard pour faire joujou avec eux, puis je suis partit sur Anivia jusqu'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Sam 12 Avr 2014 - 8:25

« - Dansez... Petites flammes... Dansez. »

Sussurait la voix de l’exécuteur, tranquillement installé sur son siège, les yeux fermés et la main reposée sur la garde d'Ombrepeste. Des jours qu'il avait décidé de se reposer, son esprit tourmenté par de récentes rencontres qui avaient su ébranler son incroyable volonté.

« - Dansez, petites flammes... Car de réchauffer mon âme... Vous seules en êtes capables... »

Ouvrant doucement les yeux, il regardait devant lui alors que de nulle part se matérialisais un petit feu follet qui dansait paisiblement, la flamme étais d'un bleu étincelant et s'animait devant ses yeux. Un début de sourire décora la commissure des ses lèvres tandis qu'il reposait sa joue dans sa paume droite, le regard de l’exécuteur s’adoucissait devant cette étrange flamme qui le réchauffait. Ombrepeste vibra avant de disparaître dans les ombres qui se cachaient derrière son trône de marbre et que la flamme se rapprochait. Stilgar appréciait vraiment cette petite flamme qui dansait et virevoltait gaiement en face de lui, elle se rapprochais, indéniablement. Mais l'exécuteur ne ressentais aucune crainte face a ce feu-follet.

« - Qu'est-tu donc, petite flamme ? Pour réussir a m'apporter cette chaleur familière ? »

Aucun mot, la flamme s'approcha de son visage tandis que l'ange lui présenta sa paume droite pour qu'elle vienne s'y réfugier, sans s'en rendre compte. Les ombres dans son dos commencèrent a frémir étrangement, quoi qu'aurais pu être cette flamme, Ombrepeste ne l'appréciais pas. Soudainement son bras droit se contracta et sa paume se referma en une tentative d'écraser la flamme dans son poing. Des veines venaient saillir son front tandis qu'il le reposait contre ses doigts. Son visage se crispait dans une intense grimace de douleur tandis qu'il contractais de plus en plus le bras droit. Une sensation étrange venait de le frapper, une sensation qui réveillais de vieux souvenirs d'un passé glorieux. L'espace d'un instant, son regard perdit son intensité électrique pour prendre une teinte d'améthyste avant que l'éclat ne revienne plus puissant que jamais. Brisant les accoudoirs de son trône d'une pression de ses mains, il se redressa en poussant un hurlement de colère et de douleur.

Ce faisant, une tempête se déclencha dans l'aile de la foudre, des arcs électriques zébraient le long des couloirs, les malheureux qui s'y trouvaient se retrouvèrent terriblement brûlés, mais pas tués. Protégés de la totalité de la puissance des éclairs par d'ingénieux réceptacles en cuivre qui emmagasinaient les charges électrique et les libéraient loin de toute forme de vie.

Dans un geste rapide, Ombrepeste se manifesta a contre-coeur, prenant la forme d'une hallebarde adyrilienne tandis que Stilgar déploya ses ailes dans un mouvement majestueux et s'envola par l'ouverture de son antre. Partant sans prévenir qui que ce soit de la destination de son voyage.

Ce fut après quelques heures que l'ancien général arriva a un village a la proie du Vein. Inspirant longuement, l'air commença a être chargé tandis que d'imposants nuages d'orages se condensèrent au dessus de la ville. Un hurlement de rage fendit les airs tandis que l'Exécuteur étais en proie a ses propres démons. Plongeant du ciel avec une vélocité incroyable, il visa l'énorme masse brunâtre qui se tenait au dessus de ce qui semblait être un puit et la pourfendit avec une facilité étonnante. Libérant une intense charge électrique a l'impact, Stilgar pensait avoir tué la bête et se redressa tandis qu'Ombrepeste fut simplement chassée. Levant le visage vers les cieux, il poussa un hurlement de rage avant de se retourner, les ailes déployées et les poings baignés de zébrures électriques.

Incertain de savoir si la créature avait été tuée, il se rua vers elle.


Citation :
Si il y'a une petite erreur, envoyez moi un MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Synëal Muspell

♘ | le Botaniste Ardent

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Ensorceleur
Métier : Botaniste
Messages : 174

Fiche de Personnage : Le Botaniste Ardent


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 13 Avr 2014 - 20:53


Les échos du choc entre le Vein et Feleth se sont répandus comme des vents lourds, emplis de murmures d'angoisses et de chuchotements dans l'obscurité. Des troupes de soldats sont dépêchés dans les grandes villes, mais il leur faudra des jours pour atteindre l'épicentre du phénomène et davantage de temps pour le résoudre. Des groupuscules divers, issus de milieux et ethnies différents, convergent vers Santébaun avec des intentions plurielles dont leur dichotomie pourrait bien accélérer la progression de cette anomalie. Les projets de ces inconnus et étrangers ne sont pas, pour la plupart d'entre eux, des plus débonnaires et ceux qui craignent que le monde s'effondre en cet instant sont bien moins nombreux que ceux qui comptent en tirer un bénéfice malsain.
Les cris d'alerte des villageois s'éteignent au fur et à mesure que les minutes passent, ne laissant bientôt plus qu'un silence mortuaire. Valeureux miliciens ou voyageurs égarés font de leur mieux pour éviter le courroux de l'engeance qui déverse sa fureur sur ces pauvres individus, mais qui pourrait contenir pareille monstruosité ?
L'espoir semble renaître lorsqu'un guerrier des plus téméraires surgit du chaos pour asséner un coup prodigieux à la créature immonde. Ses entrailles s'ouvrent et libèrent quantité d'entrailles fumantes et purulentes. C'est l'occasion rêvée pour les survivants de s'extirper de ce cauchemar et fuir le plus loin possible. Mais la menace est d'autant plus importante lorsqu'elle profite de l'accalmie et se nourrit de la mansuétude pour revenir du néant...


- - -

 «  Est-ce que vous m'entendez ? Hé là ? Desmond, bouge ça. »

L'auberge du Poulet Mariné avait été éventrée par la façade et les murs qui nous entouraient menaçaient de s'effondrer d'une seconde à l'autre. De fines pluies de poussière arrosaient notre cape et manteau dans un chuchotement cajoleur. Le plafond émit une protestation sonore, laissant tomber de son sein copeaux et grains, mais il survécut encore à son agonie, nous permettant de dégager quelques planches et d'y trouver l'inconnu coincé en-dessous. Je saisis à pleines mains une poutre et la fit glisser sur le côté afin de lui permettre de se relever.

« Vous êtes conscient, très bien. Il nous faut bouger d'ici immédiatement ou tout l'établissement nous tombera dessus. Vous pouvez marcher ? » , fis-je en lui tendant la main.

Le vent se mit à siffler. Non. Ce n'était pas le vent. Le son qui résonnait dans Santébaun se changea lentement en un cri tonitruant, un cri désincarné venu des profondeurs de la forêt. Une volée d'oiseaux décolla des cimes dans un concert de trilles. La puissance de sa tonalité fut elle que les fondations de l'auberge en vibrèrent. Telle une bourrasque, le vagissement de cauchemar couvrit les clameurs du village, et les occupants durent se boucher les oreilles un court instant. L'éclat s'éteignit aussi vite qu'il était survenu, ne laissant plus qu'un vague traumatisme auditif.

La carcasse du monstre affaissée frémit. Une forme dégoulinante de fibres sanglantes jaillit de son sein, d'abord en dérapant dans les cailloux cramoisis puis en se redressant avant de s'ébrouer. Une autre abomination la suivit, déchirant sa couverture opaque d'un coup de crocs, ouvrant alors le spectacle sur son corps dégarni de chairs, saillant de muscles noueux. La première chose fut bousculée par une troisième, toujours couverte d'un placenta épais qu'elle ne tarda pas à lacérer à coups de griffes. Elles-mêmes durent laisser à la place à une, deux, puis une dizaine d'autres bestioles affamées qui claquèrent des crocs en balayant les rangs de villageois et miliciens de leurs yeux globuleux.

Le beuglement strident reprit de plus belle, ce à quoi les charognards extirpés du corps de l'ours géant répondirent par un hululement sinistre.

- - -


Ordre de passage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Sam 19 Avr 2014 - 22:24

Awena sourit et rangea sa fiole quand elle comprit qui venait de se joindre à eux. L’Éclaireuse, se tenait là derrière eux, elle semblait avoir vécu à la sauvage pendant son absence. Elle était pleine de terre et à moitié dénudée. Awena ne prononça pas un mot et laissa Uridan mener la conversation. Les voir se chamailler la faisait sourire.

Uridan – C’est bien toi ? Tu pourrais au moins t’annoncer quand tu débarques comme ça.

- Que fais-tu là ? Pourquoi l'humaine n'est elle pas au manoir ?!

Awena la fixa un instant, soit elle ne pouvait plus marcher mais elle n’était pas non plus bonne à rester enfermée, mais elle savait qu’au-delà des apparences, la tieffeline disait ça pour son bien. Elle montra juste du doigt le ciel et cette énorme masse ressemblant à un énorme panda ou peut-être un ours.

-Oh non non non !! Ne me regardez pas comme ça !!! Je ne viendrai pas avec vous ! Hors de question que je risque ma vie avec elle !

Awena la regarda et voulut lui répondre que la dernière fois sur la plage, c’était grâce à elle et ses artefacts qu’elles s’en étaient sorties indemnes toutes les deux, mais la chipie murmura une phrase à l’oreille du démon. Et si Awena avait lu correctement sur ses lèvres, elle parlait d’elle … comme d’un fardeau. Awena serra les mains sur son fauteuil puis leur lança un regard noir.

« - Je vous en prie, ne vous gênez pas pour moi !»

Quelques fragments de seconde plus tard, le ciel s’assombrit encore plus et un éclair vint frapper le village Santébaun et plus précisément la chose, comme ci c’était elle la cible de cette attaque. Awena allait parler quand un cri assourdissant résonna. Par réflexe, elle colla les paumes de ses mains sur ses oreilles pour en diminuer l’intensité et protéger ses tympans. Cependant, elle garda ses yeux aussi grands ouverts que possible, il se passait quelque chose en contrebas, au cœur du village. L’ours  enfin ce qui l’en restait pourrissait à la vitesse grand v, on aurait dit que tout se passait en accélérer. La mort de la chose (enfin si tant soit peu cette chose pouvait mourir) aurait du mettre fin au vacarme qui régnait mais celui-ci semblait s’amplifier.

Awena devait voir ce qui se passait réellement en contrebas, elle approcha son oreille de son épaule afin d’en bloquer un peu le son et fouilla dans son sac de sa main libre. Alekseï Rytchkine le scientifique lui avait conçu un appareil pour voir plus loin. Et elle l’avait mis dans son sac, elle finit par mettre la main dessus et regarda rapidement à travers l’objet. Et ce qui se passait en bas était au-delà de l’inimaginable…
Elle reposa l’objet sur ses jambes et bloqua à nouveau le son avec ses mains. Elle ne savait plus quoi penser, et si quelqu’un avait par un heureux hasard réussi à provoquer seul tout ça ? et si elle pouvait le trouver et lui parler … peut être que l’Arcane réaliserait enfin son objectif final…

Awena se mit alors à réciter l’extrait d’une ancienne poésie d’un dénommé Thomas Stearns Eliot


« - Entre l’idée
Et la réalité
Entre le mouvement
Et l’acte
Tombe l’Ombre
Car Tien est le Royaume
Entre la conception
Et la création
Entre l’émotion
Et la réponse
Tombe l’Ombre
La vie est très longue
Entre le désir
Et le spasme
Entre la puissance
Et l’existence
Entre l’essence
Et la descente
Tombe l’Ombre
Car Tien est le Royaume
Car Tien est
La vie est
Car Tien est
C’est ainsi que finit le monde
C’est ainsi que finit le monde
C’est ainsi que finit le monde
Pas sur un Boum, sur un murmure. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Jeu 24 Avr 2014 - 14:30

Je soupirai. Il n'y avait guère que ça à faire, entre la sauvageonne au tact inexistant et la handicapée qui déclamait des vers aux nuages. Il y a vraiment des jours où on se demande ce qu'on peut bien foutre là. Mon attention s'était, de fait, tournée vers le cœur des évènements, ou du moins vers ce qu'il en restait : Un énorme ours très visiblement en voie de décomposition avancée qui s'amusait à détruire le petit village.

Les nuages noircirent d'eux-même, et une sensation de déjà vu m'étreignit. Il me fallut voir l'énorme éclair s'abattre sur la bête pour que mes souvenirs s'éveillent. Ce n'était peut-être qu'une coïncidence, ou un compagnon d'arme, mais ...

Uridan - Méfions-nous, les anges sont de sortie.

J'avais en effet déjà vu ce type d'éclair, une seule fois à vrai dire, mais il avait été produit par un général séraphin particulièrement virulent. Ce n'était peut-être pas lui, mais cela ressemblait trop à son attaque pour laisser penser que celui qui avait produit cet éclair ne lui était pas lié d'une façon ou d'une autre. Le sabre-croc apparut à mes côtés, prêt à l'emploi, par simple mesure de sécurité. Alors que mon regard se portait sur les conséquences de ce foudroiement, je fronçai les sourcils.

Avant de me boucher les oreilles. Le bruit était horriblement fort, il me faisait penser aux hurlements des âmes captives de ma dague, mais cette fois il assaillait mes tympans plutôt que mon esprit. Pendant ce temps, l'Oeil Noir sortit un appareil étrange qu'elle pointa sur la scène, trop éloignée de nous pour qu'une vue naturelle puisse en déterminer les détails. Elle sembla alors pensive, et c'est précisément à ce moment qu'elle avait commencé à déclamer. Le cri cessa enfin, et sans attendre je saisi les poignées du fauteuil d'Awena.

Un sourire éclairait mon visage, ce sourire farouche et exalté que je n'affichais plus que rarement. Le sourire d'un Seïrdan qui a trouvé un adversaire à sa mesure. Le sourire d'un être millénaire qui a enfin trouvé quelque chose de nouveau à découvrir. Le sourire de celui qui adore s'attirer des ennuis. Je fis quelques pas, avant de me retourner vers l'Eclaireur, à moitié nue et pleine de terre : mais cela n'avait plus d'importance, j'étais sûr et certain que ce qui se passait là-bas, à Santebaun, était tout à fait inédit.

Uridan - Des anges tombent du ciel et des démons morts hurlent de peur ! Un village entier est prit dans une tourmente infernale, et le Vein en est sans doute la cause ! Viens donc Chïra Ovenstey, même toi cela doit t'exalter !

J'étais, à vrai dire, complètement transporté. Dans un coin de mon esprit, je savais que c'était là la résultante de l'influence du Vein, que cette euphorie sauvage n'étreignait mon cœur que lorsque j'arpentai le monde d'en bas. Mais là, j'étais sur Feleth. L'exaltation n'en était que renforcée par cette situation inédite, ces circonstances impossibles. Peut importe ce qu'il y avait là-bas, j'allais le comprendre et en profiter.

Et gare à ceux qui tenteraient de m'en empêcher.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Sam 26 Avr 2014 - 18:33


Devant l'exaltation de son compagnon, la tieffeline montrait quant à elle certains signes de réticence. Claquant légèrement des dents, elle était en proie à ses propres démons. Si Uridan disait vrai, alors elle devrait faire attention à elle et d'autant plus à l'humaine. Une telle occasion était du pain bénie pour l'arcane, mais y était elle vraiment préparé ? Elle qui rêvait pourtant de pouvoir rentrer victorieuse dans le monde du dessous, elle tenait peut être là sa revanche sur des années de servitude. Son corps tout entier semblait lui aussi tiraillé, les traits de son visage se crispant sous l'excitation. Placée aux cotés du seirdan, la créature regarda pour la première fois dans la même direction que l'homme. D'un regard en biais, elle lui fit comprendre qu'ils étaient sur la même longueur d'onde.

-Des anges dis tu... ?

La tête en arrière, elle huma l'air ambiant. Ses poumons se gonflèrent aussi tôt, alors qu'elle essayait de se concentrer. Faisant abstraction de la puanteur de l'humaine, elle partit à la recherche d'un autre lien. Parmi ce tableau olfactif, il lui était facile de discerner chaque flagrance, d'en trier chaque informations pour parvenir à mettre la main sur celle qui l'intriguait. Ce fut celle de la mort qu'elle sentit en premier, nettement palpable même à travers la végétation en fleur. Pour se repérer dans ce dédale elle décida de donner une couleur pour chaque individu identifié.

-Noir....hum....peut être deux...quelque chose cloche …la mort semble masquer quelque chose de plus subtile mais ...je n'arrive pas...

Reprenant son chemin, elle laissa de côté ce parfum pour se focaliser sur un nouveau. D'abord infime il lui fallu quelque seconde pour l'extrait du flot avant de sourire.

-Nous ne sommes pas les seuls...deux trois ...les accompagnent...Il semblerait qu'ils soient à l'arret.

Poursuivant son exploration, elle retient un haut le cœur. Jamais elle n'avait sentit pareil odeur, un mélange bestiale et floral...un hybride...

-Rose !

Le nez retroussé, elle du se tapir au sol pour se faciliter la tache. Cette dernière fut certainement la plus désagréable. Les narines emplie de cette puanteur, elle pu directement mettre un nom la dessus.

-Violet ...jaune....deux humains, ils ne semblent pas être ensemble..

Se retournant vers l'Oeil noir elle lui demanda ce qu'elle comptait faire.

-Le lieu grouille de créatures, sans compter de ce qui nous attend dans la ville. Apparemment des anges selon le demi être....Il vaudrait mieux avancer avec précaution...ils sont en surnombre...et je ne vois ici que deux combattants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alen'Di Zahard

le Mirage

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Danse-Lame
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 27 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Banni des Sables...


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Sam 3 Mai 2014 - 20:53

Le cri. Après les troublantes visions qui avaient détruit le peu d'innocence qui subsistait en lui, c'était désormais l'ouïe d'Alen'di qui était assaillie par la violence de la magie malsaine qui agissait en ces lieux. Il ne comprenait pas comment une telle atrocité pouvait exister... Les paumes collées contre ses oreilles, il essayait tant bien que mal de faire disparaître l'atroce hurlement, sans succès. Il eut la sensation de sentir un liquide chaud - son sang - couler de ses oreilles, mais nul tâche rouge n'apparut sur ses mains. Voilà qu'il se mettait à délirer, plongé qu'il était dans un état de terreur indicible. Il était venu en quête de pouvoir et récoltait le plus violent traumatisme qu'il ait jamais subi. A cet instant précis, le jeune homme était bien trop inondé d'une douleur, plus psychologique que physique, pour réaliser que sa vie n'allait désormais être qu'une succession de désillusions et de peines. Au fond de lui, une petite voix priait, suppliait, de ne jamais subir pire souffrance. Mais hélas, il semblait que le destin du banni des sables ne soit étroitement enchevêtré avec la mort, et pire encore.

A peine remis de ses émotions, Alen'di pénétra le village de Santébaun et prit la mesure de l'horreur qui y régnait. La gigantesque carcasse putréfiée d'un ours gisait en plein coeur des décombres de plusieurs habitations en bois. Des abominations sans nom couraient ici et là, tuant, découpant et massacrant tous les humains qui tombaient entre leurs membres tordus. Le jeune homme esquissa un mouvement vers une jeune femme en train de subir un viol brutal, par une créature à mi-chemin entre l'insecte et l'humain. Il voulait la secourir, mais il se rendait compte que son égoïsme et sa peur prenaient le pas sur tout élan altruiste qui pouvait naître en lui. Toutefois, lorsque la monstruosité tourna sa tête dans sa direction et lui adressa un sourire macabre, sans cesser sa besogne, Alen'di fondit sur elle. Il dégaina Lenaa dans le même mouvement et bondit juste à côté de la chose venue d'ailleurs, et tourna une fois sur lui-même. Le tranchant magique siffla en sectionnant deux bras couverts d'une chitine noire molle et un sang noirâtre jaillit. Concentré sur sa danse, l'épéiste fit un autre pas qui trancha net de nouveaux bras, puis enchaîna sur un troisième qui lui permit de déchiqueter ce qui servait de jambes à la créature. Ce dernière l'ignorait totalement et continuait à bouger frénétiquement ses... Alen'di avait le coeur au bout des lèvres. Il n'avait jamais eu beaucoup de considération pour les autres, mais aujourd'hui la vision était bien trop horrible pour qu'il ferme les yeux et passe son chemin. Un éclat de rage l'anima lorsqu'il enfonça jusqu'à la garde son sabre dans le dos de l'inhumain violeur. Il fit un effort titanesque pour le soulever en l'air et le projeta quelques mètres plus loin, avant de le noyer sous un flot de sable, né de Lenaa.
Le Danse-Lame jeta alors un coup d'oeil désolé à la personne qu'il avait essayé de sauver tant bien que mal... Et resta figé d'horreur en constatant que la jeune femme en question n'était plus qu'un cadavre éventré, auquel on avait ouvert la cage thoracique comme une vulgaire nasse de roseaux, et qu'on avait vidé de ses organes. C'était plus qu'il ne pouvait en supporter, Alen'di vomit. L'air hagard, il releva la tête et regarda autour de lui. Le chaos était partout, la scène à laquelle il venait de participer semblait se répéter dans tout ce qui restait de Santébaun. Sauf que dans la plupart des cas les humains ne triomphaient pas des créatures, toutes plus grotesques les unes que les autres. Toutes plus impossibles... La vie entière du banni des sables s'écroulait ce jour là, tout ce en quoi il avait cru partait en fumée. Il ne pouvait plus nier l'existence d'un autre monde. Il aurait aimé croire que tout ceci n'était que l'oeuvre d'un nécromancien surpuissant, mais il avait voyagé à travers d'est en ouest, du nord au sud, et jamais il n'avait rencontré ni même eu vent d'un Felethien capable d'une telle chose.  Soudain, il sentit quelque chose s'enrouler autour de son pied droit et le tirer brusquement en arrière. Il eut seulement le temps de se retourner pour voir que le tentacule qui l'avait saisi sortait du tas de sable sous lequel reposait le monstrueux violeur de cadavre, avant de se retrouver brutalement projeté à terre.

Le sable fut dispersé aux quatre vents par une violente bourrasque et une masse tentaculaire se trouvait à sa place. Le Danse-Lame se fit alors soulever un bon mètre au dessus du sol, son visage suspendu au-dessus de celui de la créature. Une haleine putride s'échappait de sa bouche édentée mais suffisamment grande pour engloutir tout rond un boeuf. Deux petit yeux pervers le fixaient. Et tout le reste n'était qu'une masse grouillante d'appendices couverts de ventouses et crochets. Certains évoquaient de petits serpents, d'autre des traînées de sang noir, d'autres les immenses bras d'un calamar géant. Mais tout était putréfié, pourri, corrompu. D'un mouvement de bras, Alen'Di découpa celui qui le tenait en l'air et s'écrasa lourdement à terre. S'il eut le souffle coupé il ne s'en rendit même pas compte et effectua une roulade sur le côté pour mettre le plus de distance entre la chose et lui. Affolé, il regardait autour de lui dans l'espoir de trouver une aide quelconque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cendrane Tyg

La calcinatrice

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Pyrokinésiste
Métier : Alchimiste / Mage / Professeure spécialisée en magie du feu
Croyances : Règne des magies
Groupe : Mages de Beolan

Âge : 26 ans

Messages : 63

Fiche de Personnage : Cendrane Tyg • La calcinatrice


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 4 Mai 2014 - 12:29

Cendrane avait pensé qu'arriver au village leur donnerait un repère. Elle avait pensé qu'ils pourraient se reposer et s'appuyer l'un sur l'autre pour affronter les horreurs qui coupaient leur fuite.
Elle s'était trompée. Santébaun n'était guère plus paisible que le reste de la forêt, l'air n'y était pas moins malsain et s'y rajoutaient les cris d'agonie, les cadavres et les innombrables cauchemars grouillants entre les rues teintées de sang.
Accroupis tous deux à l'orée des arbres tordus, cachés par la brume qu'ils étaient venus à bénir tant le spectacle eut été atroce si sa présence n'obstruait pas leur vision, la poitrine saccadée, peinant à retrouver leur souffle, ils observaient.

— Cendrane...
— Oui ?
— Et maintenant ?

Il fallait qu'il pose la question, n'est-ce pas ? Elle ne répondit pas. Ne voulait pas le faire, et n'aurait pas pu de toute façon.
Que faire maintenant ? Ils étaient cernés. Derrière eux, dans la brume impénétrable, des centaines de créatures suivaient probablement la trace de carcasse et de feu qu'ils avaient laissé. Devant eux, gisaient leurs espoirs brisés, piétinés, leur échappatoire s'était effondré et la mort les jaugeait avec un sourire malsain. Et maintenant ?

— Allons-y.

Elle fut surprise d'avoir pu articuler une réponse. Et fut encore plus surprise quand elle s'aperçut qu'elle le pensait réellement. Ils devaient continuer à avancer. Faire demi-tour maintenant n'aurait eu aucun sens. Ils n'avaient plus d'endroit où retourner après tout.
Ils allèrent donc. Se levant prudemment, accroupis dans l'espoir que leur tête ne soit pas visible au dessus de la mer trouble qui s'écoulait, livide, sur le sol noirci par la corruption. Chaque pas les rapprochant des habitations était un pas qu'ils regrettaient tant l'horreur et l'absurdité les assaillaient. Au fur et à mesure de leur progression, une nouvelle scène du spectacle morbide se jouait devant leurs yeux. Ici des fuyards étaient dévorés vifs, ici des survivants s'entretuaient pour se cacher derrière une porte branlante. Ailleurs les créatures, faute de proies, se déchiraient entre elles dans un concours de cris et de rugissements terrifiants.
Machinalement, un pied devant l'autre, main dans la main, ils sortirent de la brume. Le sol de terre desséchée fut remplacé par des pavés brisés. Les talons de la mage faisaient résonner leurs pas, elle les jeta.
Le dos collé au mur de ce qui avait du être une auberge, surveillant chacun un aspect du carrefour vide qui n'offrait aucun abri, ils assistèrent à une scène qui sembla les tirer de leur rêverie pour les plonger dans une terreur sans nom. Non loin de leur position, gisait la source des créatures qui hantaient le village. La carcasse d'un ours titanesque, dans un champs de ruine, abritait une masse grouillante, trépidante et rugissante de tentacules, griffes, serres, crocs, ventouses, yeux, poils et sang noir.
Voir ces abominations déchiqueter des humains avait rapidement cessé de les hérisser, mais voir une de ces choses déshonorer le cadavre vidé de sa contenance d'une jeune femme était une expérience nouvelle qui les laissa sans voix. Plus troublant que la vue de l'acte atroce étaient le son de la chair claquante et des os se brisants.
Traeln se retourna et vomit. Cendrane ne lui accorda pas un regard mais ne lâcha pas sa main, la serrant comme si elle avait été capable de la tirer de l'enfer où on l'avait jeté.
Son esprit ne réalisa pas de suite ce qu'il se passait lorsque, sorti des ombres qui couvraient les ruelles, surgit un jeune-homme en habits étranges qui lui rappelaient certains étalages du marché de Béolan. Il bondit sur la créature et en un ensemble de mouvements souples, trancha tous ses membres, ne laissant qu'un tronc se débattant avec une vigueur surnaturelle qu'il projeta avec une force étonnante pour sa carrure. La monstruosité s'écrasa non loin de leur position, mais les ombres semblaient encore les couvrir et personne ne les remarqua alors qu'un flot de sable blanc vint noyer la créature et s'étaler jusqu'à leur pieds.
Le jeune-homme s'était sans-doute cru un sauveur à en voir son expression lorsqu'il baissa son regard sur la jeune femme éventrée, mais il n'y avait plus guère à sauver à Santébaun. Tout était trop tordu, trop étrange, trop malsain. Un mouvement du sable la tira de ses pensées brusquement, mais elle n'eut que le temps de se retourner qu'elle fut aveuglée par le sable qui lui giflait la figure.
Elle tomba à genoux, lâchant la main de Traeln pour pouvoir dégager le sable qui lui couvrait les yeux. Celui-ci avait sans doute fait de même. Aveuglée et impuissante, elle ne pouvait qu'entendre les bruit d'un combat qui semblait perdu d'avance et la respiration haletante de la créature qui s'était libérée.
Quand enfin elle parvint à ouvrir les yeux, elle ne perdit pas de temps en réflexion. Chargeant son pouvoir dans ses bras, et le sentant à nouveau couler dans tout son corps, elle expédia vers la créature qu'elle ne distinguait qu'avec difficulté une violente langue de feu. Elle n'avait visiblement pas été la seule à réagir car elle reconnu immédiatement la sensation familière des éclairs bleutés de Traeln qui balayèrent le monstre.
Les flammes sur ses bras s'éteignirent, et elle se précipita pour aider son partenaire qui se frottait toujours un œil pour se débarrasser du sable. Elle attrapa sa main, qu'elle se jura de ne plus lâcher. Ensemble, ils se relevèrent et se dirigèrent vers le jeune-homme qui semblait peiner à retrouver sa respiration. Un fait compréhensible compte tenu de l'horreur de ce qui lui était arrivé. Éclairés par les flammes que Cendrane avait fait naître dans les bâtiments proches, ils pouvaient clairement distinguer son air hagard. Ce n'était sans-doute pas la première fois qu'il côtoyait la mort, la concentration dont il avait fait preuve durant son combat en était la preuve, il savait tuer, et l'avait déjà fait à plusieurs reprises, mais rien ne pouvait préparer à un tel spectacle. Rien sauf un spectacle similaire... Les visions de Béolan qui l'envahissaient disparurent quand Traeln tira son bras et lui jeta un regard déterminé. Il avait du sentir qu'elle allait se perdre. Elle hocha la tête pour le remercier et il s'accroupit en tendant une main au jeune-homme.

— Je suis Traeln. Voilà Cendrane. Ensemble nous allons survivre. Viens avec nous.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wolfgang Oxford



________________

avatar
________________


Race : Seraphin-oracle
Classe : Archer
Métier : Musicien
Âge : 23 ans

Messages : 37


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 4 Mai 2014 - 21:19

    Alors que l’ours se dirigeait vers lui, un craquement retentit dans l’ensemble de l’auberge et une portion du plancher des étages supérieurs s’effondra, ensevelissant tout le rez-de-chaussée. Par miracle, Wolfgang y survécut. Il était toutefois coincé entre une poutre et le sol et aucun de ses efforts pour se dégager ne changea rien à sa situation. Il ne savait pas où était le monstre, mais il savait qu’il ne devait pas tarder sur les lieux. L’archer gémit de douleur lorsqu’il tenta de bouger son pied. Un éclair de douleur lui avait parcouru la jambe jusque dans l’échine.

    Ce fut alors qu’il entendit les voix; des voix humaines. Il poussa plus fort sur la poutre, mais ce ne fut que lorsque l’autre vint l’aider qu’elle accepta de bouger. L’archer attrapa la main salvatrice qu’on lui tendait et se remit sur pieds. Il grimaça au premier pas, mais s’imposa d’avancer vers son arc qui se trouvait non loin de lui. Il eut alors une pensée pour son luth et ses autres effets dans la chambre, mais sa vie valait plus que quelques objets.

    Néanmoins, au moment qu’ils voulurent sortir de l’auberge, un cri retentit et le musicien tomba à genoux tout en se bouchant les oreilles. Il n’avait jamais entendu de son similaire et la déplaisante note le déroutait. Quelque chose en lui se tordait et se révulsait. Il crut entendre le cri même lorsque celui-ci eut cessé. Il se releva et regarda autour de lui. Son compagnon d’infortune fixait devant lui quelque chose et lorsque Wolfgang suivit où portait son regard, il vit la peau de l’ours – il ne savait pas comment il était mort – se déchirer et d’où jaillissaient des créatures encore plus monstrueuses que la précédente.

    -Par tous les dieux, souffla le jeune homme lorsqu’une troisième bête sortait des entrailles de la carcasse. Que ce passe-t-il?

    Avant qu’il n’obtienne réponse un nouveau hurlement retentit dans la vallée à quoi les bêtes répondirent tout en se précipitant à l’extérieur de l’auberge. Le musicien remit ses mains sur ses oreilles afin de se soustraire de l’horrible son. Il avança en longeant les murs de l’auberge et il se retrouva sur la grande place du village. Il ne savait pas si les deux autres l’avaient suivi, mais peu lui importait. Ce qu’il découvrit le fit regretter d’être sorti de l’édifice. C’était une réelle scène de carnage. Les monstres s’étaient attaqués aux villageois encore présents dans la rue et il en restait peu de chose. Il sentit soudain une pestilentielle odeur de cadavres brûlés.

    En se retournant, Wolfgang vit un autre trio. D’instinct, il su qu’il fallait mieux être à plusieurs pour faire face à ses créatures sorties tout droit de ses cauchemars. De plus, il pourrait profiter d’une faille créée par les autres pour s’enfuirent. Sa quête ici était terminée dès l’instant où il avait vu l’ours. Ainsi, il voulu se diriger vers eux lorsqu’un groupe de bestioles se positionna entre les deux trios. L’archer remarqua que celles-ci semblaient plus sur la défense que sur l’offensive. Elles entouraient une de leur congénère morte. Cette dernière se mit alors à gonfler pour ensuite exploser en déversant un brouillard rosâtre dans l’air. Le jeune homme aurait voulu se mettre à l’abri, mais le phénomène se répandait sur toute la ville. Chaque monstre mort représentait une nouvelle bombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Lun 19 Mai 2014 - 13:31

Bien. Bien, bien, bien.
Alors, résumons.
En voulant attraper l'une de ces sales bestioles apparemment nommée "Shade", Carl et ses hommes étaient tombés nez à ombre avec Vektor sous sa forme la plus...Humaine. Après s'être tout deux salués, l'éclat d'Ombre et le chevelu avaient remarqués la présence d'un cadavre de lapin étrangement déformé puis avait constaté que la nécromancie du Squelette n'avait aucun effet sur la pauvre bête, chose frustrante, surtout pour ce dernier. Faisant contre mauvaise fortune très mauvais cœur, le nécromant s'était empressé de jurer en envoyant la petite carcasse au loin avant de retourner vers les caravanes de l'ordre pour insulter quelques sbires sous l'œil amusé de Walter et Vektor. Ensuite...Darion était arrivé avec sa bande de joyeuses drilles. Content de revoir son vieil ami, le nécromant s'était empressé de le rejoindre mais...Une gamine appartenant visiblement aux rangs de l'ordre trouva que c'était le bon moment pour lui couper la route et déclarer :

"-Seigneur Darion, avez vous ressentit cette secousse? j'étais en train de rôtir quelques magiciens mais finalement j'ai laissé la tâche en invoquant un lézard pour faire joujou avec eux, puis je suis partit sur Anivia jusqu'ici."

Carl haussa un sourcil, jeta un coup d'oeil en direction de Vektor, qui réprima un ricanement, puis se pinça l'arête du nez. Inspirant un grand coup, il avança en direction de la demoiselle agenouillée, lui sourit, s'accroupit à ses cotés, et déclara d'un ton narquois :

"- Si tu veux garder tes jambes, tes bras et ta jolie frimousse intacte, salue moi aussi, petite fille." La seconde d'après, il se relevait pour se diriger d'un pas rapide vers Darion, occupé a descendre de son cheval. Après une rapide accolade, durant laquelle un silence de mort régna, le nécromant déclara d'un ton surexcité : "Alors, je te fais un résumé, c'est l'apocalypse ! On entend des hurlements depuis là, et mes éclaireurs disent que le village n'est plus qu'un vague souvenirs...Bref, je ne sais quel sort on a jeté sur cet endroit, mais il déforme la faune et ça..."Il marqua une pause."Ceci mon ami, explique ma présence en ces lieux...Je voudrais bien garnir les environs du manoir avec quelques spécimens peu communs. Mais tu tombe bien, nous allions justement partir vers le village, moi et l'ancien résident de..." Posant ses yeux sur Drael'Nar pour la détailler de haut en bas, le nécromant ricana :"ta lanterne." Reprenant un ton plus sérieux tout en recentrant son attention sur son collègue, Carl conclut en déclarant : "Bref, tu n'as qu'à venir avec nous ! Tes clowns nous protégerons, pas vrai les gars ?!"

Personne ne répondit. Lâchant un nouveau ricanement, le nécromant tapota l'épaule de son ami et, sans même attendre sa réponse, s'enfonça dans les restes des "bois" bordant Santébaun.


**********

Quelques minutes plus tard, une cohorte d'hommes et de femmes peu avenants progressait dans la brume, mutilant, brûlant et déchirant les pauvres bestioles déformées errants dans les environs. Ils croisèrent deux sangliers aux défenses anormalement longues ainsi qu'un serpent de deux mètres de long ayant, sur son énorme nez, d'étranges excroissance osseuses semblables a des cornes. Puis, alors qu'ils contournaient les restes d'un arbre autrefois feuillus plusieurs fois centenaire, ce qui semblait être une plante carnivore capable d'avaler un gros chien mâchonna la cape d'un des hommes les plus chétifs de la troupe, un certain nécromant qui, en retour, la gratifia d'un coup de pied botté particulièrement vicieux...Malheureusement, la botte du bougre manqua d'également se faire boulotter par la boulimique plante et ne dut son salut qu'à l'intervention d'un certain dragon mort-vivant apparemment tenté de tester un régime d'herbivore, pour changer.
Bref.
Finalement, après cette très intense promenade forestière riche en péripétie, le groupe, mené par l'Ombre et Le Squelette, voir même Le Squelette et l'Ombre, sortit du bois pour scruter, depuis une colline dépourvue de végétations, le village en contrebas. Plissant les yeux, Carl observa ces fourmis de villageois fuirent des créatures un peu trop nombreuses puis détourna le regard en constatant que les femmes du village n'allaient pas uniquement servir de repas. Alors qu'il allait prendre la parole, un nouveau coup de tonnerre se fit entendre :

"-J'ai l'impression que notre exécuteur est déjà sur place...Vektor, Darion, je vous laisse ouvrir la marche."

hrp : Pardon pour le retard, j'avais oublié ce rp Razz

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vektor Noirsang

L'ombre du Squelette

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Traqueur de L'Ordre
Croyances : Nuit éternelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 500 ans

Messages : 24

Fiche de Personnage : Ombre à jamais.


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Dim 1 Juin 2014 - 15:35

A présent loin du village et de tout ces événements plus qu'étrange, la petite charrette de paysan s'arrêta, à proximité des bois. Le ciel au dessus de leur tête était redevenu normal, en revanche, on voyait nettement la différence en regardant dans la direction de Santébaun. Le fermier mit pied à terre, observant le phénomène, remarquant comme une séparation bien visible parmi les nuages, c'était comme ci ceux de la région n'était pas... de ce monde. Perdu dans ces pensées, il fût ramené à la réalité par le hurlement de sa femme, toujours dans la charrette.

-Qu'est ce qui se passe ?! Cria le fermier en remontant dans son modeste véhicule
-Dans les buissons là bas, elle pointa son doigt en direction des arbres bordant le bois, j'ai vu quelque chose, ça me regardait.

Le paysan s'empara de son bâton et se dirigea vers les buissons pour les inspecter. Méfiant, il se figea à quelques centimètres de la végétation, bougea la tête de droite à gauche puis frappa le buisson avec son arme de fortune. C'est alors qu'une petite forme sortit du buisson en vitesse, le fermier recula, serrant son bâton et fût soulager de s'apercevoir que ce n'était qu'un vulgaire écureuil . Il souffla, passa sa main sur son front en sueur et retourna vers sa bien aimée pour la rassurer.

-Non, c'était pas un écureuil, c'était plus gros et ça me regardait. On aurait dit un chien mais c'était pas un chien.
-C'est bon, je te crois mais quoiqu'il en soit, ce « chien » n'est plus là, alors maintenant calme toi, pense au bébé.
-Mais je fais que ça !

Le fermier soupira et sans un mot de sa part, la charrette se remît en mouvement, s'éloignant lentement mais sûrement du danger apparent.
Dans le bois, cachés entre les branches, les deux shades de Vektor ne lâchaient pas des yeux la carriole.

-Ouaf ouaf ! S'écria l'un d'eux
-Ferme là
-Tu veux jouer à la baballe ?
-Je te fais remarquer qu'on a la même gueule, alors si moi je ressemble à un clébard, c'est aussi ton cas.

Les deux créatures se regardèrent un instant en silence puis se mirent à ricaner. Tout à coup elles se stoppèrent, comme ci on les avait appelé.

-Le boss est frustré
-Nous le sommes tous depuis qu'elle est dans le coin

Cette frustration, que tous les sbires de l'éclat ressentaient, était causé par la présence de Drael' Nar, arrivée depuis peu au côté de Darion. Le spectre ne laissait cependant rien transparaître, il salua l'Ombre d'un signe de tête et s'éloigna du groupe en attendant que ces derniers décide de la marche à suivre. Il retourna dans la forêt sans un bruit, suivi de Greyback qui ne lâchait pas la « lanterne » du regard.
La raison de cette isolement n'était pas dû au faite qu'il se sentait mal à l'aise en la présence de son ancienne prison, il n'y avait aucune chance pour qu'on l'emprisonne à nouveau, il avait fait le nécessaire pour contrer une telle chose. L'éclat d'ombre s'arrêta au milieu de la forêt, entouré par plusieurs shades. Ils devaient les calmés, Vektor les entendait dans sa tête, tout comme lui le désire de détruire cette chose était fort. Cela n'avait rien d'une vengeance, juste par principe, et par conséquent ça pouvait attendre.

-Le jour viendra mais pas maintenant...

Un cri bestial retentissant se fît alors entendre dans les bois, cette créature devait être de taille respectable, pensant que le nécromant serait ravi d'avoir un spécimen de la région et après « l'échec du lapin », le démon ordonna a quelques un des ses sbires de capturé la créature et de la ramener au camp du Squelette, en un seul morceau. Sur cette ordre, les shades se volatilisèrent dans les ténèbres et l'éclat d'ombre retourna au camp au moment où ses collègues s'enfoncaient dans la forêt, en direction du village.

Plus tard, le groupe de l'ordre du crépuscule surplombait le village de Santébaun. Le chaos le plus total régnait en ces lieux, un chaos plus que familier, tout comme le bruit du tonnerre qui se fît entendre en suivant.

-J'ai l'impression que notre exécuteur est déjà sur place...Vektor, Darion, je vous laisse ouvrir la marche.

L'Ombre prit la tête, suivit du démon qui s'approcha de lui et posa sa main sur son épaule.

-Je ne sais pas comment, ni pourquoi mais on dirait bien que le Vein et Feleth sont en conflit, c'est comme ci quelqu'un tenter désespérément d'assembler deux pièces d'un jeu qui ne vont pas ensemble. Il y a peu de temps que je suis revenu de mon monde natal et déjà là bas j'avais sentit quelque chose d'étrange, un changement. Tout ceci est est très intéressant, tu ne trouve pas ? Profitons de ce moment unique et éphémère avant que l'équilibre des monde n'arrête cette événement si particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

avatar
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Mar 17 Juin 2014 - 22:32

- Je suis bien d'accord.

Darion venait juste de répondre à Vektor lorsqu'il commença à avancer. S'arrêtant soudainement, l'Ombre se téléporta derrière Lumina et lui chuchota à l'oreille.

- Il vaut mieux pour vous que vous n'oubliez pas votre place ma chère. Les assombris sont tous égaux, devant Carl et moi, mais pas entre eux... N'oubliez pas le quatuor du voile noir, Vektor se ferait une joie de jouer avec votre esprit et l'Exécuteur de vous... Exécuter. Oh et... La prochaine fois que vous voulez faire l'intéressante, n'oubliez pas le Squelette, c'est homme est tout aussi dangereux que moi... Voir plus. Allez, maintenant, profitons du spectacle jeune assombrie!

Il regagnât ensuite la tête du groupe, avançant avec un large sourire aux lèvres. Les choses allaient être plus qu'intéressantes. En parlant d'intéressement, les sons portaient des bruits bien étranges, et le vent des odeurs des plus savoureuses. Sang, cris, peau brûlée, pleurs... Oui... C'était le chaos, et Darion adorait ça.

Alors que le groupe de l'Ordre avançait de façon assez nonchalante, Vulcan leva le bras en grognant légèrement, des troupes "ennemies" avançaient vers eux, et vu sa rage, il s'agissait du royaume, sans doute venu pour voir ce qu'il se passait dans cette fichue ville. D'après Vulcan, il devait y avoir une bonne centaine d'hommes, voir deux cents. Le sourire qui barrait le visage de Darion ne fit que s'agrandir quand il entendit cela et fit quelques pas en avant, effectuant ensuite une petite pirouette et saluant ses camarades.

- Messieurs, Mesdames, Mesmonstres, je crains ne devoir faire une petite démonstration, n'êtes vous pas d'avis qu'il faudrait que l'Ordre se distingue dans ce chaos? Hum? Personnellement, je pense que quelques... Totems d'accueils seraient du plus bel effet! A raison de cents hommes, je pense qu'on a de quoi faire un joli champ de cadavres... A tout de suite!

L'Ombre disparut alors dans un nuage de fumée, laissant une fine lumière guider ses compagnons et les invitant à rejoindre une petite colline d'où l'on voyait le bataillon du royaume. Darion apparut alors juste en face des premières lignes de soldat, sa capuche rabattu sur son visage. Le capitaine des troupes royales hurla quelque chose que le régent ne comprit pas, aussi, comme l'autre homme ne savait pas bien s'exprimer il valait mieux lui arracher la langue ainsi que le crâne, après tout, ce dernier semblait vide.
Les soldats ne semblèrent pas apprécier le geste de Darion qui enleva sa coiffe, révélant son visage et ses cheveux de fumée. Les hommes reculèrent de quelques pas, reconnaissant là l'un des êtres les plus recherchés de Feleth. Pointant du doigt l'un des hommes devant lui, un pauvre rouquin un peu rond, Darion déclara froidement, d'une voix éthérée par la magie.

- Toi, tu va vivre. Va dire au monde ce que je m'apprête à faire, et ce qu'il se passe. L'Ordre te l'ordonne.

Le gros gloussa et quitta les rangs presque instantanément devant le regard médusé de ses anciens collègues. Ce fut d'ailleurs leur dernier regard lorsque l'Ombre claqua des doigts. L'instant d'après, des centaines de pieux se formaient à partir des ombres des troupes royales et empalaient les pauvres hommes, avant de se scinder en cinq branches distinctes, laissant un membre ou une tête à chaque extrémité de cette étoile morbide, le tronc en formant le centre. Le gros rouquin était aspergé du sang de ses amis mais ne semblaient pas avoir autre chose en tête que fuir et faire ce que Darion lui avait ordonné. C'était ça qui était agréable avec ces pauvres garçons de fermes enrôles pour on ne sait quelle raison, au premier danger vraiment insurmontable, on en faisait ce qu'on voulait.

Observant quelques instants le champs de cadavres formant maintenant des centaines d’épouvantails morbides, L'Ombre manipula quelques ombres pour que ces dernières ne s'élèvent et laissent apparaître le symbole de l'Ordre. Si visiteurs agressifs il y aurait, ils étaient maintenant prévenus. Après tout, l'Ordre était là pour le spectacle, pas pour conquérir.
Regagnant ensuite le groupe, l'Ombre replaça une mèche de cheveux rebelle avant de déclarer sobrement après avoir tapé sur l'épaule de Lumina et laisser ses sens parcourir la ville et la région.

- Bien, la récréation étant maintenant achevé et cet amuse-gueule savouré, que dîtes-vous de continuer? Oh et, nous ne sommes vraiment pas seuls ici, il y a quelques potentiels magiques intéressant et des auras plus sympathiques encore! Allons, l'Exécuteur nous attend!

Au bout de quelques minutes, tout le groupe de l'Ordre arriva au niveau de Stilgar. Saluant son frère, Darion s'approcha de lui et murmura afin que seuls Carl, Vektor et Stilgar puissent entendre.

- Mon père pourrait bien venir voir ce qu'il se passe ici, restons méfiant et... Tout cela pour bien être... Lui. Si c'est le cas, ça risque d'être encore plus... Passionnant comme aventure dans le chaos.

A ce moment, le cri d'une espèce d'ours-chien-abeille se fit entendre, le comité d'accueil était déjà là, charmant.

Hrp: désolé pour la petite taille du post, mais je suis assez claqué et j'ai un peu de mal à me concentrer, je ferais mieux dans le prochain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

avatar
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   Sam 26 Juil 2014 - 23:02

« Dois tuer... Tuer ! Tuer ! Tuer ! »


Il était enfin seul dans son élément. Stilgar, le porteur de tempêtes, se complaisait dans un massacre aussi violent que sanglant. Ses mains étaient couvertes d'un ichor démoniaque, vu que sa puissante rage avait réussis a même chasser ombrepeste de son corps. Ses ailes avaient repris une teinte blanche et la petite lueur bleue qui l'avait tiré de son sommeil étais désormais un brasier purificateur prenant la forme de flammes blanches émanant des pores de sa peau. Symbole de pureté.


« Cogne... Broye... Brise... Étripe... Éventre... Cogne... Arrache... Broye... Tue, tue, tue ! »

Les flammes se mirent a frémir avant de prendre une teinte plus sombre tandis que les yeux du Séraphin se teintaient d'un rouge écarlate a la couleur de l'ichor démoniaque qui le recouvrais comme un macabre linceul.

La tempête au dessus de lui commençait a s'intensifier de plus en plus. Ce qui étais une brise se transforma en un rugissement destructeur tandis que les hurlement de la foudre venaient se mêler au cris de rage guerrière du seigneur des tempêtes. Beaucoup de démons passaient outre la position qu'il tenait mais il n'en avait cure... Après tout, ces humains n'étaient que des créatures éphémères... Traîtres, lâches, eux-aussi méritaient-ils peut-être le courroux de Stilgar ? Après tout, les humains étaient souvent ceux qui causaient les incursions démoniaque en ce monde, oui, ils étaient coupables.


« Vous allez payer ! Tous autant que vous êtes ! Je vais briser vos échines et me baigner dans votre sang ! »

Petit a petit, Stilgar cédait a la nature profonde de sa race. Il n'étais plus l'être honorable ou l’exécuteur d'un seigneur noir qu'il avais été. En ce jour, en ce moment, il n'étais plus que l'incarnation d'une furie guerrière digne des plus atroces créatures du Vein. Le temps semblait se figer autour de lui tant les êtres qu'il affrontait étaient lents, ses yeux commençaient a luire d'un brasier infernal tandis que ses poings défonçaient les corps des innombrables créatures que vomissaient la faille.

Un battement résonna, le coeur même du Vein semblait frémir de plaisir tandis que pendant un court instant, le flot de démon s'amenuisait. La victoire ? Peut-être, Stilgar n'en avais cure, il ne cherchais qu'une chose, le combat. L'adrénaline que procure l'art du meurtre, le sang qui tâche la peau et donne un gout ferreux a l'air. Ce qui étais un battement se transforma petit a petit en une chorale infernale de tambours guerriers tandis que surgit de la gueule de la faille un être colossal en armure d'un noir de jais dont la peau étais craquelée et suintait de flammes. Il maniait un énorme bouclier et une épée enflammée qu'il reposait sur son épaule. Faisant son apparition dans le monde du milieu, le porteur du bouclier se mit a rugir un défi en crachant un torrent de flammes de sa gueule.

Le seul être qui lui répondit fut Stilgar, dans un rugissement amplifié par la foudre, il se rua sans plus attendre sur lui. La faille semblait s'amplifier tandis que les deux êtres se rapprochaient l'un de l'autre et que le duel s'entamais. Stilgar levait le poing qu'il allait abattre sur le visage du démon quand celui ci se protégea de son bouclier.

Soudainement, une intense douleur se propagea dans son crâne et un hurlement retenti tandis que la foudre frappa l'entrée du portail.

Stilgar, lui, étais seul dans une obscurité. Il avançait en regardant ses mains dénuées de tout gantelet. Il était nu, libre de toute cicatrice. Une vision de l'esprit ? Peut-être, il ne savait pas l'expliquer. Sans craintes, il avança vers l'avant tandis que sa peau se craquelait et que son souffle se faisait de plus en plus chaud. Rapidement, sa peau se mit a fumer tandis que son sang bouillonnait. Ses veines explosaient, ses yeux s'embrasèrent et ne laissèrent plus que place a des rubis incandescent.

Face a lui, se tenait un homme qui lui éprouvait un souvenir. Sa peau étais dans le même état, il se fixèrent tandis que l'inconnu se mit a sourir.


« Tu n'est qu'un traître, Stilgar. Un vulgaire traître, un simple démon. »


Clignant les yeux, sa barbe s'embrasa comme ses cheveux tandis que Stilgar se mit a hurler en poussant un cri tonitruant. Sa peau se transformait en une pierre noire tandis que des craquelures suintaient un ichor incandescent. Sa mâchoire se disloqua alors que ses dents tombaient dans sa gorge, laissant place a une multitude de petites dents en obsidienne. Ses ailes se mirent a brûler tandis que Stilgar tombait a genoux.


« J'ai gagné mes ailes, grâce a toi. Merci de ton noble sacrifice, mon ami. Dernier acte de noblesse d'un déchu. »


Sous les mots vindicatifs, il ne restait de ses ailes que les os noircis par les flammes. Son supplice ne s'arrêta pas là, son crâne se fractura lorsque quatre cornes surgirent de ce dernier. Le cri de douleur devenait un cri de rage et le brasier de sa colère se nourrissait de l'ancien Séraphin.

Quelques heures de douleurs pour Stilgar ne furent que quelques secondes sur le monde du milieu, dans le brouillard, un feu intense brûlait tandis que la fumée se dissipais. Un cri de rage se fit entendre tandis qu'une nouvelle créature hurlait sa haine aux yeux du monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [EVENT] Le Choc des Mondes   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT] Le Choc des Mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Côtes de l'est :: Baie-